Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Préface

René Rémond

Texte intégral

1Désireuse de marquer son premier siècle d’existence et d’édifier un monument qui survive à une éphémère célébration, l’École normale supérieure avait publié en 1895 un Livre du Centenaire qui retraçait l’histoire des cent années écoulées depuis le décret de la Convention. Ce livre dont la Bibliothèque de l’École conserve précieusement un exemplaire dans sa réserve est aujourd’hui introuvable. À l’approche du bicentenaire, il a paru souhaitable de le réimprimer pour le rendre au public. Cette initiative va de pair avec la refonte et l’actualisation, sous l’impulsion d’Alain Peyrefitte, du livre Rue d’Ulm. Les deux ouvrages se complètent. Si l’on y joint le recueil que prépare l’Association des anciens élèves et qui rassemblera une abondante documentation, on disposera d’un ensemble permettant de prendre une vue générale de l’histoire d’une institution qui a traversé deux siècles et reste une originalité de la France universitaire.

2On a présumé que plus d’un archicube aurait plaisir à feuilleter ce gros livre plein de souvenirs et à consulter ses informations. J’ai moi-même passé quelques heures délicieuses en compagnie de ces auteurs d’un autre temps. À lui seul le style un peu suranné, plein de grâces désuètes, avec de temps à autre un soupçon d’emphase ou de grandiloquence, est un document sur un temps et un témoignage sur un âge de l’École qui garde un charme discret.

3La lecture, un siècle plus tard, de ce livre conçu sur la fin du xixe siècle inspire toutes sortes de considérations sur l’écoulement du temps et ses effets sur la vie des institutions. Ce qui a peut-être le plus vieilli est le thème, qui tient une place fort étendue dans la longue introduction du Directeur de l’époque, de l’orientation politique de l’École : il s’attache à montrer qu’elle a toujours été solidaire de la tendance qu’il appelle libérale et que son sort a étroitement dépendu des vicissitudes politiques. Il est bien vrai que l’École eut à souffrir chaque fois que prévalut une tendance réactionnaire : supprimée quelques années par la Restauration, rétablie par la Monarchie de Juillet, suspecte à l’Empire autoritaire et menacée un temps de disparition, assujettie à un régime de surveillance tatillonne, elle trouva la paix avec la République qui mit fin à ses alarmes. Mais quel Directeur se croirait aujourd’hui tenu de chanter la munificence de l’État ? Surtout le lien entre le pouvoir et l’École, ou plus précisément entre elle et le parti au pouvoir, me semble s’être relâché ; sans doute parce qu’elle a cessé d’être un enjeu de querelles politiques, et qu’avec le temps son avenir a paru de moins en moins précaire. Mais aussi parce que le panorama politique de l’École s’est diversifié : si elle a bien été, dans les années 1880-1900, le symbole de l’alliance entre les intellectuels et la République, elle a depuis été davantage le miroir de la pluralité des familles d’esprit. La belle thèse que Jean-François Sirinelli a consacrée à la génération des normaliens et des khâgneux de l’après-première-guerre en illustre un exemple. De ce fait, l’École a été un des hauts lieux des grands débats idéologiques et des batailles politiques qui ont eu tant de place dans l’histoire de notre société.

4La discussion serrée sur l’événement dont on peut raisonnablement dater la naissance de l’École – décret de la Convention ou décret impérial de 1808 – peut paraître avoir perdu de son actualité avec l’éloignement dans le temps de ces commencements. Et pourtant la démonstration à laquelle procède Georges Perrot avec la rigueur de l’historien exercé à dater les documents et les monuments, n’est pas sans intérêt, même aujourd’hui. Le lien de filiation qu’il établit entre l’initiative éphémère de la Convention, qui ne dura que quatre mois, et la création napoléonienne atteste l’originalité première du projet et la capacité de l’institution à surmonter les épreuves. Il en irait de même à propos de chacune des ruptures qui scandèrent au xixe siècle l’histoire tourmentée de cette École. Ce sont bien les mêmes intuitions qui présidèrent à la création et à ses résurgences. Ce sont elles aussi qui constituent la spécificité de l’École. Un spirituel article de Jules Lemaître s’interroge sur les traits caractéristiques de l’esprit normalien. Mais l’essentiel n’est-il pas dans les quelques orientations qui dessinèrent la physionomie de l’École en un temps où les universités avaient disparu : la réunion dans un même établissement des sciences et des lettres partout dissociées ; la volonté de rapprocher les savants des élèves, d’associer recherche et formation des futurs enseignants ; celle enfin de compléter l’enseignement magistral par un travail de conférences ?

5Les auteurs du Livre du Centenaire reconnaîtraient-ils aujourd’hui leur École ? Que de changements depuis ! Quelle différence entre les maigres promotions d’alors, exclusivement masculines, et les effectifs d’aujourd’hui ! Le statut de l’École a subi plusieurs réformes profondes. Les relations avec l’Université sont passées, elles aussi, par des états bien différents. Et pourtant la continuité n’est pas un vain mot. Le vibrant éloge de l’École par son directeur en 1895, le plaidoyer pour la formation et la culture générale, l’argumentation en faveur de la rencontre des disciplines, sont-ce des thèmes tellement inactuels ? Quelle invitation à méditer sur le destin des institutions et leur aptitude à durer ! Au moment où la communauté normalienne est invitée par la célébration du bicentenaire à s’interroger sur l’avenir de l’École et les raisons d’être d’une institution d’excellence par rapport à un enseignement supérieur qui s’est totalement transformé, la réimpression de ce beau livre vient décidément à son heure.

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540