Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons de morale de Bernardin de Saint-Pierre

Programme

Texte intégral

1Je suis père de famille et domicilié à la campagne. Je m’y occupais d’un ouvrage sur l’éducation, entrepris depuis longtemps, lorsqu’il y a environ deux mois, un arrêté du Comité d’instruction publique me chargea de la composition des éléments de morale républicaine pour l’École normale. Je vins à Paris, et je m’engageai, avec le Comité, de tirer de mes matériaux un traité élémentaire de morale, dans l’espace de cinq mois. C’était demander bien peu de temps pour tracer un plan qui doit résulter des lois de la nature, embrasser le cours de la vie de l’homme, depuis l’enfance jusqu’à la vieillesse ; lui prescrire à la fois ses droits et ses devoirs, et présenter, suivant le programme du Comité, un mode d’instruction facile et intéressant pour les écoles primaires. Il y avait sans doute bien de la témérité de ma part de demander un délai aussi court pour un ouvrage aussi étendu ; mais j’espérais que mon zèle m’obtiendrait de l’indulgence. Celui des représentants du peuple, qui s’anime par ses contrariétés mêmes, me fit parvenir, il y a quelques jours, une invitation de me rendre le plus tôt possible à Paris, pour m’y concerter avec eux et les professeurs de l’École normale, sur un mode uniforme d’enseignement. À mon arrivée, je l’ai trouvé déterminé, ainsi que le jour de l’ouverture de l’École. Je n’en ai point été surpris, connaissant l’ardeur des représentants du peuple et des professeurs pour la propagation des lumières ; mais je l’ai été beaucoup de ce que, présumant trop favorablement de mes talents, ils avaient fixé le jour où je devais parler, lorsque je n’avais encore rien à dire.

2Citoyens, ne me mettez pas sur la même ligne que mes savants collègues. La plupart s’expriment avec facilité ; ils ont tous suivi ou perfectionné des méthodes qui existent déjà dans les sciences qu’ils professent depuis longtemps. Pour moi, il m’a fallu en former une sur la morale, qui, jusqu’ici, n’a point été considérée comme une science. D’ailleurs, j’ai une mauvaise santé ; j’écris très laborieusement ; je n’ai ni la facilité, ni l’usage de parler dans une assemblée. Si je pense intéresser la vôtre, ce n’est qu’en lui lisant un ouvrage que j’aurai fait à loisir. Je vous demande donc le temps d’achever celui que j’ai commencé ; s’il plaît à Dieu, ce sera avant trois mois. Aucun cours de l’École ne sera interrompu par mon retardement : la morale est le terme où doivent aboutir toutes les sciences de l’homme ; car à quoi lui serviraient-elles, si elles ne le rendaient plus moral, c’est-à-dire meilleur et plus heureux ? Mon traité doit donc aller à la suite de ceux de mes collègues ; mais j’espère qu’il finira en même temps, parce que, s’il m’est permis, j’allongerai mes séances ou j’en multiplierai le nombre.

3Après tout, je le répète, ce n’est point moi qui ai retardé, ce sont les représentants du peuple et mes collègues qui m’ont devancé. Ils se sont hâtés de satisfaire ce grand désir que vous avez d’acquérir de l’instruction, pour la répandre ensuite dans toute la République. Ils ont eu raison de ne pas m’attendre. De tous les traités, celui dont vous avez le moins de besoin est celui des éléments de morale : vous les aviez déjà dans votre cœur lorsque, l’esprit déjà rempli de connaissances, vous êtes venus du fond des départements en chercher ici de nouvelles et qu’au milieu d’un hiver très rigoureux, vous avez quitté vos familles pour bien mériter de la patrie. Je vous prépare des leçons de morale, et vous me servez d’exemples. Ô mes frères ! étendez-en l’influence jusqu’à moi ; vous me donnerez part à vos vertus, si vous me donnez le temps de satisfaire à mes engagements.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540