Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons de littérature de la Harpe

Septième leçon

4 floréal/23 avril

Texte intégral

1Nous nous proposons aujourd’hui de chercher dans le touchant plaidoyer intitulé De suppliciis des exemples de cette partie de l’invention oratoire qui consiste à émouvoir l’indignation et la pitié, et qui dépend d’abord de la réunion et du choix des circonstances : celles de la personne, comme la naissance, l’âge, le sexe, la profession, le rang, les mœurs, les liens naturels ou politiques ; celles des lieux, publics ou privés, sacrés ou profanes, le toit domestique, la prison, les cachots, les tribunaux, les places, les assemblées ; les circonstances d’action, comme la violence, les outrages, les tortures, la spoliation, l’effusion du sang ; les circonstances passives, comme la faiblesse, l’abandon, la douleur, le besoin, le dénuement, le veuvage, l’état d’orphelin, etc. ; les circonstances morales, comme la fermeté ou l’abattement, l’audace ou la perfidie, la barbarie ou la lâcheté, la cupidité ou l’avarice, etc. ; les circonstances causales ou intentionnelles, comme les ressentiments, la vengeance, l’oppression, la tyrannie, la crainte du châtiment ou le désir de la domination ; enfin tout ce qui peut rendre plus odieux celui qui fait le mal, ou plus intéressant celui qui le souffre. Voilà les sources de cette espèce de pathétique, et l’orateur doit les bien connaître pour n’y puiser que ce dont il a besoin.

2Vient ensuite le choix des expressions, la variété des tournures et la force des mouvements ; c’est ce qui appartient à l’élocution, sans laquelle les plus grands moyens d’invention perdent beaucoup de leur effet, ou quelquefois même n’en ont aucun. Nous n’en sommes pas encore à cette partie de l’art ; et aujourd’hui vous remarquerez surtout quel parti Cicéron a su tirer des différentes circonstances que je viens d’indiquer : le sujet les lui fournissait toutes ; et il convient d’abord d’en dire un mot.

3Au moment où Verrès fut chargé de la préture de Sicile, les pirates infestaient les mers qui baignaient cette île et les côtes d’Italie. Son devoir était d’entretenir la flotte que la République armait pour les combattre et protéger son commerce. Mais l’avarice du préteur ne vit dans ce moyen de défense qu’un nouvel objet de rapines et d’exactions : et faisant acheter leur congé aux soldats et aux matelots qui devaient servir sur les galères, vendant aux villes alliées et tributaires la dispense de fournir ce qu’elles devaient suivant les traités, et laissant manquer de tout le peu d’hommes qu’il se crut obligé de garder sur le petit nombre de vaisseaux qu’il eut en mer, il ne se mit pas en peine d’exposer la Sicile aux incursions des pirates, pourvu qu’il s’enrichît aux dépens de l’Etat et de la province. Il mit à la tête de cette misérable escadre, non pas un Romain, mais ce qui était sans exemple, un Sicilien nommé Cléomène, dont la femme était publiquement sa maîtresse. Il arriva ce qui devait arriver : la flotte romaine s’enfuit à la vue des pirates, et Cléomène le premier s’empressa de débarquer. Les autres commandants de galères qui n’avaient que quelques soldats exténués par le besoin ne purent faire autre chose que de suivre l’exemple de l’amiral. Les pirates brûlèrent les vaisseaux abandonnés à la vue de Syracuse et entrèrent jusque dans le port. Cet affront fait aux armes romaines, cette alarme portée par des corsaires jusque dans une ville aussi puissante que Syracuse retentirent bientôt jusqu’à Rome. Verrès craignit les suites d’un si fâcheux éclat ; et pour ne pas paraître coupable de ce désastre, il forma le dessein le plus abominable qui soit jamais entré dans la pensée d’un tyran également lâche et cruel. Il imagina d’accuser de trahison les commandants siciliens, dont l’innocence était connue, et qui n’avaient pu faire que ce qu’ils avaient fait ; et sans la plus légère preuve, il les condamna au dernier supplice. Toute la Sicile frémit de cet attentat : Cicéron en demande vengeance. On va voir de quelles couleurs il a su le peindre, et avec quelle énergie il en détaille toutes les horreurs.

4« Verrès sort de son palais, animé de toutes les fureurs du crime et de la barbarie. Il paraît dans la place publique et fait citer les commandants à son tribunal. Ils viennent sans soupçon et sans crainte ; il fait soudain charger de fers ces malheureux qui se fiaient à leur innocence, qui réclament la justice du préteur et lui demandent la raison de ce traitement : "C’est, leur dit-il, pour avoir livré par trahison nos vaisseaux à l’ennemi." Tout le monde se récrie, tout le monde s’étonne qu’il ait assez d’impudence pour imputer à d’autres qu’à lui la cause d’un malheur qui n’était que l’ouvrage de son avarice ; qu’un homme tel que Verrès, mis par l’opinion publique au rang des brigands et des corsaires, osât accuser quelqu’un d’être d’intelligence avec eux, qu’enfin cette étrange accusation n’éclatât que quinze jours après l’événement. On demande où est Cléomène, non pas qu’on le crût plus digne de châtiment que les autres : qu’avait-il pu faire avec des vaisseaux dénués de toute défense ? mais enfin sa cause était la même ; où est Cléomène ? On le voit à côté du préteur, lui parlant familièrement à l’oreille, comme il avait coutume de faire. L’indignation est générale, que les hommes les plus honnêtes, les plus distingués de leur ville soient mis aux fers, tandis que Cléomène, pour prix de ses complaisances infâmes est l’ami et le confident du préteur. Il se présente cependant un accusateur : c’était un misérable nommé Turpion, flétri sous les gouverneurs précédents, bien fait pour le rôle abject dont on le chargeait, et connu pour être l’instrument de toutes les iniquités, de toutes les bassesses, de toutes les extorsions de Verrès. Les parents, les proches de ces infortunés accourent à Syracuse, frappés de cette funeste nouvelle ; ils voient leurs enfants accablés sous le poids des chaînes, portant, ô ! Verrès ! la peine de ton exécrable avarice. Ils se présentent, réclament leurs enfants, les défendent à grands cris, implorent la foi, la justice ; comme si tu en avais eu jamais ! C’est là qu’on voyait Dexion de Tyndare, homme de la première noblesse, qui t’avait logé chez lui, que tu avais appelé ton hôte ; et ni l’hospitalité, ni son malheur, ni le rang qu’il tient parmi les siens, ni sa vieillesse, ni ses larmes n’ont pu te rappeler un moment à quelque sentiment d’humanité. On y voyait Eubulide, non moins considérable et non moins respecté qui, pour avoir dans ses défenses prononcé le nom de Cléomène, vit par tes ordres déchirer ses vêtements, et fut laissé presque nu sur la place. Et quel moyen de justification restait-il donc ? — Je défends, dit Verrès, de nommer Cléomène. — Mais ma cause m’y oblige. — Vous mourrez, si vous le nommez. — Mais je n’avais point de rameurs sur mon navire. — Vous accusez le préteur ! Licteurs, que sa tête tombe sous la hache. Juges, voilà le langage de Verrès ; jamais il ne fit de moindres menaces. Écoutez, au nom de l’humanité, écoutez les outrages faits à nos alliés ; écoutez le récit de leurs malheurs. Parmi ces innocents accusés paraissait aussi Héraclius de Ségeste, Sicilien de la plus haute naissance, que la faiblesse de sa vue avait empêché de s’embarquer sur son vaisseau, et qui avait eu ordre de rester à Syracuse. Certes, Verrès, celui-là n’a pu être coupable ; il n’a pu ni livrer ni abandonner le navire où il n’était pas. N’importe ; on met au nombre des criminels celui qu’on ne peut accuser même faussement d’aucun crime. Enfin de ce nombre était aussi Farius d’Héraclée, homme célèbre pendant sa vie, et qui l’est devenu bien plus après sa mort : c’est lui qui eut le courage non seulement d’adresser en face à Verrès tous les reproches qu’il méritait (sûr de mourir, il n’avait plus rien à ménager), mais même d’écrire son apologie dans la prison, en présence de sa mère, qui toute en larmes, passait les jours et les nuits auprès de lui. Toute la Sicile l’a lue, cette apologie, l’histoire de tes forfaits et de tes cruautés : on y voit combien chaque commandant de galères a reçu de matelots de la ville qui devait les fournir, et combien ont acheté de toi leur congé ; et lorsqu’à ton tribunal il alléguait ses moyens de défense, tes licteurs lui frappaient les yeux à coups de verges, tandis que cet homme courageux, résolu à la mort et insensible à ses douleurs, s’écriait qu’il était indigne que les larmes de sa mère eussent moins de pouvoir sur toi pour le sauver que les caresses d’une prostituée pour sauver l’infâme Cléomène.

5« Verrès enfin les condamne tous, de l’avis de son conseil ; mais pourtant dans une cause de cette nature, dans une affaire capitale, il ne fait venir ni son questeur Vettius, ni son lieutenant Cervius. Ce prétendu conseil n’était que le ramas des brigands qu’il avait à ses ordres. Juges, représentez-vous la consternation des Siciliens, nos plus fidèles et nos plus anciens alliés, si souvent comblés des bienfaits de nos ancêtres. Chacun tremble pour soi, personne ne se croit en sûreté. On se demande ce qu’est devenue cette ancienne douceur du gouvernement romain, changée en cet excès d’inhumanité : comment tant d’hommes ont pu être condamnés en un moment sans être convaincus d’aucun crime ; comment ce préteur indigne a pu imaginer de couvrir ses brigandages par le supplice de tant d’innocents. Il semble en effet qu’on ne puisse rien ajouter à tant de scélératesse, de démence et de cruauté. Mais Verrès veut se surpasser lui-même ; il veut enchérir sur ses propres forfaits. Je vous ai parlé de Phalargus, excepté de la condamnation générale parce qu’il commandait le navire que montait Cléomène. Timarchide, l’un des agents de Verrès, fut instruit que ce jeune homme, ne croyant pas sa cause différente de celle des autres, avait montré quelque crainte. Il va le trouver, lui déclare qu’en effet il est à l’abri de la hache, mais qu’il court risque d’être battu de verges, s’il ne se rachète de ce supplice : et vous l’avez entendu vous spécifier la somme qu’il avait comptée pour se dérober aux verges des licteurs. Mais à quoi m’arrêtai-je ? Sont-ce là des reproches à faire à Verrès ? Un jeune homme noble, un commandant de vaisseau se rachète des verges à prix d’argent ; c’est dans Verrès un trait d’humanité : un autre au même prix se dérobe à la hache ; Verrès nous y a accoutumés. Ce n’est pas à lui qu’il faut reprocher des crimes usés ; le peuple romain attend des horreurs nouvelles, des attentats inusités : il sait que ce n’est pas un magistrat prévaricateur qu’on a mis en jugement devant vous, mais le plus abominable des tyrans : vous allez le reconnaître. Les innocents sont condamnés, on les traîne dans les cachots ; on prépare leur supplice, mais il faut que ce supplice commence dans leurs malheureux parents. On leur interdit la vue de leurs enfants, on leur défend de leur porter des vêtements et de la nourriture. Ces pères infortunés qui sont ici devant vous étaient étendus sur le seuil de la prison ; des mères déplorables y passaient la nuit dans les pleurs, sans pouvoir obtenir les derniers embrassements de leurs enfants ; ils demandaient pour toute grâce qu’il leur fût permis de recueillir leurs derniers soupirs, et le demandaient en vain. Là veillait le gardien des prisons, le ministre des barbaries de Verrès, la terreur des citoyens, le licteur Sestius, qui s’établissait un revenu sur les douleurs et les larmes de tous ces malheureux. — Tant pour visiter votre fils ; tant pour lui donner la nourriture : personne ne s’y refusait. — Que me donnerez-vous pour faire mourir votre fils d’un seul coup ? pour qu’il ne souffre pas longtemps ? pour qu’il ne soit pas frappé plusieurs fois ? Toutes ces grâces étaient taxées. Ô ! condition affreuse ! Ô ! insupportable tyrannie ! Ce n’était pas la vie que l’on marchandait, c’était une mort plus prompte et moins cruelle. Les prisonniers eux-mêmes composaient avec Sestius pour ne recevoir qu’un seul coup ; ils demandaient à leurs parents, comme une dernière marque de leur tendresse, de payer cette faveur à l’inflexible Sestius. Est-ce assez de tourments ? La mort en sera-t-elle au moins le terme ? La barbarie peut-elle s’étendre au-delà ? Oui. Quand ils auront été exécutés, leurs corps seront exposés aux bêtes féroces. Si c’est pour les parents un malheur de plus, qu’ils paient le droit de sépulture. Vous le savez, vous avez entendu Onase de Ségeste vous dire quelle somme il avait payée à Timarchide pour ensevelir Heraclius. Eh ! qui, dans Syracuse, ignore que ces marchés pour la sépulture se traitaient entre Timarchide et les prisonniers eux-mêmes ; que ces marchés étaient publics, qu’ils se concluaient en présence des parents ; que le prix des funérailles était arrêté et payé d’avance ? Le moment de l’exécution est arrivé : on tire les prisonniers de leurs cachots, on les attache au poteau ; ils reçoivent le coup mortel. Quel fut alors l’homme assez insensible pour ne pas se croire frappé du même coup, pour ne pas être touché du sort de ces innocents, de leur jeunesse, de leur infortune, qui devenait celle de tous leurs concitoyens ? Et toi, dans ce deuil général, au milieu de ces gémissements, tu triomphais sans doute ; tu te livrais à ta joie insensée ; tu t’applaudissais d’avoir anéanti les témoins de ton avarice. Tu te trompais, Verrès, en croyant effacer tes souillures et laver tes crimes dans le sang de l’innocent. Tu t’accusais toi-même en te persuadant que tu pourrais, à force de barbarie, t’assurer l’impunité de tes brigandages. Ces innocents sont morts, il est vrai, mais leurs parents vivent ; mais ils poursuivent la vengeance de leurs enfants ; mais ils poursuivent ta punition. Que dis-je ? Parmi ceux que tu avais marqués pour tes victimes, il en est qui sont échappés : il en est que le ciel a réservés pour ce jour de la justice. Voilà Philarque qui n’a pas fui avec Cléomène, qui, heureusement pour lui, a été pris par les pirates, et que sa captivité a sauvé des fureurs d’un brigand plus inhumain cent fois que ceux qui sont nos ennemis. Voilà Phalargus qui a payé sa délivrance à ton agent Timarchide. Tous deux déposent du congé vendu aux matelots, de la famine qui régnait sur la flotte, de la fuite de Cléomène. Eh bien ! Romains, de quels sentiments êtes-vous affectés ? Qu’attendez-vous encore ? Où se réfugieront vos alliés ? A qui s’adresseront-ils ? Dans quelle espérance pourront-ils encore soutenir la vie, si vous les abandonnez ?... C’est ici le port, l’asile, l’autel des opprimés ; ils ne viennent pas y redemander leurs biens, leur or, leur argent, leurs esclaves, les ornements qui ont été enlevés de leurs temples et de leurs cités. Hélas ! dans leur simplicité, ils craignent que le peuple romain ne fasse plus un crime à ses préteurs de les avoir dépouillés. Ils voient que depuis longtemps nous souffrons en silence que quelques particuliers absorbent les richesses des nations ; qu’aucun d’eux même ne se met en peine de cacher sa cupidité et ses rapines ; que leurs maisons de campagne sont toutes remplies, toutes brillantes des dépouilles de nos alliés, tandis que depuis tant d’années Rome et le Capitole ne sont ornés que des dépouilles de nos ennemis. Où sont en effet les trésors arrachés à tant de peuples soumis, aujourd’hui dans l’indigence ? Où sont-ils ? Le demandez-vous, quand vous voyez Athènes, Pergame, Milet, Samos, l’Asie, la Grèce, englouties dans les demeures de quelques ravisseurs impunis ? Mais non, Romains, je le répète : ce n’est pas là l’objet de nos plaintes et de nos prières. Vos alliés n’ont plus de biens à défendre. Voyez dans quel deuil, dans quel dépouillement, dans quelle abjection ils paraissent devant vous. Voyez Sthénius de Therme, dont Verrès a pillé la maison : ce n’est pas sa fortune qu’il lui redemande ; c’est sa propre existence, que Verrès lui a ravie, en le bannissant de sa patrie, où il tenait le premier rang par ses vertus et par ses bienfaits. Voyez Dexion de Tyndaris, il ne réclamera point ce que Verrès lui a pris ; il réclame un fils unique ; il veut, après avoir pris une juste vengeance de son bourreau, porter quelque consolation à ses cendres. Voyez Eubulide, ce vieillard accablé d’années, qui n’a entrepris un pénible voyage que pour voir la condamnation de ce monstre, après avoir vu le supplice de son fils. Vous verriez ici avec eux, si Metellus, le successeur et le protecteur de Verrès l’eût permis, vous verriez les mères, les femmes, les sœurs de ces malheureux. L’une d’elles, je m’en souviens, comme j’approchais d’Héraclée, au milieu de la nuit, vint à ma rencontre, suivie de toutes les mères de famille, à la clarté des flambeaux ; et m’appelant son sauveur, appelant Verrès son bourreau, répétant le nom de son fils, elle restait prosternée à mes pieds, comme si j’avais pu le lui rendre et le rappeler à la vie. J’ai été reçu de même dans toutes les autres villes, où la vieillesse et l’enfance, également dignes de pitié, ont également sollicité mes soins, mon zèle et ma fidélité. Non, Romains, cette cause n’a rien de commun avec aucune autre. Ce n’est pas un vain désir de gloire qui m’a conduit comme accusateur à ce tribunal ; j’y suis venu appelé par des larmes ; j’y suis venu pour empêcher qu’à l’avenir les injustices de l’autorité, la prison, les chaînes, les haches, les supplices de vos fidèles alliés, le sang des innocents, enfin la sépulture même des morts, et le deuil des parents ne soit pour les gouverneurs de nos provinces l’objet d’un trafic abominable ; et si par la condamnation de ce scélérat, par l’arrêt de votre justice, je délivre la Sicile et vos alliés de la crainte d’un semblable sort, j’aurai satisfait à leurs vœux et à mon devoir. »

  • 1 La Harpe parle pour la dernière fois à l’École normale et abat ici ses cartes. Sa lecture des Verr (...)

6Il est bon d’observer la théorie du crime et les procédés de la tyrannie dans tous les temps et dans tous les pays, et de surmonter le dégoût de cette pénible étude en faveur de l’utilité dont elle peut être pour connaître et traiter les maladies morales, comme la médecine interroge jusqu’aux excréments pour traiter les maladies physiques. Vous apercevrez donc des rapports sensibles entre les moyens de rapine et d’oppression que tira Verrès de cette guerre des pirates et ceux que la guerre de la Vendée a fournis si longtemps aux tyrans de la France1. Il est vrai que Verrès n’avait du moins aucune part à cette piraterie maritime qui existait longtemps avant lui, qu’il ne l’avait ni excitée ni entretenue, non plus que les brigandages des fugitifs de l’armée de Spartacus, qui servirent aussi de prétexte à ces cruautés. C’est bien assez, sans doute, qu’au lieu d’employer la force publique qu’il avait entre les mains à combattre et repousser des corsaires qui n’étaient nullement à craindre, il ait pris pour lui l’argent de l’État, dépouillé ses défenseurs, et qu’ensuite il les ait assassinés juridiquement, de peur qu’ils ne déposassent contre lui. Mais l’histoire expliquera comment cette interminable guerre de la Vendée n’a existé que parce qu’on l’a voulu ; comment, au lieu de l’éteindre, on l’a nourrie soigneusement, parce qu’elle servait à tout ; comment les tyrans n’y avaient guère envoyé d’autres commandants que des complices, non pas pour combattre les insurgents, mais pour piller et massacrer les citoyens désarmés et paisibles ; comment les dignes agents de nos décemvirs les ont servis avec une énergie devant laquelle Verrès n’aurait été qu’un modéré (car il faut quelquefois se servir, pour les peindre, de leur abominable jargon). L’histoire dira que la plupart n’approchèrent même pas des cantons soulevés, mais que dans ceux qu’ils auraient dû défendre, ils portèrent l’art de la dévastation, la science du pillage et le raffinement de la barbarie à un degré qui aurait fait frémir d’horreur les lieutenants d’Attila. L’histoire dira que ces lâches scélérats ne se mirent jamais à portée de regarder en face leurs ennemis ; mais que mille fois plus brigands que ceux qu’ils appelaient de ce nom, ils volèrent, égorgèrent, incendièrent dans les départements voisins tout ce qui avait une propriété.

7Nous lisons dans les Verrines que le proconsul romain qui avait juré une guerre à mort aux négociants, et qui apparemment était ennemi du négociantisme autant que nos patriotes du temps, qui heureusement est passé, faisait arrêter tous les riches commerçants, tous les commandants de navires qui apportaient des denrées dans les ports de Sicile, et confisquait leurs marchandises, parce qu’ils étaient tous (disait-il) du parti des esclaves fugitifs, restes de l’armée de Spartacus, et qu’ils leur avaient fourni des vivres. Verrès fit périr une foule de ces innocents pour s’approprier leur dépouille, éloigna ainsi des côtes de sa province tous les marchands épouvantés du bruit de ses fureurs, mit la famine sur sa flotte, et l’aurait mise en Sicile, s’il l’eût gouvernée plus longtemps. N’est-ce pas là ce que nous avons vu ? N’est-ce pas ainsi que l’opulent commerce de Nantes, de Bordeaux, de Lyon, de Marseille, objet de l’envie de toutes les nations, a été anéanti par quelques monstres, dont chacun, en amour du mal et en moyens de le faire, réunissait en lui mille Verrès ? L’argot des bandits à leurs ordres (pardonnez les expressions triviales quand les objets sont si vils), l’argot des bandits, devenu la langue de nos lois, n’avait-il pas proscrit tous les négociants comme fédéralistes, comme égoïstes, comme vendéens, comme modérés, etc. ? Et ce fut là le sort de ces hommes si laborieusement utiles, dont l’active industrie approvisionne un empire, qui généralement ne peuvent s’enrichir qu’en faisant du bien, ne peuvent établir leur crédit que sur une réputation de probité, ne peuvent gagner qu’en raison de leurs risques, ne peuvent augmenter leur fortune qu’en l’exposant et qu’en augmentant la fortune publique, dont la profession et les talents sont protégés partout où l’on n’a pas abjuré le bon sens, qui ont toujours été encouragés partout où l’on a eu les premières notions d’un gouvernement raisonnable, qui sont naturellement les meilleurs amis de la liberté et des lois, parce que la liberté et les lois sont les premiers appuis du commerce ; en un mot, qui dans ces derniers temps, plus honorés que jamais par l’opinion, étaient comptés par la philosophie au nombre des bienfaiteurs du genre humain !

  • 2 C’est ce serment qui, selon une note de La Harpe dans le Lycée ou Cours de littérature (t. I, chap (...)

8Vous avez vu que Cicéron n’a pas dédaigné de faire mention d’un Sestius, d’un geôlier des prisons de Verrès, d’un des derniers satellites de ce tyran ; et pourquoi ? C’est qu’il savait que le caractère des commandants devient celui des subalternes, et qu’on peut juger des uns par les autres. Il y a dans l’esprit de tyrannie une bassesse naturelle, un fond de perversité et d’abjection qui peut dépraver tout, même les bourreaux : nous en avons la preuve sous nos yeux, et un étranger qui n’aurait eu le temps de voir parmi nous qu’une prison et une exécution aurait pu juger alors de notre gouvernement. Cicéron ne parle que d’un Sestius ; et nous en avons eu une foule dont notre histoire ne dédaignera pas de faire mention. Et combien ils ont surpassé Sestius ! Ce misérable rançonnait l’infortune de toutes les manières, il est vrai, et cela semble être trop souvent de son état ; mais on ne nous dit pas qu’il insultât à tous les moments sans profit et sans motif le sexe, la vieillesse, le besoin, la maladie, l’agonie, les cadavres... Que de détails affreux que je ne fais qu’indiquer à votre souvenir et à vos réflexions ! Ici je ne dois pas faire davantage, et je connais également la mesure de mes fonctions et de mes paroles. Mais ces détails ne seront pas perdus pour l’instruction de la postérité ; non, ils ne le seront pas : j’en jure par l’humanité outragée comme elle ne l’avait jamais été2 ; et si la nature a donné quelque force à mes crayons, si un profond sentiment des droits de l’homme peut suppléer à ce qui manque au talent, ces traits divers, épars aujourd’hui dans quelques feuilles, seront rassemblés et coloriés, pour en former un tableau d’horreur et de vérité, où les yeux ne s’arrêteront pas sans laisser tomber quelques larmes ; et ces larmes ne seront pas inutiles. Montrer ce qu’a pu faire l’immoralité érigée en morale, c’est avertir l’homme de ne jamais dénaturer le langage, sous peine de tout dénaturer à la fois. Quelle leçon contre les brigands politiques, qui commencent par tuer la morale par l’abus des mots, avant de tuer les hommes par l’abus de la force ! Et c’est en vain qu’ils voudraient prévenir cette instruction si nécessaire ; c’est en vain qu’ils voudraient arrêter la main capable de les présenter au monde entier dans toute leur épouvantable difformité : le glaive même de l’assassin viendrait trop tard ; et si l’auteur n’est pas à l’abri de leurs coups, l’ouvrage est à l’abri de leurs atteintes.

9Cicéron, fidèle aux règles de la progression oratoire, réserve pour la fin de ses différents plaidoyers le plus grand des crimes de Verrès, celui d’avoir fait mourir ou battre de verges des citoyens romains ; ce qui était sévèrement défendu par les lois, à moins d’un jugement du peuple, ou d’un décret du sénat qui donnait aux consuls un pouvoir extraordinaire. L’orateur s’étend principalement sur le supplice de Gavius. On ne conçoit pas, après ce qu’on vient d’entendre, qu’il trouve encore des expressions nouvelles contre Verrès ; mais on peut se fier à l’inépuisable fécondité de son génie. Il semble se surpasser dans son éloquence, à mesure que Verrès se surpasse lui-même dans ses attentats. Souvenons-nous seulement, pour avoir une juste idée de l’indignation qu’il devait exciter, souvenons-nous du respect profond, de la vénération religieuse qu’on portait dans toutes les provinces de l’empire, et même dans presque tout le monde connu, à ce nom de citoyen romain. C’était un titre sacré qu’aucune puissance ne pouvait se flatter de violer impunément ; on avait vu plus d’une fois la République entreprendre des guerres lointaines et périlleuses seulement pour venger un outrage fait à un citoyen romain : politique sublime, qui nourrissait cet orgueil national, qu’il est toujours si utile d’entretenir, et qui de plus en imposait aux nations étrangères et faisait respecter partout le nom romain.

10« Que dirai-je de Gavius, de la ville municipale de Cosano ? Où trouverai-je assez de paroles, assez de voix, assez de douleur ? Ma sensibilité n’est pas épuisée, Romains ; mais je crains que mes expressions n’y répondent pas. Moi-même, la première fois qu’on me parla de ce forfait, je crus ne pouvoir le faire entrer dans mon accusation. Je savais qu’il n’était que trop réel, mais je sentais qu’il n’était pas vraisemblable. Enfin, cédant aux pleurs de tous les citoyens romains qui font le commerce en Sicile, appuyé du témoignage de toute la ville de Rhège et de plusieurs chevaliers romains, qui par hasard étaient alors à Messine, j’ai exposé le fait dans mon premier plaidoyer, et de manière à porter la vérité jusqu’à l’évidence. Mais que puis-je faire aujourd’hui ? Il y a déjà si longtemps que je vous entretiens des cruautés de Verrès ! Je n’ai pas prévu, je l’avoue, les efforts qu’il me faudrait faire pour soutenir votre attention, et ne pas vous fatiguer des mêmes horreurs. Il ne me reste qu’un moyen, c’est de vous dire simplement le fait : il est tel que le seul récit suffira. Ce Gavius jeté, comme tant d’autres, dans les prisons souterraines de Syracuse, bâties par Denis le tyran, trouva, je ne sais comment, le moyen de s’échapper de ce gouffre et vint à Messine. Là, près des murs de Rhège et des côtes d’Italie, sorti des ténèbres de la mort, il se sentait renaître en revoyant le jour pur de la liberté ; il était comme ranimé par ce voisinage bienfaisant qui lui rappelait Rome et ses lois. Il paria tout haut dans Messine, se plaignit qu’un citoyen romain eût été jeté dans les fers ; il allait, disait-il, droit à Rome ; il allait demander justice contre Verrès. Le malheureux ne se doutait pas que s’exprimer ainsi devant les Messinois, c’était comme s’il eût parlé dans le palais du préteur. Je vous l’ai dit, et vous le savez, Romains, qu’il avait choisi les Messinois pour être les complices de tous ses crimes, les receleurs de ses vols, les associés de son infamie. Gavius est conduit aussitôt devant les magistrats de Messine, et par malheur Verrès y vint lui-même ce jour là. On l’informe qu’un citoyen romain se plaint d’avoir été plongé dans les cachots de Syracuse ; qu’au moment où il mettait le pied dans le vaisseau, en proférant des menaces contre Verrès, il avait été arrêté ; qu’on le gardait afin que le préteur décidât de son sort. Il les remercie de leur zèle et de leur fidélité ; et transporté de fureur, arrive à la place publique : ses yeux étincelaient, tous ses traits exprimaient la rage et la cruauté.« Tout le monde était dans l’attente de ce qu’il allait faire, quand, tout à coup, il ordonne qu’on saisisse Gavius, qu’on le dépouille, qu’on l’attache au poteau, et que les licteurs préparent les instruments du supplice. L’infortuné s’écrie qu’il est citoyen romain, qu’il a servi avec Pietius, chevalier romain, en ce moment à Palerme, et qui peut rendre témoignage à la vérité. Verrès répond qu’il est bien informé que Gavius est un espion envoyé en Sicile par les esclaves fugitifs, restes de l’armée de Spartacus : imputation absurde, dont il n’existait pas le moindre soupçon, le moindre vestige. Il ordonne aux licteurs de l’entourer et de le frapper. Dans la place publique de Messine, on battait de verges un citoyen romain, tandis qu’au milieu des douleurs, au milieu des coups dont on l’accablait, il ne faisait entendre d’autre cri, d’autre gémissement que ce seul mot : "Je suis citoyen romain" ; il pensait que ce seul nom devait écarter de lui les tortures et les bourreaux ; mais bien loin de l’obtenir, loin d’arrêter la main des licteurs, pendant qu’il répétait en vain le nom de Rome, une croix, une croix infâme, l’instrument de la mort des esclaves, était dressée pour ce malheureux, qui jamais n’avait cru qu’il existât au monde une puissance dont il pût craindre ce traitement. O doux nom de la liberté ! ô droits augustes de nos ancêtres ! loi Porcia ! loi Sempronia ! puissance tribunitienne si amèrement regrettée, et qui vient enfin de nous être rendue ! est-ce là votre pouvoir ? Avez-vous donc été établies pour que, dans une province de l’empire, dans le sein d’une ville alliée, un citoyen romain fût livré aux verges des licteurs par le magistrat même qui ne tient que du peuple romain ses licteurs et ses faisceaux ? Que dirai-je des feux, des fers brûlants dont on se servait pour le tourmenter ? Et cependant Verrès n’était touché ni de ses plaintes, ni des larmes de tout ce qu’il y avait à Messine de nos citoyens présents à cet affreux spectacle ! Toi, Verrès, toi, tu as osé attacher à un gibet celui qui se disait citoyen romain ! Je n’ai pas voulu, vous m’en êtes témoins, je n’ai pas voulu, le premier jour, me livrer à ma juste indignation ; j’ai craint celle du peuple qui m’écoutait ; j’ai craint le soulèvement général qui s’annonçait de toutes parts ; je me suis contenu, de peur que la fureur publique, assouvie sur ce monstre, ne le dérobât à la vengeance des lois ; j’ai applaudi à la prudence du préteur Glabrion qui, voyant ce mouvement général, fit promptement écarter de l’audience le témoin qu’on venait d’entendre. Mais aujourd’hui, Verrès, que tout le monde sait l’état de la cause, et quelle en doit être l’issue, je me renferme avec toi dans un seul point : je m’en tiens à ton propre aveu, cet aveu est ta sentence mortelle. Vous vous souvenez, juges, qu’au moment de l’accusation, Verrès, effrayé des cris qu’il entendait autour de lui, se leva tout à coup, et dit que Gavius n’avait prétendu être un citoyen romain que pour retarder son supplice ; mais qu’en effet ce Gavius n’était qu’un espion. Il ne m’en faut pas davantage : je laisse de côté tout le reste. Je ne te demande pas sur quoi tu fondes cette imputation : je récuse mes propres témoins ; mais tu le dis toi-même, tu l’avoues qu’il criait : "Je suis citoyen romain." Eh bien ! réponds-moi, misérable ! Si tu te trouvais parmi des nations barbares, aux extrémités du monde, prêt à être conduit au supplice, que dirais-tu, que crierais-tu, si ce n’est : "Je suis citoyen romain" ? Et s’il est vrai que partout où le nom de Rome est parvenu, ce titre sacré suffirait pour ta sûreté, comment cet homme, quel qu’il fût, invoquant ce titre inviolable, l’invoquant devant un préteur romain, n’a-t-il pu, je ne dis pas échapper au supplice, mais même le retarder d’un moment ?

11« Ôtez cet appui à nos citoyens, ôtez-leur ce garant de leur salut ; et les provinces, les villes libres, les royaumes, le monde entier où ils voyagent avec sécurité va désormais être fermé pour eux... Mais pourquoi m’arrêter sur Gavius, comme si tu n’avais été l’ennemi que de lui seul, et non pas celui du nom romain, des droits de Rome, des droits des nations et de la cause commune de la liberté ! En effet, cette croix que les Messinois, suivant leur usage, avaient fait dresser dans la voie Pompéia, pourquoi l’as-tu fait arracher ? Pourquoi l’as-tu fait transporter à l’endroit qui regarde le détroit qui sépare la Sicile de l’Italie ? Pourquoi ? C’était, tu l’as dit toi-même, tu ne peux le nier, tu l’as dit publiquement, c’était afin que Gavius, qui se vantait d’être citoyen romain, pût, du haut de son gibet, regarder, en expirant, sa patrie. Cette croix est la seule, depuis la fondation de Messine, qui ait été placée sur le détroit. Tu as choisi ce lieu afin que cet infortuné mourant dans les tourments vît, pour comble d’amertume, quel espace étroit séparait le séjour où la liberté règne et celui où il mourait en esclave ; afin que l’Italie vît un de ses enfants attaché au gibet périr dans le supplice honteux réservé pour la servitude.

12« Enchaîner un citoyen romain est un attentat ; le battre de verges est un crime, le faire mourir est presque un parricide ; que sera-ce de l’attacher à une croix ! L’expression manque pour cette atrocité, et pourtant ce n’a pas été assez pour Verrès. "Qu’il meure, dit-il, en regardant l’Italie ; qu’il meure à la vue de la liberté et des lois." Non, Verrès, ce n’est pas seulement Gavius, ce n’est pas un seul homme, un seul citoyen que tu as attaché à cette croix ; c’est la liberté elle-même, c’est le droit commun de tous, c’est le peuple romain tout entier. Croyez tous, croyez que s’il ne l’a pas dressée au milieu du forum, dans l’assemblée des comices, dans la tribune aux harangues, s’il n’en a pas menacé tous les citoyens romains, c’est qu’il ne le pouvait pas ; au moins, il a fait ce qu’il pouvait ; il a choisi le lieu le plus fréquenté de la province, le plus voisin de l’Italie, le plus exposé à la vue ; il a voulu que tous ceux qui naviguent sur ces mers vissent à l’entrée même de la Sicile et comme aux portes de l’Italie le monument de son audace et de son crime. »

Notes

1 La Harpe parle pour la dernière fois à l’École normale et abat ici ses cartes. Sa lecture des Verrines débouche sur un parallèle avec les exactions commises par certains responsables civils et militaires envoyés par la Convention en Vendée. En présentant cette guerre comme entretenue et « nourrie » délibérément par le gouvernement républicain, il porte une très grave accusation qui déborde largement la mise en cause des responsabilités individuelles amorcée avec le procès Carrier.

2 C’est ce serment qui, selon une note de La Harpe dans le Lycée ou Cours de littérature (t. I, chap. iv, Appendice), aurait été vivement applaudi par l’auditoire (voir notre introduction, p. 524-525).

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540