Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons de littérature de la Harpe

Sixième leçon

24 germinal/13 avril

Texte intégral

1Vous avez entendu cicéron dans le sénat : il faut l’entendre à présent dans les tribunaux ; et je m’arrête d’abord à ce fameux procès de Verrès, qui doit nous intéresser également et par les rapports de ressemblance et par ceux de disparité. Nous verrons dans les uns en quoi se sont ressemblé les tyrans de tous les siècles ; dans les autres, nous verrons jusqu’où les tyrans que nous avons abattus avaient surpassé ceux de tous les âges précédents. Ainsi l’instruction civique marchera toujours de front avec l’instruction littéraire. C’est le plan que j’ai suivi depuis que je me suis dévoué aux honorables et laborieuses fonctions de l’enseignement ; c’est ainsi que j’ai pu, dès les commencements, servir la chose publique, avec quelque danger sans doute, mais peut-être aussi avec quelque honneur ; et quand je ne me serais pas dès longtemps frayé cette route, j’y entrerais aujourd’hui, bien sûr que c’est surtout dans celle-là que vous aimerez à me suivre.

  • 1 « Des statues » et « Des supplices » : titres des deux discours effectivement prononcés par Cicéro (...)

2C’est d’ailleurs dans cette affaire de Verrès que Cicéron annonça tout ce qu’il serait et donna au peuple romain la mesure de son talent et le gage de son patriotisme. On sait que les deux Verrines De signis et De suppliais1 sont les chefs-d’œuvre de l’éloquence accusatrice dans toutes ses parties ; mais ce qui est encore plus digne de louanges, c’est le courage de l’orateur.

3Verrès, proconsul de Sicile, s’était souillé de tous les crimes ; mais il avait toute sorte de moyens de s’en assurer l’impunité. Il était très riche, et depuis longtemps la justice était vénale dans Rome. Il était soutenu par le parti des nobles, non qu’il y en eût beaucoup qui fussent capables des mêmes atrocités : celles que Verrès avait commises étaient à un degré qui heureusement a été rare dans tous les gouvernements tempérés, et quoique le proconsulat romain fût de sa nature arbitraire et oppressif, comme exercé au nom d’un peuple conquérant et dominateur, sur des nations assujetties, il était généralement mitigé par la douceur des lois et des mœurs romaines, par les privilèges conservés aux provinces qui avaient le titre d’alliée [sic] ; enfin, par la responsabilité qui attendait ces proconsuls dès qu’ils étaient hors de charge. Car nulle espèce d’autorité n’en fut jamais exempte à Rome, pas même celle dont les pouvoirs étaient illimités, la dictature. À l’expiration, l’on était toujours sujet à rendre compte aux lois de l’emploi qu’on avait fait d’une puissance élevée passagèrement au-dessus des lois. C’est ainsi que la sagesse romaine avait su concilier le besoin qu’on peut avoir quelquefois d’une autorité extraordinaire avec la nécessité de la restreindre par le frein de la responsabilité. En vous mettant pour un temps au-dessus des formes légales, on ne vous mettait pas au-dessus de l’esprit général de toutes les lois, qui est la justice, ni au-dessus des plaintes de l’opprimé, qui pouvait devenir accusateur, dès que vous n’étiez plus maître. Aussi n’y eût-il pas à Rome un seul exemple d’une dictature qui eût conduit à la tyrannie.

  • 2 Sur ce thème, central chez La Harpe, de la novlang révolutionnaire, voir supra, les notes 73 et 78 (...)

4Mais si l’on portait la démence jusqu’à conférer des pouvoirs sans bornes et sans responsabilité expresse et publique, l’abus alors serait nécessairement hors de toute mesure et de tout calcul ; car les gouvernés n’auraient plus d’autre garantie que la vertu des gouvernants ; et si en morale on doit en croire à la vertu, en législation jamais on ne doit y compter. Ces deux mots mêmes, pour quiconque sait raisonner, s’excluent l’un l’autre ; car la vertu, si l’on pouvait y compter, irait beaucoup plus loin que toute législation, et celle-ci n’est nécessaire à tous qu’au défaut de l’autre, qui n’appartient qu’à quelques hommes. Aussi peut-on remarquer que les seuls législateurs qui aient affecté de parler sans cesse de morale et de vertu ont été précisément ceux qui avaient pour but d’anéantir toute loi. Ils se servaient des mots pour détruire les choses et substituaient une abstraction qu’ils ne craignaient pas à une force réelle qu’ils redoutaient. Cette vérité est assez importante pour faire excuser l’espèce de digression où elle m’a entraîné. Je m’en permettrai souvent de pareilles, pour ne négliger aucune occasion de remettre les principes à leur place ; car la maladie dont nous avons été si longtemps travaillés, et qui a été si près d’être mortelle, n’était autre chose que le renversement total des principes éternels du bon sens, légalement proscrits par une langue nouvelle2. Ce sont, pour ainsi dire, des bannis que nous rappelons aujourd’hui l’un après l’autre ; et chaque fois qu’il y en aura de réintégré, ce sera une victoire sur la tyrannie, sur l’ignorance et l’anarchie.

5Verrès n’ignorait donc pas qu’il faudrait rendre compte, et il s’y attendait : mais il s’était arrangé sur la corruption générale, et rien n’en peut donner une idée plus juste que le propos qu’il tint publiquement, et que Cicéron se garda bien d’oublier dans la plaidoirie : « J’ai fait trois parts des trois années de mon gouvernement, une pour les avocats, une pour les juges, une pour moi. » Il est probable que cette dernière n’était pas la plus mauvaise.

6Ainsi, en payant l’iniquité des juges et les paroles ou le silence des avocats, il se flattait bien de se tirer d’affaire, et de jouir tranquillement de son tiers. Cicéron déconcerta toutes ses mesures. Verrès trouva en effet dans Hortensius, qu’on appelait alors le « roi du barreau », un homme prêt à tout faire et à tout dire pour de l’argent ; mais il trouva dans Cicéron un homme dont il n’était pas plus aisé de corrompre la probité que de payer l’éloquence. Édile désigné, il entrait alors dans la carrière des honneurs ; et il y entrait par la bonne voie, par celle qui convenait à un de ces hommes que l’orgueil patricien appelait « hommes nouveaux », homines novi. Vous l’entendrez lui-même parler plus d’une fois sur cette dénomination dont il se faisait honneur, et sur les devoirs qu’elle lui imposait. Il tenait tout du peuple et, en bon citoyen, il se croyait obligé de rapporter tout aux intérêts du peuple, son bienfaiteur, et par conséquent de la République. Des hommes qui, d’ailleurs, avaient beaucoup de mérite (et Hortensius était de ce nombre) n’étaient pas si scrupuleux ; ils se pliaient aux circonstances et sacrifiaient aux intérêts particuliers. Ceux qui étaient dans le cas d’obtenir des gouvernements de province, ceux même qui étaient fort loin d’être des Verrès, ne se souciaient nullement qu’on s’accoutumât à examiner leur conduite dans les tribunaux, et à traîner les proconsuls des ténèbres de leur administration au grand jour du forum. L’accusation intentée contre Verrès par la province de Sicile, et entreprise par Cicéron, les épouvantait ; et les grands en général, ceux même qui condamnaient Verrès, craignaient les suites et l’exemple d’un semblable procès. Telle est malheureusement l’aveugle pusillanimité trop ordinaire à ceux qui ont en main l’autorité. On voit quelquefois les plus honnêtes ménager les méchants, parce qu’ils ont peur pour eux-mêmes ; « Cela peut venir jusqu’à nous » (disent-ils). Insensés ! et comment ne voyez-vous pas que plus la loi menace les pervers, plus elle rassure l’innocence ? C’est quand ils sont impunis qu’elle doit trembler. Car, d’abord c’est une preuve de la faiblesse des lois ; et dès que les lois sont sans force, personne n’est en sûreté. Ensuite, comment ne voyez-vous pas que l’impunité même n’est pas une transaction avec le crime ? Car, l’exemple encourage tous ceux qui sont capables du crime ; et ceux qui l’ont commis ne se croient jamais hors d’atteinte, qu’en se mettant en état d’en commettre de nouveaux. La nature des choses et l’expérience des faits l’attestent également : il n’y a pour les grands coupables que deux sortes d’hommes, des complices ou des juges ; ils ont toujours besoin des uns et toujours peur des autres, ils veulent toujours s’assurer des premiers et se défaire des seconds ; et il faut tuer ceux-ci, pour payer ceux-là : c’est une marche invariable dans tous les temps ; c’est le châtiment que la nature a préparé aux scélérats, au défaut même de tout autre supplice. Il faut que leur conscience les tourmente toujours : si ce n’est pas par le remords, c’est par la crainte. En deux mots, le crime est en guerre avec l’espèce humaine ; il faut ou qu’il soit exterminé, ou qu’elle soit foulée aux pieds : choisissez. Est-il possible que depuis le commencement du monde, il faille toujours redire aux hommes les mêmes vérités ? Il le faut bien, puisqu’ils sont toujours prêts à les oublier.

  • 3 Deux sculpteurs renommés. Verrès vola un Hercule de Myron et des canéphores de Polyclète (De signi (...)

7Il n’y eut sorte d’artifice que l’on n’employât pour tirer Verrès des mains de Cicéron, et pour écarter un si terrible accusateur. On imagina d’abord d’en aposter un autre dont on était sûr, un Sicilien, nommé Caecilius, qui avait été questeur de Verrès, et qui, se portant pour son ennemi, disputait à Cicéron le droit de l’accuser. Le premier plaidoyer de notre orateur eut donc pour objet de repousser cet émissaire de Verrès ; et quand il eut gagné ce premier point, il demanda un ajournement de trois mois, pour aller en Sicile recueillir les informations nécessaires. Là, il apprit que les partisans de Verrès avaient formé un autre plan, que devait favoriser la durée du voyage de Cicéron. L’époque marquée pour son retour touchait à la fin de l’année ; et en prolongeant les plaidoyers, ce qui était facile dans un procès si considérable, ils auraient atteint le moment où les magistratures étaient renouvelées, et alors Hortensius prenait possession du consulat, et les deux Metellus, amis de Verrès, devenaient l’un consul et l’autre préteur, et ce dernier se trouvait en droit d’évoquer l’affaire à son tribunal. Cicéron, animé de cette haine du crime qui est l’instinct de la vertu, fit encore échouer cette manœuvre. D’abord, il força de diligence, fit en cinquante jours ce qu’il avait cru ne pouvoir faire qu’en trois mois ; et la promptitude imprévue de son retour consterna ses adversaires. Il montra que le plus pénible des sacrifices, celui de l’amour-propre et de la gloire, ne coûte rien à un vrai citoyen, c’est-à-dire à un courageux ami de la justice. L’accusation contre Verrès prêtait à tous les genres d’éloquence, à cause du nombre et de la diversité des délits ; c’était la première fois que Cicéron accusait, et jamais un champ plus vaste ne s’était ouvert à l’art oratoire ; mais aussi la République était de droit sur chaque objet, et c’était là le danger, car tout dépendait du temps et des moyens de l’économiser. Il ne balança pas et renonçant au plaisir de parcourir avec éclat toute l’étendue de la carrière, il n’en vit plus que le but, et y marcha sans s’arrêter. Ainsi, contre l’usage établi de pérorer d’abord sur tous les faits de part et d’autre, et d’appeler ensuite les témoins, il procéda tout de suite à la preuve testimoniale. Les dépositions étaient accablantes par le nombre, par la gravité, par l’évidence ; l’indignation du peuple romain croissait de moment en moment et avait peine à se contenir ; mais quand on entendit que des citoyens romains avaient été mis sous les verges et sous la hache des licteurs, ce peuple justement jaloux de son inviolabilité civique, qui défendait qu’un citoyen fût jamais touché par la main des bourreaux, si ce n’est pour le seul crime de trahison, éclata en murmures et en menaces ; on ne parlait que de mettre en pièces le monstre qui avait attenté à ce point à la majesté nationale, et les juges se hâtèrent de faire passer Verrès derrière leurs bancs et de lui donner les moyens de se dérober à la fureur publique. Hortensius, abattu de ce coup, fut le premier à conseiller à son client de s’exiler lui-même, et de renoncer à toute défense. Les lois qui protégeaient en lui ce titre de citoyen romain, qu’il avait si cruellement violé, ne permettaient pas que sa punition allât au-delà du bannissement et de l’amende ; il fut banni et condamné à payer aux Siciliens cinq millions, c’est-à-dire à peu près la valeur de ce qu’il avait volé en statues, en tableaux, en ouvrages d’orfèvrerie. Ce qui appartenait aux monuments publics, aux temples, aux bois sacrés, en un mot tous les objets de culte, que le peuple romain, le plus religieux de la terre, regardait comme inviolables, fut restitué. Verrès garda les larcins privés, dont l’amende de cinq millions était une compensation ; il traîna dans son exil, comme on peut bien le croire, une vie misérable, une existence abhorrée, et devint même assez pauvre pour avoir besoin de secours, et Cicéron fut assez bon pour lui en faire passer. Cette pauvreté pourrait étonner, si l’on ne se souvenait que l’amende avait absorbé sa fortune, et que sa passion pour le luxe des arts était si effrénée et si aveugle qu’il aimait mieux manquer du nécessaire que de se résoudre à vendre un ouvrage de Polyclète ou de Myron3. Cette manie alla plus loin ; elle finit par lui attirer une mort violente, que ses forfaits lui avaient tant de fois méritée. Il eut l’imprudence de refuser à Marc-Antoine des vases de Corinthe, que le triumvir demandait en maître ; et sur son refus, il fut proscrit et livré au glaive ; mais Cicéron l’avait été avant lui.

8Il n’y eut donc, des sept plaidoyers que nous avons contre Verrès, que les deux premiers de prononcés, celui qui fit rejeter l’intervention de Caecilius et celui dans lequel Cicéron expose à la fois et les menées de ses adversaires et la marche qu’il suivra pour les prévenir. Quelques morceaux de ce premier discours nous donneront une idée de la dépravation et de l’infamie où était tombé le pouvoir judiciaire, depuis dix ans que Sylla, qui faisait tout pour le parti des grands, avait ôté les jugements à l’ordre des chevaliers, pour les attribuer au sénat. Le tableau des mœurs romaines à cette époque, et l’énergie que Cicéron y oppose, forment un intéressant contraste, digne de nous occuper un moment ; et vous verrez avec quelque plaisir de quel ton il parle, non seulement aux parties adverses, mais à ses juges, et comment la vertu peut en imposer à la puissance.

9« L’attente universelle produite par une accusation de cette importance, ce prodigieux concours de peuple, toutes ces circonstances, je l’avoue, me causent beaucoup de trouble et d’émotion, mais bien moins que les détestables embûches préparées par ce scélérat contre moi, contre vous, juges, contre le préteur qui vous préside ici, contre l’intérêt des nations alliées et étrangères, contre l’ordre entier et le nom même du sénat. Verrès dit tout haut que ceux-là seuls peuvent craindre qui n’ont volé que pour eux ; que pour lui, il est tranquille, parce qu’il a pris assez pour contenter tout le monde ; qu’il n’y a rien de si sacré que l’argent ne fasse violer, rien de si fort dont l’argent ne vienne à bout... Cet homme aussi audacieux qu’insensé voit avec quelles armes je me présente dans cette cause ; il voit que je suis à portée, non seulement de faire retentir à votre oreille ses rapines et ses attentats, mais de les étaler à tous les yeux ; il voit qu’une foule de sénateurs se porte pour témoin contre lui, qu’une foule de citoyens et d’alliés dépose de ses vexations ; il voit que les députations les plus imposantes des villes qui nous sont le plus attachées s’accordent contre lui avec l’autorité des témoignages publics ; il le voit, et pourtant il ose avoir assez mauvaise opinion de tous les honnêtes gens, il ose croire les tribunaux assez perdus de corruption, pour répéter publiquement que s’il a tant aimé l’argent, il n’a pas eu tort, puisque l’argent a tant de pouvoir ; qu’il a fait ce qu’il y avait de plus difficile ; puisqu’il a su acheter du temps, et qu’avec le temps il achètera plus aisément encore tout le reste... Il m’oppose les grands noms de la noblesse, c’est-à-dire l’orgueil et l’arrogance de quelques hommes qui, loin de m’embarrasser, parce qu’ils sont nobles, servent en effet ma cause, parce qu’on les connaît pour ce qu’ils sont ; il feint de compter sur leur appui ; mais il a bien d’autres motifs de confiance, et vous allez en juger par un fait. Vous vous souvenez quel abattement subit avait succédé à toute la présomption de Verrès, lorsqu’en présence du peuple romain, je fis rejeter du scrutin tous les juges que l’argent y avait fait nommer, lorsqu’on entendit les noms des hommes purs qui composent aujourd’hui ce tribunal. Eh bien, le jour qu’Hortensius fut désigné consul, au retour des comices, au milieu de la foule qui l’entourait, Curius aperçoit Verrès, il l’appelle à grands cris, le félicite, et sans adresser un mot ni au consul, ni à ses proches, ni à ses amis, il ne s’occupe que de Verrès, l’embrasse, lui recommande d’être sans inquiétude : “Je vous annonce, lui dit-il, que les comices d’aujourd’hui vous ont absous.” Les plus honnêtes gens viennent m’en instruire aussitôt, les uns riant de pitié, les autres saisis d’indignation : tous me déclarent, comme une chose reconnue, qu’il n’y a plus de justice à Rome, puisqu’un accusé qui la veille se regardait déjà comme condamné, le lendemain se croit absous, parce que son défenseur est nommé consul.

10« Quoi donc ! (leur dis-je), la voix de la Sicile entière, le cri de tous les négociants, les dépositions publiques et particulières, tout cela n’a plus de force ? — Non, rien ne se fera contre le vœu du consul désigné. — Quoi ! les juges n’en croiront pas l’évidence ! Ils compteront pour rien tant de témoignages et l’opinion du peuple romain ! — Oui, tout dépendra d’un seul homme, tout sera décidé à son gré. »

11Les hommes sont naturellement ennemis de l’abus de l’autorité ; les oppresseurs et les prévaricateurs ne l’ignorent pas ; aussi ne manquent-ils guère de s’envelopper de voiles et de se couvrir de prétextes spécieux. Un des moyens les plus puissants contre eux, et qui est en même temps celui de la vérité, c’est de faire parler à l’iniquité son langage naturel, de la montrer dans toute son impudence, et dans sa hideuse nudité ; et pour cet effet une des formes oratoires les plus heureuses, c’est d’instituer un dialogue contradictoire, comme

12Cicéron le fait ici et dans cent autres endroits. On croirait ce moyen bien simple ; il n’y a pourtant que les vrais orateurs qui sachent s’en servir ; car il y faut et l’à-propos et la mesure ; il faut de plus une sorte de force dans le caractère et de précision dans le langage, qui ne sont rien moins que communes : si l’on en doute, on n’a qu’à lire et observer, et l’on verra le résultat.

13Cicéron passe à l’élection des deux Metellus, l’un pour le consulat, l’autre pour la préture, et aux démarches que l’on a déjà osé faire en faveur de l’accusé.

14« Avez-vous cru (dit-il à ses adversaires) que je garderais le silence sur des circonstances si graves ? Avez-vous cru, quand la chose publique et ma réputation personnelle sont également compromises, que dans un si grand danger je pourrais avoir d’autres égards que ceux que je dois à mon ministère et à ma dignité ? Oui, juges, Metellus a mandé chez lui les Siciliens ; plusieurs s’y sont rendus, d’autant plus volontiers que son frère est actuellement préteur en Sicile, il leur a dit ces propres paroles : “Je suis consul ; mon frère gouverne votre province ; un autre Metellus, préteur, jugera des accusations de péculat ; vous voyez que toutes les mesures sont prises pour qu’on ne puisse pas nuire à Verrès.” Quoi ! Metellus, n’est-ce pas là ce qu’on peut appeler une véritable corruption des jugements ? Quoi ! pour éloigner des témoins venus de Sicile, des hommes déjà intimidés et abattus par le malheur, employer, non pas seulement votre crédit particulier, mais la crainte de la puissance consulaire et de celle de deux préteurs ! Et que feriez-vous pour un de vos proches innocents, vous qui oubliez à ce point votre devoir et votre dignité, en faveur d’un si grand coupable ? »

15Il déclare alors aux juges que leur premier intérêt et celui de la République est d’empêcher que Verrès puisse échapper aux lois, et que la cause soit renvoyée à un autre tribunal ; qu’en conséquence, il renonce à la palme d’orateur, pour celle d’accusateur vigilant et inflexible ; et s’adressant à Hortensius, il lui dit :

16« C’est donc à vous, Hortensius, à vous seul, que j’aurai affaire, et je vous le déclare hautement : si vous n’étiez ici que pour disputer avec moi des moyens de la parole et de ceux de défense et d’accusation, je voudrais y employer tous mes soins et tous mes efforts ; mais puisque vous avez préparé une autre sorte de combat, non pas selon vos facultés naturelles, mais selon les convenances de l’accusé, je dois, de quelque manière que ce soit, aller au-devant de vos projets perfides ; et si votre marche est calculée avec artifice, la mienne est prescrite par la nécessité. Je vous ai dit que c’est à vous que j’aurai affaire, et je vais vous expliquer quelle espèce de lutte va s’ouvrir entre vous et moi. Quand je me suis chargé de la cause des Siciliens, j’ai pensé qu’il m’était honorable que ceux qui dans ma questure avaient fait l’épreuve de mon intégrité et de mon désintéressement voulussent encore la faire de ma fidélité et de mon zèle pour leur cause. Mais en même temps je me suis proposé quelque chose de plus grand, et qui pût faire connaître mes sentiments à l’égard du peuple romain. En effet, c’eût été trop peu pour moi, trop peu pour ce que je puis avoir de facultés, de mettre en justice ce misérable, déjà condamné par l’opinion générale, si vous n’eussiez pas voulu, dans la cause désespérée d’un tel homme, interposer entre ses crimes et moi ce despotisme intolérable, cette ambitieuse partialité que depuis quelques années vous exercez dans les tribunaux. Mais puisque cette domination absolue, cette royauté judiciaire a tant d’attraits pour vous, puisqu’il y a des hommes qui ne peuvent se lasser ni se dégoûter de leur propre infamie, et qui semblent se faire un plaisir de heurter l’opinion du peuple romain et de braver ses ressentiments, je regarde cette cause comme un fardeau que je dois porter, lourd peut-être et même périlleux, mais digne que j’y dévoue tout ce que la force de l’âge et du travail peut me fournir de moyens. L’ordre entier du sénat est opprimé par le crédit et la perversité d’un petit nombre d’hommes ; ils font rejaillir sur lui la honte des jugements qu’ils font rendre ; et c’est contre ces hommes que je me présente en ennemi implacable, en accusateur opiniâtre, en infatigable adversaire. Ce sont là les premières fonctions de la magistrature que le peuple romain m’a confiée contre les méchants, ce sont là les jeux et les spectacles de mon édilité : en puis-je donner de plus beaux et de plus honorables ? J’avertis tous les courtiers de procès, tous ceux qui font métier d’accaparer des jugements, de déposer de l’argent, d’en distribuer, d’en recevoir, d’en promettre ; tous ceux qui signalent dans ces trafics leur travail ou leur impudence, je les avertis qu’ils aient à contenir, dans cette affaire, la vénalité de leurs mains, et à s’abstenir de toutes les manœuvres criminelles que je suis en état d’éclairer. D’un côté sera le consul Hortensius, je le sais, avec toutes les prérogatives de la première dignité de la République ; de l’autre, un simple édile, je l’avoue, c’est-à-dire un peu plus qu’un particulier ; mais la charge que je prends sur moi est de telle nature, est tellement faite pour plaire au peuple romain que le consul sera devant l’édile, s’il est possible, un peu moins qu’un particulier. »

17Qu’il y a loin de cette hauteur de ton, qui n’est autre que celle de l’âme, de cette fierté loyale, véritable ou républicaine, à la jactance grossière, à la violence forcenée, aux fanfaronnades burlesques de ces charlatans de tribune, qui étaient parvenus à nous donner, comme la règle et le modèle du langage républicain, ce qui n’était aux yeux du bon sens que l’éruption insolente et impunie de leurs passions viles et féroces, ou le ridicule jargon de leur ignorance insensée ! Prétendrait-on que cette éloquence si noble et si saine, qui a tant de force et de mesure, et dont la force même, ce qu’on ne sait pas assez, n’est si réelle que parce que la mesure en est si juste ; prétendrait-on que cette éloquence ne pût, à cause de la différence des mœurs, devenir jamais la nôtre ? Ce serait une grande erreur ; je le répète : on parlera bien quand on pensera bien, on verra reparaître l’éloquence à mesure que la raison renaîtra ; comme l’édifice s’élève à vue d’œil, quand les fondements sont posés. Nous avons eu, nous avons, nous aurons, et en grand nombre, des sujets oratoires aussi riches, aussi heureux, aussi intéressants et plus neufs que tous ceux de l’Antiquité ; et si l’on n’en tirait pas tout le parti possible, c’est que les hommes manqueraient aux choses, et non pas les choses aux hommes.

18Cicéron exhorte ensuite les juges à soutenir l’honneur du sénat, qui leur est confié, et il termine ainsi : « Je suis bien résolu à ne pas permettre que cette cause passe à un autre tribunal et devant un autre préteur. Je ne souffrirai pas qu’on la fasse traîner en longueur, jusqu’à ce que les Siciliens, que les consuls désignés n’ont pu ébranler en leur dépêchant des esclaves, en les mandant chez eux d’une manière inouïe jusqu’ici, soient enfin appelés par les licteurs, et que ces malheureux, auparavant amis et alliés du peuple romain, maintenant opprimés et suppliants, perdent, avec leurs droits et leur fortune, jusqu’à la liberté de se plaindre. Non, certes, je ne souffrirai pas qu’après que j’aurai plaidé cette cause, on ne me réponde qu’au bout de quarante jours, quand le laps de temps aura fait passer l’oubli sur mon accusation, ni qu’on remette à la juger jusqu’au moment où cette foule, arrivée ici de toutes les contrées de l’Italie, au temps marqué pour les comices et les jugements, ait quitté les murs de Rome. En un mot, je pense que dans ce grand procès l’intérêt de la réputation et le risque du blâme sont tout entiers pour les juges, que les veilles et les fatigues sont pour moi ; mais que la connaissance de ce que chacun aura fait, le souvenir de ce que chacun aura dit appartient à tout le monde... J’ai dit. »

19Les historiens rapportent comme une chose digne de remarque que dans l’audition des témoins, qui dura neuf jours, Hortensius qui avait le droit de les interpeller ne proféra pas une parole, si ce n’est que, sur une déposition qui ne lui semblait pas claire, il dit avec humeur : « Je n’entends pas les énigmes. » Cicéron qui, comme on sait, était prompt à la répartie, lui dit : « Je m’en étonne ; vous avez chez vous le sphinx. » L’allusion fut généralement sentie, parce qu’il était public qu’Hortensius avait reçu de Verrès un sphinx d’airain d’un grand prix.

20Le discours dont j’ai traduit quelques morceaux, n’était, comme vous le voyez, qu’une espèce d’exorde général, remarquable seulement par la franchise énergique des sentiments et des résolutions de l’orateur. C’est dans l’inimitable plaidoyer sur les cruautés de Verrès que nous admirerons le vaste développement du beau génie de Cicéron, et les couleurs tour à tour terribles et touchantes dont il peint des atrocités qui font frémir ; et nous appliquerons cet exemple à cette partie de l’invention oratoire qui consiste à émouvoir l’indignation et la pitié, les deux sources les plus abondantes du pathétique.

Notes

1 « Des statues » et « Des supplices » : titres des deux discours effectivement prononcés par Cicéron dans l’affaire Verrès.

2 Sur ce thème, central chez La Harpe, de la novlang révolutionnaire, voir supra, les notes 73 et 78, ainsi que notre introduction, p. 528-529.

3 Deux sculpteurs renommés. Verrès vola un Hercule de Myron et des canéphores de Polyclète (De signis, III, 5-7). Sa préture en Sicile (75-72) fut un long brigandage. L’impression faite par la liste de preuves et de témoignages produite par Cicéron fut telle qu’Hortensius, avocat de Verrès, renonça à prendre la parole, et l’engagea à s’exiler sans attendre l’issue du procès. Verrès dut restituer une somme de quarante-cinq millions de sesterces aux Siciliens. Cicéron composa alors cinq mémoires, qu’on a nommés la Seconde action contre Verrès. Exilé en 72, Verrès ne revint à Rome qu’au bout de vingt-quatre ans, lors de la loi de César qui rappelait les bannis. Il fut proscrit en 43 pour avoir refusé de livrer au triumvir Antoine des vases de Corinthe qu’il avait en sa possession.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540