Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons de littérature de la Harpe

Cinquième leçon

22 germinal/11 avril

Texte intégral

1Nous avons entendu démosthène dans les deux genres d’éloquence, le judiciaire et le délibératif ; et nous avons vu que, dans l’un et dans l’autre, sa logique était également pressante, et ses mouvements de la même impétuosité. Cicéron procède en général d’une manière différente : il donne beaucoup aux préparations ; il semble ménager ses forces en multipliant ses moyens ; il n’en néglige aucun, non seulement de ceux qui peuvent servir à sa cause, mais même de ceux qui ne vont qu’à la gloire de son art ; il ne veut rien perdre, et n’est pas moins occupé de lui que de la chose. C’est sans doute pour cela que Fénélon, dont le tact est si délicat, préférait Démosthène, comme allant plus directement au but. Quintilien, au contraire, paraît préférer Cicéron, et l’on sait qu’entre deux orateurs d’une telle supériorité, la préférence est plutôt une affaire de goût que de démonstration. Telle a toujours été ma manière de penser sur ces sortes de comparaisons, si souvent ramenées dans les entretiens et dans les discussions littéraires. J’ai toujours dit que ce qui importait, ce n’était pas de décider une prééminence qui sera toujours un problème, attendu la valeur à peu près égale des motifs pour et contre, et la diversité des esprits ; mais de bien saisir, de bien apprécier les caractères distinctifs et les mérites particuliers de l’un et de l’autre. A cet égard, je puis rendre compte d’une impression que j’ai éprouvée, qui me paraît une vérité que notre révolution m’a révélée, et qui pourrait mettre d’accord ceux qui contestent sur la primauté entre ces deux orateurs.

2Jusque-là, j’avais toujours préféré Cicéron, et je le préfère encore comme écrivain. Mais depuis que j’ai vu des assemblées délibérantes, j’ai cru sentir que la manière de Démosthène serait peut-être plus puissante dans ses effets que celle de Cicéron.

3Remarquez que tous deux ne sont plus pour nous, à proprement parler, que des écrivains ; nous ne les entendons pas, nous les lisons ; ils ne sont plus là pour nous persuader, mais pour nous plaire. Philippe et Eschine, Antoine et Catilina sont jugés, il y a longtemps ; c’est Cicéron et Démosthène que nous jugeons, et cette différence de point de vue est grande ; car pour les Grecs et pour les Romains, c’était de la chose qu’il s’agissait avant tout, et ensuite de l’orateur. Tous deux ont eu les mêmes succès et ont exercé le même empire sur les âmes ; mais aujourd’hui je conçois très bien que Cicéron, qui a toutes les sortes d’esprit et toutes les sortes de style, doit être plus généralement goûté que Démosthène, qui n’a pas cet avantage. Cicéron est devant des lecteurs, il leur donne plus de jouissances diverses, il peut l’emporter : devant des auditeurs, nul ne l’emporterait sur Démosthène, parce qu’en l’écoutant il est impossible de ne pas dire à tout moment : « Il a raison » ; et certainement c’est là le premier but de l’art oratoire.

4Ne pourrait-on pas encore observer d’autres motifs de disparité, tirés de la différence des gouvernements et du caractère des peuples à qui tous deux avaient affaire ? Il n’y avait dans

  • 1 Rousseau, Du contrat social, livre III, chap. ni : « en général le gouvernement démocratique convi (...)

5Athènes qu’une seule puissance, celle du peuple : c’était une démocratie absolue, telle que Rousseau la voulait exclusivement pour les petits États1 ; il la croyait impossible dans les grands, parce qu’il n’y en avait pas même eu d’exemple : il n’en sera que plus beau à la France d’en donner le premier modèle au monde, et de répondre à Rousseau comme un homme de sens répondit à un sophiste qui niait le mouvement : il marcha. Le peuple athénien était volage, inappliqué, amoureux du repos, idolâtre des plaisirs, confiant dans sa puissance et dans son ancienne gloire. Il avait besoin d’être fortement remué ; et quoique la manière de Démosthène fût, sans doute, le résultat des qualités naturelles de son talent, elle dut aussi être modifiée, jusqu’à un certain point, par la connaissance qu’il avait du caractère de ses auditeurs ; et cette étude était trop importante pour échapper à un homme d’un aussi excellent esprit que le sien. Il songea donc principalement à frapper fort sur cette multitude inattentive, sachant bien que s’il lui donnait le temps de respirer, s’il lui permettait de s’occuper des agréments de son style et des beautés de sa diction, tout était perdu : les Athéniens étaient capables d’oublier tout ce qu’il leur disait pour s’extasier sur ses phrases et faire parade de leur bon goût, en se récriant sur le sien.

6Il le savait si bien qu’à la fin de la harangue dont j’ai mis une grande partie sous vos yeux, et qui lui attira beaucoup d’applaudissements, il leur adressa ces derniers mots : « Eh ! n’applaudissez pas l’orateur, et faites ce qu’il vous conseille ; car je ne saurais vous sauver par mes paroles ; c’est à vous de vous sauver par des actions. »

7Aussi, quand il avait entraîné le peuple, il avait tout fait : on le chargeait sur-le-champ de rédiger le décret, suivant la formule ordinaire qui en laissait à l’orateur et l’honneur et le danger : De l’avis de Démosthène, le peuple d’Athènes arrête et décrète, etc. Nous avons encore une foule de ces décrets conservée chez les historiens et les orateurs de la Grèce.

  • 2 La Harpe pense à deux ouvrages qui ont beaucoup marqué la réflexion politique du siècle finissant, (...)

8Il n’en était pas de même à Rome : il y avait une concurrence de pouvoirs et une complication d’intérêts divers à ménager. Quoique la souveraineté résidât de fait dans le peuple, sans être théoriquement établie, comme elle l’a été chez les modernes, le gouvernement habituel appartenait au sénat, si ce n’est dans les occasions où les tribuns portaient une affaire devant le peuple assemblé et faisaient passer un plébiciste ; et dans ce cas, le sénat même y était soumis. Pour ce qu’on appelait une loi, il fallait réunir le consentement du peuple et du sénat ; et de là ces fréquentes divisions entre les deux ordres, dans lesquelles le peuple eut presque toujours l’avantage et, ce qui est plus remarquable, presque toujours raison. Mais ce qui prouve que la théorie de la souveraineté du peuple n’était pas très clairement connue, c’est que tous les actes publics portaient textuellement : « senatus populusque Romanus », ce qui était inconséquent : les principes exigeaient que l’on dît « populus senatusque Romanus ». Mais cette différence si essentielle entre la souveraineté et le gouvernement n’a été bien développée que dans les écrits de Sidney et de Locke2, particulièrement de ce dernier, le meilleur logicien qui ait jamais existé.

9Les affaires étaient donc souvent traitées en même temps et dans le sénat et devant le peuple, et la différence d’auditoire devait en mettre dans l’éloquence. De plus, il y avait des citoyens si puissants qu’ils faisaient seuls, et par leur crédit particulier, un poids considérable dans la balance des délibérations publiques, et l’orateur devait avoir égard à toutes ces considérations.

  • 3 Fille du plébéien Virginius, centurion à l’armée d’Algide, Virginie eut le malheur d’exciter la co (...)

10Le peuple romain était beaucoup plus sérieux, plus réfléchi, plus mesuré, plus moral que celui d’Athènes ; on peut dire même que de tous les peuples libres de l’antiquité, il n’en est pas un qui puisse lui être comparé. Il a donné des exemples sans nombre de cette modération, qui semble ne pas appartenir à une multitude, dont les mouvements ont ordinairement d’autant moins de mesure qu’ils ont par eux-mêmes plus de force ; et l’on sait que la modération n’est autre chose que la mesure juste de toutes les affectations, de tous les devoirs et de toutes les vertus. Ce qui est rare dans un individu doit l’être encore plus dans un amas d’hommes ; et c’est pourtant ce qu’on vit sans cesse dans le peuple romain, et ce qui le montre aux yeux observateurs comme particulièrement destiné à commander aux autres. Cette vérité, qui pourrait donner une face nouvelle à l’histoire romaine si elle était écrite aujourd’hui par quelqu’un qui joignît à l’éloquence des anciens la philosophie qui leur a souvent manqué, n’est pas très communément sentie, parce que tous les historiens latins ont plus ou moins de partialité pour le sénat. C’était, sans doute, une compagnie très sage surtout dans sa politique extérieure, où ses passions ne dominaient pas, du moins jusqu’à l’époque de sa corruption ; mais dans le gouvernement intérieur, il serait facile de prouver que le peuple montra souvent beaucoup plus de justice et de vertu que lui. Où trouvera-t-on, par exemple, rien qui ressemble aux Romains, lorsque leur armée quitte son camp au bruit de la mort de Virginie, premier crime individuel de la tyrannie décemvirale et qui fut le dernier3, entre dans Rome, enseignes déployées, sans commettre la plus légère violence ; se borne à rétablir les autorités légitimes, à traduire Appius devant les tribunaux ; et quand il est condamné, reçoit encore son appel au peuple, quoique lui-même eût abrogé ce droit d’appel ?

  • 4 . La Harpe cite apparemment de mémoire, et de façon très inexacte, une lettre de Brutus censée avo (...)

11Le peuple était fier, et il avait raison ; il sentait sa force et n’en abusait pas : c’est la véritable énergie ; c’est avec celle-là qu’on fait de grandes choses, et Brutus avait bien raison de dire, dans sa lettre à Cicéron : « Il n’y a rien de grand que ce qui est fondé sur des principes invariables4. »

  • 5 L’édition Didier du Lycée ou Cours... de 1834, où ce passage est repris, donne entre parenthèses p (...)
  • 6 La Harpe continue de persifler la langue de bois montagnarde. Sur le sens politique donné par Robe (...)

12La corruption régnait dans Rome au temps de Cicéron, mais il est juste d’avouer qu’elle était infiniment plus sensible chez les grands que chez le peuple. L’immoralité des principes n’eût pas été supportée dans la tribune aux harangues ; elle le fut quelquefois dans le sénat, et se montra souvent dans sa conduite. Mais dans aucun temps la fierté du peuple et la sévérité romaine n’auraient pu s’accommoder des objurgations amères et humiliantes que Démosthène adressait aux Athéniens. Caton seul se les permit quelquefois, et on le pardonnait à son stoïcisme reconnu ; on respectait sa vertu sans estimer sa politique qui, en effet, était médiocre. Il rendit peu de services, parce qu’il manquait de cette mesure dont je parlais tout à l’heure, et que Tacite appelle « tenere ex sapientia modum 5». Cicéron en rendit de très grands pendant toute sa vie et mérita d’être appelé « père de la patrie ». Je me souviens, à ce propos, qu’un fort bon citoyen, incapable assurément de faire du mal, et qui même a fait du bien, mais qui apparemment ne savait de Cicéron que ce qu’on en sait dans les classes, et ne connaissait pas le Cicéron de l’histoire, me dit, un jour que je lui en faisais l’éloge : « Allez, votre Cicéron n’était qu’un modéré. » « Ce n’est pourtant pas à ce titre, lui dis-je, que les triumvirs l’assassinèrent ; mais c’est qu’apparemment on ne connaissait pas à Rome la faction des modérés6. »

13D’après ces observations, on ne sera pas étonné des deux caractères dominants dans l’éloquence de Cicéron, l’insinuation et l’ornement : l’insinuation, parce qu’il avait à ménager, soit dans le sénat, soit devant le peuple, soit dans les tribunaux, une foule de convenances étrangères à Démosthène ; l’ornement, parce que la politesse du style, qui n’était introduite à Rome que depuis la conquête de la Grèce, était une sorte d’attrait qui se faisait sentir plus vivement à mesure que tous les arts de goût et de luxe étaient plus goûtés dans Rome. Au milieu des jouissances de toute espèce, celles de l’esprit et de l’oreille étaient devenues une véritable passion. On attachait un grand prix à la diction, surtout dans les tribunaux, où les plaidoiries étaient prolongées comme pour l’amusement des juges, plus encore que pour leur instruction.

  • 7 Les tachygraphes, ancêtres de nos sténographes, auxquels nous devons en grande partie la survie de (...)

14Cicéron s’attacha donc extrêmement à l’élégance et au nombre. Il savait que l’on se faisait une fête de l’entendre dans le forum ; que tous ses discours étaient enlevés dans le sénat par la même méthode que nous employons aujourd’hui, par des tachygraphes7, que l’on nommait en latin notarii et librarii. Ainsi, quoique l’élocution fût également regardée par les Grecs et les Romains comme la partie la plus essentielle et la plus difficile de l’art oratoire, parce qu’on y comprenait, dans le langage des rhéteurs, non seulement toutes les figures de la diction, qui en sont l’ornement, mais toutes les figures de pensées qui en sont l’âme ; je conçois que Cicéron a pu mettre plus de soin que Démosthène dans ce qu’on appelle le fini des détails, et qu’il a recherché la parure et la richesse d’expression, en raison de ce qu’on attendait de lui. Cela est si vrai que ceux qui se piquaient d’être amateurs de l’atticisme reprochaient à Cicéron d’être trop orné ; et Quintilien, son admirateur passionné, s’est cru obligé de le justifier sur ce point, et de réfuter ces prétendus attiques, qui, en effet allaient trop loin. L’atticisme consistait principalement dans une grande pureté de langage, un entier éloignement de toute affectation, et une certaine simplicité noble qui devait avoir l’aisance de la conversation, quoiqu’elle fût, en effet, beaucoup plus soutenue et plus relevée. C’est en cela qu’excellait Démosthène. Mais cette simplicité n’excluait point les ornements naturellement amenés, comme le prétendaient ces critiques trop délicats, qui auraient rendu la diction maigre et nue, à force de la rendre simple. Cette simplicité n’excluait que l’affectation, et jamais Cicéron n’a rien affecté. Chez lui tout coule de source ; et s’il ne paraît pas, au même point que Démosthène, s’oublier tout à fait comme orateur pour ne laisser voir que l’homme public, il sait cacher son art, et vous ne vous en apercevez que par le charme que son élocution vous fait éprouver.

  • 8 Cicéron devait rédiger quatorze discours contre Marc-Antoine, intitulés Philippiques en hommage à (...)

15La gravité des délibérations du sénat, nécessairement différentes de celles du peuple, toujours un peu tumultueuses, ne comportait pas d’ordinaire toute la véhémence, toute la simplicité de mouvements qui était nécessaire à Démosthène pour fixer l’attention et l’intérêt des Athéniens. Aussi les Philippiques8 de Cicéron sont-elles généralement beaucoup moins vives que celle de l’orateur grec. La seconde, qui est la plus forte de toutes, ne fut pas prononcée : elle n’est pas du même genre que les autres : c’est une violente invective contre Antoine, en réponse à celle que le triumvir avait vomie contre lui en son absence, au milieu du sénat. Dans les autres, qui ont pour objet de faire déclarer Antoine ennemi de la patrie et d’autoriser Octave à lui faire la guerre, Cicéron n’avait pas, à beaucoup près, autant d’obstacles à vaincre que Démosthène. Le sénat, au moins en grande partie, était contre Antoine, et il ne s’agissait guère que de diriger ses mesures, de lui inspirer de la fermeté et de la résolution, et de le rassurer contre la défiance qu’on pouvait avoir d’Octave. Cicéron fit tout ce qu’il voulut et rédigea tous les décrets.

  • 9 On a quatre Catilinaires de Cicéron. Il déposa contre Clodius, accusé d’avoir profané les mystères (...)

16S’il se rapprocha quelquefois, dans les délibérations du sénat, de la véhémence de Démosthène, c’est quand il eut en tête des ennemis déclarés, tels que Catilina, Clodius, Pison, Vatinius9 ; il réservait d’ailleurs les foudres de l’éloquence pour le pathétique des accusations ou des défenses judiciaires, où il avait devant lui une carrière proportionnée à l’abondance et à la variété de ses moyens ; c’est là le triomphe de son talent. Mais, en cette partie même, il diffère de Démosthène en ce que celui-ci va toujours droit à l’ennemi, toujours heurtant et frappant ; au lieu que Cicéron fait, pour ainsi dire, un siège en forme, s’empare de toutes les issues et, se servant du discours comme d’une armée, enveloppe son ennemi de toute part, jusqu’à ce qu’enfin il l’écrase et le retourne sous ses pieds.

  • 10 Il s’agit ici des décemvirs modernes : les membres du Comité de salut public.

17Je choisirai d’abord chez lui un morceau d’une harangue qu’on peut appeler délibérative, quoiqu’il fût question d’un jugement criminel. C’est la quatrième Catilinaire prononcée dans le sénat, à qui Cicéron, quoique revêtu d’un pouvoir absolu, avait remis extraordinairement à statuer sur le sort des complices de Catilina. Le crime n’était pas douteux, et la question était plutôt politique que judiciaire. Il s’agissait de savoir si l’on passerait par-dessus les formes ordinaires, attendu l’énormité du crime et le danger imminent de la patrie. Mais je remarquerai d’abord, puisque j’en ai l’occasion, une fausseté bien étrange, répétée dix fois devant les représentants du peuple sous le règne des décemvirs10, sans qu’elle ait jamais été relevée. On voulait alors autoriser de quelques exemples cette abominable maxime, qu’en fait de conspiration l’on n’a pas besoin de preuves, et que les soupçons et les indices suffisent. Cette doctrine, très commode pour égorger qui l’on veut, fut de tout temps celle des tyrans, et l’on connaît ces vers qui en sont l’expression fidèle, et que Racine a mis dans la bouche d’un scélérat :

  • 11 Racine, Athalie, acte II, scène 5, v. 567-570.

Est-ce aux rois à garder cette lente justice ?
Leur sûreté souvent dépend d’un prompt supplice.
N’allons point les gêner d’un soin embarrassant ;
Dès qu’on leur est suspect, on n’est plus innocent11.

18Mais ce n’a jamais été la maxime des républicains ; et Voltaire le savait bien, lui qui fait dire à Brutus :

  • 12 Voltaire, Brutus, acte IV, scène vii, v. 1203-1204.

Arrêter un Romain sur de simples soupçons,
C’est agir en tyrans, nous qui les punissons12°.

  • 13 Après avoir bénéficié du décret imposant à des théâtres désignés par le ministre de l’Intérieur de (...)

19Et ce qu’on ne sait pas assez, c’est que la tragédie de Brutus fut déclarée contre-révolutionnaire à cause de ces deux vers, et qu’il fallut les retrancher pour avoir la permission de la jouer13. On s’avisa donc de citer dans l’assemblée l’exemple de Cicéron et l’on s’écriait avec une confiance en tout autre temps incompréhensible : « Cicéron eut-il besoin de preuves pour condamner Catilina et ses complices ? » Je ne sais si c’était ignorance ou mauvaise foi : ceux qui parlaient ainsi étaient également capables de l’une et de l’autre. Quoi qu’il en soit, personne ne releva ce hardi mensonge, sans doute parce qu’il eût été trop dangereux de démentir les tyrans, même sur un fait historique ; car il y avait assez de gens instruits pour ne pas ignorer un trait de l’histoire romaine aussi connu que celui-là. Mais telle est la contagion de l’erreur, que j’ai vu cette même fausseté répétée depuis dans des écrits qui n’étaient point composés dans une mauvaise intention. Ce n’est pas devant un auditoire tel que celui-ci que je crois avoir besoin de rectifier une méprise si grossière ; et le détail très court où je vais entrer n’a pour objet que de rapprocher de notre mémoire quelques circonstances nécessaires pour avoir une parfaite intelligence de l’état des choses au moment où Cicéron parlait.

  • 14 « Jusqu’à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?» – célèbre début de la première Catilin (...)

20Vous vous rappelez tous, citoyens, la première Catilinaire : « Quousque tandem », etc. ; c’est la plus connue de toutes14. Mais il faut avoir une idée exacte de ce qui se passa depuis entre cette première Catilinaire et la quatrième.

  • 15 Ces propos sont rapportés notamment par Salluste, La Conjuration de Catilina, XXXI, 9.

21Ce fut sans doute la première punition de Catilina, d’avoir à essuyer cette foudroyante harangue. En venant au sénat, il s’exposait à cette tempête. Il n’y avait aucun moyen d’interrompre un consul parlant au milieu des sénateurs, et l’usage ne permettait pas même d’interrompre un sénateur opinant. Cependant ni la voix de Cicéron ni celle de la conscience ne purent intimider assez Catilina pour lui ôter le courage de répliquer : il prit une contenance hypocrite, et se leva pour répondre ; mais à peine eût-il dit quelques phrases vagues, que Salluste nous a conservées et qui portent sur l’opinion que doit donner de lui sa naissance, opposée à celle de Cicéron, que les murmures s’élevant de tous côtés lui firent bien voir qu’on ne reconnaissait plus en lui les privilèges d’un sénateur. Bientôt un cri général l’empêcha de poursuivre ; les noms de parricide et d’incendiaire retentissaient à ses oreilles : il fallut alors jeter le masque ; et n’étant plus maître de lui, il laissa pour adieux au sénat ces paroles furieuses, citées par plusieurs historiens15, et dont l’énergie est remarquable : « Puisque je suis poussé à bout par les ennemis qui m’environnent, j’éteindrai sous des débris l’incendie qu’on allume autour de moi ».

22L’événement justifia la politique de Cicéron. La nuit suivante, Catilina sortit de Rome avec 300 hommes armés, et alla se mettre à la tête des troupes de Mallius. On sait quelle fut l’issue de cette guerre, et que dans cette sanglante bataille où il fut défait, ses soldats se firent presque tous tuer, et délivrèrent Rome et l’Italie de ce qu’elles avaient de plus vicieux et de plus à craindre pour leur repos. Si l’on demande pourquoi Catilina, devant qui Cicéron avait manifesté ses intentions et ses vues, prend précisément le parti que le consul désirait qu’il prît, c’est qu’il n’y en avait pas un autre pour lui ; c’est que, tout étant découvert, et Rome si bien gardée qu’il ne lui était guère possible d’y rien entreprendre, il n’avait plus de ressource que la force ouverte, et l’armée de Mallius.

23Dès qu’il fut parti, Cicéron monta à la tribune aux harangues et rendit compte au peuple romain de tout ce qui s’était passé : c’est le sujet de la seconde Catilinaire. L’orateur s’y propose principalement de dissiper les fausses et insidieuses alarmes que les partisans secrets de Catilina affectaient de répandre en exagérant ses ressources et le danger de la république. Cicéron oppose à ces insinuations, aussi lâches que perfides, le tableau fidèle des forces des deux partis, et le contraste de la puissance romaine et d’une armée de brigands désespérés. En effet, il était évident qu’on ne pouvait craindre de Catilina qu’un coup de main, qu’un de ces attentats subits et imprévus qui peuvent bouleverser une ville. Ce n’était que dans Rome qu’il était vraiment redoutable : réduit à faire la guerre, il devait succomber. Ainsi tout concourt à faire voir que les vues de Cicéron furent aussi justes que sa conduite fut noble et patriotique.

24Celle des conjurés fut si imprudente qu’elle précipita leur perte longtemps avant celle de leur chef. Il avait laissé dans Rome Lentulus et Cethegus, et quelques autres de ses principaux confidents, pour épier le moment de se défaire, s’il était possible, de cet infatigable consul, le plus grand obstacle à tous leurs desseins, pour mettre le feu dans Rome et attaquer le sénat à l’instant où Catilina se montrerait aux portes avec son armée, enfin pour grossir jusque-là leur parti par tous les moyens imaginables. Ils essayèrent d’y entraîner les députés des Allobroges, et leur mirent un plan de la conjuration avec leur signature. Tout fut porté sur-le-champ à Cicéron. Muni de ces pièces de conviction, il convoque le sénat, mande chez lui Lentulus, Cethegus, Ceparius, Gabinius et Statilius, qui, ne se doutant pas qu’ils fussent trahis, se rendent à ses ordres. Il s’empare de leur personne et les mène avec lui au sénat, où il fait introduire d’abord les députés des Allobroges. On entend leur déposition ; on ouvre les dépêches : les preuves étaient claires ; les coupables sont forcés de reconnaître leur seing et leur cachet. C’est à cette occasion que l’on rapporte une bien belle parole de Cicéron à Lentulus. Ce conjuré était de la famille des Cornéliens, la plus illustre de Rome ; lui-même était alors préteur ; son cachet représentait la tête de son aïeul, qui avait été un excellent citoyen. « Le reconnaissez-vous, ce cachet ? lui dit le consul. C’est l’image de votre aïeul, qui a si bien mérité de la République. Comment la seule vue de cette tête vénérable ne vous a-t-elle pas arrêté au moment où vous alliez vous en servir pour signer le crime ? »

25Le sénat décerne des récompenses aux Allobroges, des actions de grâce et des honneurs sans exemple au consul, on ordonne les fêtes appelées supplications, qui, après le triomphe, étaient le prix le plus honorable des victoires. Cicéron harangue le peuple et lui expose tout ce qui s’est fait dans le sénat, et de quel péril Rome vient d’être délivrée : c’est la troisième Catilinaire. Enfin il ne s’agissait plus que de décider du sort des coupables. Silanus, désigné consul pour l’année suivante, opine à la mort. Son avis est suivi de tous ceux qui parlent après lui, jusqu’à César, qui opine à la prison perpétuelle et à la confiscation des biens. Il avait déjà un grand crédit, et son opinion pouvait entraîner d’autant plus de voix que ceux même qui étaient le plus attachés à Cicéron, craignant que quelque jour on ne lui demandât compte du sang des citoyens, qui dans les formes ordinaires ne pouvaient être condamnés à mort que par le peuple, paraissaient incliner à l’indulgence, pour ne pas exposer un grand homme qu’ils chérissaient. Ils semblaient chercher dans ses yeux l’avis qu’ils devaient ouvrir. Cicéron s’aperçut du danger nouveau que courait la République dans ce moment de crise : il savait que les amis et les partisans des conjurés ne s’occupaient qu’à se mettre en état de forcer leur prison ; et si le sénat eût molli dans une délibération si importante, c’en était assez pour relever le parti de Catilina. L’intrépide consul prit la parole, et c’est dans cette harangue, qui est la quatrième Catilinaire, qu’il a le plus manifesté l’élévation de ses sentiments, et ce dévouement d’une âme vraiment romaine, qui n’ignorait pas ses propres périls et qui les bravait pour le salut de l’État.

  • 16 Les Gracques, ainsi que le tribun Saturninus, menèrent la lutte pour les lois agraires contre le p (...)

26« Je m’aperçois, pères conscrits, que tous les yeux sont tournés sur moi, que vous êtes occupés non seulement des dangers de la République, mais des miens. Cet intérêt particulier, qui se mêle au sentiment de vos malheurs communs, est, sans doute, un témoignage bien doux et bien flatteur ; mais je vous en conjure, au nom des dieux, oubliez-le entièrement et, laissant à part ma propre sûreté, ne songez qu’à la vôtre et à celle de vos enfants. Si telle est ma condition que tous les maux, toutes les afflictions, tous les revers doivent se rassembler sur moi seul, je les supporterai non seulement avec courage, mais avec joie, pourvu que, par mes travaux, j’assure votre dignité et le salut du peuple romain. Depuis qu’il m’a décerné le consulat, vous le savez, les tribunaux sanctuaire de la justice et des lois, le Champ de Mars, consacré par les auspices, l’assemblée du sénat, qui est le refuge des nations, l’asile des dieux pénates, regardé comme inviolable, le lit domestique où tout citoyen repose en paix, enfin ce siège d’honneur, cette chaire curule, ont été pour moi un théâtre de dangers renaissants et d’alarmes continuelles ; c’est à ces conditions que je suis consul. J’ai souffert, j’ai dissimulé, j’ai pardonné ; j’ai guéri plusieurs de vos blessures en cachant les miennes ; et si les dieux ont arrêté que ce serait à ce prix que je sauverais du fer et des flammes, de toutes les horreurs du pillage et de la dévastation, Rome et l’Italie, vos femmes, vos enfants, les prêtresses de Vesta, les temples et les autels ; quel que soit le sort qui m’attend, je suis prêt à le subir. Lentulus a bien pu croire que la destruction de la République était attachée à sa destinée et au nom Cornélien : pourquoi ne m’applaudirai-je pas que l’époque de mon consulat ait été fixée par les destins pour sauver la République ? Ne pensez donc qu’à vous-mêmes, pères conscrits, et cessez de penser à moi. D’abord je dois espérer que les dieux, protecteurs de cet empire, m’accorderont la récompense que j’ai méritée ; mais s’il en arrivait autrement, je mourrai sans regret ; car jamais la mort ne peut être ni honteuse pour un homme courageux, ni prématurée pour un consulaire, ni à craindre pour le sage. Ce n’est pas que je me fasse gloire d’être insensible aux larmes de mon frère qui est ici présent, à la douleur que vous me témoignez tous ; que ma pensée ne se reporte souvent sur la désolation où j’ai laissé chez moi une épouse et une fille également chères, également frappées de mes dangers, un fils encore enfant, que Rome semble porter dans son sein comme un garant de ce que lui doit mon consulat ; que mes yeux ne se retournent sur un gendre qui, dans cette assemblée attend, ainsi que vous, avec inquiétude, l’événement de cette journée. Je suis touché de leur situation et de leur sensibilité, je l’avoue ; mais c’est une raison de plus pour que j’aime mieux les sauver tous avec vous, même quand je devrais périr, que de les voir enveloppés avec vous dans une même ruine. En effet, pères conscrits, regardez l’orage qui vous menace si vous ne le prévenez. Il ne s’agit point ici d’un Tiberius Gracchus, qui ne voulait qu’obtenir un second tribunat ; d’un Caïus, qui ameutait dans les comices les tribus rustiques ; d’un Saturnius, qui n’était coupable que du meurtre d’un seul citoyen (de Memmius)16. Vous avez à juger ceux qui ne sont restés dans Rome que pour l’incendier, pour y recevoir Catilina, pour vous égorger tous : vous avez dans vos mains leurs lettres, leurs signatures, leur aveu : ils ont voulu soulever les Allobroges, armer les esclaves, introduire Catilina dans nos murs : en un mot, leur dessein était qu’après nous avoir fait périr tous, il ne restât pas un seul citoyen qui pût pleurer sur les débris de l’État. Voilà ce qui est prouvé, ce qui est avoué : voilà sur quoi vous avez déjà prononcé vous-mêmes, pères conscrits. Et que faisiez-vous, en effet, quand vous avez porté en ma faveur un décret d’action de grâces pour avoir découvert et prévenu une conspiration de scélérats armés contre la patrie ; quand vous avez forcé Lentulus à se démettre de la préture ; quand vous l’avez mis en prison, lui et ses complices ; quand vous avez ordonné une supplication aux dieux, honneur qui, jusqu’à moi, n’a jamais été accordé qu’aux généraux vainqueurs ; enfin quand vous avez honoré des plus grandes récompenses la fidélité des Allobroges ? Tous ces actes si solennels, si multipliés, ne sont-ils pas la condamnation des conjurés ? Cependant, puisque j’ai cru devoir mettre l’affaire en délibération devant vous, puisqu’il s’agit de statuer sur la peine due aux coupables, je vais vous dire, avant tout, ce qu’un consul ne doit pas vous laisser ignorer. Je savais bien qu’il régnait dans les esprits une sorte de vertige et de fureur ; que l’on cherchait à exciter des troubles ; que l’on avait de pernicieux desseins ; mais je n’ai jamais cru, je l’avoue, que des citoyens romains pussent former de si abominables complots. Si vous croyez que peu d’hommes y aient trempé, pères conscrits, vous vous trompez. Le mal est plus étendu que vous ne le croyez. Il a non seulement gagné l’Italie, il a passé les Alpes, il s’est glissé sourdement dans les provinces ; les lenteurs et les délais ne peuvent que l’accroître : vous ne sauriez trop tôt l’étouffer et, quelque parti que vous choisissiez, vous n’avez pas un moment à perdre : il faut prendre votre résolution avant la nuit. »

27Il discute en cet endroit l’avis de Silanus et celui de César, toujours avec les plus grands ménagements pour ce dernier. Il a même l’adresse de faire sentir qu’il ne faut pas croire que son avis ait été dicté par une indulgence criminelle. Il entre habilement dans la pensée de César qui, ne voulant pas avoir l’air d’épargner les conjurés, avait paru regarder la captivité perpétuelle comme une peine beaucoup plus sévère que la mort, qui n’est que la fin de tous les maux. Il appuie sur cette idée et n’insiste sur la peine de mort que parce que les circonstances et l’intérêt de l’État la rendent nécessaire. Après ce détail, il semble prendre de nouvelles forces, pour donner au sénat tout le courage dont il est lui-même animé ; et cette dernière partie de son discours inspire cet intérêt mêlé d’admiration, qui est un des plus beaux effets de l’éloquence.

28« Je ne dois pas vous dissimuler ce que j’entends tous les jours : de tout côté viennent à mes oreilles les discours de ceux qui semblent craindre que je n’aie pas assez de moyens, assez de forces pour exécuter ce que vous avez résolu. Ne vous y trompez pas, pères conscrits ; tout est préparé, tout est prévu, tout est assuré et par mes soins et ma vigilance, et plus encore par le zèle du peuple romain qui veut conserver son empire, ses biens et sa liberté. Vous avez pour vous tous les ordres de l’État : des citoyens de tout âge ont rempli la place publique et les temples, et occupent les avenues qui conduisent au lieu de cette assemblée ; c’est qu’en effet cette cause est la première, depuis la fondation de Rome, où tous les citoyens n’aient eu qu’un même sentiment, qu’un même intérêt, excepté ceux qui, trop sûrs du sort que leur réservent les lois, aiment mieux tomber avec la République que de périr seuls. Je les excepte volontiers, je les sépare de nous ; ce ne sont pas nos concitoyens, ce sont nos plus mortels ennemis. Mais tous les autres, grands dieux ! avec quelle ardeur, avec quel courage, avec quelle afïluence ils se présentent pour assurer la dignité et le salut de tous ! Vous parlerai-je des chevaliers romains qui, vous cédant le premier rang dans l’État, ne disputent avec vous que de zèle et d’amour pour la patrie ? Après les longs débats qui vous ont divisés, ce jour de danger, la cause commune vous les a tous attachés ; et j’ose vous répondre que toutes les parties de l’administration publique ne doivent plus redouter aucune atteinte, si cette union établie pendant mon consulat peut être à jamais affermie. Je vois ici parmi vous, je vois remplis du même zèle, les tribuns de l’Épargne, ces dignes citoyens qui, dans ce même jour, pour concourir à la défense générale, ont quitté les fonctions qui les appelaient, ont renoncé au profit de leurs charges, et sacrifié tout autre intérêt à celui qui nous rassemble. Et quel est, en effet, le Romain à qui l’aspect de la patrie, à qui le jour de la liberté ne soient des biens chers et précieux ? N’oubliez pas, dans ce nombre, les affranchis, ces hommes qui, par leurs travaux et leur mérite, se sont rendus dignes de partager nos droits, et dont Rome est devenue la mère, tandis que ses enfants les plus illustres par leur nom et leur naissance ont voulu l’anéantir. Mais que dis-je des affranchis ? Il n’y a pas même un esclave, pour peu que son maître lui rende la servitude supportable, qui n’ait les conjurés en horreur, qui ne désire que la République subsiste, et qui ne soit prêt à y contribuer de tout son pouvoir. N’ayez donc aucune inquiétude, pères conscrits, de ce que vous avez entendu dire, qu’un agent de Lentulus cherchait à soulever les artisans et le petit peuple. Il l’a tenté, il est vrai, mais vainement ; il ne s’en est pas trouvé un seul assez dénué de ressources, ou assez dépravé de caractère, pour ne pas désirer de jouir tranquillement du fruit de son travail journalier, de sa demeure et de son lit. Toute cette classe d’hommes ne peut même fonder sa subsistance que sur la tranquillité publique : leur gain diminue, quand leurs ateliers sont fermés ; que serait-ce s’ils étaient embrasés ? Ne craignez donc pas que le peuple romain vous manque : craignez vous-mêmes de manquer au peuple romain. Vous avez un consul que les dieux, en l’arrachant aux embûches et à la mort, n’ont pas conservé pour lui-même, mais pour vous. La patrie commune, menacée des glaives et des flambeaux par une conjuration impie, vous tend des mains suppliantes ; elle vous recommande le Capitole, les feux éternels de Vesta, garants de la durée de cet empire ; elle vous recommande ses murs, ses dieux, ses habitants. Enfin c’est sur votre propre vie, sur celle de vos femmes et de vos enfants, sur vos biens, sur la conservation de vos foyers, que vous avez à prononcer aujourd’hui. Songez combien il s’en est peu fallu que cet édifice de la grandeur romaine, fondé par tant de travaux, élevé si haut par les dieux, n’ait été renversé dans une nuit. C’est à vous de pourvoir à ce que désormais un semblable attentat ne puisse, je ne dis pas être commis, mais même être médité. Si je vous parle ainsi, pères conscrits, ce n’est pas pour exciter votre zèle, qui va sans doute au-devant du mien ; c’est afin que ma voix, qui doit être la première entendue, s’acquitte en votre présence des devoirs de votre consul. Je n’ignore pas que je me fais autant d’ennemis implacables qu’il existe de conjurés, et vous savez quel en est le nombre ! Mais ils sont tous à mes yeux vils, faibles et abjects. Et quand même il arriverait qu’un jour leur fureur, excitée et soutenue par quelque ennemi plus puissant, prévalût contre moi sur vos droits et sur ceux de la République, jamais je ne me repentirai de mes actions ni de mes paroles. La mort dont ils me menacent est réservée à tous les hommes ; mais la gloire dont vos décrets m’ont couvert n’a été réservée qu’à moi. Les autres ont été honorés pour avoir servi la patrie ; mais vos décrets n’ont attribué qu’à moi l’honneur de l’avoir sauvée.

29« Qu’il soit à jamais célèbre dans vos fastes, ce Scipion qui arracha l’Italie des mains d’Annibal ; cet autre Scipion qui renversa Carthage et Numance, les deux plus cruelles ennemies de Rome ; ce Paul Emile dont un roi puissant suivit le char de triomphe, ce Marius qui délivra l’Italie des Cimbres et des Teutons ; que l’on mette au-dessus de tous le grand Pompée, dont les exploits n’ont eu d’autres bornes que celles du monde : il restera encore une place assez honorable à celui qui a conservé aux vainqueurs des nations une patrie où ils puissent venir triompher. Je sais que la victoire étrangère a cet avantage sur la victoire domestique que dans l’une, les vaincus deviennent des esclaves soumis ou des alliés fidèles, dans l’autre, ceux qu’une fureur insensée a rendus ennemis de l’État ne peuvent, quand vous les avez empêchés de nuire, être réprimés par les armes, ni fléchis par les bienfaits. Je m’attends donc à une guerre éternelle avec les méchants : je la soutiendrai avec le secours de tous les bons citoyens, et j’espère que la réunion du sénat et des chevaliers sera dans tous les temps une barrière qu’aucun effort ne pourra renverser.

30« Maintenant, pères conscrits, tout ce que je vous demande en récompense de ce que j’ai sacrifié pour vous, du gouvernement d’une province et du commandement d’une armée, auxquels j’ai renoncé pour veiller à la sûreté de l’État, de tous les honneurs et de tous les avantages que j’ai négligés pour ce seul motif, de tous les soins que j’ai pris, de tout le fardeau dont je me suis chargé ; tout ce que je vous demande, c’est de garder un souvenir fidèle de mon consulat : ce souvenir, tant qu’il sera présent à votre esprit, sera le plus ferme rempart que je puisse opposer à la haine et à l’envie. Si mes espérances sont trompées, si les méchants l’emportent, je vous recommande l’enfance de mon fils, et je n’aurai rien à craindre pour lui, rien ne doit manquer un jour ni à sa sûreté, ni même à sa dignité, si vous vous souvenez qu’il est le fils d’un homme qui, à ses propres périls, vous a garantis de ceux qui vous menaçaient.

31« Ce qui vous reste à faire dans ce moment, c’est de statuer, avec promptitude et fermeté, sur la cause de Rome et de l’empire ; et quoi que vous puissiez décider, croyez que le consul saura maintenir votre autorité, faire respecter vos décrets et en assurer l’exécution. »

  • 17 « [...] sed Roma parentem, / Roma patrem patriae Ciceronem libéra dixit. » (« [...] mais Rome, Rom (...)

32C’est avec ce langage qu’on intimide les méchants, qu’on rassure les faibles, qu’on encourage les bons ; en un mot, que l’âme d’un seul homme devient celle de toute une assemblée, de tout un peuple. La sentence de mort fut prononcée d’une voix presque unanime, et exécutée sur-le-champ. Cicéron un moment après trouva les partisans, les amis, les parents des conjurés encore attroupés dans la place publique : ils ignoraient le sort des coupables, et n’avaient pas perdu toute espérance. « Ils ont vécu », leur dit le consul en se tournant vers eux ; et ce seul mot fut un coup de foudre qui les dissipa tous en un moment. Il était nuit : Cicéron fut reconduit chez lui aux acclamations de tout le peuple, et suivi des principaux du sénat. On plaçait des flambeaux aux portes des maisons pour éclairer sa marche ; les femmes étaient aux fenêtres pour le voir passer, et le montraient à leurs enfants. Quelque temps après, Caton devant le peuple et Catulus dans le sénat lui décernèrent le nom de « père de la patrie », titre si glorieux que dans la suite la flatterie l’attacha à la dignité impériale, mais que Rome libre, dit heureusement Juvénal, n’a donné qu’au seul Cicéron17. Tous ces faits sont si connus, nous sont si familiers, dès nos premières études, que je ne les aurais pas même rappelés s’ils ne faisaient une partie nécessaire de l’objet qui nous occupe et des ouvrages que nous considérons ; et j’ai pu m’y refuser d’autant moins qu’il est plus doux, en faisant l’histoire du génie, de faire en même temps celle de la vertu ; et qu’il est plus utile de rappeler le passé quand il est la leçon du présent.

33N’oublions pas, en finissant, d’observer combien cette sensibilité dont Cicéron se fait honneur et avec tant de raison, quand il parle de sa femme, de son fils, de ces proches, est noble, intéressante, patriotique. Qu’elle est loin de cette férocité brutale qui semble ne connaître de patrie qu’en ne reconnaissant plus la nature ! Cicéron ne dit pas (remarquez-le bien, citoyens) : « Ma femme et mes enfants ne me sont rien : je les poignarderais moi-même, je les conduirais à l’échafaud, si leur civisme m’était suspect. » S’il eût été capable de parler ainsi devant des Romains, on aurait reculé d’horreur : cet abominable langage n’a jamais été connu parmi les hommes, qu’à l’époque dont nous sortons.

34Il dit : « Ma femme, mon fils, mon gendre me sont bien chers ; je les porte dans mon cœur : mais quand il l’a fallu, je leur ai préféré ma patrie. » Et voilà le langage d’un citoyen. Qu’aurait en effet à sacrifier au devoir celui qui n’aurait pas dans l’âme un sentiment naturel ? C’est un excès de démence atroce, ignoré jusqu’à nous, de regarder exclusivement comme citoyens tous ceux qui n’ayant rien à perdre, sous quelque rapport que ce soit, n’ont aucune raison d’appartenir à rien, ceux qui se prétendent patriotes uniquement parce qu’ils ne sont pas même des hommes.

Notes

1 Rousseau, Du contrat social, livre III, chap. ni : « en général le gouvernement démocratique convient aux petits États » (Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 403).

2 La Harpe pense à deux ouvrages qui ont beaucoup marqué la réflexion politique du siècle finissant, les Discourses concerning Government d’Algernon Sidney (Londres, 1698), traduits en français dès 1702, et les Two Treatises of Government (1690) également traduits à plusieurs reprises à partir de 1724. Les noms de Locke et de Sidney ont souvent été associés en France, par Rousseau en particulier (Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité..., in Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 182). Chez La Harpe et dans le contexte militant de son cours, la référence est ambiguë et pleine d’arrière-pensées. D’une part, on ne voit pas clairement quelles formulations des deux auteurs sont visées par La Harpe. D’autre part, cet éloge appuyé des penseurs anglais, les seuls selon lui à avoir « bien développé » la différence entre gouvernement et souverain, ne peut se lire en 1795 que comme une critique implicite de Rousseau qui s’était attaqué à la même question dans le fameux premier chapitre du livre III du Contrat social. La Harpe, en somme, tente ici d’enfoncer un coin entre les deux Anglais et Rousseau – qui pourtant n’avait pas ménagé ses éloges à Sidney, héros de la liberté (il avait été condamné à mort après le complot de la Rye en 1682) et qui reste, malgré ses divergences avec lui, « plus proche de Locke que de tout autre théoricien de son temps » (R. Derathé, in Rousseau, Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 1531, note 1 de la page 523).

3 Fille du plébéien Virginius, centurion à l’armée d’Algide, Virginie eut le malheur d’exciter la convoitise du décemvir Appius Claudius. Ne pouvant triompher de sa vertu, celui-ci se fit livrer la jeune fille comme esclave. Virginius, accouru de l’armée, perça alors le cœur de sa fille à la vue de tout le peuple pour la sauver de l’esclavage et du déshonneur. Puis, pendant qu’Icilius promenait le corps sanglant à travers la cité pour exciter l’indignation publique, il se rendit au camp, où sa présence et son désespoir déterminèrent un soulèvement qui amena la chute des décemvirs et le rétablissement des libertés républicaines (449). L’épisode, narré par Tite-Live (Ab Urbe condita, III, 44-54), devait inspirer poètes et écrivains : Campistron, La Harpe lui-même (Virginie, 1786), Doigny au début de la Révolution et, en Italie, Alfieri.

4 . La Harpe cite apparemment de mémoire, et de façon très inexacte, une lettre de Brutus censée avoir été écrite à la mi-juillet 43 et aujourd’hui considérée comme apocryphe. Brutus y exhorte Cicéron à la constance dans le courage et à l’indépendance d’esprit, avant d’ajouter : « Nihil enim per se amplum est nisi in quo iudici ratio exstat » (« Car il n’y a de grand par soi-même que ce qui repose sur un jugement raisonné » ; Ad. Br., I, 16, in Cicéron, Correspondance, t. XI, DCC-CXXXVII, 11, trad. J. Beaujeu, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. 188). Il est amusant que se glisse dans la version de La Harpe l’expression « principes invariables », typique justement de cette langue révolutionnaire qu’il entend exorciser.

5 L’édition Didier du Lycée ou Cours... de 1834, où ce passage est repris, donne entre parenthèses pour référence les Mœurs des Germains de Tacite. On n’a pu retrouver cette expression dans le De Germania. Dans l’Antiquité latine, la mesure (modus) est une notion clé pour l’éthique comme pour la rhétorique. Décrite comme « modération et tempérance » par Cicéron (De officiis, V, 15) lorsqu’il définit la beauté morale, elle est caractéristique, dans la rhétorique cicéronienne, de l’ethos de l’orateur comme elle peut qualifier son style.

6 La Harpe continue de persifler la langue de bois montagnarde. Sur le sens politique donné par Robespierre à modérés, cf. supra, note 69. Là encore, le militant perce sous le professeur. Au même moment, La Quotidienne, organe antijacobin, lance une offensive contre la langue terroriste et réhabilite les modérés par cette définition : « Modérés, gens admirables, qui avaient la barbarie de souhaiter le retour de la paix » (La Quotidienne, 55,25 germinal an 111/14 avril 1795).

7 Les tachygraphes, ancêtres de nos sténographes, auxquels nous devons en grande partie la survie des cours de l’an III, étaient notamment chargés, depuis le début de la Révolution, de consigner l’ensemble des débats et interventions à l’Assemblée. « Enlevés » a dans ce contexte le sens de « pris au vol », « pris en note ».

8 Cicéron devait rédiger quatorze discours contre Marc-Antoine, intitulés Philippiques en hommage à Démosthène et en référence aux combats pour la liberté de l’orateur athénien.

9 On a quatre Catilinaires de Cicéron. Il déposa contre Clodius, accusé d’avoir profané les mystères de la Bonne Déesse, dans son Pro Milone. Caius Calpurnius Pison, consul en 67 puis, l’année suivante, proconsul en Gaulle narbonnaise, y commit de telles exactions qu’il dut passer en jugement après son retour à Rome en 63 ; Cicéron se chargea de sa défense. Quant à P. Vatinius, démagogue romain et fougueux partisan de César, il commit des déprédations en Espagne. Il fut tribun du peuple en 58, préteur en 53 à l’exclusion de Caton, consul en 46 et il vainquit un lieutenant de Pompée lors de la guerre civile. En 56, il fut aux côtés de Clodius dans les agressions et lors des poursuites contre Milon ; Cicéron lui fit subir un interrogatoire d’une rare violence dans un procès contre Sestius, où Vatinius était dans le camp de Clodius.

10 Il s’agit ici des décemvirs modernes : les membres du Comité de salut public.

11 Racine, Athalie, acte II, scène 5, v. 567-570.

12 Voltaire, Brutus, acte IV, scène vii, v. 1203-1204.

13 Après avoir bénéficié du décret imposant à des théâtres désignés par le ministre de l’Intérieur de consacrer trois soirées par semaine à des « tragédies républicaines » (Moniteur universel, 217, 5 août 1793, p. 924), le Brutus de Voltaire provoqua les foudres du Conseil général de la Commune qui, le 1er janvier 1794, mit pour condition à sa représentation le retranchement des vers cités plus haut par La Harpe, au motif que « la maxime qu’ils expriment, quoique vraie dans un État asservi, serait de la plus dangereuse conséquence dans les circonstances révolutionnaires » (cité in P. d’Estrée, Le Théâtre sous la Terreur, Paris, Émile-Paul frères, 1913, p. 106).

14 « Jusqu’à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?» – célèbre début de la première Catilinaire.

15 Ces propos sont rapportés notamment par Salluste, La Conjuration de Catilina, XXXI, 9.

16 Les Gracques, ainsi que le tribun Saturninus, menèrent la lutte pour les lois agraires contre le parti des optimales. Présentés par Cicéron comme des criminels d’État, ils périrent tous trois aux mains de leurs adversaires. Tiberius Gracchus fut assassiné en 133 et son corps jeté au Tibre ; il venait en effet, comme le souligne Cicéron, de se porter candidat à sa propre succession au tribunat. Son frère Caius, tribun en 124, réélu en 123, battu en 122, mourut en 121 avec trois mille de ses partisans. Appuleius Saturnius, chef avec Servilius Glaucia des populares autour de l’an 100, réélu tribun pour l’année 99, fut tué par les nobles après s’être rendu. Cicéron devait plus tard assumer la défense de son meurtrier, le sénateur Rabirius, et le faire acquitter contre la volonté de César. Le choix de ce passage de Cicéron par La Harpe n’est guère innocent : les Gracques et leur mère Cornélie avaient été héroïsés par la Révolution et célébrés par les écrivains patriotes comme Marie-Joseph Chénier (Caius Gracchus, 1792).

17 « [...] sed Roma parentem, / Roma patrem patriae Ciceronem libéra dixit. » (« [...] mais Rome, Rome libre, a proclamé Cicéron second fondateur et père de la patrie » (Juvénal, Satire VIII, v. 243-244, in Satires, éd. citée, p. 111). Ce titre lui fut accordé pour son action décisive contre Catilina et ses complices factieux. Le sénat devait décerner le même titre à César au début de l’année 44, flagornerie que Cicéron dénoncera dans le De officiis (III, 83).

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540