Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons de littérature de la Harpe

Deuxième leçon

24 pluviôse/12 février

Texte intégral

1La conférence interrompue à la fin de notre dernière séance m’a parue susceptible de quelques éclaircissements, de quelques résultats, qui se placent naturellement dans le commencement de ce cours et qui ne sont point sans utilité. Vous vous souvenez que le temps ne me permit pas de répondre aux observations qu’on avait faites : je vais les rappeler dans ce moment.

  • 1 Il s’agit de Garat. Voir supra, note 27, ainsi que notre introduction.

2Le citoyen mon collègue1 a insisté sur la distinction entre l’éloquence et l’art oratoire ; et l’on sait en effet que l’éloquence, considérée en elle-même, indépendamment de toute doctrine, est une faculté naturelle : l’art oratoire n’est en lui-même que la théorie des moyens que l’étude et l’expérience ajoutent à cette faculté, et tous les beaux-arts en général ne sont que les procédés du talent réduits en méthode. J’ai cru cette distinction suffisamment établie, et j’ai suivi l’usage reçu dans le langage même didactique, de dire indifféremment : « l’éloquence » ou : « l’art oratoire » ; parce qu’on suppose qu’il s’agit alors de cette espèce d’éloquence qui joint le secours des préceptes aux facultés de la nature.

3Le citoyen mon collègue avait remarqué, et avec raison, qu’il y avait des ouvrages où l’éloquence se trouvait sans l’art oratoire, et d’autres où était l’art oratoire sans l’éloquence : il en résulte seulement que le talent naturel se manifeste quelquefois sans le secours de l’art, et que l’art ne donne pas le talent. Mais il faut convenir aussi que le talent sans culture ne produit guère que quelques morceaux épars et imparfaits, et que la réunion de l’un et de l’autre peut seule faire éclore les chefs-d’œuvre qui sont ici l’objet de nos études ; c’est encore une vérité reconnue.

  • 2 C’est en 1758 que le traditionnel concours d’éloquence de l’Académie française est réformé à l’ini (...)
  • 3 Ce développement quelque peu embarrassé ressemble fort à un plaidoyer pro domo. L’attitude de La H (...)

4J’avais dit que la grande éloquence, celle que les anciens appelaient par excellence l’éloquence des orateurs, eloquentiam oratoriam, celle qui se signale dans les assemblées politiques et dans les tribunaux, n’avait pu fleurir parmi nous comme à Rome et dans Athènes avant l’époque de notre Révolution ; mais j’avais rappelé, en même temps, les beaux élans que l’esprit de liberté avait produits, depuis trente ans, sous la plume de nos célèbres écrivains, et j’avais remarqué spécialement l’influence qu’eut sur l’esprit public l’éloquence du panégyrique, lorsque l’Académie française mit au concours l’éloge des grands hommes2. Si je n’ai pas insisté là-dessus autant que l’a fait ensuite le citoyen mon collègue, c’est que plusieurs raisons de circonstance m’engageaient à passer rapidement sur ce genre de service et de mérite, qui me paraissait fort oublié ; et d’ailleurs je l’avais développé plus d’une fois dans mes écrits, lorsque j’ai cru devoir défendre l’Académie française contre des détracteurs ignorants ou envieux, et montrer qu’il entrait dans leurs reproches non seulement de l’injustice, mais même de l’ingratitude ; comme peu de temps auparavant, dans le sein de cette même Académie, j’avais attaqué les abus de son institution et contribué à faire rayer de ses statuts tout ce qui était contraire à la noble indépendance qui appartient essentiellement aux sciences, aux lettres et aux arts. Ces faits sont publics, et ils déposeront, au besoin, de l’invariable égalité de mes principes ; mais aujourd’hui qu’il n’y a plus d’Académie, j’avais cru ne pas devoir même prononcer un nom qui avait été longtemps un titre de proscription, et qui est encore un texte d’injures pour des aboyeurs forcenés qui ne la nomment jamais qu’avec une horreur stupide ou un mépris fort ridicule3. Je ne passerai pas mon temps à les réfuter ; mais j’observerai seulement, comme une vérité générale dont on profitera si l’on veut, que, si la nature du gouvernement conseille ou même prescrit l’abolition des sociétés littéraires, dont les formes ne paraissent plus convenables, quoique le fond n’en soit pas vicieux, on n’est pas obligé de fouler aux pieds ce qu’on a cru devoir abattre ; que l’équité, la première des lois, défend d’oublier et de méconnaître ce qui a été utile dans un temps, et a cessé de l’être ; qu’on ne détruit pas le mérite en l’oubliant, et qu’on n’étouffe pas la vérité en la forçant au silence : car l’oppression est passagère, et la vérité éternelle. L’histoire ira plus loin, sans doute, quand elle peindra de sa main indépendante et incorruptible ce qu’ont été, sous tous les rapports, et spécialement sous celui du patriotisme, les gens de lettres de l’Académie, et leurs calomniateurs, et leurs assassins : mais ici j’en ai dit assez ; et ce n’est pas devant vous qu’il est besoin de plaider la cause des talents et du génie.

5Quant à ce qu’ajoutait mon collègue de Thomas en particulier, qu’en réclamant les droits de l’homme il avait parlé comme du haut d’une tribune, ce qui pourrait se dire de même de Rousseau et de Raynal, de l’un quand il n’est pas sophiste, de l’autre quand il n’est pas déclamateur, et ce qu’on pourrait dire encore de plusieurs écrivains de nos jours, éloquemment patriotes, et qui auraient rappelé, à son égard, s’il les eût nommés, ce vers de Virgile :

  • 4 « Il s’est reconnu aux prises avec les chefs achéens », Énéide, I, 488 ; trad. J. Perret, Paris, L (...)

Se quoque principibus permixtum agnovit Achivis4,

6j’observerai pourtant que leur composition, modifiée et limitée par la nature des objets qu’ils ont traités, était plutôt celle de moralistes éloquents que de véritables orateurs, si nous ne donnons ce titre, avec les anciens, qu’à ceux qui se signalent dans la lice brillante et périlleuse des délibérations et des jugements publics, qui soutiennent des combats, corps à corps ; et, après avoir terrassé leurs adversaires, entraînent les hommes rassemblés à la suite de leurs triomphes.

  • 5 Sic ; la prise de Constantinople date de 1453.
  • 6 Pierre Bembo (1470-1547) fut cardinal et célèbre écrivain italien. Jacques Sadolet (1477-1547) fut (...)
  • 7 Marc-Antoine Muret (1526-1585), érudit célèbre, littérateur et poète latin, fut le précepteur de M (...)

7Un autre objet m’a paru mériter aussi quelque attention : c’est celui où nous sommes restés à la fin de la séance, et qui regardait le règne de l’érudition. Le citoyen mon collègue a prétendu qu’il avait plus contribué à étouffer le génie qu’à le développer. Cette opinion paraît plausible à quelques égards. Il est sûr que la culture assidue des langues grecque et latine a dû conduire à une sorte de prédilection pour ces mêmes langues ; et le latin en particulier devint celle de la plupart des écrivains de l’Europe. Allemands, Français, Espagnols, tous écrivirent en latin. Le citoyen mon collègue a cru y voir une des causes principales qui ont retardé le progrès du génie. J’avoue que cette opinion n’est pas la mienne. Voici les objections que je voulais lui faire, que la réflexion n’a fait que confirmer, et dont vous jugerez. D’abord, il y a un fait remarquable ; c’est que le Dante, Boccace et Pétrarque, ceux qui, parmi les Italiens, donnèrent les premiers l’essor à leur talent dans leur propre langue, avaient beaucoup écrit en latin ; et c’est même en latin que Pétrarque a composé le plus grand nombre de ses écrits. Il est donc à présumer que l’étude des langues anciennes, bien loin d’étouffer leur talent, n’a servi qu’à le développer. On sait qu’ils florissaient tous trois au quatorzième siècle, au temps de la prise de Constantinople5, lorsque tout ce qui restait des lettres anciennes reflua vers l’Italie. Pétrarque fut même un des modernes qui s’occupa le plus laborieusement de la recherche des anciens manuscrits, et à qui l’on ait en ce genre le plus d’obligations. Maintenant, si Bembo, Sadolet, Sannazar, Ange Politien, Pontanus6 et autres ne furent guère que des humanistes latins, et s’ils n’ont eu de réputation qu’à ce titre, n’est-il pas extrêmement probable que le génie a manqué à leur science, puisqu’avec les mêmes moyens que le Dante, Boccace, et Pétrarque, ils n’ont pas eu les mêmes succès ? On en peut dire autant de Muret7, notre plus fameux latiniste, et de ceux qui l’ont suivi.

8Si nous passons aux Anglais, les querelles de religion et les troubles politiques paraîtront avoir retardé chez eux la littérature et la langue, sans qu’on puisse s’en prendre à la culture des langues anciennes, qui n’a fleuri chez eux qu’au moment où le génie national prenait l’essor ; et ce génie même ne s’est poli que par un commerce plus habituel avec les anciens et avec nous, au temps de Charles II.

9Chez les Espagnols, Lope de Vega, Cervantes, ce dernier surtout, n’étaient rien moins qu’étrangers à l’érudition.

10Pour ce qui regarde les Allemands, une disposition d’esprit particulière qui les attache exclusivement aux sciences a dû les détourner longtemps des lettres et des arts de l’imagination ; et depuis qu’ils s’y sont essayés, on convient que leurs progrès y ont été médiocres.

  • 8 Allusion à la traduction des Vies des hommes illustres de Plutarque par Jacques Amyot (1513-1593).
  • 9 On retrouvera dans le Cours de littérature la même sévérité à rencontre de la Pléiade et de Ronsar (...)

11Pour ce qui nous concerne, Amyot et Montaigne, qui n’attendirent pas pour écrire que leur langue fût formée, et qui imprimèrent à leurs écrits un caractère que le temps n’a pu effacer, étaient des hommes très versés dans la littérature ancienne. Les écrits de Montaigne sont enrichis partout, et même chargés des dépouilles des anciens ; et Amyot ne s’est immortalisé qu’en traduisant un historien grec8, précisément à la même époque où Ronsard s’efforçait si ridiculement de transporter en français le grec et le latin9. La vogue passagère de ce poète put égarer un moment ceux qui auraient peut-être été capables de contribuer aux progrès de leur propre langue ; mais cette contagion fut de peu d’effet et de peu de durée, puisqu’un moment après, Malherbe découvrit notre rythme poétique ; d’où il suit que Malherbe eut assez de génie pour bien sentir celui de sa langue, et que ce génie manquait à Ronsard et aux poètes qui composaient alors ce qu’on appelle la Pléiade française.

  • 10 « Les circonstances favorables au développement des génies se rencontrent chez une nation, dans le (...)

12Je me résume, et je conclus de l’examen des faits, qui doivent guider tous les raisonnements et éclairer toutes les spéculations, que les hommes supérieurs, en France et en Italie, qui les premiers dégrossirent le langage encore brut, lui donnèrent les premières beautés d’expression, les premières formes heureuses, les premiers procédés réguliers, non seulement ne trouvèrent pas d’obstacles, mais trouvèrent même de grands secours dans l’érudition. Sans doute, ils faisaient exception par rapport au reste de leurs contemporains, qui étaient si loin d’eux : les bons ouvrages ne parurent en foule, surtout parmi nous, que lorsque la langue se forma ; c’est une vérité reconnue, qu’a rappelée mon collègue quand il a dit, avec Condillac, que le génie des écrivains ne se déploie tout entier que dans une langue qui est déjà fixée10 : mais pour arriver jusque-là, je persiste à croire que l’étude des langues anciennes, non seulement n’a pu nuire à ce progrès, mais y a été utile et nécessaire ; que le génie n’étend ses vues et ses moyens qu’autant qu’il a devant lui un grand nombre d’objets de comparaison ; que l’étude des langues, qui ne paraît d’abord que celle des mots, conduit par une suite naturelle à celle des choses : qu’en un mot l’érudition, si elle n’entre pas communément dans le temple du goût, du moins en aplanit le chemin et en ouvre le vestibule.

13L’Antiquité a donc été et a dû être notre véritable nourrice ; son lait est fort et nourrissant, et il ne faut pas s’étonner si des hommes d’une constitution faible ne pouvaient pas le digérer : aussi demeurèrent-ils languissants et infirmes ; mais des nourrissons d’un tempérament plus heureux y ont puisé la santé, la force et la beauté ; et qui peut ignorer que Port-Royal, cette fameuse école, héritière des anciens, où se formèrent Pascal, Racine, Despréaux, fut celle qui, parmi nous, commença le règne du bon goût ? Je sais que des hommes supérieurs, en France et en Italie, s’étaient élevés seuls au-dessus de leur siècle, comme ces jets hardis et abondants qu’une végétation spontanée pousse quelquefois dans un sol inculte et désert ; mais dans l’ordre général, il faut que le long travail du défrichement et de la culture dompte le terrain, le féconde par degrés, pour en faire sortir ces récoltes régulières, ces riches moissons qui nourrissent des peuples entiers, et ces forêts soignées et renaissantes qui préparent d’éternels ombrages à une longue suite de générations.

  • 11 Il s’agit de nouveau du Dialogus de oratoribus aujourd’hui attribué à Tacite (cf. supra, note 28) (...)

14Je viens maintenant à ce dialogue11 qui a été cité ici à l’occasion de la question élevée sur la ligne de démarcation entre les anciens et les modernes : question qui n’en est pas une pour nous, comme je l’ai dit, puisqu’à notre égard, les anciens sont évidemment les Grecs et les Latins, dont nous avons tout appris et tout emprunté. Je dois remercier mon collègue de m’avoir rappelé ce dialogue et de m’avoir donné par là l’occasion de le relire, car je l’ai relu avec un très grand plaisir. Il n’est pas complet, il y a des lacunes, et ce que nous en avons fait regretter ce que nous avons perdu. Les uns l’attribuent à Quintilien, les autres à Tacite ; l’opinion la plus générale l’a laissé à ce dernier. Mais la question qui regarde les anciens et les modernes n’y est traitée qu’épisodiquement, et sous un point de vue tout autre. On y compare les Romains aux Romains, et un âge des lettres latines à un autre âge ; comme nous pourrions comparer le siècle présent au siècle dernier, ou bien le siècle dernier à celui de Marot, de Montaigne, de Ronsard. Ce dialogue présente quatre interlocuteurs, un amateur de la poésie, un amateur de l’éloquence, un détracteur des anciens, représenté comme un homme qui fait de ses opinions un jeu d’esprit, et un quatrième, Messala, qui vient vers le milieu du dialogue, et qui se range du côté des deux premiers. Le citoyen, mon collègue, qu’apparemment sa mémoire a trompé, nous disait que la question, incidemment traitée dans ce dialogue, n’y était pas résolue. Il m’a paru qu’elle l’était, c’est-à-dire réduite à sa juste valeur et écartée en fort peu de mots, pour revenir à ce qui fait proprement le sujet du dialogue. Je vais lire ce passage, et ensuite quelques autres, comme un objet d’instruction et d’agrément ; car il est souvent question, dans cet écrit, de matières qui se sont présentées ici, ou qui peuvent s’y présenter ; et il s’y rencontre des vérités applicables dans tous les temps.

15« Je vous demande d’abord (c’est Aper qui parle, l’antagoniste des anciens) ce que vous entendez par anciens, quel âge de l’éloquence vous prétendez marquer par cette dénomination ; car pour moi, lorsque j’entends parler d’anciens, je me représente ceux qui sont nés dans des siècles reculés, et je me figure aussitôt Ulysse et Nestor, qui existaient il y a environ treize cents ans ; et vous, vous nous parlez d’abord d’un Démosthène, d’un Hypéride, qui ne nous sont antérieurs que d’environ quatre siècles », etc.

16On voit que ceci n’est qu’une espèce de badinage, un abus de mots fort bien placé dans la bouche d’un interlocuteur que l’on donne comme un homme à paradoxes. Il passe tout de suite aux Latins, dont il s’agit spécialement dans ce dialogue, puisque l’auteur avait pour objet de prouver que l’éloquence romaine était extrêmement dégénérée depuis la mort de Cicéron ; et ceci m’oblige d’entrer dans quelques éclaircissements nécessaires pour l’intelligence de ce qui va suivre.

  • 12 Quintus Ennius, poète latin (240-170), fut auteur de tragédies et de satires. Ses Annales sont une (...)
  • 13 Marcus Caelius Rufus, chevalier romain défendu par Cicéron lors d’un procès à scandale que lui int (...)
  • 14 Les passages cités par La Harpe et traduits par lui jusqu’à la fin de cette leçon sont extraits du (...)

17On comptait ordinairement, au temps où ce dialogue fut composé, trois âges dans les lettres latines : celui d’Ennius, d’Accius, de Pacuvius, de Caton le Censeur12, etc., lorsque la langue était encore rude et grossière ; celui des Gracques qui, les premiers, tempérèrent la gravité romaine par la politesse des lettres grecques ; enfin celui de Cicéron, dans lequel on comprend Crassus, Antoine, César, Caelius13, Hortensius et Cicéron, qui les surpassa tous, donna son nom à cette époque, que depuis on regarda généralement comme celle du bon goût. Mais lorsque Tacite écrivait ce dialogue, sous le règne de Vespasien, le goût était extrêmement corrompu ; et Sénèque, comme je le disais dans notre dernière séance, y avait contribué plus que personne. Il avait séduit presque toute la jeunesse romaine par l’attrait de la nouveauté et le piquant de son style, dont elle ne sentait pas tous les défauts : la suite de ce cours nous mettra à portée de les développer. Aper se montrait partisan zélé de ce nouveau goût, qu’il met ici au-dessus de l’ancien, comme beaucoup plus agréable et plus amusant. Il traite fort durement les orateurs, qu’on nommait alors anciens, et ne ménage pas même Cicéron. Il règne dans sa discussion, comme on doit s’y attendre, un esprit de controverse plutôt qu’un esprit de critique. Il n’oublie pas de chicaner sur les mots, et c’est ce qui amène la question épisodique sur ce qu’on entend par anciens. Il ne manque pas d’intéresser, autant qu’il le peut, l’amour-propre de ses adversaires, Maternus et Secundus, qui cultivaient, en effet, l’éloquence et les lettres avec beaucoup de succès. Mais les louanges qu’il leur donne n’égarent point leur jugement ; et Maternus dit à Messala, en l’invitant à réfuter Aper14 :

18« Nous ne vous demandons pas précisément de défendre les anciens, car quelque mal qu’en ait dit Aper, et quelques louanges qu’il nous ait données, nous persistons à ne leur comparer personne de nos contemporains, et Aper lui-même, au fond n’est pas d’un autre avis ; mais suivant la méthode usitée dans les écoles de philosophie, il a pris pour lui le rôle de contradicteur. Ne vous étendez donc pas sur leur renommée ; mais expliquez-nous pourquoi nous nous sommes si fort éloignés de leur éloquence, lorsqu’il ne s’est pas écoulé plus de cent vingt ans depuis la mort de Cicéron jusqu’à nous. »

19Messala répond : « Je suivrai le plan que vous me tracez ; je ne combattrai point ce qu’a dit Aper, qui n’a, ce me semble, élevé qu’une dispute de mots ; comme si l’on ne pouvait pas appeler anciens ceux qui sont morts il y a plus d’un siècle. Je ne contesterai point sur l’expression ; ceux dont il s’agit seront ou nos aïeux ou nos anciens, comme on voudra, pourvu que l’on convienne que l’éloquence de leur temps fut la meilleure qui ait jamais été parmi nous. »

20Voilà donc la question réduite à ses véritables termes et par conséquent résolue pour les Romains, qui avaient raison de donner le nom d’anciens aux orateurs et aux écrivains, qui, plus d’un siècle auparavant, avaient formé tous ensemble cette grande époque où la littérature romaine atteignit une perfection dont on avait depuis descendu par degrés, jusqu’à la corruption dont se plaignaient tous les bons esprits.

  • 15 Hypéride (v. 395-322) fut l’un des plus célèbres orateurs athéniens après Démosthène. Au temps où (...)
  • 16 Caius Licinius, contemporain de Cicéron et de César, s’illustra comme poète et comme orateur. Si C (...)
  • 17 Caius Asinius Pollion (77-3) fut l’un des plus célèbres orateurs romains. Il suivit d’abord le par (...)

21Messala continue : « Parmi les Athéniens on donne le premier rang à Démosthène ; Eschine, Hypéride, Lysias, Lycurgue15 sont ceux qui passent les premiers après lui, et l’on s’accorde à regarder cet âge de l’éloquence comme celui des vrais modèles. De même parmi nous, Cicéron passe, dans l’opinion générale, tous les orateurs de son temps ; et si on le préfère à Calvus16, à César, à Brutus, à Caelius, à Asinius17, on préfère ceux-ci à tous les orateurs qui les ont précédés ou suivis. Ce n’est pas que chacun d’eux n’ait eu sa manière propre, mais tous se sont accordés sur les principes du bon goût ; ainsi Calvus est plus serré, Asinius plus nombreux, César plus brillant, Caelius plus amer, Brutus plus grave, et Cicéron plus véhément, plus abondant, plus vigoureux, mais tous ont une éloquence pure et saine, de façon qu’en lisant leurs ouvrages, on reconnaît entre eux, malgré la diversité naturelle des esprits, comme une sorte de parenté, qui consiste dans la ressemblance de jugement et de dessein. »

22Et voilà aussi ce que l’on peut répondre à ceux qui opposent la disparité des esprits à l’unité des principes. Oui, sans doute, les principes sont les mêmes, quoique les esprits soient différents, comme les règles du chant et de la musique sont les mêmes, quoique chacun ne puisse chanter que selon ce qu’il a de voix et d’expression. J’en dis autant des règles du goût : elles sont universelles, puisqu’elles sont fondées sur la nature, qui est toujours la même ; mais chacun les applique suivant son caractère et ses moyens. Leur observation n’est point l’imitation servile des auteurs qui les ont le mieux pratiquées : ne faites pas ce qu’ils ont fait, mais pénétrez-vous bien des mêmes préceptes, si vous voulez faire aussi bien qu’eux ; ils ont marqué la bonne route, mais chacun y marche suivant ses forces, s’avance plus ou moins loin suivant ses facultés, et choisit différents sentiers selon son caractère et ses dispositions.

  • 18 Traduit du Dialogus de oratoribus, chap. xxviii, section II.

23Messala en vient aux causes de sa décadence18, et il en assigne quatre.

24« Qui peut ignorer, dit-il, que l’éloquence et les arts sont fort déchus de leur ancienne gloire, non par la disette de talents, mais par la paresse des jeunes gens, la négligence des parents, l’incapacité des maîtres, et l’oubli des mœurs antiques ? »

25Il détaille ces quatre causes ; mais il oublie, comme de raison, la première de toutes, la perte de la liberté : ce dialogue était écrit sous un empereur.

26Cependant, s’il n’ose pas tout dire, il fait tout entendre. En effet, dans le dernier morceau que je vais lire, il présente la concurrence des intérêts politiques, la rivalité des deux ordres de la république romaine, leur lutte continuelle, l’importance des délibérations du sénat, les débats des tribunaux, la majesté de la tribune aux harangues, comme les mobiles et les instruments de la grande éloquence.

27« Elle est comme le feu, dit-il, qui a besoin d’aliments, que le mouvement allume, et qui brille en embrasant. C’est ce qui l’a portée si haut dans l’ancienne République. Elle a eu, de nos jours, tout ce que peut comporter un gouvernement réglé, tranquille et heureux. Mais elle a été bien plus redevable aux troubles, et même à la licence de ces temps où tout était, pour ainsi dire, pêle-mêle, et où, n’ayant point de modérateur unique, chaque orateur avait de l’autorité en raison de ses moyens de persuasion sur une multitude égarée : de là ces lois multipliées, ces célébrités populaires, ces harangues des magistrats qui passaient la nuit à la tribune, ces accusations contre les puissances, ces inimitiés héréditaires dans les familles, ces factions des grands, ces discordes continuelles du sénat et du peuple ; toutes choses qui remplissaient la République d’agitations, mais qui exerçaient l’éloquence, et lui offraient des mobiles puissants et de grands intérêts. »

28Il est triste, sans doute, pour les amis des lettres, comme l’étaient les interlocuteurs de ce dialogue, d’être obligés d’avouer que ce qui trouble un État est ce qui favorise le plus l’éloquence ; mais enfin c’est une vérité : telle est la nature des choses humaines ; et, comme il est dit dans la suite de cet écrit, la médecine ne serait pas un art s’il n’y avait pas de maladies. L’éloquence peut servir les passions ; mais il faut de l’éloquence pour les combattre, et l’on sait que le bien et le mal se confondent dans tout ce qui est de l’homme. Mais je ferai sur ce sujet deux réflexions, relatives à nous.

29D’abord, sur ce tableau des désordres politiques de Rome, il ne faut pas croire qu’il y ait jamais eu dans cette ville, ni dans celle d’Athènes, rien de semblable à ce que nous avons vu pendant trop longtemps. L’art oratoire n’était pas exempt de dangers ; mais il ne connaissait ni obstacles, ni entraves. Les Gracques et Cicéron finirent par une mort violente, parce qu’un des partis qui se combattaient finit par écraser l’autre. Mais, outre que ces accidents tragiques ont été très rares, et sont de nature à ne devoir pas entrer dans les calculs de la prudence, et encore moins dans ceux du courage, nous voyons, dans l’histoire, qu’un certain ordre légal, toujours conservé dans toute nation policée, et une certaine décence de mœurs, qui ne fut jamais violée chez les anciens, laissèrent en tout temps un champ libre au talent oratoire ; au lieu que ce talent a dû disparaître parmi nous, quand la parole même a été interdite : il est à croire qu’elle ne peut plus l’être.

30Ensuite, je crois devoir rassurer ceux qui, frappés de l’espèce de désordre qui règne encore dans nos assemblées, semblent craindre que jamais l’éloquence puisse s’y ouvrir une carrière étendue et libre. Je sais qu’aujourd’hui tel est l’état des choses, qu’il vaut mieux être prompt à parler qu’occupé à bien dire ; tant il importe de saisir le moment, et d’en prévenir l’interruption ; mais d’abord, je suis convaincu que le grand talent peut tout surmonter, et il ne faut pas plus désespérer de l’éloquence que de la chose publique. De plus, ce désordre diminue tous les jours : une police bien établie dans les assemblées le fera cesser entièrement, comme tout le reste. Ayons donc confiance dans l’avenir, et que des craintes exagérées ne nous refroidissent pas sur l’étude d’un art qui a servi la liberté, qui doit encore la défendre et s’agrandir avec elle.

Notes

1 Il s’agit de Garat. Voir supra, note 27, ainsi que notre introduction.

2 C’est en 1758 que le traditionnel concours d’éloquence de l’Académie française est réformé à l’initiative de Duclos qui propose que l’on fasse désormais l’éloge des grands hommes de la nation. Thomas (cf. supra, note 35) remporta le premier concours, en 1759, avec un Éloge de Maurice, comte de Saxe et devait rester longtemps le maître incontesté du genre.

3 Ce développement quelque peu embarrassé ressemble fort à un plaidoyer pro domo. L’attitude de La Harpe envers l’Académie, où il fut reçu en 1776, ne témoigne guère de cette « invariable égalité de principes » qu’il s’arroge généreusement. Il se donne ici pour un défenseur éclairé de l’institution contre « l’injustice » et même « l’ingratitude » de ses détracteurs. Mais lors de la grave crise de 1791, qui vit les académiciens se déchirer autour du pamphlet de l’un des leurs, « l’ingrat » Chamfort, La Harpe se trouva dans le camp « révolutionnaire », aux côtés de Condorcet, Sedaine, Bailly et quelques autres. C’est alors Suard, dans son journal Les Indépendants, et plus encore Morellet (De l’Académie française, ou Réponse à l’écrit de M. de Chamfort qui a pour titre « Des Académies ») qui montèrent au créneau contre Chamfort, lequel prônait l’abolition des académies. Cette suppression sera décrétée le 8 août 1793. Sur les positions pro-jacobines de La Harpe jusqu’au printemps 1794, voir notre introduction, supra, p. 526-527.

4 « Il s’est reconnu aux prises avec les chefs achéens », Énéide, I, 488 ; trad. J. Perret, Paris, Les Belles Lettres, 3 vol., 1977-1980, vol. I, p. 24. La scène se déroule dans un bois sacré où Énée, qui vient de prendre terre près de Carthage, voit paraître à ses yeux les tableaux de la guerre de Troie. Cet hommage pédantesque n’est pas dépourvu de perfidie, c’est une manière de rappeler à l’auditoire normalien que Garat faisait partie des « chefs » révolutionnaires. La syntaxe embarrassée du paragraphe décèle l’improvisation.

5 Sic ; la prise de Constantinople date de 1453.

6 Pierre Bembo (1470-1547) fut cardinal et célèbre écrivain italien. Jacques Sadolet (1477-1547) fut aussi cardinal, et l’un des humanistes les plus distingués du xvie siècle. Jacques Sannazar ou Sannazaro (1458-1530) fut un poète italien dont l’Arcadia fut publiée une soixantaine de fois au xvie siècle. Ange Politien (1454-1484), célèbre humaniste, enseigna à Florence la littérature latine, le grec et la philosophie, au milieu d’une affluence considérable d’auditeurs italiens et étrangers, et fut le précepteur des deux fils de Laurent de Médicis. Bembo et Politien constituèrent de riches bibliothèques, l’un à Venise, l’autre à Florence. Jean-Jovien Pontanas (1426-1503), en latin Pontanus, fut un érudit, moraliste et historien éminent, mais surtout un remarquable poète.

7 Marc-Antoine Muret (1526-1585), érudit célèbre, littérateur et poète latin, fut le précepteur de Montaigne. Condamné au bûcher pour « mauvaises mœurs », il s’enfuit en Italie où il enseigna avec un grand éclat l’éloquence, la philosophie et le droit civil. Ses Œuvres furent rééditées à Leyde en 1789.

8 Allusion à la traduction des Vies des hommes illustres de Plutarque par Jacques Amyot (1513-1593).

9 On retrouvera dans le Cours de littérature la même sévérité à rencontre de la Pléiade et de Ronsard, dont il faut rappeler qu’elle était monnaie courante à la fin du xviiie siècle. La Harpe lui-même y soulignera que Ronsard « est aussi décrié aujourd’hui qu’il fut admiré de son temps » (Cours de littérature, Paris, Didot, 1870, t. I, p. 446).

10 « Les circonstances favorables au développement des génies se rencontrent chez une nation, dans le temps où sa langue commence à avoir des principes fixes et un caractère décidé. Ce temps est donc l’époque des grands hommes » (Condillac, Essai sur l’origine des connaissances humaines, chap. xv : « Du génie des langues », § 46 ; Paris, Éditions Galilée, 1973, p. 261).

11 Il s’agit de nouveau du Dialogus de oratoribus aujourd’hui attribué à Tacite (cf. supra, note 28) sur lequel Garat a interrogé La Harpe lors de la séance du 16 pluviôse.

12 Quintus Ennius, poète latin (240-170), fut auteur de tragédies et de satires. Ses Annales sont une épopée en vers chantant l’histoire romaine, qui fit l’objet de lectures publiques à Rome jusque sous les empereurs. Cicéron citait à chaque instant des vers d’Ennius. Lucius Accius, ou Attius, est né en 170 avant notre ère à Rome ; il ne reste que quelques fragments de celui qui fut le plus ancien des poètes tragiques latins. Marcus Pacuvius (220-130) composa des tragédies, des discours ou satires en vers, dont il ne reste également que des fragments, recueillis par H. Estienne (1564) et insérés dans le Corpus poelarum de 1713. Marcus Porcius Caton (232-147), dit Caton l’Ancien ou le Censeur, incarne l’austérité et la rudesse de mœurs de l’ancienne Rome. Il s’opposa à l’abrogation de la loi Oppia, restrictive du luxe des femmes, et combattit inexorablement les innovations et la mollesse venues de Grèce. Sa sévérité inflexible dans l’exercice de sa magistrature est devenue légendaire.

13 Marcus Caelius Rufus, chevalier romain défendu par Cicéron lors d’un procès à scandale que lui intenta son ancienne maîtresse Clodia. La brillante plaidoirie de Cicéron (Pro Caelio) le fit acquitter.

14 Les passages cités par La Harpe et traduits par lui jusqu’à la fin de cette leçon sont extraits du chapitre xxv du Dialogus de oratoribus de Tacite.

15 Hypéride (v. 395-322) fut l’un des plus célèbres orateurs athéniens après Démosthène. Au temps où écrit La Harpe, on ne possède de lui que des fragments très courts. Patriote ardent, Hypéride s’associa aux chefs du parti de la démocratie dans la lutte qu’Athènes soutint contre les Macédoniens. A la mort d’Alexandre, il prit l’initiative du soulèvement contre la Macédoine et fut l’instigateur principal de la guerre lamiaque, suprême effort en faveur de la liberté hellénique. Il fut arrêté par les satellites d’Antipater dans le temple de Poséidon, à Égine, où s’était également réfugié Démosthène, et fut mis à mort. Lysias (458-378), célèbre orateur attique qui professa la rhétorique à Athènes, fut lui aussi un champion ardent de la démocratie. En 403, il se révéla en attaquant Ératosthène, l’un des trente tyrans qui avaient prononcé l’arrêt de mort de son frère. Lycurgue (v. 396-323), orateur et homme politique athénien, fut l’élève de Platon et d’Isocrate, et, comme Hypéride, un contemporain de Démosthène. Il eut pendant dix ans l’intendance du trésor public, et dirigea la police intérieure d’Athènes, embellit les édifices publics, exerça une sorte de haute surveillance sur les mœurs. Il tint un registre exact de tous les actes de son administration et, lorsqu’il rentra dans la vie privée, il fit attacher cet écriteau à une colonne, afin que chacun pût contrôler sa conduite. Ses discours, d’une éloquence austère et simple, se trouvent dans toutes les collections des Oratores attici. Plutarque relata sa vie.

16 Caius Licinius, contemporain de Cicéron et de César, s’illustra comme poète et comme orateur. Si Catulle, Properce, Horace parlent du poète avec éloge, Cicéron n’apprécie guère l’orateur, dont il réprouve l’excès de finesse.

17 Caius Asinius Pollion (77-3) fut l’un des plus célèbres orateurs romains. Il suivit d’abord le parti de Pompée avant de s’attacher à César. Il devint ensuite le protecteur de Virgile et renonça aux affaires publiques. Sous Auguste, il reparaît au barreau et ouvre une école de déclamation. La quasi-totalité de ses textes est perdue.

18 Traduit du Dialogus de oratoribus, chap. xxviii, section II.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540