Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Quatorzième débat

24 floréal1/ 13 mai

Texte intégral

  • 1 L’intervention de Volney, apparaissant sans présentation et prenant visiblement le relais de la rép (...)

1Volney. Je désirerais savoir pourquoi vous placez au rang des nasales la lettre-consonne m. J’admets, d’ailleurs, l’ordre que vous nous avez présenté ; le travail que j’ai été obligé de faire pour apprendre une langue étrangère (l’arabe) m’a également amené à cet ordre de familles que vous avez suivi. Je suis au moment d’imprimer mon tableau ; et je suis frappé de l’analogie qui se trouve entre votre distribution et la mienne. Mais nous différons en quelques points. Par exemple, vous placez au rang des nasales la lettre ou plutôt la touche m. Moi, je trouve qu’elle est la troisième ou la plus faible des labiales. La première ou la plus forte des labiales est p, la seconde est b, et la troisième m. Je ne vois pas du tout l’analogie qu’il y a entre m et n, ou plutôt, entre ma et na. Car c’est un vice de notre barbare et gothique alphabet que quelques touches y soient dénommées par l’antécédence de la voyelle, et d’autres par la subséquence. Nous disons ef er, en, el ; nous devrions dire la, fa, na, ra : je reviens à ma question, et je vous prie de me la résoudre.

2Sicard. J’avais pensé comme le citoyen Volney que la lettre m pouvait se rapporter à la touche labiale. Il est bien extraordinaire que ce soit un homme de la nature qui vienne ici se placer entre nous deux pour nous mettre d’accord.

  • 2 Il s’agit évidemment de l’élève Peyre (cf. débat du 19 germinal et leçon du 7 pluviôse).

3Vous avez tous entendu un de mes élèves parler ici, très peu, il est vrai, mais assez pour que ce phénomène ait produit sur vous l’étonnement qu’il devait causer2. Lorsque j’ai dit à cet élève d’enseigner à parler aux autres, et qu’il a voulu leur apprendre à prononcer la lettre m, il leur a pris le nez, le leur a serré, a serré le sien, et prononcé ma. Je n’ai qu’un mot à dire ; j’ajouterai que j’avais cru, comme le citoyen Volney, que le m appartenait à la touche labiale ; mais je prierai le citoyen Volney, ainsi que tous les autres auditeurs, d’examiner si, dans la prononciation du m, il n’y a pas quelque chose du son nasal ; et alors, je dirai que cette lettre pourrait appartenir, en même temps, à la réunion des deux touches, et que la prononciation de l’effet de ces deux touches réunies la distingue des autres.

4Garat. Ce que vient de dire le citoyen Sicard, je l’avais déjà pensé. Je crois que le m est un son mitoyen entre le son nasal et le labial ; et en écoutant, très attentivement, le son émis par la voix, peut-être qu’il est difficile de ne pas y distinguer un peu du son nasal, quoique cette espèce de son y soit extrêmement léger. Vous voyez qu’on a représenté l’m, et l’n, par des lettres qui ont quelque rapport ensemble. Le m n’est guère que le n à laquelle on a joint un autre jambage.

  • 3 On voit à la remarque que fait plus loin Volney sur la notation de la nasale par le polonais ce qu’ (...)

5Ces observations des peuples les plus ignorants ont quelquefois une extrême finesse ; et ce qui paraît une preuve de génie n’est qu’une preuve de prévoyance de la nature pour bien conduire les premiers hommes. Ils n’ont pu être conduits que par l’observation. Ce premier guide est le meilleur de tous3.

6Volney. Lorsqu’on étudie la nature, il paraît que la route est toujours la même ; il se trouve, assez singulièrement, que j’ai suivi la route de votre sourd-muet ! En analysant, avec quelque profondeur, la lettre m, comparée au l et au p, je m’aperçus très bien du son nasal qui l’accompagnait, et je vins à une expérience assez singulière.

7J’allumai une bougie ; je mis une feuille de papier entre mon nez et ma bouche, et j’examinai les effets de l’air qui sortait de mon nez sur la bougie, tandis que ma bouche prononçait par-dessous le papier : ayant étudié l’anatomie, il me fut facile d’analyser le jeu de tous les organes et de toutes les parties de la bouche. Or, la bouche étant bien fermée, on forme un son sourd et obscur, que nous appelons nasal, et qui prend, dans notre langue, quatre formes différentes, on, an, in, un. J’ai dit que ce son est une voyelle, parce qu’en effet, il en a le caractère, qui est l’émission de l’air par la trachée-artère, allant ébranler les deux membranes étendues sur le tambour vocal, et y excitant un frémissement qui produit le son. Vous avez vu des enfants s’amuser à souffler dans des gorges d’oies. Eh bien ! c’est absolument le mécanisme de la voix dans l’homme, avec quelque différence d’organisation. Selon que les membranes se tendent et se rapprochent, le son devient plus aigu ; et selon qu’elles s’écartent et se détendent, il devient plus bas et plus grave. Or, je dis donc que lorsque l’air a été chassé, il vient sortir, en partie, par le nez, et y fait les voyelles nasales, in, on, an, un.

8Il est remarquable que, lorsque dans la famille labiale, vous voulez effectuer une de ces consonnes, vous êtes obligé, dans la première, qui est la plus faible, de ménager le serrement des lèvres, parce que, si vous serrez un peu fort, vous trouvez, au second degré, b ; ainsi, m est le plus doux des trois contacts des deux lèvres : et c’est par cette raison qu’il faut rejeter une partie de l’air par le nez, surtout à raison de ce que l’on prononce em, et non pas ma, c’est-à-dire la voyelle avant, et non pas après.

9Ainsi, je vous prie d’examiner s’il n’est pas vrai que le m soit plus doux et la plus légère de toutes les touches labiales ; qu’après, vient le b ; qu’ensuite vient le p : il y a même des nations chez qui il y a une quatrième touche forte. Les Arméniens ont ce qu’ils appellent, le p dur... ; et dans leur langue, il n’est pas plus permis de confondre le p dur avec le p doux qu’il n’est permis, dans la nôtre, de confondre le p avec le b.

10Lorsque je me suis occupé de ces objets, j’ai consulté des hommes de langues très diverses, et lorsque je rencontrai ce p nouveau, j’en fus étonné : je croyais que cela ne pouvait exister ; (et faites bien attention à cette observation) ce ne fut que lorsque mon oreille eut contracté une grande habitude de ce son que je parvins à faire une différence entre le p dur..., et le p doux... (car... appelé p doux, dans l’Encyclopédie, est b [sic]

11Chez les Arabes, il y a une différence d’un autre genre : ils n’ont point de p ; et quand on veut faire prononcer à un Arabe p, il prononce b ; il ne peut s’y habituer qu’après beaucoup de temps.

12Je dirai encore qu’on ne peut tirer aucune induction de la semi-ressemblance de figure entre m et n, car il faudrait que cette analogie se trouvât dans plusieurs alphabets. Il est vrai que dans ceux d’Europe, qui sont tirés du romain, il y a analogie du ma au na ; mais dans vingt ou trente alphabets étrangers que je pourrais citer, je n’en connais aucun où il y ait cette analogue du na au ma ; et je demande pourquoi, chez tant de nations, cette analogie de la figure ne se trouve pas.

13D’ailleurs je vous prie de bien examiner la manière dont se forme le na. Le bout de la langue s’attache au-dessus de la racine des gencives ; il sort des poumons une force d’air qui, poussant la langue, la fait tomber, et lui fait dire na, même en tenant le nez bouché.

14Ainsi, c’est à l’observation anatomique de bien déterminer et de caractériser les lettres dont vous avez, d’ailleurs, parfaitement saisi l’esprit de famille, et la division par organe, qui me semble la seule bonne, la seule fondée sur la raison. Je vous prie de vouloir bien me dire votre opinion sur ces observations.

15Sicard. Il me paraît difficile de se refuser à la justesse des observations du citoyen Volney : j’ajouterai qu’il est très important de classer nos lettres, de ne pas les présenter sans ordre, sans raison et sans méthode ; les enfants ne les retiendront qu’autant qu’on pourra les attribuer, les rapporter à quelque chose qui soit connu d’eux, et qui ait quelque analogie avec des causes dont les lettres soient, pour ainsi dire, les effets. On ne peut se dissimuler que la prononciation de ma ne rende nécessaire une légère émission d’air par les narines, que les narines ne jouent ici un rôle dans la prononciation de cette lettre, et que les autres touches n’y contribuent. On ne peut, non plus, désavouer que la touche labiale n’y contribue aussi pour sa part ; ainsi je redirai encore que la lettre m peut être rapportée à la fois à la touche labiale et à la touche nasale, comme j’ai rapporté les chuintantes à deux touches de l’instrument vocal.

16Garat. Je suis entièrement de votre avis ; mais vous avez fait un amendement, et je vous en propose un autre. Vous voulez classer le ma entre les nasales et les labiales : je crois qu’en effet c’est là qu’il faut le placer ; mais je crois qu’il faut le rapprocher plus des labiales que des nasales. Les scrupules ne sont pas indifférents ; il est bon de les avoir : je présenterai une autre observation. Le ma et le na sont employés, dans les langues, au moins dans celles que je connais, de deux manières, extrêmement différentes ; dans une de ces manières ce sont des voyelles qui, en passant par le canal de la voix, y reçoivent quelques modifications. Ainsi, par exemple, dans le mot maison, le m est une véritable consonne ; dans le mot nanti, n est une véritable consonne : mais lorsque je dis : « constitution », à la fin de ce mot, vous entendez, dans le son du mot, un changement léger, mais cependant très sensible ; on a représenté ce changement par on : vous voyez cependant que c’est entièrement différent ; car dans nanti, ma langue frappe le palais de ma bouche, et à la fin de constitution, ma langue reste immobile, et ma bouche ne reçoit aucune modification particulière : il en est même du son de me, dans le mot de la langue latine, dont l’équivalent est supprimé dans la nôtre. Dans le mot dominum, vous voyez que le son que ma bouche forme, je le forme non pas en frappant les lèvres avec quelque force l’une contre l’autre, mais en la fermant très doucement ; au lieu que dans maison, c’est le contraire : après s’être serrées l’une contre l’autre, ma bouche s’ouvre avec vitesse.

17Sicard. C’est que la voyelle qui précède dans un cas et celle qui suit dans l’autre sont la cause de cette différence ; c’est la place des voyelles qui produit ces divers effets.

  • 4 Grammaire générale et raisonnée, op. cit., Ire partie, chap, ii : « Des consonnes ». La lettre manq (...)

18Garat. La différence n’est pas du tout au tout ; il n’y a presque pas de ces différences dans l’usage qu’on fait de l’instrument vocal : certainement elle est très remarquable ; et l’analogie qui ne l’a pas remarquée n’a été ni assez délicate, ni assez complète. Quant à ce que disait le citoyen Volney du son labial, p fort, son observation est extrêmement curieuse, et je la crois très vraie ; mais, dans une langue que je ne connais pas, dont je ne connais que l’alphabet, dans la langue grecque, il y a un son qui présente la même observation ; c’est un son que nous avons représenté par le p et par le h : ce n’était pas le..., le...4 se prononçant, autant que j’ai pu le comprendre, ainsi que les écrivains de Port-Royal le disent ; ces écrivains remarquent que cette lettre se prononçait ph ; et vous concevez que c’est une composition du p et de l’inspiration ; peut-être que le son de ce ph-là, que les Arméniens, dont a parlé le citoyen Volney, ont dans leur alphabet, est très différent du pe, et bien plus encore du ve et du fe.

19Sicard. Ce que remarque le citoyen Garat dans le mot constitution et dans le mot dominum, latin, est tout naturel ; et ce ne sont pas des exceptions, comme il le croit : car quand il dit maison, les lèvres commencent à battre, et la bouche reste ouverte, après que les lèvres ont battu. Qu’est-ce qui indique le battement de la touche labiale ? C’est le m, et alors il faut commencer par faire ce petit battement. On di : « me » ; qu’est-ce qui détermine, ensuite, à laisser la bouche ouverte ? C’est la voyelle e. Voilà pourquoi, dans ce cas, dont le signe est ai, on ferme et on rouvre la bouche pour le prononcer. Ensuite, dans dominum, c’est absolument le contraire : c’est la voyelle qui précède le son du me, et qui fait ouvrir la bouche ; et c’est la consonne qui termine le son en la faisant fermer ; et aussitôt que la touche a fait son effet, le son s’amortit, se termine, au lieu qu’il ne se termine pas quand la touche commence, et qu’ensuite le frappement de la touche est suivi d’une voyelle.

20Volney. Je ne puis acquiescer à l’amendement proposé, à moins que l’on ne m’accorde un sous-amendement. J’ai d’autant plus lieu d’insister que la question que je défends est véritablement nationale : car la voyelle nasale est une des voyelles les plus caractéristiques de la langue française ; on ne la trouve pas chez la plupart de autres peuples de l’Europe ; les Italiens ne la connaissent pas ; ils ne disent pas : « on », « an », « in » ; mais : « onne », « anne », « inne ». Les Anglais, de même ; les seuls Polonais ont aussi cette voyelle : et ce qu’il y a de remarquable, c’est qu’ils n’ont pas employé le n pour la peindre ; preuve que les nasales n’emportent pas avec elles la nécessité du n ; ils les peignent en ajoutant un petit crochet aux voyelles a, e, i ; de manière que si vous voulez bien, nous conviendrons que ma, par lui-même, est consonne labiale ; mais que, vu que la voyelle nasale l’accompagne, il devient syllabe nasalante : je dis bien, une syllabe, car toutes les consonnes sont des syllabes. J’aurais là-dessus diverses choses à vous communiquer ; mais elles pourraient fatiguer l’assemblée, et nous les traiterons en particulier pour les rapporter devant elle.

21(L’assemblée ayant désiré la continuation de la conférence, Volney a repris.) Il est, sur cette matière, un travail complet à faire ; il faudrait décrire toutes les consonnes, et les classer par nature d’organes ; commençant par les lèvres, on rentrerait vers le fonds de la gorge, selon votre méthode. Ainsi la première famille serait la labiale ; la seconde, dans ma manière de les classer, c’est la labiodentale (v., f.) ; et, à ce sujet, je trouve fort bien aperçue l’observation du citoyen Garat sur le... des Grecs ; car ce... n’était pas notre f, mais il se rapprochait, à ce qu’il paraît, du p dur des Arméniens. Je me rappelle avoir confronté ces deux lettres, et il y a analogie de figure.

22Je dis donc que la seconde consonne serait labiodentale, et par parenthèse, un peu longue il est vrai, il me semble qu’on ne devrait pas donner au mot ton l’acception que vous lui donnez ; celle qui est reçue le rapporte à la musique ; et si vous voulez bien considérer la nature de la consonne, il me semble que vous reviendrez à l’usage d’un mot que vous-même employez : le mot touche ou contact ; car, puisqu’il est évident que toutes les consonnes se forment par un contact des parties de la bouche, nous devrions les appeler des contacts ou des touches, et conserver le mot ton dans son sens de tension d’une corde qui, plus ou moins tendue, produit des sons plus ou moins aigus, des modulations diverses dans la voix, indépendamment des touches ou consonnes.

23La troisième famille est la dentale, qui comprend d et t. Ici, permettez que je cite la langue arabe ; cette comparaison des langues étrangères est utile et curieuse, parce qu’elle peut mener à un tableau général des prononciations, dont le résultat serait un alphabet applicable à toutes les langues possibles. Dans ce moment, j’ai été autorisé, par le Comité de salut public et par la commission des relations étrangères, à imprimer un ouvrage où l’on trouvera les premiers éléments de ce travail. Je me suis trouvé, par ma propre expérience, obligé d’exécuter ce travail sur la langue arabe, et je suis arrivé à peindre toutes les modifications de son alphabet avec des lettres européennes, en grande partie, telles qu’elles sont, et avec quelques autres de convention ; et j’espère présenter au public, les moyens d’apprendre les langues orientales, comme l’on apprend l’espagnol ou l’allemand, et de lever toutes les difficultés qui les ont entravées jusqu’ici. Je dis donc que dans l’arabe, il y a un d doux et un dur qui sont différents, au point que, dans beaucoup de mots, l’on fait des équivoques si on les confond. Il y a aussi le t doux et le t dur, le doux et le dur, etc. Je ne sais si l’on peut faire de chacune deux familles; ni si celles que vous appelez sifflantes-douces ne pourraient pas s’appeler plutôt, comme je fais, zedantes, en gardant le mot sifflante pour les s.

24Après cela viennent les linguales la, ra; et ra n’est qu’une double vibration du bout de la langue; puis les gutturales ka et ga, que, dans mon système, j’appelle linguo-palatales, attendu qu’elles se forment par le contact de la racine de la langue contre le voile du palais, qui, comme vous savez, est une cloison mobile. Il m’a paru que vous appeliez l’x dans Xerxès une lettre gutturale. Je n’entends pas pourquoi cela, car le x est une consonne composée et divisible en k et s ; et c’est un vice de notre alphabet d’avoir donné un signe simple à deux consonnes, de même que d’avoir donné un signe double à une consonne simple, comme l’est la prononciation ché. Vous l’appelez chuintante, je crois. Je la nommais chuchutante, c’est au public à juger de ces mots. Enfin je ne vois pas pourquoi vous chassez du rang des voyelles le on et le en, qui sont des sons aussi simples, aussi indivisibles que a et o; tout leur malheur consiste à avoir été, mal à propos, vêtus de deux signes par les premiers qui ont voulu les représenter. Il faut changer leur vêtement; car c’est un vice radical dans un alphabet de donner deux signes à des sons simples, et un seul signe à des sons composés : le nôtre, malheureusement, est beaucoup dans ce cas; les réformes que vous proposez, d’ailleurs, me semblent très bien vues : mais il est bien à craindre que l’on n’éprouve de grandes difficultés à les exécuter.

25Sicard. La mission que nous avons reçue n’a pas pour objet de ne proposer que ce qui est d’une exécution facile ; mais d’examiner s’il est essentiel de faire des réformes dans le système de notre alphabet ; et quelles sont les réformes que commande la nécessité, et que doit approuver la philosophie.

26Il me paraîtrait convenable que tous les peuples de la terre convinssent de donner le même signe au même son, et de ne jamais permettre aucune contradiction entre tel son et tel signe ; car qu’est-ce qui rend si difficile, pour un peuple, l’étude de la langue d’un autre peuple ; n’est-ce pas ce grand nombre d’exceptions dans la prononciation des mêmes lettres, qui sont des signes de sons si différents, chez les Anglais et chez nous ? Mais au moins faudrait-il que ces différences et ces contradictions n’eussent pas lieu dans une même langue ; que le son du e n’eût pas quelquefois, et dans certains mots, le son du a, comme dans enfant, où la première syllabe a le son de la dernière.

27Les consonnes devraient, aussi, être classées et ordonnées d’une manière plus conforme à l’ordre des touches ; leurs dénominations, comme nous l’avons observé, plus relatives à la touche à laquelle elles appartiennent. L’alphabet, enfin, devrait être entièrement refait ; et cet ouvrage, qu’on devrait regarder comme une sorte de frontispice de toutes les sciences, puisque l’art de parler et de lire peut en être considéré comme le vestibule, en quelque sorte, l’alphabet, n’aurait pas dû être livré à des manouvriers sans logique, qui en ont distribué sans raison les éléments divers. Portons, il en est temps, sur cette partie si importante de l’édifice qu’il nous est ordonné de reconstruire, une main hardie qui ose le refaire à neuf. Que la philosophie et la raison, sa fidèle compagne, président à ce premier pas, que doit faire, dans la carrière de la perfectibilité de l’intelligence humaine, l’enfance, dont la marche et les développements nous sont confiés. Qu’une routine aveugle disparaisse à jamais. Donnons cette impulsion à l’Europe savante : réformons l’alphabet. Les éléments du langage ne seront pas longtemps sans éprouver, à leur tour, une réforme heureuse. C’est par l’étude de l’instrument de la pensée que nous apprendrons à enseigner l’art d’exprimer la pensée elle-même, comme nous apprendrons par l’étude de l’instrument vocal, l’art de prononcer et de lire.

28C’est ainsi qu’attentifs à nous préserver de la manière d’inventer, nos systèmes se formeront, en quelque sorte, sous la dictée de la nature, et qu’ils obtiendront, infailliblement, la sanction générale ; parce que les hommes étant les mêmes partout, on les a tous devinés, quand, à l’exemple du célèbre Montaigne, on les a peints, d’après soi, et après s’être bien observé soi-même.

Notes

1 L’intervention de Volney, apparaissant sans présentation et prenant visiblement le relais de la réponse à Garat à la fin de la séance précédente, semble bien prouver qu’il s’agit d’une seule séance.

2 Il s’agit évidemment de l’élève Peyre (cf. débat du 19 germinal et leçon du 7 pluviôse).

3 On voit à la remarque que fait plus loin Volney sur la notation de la nasale par le polonais ce qu’il pense de la pertinence de cet argument dont par ailleurs Sicard ne dit rien. En revanche, il ne chercherait pas à obtenir un sous-amendement s’il n’estimait pas à sa valeur la proposition qu’il discute. Et lorsqu’il choisit de passer à des arguments anatomiques, il sait que l’instituteur de la prononciation artificielle peut le comprendre. Sa classification et celle de Sicard ont en commun le renvoi à la disposition de l’organe vocal : « la division par organe, qui me semble la seule bonne, la seule fondée sur la raison », dit Volney, qui approuve le terme « touche » plutôt que « ton ».

4 Grammaire générale et raisonnée, op. cit., Ire partie, chap, ii : « Des consonnes ». La lettre manquante est en effet difficile à substituer. D’après l’allusion qu’y fait plus loin Volney, Garat aurait en vue le (p grec, vu qu’il n’entre pas dans la catégorie des labiodentales v et f, mais s’assimile à une labiale forte. Mais la remarque de Garat demeure délicate à interpréter. D’abord il ne fait aucune allusion au débat avec Loyer sur la lettre grecque et semble introduire celle-ci comme sur nouveaux frais et avec des hésitations surprenantes chez un lecteur de Duclos, qui proposait une réforme de l’orthographe abolissant l’écriture de ph pour le son f, alors que Sicard, comme le dit Loyer, désire ne pas y toucher. Ensuite, on ne comprend pas bien la différence que fait ici Garat entre les Messieurs et Sicard. Si elle tient à la composante aspirée du cp grec, les Messieurs la donnent eux-mêmes en note pour le grec : « Le “” se prononce aussi maintenant comme on prononce 1’f latine, quoique autrefois il eût plus d’aspiration. » En revanche, la différence de classification des consonnes entre celle de Port-Royal et Duclos d’une part, Sicard et Volney d’autre part, semble pour lui neutralisée.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540