Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Treizième débat

25 pluviôse1 (1re partie) – sans date (2e partie)

Texte intégral

  • 1 La datation est manifestement incorrecte, comme nous l’indiquons dans le résumé. La date du 25 pluv (...)
  • 2 Sicard renvoie ici manifestement à la séance du 15 pluviôse qu’on lira plus bas. Lorsqu’il indique (...)

1Le professeur. Citoyens, l’objet présenté à la discussion de la dernière contérence2 est le premier ouvrage élémentaire contenant une méthode nouvelle pour enseigner à lire. Je diviserai cet ouvrage en trois parties : la première, purement normale, s’adresse aux instituteurs ; elle leur trace la marche qu’ils doivent suivre dans l’enseignement : la seconde partie est l’application des principes ; elle est par conséquent toute pour les élèves : la troisième contient un choix de lectures pour l’enfance. J’ai lu la première et la seconde partie ; je viens aujourd’hui vous lire la troisième ; mais avant cette lecture, je dois vous rappeler la discussion qui a eu lieu à la dernière séance, et vous rendre compte de ce qui s’est passé à ce sujet.

  • 3 Cf. note de la séance datée du 16 pluviôse mais vraisemblablement donnée le 19. Il s’agit du manusc (...)

2Je présentai un tableau nouveau de caractères de lettres, dans une classification que je crois mieux ordonnée que l’ancienne dans l’ordre des touches de l’instrument vocal. Cette classification parut obtenir le suffrage de tous, c’est ce que nous a témoigné le citoyen Volney, en ajoutant seulement quelques observations sur un plus grand nombre de signes correspondants à un plus grand nombre de voyelles, qu’il portait à environ seize ou dix-sept. Il s’est passé devant vous, citoyens, une scène touchante, qui, se trouvant relative aussi au même ouvrage élémentaire, doit également vous être rappelée ; elle doit, pour l’honneur et la gloire des lettres, et de celui qui en fut l’objet, être connue de toute l’Europe. C’est le mouvement courageux du citoyen Wailly3, qui, après avoir dicté sur la langue nationale des lois à toute l’Europe, n’a pas cru compromettre sa grande renommée, en s’asseyant, comme élève, au milieu de vous.

3Vous l’avez vu, citoyens, ce vieillard respectable, loin de défendre son propre ouvrage, nous annoncer la résolution où il est de se réunir à nous pour élever un autre édifice sur les ruines du sien. Vous l’avez vu déposer modestement, dans le dépôt commun, un manuscrit, où j’ai trouvé développé, bien mieux que je n’aurais su le faire, un système d’une orthographe nouvelle, que je devais vous proposer et qu’à peine j’avais osé vous annoncer.

4On n’a rien observé touchant la forme et le fond du nouveau syllabaire ; il paraît même qu’on a trouvé et la forme et le fond convenables à la marche d’un esprit qui s’essaie. J’apporte de nouveau à cette conférence le désir extrême de recevoir de nouvelles lumières : bien disposé à faire à mon travail, non seulement les corrections indiquées par les gens de lettres qui ont bien voulu se rassembler ici fraternellement avec nous, mais aussi celles que les élèves-instituteurs de l’École normale m’ont déjà proposées par écrit : je les invite à me communiquer toutes leurs vues, et à m’excuser si mes nombreuses occupations ne me permettent pas de leur répondre autrement qu’en profitant de leurs judicieuses observations. Je vais d’abord lire la troisième partie de l’ouvrage déjà présenté, espérant qu’on voudra bien prononcer également sur les formes relatives à son but.

5Je vous présenterai ensuite un tableau raccourci des réformes que je pense qu’on pourrait faire dans notre orthographe, en ne vous désignant que les changements qui ont paru universellement nécessaires ; en vous déclarant que pour opérer ces réformes, jamais l’occasion ne fut plus favorable ; que c’est en quelque sorte universaliser notre langue que d’en écrire les signes comme nous prononçons les sons.

6Ce tableau vous sera présenté tout à l’heure ; vous verrez comme il porte l’empreinte de la sagacité, de l’érudition, de la justesse, qui doivent être attribuées à votre célèbre collègue ; je n’ai presque été que son abréviateur.

7Voici les modèles de lecture, qui forment la troisième partie de l’ouvrage élémentaire ; après cette lecture, je rappellerai ce qui est renfermé dans la première et seconde partie qui vous ont déjà été lues. Dialogue entre trois enfants : « Mon frère, veux-tu jouer ? », etc. Voici la première lecture ; passons à la seconde : « Maman ! — Mon fils. — Je veux », etc. Troisième Dialogue : « Papa, je voudrais être aussi grand que toi ! » Quatrième Dialogue : « La promenade du printemps. » Cinquième Dialogue : « Comparaison du cours de l’année avec notre vie. » Sixième Dialogue : « Courage de Lucas. » Septième Dialogue : « Acte d’émancipation de l’autorité paternelle. » J’interromps cette lecture pour donner plus de temps à la discussion ; tout le reste est sur le même modèle : j’ai tâché de rendre ces lectures convenables au jeune âge, et de faire en sorte qu’elles fussent les premiers éléments de morale de l’enfance. Voici, citoyens, ce projet de réforme sur l’orthographe actuelle.

8Projet de réforme sur l’orthographe actuellement usitée, etc.

9Les accents seraient employés pour déterminer les sons véritables, et pour fixer les lettres lorsque les signes pourraient être douteux ; mais nous nous occuperons peu à peu à les déterminer : les accents donnés à certains signes, deviendront bientôt superflus et inutiles ; et quand nous serons habitués à cette orthographe nouvelle, nous nous dispenserons d’ajouter les accents, comme on s’en dispense aujourd’hui, et il n’y aurait pas grand mal : ce serait comme une espèce d’échelle qu’on emploie à la place d’un escalier qui n’est pas encore fait, dont on se passe aussitôt qu’on le peut. Bien des accents qui occasionneraient d’abord des lenteurs deviendraient inutiles ; et sans qu’on s’en doutât, sans même qu’il fût besoin d’une réforme nouvelle, ces accents se réformeraient d’eux-mêmes : peu à peu on s’accoutumerait à la nouvelle orthographe ; cette écriture sensible ne serait plus surchargée d’un si grand nombre de signes. Le citoyen Wailly a copié deux pièces de vers sur deux colonnes ; l’une selon l’orthographe ancienne, l’autre selon l’orthographe nouvelle : on ne s’aperçoit pas qu’on ait changé l’orthographe ; cela est tout aussi facile à lire.

10Il y a encore d’autres observations qu’on m’a faites. On m’a dit : Si vous retranchez le ent qui se trouve dans la terminaison de la troisième personne du pluriel ; si cette troisième personne est écrite comme celle du singulier, on ne s’y reconnaîtra plus. Mais la langue anglaise, comme on le sait, a la même terminaison au pluriel et au singulier, à l’exception de la seconde personne, comme dans ce mot, walk, marcher ; « Je marche » et « Ils marchent », « I walk » et « They walk » ; c’est le sujet de la proposition qui détermine le singulier ou le pluriel.

  • 4 Cette tournure et l’espèce de protocole pour les discussions qui la suit suffisent à nous assurer q (...)

11Le Professeur. Citoyens, les personnes qui ont été invitées à cette conférence4 doivent s’entretenir tout haut, de manière à être entendues, ou avec moi ou entre elles, sur le premier livre élémentaire.

12Le citoyen Loyer. Il paraît, citoyen, que vous désireriez ne pas toucher aux signes caractéristiques des origines de notre langue, particulièrement relativement à la langue grecque : en conséquence, vous laisserez, dans notre langue, deux signes représenter un signe unique, oculaire, qu’on appelle f, et qu’on nomme mieux fe, dans notre langue ; et vous garderez, par étymologie, le p, plus le h, c’est-à-dire une lettre qui manque aux Arabes ; vous mettrez à côté, pour donner la monnaie du , un h. J’oserai dire que si nous pouvions n’avoir qu’un seul signe, peut-être serait-ce le mieux. Quelle que soit l’orthographe de philosophie, prenons ce mot-là pour exemple, parce qu’il y a deux (j) ; ce sera l’homme cultivé qui saura que philosophie est composé de deux mots grecs. L’homme cultivé, plus cultivé que l’homme ordinaire, puisqu’il a été jusqu’à la connaissance de la langue grecque ; cet homme cultivé reconnaîtra le  grec dans la philosophie, écrite par un signe unique, qui est le f ; un s barré, comme nous le faisons, en caractères minuscules ou cursifs. Je croirais donc que le ph ne peut être qu’un embarras. Je croirais qu’on peut simplifier, et ôter ce ph. La vénération que nous devons aux racines ne signifie rien, vis-à-vis de la jeunesse, vis-à-vis de l’étranger, portion respectable, puisque nous les rendons tributaires de notre nation, lorsqu’ils viennent s’enrichir, et qu’ils y font des voyages. Je désirerais donc, sauf l’avis de l’assemblée, que l’on éliminât, je me servirai d’un mot, d’une expression adoucie, le double signe oculaire du ph, pour signifier le f, jusque dans les mots grecs.

13Voilà que j’avais à proposer relativement à ce point. Les Romains l’ont fait : les Romains ont tiré le mot silva – un bois et non pas une forêt, comme on l’explique ordinairement – ils l’ont tiré, comme vous le savez tous, de la langue grecque [et] ils n’ont pas fait difficulté d’ôter le v dans le mot silva. Mais la véritable orthographe du plus grand nombre des anciens monuments qui nous restent, et des manuscrits, a le v, cette lettre qui appartient à l’alphabet grec : nous n’avons pas dans la langue latine v, il n’y a qu’un u ; ils ont ôté cet u. Et pourquoi, les Romains ayant eu le courage de secouer le joug de la langue grecque, n’aurions-nous pas le même courage vis-à-vis de cette langue ?

14Les Romains étaient les enfants des Grecs ; et nous ne sommes, pour ainsi dire, que leurs petits-fils. Nous pourrions méconnaître cette origine-là, en conservant le respect pour nos grands-pères ; nous pourrions, dis-je, méconnaître ce point, simplifier notre alphabet, et en rendre l’accès plus facile.

15Sicard. Je me permettrai de faire une observation car je tiens un peu à cette opinion.

16Pourquoi n’aurions-nous pas un caractère pour ce son particulier ? Nous sommes obligés, si nous voulons être conséquents, d’avoir autant de caractères-voyelles qu’il y a de voyelles ; il n’y aurait pas d’inconvénient à ajouter quelques consonnes à celles que nous avons.

17Pour conserver ces traces qui doivent nous être précieuses, n’aurions-nous pas le  des Grecs, et ne pourrions-nous pas prendre dans cette source, cette richesse de plus pour notre langue ; et au lieu du f avoir le caractère de ce peuple à qui nous devons tant d’autres richesses ? Il est d’ailleurs très facile à faire, en ce qu’il a beaucoup d’analogie avec la forme de nos caractères. Nous avons beau changer notre orthographe, tous les mots qui sont tirés du grec, et qui exigent, dans l’orthographe ancienne, le h, ont une physionomie étrangère ; et il ne serait peut-être pas mal d’avoir le caractère nouveau que je propose.

18Je n’ai plus rien à ajouter, même pour la défense de mon opinion.

19Loyer. Citoyen, c’est en tremblant que j’ose élever la voix, dans une assemblée si imposante. Je dis que ce qui va à la diminution des éléments est un avantage marqué.

20Vous avez beaucoup d’éléments qui vous manquent, des signes oculaires qu’il serait à souhaiter que vous pussiez placer dans votre alphabet.

21Je me rappelle le grand mot de Quintilien et celui d’Horace : « C’est l’usage qui est le maître des langues. » Après Horace et Cicéron, Quintilien ajoute : « Et l’orthographe même dépend de l’usage. » Il est bien certain que ce mot que je viens de rapporter de Quintilien proscrit mon opinion, parce que vous êtes dans l’usage de mettre un p et un h, auxquels vous donnez une prononciation qui, vraisemblablement, n’était pas celle des Grecs ; car, qui pourrait évoquer un ancien Grec pour lui faire prononcer ce signe-là ? Ce signe-là est il au nombre des seize caractères de Cadmus ? Je n’en crois rien, cela peut ne pas être.

22Vous avez besoin d’une grande série de petits signes ; allons au minimum en fait de signes oculaires. Vous avez besoin d’une grande série de petits signes oculaires qui échapperont dans vos types, puisque vous réduisez vos signes oculaires multipliés contre lesquels a paru s’élever un des candidats. Il n’y pas d’inconvénient, car aujourd’hui on peut écrire sans mettre les accents ; on fera la même chose, à l’avenir, quand vos signes seront établis.

23Je pense qu’il serait à souhaiter de faire main basse, là-dessus. Vous voyez le vœu que formait Quintilien. Il trouve qu’ils avaient des lettres inutiles ; il tombe à bras raccourcis sur le k, qui se trouve dans la préposition cum, sur une troisième lettre qui faisait, à peu près, le même son.

24Ayons pitié de l’enfance, à qui il en coûte tant pour apprendre à lire.

25Je ne comprends pas par quel trait de Providence (s’il nous est permis de parler ainsi), nos enfants apprennent à lire.

26Tout homme qui a réfléchi n’ignore pas que les neuf dixièmes de la France ne savent jamais épeler ; et que les trois quarts des hommes non lettrés savent lire, il est vrai, mais savent-ils épeler ? Non ; car quand il arrive un mot anglais, un terme d’art, rien que le mot cambium, que le vénérable Professeur (montrant le citoyen Daubenton), rapportait, l’autre jour, dans sa leçon, alors me voilà dans l’embarras.

27On apprend donc mal à lire : mais le dernier moyen de s’assurer qu’un enfant sait lire, ce serait qu’on lui mît sur un papier trois lignes de grec ou de bas-breton, ou de toute autre langue, ce qu’on voudra, et qu’il le lise imperturbablement. Voilà le premier signe d’un homme qui sait lire, c’est qu’il lise : les autres ne font que reconnaître les différents mots ; il manque une lettre, ils lisent, sans s’apercevoir qu’il manque une lettre. Le citoyen Professeur, par exemple, ne s’en aperçoit pas ; car la plénitude qu’il a de son objet le rend l’homme du monde le moins propre à le corriger ; et le projet vraiment louable de tout simplifier en faveur de l’enfance, excuse le goût de cette espèce de superstition que nous avons pour les langues.

28Je vois bien que nous avons aient, qui finit tous nos mots, à la troisième personne de l’imparfait. Vous proposez une simplification pleine de jugement ; ôtez-nous donc aient, pour faire quoi ? Un seul son — Et bien ! tombez donc dans la même simplicité et ce que vous faites pour tant d’autres mots, tâchez de le faire pour la suppression de aient.

29Sicard. Citoyen, je dois vous rappeler que l’objet qui doit principalement nous occuper, dans cette conférence, c’est le nouvel alphabet que je propose, c’est-à-dire le nombre de signes que nous devons fixer pour les sons que nous appelons voyelles.

  • 5 Dans ce rappel à l’ordre du professeur, ainsi que dans la réponse qu’il donne un peu plus loin à Ga (...)

30Je verrais avec peine finir cette conférence, si cet objet, qui me paraît bien essentiel, n’était pas discuté5.

31Je n’ai proposé d’abord que cinq voyelles, je n’allais qu’en tremblant vers la réforme ; mais le vœu général m’a inspiré plus de confiance et plus de hardiesse. Je vais les remettre sous vos yeux.

32Il y a d’abord cinq voyelles qui sont en possession, depuis longtemps, d’être les voyelles principales ; mais n’y a-t-il que ces cinq-là ? Voilà quel fut l’objet de la dernière conférence.

33Ce serait le cas de vous présenter ici le tableau complet de toutes les voyelles ; mais n’anticipons pas sur notre syllabaire ; il doit nous suffire d’annoncer que nous n’aurons d’abord que quatre voyelles principales, qui nous en donneront quatre autres nées de celles-là, puis quatre autres nasales, qui seront aussi des dérivées des autres.

34Voici les caractères que je propose. On pourrait prendre, pour la voyelle ou, le w des Anglais ; pour la voyelle eu, le y des Grecs.

35Loyer. Est-ce dans le caractère des minuscules ? Je prendrai la liberté d’observer que si vous prenez le upsilon des Grecs, il arrivera qu’il sera composé d’un angle dont le sommet sera presque imperceptible dans les petits caractères ; car dans tout ce que vous faites, il est important d’avoir attention à l’état de la typographie, qui mérite la plus sérieuse attention, pour ne pas multiplier les frais des nouvelles refontes des caractères. Si c’est le upsilon majuscule, il part un petit pied du sommet de votre angle, il sera presque invisible dans l’écriture majuscule antique ; et dans l’écriture cursive, même inconvénient : je ne sais pas comment vous vous tirerez d’affaires, dans ce petit caractère ; pour peu que les deux branches soient liées, il pourra faire un omicron.

36Gail. Vous paraissez désirer de nouveaux signes pour remplacer, ce qu’on appelle les diphtongues eu, ou, et le e muet. Je vois que vous avez recours à un signe dont le son est parfaitement déterminé. J’admets volontiers votre idée. Quant au y, je ne crois pas que ce remplacement soit heureux. Le y a une détermination tout à fait contraire ; il ne se prononçait pas ainsi chez les Grecs ; il ne se prononce pas ainsi chez les Grecs modernes ; il se prononce encore i. Puisque ce son est déterminé, je ne vois pas comment nous pourrons prendre un son déterminé pour lui appliquer un autre son : je crois qu’indépendamment des raisons du citoyen Loyer, vous ne devez pas l’admettre, par la raison qu’il a un son tout à fait opposé.

37On a cité Quintilien, tout à l’heure, pour prouver que le ph, qu’il voulait rejeter de la langue latine, ne méritait pas d’y être conservé ; mais lorsque Quintilien parlait ainsi, il ne voyait aucun désavantage de perdre l’étymologie, cette source si précieuse pour tous les gens instruits.

38Chez les Romains, tous envoyaient leurs enfants dans la Grèce. On avait à Rome des Athéniens très instruits. Les esclaves même étaient fort lettrés. Quintilien, dont l’autorité me paraît très respectable, a eu raison par rapport aux Romains ; mais les Français n’ont pas le même avantage.

39Je suis convaincu qu’il est très digne d’un peuple libre de joindre le langage français à la langue d’un peuple éloquent et libre. La langue grecque refleurira ; mais je crois que l’autorité de Quintilien doit être nulle pour nous. Quintilien faisait le raisonnement du citoyen Loyer. Les gens non cultivés ne demanderont pas compte de ce qu’on a perdu. Les gens cultivés à Rome n’en devaient pas demander compte ; ils pouvaient aller, à chaque instant, à Athènes ; et d’ailleurs ils avaient, avec eux, des hommes instruits, qui leur donnaient des éclaircissements. Je ne doute que la langue grecque ne refleurisse parmi nous, et quant moi je fais tout mon possible pour cela.

40Sicard. L’essentiel est de savoir si on aura un signe particulier pour le ph. Quant au choix du caractère, il est assez indifférent.

41On conviendra de la valeur des caractères, et les imprimeurs seront, peut-être, plus en état que nous de donner des lumières là dessus.

42Armand du Couëdic. Il me semble qu’avant de prononcer sur la question proposée par le citoyen Professeur, sur le nombre de signes qui pourraient convenir aux voyelles et aux autres sons employés dans la langue française, il faudrait que le citoyen Sicard proposât à l’assemblée, qui doit prononcer sur le nombre des signes, quel est le nombre de signes simples qui devront recevoir un signe particulier. Ainsi, je prierai le citoyen Sicard de nous présenter le tableau des sons simples comparés avec le nombre des cinq voyelles.

43Je me permettrai de faire encore une réflexion.

44Le Professeur. Voici le tableau que vous désirez.

45(Ici le Professeur a présenté le tableau des consonnes et des voyelles, tel qu’il sera imprimé dans le nouveau syllabaire.)

  • 6 C’est sur cette question des nasales, voyelles et consonnes que portera l’essentiel de la discussio (...)

46Garat. Dans le tableau des consonnes et des voyelles que venez de nous présenter, citoyen Professeur, j’ai cru que vous rapportiez, sans distinction, à la touche labio-nasale les deux lettres m et n6 mais il me semble que quoiqu’il y ait dans certains cas de la ressemblance dans la prononciation de ces deux caractères, qui participent alors à la touche nasale, il y a, néanmoins, dans d’autres cas, une grande différence, en ce que le m se forme alors par la pression des lèvres, ce qui n’arrive jamais pour le n. Quant à l’espèce de retentissement sourd et nasal qu’on entend, dans la langue française, dans la terminaison de certains mots, comme dans constitution, je trouve que ce sont là des modifications de certains sons palataux qui sont des sons distincts et séparés des autres. Ainsi, dans an, vous entendez le a nasalé, en quelque sorte : c’est le a que vous entendez et même c’est a qui domine. De même dans constitution, le o est également nasalé. Il faudrait représenter ce son par le a et par le o ; mais y ajouter quelque signe, comme l’accent, pour représenter leur attribut particulier, qui distingue ces trois sortes de a et de o des autres espèces de a et de o.

47Je vous ferai, à présent, une question : vous m’avez paru convenir que les trois sons qui se distinguent dans ce mot-ci, fermeté, que ces trois e sont assez distincts, assez différents les uns des autres, pour être représentés par des signes différents. Je vous prie d’y réfléchir, et je n’ai que du doute là-dessus. Mon oreille n’a jamais pu se rendre, là-dessus, un compte très fidèle, très positif et distinct des sons. N’y a-t-il pas ici dans ces trois e, du mot fermeté, des traits de ressemblance ? Ainsi, entre le premier et le dernier, n’y a-t-il pas quelque chose de ressemblant ? Le e muet même, qui paraît être comme un son aspirant, n’est-il pas le e qui expire, au lieu de devenir grave, en ouvrant la bouche ?

  • 7 Garat renvoie aux Remarques... (op. cit.) de Charles Duclos. Elles ont été reprises dans les Réflex (...)

48Duclos7, qui a fait sur les sons des observations extrêmement fines, ne balance pas à dire qu’il faut représenter ces trois e par trois caractères différents. Je crois que si une analyse très attentive distinguait en même temps et la ressemblance et la différence, il faudrait pour ces trois e un caractère qui ne fût commun à aucun des trois.

49Loyer. Il faut tâcher de nous apercevoir de ce que les préjugés de la première éducation ont pu mettre de confusion dans notre esprit : par la raison qu’étant accoutumés à voir fermeté écrit avec e, vous avez beaucoup de peine à croire qu’ils sont différents l’un de l’autre. Il faut tâcher de se dégager de ces préjugés, et voir si, dans la gamme des voyelles ou des sons vocaux, il n’y aurait pas plus de nuances. On pourrait s’en assurer. Si on sait prononcer plusieurs langues, car il ne suffit pas de les savoir, on voit que les autres peuples ont une prononciation très différente de la nôtre. Les Anglais ne prononcent pas comme nous, ni le a ni le o.

  • 8 Sicard, qui venait de Bordeaux, connaissait comme Garat l’accent méridional. Mais c’est ici que se (...)

50Sicard. Le climat influe plus ou moins sur l’instrument vocal ; cela doit produire des différences dans la gamme des voyelles, chez tous les peuples. Cette influence est si certaine qu’on retrouve les différences dont je parle, et qui en sont les effets, dans les divers départements de la France ; de sorte qu’on dirait que chacun d’eux est un pays où on parle une langue particulière. Tout le monde voit, en m’entendant, que je ne suis pas de Paris8 : nous avons, tous dans notre accent, le cachet du département d’où nous sommes ; et cela doit être relatif au pays qu’on habite, puisque l’air qu’on y respire modifie plus ou moins l’organe de la voix.

51Quant au e muet, que vous placez dans l’échelle des e, je ne le considère que comme la dernière ondulation de l’air qui a servi à la prononciation de la consonne qui le précède ; je voudrais donc l’ôter de cette échelle où sa place lui donne, au-delà de la Loire, une valeur qu’il n’a pas en deçà. Car on l’y prononce presque comme eu se prononce à Paris. Je voudrais donc lui ôter cette importance ; et en changeant le caractère, le réduire à sa nullité.

52Faites avec moi, citoyen, l’analyse des sons de l’instrument vocal, vous trouverez que cette échelle a la lettre a pour maximum, et le son ou pour minimum : le e fermé et le e ouvert s’y trouvent sans doute ; mais j’avoue que je ne trouve point la place du e muet dans cette échelle, à la suite des e.

53Vous croyez que le e que nous appelons muet est une variété en quelque sorte du e fermé : je n’y trouve aucune espèce de ressemblance, d’analogie : vous avez dans bonté deux sons pleins, vous pouvez marquer l’endroit de la touche et l’endroit de l’échelle ; au lieu que pour le e muet vous ne trouverez rien dans l’échelle, rien de prononcé, de marqué ; il y a plus : c’est que dans les vers alexandrins formés de douze syllabes, le e muet qui termine un de ces vers est nul et n’est jamais compté ; de sorte que l’on dit que le vers terminé par un e muet doit avoir treize syllabes. Je voudrais donc pour cela un petit caractère pour cette lettre, qui n’est que le repos de la consonne.

54Loyer. Il me semble que le citoyen Professeur insiste un peu trop sur la surdité du e muet ; car voici un vers français au hasard.

Oui, la gloire des rois ne fut jamais la nôtre.

55Dans ce vers le e muet a un son déterminé : vous vous êtes fixé, non pas sans raison, sur le mot qui fait la différence entre le vers masculin et le vers féminin. Vous avez raison tout au long pour cette troisième syllabe appelée muette quand ce e est à la fin du vers ; mais quand cet e muet se trouve au milieu du vers, comme dans celui que je viens de faire au hasard ici :

Oui, la gloire des rois ne fut jamais la nôtre,

56la quatrième syllabe sonne dans l’oreille de tous ceux qui l’entendent, ou le vers n’y est plus. Le e muet ici sert ; sa surdité ou sa nullité dépend de la place qu’il occupe dans notre poésie. Voilà toute l’observation que je voulais faire ; elle a de l’analogie et de la force. J’ai dit qu’il faut alors nécessairement distinguer le e muet qui est dans le cours du vers ; sans quoi le vers serait boiteux.

57Garat. L’opinion que vous avez émise sur les trois e n’est pas du tout opposée à la mienne. Je n’en ai pas, j’interroge seulement vos lumières ; et je voulais les faire sortir. Quant à la suppression dont vous avez menacé un de ces e, je crois qu’elle ne serait pas tout à fait juste et légitime ; non seulement mon oreille distingue le e muet dans le vers que le citoyen vient de prononcer et de faire, mais mon oreille distingue même alors qu’il s’élide ainsi, par exemple, dans ce vers de Boileau :

Gardez qu’une voyelle à courir trop hâtée.

58Le e qui termine l’hémistiche s’élide, et cependant mon oreille perçoit un son très adouci, très fugitif, presque expirant. Il ne faut pas pour cela en tenir moins de compte : je le distingue, il vaut un autre e : je vous demande grâce pour lui ; je vous prie de le laisser dans notre langue et dans nos vers.

59Je vous prie de nous dire, très positivement, très formellement, si votre oreille ne ressent pas quelques légères ressemblances avec des différences plus ou moins fortes entre tous ces e. D’abord, il ne faut pas se rendre esclave des usages ; cependant il ne faut pas non plus affecter pour les usages un mépris trop superbe.

60Je crois que ces deux sentiments sont également éloignés de la raison et d’une bonne philosophie.

61Les usages ont toujours quelques fondements : en remontant à leur origine, on leur trouve un fondement plus raisonnable qu’on ne l’aurait cru d’abord.

62L’usage est de représenter ces trois e par le même signe, le même caractère. Il faut présumer que peut-être l’usage a eu en cela quelques motifs : sans s’arrêter à son autorité, il faut le juger.

63Je vous demande si votre oreille, en écoutant ces trois sons, n’y démêle pas au moins quelque ressemblance. Je conviens qu’il y a un autre e qui se distingue peut-être aussi fort bien ; dans le mot extrême je sens une différence entre le e du milieu et les deux autres. Si je ne la remarque dans aucun des trois e du mot fermeté, il y aurait donc un son très distinct ; il faudrait par conséquent quatre signes différents. Ce serait beaucoup trop multiplier les signes ; cela couvrirait l’écriture de caractères qui la barbouilleraient ; au lieu de la rendre plus nette et plus distincte.

64Je persiste à demander si vous ne croyez pas que dans les intonations de la voix, les trois sons sont distingués, ou si vous ne trouvez pas, au moins, quelques identités : je suis bien disposé à entrer dans vos vues, et j’y suis mené par les préjugés de l’enfance.

65Le Professeur. Il est certain que lorsque je m’écoute, et il faut apprendre à s’écouter, je sens qu’il n’y a pas une extrême différence entre le e fermé et le e ouvert. Mais si quand je m’écoute et m’entends parler, j’examine le premier e, et que je compare ce e avec le minimum de cette échelle, et que je place au minimum le e que nous appelons encore muet, je vous avoue avec la même franchise que je n’y trouve pas de ressemblance.

66Je compare le e qui expire à cette espèce d’ondulation rendue nécessaire aussitôt qu’une touche frappe quelques parties de l’instrument vocal.

67Ainsi, quand bien même vous ne placeriez pas de e muet après une consonne, je vous défie de prononcer une consonne, sans que nécessairement ce e que vous appelez muet ne soit tout de suite prononcé malgré vous. Alors, j’appelle cela un caractère de la voix parfaitement distinct, nécessairement attaché au son de toutes les consonnes qui toutes ont besoin de l’appui de cet e, qui n’est qu’une sorte d’ondulation.

  • 9 On remarque donc que, dès le 15, Sicard était tout prêt à reconnaître les arguments des littérateur (...)

68Je voudrais un caractère pour ce e, je voudrais que, puisque nous sommes forcés à en inventer un, comme l’a fort bien remarqué le citoyen Loyer, ce e joue un rôle dans les mots et surtout dans les vers lorsqu’il se trouve à la fin de l’hémistiche. Je voudrais simplement un caractère pour lui : je ne veux pas du tout le supprimer ; c’est une propriété nationale9, il ne faut pas y renoncer : car dans un vers bien fait, ce e muet sert souvent à adoucir toutes les aspérités des consonnes. Je regarde ce e comme une nuance qui réunit des couleurs qui seraient trop prononcées. Il ne faut pas se priver de cet avantage ; les Italiens ne le connaissent pas, les musiciens, même en France, ne peuvent pas appuyer sur cette syllabe, et nous sommes obligés de dire : c’est un e muet, un e qui ne se prononce pas ; de prendre mille précautions pour le faire entendre. Il serait plus court d’avoir un caractère particulier pour lui.

69Garat. Il me semble que nous avons déjà dans notre écriture un assez grand nombre de signes pour exprimer tous les e possibles. Dans fermeté il y a trois e : le premier est représenté par le caractère général du e et par l’accent grave, le dernier est représenté par le caractère général du e et par l’accent aigu ; et le second représenté par cela même qu’il n’a aucune espèce d’accent. Il y en un autre, le e qui est dans le mot extrême. Celui-là avait un signe très composé, c’était ce que l’on appelait l’accent circonflexe. Aujourd’hui on s’en sert moins dans les imprimeries, et je crois qu’on a tort de le négliger. Il représente un son très distinct de celui qui est représenté par l’accent grave, et enfin le e muet qui s’élide peut avoir un signe particulier qui le représente. Il est muet, et l’expression de « e muet » était très ingénieuse ; car quoique ce soit un son, on dit que ce n’est presque pas un son ; qu’il est muet ; c’est assez délicat : on pourrait le représenter aussi en supprimant presque le caractère, et mettant, seulement, une virgule : ainsi, dans ce vers-ci, que j’ai cité,

Gardez qu’une voyell’à courir trop hâtée.

70un petit accent ou une cédille, au-dessus de tous les e serait, alors, complètement, représentatif.

71Sicard. Je suis d’autant plus de votre avis, que, par cette suppression et ce remplacement, on évitera que, dans les pays méridionaux, les enfants ne donnent trop de consistance et de valeur à ce e dont ils font une syllabe bien distincte, comme dans ces mots-ci : Mon-de, Liv-re, parce qu’on voit un e de la forme des autres, et qu’on est pénétré de ce principe, que les lettres sont faites pour être prononcées. On ne peut s’y former l’idée d’un son muet ; au lieu que, voyant à la fin des mots terminés par un e muet cette sorte d’apostrophe qui le remplace quand il s’élide, on s’accoutumera à ne pas le prononcer davantage à la fin d’un mot que quand il se trouve rencontrer une voyelle au commencement d’un autre, ou au milieu ; ainsi, on dira : mond’, comme on dit : voyell’à courir, entr’eux.

72Par ce petit signe que vous proposez à la fin de chaque mot terminé par un e muet, vous donnerez pour base à la consonne finale cette espèce de trait qui lui sert d’appui.

73Garat. Peut-être la cédille aurait-elle des inconvénients ; des innovations de ce genre ne doivent pas être introduites. Cependant la cédille a encore une intention très ingénieuse. On a voulu montrer, par cette cédille, un a qui se trouvait dans l’italien. Il y a, quelquefois, dans le même mot, un son qui en est retranché ; c’est cette suppression que l’on occasionne, qui a donné lieu à la petite cédille. C’est une chose délicate de pouvoir marquer les révolutions qui se passent dans les sons, à mesure qu’on les écrit et qu’on les prononce. Je ne sais si vous avez pris votre parti sur le me et le ne.

74Sicard. J’ai proposé un projet de réforme de l’orthographe, et mon opinion y est consignée.

Notes

1 La datation est manifestement incorrecte, comme nous l’indiquons dans le résumé. La date du 25 pluviôse ne peut convenir au début de la séance (édition de 1800 et 1808, p. 92-97), qui est sûrement postérieur à la suite du texte, présenté « en continuation » (p. 97), et se poursuivant sans interruption jusqu’à la fin de ce qui est daté du 24 floréal.
P. Dupuy (« L’École normale de l’an III », op. cit., p. 164) a comparé le texte avec les comptes rendus de journaux, et propose de reconnaître dans le texte débutant à la page 97 celui de la séance du 15 pluviôse ; il a sans doute raison. La Feuille de la République en rend compte en effet le 18 pluviôse en indiquant que Volney et Garat ont proposé, dans la discussion avec leur collègue, un modèle de conférence aux élèves. Le texte donné en début de séance cadre moins bien selon nous, voire pas du tout, avec le compte rendu du journal sur lequel se fonde P. Dupuy le 1er ventôse : « Dans la séance du quintidi, un des professeurs, Sicard, soumettait à l’examen et à une discussion critique le premier livre élémentaire. La conférence a eu lieu entre lui et ses collègues et quelques hommes de lettres invités à cette séance. La discussion a été vive et lumineuse, et elle a tourné tout entière au profit de l’instruction, puisque le professeur a renoncé à ses idées particulières pour adopter celles qu’on lui proposait avec avantage. » Nous avons dit en note du texte du débat du 29 pluviôse que c’est plus sûrement celui que vise le journal. C’est aussi l’avis de J. Guillaume, qui pourtant renvoie aux « très intéressantes pages » de P. Dupuy (Procès-verbaux..., op. cit., t. V, Introduction, p. xxxv). Mais le renvoi de début de séance semble bien nous inviter à admettre cette date du 25 pluviôse, c’est-à-dire une séance du quintidi, succédant à celle du 15. L’allusion au geste de Wailly va dans le même sens, puisqu’il a eu lieu lors du débat du 16 (en réalité du 19). L’interprétation de Dupuy nous semble en revanche, comme nous l’avons indiqué en note des débats du 16 et 29 (supra, notes 33, 34 et 50, 51), à la fois tendancieuse et inexacte.

2 Sicard renvoie ici manifestement à la séance du 15 pluviôse qu’on lira plus bas. Lorsqu’il indique avoir obtenu le suffrage de tous en invoquant Volney, l’abbé nous semble plus près de la vérité que Dupuy qui voit dans la conduite de Sicard dans la réforme de l’orthographe la première des volte-face opportunistes auxquelles il réduit l’enseignement de l’art de la parole. Il est vraiment difficile de lire ce texte du 25 comme le témoignage d’un Sicard ayant « cédé à ses contradicteurs ». Et il est au moins tendancieux de passer sous silence les multiples témoignages positifs donnés le 15. N’est-ce pas au contraire l’honnêteté de l’abbé qui lui fait parler du seul Volney, et non de Garat qui, lui, était conquis d’avance par la réforme et appuyait presque tous les arguments de son collègue ? L’abbé ne dissimule pas que Volney a discuté, mais il devait savoir que c’était une discussion entre personnes d’expérience et qui fortifiait davantage son projet que l’enthousiasme plus faible de Garat. Enfin et surtout, il ne s’agit pas au départ de réformer l’orthographe mais de donner une bonne classification des sons du langage articulé.

3 Cf. note de la séance datée du 16 pluviôse mais vraisemblablement donnée le 19. Il s’agit du manuscrit appuyant la réforme de l’orthographe.

4 Cette tournure et l’espèce de protocole pour les discussions qui la suit suffisent à nous assurer qu’il s’agit bien d’une séance du quintidi. Le titre III du règlement officiel stipulait : « Les quintidis, les professeurs des Écoles normales réunis auront, en présence des élèves, une conférence à laquelle seront invités les savants, les gens de lettres et les artistes les plus distingués », le titre IV disait : « Ces conférences auront principalement pour objet la lecture et la discussion des livres élémentaires à l’usage des écoles primaires de la République. »
On sait qu’en fin de compte l’instruction primaire ne fut pas prise en charge par la République lorsque fut votée la Loi organique. Mais nous avons indiqué en introduction que la nomination de Sicard fut probablement motivée par son expérience d’instituteur des muets et l’assurance qu’il en avait le manuel, et se trouvait donc prêt à répondre au concours ouvert sur la question au moment de la création de l’École. Dupuy devait bien reconnaître que Sicard avait été le seul à offrir ce qui était demandé, et nous avons plusieurs fois rencontré ce souci dans son cours. Quant à J. Guillaume, qui fut tellement sévère envers l’abandon par la Convention d’une si importante partie de l’exécution de son idéal d’instruction publique, il conclut l’historique de la question des manuels de l’an III ainsi : « L’espoir que le Comité avait fondé sur les professeurs de l’École normale, comme rédacteurs de livres élémentaires, avait donc été déçu : un seul ouvrage avait été rédigé, et cet ouvrage était inutilisable. » (Procès-verbaux..., op. cit., t. V, p. xxxiii) Mais inutilisable du fait des circonstances, non de l’abbé, ni de l’opposition qu’il aurait rencontrée et à laquelle il aurait dû se plier.
Dupuy lui-même signale que les séances du quintidi ont dû se poursuivre autour de ce manuel, une fois abandonnée la réforme de l’orthographe, pendant les quintidis de ventôse. Il cite l’allusion d’un élève le 9 ventôse à « quintidi dernier » (cf. supra) et La Décade, tome IV de la collection, livraison du 30 ventôse, qui rapporte le triomphe fait à Delille le 15. Enfin, il indique que le 26 un membre du Comité demanda l’impression d’un nombre suffisant de planches des Éléments de Sicard, pour que les conventionnels pussent statuer sur l’impression définitive à l’issue du rapport fait devant les députés après présentation de celui de Grégoire et Daunou sur le manuscrit au Comité. Rapport qui ne fut jamais fait, dit J. Guillaume, indiquant que le quatrième jour complémentaire de l’an III Sicard dut se faire restituer son manuscrit par le Comité. Dupuy indiquait comme raison de cette absence de rapport le fait que le manuscrit avait été confié à Massieu et non aux rapporteurs prévus. Massieu fut dénoncé et arrêté le 22 thermidor, de sorte que le manuscrit était « inutilisable » puisqu’il était sous scellés. C’est, dit Dupuy, « probablement ce manuscrit remanié qu’il publia bientôt après, sous le titre de Manuel de l’enfance » (« L’École normale de l’an III », p. 167). Nous avons cité à la note 37, supra, le texte de La Décade qui l’annonce page 204 du tome XII de la collection.

5 Dans ce rappel à l’ordre du professeur, ainsi que dans la réponse qu’il donne un peu plus loin à Gail, on reconnaît la nécessité qui se fit jour très vite de réguler les débats et de ne pas laisser trop libre cours à des interventions plus bavardes que solides ou vraiment interrogatives, et dont Dupuy a su très bien relater le climat (cf. supra, note 33). Il est plus difficile d’y voir un Sicard confondu par ses auditeurs.

6 C’est sur cette question des nasales, voyelles et consonnes que portera l’essentiel de la discussion de fond. Sicard y revient lors des débats de son cours, et elle sera reprise en fin de séance par Garat après une discussion centrée sur l’e muet. C’est tout l’objet de la discussion avec Volney lors de la séance présentée comme étant du 24 floréal et qui ne peut qu’être la suite des discussions du 15 pluviôse.

7 Garat renvoie aux Remarques... (op. cit.) de Charles Duclos. Elles ont été reprises dans les Réflexions sur les fondements de l’art de parler pour servir d’éclaircissement et de supplément à la Grammaire générale et raisonnée (1756) de l’abbé Froment, qui est une des références des auditeurs de l’an III. Elles ont été publiées en même temps que la Grammaire des Messieurs dans la réédition proposée et introduite par M. Foucault (op. cit.). Ses réflexions sur les voyelles sont au chapitre premier de la première partie, aux pages 109-113 de l’édition Paulet ; ses commentaires sur les différents e du français, qu’avaient distingués les Messieurs, se trouvent page 111, sa classification des voyelles et des consonnes respectivement pages 112 et 115. Duclos proposait déjà lui-même, et mettait en pratique, une réforme de l’orthographe (Remarques..., op. cit., Ire partie, chap. v).

8 Sicard, qui venait de Bordeaux, connaissait comme Garat l’accent méridional. Mais c’est ici que se précise encore la référence aux Remarques de Duelos. Au chapitre m de ses commentaires sur la Grammaire des Messieurs, dont il adopte entièrement l’idée de suivre la raison plutôt que l’usage grammatical, mais en marquant l’importance de l’usage et de la prosodie de la langue parlée, constituée dans le temps et par un peuple en corps, Duelos précise que ce sont ses insatisfactions quant à la partie de la Grammaire des Messieurs touchant à « la nature des sons de la langue » qui sont à l’origine du livre entier qu’il a rédigé à l’invitation d’une réédition des Messieurs. Il affirme en outre que c’est Du Marsais qui l’a encouragé à rédiger d’abord ces remarques : « Tout grammairien qui n’est pas né dans la Capitale, ou qui n’y a pas été élevé dès l’enfance, devrait s’abstenir de parler des sons de la langue. Lorsque je lus la Grammaire de P. Buffier, j’ignorais qu’il fût Normand : je m’en aperçus dès la première page à l’accentuation [...]. J’en parlais un jour à M. du Marsais, qui, n’ayant pas totalement perdu l’accent de sa province [du Marsais était provençal], fut assez frappé de mes idées, pour m’engager à lui donner l’état des sons de notre langue, tels que je les avais observés. »

9 On remarque donc que, dès le 15, Sicard était tout prêt à reconnaître les arguments des littérateurs, qu’il tire argument de la question des livrets d’opéra, qui devait en effet poser des problèmes si intéressants aux traducteurs, et qu’il ne parle pas de suppression, mais de détermination de valeur.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540