Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Onzième débat

9 floréal/28 avril

Texte intégral

1Clausolles. Le système des temps que vous avez adopté dans votre dernière leçon me paraît un nouveau triomphe de la raison sur des préjugés d’autant plus difficiles à détruire qu’ils sont comme consacrés par une longue suite de siècles, et par des suffrages, en quelque sorte, respectables. Mais des suffrages ne sont que des probabilités, et des probabilités ne sont pas des raisons.

2Parmi les savants de l’Antiquité, Varron est le premier, il est même le seul qui ait vraiment pénétré l’économie systématique des temps. Plein d’érudition et d’esprit, ce philosophe, en combinant les formes temporelles, en découvrit, pour ainsi dire, le germe, sans lui donner un développement qui seul pouvait en faire sentir tout le prix. Il n’avait pas assez de métaphysique pour cela ; parce qu’elle n’était pas du ton de son siècle. Il était réservé au nôtre de nous montrer un philosophe capable, en lisant Varron, de saisir la découverte, et de la présenter dans tout son jour.

3Vous sentez assez que c’est de Beauzée que je veux parler ; ce grammairien profond me paraît, en effet, avoir débrouillé la complication des formes temporelles dans le système que vous nous en avez présenté. Comme vous, Condillac et Froment ont applaudi à ce système ingénieux, sans oser néanmoins l’embrasser. Plusieurs pourraient peut-être penser comme ces grands hommes, et la vérité peut-être aussi rester dans les ténèbres ou dans l’oubli.

4C’est pour concourir à son triomphe que j’ai cru devoir ouvrir la discussion sur ce point de grammaire, le plus épineux, peut-être, de tous. Les objections qui se présentent d’abord contre ce système sont peut-être les plus fortes, et leur solution ne peut que servir infiniment à répandre du jour et à fixer déterminément la doctrine sur les temps des verbes.

51o Suivant vous, la simultanéité de l’existence établit le présent. D’après ce principe, il n’y aura plus que des présents. Car tout ce qui est arrivé, ou qui arrivera, est simultané à l’instant : où cela a été fait, ou à celui auquel ce sera fait. Dès lors, il n’y aura plus ni passé, ni futur ; ce qui est absurde.

6Le Professeur. Suivant moi, dit le citoyen Clausolles, la simultanéité de l’existence établit le présent. Il aurait fallu ajouter pour l’exactitude : la simultanéité de l’existence avec l’instant de la parole, ou avec toute autre époque. D’après ce principe, ajoute le citoyen, il n’y aura plus que des présents, ce qui lui paraît absurde, et qui le serait en effet.

7Le citoyen Clausolles nous a prévenus qu’il allait présenter les objections les plus fortes contre notre système ; mais c’est après en avoir fait le plus grand éloge. Ainsi nous sommes fixés sur le degré d’importance qu’il donne lui-même aux objections qu’il nous a annoncées.

  • 1 L’interprétation de la différence entre les systèmes de Beauzée et de Condillac est compliquée par (...)

8Mais ce qui est fait pour surprendre1, c’est que Condillac ait fait sérieusement l’objection proposée, et que ce soit précisément cette apparente contradiction qui lui ait fait rejeter ce système dont il avait fait également l’éloge. Comment ce profond métaphysicien, qui a répandu une si grande lumière sur le génie des langues, n’a-t-il pas vu la solution de cette difficulté ?

9Il y a sans doute dans la durée des portions de temps pour lesquelles nous n’existons plus, qui se sont écoulées devant nous, comme l’eau d’un torrent, comme l’éclair qui a sillonné la nue, d’autres portions pour lesquelles nous n’existons pas encore ; une portion qui s’engloutit avec les précédentes dans les abîmes de l’éternité, au moment même où nous nous en entretenons. Il y a donc un temps passé, un temps présent, un temps futur. Quelle est la mesure qui nous fait distinguer ces trois temps si différents ? La première mesure est l’époque de l’instant de la parole.

10Tout ce qui est antérieur à cet instant, tout ce qui a précédé cet instant a existé sans doute, mais n’existe plus et est passé. Le temps de cette existence est donc un temps passé. Ainsi, « J’ai porté » est un temps passé.

11Tout ce qui est simultané avec l’instant de la parole, tout ce qui se fait au moment où l’on dit que cela se fait, tout ce qui existe quand on dit que cela existe, est actuel, est présent et devant nous ; le temps de cette existence est donc un temps présent.

12Tout ce qui est postérieur à l’instant de la parole, tout ce qui suit cet instant, tout ce qui existera après qu’on en aura annoncé l’existence, est à venir, est futur, quand il n’existe pas encore : le temps de cette existence est donc un temps futur.

13Voilà trois temps bien distinctifs, et qui certainement ne sont pas des présents, un seul l’est véritablement. L’un des deux autres est un passé, et l’autre est un futur.

14Il est vrai qu’outre ce présent, il y a dans notre système, d’autres présents. Mais qu’est-ce que ces présents ? Sont-ils semblables entre eux, sont-ils présents comme l’est celui dont nous venons de parler ? C’est ici toute la force de l’objection proposée.

15À proprement parler, il n’y a, il ne peut y avoir, qu’un seul présent ; c’est le temps de l’existence, simultané avec une époque quelconque.

16Ce temps est présent absolu quand il n’est relatif à aucune époque déterminée, parce qu’alors c’est seulement l’instant de la parole qui lui sert d’époque comparative. Tel est ce temps-ci : « J’ai porté. »

17Ce temps passé devient présent relatif, quand il est relatif à une époque, autre que l’époque générale et ordinaire, qui, lui servant de point de comparaison, le rend présent, parce qu’en effet l’existence est simultanée avec cette époque. Tel est ce temps-ci : « Je portais hier », « Je portais et vous lisiez. »

18C’est le présent, mais le présent relatif, qui se trouve passé par rapport à l’instant de la parole, mais qui est véritablement présent pour le jour d’hier ; parce qu’en effet le jour d’hier et l’existence de l’action je portais, ont été simultanés, et que c’est principalement cette simultanéité qu’on veut exprimer, que par conséquent ce temps est principalement un temps présent. Il est vrai qu’on ne peut s’empêcher de comparer aussi l’existence exprimée par ce temps à l’instant de la parole ; qu’il y a donc deux époques de comparaison pour lui ; qu’il est présent pour l’une et passé pour l’autre : aussi l’appelons-nous présent quant à sa relation avec l’époque qui lui est simultanée, et antérieur quant à l’instant de la parole.

19Les temps relatifs présents ont donc tous cette double époque comparative, l’époque déterminée et l’époque de l’instant de la parole, et il doit nécessairement y en avoir plus d’un.

20L’époque générale, qui sera commune à tous, sera l’instant de la parole. L’un sera donc antérieur, et l’autre postérieur. À cet instant, il y aura donc

21Un présent actuel ; je porte, actuellement.

22Un présent antérieur ; je portais et vous marchiez.

23Un présent postérieur ; je porterai demain.

24Nous retrouverons un quatrième temps présent, qui sera encore antérieur ; mais il sera aussi périodique, c’est-à-dire qu’il ne sera employé que pour exprimer l’existence simultanée, avec une période de temps entièrement écoulée, dont, par conséquent, on connaîtra le commencement, le milieu et la fin ; ce temps sera celui-ci : « Je portai hier. »

25C’est donc toujours un seul présent, mais considéré sous quatre rapports différents. Ou il exprime l’actualité de l’existence ; ou il exprime la simultanéité de l’existence avec une époque antérieure, et dans une période dont on ne connaît pas encore la fin ; ou il exprime la simultanéité de l’existence, avec une époque antérieure, et dans une période dont on connaît la fin ; ou il exprime la simultanéité de l’existence, avec une époque postérieure, dont on ne connaît pas encore le commencement.

26Voilà notre présent sous quatre formes, et avec quatre dénominations qui en distinguent les nuances.

27Mais si le présent peut être considéré sous plusieurs rapports qui lui donnent autant de formes et de dénominations différentes, le temps passé n’est pas moins riche, et n’a pas moins de formes, et moins de dénominations ; et nous aurons également un passé absolu : « J’ai porté », un passé antérieur : « J’avais porté », un passé antérieur périodique : « J’eus porté », un passé postérieur : « J’aurais porté. »

28Le temps futur peindra les mêmes nuances, et nous aurons également un futur absolu : « Je dois porter ». Des futurs relatifs ; l’un, futur antérieur : « Je devais porter », l’autre, futur postérieur : « Je devrai porter. »

29Il en sera de même des temps comparatifs. Il y aura également l’absolu : « J’ai eu porté. » Les relatifs ; l’un antérieur simple : « J’avais eu porté », l’autre antérieur périodique : « J’eus eu porté », le dernier postérieur : « J’aurai eu porté. »

30Je pourrais ajouter les temps prochains, où l’on retrouve de même un temps absolu : « Je vais porter », et un temps relatif antérieur : « J’allais porter. »

31D’après ce tableau, que j’ai cru devoir retracer ici, il reste prouvé, sans doute, que dans le système des temps que j’ai présenté, il y a d’autres temps que des temps présents. Je pense aussi que chaque temps est assez caractérisé pour que l’on voie que l’un ne peut s’employer pour l’autre ; qu’ils sont tous bien distincts, et que quoique appartenant à une même série, on ne peut plus les confondre ensemble et dire, par exemple, des quatre temps d’une même série, qu’ils sont tous également ce que semble annoncer la désignation commune de cette série ; puisque dans chacune il y a d’abord, en tête, un temps absolu, qu’il y a ensuite un temps relatif antérieur simple, un temps relatif antérieur périodique, un temps relatif postérieur.

32Voyez, citoyen, si j’ai résolu votre difficulté, et s’il vous en reste quelque autre.

33Clauzolles. La distinction que vous venez de faire des temps absolus et des temps relatifs assigne à chacun d’eux un caractère qui ne permet plus que l’un soit employé pour l’autre ; cependant l’usage semble contredire cette théorie, car on dit indifféremment : « César a été un grand homme », « César était un grand homme », « César fut un grand homme. »

34Dans ces diverses locutions, on emploie des temps absolus et des temps relatifs, et cependant le sens est absolument le même ; donc votre distinction est nulle, et on pourrait dire que votre système est sans fondement.

35Le Professeur. Il est vrai qu’on emploie indifféremment ces temps les uns pour les autres, et que l’on dit également : « César a été un grand homme », « César était un grand homme », « César fut un grand homme. »

36Or si ces deux temps antérieurs étaient réellement des présents, pourrait-on les employer pour un passé ? Ainsi l’emploi qu’on en fait les tire de la série des présents, pour les faire passer dans la série des passés.

37Telle est la seconde objection du citoyen Clauzolles, que je crois même avoir fortifiée, loin d’avoir voulu l’affaiblir.

38Ces temps, il est vrai, remplacent un passé, et c’est tout simple ; c’est que de leur nature ce sont des temps passés, qu’ils ne sont présents que par accident et à cause de la relation qu’on établit entre eux et une époque qu’on détermine et à laquelle est simultanée l’existence qu’ils expriment. Ils ne sont donc présents que relativement à cette époque. Ils sont aussi passés, puisqu’ils sont antérieurs. Ôtez-leur donc l’époque comparative qui les rend présents relatifs, ils cessent d’être présents ; il ne leur reste plus, des deux époques auxquelles on les comparait, que celle de l’instant de la parole : ils ne sont donc plus présents puisqu’ils n’expriment plus la simultanéité ; et ils sont passés, puisqu’ils sont toujours, antérieurs : ils peuvent donc remplacer le passé, puisqu’ils sont passés de leur nature, et présents seulement par accident. Un temps relatif peut donc être employé pour un temps absolu, puisqu’il peut être dépouillé de l’époque qui le rendait relatif.

39Clauzolles. D’après ce que vous venez de dire, il est évident qu’on peut quelquefois employer des temps relatifs pour des temps absolus, et le sens reste le même.

40Mais ce principe, généralement vrai, ne me paraît pas l’être dans tous les cas. Car si l’on demande à quelqu’un : « Avez-vous fait telle ou telle chose ? », il peut selon vous, répondre indifféremment : « Je la ferai » ou « Je dois la faire. »

41Cependant il me semble qu’il y a, dans ces deux réponses, une nuance sensible qui fait que l’une n’est pas parfaitement semblable à l’autre. Je vous prie, Citoyen Professeur, de vouloir bien me fixer à cet égard ; me dire d’abord s’il est vrai qu’il y ait quelque nuance, et si, dans ce cas, on peut également employer l’un ou l’autre de ces temps, ou si l’on doit préférer l’un à l’autre, et lequel on doit préférer.

42Sicard. L’un de ces deux temps est le futur absolu, qui ne peut jamais être rapporté à aucune autre série qu’à celle des futurs ; c’est celui-ci : « Je dois faire » ; l’autre, exprimé ainsi : « Je ferai », est un temps relatif, c’est-à-dire propre à être rapporté à la série des présents par l’adjonction d’une époque, tout destiné qu’il est par sa nature à exprimer l’existence comme postérieure à l’instant de la parole : il est donc par conséquent de la classe des futurs par sa destination originelle ; ainsi que tous les autres temps, il n’a d’autre point de comparaison que le point commun à tous. Or supposons-le tout seul et sans la détermination accidentelle d’une seconde époque qui le plaçait dans la série des présents ; il n’est plus alors que postérieur ou futur.

43Mais est-il futur à la manière du futur absolu ? Est-il aussi indéterminé, aussi vague que lui ! N’est-il pas plus certain ? Voilà ce que nous allons examiner.

44Le premier futur, le futur absolu, marque un avenir, sans doute ; mais on ne peut disconvenir que ce ne soit un avenir incertain. Ainsi, « Je dois faire » exprimera un avenir dans toute la latitude de la durée.

45Le second futur exprimé ainsi : « Je ferai » n’a pas ce vague et cette indétermination propre, par sa nature, à passer dans la série des présents, par le moyen d’un mot qui énonce la simultanéité de l’existence avec une époque quelconque : ce temps futur qui devient, à volonté, présent relatif, doit donc être plus certain quant à l’événement que le futur absolu et indéterminé. L’un est toujours présent quand on détermine la seconde époque ; on peut marquer l’instant de l’existence de l’événement qu’il sert à annoncer. On voit en quelque sorte, par le rapprochement qu’on peut faire de l’existence et de l’époque, qu’on connaît l’événement se passer sous les yeux : l’autre est purement futur ; on sait que l’événement arrivera, mais l’incertitude de l’instant est presque égale à la non-existence.

46Il y a donc, il ne faut pas le dissimuler, il y a une nuance très sensible entre ces deux expressions : « Je dois faire », « Je ferai. »

47Le second de ces futurs est plus certain, plus positif, plus prochain que le premier. On ne peut donc, à la rigueur, employer l’un pour l’autre. Voici un exemple qui complétera cette explication : « Un de vos amis, arrivé ce soir de Bordeaux, doit dîner chez vous, un jour. »

48— Quel jour croyez-vous qu’il y dînera ?

49— Je crois qu’il y dînera après-demain. »

50Il n’est pas difficile, d’après ce que je viens de dire, de remarquer la nuance qui distingue ces deux futurs.

51Je me résume ainsi :

52Il y a dans la conjugaison des verbes.

53Quatre présents positifs

54« J’aime », actuel indéfini.

55« J’aimais », antérieur simple.

56« J’aimai », antérieur périodique.

57« J’aimerai », postérieur.

58Quatre passés positifs

59« J’ai aimé », passé indéfini.

60« J’avais aimé », antérieur simple.

61« J’eus aimé », antérieur périodique.

62« J’aurai aimé », postérieur.

63Quatre passés comparatifs

64« J’ai eu aimé », passé indéfini.

65« J’avais eu aimé », antérieur simple.

66« J’eus eu aimé », antérieur périodique.

67« J’aurai eu aimé », postérieur.

68Trois passés prochains

69« Je viens d’aimer », indéfini.

70« Je venais d’aimer », antérieur.

71« Je viendrais d’aimer », postérieur.

72Trois futurs positifs

73« Je dois aimer », indéfini.

74« Je devais aimer », antérieur.

75« Je devrai aimer », postérieur.

76Deux futurs prochains

77« Je vais aimer », indéfini.

78« J’allais aimer », antérieur.

79On remarque dans ce tableau six séries de temps. À la tête de chacune est un temps indéfini ; tous les autres sont relatifs.

80On remarquera encore que ces temps relatifs sont les uns antérieurs, et les autres postérieurs ; et ils le sont de leur nature, avant qu’on les détermine, et même après qu’on les a déterminés : ils sont donc tous naturellement passés et futurs.

81Ainsi « J’aimais » et « J’aimai » sont des passés, et « J’aimerai » est un futur.

82Il ne doit donc pas paraître étonnant que ces temps ainsi présentés remplacent quelquefois le passé absolu et indéfini : « J’ai aimé. »

83Mais ces mêmes temps sont-ils déterminés par une époque avec laquelle coïncidera ou aura coïncidé l’existence qu’ils énoncent ? C’est alors un nouveau rapport, une comparaison nouvelle qui leur fait donner une autre dénomination, prise de cette nouvelle relation : or il est tout simple que ce soit la dénomination de présent ; car ils expriment une simultanéité d’existence et d’époque. Ils sont donc passés de leur nature, ou antérieurs, et présents par relation, comme l’un d’eux est futur de sa nature ou postérieur, et également présent par relations.

84Ainsi seuls et sans époque autre que l’époque commune, ils deviennent absolus et remplacent celui qui est à la tête de la série des passés ou des futurs, suivant qu’ils sont antérieurs ou postérieurs.

85Mais aussitôt qu’ils sont accompagnés d’une expression qui leur assigne une seconde époque, une époque déterminée, ils passent dans une autre série, sans sortir de leur série naturelle : ils appartiennent donc à deux séries, et reçoivent alors deux dénominations ; ainsi les trois de la première série, qui sont : « J’aimais », « J’aimai », « J’aimerai », sont le premier et second passés, aussi les appelle-t-on antérieurs ; le troisième est futur, aussi l’appelle-t-on postérieur.

86Ils deviennent tous trois présents par le moyen de l’époque avec laquelle coïncide l’existence qu’ils expriment.

87Une dernière preuve, que je crois sans réplique, que les trois temps de la première série : « J’aimais », « J’aimai », « J’aimerai », tout antérieurs et postérieurs qu’ils sont, deviennent réellement des présents par la relation que leur donnent les mots hier, demain, c’est qu’on peut leur substituer le présent. Car de même qu’on dit : « Il entrait quand je sortais », on dit aussi : « Il entre, je sors. »

88On dit : « Hier, il m’aborde », comme : « Hier, il m’aborda. » On dit : « Demain, je partirai », comme : « Demain, je pars. »

89Or si ces termes passés et futur ne devenaient pas réellement des présents, par l’adjonction d’une seconde époque, ils ne pourraient remplacer le présent.

90Et en effet, que fait-on dans un récit quand on assigne une époque passée ou future ? On remet sous les yeux ce qui n’existe plus ; on reproduit le passé ; on le fait, en quelque sorte, comparaître devant ceux à qui on raconte ; on lui redonne l’existence, on le rend présent. Le récit en est plus vif, plus animé ; on croit être spectateur et témoin de ce qu’on entend. « Hier il m’aborde, il me serre la main, il me demande où je vais », pour : « Hier il m’aborda, il me serra la main, il me demanda où j’allais. »

91Ces formes différentes répandent non seulement plus de chaleur, mais plus de variété dans le style, et en ôtent cette monotonie fatigante que produirait nécessairement le retour des mêmes formes et des mêmes sons.

92D’ailleurs peut-on se dissimuler l’avantage précieux d’avoir un système de temps plus simple, plus un, où l’analogie la mieux combinée vient au secours de la mémoire, sans compter, ce qui est d’un bien plus grand prix, de trouver la valeur de chaque temps, sa signification précise dans sa dénomination ? C’est au point que chaque temps de la conjugaison, dans ce système, se trouve défini dès qu’il est nommé, comme est connu le portrait le moins vrai, quand le nom de l’original est au bas.

93Observons, en finissant, à quoi se réduit tout ce qu’il faut apprendre pour savoir parfaitement la conjugaison.

94À ce petit nombre de mots : temps passés, temps présents, temps futurs, temps absolus, temps relatifs.

95Antérieur simple.

96Antérieur périodique.

97Postérieur.

98Temps comparatifs, temps prochains.

99Une série de temps présents.

100Une série de temps passés.

101Une série de temps passés comparatifs.

102Une série de temps futurs.

103Quatre temps dans chaque série, à l’exception de celle des futurs, qui n’en a, et qui n’en peut avoir que trois.

104Trois passés prochains.

105Deux futurs prochains.

106Voilà toute la conjugaison. Le retour des mêmes mots se retrouve dans chaque série, parce que c’est partout les mêmes relations. Il est vrai qu’on ne peut apprendre ce mode de conjugaison qu’autant qu’on l’a compris. Mais doit-on jamais rien confier à la mémoire que ce qui a été le fruit des combinaisons de la raison ?

107Un élève de l’École normale me fait, au nom de plusieurs de ses collègues, un grand nombre de questions sur l’institution des sourds-muets de naissance.

108Je sens qu’il ne peut être indifférent pour l’École normale de connaître tout ce qui regarde un art aussi précieux que celui qui rétablit dans les droits de la société une portion de ses membres que la privation du sens de l’ouïe en avait exclus pour jamais.

109La réponse aux demandes qui me sont faites fera l’objet de la conférence prochaine.

Notes

1 L’interprétation de la différence entre les systèmes de Beauzée et de Condillac est compliquée par le fait que les deux auteurs ne se posent pas, au sujet du système des temps verbaux, des questions du même type : non seulement la proportion de l’analyse philosophique par rapport à l’analyse grammaticale proprement dite n’est pas la même chez les deux auteurs, mais sans doute l’analyse philosophique elle-même diffère-t-elle. Je me permets, pour quelques détails sur ce point, de renvoyer à E. Schwartz, Les Idéologues..., op. cit., p. 1000 sq.
Ce qui surprend ici c’est en tous cas l’absence de référence de Clauzolles autant que de Sicard au texte même où Beauzée justifie son système dans l’Encyclopédie. D’une part, parce qu’il y cite en toutes lettres l’objection que lui feront ceux qui « vont dire ce que m’a déjà dit un homme d’esprit, versé dans la connoissance de plusieurs langues, que je vais faire des présents de tous les temps du verbe » (Encyclopédie, t.i, p. 100 A). D’autre part, et surtout, parce que dans cet article Beauzée engage le fer avec « le plus célèbre des grammairiens philosophes », c’est-à-dire Lancelot, et la doctrine de Port-Royal qu’il est conscient de renverser. Citant le texte où les Messieurs commentent l’exemple « cum intravit, coenabam », il écrit : « De l’aveu même de cet auteur, ce temps qu’il nomme prétérit, marque donc la chose comme présente à l’égard d’une autre qui est déjà passée. Or quoi que cette chose en soi doive être réputée passée à l’égard du temps où l’on parle, vu que ce n’est pas là le point de vue indiqué par la forme du verbe dont il est question, il fallait conclure que cette forme marque le présent avec rapport au passé, plutôt que de dire au contraire qu’elle marque le passé avec rapport au présent. » Il conclut que le renversement à faire consiste à rendre à l’idée de simultanéité par rapport à l’existence le rôle principal, et à considérer comme accessoire l’idée d’antériorité. C’est cet argument qui ne convainc ni Condillac, ni Destutt de Tracy. Et ce dernier, qui suit Condillac sur le sens absolu du présent, trouve incompréhensible que Beauzée n’ait pas « senti qu’il ne pouvait y avoir ni présent antérieur, ni présent postérieur. De tels présents ne sont présents que relativement à une autre époque que celle de l’acte de la parole, et lui-même venait de très bien prouver que c’est à celle-là que l’on doit rapporter tous les temps des verbes. » (Grammaire, chap, iv, note 1) Il nous a semblé que c’est là l’indice d’un second renversement par rapport au renversement beauzéen, et qui tend à l’annuler, comme orienté par la préoccupation de retrouver, à l’instar des Messieurs, la trace des opérations pratiques et non pas seulement analytiques de la pensée qui s’exprime dans le langage. Et il est difficile de cerner la chose avec les concepts modernes d’« embrayeur », ou ceux d’un G. Guillaume. Mais si l’abbé Sicard, lui, se montre aussi à l’aise dans le système de Beauzée, n’est-ce pas parce qu’il part, non du langage d’action ou du jugement composé d’entendement et de volonté, mais de l’idée ? et parce que le système des temps est un référentiel abstraitement indexé sur l’instant de la parole pour un muet à qui il faut en donner la signification ?

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540