Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Dixième débat

29 germinal/18 avril

Texte intégral

1Bernard. Citoyen Professeur, il me semble que vous avez été chargé par le Comité d’instruction publique de composer un ouvrage élémentaire sur l’art de lire et sur celui d’écrire ; et dans votre premier ouvrage, destiné à l’enfance, vous ne parlez que du premier de ces deux arts. Voudriez-vous bien nous donner la raison de cette omission essentielle, et nous dire qu’est-ce qui la suppléera ?

2Sicard. J’avoue que, dans un syllabaire soumis à la discussion et à l’examen des gens de lettres invités à nos séances de quintidi, je n’ai parlé que de l’art d’enseigner à lire. Mais j’ai supposé que l’on aurait, dans les communes les plus considérables, des maîtres écrivains pour la perfection de l’art d’écrire ; et, dans cette supposition, j’ai pensé qu’il suffisait de donner aux instituteurs des écoles primaires quelques avis généraux relatifs à l’écriture, que j’ai cru ne devoir pas être séparée de la lecture. Je me contenterai donc de répéter ici ce que j’ai déjà dit, qu’il faut que les enfants apprennent les deux arts à la fois, qu’il faut leur faire tracer à eux-mêmes les lettres, les syllabes et les mots qu’ils doivent lire sur la planche noire, avec des crayons blancs, à la manière des Anglais ; qu’il faut que la planche soit assez grande pour que la leçon, donnée à un élève, puisse servir à cent élèves assemblés dans le même lieu.

  • 1 Nouvel exemple de la présence chez Sicard du souci de répondre à ce qu’avait prévu la Convention e (...)

3Je ne peux pas trop le répéter, citoyens, il faut en instruisant parler avec une simplicité et une clarté telles, que le moins intelligent de vingt, de quarante, de cinquante ou de cent élèves puisse vous comprendre1.

4Marcel. Nous voudrions bien, citoyen Professeur, que les excellents principes que vous ne cessez de nous donner sur l’art d’instruire fussent rédigés en corps d’ouvrage ; ce serait là vraiment un cours normal, qui remplirait le but que les législateurs se sont proposés dans l’institution de l’École normale, où cet avantage précieux nous a tous appelés, et que vous atteignez avec une supériorité si marquée.

  • 2 L’ouvrage sera évidemment donné avec le Manuel de l’enfance, puis avec les Éléments.

5Sicard. Aussitôt que je cesserai de remplacer un des professeurs absents, je travaillerai à cet ouvrage, et j’espère l’achever avant le départ des élèves des Écoles normales2.

6Le citoyen Drapeau me demande s’il faudra, pour les élèves dont on a commencé l’éducation, et qui commencent à épeler, leur faire désapprendre ce qu’ils savent déjà. Je pense qu’il faut, à l’égard de tous, sans aucune exception, faire comme s’ils ne connaissaient pas même les lettres, dessiner quelques objets à la première leçon, écrire le nom de chaque objet autour de chaque figure, puis effacer le dessin, et écrire le mot, le faire lire sans épellation. Quant au choix qu’il faudra faire des lettres qui ont le même son, telles que le q et le k, j’ai indiqué à cet égard, dans mon syllabaire, les occasions où il faudra préférer l’une à l’autre ; car le syllabaire imprimé, avant d’être adopté, sera soumis à un nouvel examen.

7Quant au retranchement que propose le citoyen de l’un des sons de chaque touche, et de la substitution d’un point, je serais parfaitement de son avis, si cette réforme ne devait être d’aucun inconvénient pour la lecture de nos anciens livres ; mais dans les changements à faire, n’oublions jamais qu’ils doivent être tellement légers, et se faire d’une manière tellement insensible, que l’orthographe nouvelle ne nous rende pas l’ancienne inintelligible. Respectons surtout les consonnes, et si nous en supprimons quelqu’une, que ce soit seulement là où la même se trouve doublée, comme dans appartement, etc., où il y a deux p, deux m, deux b, deux c, deux d, deux n, etc. ; je pense qu’on pourrait retrancher une de ces consonnes sans inconvénient. Ce retranchement ferait mieux connaître les propositions initiales. Si dans le mot attirer, par exemple, vous retranchez un des t, il vous reste atirer ; l’élève ou l’étranger qui connaît le verbe tirer, et qui en sait la valeur, n’aura plus de peine à découvrir de lui-même que le composé attirer signifie donc tirer à soi.

  • * Le Professeur fait allusion ici à la charmante pièce en vers du citoyen Crouzet sur l’e muet, insé (...)

8Le citoyen revient sur l’e muet, dont il désirerait la suppression, au moins quand il s’élide dans la rencontre d’une autre voyelle. Cette suppression projetée avait causé de trop grandes et de trop justes alarmes pour la demander encore*.

9Le citoyen voudrait aussi la suppression de l’h ct. non aspiré, comme dans histoire, Hélène ; mais lors même que ce signe ne sert pas pour la prononciation, il indique la source primitive des mots, et ce souvenir ne peut nous être indifférent pour l’étymologie.

10Ce citoyen ajoute à ses réflexions cette autre sur les sourds-muets. Il pense que les sourds-muets sont moins distraits que les autres enfants, et que ce silence éternel qui les environne doit doubler leur intelligence, parce qu’ils concentrent mieux leurs idées. Mais les sourds-muets n’ont-ils pas des yeux, et tous les genres de distractions, à l’exception de celles que nous causent les sons, n’entrent-elle pas dans l’esprit par cette porte sans cesse ouverte ?

11Rien n’est plus difficile que de les rendre attentifs. Sans cesse, à mes leçons, on me dit que rien ne doit moins me coûter que de fixer leur attention, et rien au contraire n’est plus difficile.

12Chez ceux qui parlent, les distractions se partagent en quelque sorte le sens de la vue et celui de l’ouïe, et ce partage rend chacun de ses sens moins avide de distractions, parce que chacun d’eux a les siennes ; mais chez les sourds-muets, les yeux veulent tout voir, et, qu’on me permette cette expression figurée, les yeux veulent tout toucher, tout entendre, c’est, en quelque sorte, un portier occupé à écouter et répondre à plusieurs portes. Non, il n’y a point d’élèves aussi distraits aux leçons qu’on leur donne que les sourds-muets. Qu’on me pardonne cette sorte de digression, j’ai cru ne devoir pas refuser cette explication à l’élève qui me l’a demandée.

13Le même élève me fait part de ses vues sur la nécessité de faire marcher ensemble les principes de l’écriture et de la lecture, sur celles de retrancher les lettres inutiles, sur le nouvel ordre à donner aux lettres, sur la simplification de l’orthographe, et sa conformité avec la prononciation.

14Je désirerais que les caractères d’imprimerie fussent semblables à ceux de l’écriture courante, pour ne pas avoir à apprendre deux sortes de syllabaires aux enfants.

15Quant à ce dernier article, quelques moyens qu’indique le citoyen Drapeau pour opérer insensiblement cette identité de forme dans l’écriture et dans l’impression, il ne serait pas possible de remédier à l’inconvénient qui en résulterait pour la lecture des livres anciens. Quel malheur si les ouvrages immortels de Bossuet, de Daguesseau, de Corneille, de Racine, de La Fontaine, de La Bruyère, de Fénelon, de Pascal, de l’abbé Barthélemy, de Condillac, de Mably ; si les savants mémoires de l’académie des sciences, de celle des inscriptions, devenaient barbares pour les Français, ou si les Français devenaient jamais barbares pour ces ouvrages :

16Le citoyen Dubois, après m’avoir dit les choses les plus obligeantes, à propos de la séance où mon élève Massieu, quand on lui dit d’embrasser son meilleur ami, vint se jeter dans mes bras, me dit les choses les plus raisonnables sur la distinction qu’il faut faire entre le sourd et le muet. Vous savez qu’il a été question de cela dans une de nos séances. Vous savez que j’ai dit qu’il n’y avait pas de sourd de naissance qui ne fût muet, mais qu’il y avait quelquefois des muets qui n’étaient pas sourds ; que c’était alors un défaut d’organisation dans les organes de l’instrument vocal : ainsi je n’ajouterai rien de plus.

17Le citoyen Liandier désire savoir la raison pourquoi, dans des phrases semblables, quant aux mêmes vues de l’esprit, on n’emploie pas exactement les mêmes signes. Il a été satisfait de l’explication qui a été donnée de la préposition à, qui se trouve entre deux verbes pour servir en quelque sorte de porte-action du premier au second, comme dans cette phrase : « Je commence à vous entendre. » Il sent bien que le sujet d’action, sortant pour ainsi dire d’un état passif, ou du repos, et se disposant à agir, il marque son passage à l’activité, et c’est la préposition à qui peut seule remplir cette fonction.

18Voici la lettre de cet élève :

19« Citoyen Professeur. Cette explication ne laisserait rien à désirer, si dans d’autres phrases qui expriment la même chose, cette préposition pouvait être employée. Dans celle-ci, par exemple : « Je vais vous entendre. » Ce sujet d’action se dispose également à agir, et cependant son terme de départ et de passage à l’activité ne sont marqués par aucune préposition. Dans la phrase de retour au contraire, si je peux m’exprimer ainsi : « Je viens de vous entendre », on fait usage de la préposition de. Je pourrais citer un grand nombre d’exemples qui offrent le même contraste, et dont il me semble difficile de rendre raison. »

20Sicard. Voici, citoyens, ce qu’il faut observer à l’égard de cette difficulté. Toutes les fois que nous trouvons la préposition à entre deux verbes, dont le premier exprime quelque mouvement, quelque action qui va se porter du lieu où l’on est à un autre lieu, on peut, je crois, donner cette raison-ci. On peut, en se servant d’une comparaison très familière, et que j’espère que vous voudrez bien excuser, dire que la proposition à est une espèce de batelet qui sert à porter l’action d’un bord exprimé par un verbe à l’autre bord exprimé par le second verbe.

21Vous vous rappellerez tous, sans doute, ce que le citoyen Wailly nous dit à ce propos-là. Il fit remarquer qu’il y avait des occasions où l’on exprimait en français la préposition à, et des occasions où on la supprimait sans aucune raison, ni pour l’un, ni pour l’autre ; c’est une bizarrerie de l’usage qu’on ne peut justifier.

22Quant à la préposition de, vous voyez que c’est encore la même raison. « Je viens de vous entendre », ou « Je viens de tel lieu » : il est certain que de fait, en raison inverse, le même effet que la préposition à quand on dit : « Je commence à vous entendre. »

23Wailly. Me serait-il permis de dire un mot ? « Je viens de » marque une chose que l’on a faite récemment, au lieu que « Je viens » sans de marque une chose que l’on faite : « Je viens vous avertir », « Je viens pour vous avertir », « Je viens de l’avertir », « Je l’ai averti tout à l’heure », voilà de petites nuances.

24Le Professeur. Le citoyen Wailly remarque avec raison qu’il y a des occasions où de présente des vues différentes. Ici, par exemple : « Je viens de vous avertir », il signifie précisément ce que signifie le de ; ce que la préposition de signifie toujours, c’est-à-dire qu’il exprime le lieu que l’on quitte pour aller dans un autre. « Je viens de vous avertir » ; c’est comme si l’on disait : « Je viens du lieu de l’action de l’avertissement », « Je sors de cette action-là », comme : « Je sors de la chambre », « Je viens de vous avertir », « Je n’avertis plus, cela est fait. » Au lieu que : « Je viens vous avertir. » Les Italiens rendraient cette forme-là par la préposition a, qu’ils ne suppriment presque jamais. Qu’un homme dise : « Je vais agir », ou « Je vais à agir », c’est la même chose ; « Je viens vous avertir », c’est comme si on disait : « Je vais à vous avertir », et il faudrait le dire si notre langue était assez philosophique pour conserver toujours et ne rompre jamais le fil de l’analogie ; mais comme je viens de le dire, souvent la préposition à est supprimée ; dans d’autres occasions elle est exprimée. Quand elle est exprimée, elle ne dit pas plus que lorsqu’elle est supprimée ; lorsqu’elle est supprimée, c’est une véritable ellipse que l’on fait, et que ne font pas les Italiens. Le citoyen Wailly a observé qu’alors ce serait le mot pour qu’on mettrait à sa place, et vous savez tous qu’à et pour s’emploient assez souvent l’un pour l’autre.

25Wailly. Il y a une autre occasion où l’on emploie à avec le verbe venir ; s’il vient à vous avertir, c’est encore un autre gallicisme.

26Le Professeur. Le citoyen Wailly remarque encore qu’il y a des occasions où l’on met à après le verbe venir, comme dans cette phrase : « Si je viens à vous avertir de cette chose, la ferez-vous ? » Dans cette occasion, l’analogie est encore parfaite ; il n’y a pas d’exception, cela rentre dans notre règle générale, que la préposition à marque le passage d’un lieu à un autre. Il est bien avantageux de pouvoir ainsi étendre et généraliser les règles, et faire en sorte d’en diminuer, autant qu’il est possible, les exceptions.

27Le citoyen Bession, à propos de l’étymologie que j’ai donné au mot soleil, m’a communiqué des réflexions très utiles, qui prouvent la nécessité qu’il y aurait de perfectionner cette partie des langues, la partie étymologique. Le citoyen Bession dit que la connaissance de l’étymologie nous sert dans les langues anciennes ; comme la signification des mots est presque toujours dans la réunion des éléments compositeurs, il n’est pas douteux que quelqu’un qui connaîtrait parfaitement les éléments, ne connût mieux qu’un autre la signification d’un mot composé.

28Le moyen de se perfectionner dans cette étude est d’étudier les auteurs qui nous ont transmis là-dessus leurs savantes recherches. On trouve surtout un grand nombre d’étymologies dans le fameux Dictionnaire de Ménage, qui a presque épuisé cette matière, il y a des choses extrêmement précieuses et qui peuvent, à cet égard, donner de vastes connaissances. Court de Gébelin nous a donné, dans son grand ouvrage du Monde primitif, plusieurs nomenclatures étymologiques qui ne sont pas moins précieuses.

29Il semble au citoyen Mayre que l’analyse [des verbes] dans lesquels je crois avoir prouvé que se trouvent un adjectif et le verbe être ne présente que des éléments tronqués et factices. Il pense qu’un seul mot qui ne présenterait qu’un seul rapport serait plus facile à entendre, et ainsi le mot frapper serait plus clair que ces deux éléments être frappant.

30Je ne peux être de cet avis ; il n’est pas vrai que le verbe ne présente qu’un seul rapport ; il en présente deux, celui de l’affirmation, et celui d’une qualification déterminée. Une fois que les élèves auront reçu sur les idées les premières leçons qui doivent précéder l’étude de la grammaire, ils sauront qu’il doit y avoir deux mots dans chaque verbe actif. A propos de cela, citoyens, il est bon de vous dire d’avance que je me propose, dans ma grammaire élémentaire, de faire précéder l’étude de la grammaire de quelques notions générales sur les idées, avant de conduire les enfants aux mots qui doivent servir à expliquer la grammaire élémentaire, car toutes nos grammaires supposent déjà des idées reçues, des idées convenues ; il faut donc (et ne vous effrayez pas du mot), il faut donc que chaque livre élémentaire de grammaire soit précédé d’un petit cours de métaphysique, c’est-à-dire qu’il faut tout simplement expliquer aux enfants les termes dont on doit se servir dans le cours de l’ouvrage ; et pour leur expliquer les termes il faut leur expliquer les idées, car les mots ne seront pas entendus si les idées ne le sont pas. On leur aura appris à distinguer les objets et leurs qualités, ils sauront ce que c’est qu’une proposition, ils sauront de quoi elle se compose, et alors rien ne sera plus facile que la décomposition du verbe.

31Il y aura donc à la tête de mon Livre élémentaire un chapitre spécialement consacré à faire entendre ce que c’est qu’une proposition et une phrase, et j’emploierai pour cela la manière la plus facile, la plus simple et la plus claire. Sans doute, citoyens, dans l’ancienne manière d’enseignement des langues, quand on ne s’occupait de faire entendre que les mots isolés, comme éléments de la parole, sans entrer dans la métaphysique des langues, sans unir la logique à la grammaire, il était plus court, et devait paraître plus facile, de ne rien décomposer, de tâcher seulement de comprendre quelques à peu près dans les mots. Quant à nous, nous nous occuperons moins des mots que des idées, et jamais des mots que par rapport aux idées, et comme signes des idées.

32Je ne puis après cela renoncer à la manière analytique que j’ai adoptée d’expliquer les verbes actifs.

33Le citoyen Ferrand, du district de St. Gaudens, m’a écrit sur la définition que je donne du qualificatif. J’ajourne ma réponse à la prochaine séance.

34Le citoyen Vanmeenen estime que la signification que je donne au mot penser à la suite du mot idée est un peu hasardée. Tout ce qui tient aux opérations de l’entendement est trop essentiel pour passer légèrement sur les observations auxquelles ces opérations donnent lieu ; en conséquence vous ne serez pas fâchés d’entendre la lecture de cette lettre, c’est la dernière que je vais lire.

35« Paris, le 28 germinal de l’an III de la République.

36« Citoyen Professeur,

37« L’honnêteté avec laquelle vous répondez aux doutes de mes collègues m’inspire la confiance de vous proposer les miens sur les objets intéressants dont vous nous avez occupés hier ; les voici :

38« Dans le tableau formé par votre élève, je vois le mot penser correspondre à idéer. Il faut vous l’avouer, je crois n’y point reconnaître votre exactitude ordinaire. Quand vous avez employé ce tableau pour élever votre sourd-muet aux idées abstraites, vous avez prétendu, sans doute, ne joindre à ces idées que les mots qui leur correspondent dans la langue que vous lui enseignez : or, je crois qu’idéer, quoique écrit deux fois, ne peut signifier penser. Une perception quelconque est présente à mon esprit, je me représente un objet sensible ou quelque notion intellectuelle ; « J’idée j’idée », c’est-à-dire j’ajoute un degré de vivacité à la perception qui est présente à mon esprit, je m’efforce de retenir l’image de l’objet sensible, ou la notion intellectuelle qu’elle me trace ; je crois apercevoir ici l’attention seule : il aurait donc été plus exact de dire qu’idéer idéer signifie être attentif.

39« Mais non seulement le mot penser n’est point exact et ne peut être employé dans le sens que vous lui donnez, mais encore penser est un mot qui renferme toutes les opérations de l’esprit ; l’usage commun, et le sens que lui attribuent tous les philosophes qui ont écrit sur l’entendement humain, nous en convainquent. C’est ainsi qu’après avoir compris toutes les opérations de l’esprit dans l’entendement, celles qui naissent du besoin, dans la volonté, Condillac ajoute : « Ces deux facultés, la volonté et l’entendement, se confondent dans une faculté plus générale, qu’on nomme la faculté de penser. » Mais penser, n’est point toujours être attentif ; c’est aussi réfléchir, méditer, pénétrer.

40« Daignez, citoyen Professeur, employer envers moi la même bonté, la même patience que vous employez envers les sourds-muets : comme je désire m’instruire, comme eux, je me fais un devoir de la docilité.

41« J’ajouterai une réflexion sur la méthode qu’emploie Massieu pour exprimer par la voie de l’écriture ses pensées et celles des autres : j’ai remarqué, ainsi que plusieurs de mes collègues, qu’au moment de répondre à une question qu’on lui a proposée, ou d’exprimer une action qui a été faite en sa présence, il emploie le langage des signes, ou plutôt son langage naturel, pour se dire en quelque sorte à lui-même ce qu’il doit écrire. Il démontre, je crois, la vérité que vous nous avez si bien développée, que nous ne pensons qu’autant que nous parlons ; qu’en conséquence tout l’art de penser se réduit à une langue bien faite. Mais est-ce une preuve que nous ne pensons que dans notre langue maternelle ? Je croirais plutôt que des deux langages qu’a Massieu, celui d’action et celui de l’écriture française, il emploie pour penser celui qui est en lui le plus facile, celui qui obéit mieux à la rapidité avec laquelle il voudrait faire succéder les idées ; dire que nous ne pensons qu’en notre langue maternelle, c’est dire qu’un Français qui s’énonce en latin pense en français, et qu’il rend ce français en latin, formé d’après cette méthode.

42« Pardonnez au désir que j’ai de m’instruire la liberté que je prends d’interrompre vos importants travaux ; et à la patience que vous avez eue de lire cette lettre, ajoutez celle de vouloir bien lever mes doutes sur une première observation, et de porter votre jugement sur la seconde.

43« Salut et fraternité,

44« P. Vanmeenen, élève de l’École normale. »

45Voici la réponse que je crois devoir faire à cette lettre ; il s’agit de savoir si penser se compose d’idéer.

  • 3 Cf. supra, note 93 à la séance du 12 germinal. A cette évocation de métaphysiciens dérivant tout d (...)

46Je sais, citoyens, à cet égard que chaque métaphysicien a son langage ; mais je vous ai dit que le langage ne faisait souvent rien aux opinions ; qu’on voyait souvent la même option rendue par des expressions différentes. Condillac a tout rapporté à l’attention, et selon lui toutes les opérations de l’entendement ne sont autre chose que l’attention diversement modifiée. D’autres métaphysiciens ont tout rapporté à la sensation, et ont dit que les sensations diversement modifiées étaient toutes les opérations intellectuelles. J’ai dit que toutes les opérations de l’entendement se rapportaient à l’idée. Eh bien ! je crois que ces trois classes de métaphysiciens sont toutes trois d’accord, c’est-à-dire que ceux qui rapportent tout à l’attention, que ceux qui rapportent tout à la sensation, et ceux qui rapportent tout à l’idée, pensent la même chose, et disent la même chose en termes différents3.

47Ainsi nous n’avons pas d’idées sans sensations : l’entendement ne procède que par l’attention ; sans attention il n’y a pas de pensées ; sans sensation il n’y a pas de pensées ; sans idées il n’y a pas de pensées. Que faut-il penser du mot pensée ? Qu’il se prend en différents sens, qui tous ont l’idée pour point de départ, et pour premier anneau dans la chaîne des opérations intellectuelles, que l’idée est une première opération qu’on peut considérer comme non voulue, comme forcée, comme passive, comme l’effet d’une sensation involontaire, produite par le frappement d’un objet sur quelqu’un de nos sens ; que par conséquent la faculté intellectuelle ne s’exerce que lorsqu’elle commence à être volontaire, qu’elle n’est volontaire qu’autant qu’il y a de l’attention, qu’autant qu’il y a du vouloir : alors je considérerais la pensée et le penser comme le regard de l’esprit, comme le regard de l’œil organique est aussi la seconde opération, dont la première est le voir.

48J’ai donc donné au mot penser une détermination précise qui le fait être le second anneau de la chaîne des opérations intellectuelles ; cependant comme c’est là la faculté la plus intéressante, qu’elle fait le caractère distinctif de l’homme pensant, on a pu dire de toutes les facultés ensemble la faculté de penser ; comme on a appelé épopée ou poème épique par excellence le poème de récit, le plus noble et le plus grand dans tout le genre du récit. En effet épos en grec signifie récit : on peut donc qualifier ainsi la fable et l’églogue ; et cependant vous savez qu’on ne donne ce nom qu’au poème héroïque, le plus grand, le plus noble, tels que l’Odyssée ou l’Énéide.

49C’est la même chose par rapport au mot penser : le mot penser peut se dire de toutes les opérations de l’entendement ; il vient du mot pensare, qui signifie peser. On pèse une idée suivant qu’on s’y arrête plus ou moins : alors la pensée devient ou méditation, ou pénétration ou réflexion ; mais en général le mot penser est le terme générique employé pour exprimer toutes les opérations de l’entendement. Mais lorsqu’il s’agit du sourd-muet, il a fallu déterminer la signification précise de ce mot ; et j’ai cru devoir le classer précisément au second rang, c’est-à-dire à ce rang où l’idée est voulue : elle est voulue quand on s’y arrête. J’ai donc cru devoir dire que toutes les fois que l’on ajoutera à idéer un autre idéer, ce mot signifiera que l’on a eu l’intention d’idéer, qu’on l’a voulu ; et alors cet idéer voulu sera le mot penser, c’est-à-dire l’idéer pesé, l’idéer réfléchi. J’ai donc pu dire qu’idéer était la première opération, l’opération la plus simple de l’entendement ; qu’idéer pesé, idéer voulu, idéer réfléchi devait être la seconde ; que la troisième devait être la réflexion, ainsi de suite : voilà la raison pour laquelle j’ai mis le mot penser au second rang ou à la seconde classe.

50Je me résume ainsi : l’homme a la faculté naturelle de recevoir dans son entendement l’image des objets qui frappent quelqu’un de ses sens ; il a cette faculté, comme son œil organique, son œil sensible, son œil corporel a la faculté de recevoir les rayons de lumière qui tombent sur un corps, et qui, réfléchis par ce corps-là, viennent se réfléchir sur sa rétine. Et de même qu’il n’est pas le maître de recevoir ou non les rayons de lumière réfléchis par un objet, de même, il n’est pas le maître de ne pas recevoir une idée, ou la représentation, ou l’image d’un objet, aussitôt que cet objet frappe quelqu’un de ses sens : alors l’idée est donc aussi involontaire dans l’homme intellectuel que la vue est involontaire dans l’homme organique.

51De même, si je voulais passer à l’homme moral, je dirais que la volonté est aussi involontaire à l’homme (si toutefois ces deux mots n’impliquaient pas contradiction et ne s’excluaient pas). Le penchant qui nous entraîne vers les objets conformes à la nature de notre être est à sa naissance, aussi irrésistible, aussi forcé, aussi nécessaire, aussi non-voulu, qu’il est nécessaire de recevoir des idées quand quelque objet extérieur frappe quelqu’un de nos sens.

52La première opération de l’homme organique est donc une nécessité chez lui ; il doit voir aussitôt qu’il ouvre l’œil. La première opération de l’homme intellectuel est d’avoir des idées aussitôt que quelque objet frappe quelqu’un de ses sens ; la première opération de l’homme moral est de vouloir, sans pouvoir s’en empêcher, aussitôt qu’un objet convenable à sa nature vient frapper quelqu’un de ses sens : il est entraîné vers cet objet, vers lequel il se précipiterait infailliblement, si la raison dont l’a doué l’auteur de la nature ne venait aussitôt éclairer ce penchant aveugle et subjuguer l’instinct comme la raison éternelle domine la raison.

53La seconde opération de l’œil organique, c’est de regarder. Il pourrait fermer les yeux, et n’avoir fait que voir ; c’est voir une seconde fois, c’est appuyer sur le premier voir, qui fait le regard : ce regard est le voir voulu ; c’est là que commence l’intention.

54La seconde opération de l’homme intellectuel, qui pourrait passagèrement n’avoir qu’une idée et ne pas s’y arrêter, est penser ; c’est la seule qui puisse dépendre de son intention. L’esprit, dans cette opération, regarde, à sa manière, c’est-à-dire qu’il pèse une idée, qu’il regarde l’objet sur lequel il n’avait d’abord jeté involontairement qu’un coup d’œil ; et la seconde opération de l’homme moral, dont la volonté vient d’être remuée, est d’éprouver cette secousse que produit l’approche d’un objet conforme à sa nature ; ce second degré, c’est la volonté encore, mais c’est la volonté voulue.

  • 4 Périer, dont les questions sont en réalité souvent une forme de faire-valoir, relèvera ce point da (...)

55Je sens que ces termes doivent choquer par leur rapprochement, car la volonté peut-elle jamais être involontaire4 et par conséquent ne pas être la volonté ? Je veux dire que le premier mouvement excité dans la volonté échappe en quelque sorte à l’âme raisonnable et n’est encore que la volonté élémentaire, la volonté radicale, la volonté d’instinct ; qu’elle ne devient la volonté complète que quand elle est accompagnée de la réflexion ; qu’on peut donc distinguer deux volontés dans l’homme, comme on distingue en morale des actes d’homme et des actes humains. Et cette volonté réfléchie, qui est la seconde opération du cœur, ou de l’homme moral, je l’appelle désir, comme j’appelle penser la seconde opération de l’esprit, comme j’appelle regarder la seconde opération de l’œil physique.

56La troisième opération de l’œil organique c’est de se fixer sur l’objet, de le regarder davantage pour le mieux voir ; et de même la troisième opération de l’homme intellectuel c’est la méditation ou la réflexion, c’est-à-dire de mieux regarder intellectuellement pour mieux voir encore.

57La troisième opération de l’homme moral ce sera de n’avoir pas seulement un désir de l’objet, mais de se reposer sur cet objet ; et c’est l’aimer, c’est l’amour. Telle est la chaîne des opérations de l’homme, considéré comme être organique, comme être intellectuel et comme être moral : ce sont là les moyens que j’ai employés pour faire entendre aux sourds-muets les idées abstraites qui appartiennent soit à l’entendement, soit à la volonté.

58Un élève. Citoyen, dans la dernière séance votre élève a défini ainsi le mot idéer : « porter l’œil intérieur sur l’image d’un objet, ou vu, ou touché, ou flairé. » Vous avez observé qu’il n’a pas ajouté « ou entendu », parce que le sourd-muet n’a point d’idée de cette opération. Mais je vous demanderai une chose ; le verbe entendre présente deux opérations, une opération intellectuelle et une opération physique : je voudrais savoir comment vous pourriez leur faire sentir la différence du mot entendre, lorsqu’il exprime une opération intellectuelle et lorsqu’il exprime une opération physique.

59Le Professeur. Voici comment je m’y prends : d’abord pour le premier sens, le sens physique, on ne peut le lui faire comprendre que par des analogies, par des à peu près, parce qu’il ne peut avoir l’idée du son ; voici comment je fais : je charge quelqu’un de frapper à la porte de la salle où je suis avec mon élève et aussitôt qu’il a frappé, s’il a frappé quatre coups, je compte chaque coup sur mes doigts, et ensuite je lui dis : « Sors, va-t-en demander à celui qui a frappé combien de coups il a frappé. » Celui qui a frappé répond à mon élève qu’il a frappé quatre coups. Je dois vous dire en passant que ce fut pour moi un grand amusement la première fois que je fis cette expérience ; mon élève crut qu’il y avait une certaine magie dans la connaissance de ces quatre coups. Il eut la même admiration que les ignorants ont quand ils voient des tours de gobelets. Il ne put concevoir comment j’avais deviné ces quatre coups frappés sur une porte, sans voir celui qui frappait. Je fis alors une expérience que mon prédécesseur m’avait apprise. C’était d’avoir un seau d’eau dans lequel on faisait tomber une balle de plomb ; et aussitôt que la balle tombait, l’eau s’agitait au-dessus des bords du vase. Je dis à l’élève que l’air était un fluide comme cette eau, mais moins épais ; qu’on pouvait donc agiter l’air comme on agitait l’eau. Je pris un petit écran, j’agitai l’air contre son visage. Il s’aperçut qu’il était touché par l’air sans que je le touchasse avec l’écran. Je lui dis que je touchais son visage avec ce fluide qui est répandu autour de nous, et que je venais de produire le même effet que la balle de plomb avait produit dans le seau.

60Quand je lui eus donné l’idée de l’air qui est autour de nous, et au milieu duquel nous nageons comme les poissons nagent dans l’eau, je lui fis voir, en rapprochant sa main de ma bouche, que, lorsque nous parlions, il y avait aussi un ébranlement dans l’air. Il en fut convaincu. Je lui dis que cet air était rempli de petites bulles qui se communiquaient, qu’elles allaient frapper d’une distance à l’autre l’oreille de celui qui était attentif. Mais écouter serait encore nul. Je lui dis que nous avions dans l’oreille une espèce de petit marteau comme le battant d’une cloche ; qu’aussitôt que la colonne d’air venait frapper sur ce marteau, ce marteau frappait aussi cette cloche intérieure, que nous appelons oreille ; j’appelai ce marteau tympan ; qu’alors nous étions avertis. Le même effet se produirait chez toi, lui dis-je, si ta cloche n’était pas sans battant, ou si le battant de ta cloche n’était desséché, n’était enfin nul ; tu n’as pas de battant ou tu as un mauvais battant, lui dis-je. Il entendit cela parfaitement. Je repris ainsi : nous avons chacun un battant ; le mien est parfaitement bon, mais le tien ne peut pas sonner. Ainsi chaque coup frappé sur cette porte fait impression sur l’air environnant et se communique jusqu’aux bulles qui communiquent avec le battant de ma cloche, ou le tympan de mon oreille : les impressions produites sur le tympan sont donc l’effet de celles qui sont produites sur l’air qui environne la porte ; et elles sont également distinctes et faciles à compter. Voilà, lui dis-je en finissant, comment, sans voir la main qui frappe, je peux compter les coups frappés. Et c’est la connaissance de ces impressions extérieures qui viennent retentir à nos oreilles que nous appelons entente ; et le verbe qui sert de racine à ce mot et dont ce mot est l’abstraction, entendre. Entendre est donc le voir de l’oreille ; c’est connaître par le rapport du sens de l’ouïe les impressions que font les corps frappés sur l’air environnant.

61C’est ainsi que j’ai donné au sourd-muet, autant que cela était possible, la connaissance du mot entendre dans sa première acception.

62C’est la connaissance de ce mot, pris dans son acception première, qui nous conduit à la seconde acception. Je reprends ainsi avec mon élève : quand j’entends, lui dis-je, les coups distincts frappés sur cette porte, cela s’appelle les connaître ; cela s’appelle les savoir ; cela s’appelle les voir.

63Eh bien ! quand ensuite mon esprit voit la convenance d’une qualité avec son sujet, il est par rapport à cette convenance comme je suis quand j’entends frapper les coups sur la porte ; ainsi on dit alors qu’il entend, comme on le dit de mon oreille, qui entend aussi les coups distincts.

64Voilà comment je fais pour me faire comprendre.

65Vous devez vous rappeler, citoyens, ce que j’ai dit à propos du langage propre et du langage figuré. J’établis des analogies entre l’homme organique et l’homme intellectuel. J’établis des comparaisons et des rapports entre ces deux hommes, et je fais voir que les opérations de l’un sont à peu près les opérations de l’autre ; que les mots qu’on emploie pour exprimer les mêmes opérations de l’un sont les mots qu’on emploie pour exprimer les opérations de l’autre ; qu’il n’y a de différence qu’en ce que le sens qui est propre pour les unes est figuré ou comparatif pour les autres.

66Butet. Je demande la parole sur les verbes auxiliaires. On ne dispute, je crois, contre les verbes auxiliaires que parce que nous n’en avons pas une définition ; voici celle que j’ai trouvée dans Condillac : « On doit entendre par verbe auxiliaire celui qui, en se dépouillant en quelque sorte de sa signification propre, ne fait plus qu’aider celui auquel il est joint, dans l’expression de ses temps. » Or, d’après cette définition, on ne peut pas douter que le verbe avoir, le verbe être, le verbe aller et le verbe venir ne soient quatre verbes auxiliaires ; que la signification des verbes aller et venir étant l’idée de marcher, et la signification d’avoir et d’être, l’idée d’existence et de possession, lorsque ces quatre verbes sont joints à d’autres, ils n’ont plus cette signification-là. Quand je dis : « J’ai aimé », je n’ai point d’idée de la possession avec l’amour ; j’ai l’idée d’exprimer l’amour passé. Lorsqu’on dit : « Il a été aimé », on n’a pas l’idée de l’existence, mais de l’amour passé. Pour aller et venir, lorsqu’on dit : « Je vais faire telle chose », on ne veut pas dire : « Je marche pour faire telle chose » ; on veut dire simplement que la chose va se faire dans l’instant.

67Dumarsais est, je crois, le premier grammairien qui n’a plus voulu admettre les verbes auxiliaires ; et pour cela il a dit que les verbes être et avoir ne se dépouillaient pas de leur signification propre, et il a dit que dans « J’ai aimé », il y avait l’idée de la possession jointe avec l’idée d’amour. D’après cela, Dumarsais ne tombe dans aucune contradiction, mais je crois qu’il faut les prendre tels qu’ils sont. Condillac lui-même admet ces quatre verbes auxiliaires ; et je crois qu’on ne peut disputer sur leur existence en disant qu’un verbe auxiliaire est celui qui en quittant sa signification propre n’a plus qu’une force coadjutrice pour en aider un autre dans l’expression de ses temps.

68Le Professeur. Citoyen, il y a deux manières de considérer les verbes auxiliaires ; d’une manière matérielle, et d’une manière logique. Condillac, pour lequel vous savez que j’ai infiniment de respect, pense qu’on doit les considérer seulement d’une manière matérielle, et Dumarsais d’une manière logique. Je crois qu’il faut les considérer matériellement et logiquement ; matériellement pour les temps. Le verbe avoir et le verbe être et les autres auxiliaires ne sont pour la plupart que des signes de temps, mais il est plus raisonnable de les considérer d’une manière logique ; et quoique vous pensiez que le verbe avoir étant l’expression du passé est dépouillé de sa signification, j’espère vous montrer qu’il n’en est pas dépouillé, et qu’on n’emploie le verbe avoir que parce que réellement on a été en possession de la qualité dont on parle ; et que ce verbe exprime cette possession, en exprimant l’existence, au temps passé ; qu’il n’y a pas, à proprement parler, des verbes auxiliaires ; qu’ils conservent tous leur force primitive, et qu’ils ne s’en dépouillent jamais ; qu’ils sont à cet égard comme les verbes auxiliaires anglais. Il est vrai que je ne bornerai pas les verbes auxiliaires à deux seulement, comme l’avaient fait presque tous les grammairiens ; je ferai voir qu’il y en a au moins quatre et même davantage. Car il y a les verbes avoir, être, aller, venir, devoir, qui sont véritablement auxiliaires, s’il est vrai qu’il y en ait. On dit : « Je dois faire telle chose », « Je vais faire telle chose », etc.

69Deville. Pour répondre à mon collègue, il me semble qu’il a oublié que Condillac dit que le verbe auxiliaire est lui-même un substantif ou un objet d’action, et que le verbe être a la même signification, soit qu’il soit auxiliaire soit qu’il ne le soit pas ; Condillac le dit en termes exprès, mon collègue l’a oublié sans doute.

70Butet. Je sais bien que Condillac a dit que le verbe avoir était auxiliaire de l’action, et que le verbe être était auxiliaire de l’état ; c’est là véritablement son expression : mais je dis que le verbe avoir, quand il est auxiliaire de l’action, perd sa signification première ; et quand le verbe être est joint à quelque verbe pour exprimer l’état, je dis qu’alors le verbe être en quelque sorte se dépouille de sa signification, et n’exprime que le temps.

71Périer. Citoyen Professeur, je pense que mes collègues qui viennent de vous présenter leurs doutes sur les verbes auxiliaires ne vous ayant rien dit de nouveau pour appuyer leur opinion, votre réponse reste dans toute sa force et doit paraître victorieuse à tous ceux qui comme moi l’ont écoutée sans préjugés.

72Je voudrais vous proposer quelques doutes sur la marche analytique des opérations de l’âme présentée analogiquement avec les opérations de l’esprit, ou plutôt avec les opérations du corps ; vous avez mis, citoyen, dans différents tableaux l’expression penser, (je crois que ce ne sera qu’une dispute de mots), vous l’avez mis comme second échelon des opérations de l’esprit. Je trouve sur un tableau de Massieu, imprimé par ordre de la Convention, une série des opérations du corps, qui me paraît devoir être la marche essentielle des opérations de l’esprit : deux fois voir c’est regarder, deux fois regarder c’est fixer, deux fois fixer c’est considérer, deux fois considérer c’est pénétrer, deux fois pénétrer c’est examiner, et enfin deux fois examiner c’est comparer ; d’où suit naturellement le jugement.

73Si c’est là la marche de l’homme physique, si l’homme tenant un corps quelconque commence par le voir, ensuite le regarder, ensuite le fixer, le considérer, et enfin l’examiner, il me semble que ce sont autant d’opérations intermédiaires qui paraissent repousser de la seconde place, ou du second échelon, le mot penser ; car la même analogie me paraît aussi devoir se trouver dans les facultés intellectuelles.

  • 5 Sicard croit avoir affaire avec la question de Périer à une variante de celle de Vanmeenen. Et san (...)

74Le Professeur. Citoyen, je croyais avoir prévenu ces doutes-là5 quand j’ai dit que le mot penser était ce qu’on appelle l’opération la plus éminente de l’homme, qu’il enveloppait à peu près toutes les autres opérations ; que, par conséquent, quand on parlait de ce mot penser, on pouvait le considérer ou comme étant la seconde opération de l’esprit, ou, par convention, comme renfermant toutes les opérations de l’esprit. Je vous ai dit aussi (et, à ce propos, je dois vous rappeler la comparaison que j’ai faite) que le mot épos signifie récit, qu’on pourrait, absolument parlant, appeler poème épique la simple fable ; mais on a réservé le mot, du genre, à l’espèce la plus noble du genre. Ainsi, comme la pensée ou l’action de penser est la fonction la plus noble de l’entendement humain, on a pu convenir qu’on se servirait de ce mot-là pour exprimer la collection entière de toutes les opérations de l’entendement humain. Quand on veut ensuite analyser, on rapporte ce mot à sa véritable espèce, on le considère tantôt comme espèce et tantôt comme genre, tantôt comme expression individuelle ; alors c’est une simple vue de l’esprit. Je m’arrête à cette simple vue, « Je pense » ; c’est alors le premier échelon de l’entendement : ensuite lorsque je médite sur un objet, lorsque je réfléchis sur un sujet, lorsque je compare, je pense encore.

75La collection entière de ces diverses opérations forme l’entendement ; c’est le mot dont mon collègue Garat a fait choix, quand il a voulu donner un nom à l’objet important de son cours, aux Écoles normales. Un autre aurait pu l’appeler Cours de métaphysique ; un autre aurait pu dire : La Science de l’esprit, Essai sur les opérations de l’âme, Essai sur l’âme, Essai sur l’entendement humain. Il y avait tant de titres à donner à une pareille matière qu’il ne pouvait y avoir que l’embarras du choix.

76Il me suffit de vous dire et de vous rappeler, citoyens, que comme toutes les opérations de l’œil physique ne sont que la première plus ou moins prononcée, que comme le pénétrer n’est que le voir porté au plus haut degré, toutes les opérations de l’esprit, comme la réflexion et la méditation, ne sont également que la simple idée portée aussi au plus haut degré.

77On me reprochera peut-être des redites continuelles sur cette matière. Mais, citoyens, on doit observer que c’est ici entre nous des entretiens familiers où je dois répondre à tout ce que vous prenez la peine de me demander ; et où je dois supposer que dès que je suis encore interrogé sur quelque objet déjà traité, les explications que j’ai données ne sont pas suffisantes.

78Perier. Citoyen, en vous remerciant de l’explication que vous m’avez donnée, je vous demanderai de m’en donner une autre sur le mot vouloir. Massieu a mis dans le tableau voyant, comme la plus simple des opérations de l’œil du corps ; idéer, comme la plus simple, la première et même involontaire de l’œil intellectuel ; vouloir, comme l’opération la plus simple de l’œil du cœur : cependant vous avez dit en passant que le vouloir supposait de la réflexion, que l’on voulait ce que l’on croyait convenable à son être, et cette supposition m’a frappé singulièrement ; cependant si le vouloir suppose une première opération, celle de croire, il s’ensuit que le vouloir ne sera pas aussi involontaire, aussi simple, dis-je, que l’idéer et que le voir. Je vous prierai de concilier ces deux idées.

79Le Professeur. Le citoyen Périer me demande encore l’explication du mot vouloir, qu’il ne trouve pas aussi simple que les autres définitions déjà données. Il est vrai que j’ai dit, et c’est dans la dernière séance, que dans le vouloir il y avait toujours lumière, c’est-à-dire que le cœur ne voulait pas sans que l’esprit avertît le cœur.

80Il est vrai que le cœur est une sorte de principe d’opérations aveugles, qui a besoin d’être déterminé par les lumières de l’esprit. Le cœur ne veut jamais que ce qu’il croit bon et agréable, il ne peut même vouloir que ce qu’il croit bon. Il faut donc voir ce qui est agréable. Cela est extrêmement rapide, sans doute ; mais il y a toujours lumière, et c’est l’esprit qui montre au cœur ce qui lui convient. Cependant, me dit le citoyen, voilà deux opérations : or deux opérations empêchent la simplicité. Si ces deux opérations appartenaient au même principe, oui, sans doute ; mais dès que vous convenez avec moi que le voir appartient à l’esprit, il faudra alors comparer la volonté du cœur, que je dis et que j’affirme, à un aveugle qui n’en est pas moins un individu tout seul, quoiqu’il soit conduit par un autre. Ainsi il n’en résultera pas moins que le vouloir dont je parle est aussi simple que l’idéer et que le voir ; mais je dirai seulement qu’il suppose la lumière de l’esprit ; ainsi tout se réduit à cela ; il y a concours de deux opérations, mais elles ne se trouvent pas dans le même principe. Voilà, citoyens, ce que j’avais à répondre.

81Un elève. Dans la dernière séance, on a déterminé la prononciation des mots vendémiaire, ventôse, solemnel, indemnité. J’ai considéré que, dans le langage, il fallait éviter les irrégularités. J’ai observé que les mots solemnité, solemnel, qui viennent du mot latin solemnis, solemnitas, ne se prononcent pas solemnel, solemnité, mais solanel, solanité ; je crois qu’il faut également prononcer indamnité avec le son de l’a.

82Le Professeur. Je le pense comme vous, citoyen.

Notes

1 Nouvel exemple de la présence chez Sicard du souci de répondre à ce qu’avait prévu la Convention en instituant une école de formation des maîtres. On assiste peut-être ici à l’un des actes de naissance du tableau noir de l’école de la République.

2 L’ouvrage sera évidemment donné avec le Manuel de l’enfance, puis avec les Éléments.

3 Cf. supra, note 93 à la séance du 12 germinal. A cette évocation de métaphysiciens dérivant tout de la sensation, et distincts au moins en leur langage de ceux qui, comme Condillac, rapportent tout à l’attention, on peut bien penser que le pragmatisme de l’abbé Sicard le laissait indifférent, voire relativement ignorant en la matière.

4 Périer, dont les questions sont en réalité souvent une forme de faire-valoir, relèvera ce point dans son intervention orale. Les lecteurs de Condillac devaient en sentir l’importance, puisque pour ce dernier c’est avec les signes arbitraires que l’esprit exerce librement les opérations de son âme, que les signes naturels laissent nécessaires.

5 Sicard croit avoir affaire avec la question de Périer à une variante de celle de Vanmeenen. Et sans doute n’ignorait-il pas, en se solidarisant une fois de plus avec le titre de cours qu’avait choisi Garat, que certaines oppositions s’étaient fait jour quant à cette réduction au moins apparente de la métaphysique. Il reprend donc sa définition du tout par sa partie distinguée. Mais on peut aussi penser que Périer, surtout s’il est bien le même que le rédacteur de l’explication du tableau III imprimé par la Convention, vise en réalité le tableau II, dont l’explication est de Sicard et complète celle du tableau I, plus proche de celui présenté le 12 germinal. C’est dans l’articulation des deux tableaux qu’il a l’air de voir une difficulté, puisqu’il lui semble que la pensée apparaît en dernier terme du tableau des opérations physiques avec la comparaison menant à juger, et qu’elle arrive trop tôt dans le second s’il doit y avoir analogie des deux échelles. C’est encore une question d’articulation des trois échelles qu’il posera à propos de la volonté. C’est alors que Sicard lui donne la réponse que sans doute il attendait : les tableaux figurent des échelles, ils sont plus fonctionnels que substantiels et la correspondance ne peut jouer que d’échelle à échelle, non de terme à terme.

Notes de fin

* Le Professeur fait allusion ici à la charmante pièce en vers du citoyen Crouzet sur l’e muet, insérée dans le Journal de Paris et dans celui des Écoles normales.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540