Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Dix-septième leçon

21 germinal/10 avril

Texte intégral

  • 1 Cf. séances datées des 7 et 12 germinal.

1Citoyens, dans les leçons precedentes1, je vous ai développé les moyens que j’emploie pour préparer le sourd-muet à la connaissance des idées métaphysiques, et lui faire connaître, par là, la valeur des termes abstraits. Nous allons aujourd’hui nous servir de ces moyens préparatoires ; et d’après cette analogie déjà établie entre les opérations physiques et les opérations intellectuelles, nous arriverons à la connaissance de l’idée, qui est devenue le premier degré de l’échelle de ces dernières opérations.

2La dernière séance nous a donné la série des opérations de l’œil physique, c’est de cette connaissance que nous allons partir ; nous rappellerons à la fin la définition du voir de l’œil, et nous ferons marcher en regard la définition de l’idée.

3Nous avons demandé, à la dernière séance, au sourd-muet ce que c’était que voir ; il nous a répondu que voir était « recevoir les rayons de lumière envoyés par un corps lumineux sur des objets, et réfléchis par ces mêmes objets sur l’organe de la vue ». Nous lui demanderons aujourd’hui ce que c’est qu’idéer. Mais avant de demander la définition de ce mot, il faut nous assurer que l’action dont il est le signe est connue de lui, et pour cela, il va essayer d’amener lui-même à cette connaissance ces deux élèves sourds-muets, Peyre et Thouron ; car si nous partions de cette définition avant de l’avoir fait précéder par l’analyse dont cette définition doit être le résultat, nous tomberions dans l’inconvénient qu’il faut éviter avec tant de soin dans l’instruction, nous présenterions des définitions toutes faites, dont les éléments n’ont été ni trouvés, ni même cherchés par la raison.

4Pour éviter des tâtonnements et des longueurs dans cette leçon pratique, pour laquelle nous n’avons qu’un très court intervalle, j’en avais préparé moi-même la marche analytique, et je l’avais donnée à mon élève pour exercer ceux auxquels je voulais qu’il la donnât devant vous ; mais cette marche ne lui a pas paru assez analytique, et il l’a refaite tout seul, par l’habitude qu’il a contractée, en instruisant ses camarades, et en leur communiquant ce que je lui montre, de leur faire faire les pas les plus petits possibles ; il va faire cette leçon devant vous, et vous exposer par quels procédés on arrive à ces résultats-ci : « Idéer c’est voir intérieurement un objet », « Idée est l’image de cet objet dans l’esprit. »

5Voilà, citoyens, que sans en avoir eu l’intention, nous nous trouvons jetés dans toutes les profondeurs de la science de l’entendement humain ; la question que me fit un de vous sur les idées abstraites nous y a amenés. Voici, à peu près, le plan que nous suivrons dans nos leçons pour l’instruction des sourds-muets de naissance. C’est la marche de la nature. Je vous ai dit, dans la dernière séance, que l’idée se trouvait dans toutes les opérations de l’entendement humain ; que même chacune de ses opérations était l’idée, diversement modifiée : vous comprenez par là combien il est important d’appuyer beaucoup sur la connaissance de ce premier degré, pour parcourir ensuite avec sûreté tous les autres. Une fois que nous aurons parfaitement compris ce que c’est que l’idée, le mot pensée, le mot méditation, le mot réflexion, le mot comparaison, le mot jugement, le mot raisonnement, le mot entendement humain seront aussi parfaitement connus qu’il est possible.

6Au reste, je n’espère pas que cette séance nous suffise pour aller jusque-là, nous serons même trop heureux si nous pouvons arriver jusqu’au mot idéer ; mais aussi, si nous sommes assez heureux pour parvenir à la connaissance de ce mot-là, nous aurons appris à réduire en pratique la théorie de l’enseignement ; car vous verrez comment l’élève devenu maître, laissé à lui-même, sait, par des interrogations successives et bien amenées les unes par les autres, parvenir à des résultats certains, sans qu’on lui en suggère aucun. Voilà le premier pas et le premier degré d’utilité de cette leçon. Le second degré sera de nous donner d’avance de quoi marcher en sûreté dans l’analyse de toutes les opérations de l’entendement humain.

7Mon élève va donner cette première leçon, qui doit faire arriver le moins avancé à ce résultat : « Qu’est ce qu’idéer ? »

8Voici la première question faite à l’élève : « Vois-tu moi ? » L’élève a répondu : « Oui, je vois toi. » Cette tournure vous paraît peut-être un peu singulière, mais c’est une des premières formes ; la seconde demande est : « Avec quoi vois-tu moi ? » L’élève répond : « Je vois toi avec mes yeux. »

9Il ne peut y avoir aucune équivoque sur ces réponses, l’élève a nécessairement entendu ce qu’il a répondu.

10Tout à l’heure, je vous ferai lire ces demandes et ces réponses par le sourd-muet qui parle, et vous aurez vu à la fois deux phénomènes, un sourd-muet qui aura écrit des demandes et des réponses, et un sourd-muet qui vous les aura fait entendre.

11(Ici Peyre lit, à haute et intelligible voix, les demandes et les réponses écrites et faites par Massieu et par Thouron.)

12— Vois-tu moi ?

13— Oui je vois toi.

14— Avec quoi vois-tu moi ?

15— Je vois toi avec mes yeux.

16— Que vois-tu avec tes yeux dans moi ?

17— Je vois un corps avec mes yeux dans toi.

18— Quel corps vois-tu avec tes yeux dans moi ?

19— Je vois corps vivant avec mes yeux dans toi.

20— Quel corps vivant vois-tu avec les yeux dans moi ?

21— Je vois un corps vivant, long, large, profond et respirant.

  • 2 Sur l’histoire de l’instruction des sourds-muets et l’éducation à la parole artificielle, voir Gér (...)

22Citoyens, il y a dans le monde plus d’un sourd-muet instruit à la manière de mon élève, mais je vous annonce que c’est le seul sourd-muet dans le monde qui parle aussi bien que lui2.

  • 3 C’est bien sûr avec Wallis, Surdus loquens, 1662, et Amann, Dissertatio de Loquela, de surdis et m (...)

23Dans un établissement formé en pays étranger, on a essayé de faire parler des sourds-muets ; on est parvenu à obtenir quelques légers, quelques faibles résultats ; mais quand j’ai montré cet élève aux Anglais3, à ceux qui ont eu occasion de voir l’autre établissement, quand ils l’ont entendu parler, ils ont tous dit qu’il y avait aussi loin de cet élève aux autres qu’on avait fait parler devant eux, qu’il y a loin de l’homme ordinaire qui parle à des sourds-muets qui essaient de former quelques sons articués.

24Vous devez donc être bien aises d’avoir vu un phénomène unique dans son espèce ; vous avez tous bien entendu ce qui vient d’être prononcé, et par conséquent vous pouvez dire : « J’ai vu un sourd-muet écrire plusieurs questions et plusieurs réponses, et j’ai entendu un autre sourd-muet lire ces questions et ces réponses. »

25C’est un sourd-muet qui parle à force d’art, un sourd-muet qui ne s’entend pas parler, et qui n’entend pas un seul son de tous ceux qu’il rend.

26Vous me trouverez peut-être un peu long sur ces détails, mais je crois qu’ils ne peuvent pas vous être indifférents ; il faut que sur cet objet-ci, personne ne puisse vous faire objection à laquelle vous ne puissiez répondre.

27On m’objectera peut-être qu’il n’est pas muet de naissance ; c’est un fait attesté par son père, secrétaire du district de Nîmes, qui a deux autres malheureux enfants sourds-muets comme lui ; c’est lui qui m’a écrit qu’il était sourd-muet de naissance ; je ne le sais que par son père.

  • 4 Jacob Rodriguez Péreire (1714-1780). Cf. supra, notes 106 et 107. La méthode de Péreire et sa pers (...)

28Il y a eu le citoyen Péreyre, juif, qui a fait parler aussi quelques sourds-muets4 ; je n’ai vu aucun de ses élèves et je n’ai pu juger par moi-même de leurs progrès ; mais ceux qui les ont vus m’ont attesté que celui-ci était beaucoup au-dessus.

29Un autre citoyen a essayé de même de faire parler des sourds-muets : un de ses élèves, qu’on m’avait confié à Bordeaux, après avoir passé deux ans chez lui, n’était parvenu qu’à dire : « Bonjour ; comment vous portez-vous ? » Encore le disait-il très mal.Barthe. Je désirerais savoir si votre élève n’entend pas par la bouche. Il y a des anatomistes qui ont découvert une communication depuis la bouche jusqu’au tympan de l’oreille, par un conduit qu’on appelle trompe d’Eustache ; on a observé que des personnes qui n’entendent pas par les oreilles entendent par la bouche. Je voudrais vous demander si vous êtes assuré que l’élève qui vient de parler n’entend pas par la bouche.

30Sicard : Il n’y a rien de si réel que cette communication de l’organe vocal avec l’organe aurai ; mais je peux assurer que ce n’est pas par ce moyen que cet élève a appris à parler. Son père, qui lui en a donné les premières leçons, m’a communiqué par écrit tout ce qu’il a fait pour cela : je vous ferai part de sa lettre, à la prochaine séance ; vous verrez qu’il n’a pas essayé d’être entendu par son fils par le moyen qu’indique le citoyen ; vous verrez que les résultats qu’il a obtenus doivent faire disparaître tous les doutes ; il a pris pour point de départ les premières articulations de l’enfance, telles que papa et maman.

31Un élève. Jusqu’ici j’avais considéré un muet comme ne parlant pas ; mais à présent je ne sais plus quelle idée m’en faire.

32Sicard. Le citoyen me demande à présent quelle idée nous devons nous faire d’un sourd-muet.

33« Mais un muet est celui qui ne sait pas se servir l’organe vocal pour peindre par des articulations les objets dont il veut s’entretenir. »

34Un élève. Je vous demanderai pourquoi Massieu, qui est plus intelligent que les autres, ne parle pas ; cela ferait croire que celui auquel vous avez appris à parler n’est pas tellement si muet qu’il ne puisse parler.

35Sicard. Prenez garde, citoyen, que je n’ai point dit qu’un muet ne peut pas parler, mais ne sait pas parler. Il est possible que Massieu apprît à parler, si j’avais le temps de le lui apprendre ; mais cela exige un si long, un si pénible travail, et les muets en font si peu de cas, et s’en servent si rarement, que j’ai cru qu’il valait mieux perfectionner leur intelligence par le moyen des signes méthodiques que l’organe de la voix, par un exercice dont les succès sont pour eux si bornés.

36Laperruque. Est-il nécessaire que votre élève ait de l’écriture sous les yeux, pour parler ?

37Sicard. Quand il a sous les yeux de l’écriture, ou qu’on lui parle par signes, il parle avec un peu plus de facilité.

38Un élève. Je voudrais vous citer une observation ; il y a un sourd-muet qui est présentement commis au département de l’Indre ; ce sourd-muet de naissance est tellement muet qu’il n’a pu prononcer encore un seul mot. Il serait possible que cette désorganisation-là, dans l’organe de la voix, existât à tel point dans plusieurs de vos élèves, qu’il fût absolument impossible de les faire parler.

39Sicard. J’ai essayé sur beaucoup de mes élèves ; j’en ai trouvé fort peu, presque point, dont l’organe de la voix se trouvât tellement vicié qu’ils ne pussent apprendre à parler ; et quelque jour je rendrai publics les moyens qu’on pourrait employer, et que le succès a couronnés.

40Un Élève. Vous avez dit que le sourd-muet était celui qui ne pouvait exprimer ses besoins par l’organe de la parole, cependant le vôtre peut les exprimer.

41Sicard. Oui, citoyen, le muet est celui qui ne sait pas exprimer ses idées par l’organe de la voix ; mais c’est le muet à qui on n’a pu apprendre le mécanisme de la parole. Ainsi, cette proposition est vraie en général, et les exceptions heureuses qu’elle admet n’en doivent pas, je crois, faire changer les termes. Je dois faire observer que le sourd-muet qui parle ne s’entend point du tout ; il est semblable à celui qui jouerait d’un instrument les oreilles bouchées. Nous allons reprendre nos questions et nos réponses. Voici ce qu’a écrit l’élève.

42— Tu vois mon portrait, tu le regardes. Vois-tu moi ?

43— Oui, je vois toi.

44— Touches-tu moi ?

45— Non, je ne touche pas toi.

46— Vois-tu mon corps ?

47— Oui, je le vois.

48— Touches-tu mon corps ?

49— Non, je ne touche pas ton corps.

50— Quel corps de moi vois-tu ?

51— Je vois le corps de toi, vivant, non ; long, oui ; large, oui ; profond, non ; respirant, non ; peint, oui.

52— Avec quoi est peint le corps de moi ?

53— Le corps de toi est peint avec couleurs.

54— Sur quoi est peint le corps de toi ?

55— Le corps de toi est peint sur toile.

Notes

1 Cf. séances datées des 7 et 12 germinal.

2 Sur l’histoire de l’instruction des sourds-muets et l’éducation à la parole artificielle, voir Gérando (De l’éducation..., op. cit., t.1, IIe partie, p. 296-587 ; t. II, p. 1-330). Bonet, Wallis, Amann, Heinicke et bien sûr Péreire et l’abbé Deschamps sont présentés aux chapitres i-v. Les travaux récents (en 1827) sont présentés à partir du chapitre x. L’histoire de cette question occupe une place importante dans la réflexion de J.-P. Seris, Langages et machines..., op. cit., p. 258 sq. Il renvoie au livre de H. Lane, Quand l’esprit entend. Histoire des sourds-muets, Paris, Odile Jacob, 1991. Cf. aussi É. Schwartz, Les Idéologues..., op. cit.

3 C’est bien sûr avec Wallis, Surdus loquens, 1662, et Amann, Dissertatio de Loquela, de surdis et mutis, traduit en français et publié en 1779 à la suite du cours de l’abbé Deschamps, que Gérando commence l’histoire de l’art, en indiquant ses « origines » chez les Espagnols.
Sicard, surtout soucieux de se situer dans l’héritage de l’Épée, évoque ici les rivalités qui ont été décrites par ce dernier, tant avec Deschamps qu’avec Péreire. Cf. La Véritable Manière..., op. cit., avertissement de l’auteur et IIIe partie, textes et avertissement, ainsi que supra, note 75 à la séance datée du 22 ventôse.

4 Jacob Rodriguez Péreire (1714-1780). Cf. supra, notes 106 et 107. La méthode de Péreire et sa personne sont évoquées dans l’avertissement de l’Épée de la réédition du Corpus (p. 11-12).

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540