Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Quinzième leçon

12 germinal/1er avril

Texte intégral

1Citoyens, dans la précédente séance, je vous ai exposé le tableau qui m’a servi à introduire le sourd-muet à la connaissance des idées métaphysiques ; mais ce tableau, vous n’avez fait que le voir en passant. J’ai amené trois sourds-muets, et si aujourd’hui nous avons le temps, un d’eux enseignera à l’autre à connaître et à définir les mots écrits sur ce tableau.

2Il fallait d’abord trouver un moyen de comparaison entre les idées plus connues et les idées moins connues ; j’ai commencé par apprendre au sourd-muet à connaître et à distinguer les principes de toutes les opérations qui émanent de lui ; j’ai tâché de trouver ces principes, et de faire remarquer de l’analogie dans leurs opérations.

3J’ai fait voir qu’il ne pouvait y en avoir que de trois sortes, de physiques, d’intellectuelles, et de morales ; qu’elles fournissaient, toutes les trois, trois séries d’opérations ; que chaque série n’était que le même élément plus ou moins prononcé ; qu’ainsi toutes les opérations de l’intelligence n’étaient que l’idée, toutes les opérations morales la volonté, toutes les opérations de l’œil physique ou organique le voir.

4J’ai reçu, à ce propos, une lettre d’un de vous, sur le mot penser ; j’en ajourne la réponse à la séance qui est principalement consacrée à la conférence sur ces objets.

5J’ai fait choix des mots qui me paraissent les plus abstraits ; j’en ai apporté la note ; je vais en faire la lecture.

6Idées qui appartiennent à l’œil physique.

7Voir,

8Regarder,

9Fixer,

10Considérer,

11Pénétrer.

12Idées qui appartiennent à l’œil intellectuel.

13Idéer,

14Penser,

15Méditer,

16Réfléchir,

17Approfondir.

18Viennent ensuite celles qui appartiennent à celles-là.

19Comparer, juger, douter, croire, être incertain, hésiter, être indéterminé, étudier, comprendre, concevoir, apprendre, savoir, se souvenir, oublier, pénétrer, découvrir.

  • 1 Cf. séance du 2 germinal, et supra, note 88. On aurait tort de lui imputer un rejet du Traité des (...)

20Tous ces mots-là, citoyens, doivent dériver et descendre, sans interruption, du mot idéer ; si cela n’était pas, il me serait impossible de jamais les faire entendre au sourd-muet. L’abbé de Condillac1 fait tout descendre comme moi de l’idée ; mais qu’aussitôt qu’il a fait entendre le mot idée, il passe au mot attention, qui, selon lui, est l’idée plus ou moins prononcée, et à son tour l’attention, plus ou moins prononcée, produit toutes les opérations de l’esprit.

21Il ne peut y avoir deux opinions, deux manières de voir sur cet objet ; il ne peut tout au plus y avoir que des mots différents : ainsi l’un dira que la source de toutes les opérations intellectuelles, c’est la sensation, l’autre dira que c’est l’idée, l’autre que c’est l’attention ; et tous les trois diront la même chose. J’ai choisi l’idée, parce que cela m’était plus commode, parce que le mot idéer est correspondant au mot voir, parce que j’avais besoin de partir, avec le sourd-muet, d’un point parfaitement intelligible, et parfaitement bien convenu entre lui et moi.

22Il s’agit maintenant de replacer le tableau, de remettre les éléments, et de déterminer tous ces mots-là.

23Je vous ai parlé des opérations de l’œil organique et de l’intelligence, et je ne vous ai rien dit des opérations de la volonté, et cependant la volonté a aussi sa série. La voici :

24Vouloir,

25Désirer,

26Affectionner,

27Aimer,

28Se passionner.

29Il y a ensuite, appartenant à cette même famille, haïr, détester, abhorrer; il y a aussi craindre, avoir peur, avoir appréhension, avoir frayeur, être épouvanté, avoir de la terreur, tout cela appartient à la volonté.

30L’élève va commencer par les opérations organiques, et vous voyez que cet enfant écrit d’après la dictée de Massieu, son répétiteur.

31Avant d’aller plus loin, vous observerez d’abord voir tout simple, c’est la première opération de l’œil ; la seconde est regarder. Quand nous ouvrons les yeux, nous voyons sans pouvoir nous en empêcher les objets qui frappent nos yeux. Pour regarder, il faut porter les yeux, déterminer les yeux, et les fixer, les arrêter sur un objet : il faut enfin de l’intention pour regarder. Voici comment je l’expliquerai, en faisant écrire deux fois voir.

  • * L’explication de cette contradiction apparente dans ces deux termes a été donnée ailleurs.

32Le premier voir est le voir, en quelque sorte, involontaire* le second est le commencement de l’attention ; le troisième est fixer, et réellement quand on a regardé, on peut ne plus voir : mais aussitôt que l’on fixe les yeux, que l’on tourne les yeux sur un objet, les trois voir doivent donner pour résultat fixer ; le quatrième donne considérer, ce mot signifie porter les yeux sur tous les côtés d’un objet ; et si on fait plus que cela, si on regarde encore dans l’objet, alors on pénètre ; ce mot est composé des mots latins, penes intrare ; et le résultat de tout cela c’est l’examen : pour examiner une chose, il faut la pénétrer ; pour la pénétrer, il faut la considérer ; pour la considérer, il faut la regarder ; pour la regarder, il faut la voir.

33Maintenant nous sommes sûrs de cette échelle ; nous sommes sûrs que le mot examiner doit résulter de tous ces mots, et être par conséquent bien entendu. L’élève voit bien que l’idée d’examiner se compose de celles qui précèdent. Toutes les opérations de l’œil ont voir pour élément, toutes les opérations intellectuelles ont idéer ; je n’ai besoin que de bien faire connaître ces deux mots, et les deux familles sont connues ; je vais donc demander à mon élève : « Qu’est-ce que voir ? », ou plutôt : « Que fait-on quand on voit ? » Nous verrons ce qu’il nous répondra.

34— Que fait-on quand on voit ?

35— L’on ouvre les yeux ; on reçoit sur ses yeux les rayons de lumière réfléchis par des objets, et les rayons ainsi réfléchis font connaître ces objets.

36Il est possible, citoyens, que l’exactitude de cette réponse vous fasse soupçonner qu’elle a été préparée, que ce soit ma réponse, et que mon élève ne soit que mon instrument ; il est possible qu’il n’entende pas les mots qui composent cette réponse ; et un enfant ne peut répondre ainsi qu’autant qu’il entend ces mots-là ; car si les mots : lumière, rayon, réfléchir, objet l’arrêtent, ce n’est plus un être raisonnable, c’est un perroquet qui ne fait que répéter des sons qu’il n’entend pas, par des signes convenus. Il faut nous assurer qu’il connaît tous ces mots-là.

37Nous allons donc lui demander ce que c’est que la lumière, et nous lui ferons faire les signes de tous les mots de sa réponse pour nous assurer qu’il les entend tous.

38— Qu’est-ce que c’est que la lumière ?

39— La lumière est un corps très délié, qui donne la couleur à tous les objets, et les rend visibles.

40À présent assurons-nous qu’il sait traduire ces mots-là dans sa langue ; ayez la bonté de voir les signes.

41(Ici l’élève a fait les signes correspondants aux mots.)

42— Qu’est-ce que rayon ?

43— C’est une suite non interrompue de points, comme une ligne, qui partent du Soleil, et qui se répandent autour de lui sur les objets environnants.

44On me fait observer qu’il n’a pas caractérisé ces points ; mais dès qu’il a dit qu’ils partent du Soleil, cela suffit.

45Nous avons dit que le mot réfléchir pourrait l’embarrasser ; nous allons lui demander ce que c’est que ce mot, et le lui dicter par un signe.

46— Qu’est-ce que c’est que réfléchir ?

47C’était, comme vous avez vu, les seuls mots que nous avons jugé pouvoir être embarrassants dans sa réponse. Voici ce qu’il répond :

48— Réfléchir au sens propre, c’est ployer ou plier une chose droite et en rapprocher les deux bouts aux extrémités. Au figuré, c’est arrêter son esprit longtemps sur un objet, et le comparer avec plusieurs autres.

49Vous voyez qu’il entend ces trois mots.

50Passons à la série des choses intellectuelles ; s’il entend ce que c’est qu’idéer, il doit tout entendre : après cette réponse, nous finirons cette séance, et nous renverrons à la prochaine la série des autres mots.

51— Qu’est-ce que idéer ?

52Voici sa réponse.

53— Idéer, c’est voir intérieurement, ou avec les yeux de son esprit, un objet qu’on avait déjà vu avec les yeux de son corps.

54Vous observerez que c’est ici le point de départ de l’homme de la nature, qui sort du monde physique pour passer au monde intellectuel ; il ne sera peut-être pas hors de propos de faire observer que, pour la définition de toutes les opérations de l’esprit, comme pour la définition de celles du cœur, il faut, pour être entendu par les autres, et pour s’entendre soi-même, se servir de mots consacrés à exprimer les opérations physiques, qui ont quelque analogie avec les opérations intellectuelles.

  • 2 Question brûlante qui sera tranchée tout aussi fermement par Sicard lors du débat du 19 germinal, (...)

55Sa réponse détruit le système des idées innées2.

56Il est certain que qui dit idéer dit image ; qui dit image suppose un original dont cette idée est la copie : or cet original doit donc avoir frappé les yeux du corps pour être aperçu par les yeux de l’esprit, et pour être ensuite conservé dans l’entendement.

57A la prochaine séance, nous achèverons l’explication de ce tableau.

Notes

1 Cf. séance du 2 germinal, et supra, note 88. On aurait tort de lui imputer un rejet du Traité des sensations en se donnant l’idée plutôt que la sensation (cf. paragraphe suivant et la fin de la leçon, ainsi que la note 94).

2 Question brûlante qui sera tranchée tout aussi fermement par Sicard lors du débat du 19 germinal, mais qui, formulée sur le terrain de la pédagogie, ne lui attirera pas la même hostilité que celle rencontrée par Garat et les Idéologues. Pourtant cette pratique supposait bien, comme le dit souvent Sicard, que le muet a des idées puisqu’il a des signes (cf. supra, note 77).

Notes de fin

* L’explication de cette contradiction apparente dans ces deux termes a été donnée ailleurs.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540