Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Huitième débat

9 germinal/29 mars

Texte intégral

1Le temps destiné à notre conférence sera divisé, à l’ordinaire, en deux parties. La première sera employée à répondre à quelques questions qui m’ont été faites, et à des doutes qui m’ont été proposés dans les différentes lettres que j’ai reçues ; la seconde partie sera consacrée à entendre ceux qui sont inscrits pour la parole. Ceux qui verront que je ne dis rien aujourd’hui de leurs lettres ne doivent pas penser que je ne veux point y avoir égard. Leur tour viendra, et je ne manquerai point de leur donner satisfaction aux conférences qui suivront celle-ci. Je suis forcé, à raison du peu de temps donné à chaque professeur, de me borner, chaque fois, à l’examen d’un très petit nombre de lettres, pour que le temps de la conférence ne se passe pas sans discussion, et que le sage arrêté des représentants du peuple soit observé.

2Je commencerai par l’examen des judicieuses observations du citoyen Rivière, qui m’a prouvé depuis combien il méritait d’égards, quand il me demanda la parole. La première observation du citoyen Rivière a pour objet la forme que nos conférences ont prise. Il improuve le parti que les élèves ont adopté de me communiquer leurs réflexions par écrit. Il croit qu’on pourrait soupçonner les professeurs de ne les y avoir invités que pour avoir le temps de mieux réfléchir aux réponses, et de n’avoir pas à les improviser. Le citoyen Rivière porte même la franchise jusqu’à dire que cette forme semble adaptée à l’amour-propre qui craint d’être trouvé en défaut par l’improvisation. Je réponds que quand cela serait, je n’y trouverais aucun mal.

3Les élèves ont tous assez de respect pour l’École normale pour n’y proposer que des observations réfléchies, pour n’y parler qu’après avoir préparé ce qu’ils doivent y dire ; pourquoi les professeurs n’auraient-ils pas les mêmes égards, et ne jouiraient-ils pas des mêmes droits ? Cette école n’est pas une arène scolastique, où les élèves ont apporté l’ancien esprit qui a si souvent jeté sur les sciences véritables la défaveur qui ne devait retomber que sur ceux qui les gâtaient par un jargon de controverse dont tout l’art consistait à embarrasser les professeurs. Nous sommes une société de frères qui, animés du même désir de perfectionner l’enseignement, ne connaissons ici d’autre supériorité que celle des connaissances. Passionnés pour la vérité, ce n’est pas à l’avoir devinée que nous mettons notre gloire, mais à nous assurer que nous ne prenons pas son fantôme pour elle. Ce n’est pas du plus ou du moins de temps à la chercher qu’il s’agit ici ; c’est du seul avantage de l’avoir trouvée. Ainsi, en adoptant le moyen le plus sûr pour l’obtenir, il y aurait encore quelque mérite d’avoir préféré ce moyen à tout autre.

4D’ailleurs, citoyens, la voie de la communication écrite donne à ceux qui ont quelque difficulté à s’énoncer publiquement le moyen d’éclaircir leurs doutes. Tous peuvent franchement les proposer : le temps de la conférence, qui se perdait souvent en de longs développements, sera gagné pour la solution d’un plus grand nombre de difficultés : et comme on ne peut néanmoins se dissimuler qu’il n’y ait de l’avantage dans les discussions improvisées, nous consacrerons toujours le plus de temps possible à ces sortes de discussions.

5La seconde observation du citoyen Rivière est celle-là même qu’il a proposée ici, et qui méritait un accueil plus favorable que celui qui lui fut fait ; nous le disons volontiers, quoique nous ne soyons pas de son avis. Elle a pour objet l’avantage qui résulterait, selon lui, de l’abandon qu’il faudrait faire de l’étude de la langue latine.

6Le citoyen Rivière n’a pas été content de la réponse que je lui fis ; je viens lui en faire aujourd’hui une plus directe.

7J’avoue que même après avoir lu ses observations avec la plus grande attention et avec un grand désir de les trouver justes, je suis encore resté convaincu que, quand j’ai dit, dans mon programme, que la connaissance des langues, au moins pour la latine, était indispensable pour compléter un cours d’éducation, j’ai énoncé une proposition qui n’est pas fausse, comme le pense le citoyen Rivière. Il paraît, par l’organisation des Écoles centrales, que j’avais, en quelque sorte, pressenti l’opinion de la Convention, puisqu’elle a arrêté qu’il y aurait dans chaque école centrale une classe destinée à l’enseignement des langues anciennes, et spécialement de la langue latine. Je pourrais donc, ce semble, terminer ici ma réponse ; mais à l’École normale ce n’est pas seulement à l’autorité qu’il faut céder ; il y a une force plus grande, et que je regarde comme irrésistible, à laquelle seule j’ai eu recours pour des opinions plus importantes, c’est l’autorité de la raison. Voici sur quoi j’appuie mon opinion :

  1. C’est dans les langues anciennes, telles que la grecque et la latine, qu’on trouve les chefs-d’œuvre de tous les genres de littérature qui forment la propriété de toutes les nations. Les traductions qu’on en a données, même les meilleures, ne sont que comme autant de miroirs infidèles, qui ne réfléchissent qu’une partie des beautés que renferment ces chefs-d’œuvre avec lesquels nous a familiarisés la connaissance des langues anciennes. Les livres écrits en ces langues seraient donc des livres fermés pour nos enfants ! Avons-nous le droit de les priver de ces jouissances, et d’anéantir, en quelque sorte, des ouvrages par la méditation desquels nos meilleurs écrivains sont devenus des modèles pour nous, et dont l’étude peut nous rendre, à notre tour, des modèles pour nos neveux ? Nous est-il permis de laisser éteindre ce feu sacré du génie et des talents allumé par les Grecs, entretenu avec tant de succès par les Romains, et conservé avec tant de soin par nos ancêtres ?
  2. La langue latine surtout est pour nous une langue mère ; c’est là que se trouvent la plupart des racines des mots français ; et leur vrai sens est, comme l’on sait, dans cette réunion de plusieurs mots latins qui entrent dans la formation de ceux-là.
  3. Tout le monde convient, en outre, que c’est par la comparaison de deux choses qu’on apprend à bien connaître l’une des deux. Ainsi on ne peut douter que par l’étude de la langue latine, la langue française ne s’apprenne bien plus facilement que quand on étudie celle-ci sans la comparer avec celle-là. La nécessité de connaître le véritable rôle de chaque élément du langage, et le vrai sens de chaque mot, fait recourir à la langue maternelle qui s’est formée par l’application des signes aux choses.

8Je dirai plus : c’est que l’universalité de la langue latine, la fixation de ses principes l’ayant rendue, en quelque sorte, la langue de toutes les nations, il arriverait que quand la littérature ancienne continuerait d’être en honneur chez tous les peuples, et qu’elle serait, pour leurs écrivains, une sorte de régulateur du goût, cette littérature deviendrait barbare pour les Français. Il faut le dire ici avec franchise ; le peuple le plus avancé dans les arts et dans les connaissances de tous les genres est, sans contredit, celui qui a le mieux profité de la littérature des anciens.

9Que cette langue ne soit étudiée que par ceux qui se trouvent en état de compléter un cours d’éducation, à la bonne heure ; mais que nous renoncions à l’étude des langues anciennes, c’est à quoi je ne me sens pas la force de souscrire ; et j’ai vu avec la plus grande satisfaction que la Convention nationale, dans son décret d’organisation des écoles centrales, nous a assuré à jamais cette précieuse possession.

  • 1 On voit dans ce débat que l’argument purement littéraire n’est qu’une des raisons de l’abbé, et qu (...)

10J’ajouterai une raison d’utilité qui mériterait seule quelque considération ; c’est que lorsque les Français voyagent dans l’Allemagne, par exemple, ou dans les autres pays dont ils ne savent pas la langue, la langue latine, qui y est extrêmement répandue, procure aux Français qui seraient sans ressource, le moyen de demander les choses les plus usuelles et les plus nécessaires : ils se trouvent dans leur propre patrie, quand ils savent le latin1.

11Barte. Le citoyen Rivière trouvera encore une solution dans le discours qui précède le dictionnaire encyclopédique composé par d’Alembert : il y trouvera une raison puissante qui démontre la nécessité de connaître une langue morte ; et comme la langue morte la plus usitée jusqu’à présent c’est la latine, de là résulte cette nécessité de nous appliquer à la connaissance de cette langue. D’Alembert s’appuie sur la nécessité d’avoir un moyen commun pour pouvoir nous communiquer mutuellement nos connaissances. Toute langue vivante est susceptible de trop de variations pour pouvoir établir cette communication ; au lieu que la langue latine restant toujours la même, la communication des connaissances sera très aisée : ce développement est très étendu dans ce discours, et le citoyen qui a fait l’observation contre la langue latine pourra y trouver de quoi ajouter encore une nouvelle force aux raisons du Professeur.

12Vinson. Citoyens, je vais dire un mot pour venir à l’appui de ce que vient de vous dire le citoyen Professeur.

13J’étais, il y a six mois, en Allemagne, prisonnier de guerre, au compte de l’Angleterre : la langue latine, je peux le dire, est cause que je me vois aujourd’hui dans cette école, qui fera époque dans les fastes de la République ; la langue latine, que j’ai employée parce que je ne connais pas la langue allemande, m’a fait faire connaissance avec des Allemands, des hommes sensibles, amis de l’humanité, de la justice et de la liberté. Dans l’instant où le général Jourdan s’est avancé impétueusement jusqu’à Cologne, et a repoussé les ennemis de notre liberté jusqu’au-delà du Rhin, un citoyen avec lequel je m’entretenais en latin, m’a délivré des mains des Anglais, et m’a rendu à la liberté. Si je n’avais pas su cette langue, je serais encore au pouvoir de l’ennemi.

14Voilà ce que j’avais à dire, pour venir à l’appui de ce qui a été dit en faveur de cette langue.

15Sicard. On peut donc regarder le citoyen comme une conquête de la langue latine sur l’Allemagne.

16Gonnet. Pour compléter votre réponse à l’objection qui vous a été faite, on peut dire : ce que la rivière a enlevé par alluvion, elle est obligée de le rendre.

17Sicard. Il paraît que les langues anciennes ont gagné leur procès, et que la grande majorité est pour elles ; ainsi n’en parlons plus.

18Le citoyen Lemaître aurait désiré qu’en traitant du nom, j’en eusse donné la définition : il dit qu’il est étonné de voir toute une leçon employée à parler d’un élément de la parole, et qu’après avoir entendu toute cette leçon, on ne sait pas encore la définition de ce qui a été l’objet de la leçon.

19Je dois vous rappeler, citoyens, ce que je vous ai déjà dit, que les anciennes définitions ne me paraissaient pas toutes très exactes. J’ai dit qu’il fallait trouver d’abord la science, et qu’après l’avoir trouvée, les résultats de nos recherches seraient précisément les définitions que nous cherchions.

20Le citoyen Chavassieu me fait quelques observations que je renvoie à la prochaine conférence.

21Le citoyen Fontaine demande plusieurs éclaircissements sur des contradictions qu’il a cru remarquer aussi dans ma leçon ; je les remets à la première conférence. Le citoyen Deville a proposé quelques doutes.

22Il fait des observations sur la lettre n et la lettre t, qui terminent les troisièmes personnes plurielles du verbe ; et comme vous savez que cela a été fort discuté, je crois que je n’ai rien à dire à cet égard : on finira, je pense, par laisser ces deux lettres comme nous les avons dans notre langue ; non afin de conserver l’étymologie, mais une différence essentielle entre le singulier et le pluriel.

23Le citoyen Poissonnier désirerait que la langue française fût uniforme dans la République française, je crois que sa lettre peut vous intéresser ; je vais vous la lire.

24« Citoyen,

25« Dans le cours de vos leçons vous avez décomposé la période avec un art vraiment divin, et vous en avez fait, pour ainsi dire, l’anatomie, en nous mettant sous les yeux toutes les parties qui la composent ; mais un si grand bienfait rendu à la langue française serait en pure perte, si vous n’aviez soin en même temps d’élaguer les épines qui empêcheraient de germer une semence aussi précieuse : je veux parler des patois, grotesque mélange du langage grossier de différents peuples barbares qui se répandirent dans les Gaules, après le déchirement de l’empire romain, et malheureusement ces patois sont encore de nos jours l’idiome exclusif des deux tiers des habitants de la République. Je voudrais que le Comité d’instruction publique prît des moyens pour rendre la langue française uniforme, et que vous recommandassiez à ceux de mes collègues destinés à faire luire le flambeau de la philosophie dans ces malheureuses contrées de faire leurs efforts pour engager leurs concitoyens à renoncer au langage ridicule de leurs ancêtres. Selon moi, le patois est à notre langue française ce que la rouille est au fer.

26« Les individus qui ne connaissent pas d’autre langage sont bien plus à plaindre que vos sourds-muets, puisque ceux-ci, par l’effet de vos leçons qui tiennent vraiment du merveilleux, n’ont plus rien à envier aux êtres civilisés ; tandis que les autres, vieillis dans le préjugé d’un jargon détestable, me paraissent peu susceptibles de régénération. Je pense donc que c’est la première tâche à laquelle doivent se livrer les élèves, de retour dans leurs foyers ; en vain y reporteraient-ils une riche moisson de vérités, s’ils ne trouvaient personne qui pût les entendre.

27« Je vois encore un autre obstacle à la prospérité de la langue française ; c’est cette multiplicité de verbes et de mots nouveaux que chacun se permet d’y introduire à sa guise ; et qui, loin de l’enrichir, ne font que la déparer et l’obscurcir.

28« Ici je ne suis pas tout à fait de l’avis du citoyen Poissonnier ; je pense, avec Horace, qu’il faut faire en sorte d’enrichir le langage autant que nous pouvons ; d’ailleurs les verbes, et ces mots nouveaux, ne sont introduits que par la nécessité d’énoncer de nouvelles idées. Je crois que nous ne pouvons trouver trop de moyens de multiplier les signes.

29« En effet, continue le citoyen Poissonnier, cette nouvelle fabrique de mots est multipliée à un tel point qu’elle augmenterait de plus d’un tiers le volume de nos dictionnaires. Molière arrêta une pareille exubérance, à quelques choses près, par sa comédie des Précieuses ridicules ; et c’est peut-être à ce charmant badinage que nous devons tous les chefs-d’œuvre d’éloquence qui ont illustré le siècle de Louis XIV. Si un pareil abus n’était réprimé, je craindrais que bientôt les immortels écrits de nos grands hommes ne fussent regardés comme des ouvrages gothiques, sur lesquels la postérité daignerait à peine jeter les yeux, tant ils différeraient du style moderne. »

30« Je pense que quelqu’un qui inventerait des mots nouveaux ne mériterait pas les reproches que se permet l’élève trop sévère ; car on lui répondrait avec juste raison, avec Horace, que j’ai déjà cité :

31Ditare proprium sermonem quis vetat ?

32« Ce serait une moisson nouvelle qui ne ferait pas trouver mauvaises les récoltes déjà faites. « Je voudrais donc encore qu’on assignât à la langue française de justes limites qu’il ne fût plus permis de passer.

33« Salut, estime et fraternité.

34« Poissonnier, élève du département de la Creuse. »

35Godefroy. Je conçois la nécessité de réformer l’orthographe ; cependant je crois qu’il est bon de prévenir, avant tout, les difficultés que cette réforme pourrait entraîner.

36Si l’on réforme l’orthographe, la première chose qu’il faudra faire sera de fixer simplement l’articulation ou le son des consonnes ; cette réforme devra nécessairement s’entendre aux noms propres des citoyens : lorsqu’on voudra faire écrire à un élève son nom, s’il s’appelle Germain, il ne faudra pas le faire écrire par un G : mais, suivant la réforme, par J. Cependant s’il s’accoutume à négliger l’orthographe dans les noms propres des citoyens, tout le monde conviendra qu’il en résultera pour les actes publics de grands inconvénients. Je désirerais savoir, citoyen, si vous avez pensé à cet inconvénient, et si vous avez cherché à y remédier.

37Sicard. J’avoue que je n’avais pas fait cette observation ; je n’ai pas pensé que les noms propres, se trouvant dans la ligne de nos réformes, devraient éprouver des changements, sous peine d’être inconséquents nous-mêmes. Les actes civils des citoyens français éprouveraient aussi des changements qui pourraient être cause de beaucoup de procès, de discussions désagréables. Cette observation me paraît être d’un grand poids. J’aurai de soin de la faire remarquer à ceux qui sont faits pour nous donner des lois à cet égard. Lorsque j’ai proposé des réformes sur l’orthographe, je me suis bien gardé de m’arroger le droit de les faire ; j’ai seulement examiné fraternellement avec vous s’il ne serait pas bien de faire des changements dans l’orthographe française. Chacun a dit son avis de vive voix ou par écrit ; et il est résulté de ce choix d’opinions une lumière qui paraîtra tôt ou tard. Je ferai part au Comité d’instruction publique, législateur dans cette partie, de toutes les observations qui auront été faites, et j’y ajouterai celle-ci qui mérite d’y obtenir une place distinguée.

Notes

1 On voit dans ce débat que l’argument purement littéraire n’est qu’une des raisons de l’abbé, et que s’y ajoutent des considérations grammaticales, mais également pratiques (cf. séance du 19 ventôse et supra, note 72).

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

Offert par