Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Douzième leçon

2 germinal/22 mars

Texte intégral

1Nos seances precedentes ont ete consacrees à vous donner l’idée de nos premiers moyens de communication avec les sourds-muets, et vous avez vu comment ils acquièrent les premières notions grammaticales absolument nécessaires à l’expression de la proposition, réduite au plus petit nombre de ses éléments ; il nous restera à développer, dans la suite, ces premières notions, à y ajouter le tableau de toute la phrase, à vous faire connaître la théorie de l’article, du pronom, de la conjugaison, et de la phrase composée.

  • 1 Ces épreuves ont été indiquées à la séance du 22 ventôse. L’indication ici donnée qu’elles ont tou (...)

2Mais, pour vous rassurer, avant tout, sur la certitude de cette méthode, j’ai cru devoir la soumettre auparavant à des épreuves qui levassent tous les doutes1. Ces épreuves ont été de quatre sortes ; la première a été de dicter à mon élève des phrases dont vous ayez fait choix ; la seconde de vous proposer de faire vous-mêmes des questions sur lesquelles l’élève n’eût pu être préparé ; la troisième de lui faire écrire des actions qui se sont faites devant vous : tout cela a été exécuté, sans que j’y aie eu aucune part. Nous ne pouvons plus douter que, par le moyen de cette sorte d’enseignement, le sourd-muet ne soit rétabli dans tous les droits de la société, et que d’homme de la nature, et sans aucune civilisation, il ne soit devenu homme civilisé, et qu’il n’obtienne enfin de rentrer dans la plénitude de ses droits. Toutefois ne reste-t-il plus de doutes sur le degré de son instruction ? Le sourd-muet peut-il être en état de lire nos livres ? Connaît-il tous les mots abstraits et métaphysiques ? Comment nous satisfaire sur ce point essentiel ? Sera-ce en dictant au sourd-muet des mots de cette espèce et en les lui faisant écrire ? Mais comment les lui dicter ? On dira que c’est par signes : comment des signes pourront-ils rendre des idées purement métaphysiques ? Nous ne pouvons avoir que des signes matériels. Ici, citoyens, il faut vous rappeler ce qui a été écrit par un de vous au sujet des idées et de la classification que je vous en avais moi-même proposée.

  • 2 Cf. supra, note 70 de la séance du 17 ventôse. Lorsque le professeur entend ici remonter plus haut (...)

3Il y a trois sortes d’idées2 : les idées d’objets matériels, les idées qui appartiennent aux passions de l’homme, et des idées qui appartiennent à l’entendement, considéré comme pure intelligence. Toutes ces idées sont des images, des représentations d’objets. Ces objets ont des caractères distinctifs, ou par leurs formes extérieures, ou par leurs effets, ou par leurs relations avec d’autres objets. C’est alors leur figure ou leur forme que l’on peint ; et le geste qui figure leur forme est précisément le signe qui les rappelle à l’esprit ; c’est le nom que leur donne le sourd-muet. Or ce sont des qualités actives, et c’est encore en les figurant qu’il les peint.

4Les idées de la seconde classe appartiennent aux passions qui ont entre elles une sorte de filiation, qui les lie et les fait naître toutes d’une première réduite à sa plus grande simplicité. Il s’agit de savoir remonter jusqu’à ce premier élément, et de bien connaître cette intéressante série.

5Les idées de la troisième classe appartiennent à l’intelligence pure. Condillac établit pour point de départ l’attention, qu’il considère comme le premier chaînon, jusqu’à l’entendement qu’il considère comme le dernier.

6J’avais à annoncer ce grand mystère d’opérations intellectuelles à des hommes qui en sont bien plus loin que nous ; j’ai donc été forcé de remonter plus haut, et de commencer par quelque chose de plus simple que la série de Condillac. Cette chose simple, c’est l’idée. Si toutes les opérations de l’entendement se composent de l’idée, et ne sont proprement que l’idée plus ou moins prononcée, plus ou moins combinée, plus ou moins réfléchie, tout doit être connu, quand nous serons parvenus à en comprendre parfaitement la nature.

7Voilà, citoyens, le but vers lequel j’ai tourné tous mes efforts ; et voici comment je m’y suis pris : j’ai commencé par me dire à moi-même que je ne pourrais espérer de faire distinguer les opérations de l’esprit, sans m’assurer que le sourd-muet était bien convaincu de son existence. En conséquence, j’ai procédé à cette démonstration de la manière que je vais exposer.

8De toutes les leçons, c’est celle qui demande le plus d’attention, comme vous allez en juger.

9Je pense : il y a donc en moi un principe simple comme la pensée, immatériel comme elle, indestructible de sa nature, et par cela même, immatériel. C’est ce principe qui fait le privilège de l’homme, son caractère distinctif, la dignité de son être, et qui l’élève au-dessus de tout ce qui existe autour de lui, en le plaçant à une distance immense de la brute. Il faut sans doute révéler ce mystère au sourd-muet ; car c’en est un pour lui, et un bien grand, et le consoler de sa dégradation par la vue des avantages qui lui restent. Mais comment aborder cette question avec des hommes qui, n’ayant jamais reçu que des impressions physiques, sont si loin d’imaginer qu’il puisse y en avoir qui ne soient ni matérielles ni sensibles ? Comment l’initier au grand secret de l’influence continuelle de la matière sur l’esprit, et de l’esprit sur la matière ?

10Je vais rendre compte des procédés que j’ai suivis et des succès que j’ai obtenus. Voici un des premiers moyens que j’ai employés, et qui m’a parfaitement réussi.

11C’est d’abord l’œil du corps que j’ai choisi pour comparer à quelque chose de sensible cet œil intérieur, dont les opérations intellectuelles semblent se rapprocher si fort de cet organe de la vue. J’ai sous les yeux le portrait de mon élève, et je procède ainsi : je montre Massieu à tous ses compagnons sourds-muets ; j’avais amené deux sourds-muets à qui cette leçon n’a pas encore été donnée ; je n’espère pas pouvoir la donner aujourd’hui, le temps sera trop court.

12Je montre donc Massieu à tous ses compagnons, muets comme lui ; je le leur fais regarder, en observant que ce corps est animé, sensible et respirant, et j’écris sur la planche de nos exercices les mots suivants : corps respirant, corps vrai de Massieu. Je fais sortir l’élève, et alors je présente son portrait ; je le montre à ses compagnons, et j’écris : corps faux, corps peint de Massieu.

13Je fais rentrer l’élève, je retouche son corps, et je recommence à dire corps vrai et corps faux : je dis que l’un est long, large et profond, et que l’autre n’a uniquement que la surface, qu’il est long et large, sans être profond. C’est ainsi que, successivement, je prépare mes élèves à savoir qu’il y a un corps de Massieu qui n’a aucune des trois dimensions : ainsi nous avons eu, comme vous voyez, un corps qui avait les trois dimensions, nous finirons par les exclure toutes ; c’est là que je veux les amener.

  • * Ces mots idéé et idéer, inusités dans notre langue, sont de l’invention de Massieu, et m’ont paru (...)
  • 3 Sur ce néologisme qu’explicite la note, voir notre introduction, p. 179, note 6. Il était déjà pas (...)

14Je fais sortir Massieu, je fais ôter aussi son corps faux, je ferme les yeux. Comme le portrait de Massieu m’est resté dans l’esprit, je figure Massieu avec mes gestes, et je dis corps idée* 3 ou imaginé, cela nous donne trois corps : corps physique, réel et vrai, corps faux ou figuré, corps idéé ou pensé ou vu intérieurement.

15Ainsi voilà nos trois corps. Pour preuve que je vois le troisième, comme j’ai vu le second, comme j’ai touché le premier, j’en dessine en l’air la figure en présence de mes élèves : ils voient bien que l’image m’est restée dans l’esprit ; c’est ce que je veux faire imaginer.

16C’est alors que je puis dire sans danger qu’il y a en nous une sorte d’oeil intérieur qui voit les objets, quand les yeux du corps sont fermés ; que cette vue est, comme la vue ordinaire, plus ou moins prononcée ; que cet œil intérieur s’ouvre, en quelque sorte, aussitôt qu’un des organes est frappé, et que le sens qui y est renfermé est réveillé ; que de même que la première opération de l’œil sensible est de voir, la première opération de cet autre œil est d’idéer ; que comme le voir devient le regarder, quand le voir est voulu, d’idéer devient le penser, quand d’idéer est également voulu, etc. C’est ainsi que nous parcourons la chaîne de toutes les opérations intellectuelles.

17La première opération de l’œil physique est nécessaire ; la première opération de l’œil intérieur est nécessaire aussi. Il y a donc, comme vous voyez, de l’analogie, et une analogie aussi parfaite qu’il est possible, entre ces deux yeux, entre l’œil physique et l’œil intérieur, qui bientôt aura un autre nom. Ainsi le premier mouvement de l’œil, c’est de voir ; le premier mouvement de l’esprit, c’est d’idéer. Le premier mouvement du cœur, c’est de vouloir ; le premier mouvement est de l’animal ; le second mouvement est de l’esprit. Le second se compose du premier, c’est-à-dire que deux fois voir sera regarder, que deux fois idéer sera penser, deux fois penser sera réfléchir, deux fois vouloir sera désirer. La première de ces opérations est involontaire, à la seconde commence l’intention. On regarde, parce qu’on veut ; on pense, parce qu’on veut ; on désire, parce qu’on veut. Ces analogies sont extrêmement faciles, extrêmement commodes.

18Ainsi je vois Massieu ;

19J’idée Massieu ;

20Je veux Massieu :

21Voilà ces trois opérations

22De l’homme organique,

23De l’homme intellectuel,

24De l’homme moral.

25Le voir est donc le premier chaînon des opérations qui peuvent se rapporter à l’organe de la vue ; l’idéer, le premier chaînon des opérations intellectuelles ; et le simple vouloir, le vouloir élémentaire, le vouloir que j’appellerais presque involontaire, si, comme je l’ai déjà dit, ces deux mots ne s’excluaient pas, est la première opération du cœur.

26Tout l’homme est dans voir, idéer et vouloir. Cet œil physique, cet œil intérieur et cette flamme cachée font de l’homme, dont le moi est un et simple, un être multiple en quelque sorte. Le sourd-muet va de l’un à l’autre, sans effort ; on lui dit : « Tout ce qui est susceptible d’augmentation et diminution appartient à l’homme, comme animal ; tout ce qui ne peut ni se diviser ni se mesurer appartient à l’homme comme esprit. »

27Après avoir obtenu tous ces résultats, et bien fixé mes élèves sur les idées qu’ils renferment, je peux entrer avec eux dans de nouveaux détails et approfondir davantage cette matière. Je leur dis donc : « Toutes les parties de mon corps sont destinées à des fonctions qui leur sont propres, dont les unes ne peuvent remplacer les autres. Les yeux sont exclusivement destinés pour voir, les oreilles pour entendre, le goût pour les saveurs, et on les nomme organes : dans chacun de ces organes, quand il n’est pas vicié, se trouve la faculté de distinguer les objets propres à ces organes ; la lumière et les couleurs par les yeux, les sons par les oreilles, les saveurs par le goût, les odeurs par l’odorat, les dimensions du corps par le tact. On les nomme les sens, ils sont au nombre de cinq. C’est par eux, dis-je aux sourds-muets, que nous recevons les images, ou les perceptions des objets, et que nous appelons ces images idées. » Ici, je demande à mes élèves : « Les idées des objets, où sont-elles ? Que sont-elles ? Peut-on dire qu’elles ressemblent aux opérations de chacun de nos membres ? » Faisons-en la comparaison. Je frappe un objet ; le coup frappé et l’objet lui-même peuvent se mesurer. Je vois un objet : je puis mesurer la distance que parcourent les rayons de la lumière qui viennent de cet objet à mon œil ; mais je ne vois plus cet objet, et je sens néanmoins que je pourrais le dessiner ; les formes en sont demeurées comme empreintes en moi. Je leur demande encore une fois où sont ces formes : sont-elles dans mon œil, dans mon cerveau, dans mes mains ? J’ai beau chercher ; cette copie n’occupe en moi aucune place ; je ne peux en imaginer le lieu ; cependant rien n’est plus réelle que cette image ; puisque au besoin elle servirait de modèle à la copie que j’en voudrais faire. J’ai pu partager ou diviser toutes les opérations de chaque membre de mon corps ; je ne peux partager cette image. C’est, leur dis-je, parce que l’effet est toujours de même nature que sa cause. Alors nous comparons des effets de tous les genres avec leur cause, et nous y remarquons toujours une analogie parfaite. Si ces effets sont étendus et divisibles, nous voyons que leur cause aussi est étendue et divisible ; de même, quand nous remarquons des effets sans étendue, et que nous ne pouvons mesurer, nous assurons que la cause n’est pas plus mesurable que ces effets ; et nous concluons que l’étendue ne pouvant mesurer l’étendue, dès qu’il y a en nous une faculté qui mesure les trois dimensions des corps, cette faculté mesurante ne peut être mesurable, et par conséquent avoir les dimensions qu’elle mesure.

28Nous revenons à ces souvenirs dont nous parlions tout à l’heure, à ces effets de la mémoire, à ces restes précieux dont nous cherchions la place, et qui font de notre esprit qui les conserve comme une galerie de tableaux. Tout cela ne nous dit-il pas clairement et d’une voix que nous ne pouvons méconnaître : « Nous n’appartenons à rien de ce que vous voyez ; nous sommes les effets d’une cause invisible comme nous, et aussi simple que nous. Cette cause ne se trouve dans aucun des êtres différents de ceux que vous connaissez. Vous n’y remarquez pas non plus ces effets dont nous parlons ; ou si quelqu’un vous en offre de légers aperçus, vous n’y trouvez ni combinaison, ni comparaison, ni affirmation, et par conséquent ni jugement. Ce n’est qu’en vous, être merveilleux ! que vous trouvez l’idée, et l’idée comparée, et par conséquent la pensée. Vous seul, en vous y arrêtant, et en la comparant à une autre pensée, êtes capable de ce beau travail qui produit le raisonnement, dont la conséquence qui en est le résultat est simple, qu’elle peut appartenir à aucune portion matérielle d’un être composé. »

29Nous avons appris, dirai-je à mes élèves, qu’il n’y avait pas d’effet sans cause ; nous trouvons ici des effets, il y a donc une cause. D’ailleurs la nature des effets indique la nature de la cause, puisqu’ils sont toujours de même genre qu’elle. Or, rien de ce qui est matériel, étendu, n’ayant pu produire ces effets qui sont essentiellement simples, leur cause productrice est donc immatérielle, indivisible et simple comme eux.

30J’annonce à mes élèves une nouvelle affligeante, ils en ressentent de la peine ; je leur demande où est le siège de cette peine, quel rang, quelle place elle occupe, quelle en est la longueur, la profondeur. L’impossibilité où ils sont de répondre à ces questions rend sensible pour eux la vérité que je cherche à leur faire connaître. Il y a donc dans l’homme un principe d’opérations physiques, et un principe d’opérations simples et intellectuelles. Les effets de chacun de ces principes attestent leur existence et leur nature, et ces effets attestent aussi la nature de ces principes. Des effets composés et divisibles ont une cause composée et divisible ; des effets simples et indivisibles ont donc une cause simple et indivisible. Ce sont ces deux êtres, l’un corporel, et l’autre incorporel ; l’un étendu et divisible, l’autre inétendu et indivisible ; l’un composé, l’autre simple, qui, réunis en un seul tout, sans mélange et sans confusion, forment cet être privilégié qui tient à tout, et embrasse tout dans l’étendue de ses connaissances, l’homme. Je leur dis encore : « Une belle prairie frappe mes yeux ; j’y vois un ruisseau qui se joue à travers mille fleurs dont les couleurs différentes réjouissent et charment mes yeux ; éloigné de ce beau lieu, j’en conserve l’image, j’en décris les beautés ; la toile, si je sais peindre, les reproduit à tous les yeux : ce sont donc mes yeux, messagers fidèles, qui ont communiqué ces images à cet autre principe qui en a conservé toutes les formes. »

31Il y a donc en moi deux principes, dont l’un avertit l’autre, et une correspondance parfaite entre les deux ; sans qu’ils aient rien de commun que cet ordre étonnant de mutuels services. Il y a donc en moi un être qui connaît, se souvient, reçoit des idées, les pèse, les combine, en forme des résultats, et qui par conséquent réfléchit et raisonne, veut, désire et aime. Il n’y a rien de tout ce que je viens de dire que mes élèves n’aient saisi, avec une mesure d’intelligence ordinaire. Voilà donc l’existence de l’âme et son immatérialité bien connues par eux ; alors je vais plus loin et je dis : ce principe intellectuel, ce principe de toutes nos facultés a-t-il besoin du corps pour exister ? Et pourquoi en aurait-il besoin ? Il y a sans doute dans l’ordre actuel une dépendance d’opérations entre l’un et l’autre, de manière que les mouvements du corps sont l’occasion perpétuelle et constante des sensations et des idées de l’âme, et réciproquement les sensations et les idées de l’âme sont l’occasion perpétuelle et constante des mouvements du corps ; mais le corps n’est pas à l’âme comme un sujet est à son mode ; ce sont deux substances complètes, douées chacune de toutes leurs facultés : or les substances ne dépendent pas l’une de l’autre pour exister, ou, pour parler plus clairement, la raison d’exister d’une substance n’est jamais dans l’existence d’une autre.

32Si par un prodige toujours nouveau et toujours merveilleux, le corps n’était pas uni à l’âme pour former le moi personnel de l’homme, le corps, comme substance organisée, aurait encore en genre de substance tout ce qu’il lui faudrait pour exister et existerait en effet, comme le corps organisé de tous les animaux. Pourquoi donc l’âme, substance bien plus noble, bien plus excellente, n’existerait-elle pas indépendamment du corps ? Bien plus, je sens que le corps composé de mille ressorts, tous également fragiles, vieillit, s’use et périt par la dissolution de ses parties ; mais la substance spirituelle, qui n’est qu’action et vie, qui ne peut ni s’affaiblir, ni s’user dans ses ressorts, puisqu’elle n’en a pas, peut bien être anéantie par l’Être Suprême qui la créa ; mais ne peut jamais périr par une dissolution qui lui soit propre et qui tienne à sa nature : son existence est donc indépendante de celle de la matière, la destruction de l’un ne peut entraîner celle de l’autre, et la cessation du mouvement et de respiration dans le corps ne saurait arrêter l’action et la vie de la pensée. L’âme dégagée de liens du corps, et séparée de sa dépouille mortelle, existera donc ! « Oui, sans doute, dirai-je avec effusion de joie à mes élèves, elle existera, et tout le bien qu’elle aura fait sur la terre la suivra, et lui servira de cortège dans le sein de la divinité. »

33Vérité consolante, qui donne un fondement solide et une sanction à la morale, un motif à la vertu de l’homme, et le plus grand objet de consolation dans les maux qui l’affligent ; avec elle disparaît l’horreur invincible du néant, et marche devant moi la douce espérance de ne finir un jour que pour renaître et pour jouir avec plus de plénitude de toute la perfection de mon être.

34Vérité consacrée par la croyance de tous les siècles et de tous les peuples, et qu’atteste invinciblement ce désir si actif de survivre à soi-même et de laisser dans la mémoire des hommes un nom consacré par des talents distingués et des actions mémorables.

Notes

1 Ces épreuves ont été indiquées à la séance du 22 ventôse. L’indication ici donnée qu’elles ont toutes eu lieu confirme que la séance plus loin donnée sans date est intervertie (cf. supra, note 82).

2 Cf. supra, note 70 de la séance du 17 ventôse. Lorsque le professeur entend ici remonter plus haut et jusqu’à un terme plus simple que Condillac, il renvoie au Condillac de l’Essai

3 Sur ce néologisme qu’explicite la note, voir notre introduction, p. 179, note 6. Il était déjà passé dans le langage des conventionnels commentant avec le projet de Maignet les deux tableaux analytiques de Massieu accompagnés d’explications de Sicard.

Notes de fin

* Ces mots idéé et idéer, inusités dans notre langue, sont de l’invention de Massieu, et m’ont paru dignes d’être conservés.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540