Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Onzième leçon

24 ventôse/14 mars

Texte intégral

1Dans la precedente seance nous traitames du nom, en le considérant comme le premier et le plus essentiel de tous les éléments de la parole ; nous montrâmes que tous les autres éléments se rapportaient à lui, n’avaient de valeur que par lui, n’occupaient une place dans le tableau de la pensée que pour lui ; nous oubliâmes de donner son étymologie par l’habitude où nous sommes de ne parler qu’à des maîtres à qui on n’a pas besoin de tout dire. Nous leur rappellerons seulement que le mot nom vient du mot nomen latin, qui est l’ellipse de notamen, composé de men et de nota, qui signifie marque ou signe d’un objet quelconque, pour qu’ils se souviennent de donner l’étymologie de tous les mots aux élèves des écoles primaires, et de leur faire remarquer qu’ils trouveront ordinairement la valeur des mots, au moins des mots composés, dans leur étymologie.

2Le nom est donc un mot, un composé de caractères appelés lettres, qui, par sa nature, est destiné à être le signe et la représentation fidèle d’un être ou d’une chose. C’est, comme nous l’avons dit, ou le signe particulier de tel individu déterminé, et alors le nom est appelé propre ; ou le signe commun de chaque individu d’une espèce tout entière, et alors il est appelé appellatif : quand il appartient à chaque individu de la moitié d’une grande espèce, alors il est de la classe de ces individus ; il se modifie comme eux, prend le genre qui leur appartient, et il est alors du genre de ceux-là : ou c’est le nom d’un seul, ou c’est le nom de plusieurs, et il est du nombre singulier, ou du nombre pluriel.

3Nous l’avons encore considéré comme sujet de la proposition, ou comme objet de la qualité active ; telle fut notre précédente leçon. J’ai cru, citoyens, devoir en retracer le précis en peu de mots, dans la vue de faire avec vous ce que doivent pratiquer toujours les instituteurs des écoles primaires. Chaque leçon doit être liée à la leçon précédente, pour ne former toutes ensemble qu’un tableau complet de la science que l’on veut enseigner.

4Mais avons-nous compris tous les noms dans ce que nous en avons déjà dit ? Non, sans doute ; nous n’avons encore parlé que des sujets physiques : rien de ce qui est abstrait n’a encore été abordé, et cela ne pouvait être. Ce n’est point dans les noms des objets physiques qu’on pouvait aller chercher les éléments des pures abstractions ; ce n’est pas à l’époque où l’on a donné des noms aux minéraux, aux végétaux, aux animaux, qu’on pouvait donner des noms aux vertus et aux vices, à toutes les opérations de l’intelligence, aux affections de l’âme, aux sciences et aux arts ; et nous nous sommes engagés à ne jamais nous écarter dans notre cours de la marche de la nature. Nous suivrons donc, dans l’exposition de nos principes, les premiers inventeurs de l’art de la parole dans les recherches de leurs premiers moyens.

5Le nom, comme nous l’avons observé, étant une sorte de signe de rappel, fut, sans doute, inventé aussitôt que l’homme éprouva le besoin de communiquer avec l’homme. Le nom parlé doit être la traduction du signe gesticulé, ou du nom figuré par l’art de la pantomime : mais ce signe ou ce nom qui suffisait quand l’homme, encore enfant, n’avait besoin de rien affirmer des objets, et quand il lui suffisait d’en retracer seulement l’idée, fut bientôt insuffisant, quand il voulut raconter quelque action ou énoncer quelque qualité de ces objets.

6Le nom se bornait à rendre présent à l’esprit l’objet dont il voulait parler ; mais cet objet, comparé à tout autre, en différait ou par la couleur, ou par la forme, ou par toute autre modification : le nom n’exprimait pas cette différence ; il ne disait pas même que l’objet eût été comparé : ainsi, l’objet avait fait ou reçu quelque action, et son nom était encore muet sur cette action, faite ou reçue ; ces modifications ne pouvaient donc être exprimées, et la pensée restait encore circonscrite dans les bornes étroites de l’idée simple.

  • 1 C’est dans son programme que Garat avait énoncé « cette découverte, l’une des plus belles de l’esp (...)

7C’est ici surtout, citoyens, que vous devez vous rappeler ce qui a été disputé au professeur de l’analyse de l’entendement humain : que l’homme ne pense que parce qu’il parle, de même qu’il ne parle aussi que parce qu’il pense1, ce qui ne veut dire autre chose, sinon qu’il a heureusement imaginé des moyens pour combiner ses idées, et par conséquent pour les réduire en pensées, et pour les exprimer par des propositions.

8Et comme souvent les mots sont mal entendus, si je dis, avec le professeur de l’entendement : « L’homme ne pense que parce qu’il parle, comme il ne parle aussi que parce qu’il pense », je dois m’expliquer, en ajoutant que j’entends par le mot de parole ce que nous faisons quand nous exprimons, de quelque manière que ce soit, les idées, les pensées et les opérations de notre esprit.

9Ainsi je prends, dans ce cas, la parole dans sa plus grande généralité, et dans sa signification la plus étendue ; c’est-à-dire que je la regarde comme l’expression de la pensée, de quelque manière qu’elle est exprimée, soit par écrit, soit par la voix, soit par le geste, soit par les signes de la physionomie, soit par des signes peints, soit par des sons articulés.

10Car je vous le demande, citoyens, comment l’homme pourrait-il réfléchir, s’il ne pensait pas, et s’il n’avait pu trouver des signes qui lui servissent à fixer dans son esprit, et à faire passer dans l’esprit des autres, les modifications qu’il remarquait dans les objets ? Mais quels signes pouvait-il imaginer pour peindre les modifications ? Sans doute il avait pu, par les accents de l’instrument vocal, imiter, sinon en réalité, du moins par analogie et par comparaison, non seulement les objets sonores, mais encore ceux qui semblaient se refuser à toute imitation. Mais le moyen de peindre et de représenter à l’esprit, par des sons, l’image des formes et des couleurs ?

11Il y a, comme vous le voyez, citoyens, plus loin qu’on ne pense du nom des substances au nom des qualités. Peut-être ne sera-t-il pas inutile de rechercher ici ensemble comment ces derniers noms ont été inventés, et de voir si l’on pourrait montrer qu’ils sont nés des premiers, comme la branche naît du tronc. Cette recherche est d’autant plus intéressante qu’on n’est pas encore fixé sur la nature des qualités abstraites, et que c’est de la résolution de cette difficulté que résultera la véritable origine des abstractions.

12Certaines qualités se trouvaient éminemment dans certains êtres de la nature, au point que nommer ces objets, c’était donner aussitôt l’idée de sa qualité. Ainsi, nommer une montagne était réveiller l’idée de hauteur ; comme c’était réveiller l’idée de la fidélité, en nommant le chien ; l’idée de la douceur, en nommant l’agneau ; l’idée de la constance, par le nom de la tourterelle ; celle de la cruauté, par le nom du tigre, et celle de la force, par le nom de lion. Eh bien ! citoyens, ces noms d’êtres et de substances durent être, dans les premiers temps, dit un auteur, des noms de qualités ; car les noms de ces êtres, remarquables par des qualités singulières, se trouvèrent réunis à des noms de sujets, qui paraissaient être des objets principaux de la pensée : ainsi homme montagne, signifia homme d’une grande taille ; homme agneau, signifia homme doux ; femme tourterelle signifia femme constante dans son amitié : et ces premiers noms, qui étaient d’abord des noms d’êtres ou de substances, devinrent enfin, à force de servir à rappeler les modifications passagères d’autres êtres, des noms modificatifs. Nous dirons donc que les mots qualificatifs furent, dans le commencement, des noms de substances ; et c’est ainsi que se fortifie ce grand principe, que tout l’art de la parole remonte, comme nous l’avons dit, à un seul élément générateur. Vous verrez avec moi, citoyens, que le système de cet habile étymologiste ne paraît pas dénué de vraisemblance. C’est que l’homme cherche à peindre ses idées ; et que ce n’est pas assez pour lui de les énoncer.

13Mais est-il vrai que cette seconde classe de mots, qu’on appelait adjectifs, que nous pourrions nommer modificatifs ou qualificatifs, ou mots ajoutés, soit essentielle à l’art de la parole ? Il est aisé de s’en convaincre quand on observe que les noms des substances ne servent absolument qu’à rappeler l’idée, sans en rien affirmer. Nous prononçons le nom d’un être, et nous ne pensons pas encore : nous pensons ; aussitôt se présentent à notre esprit, pour exprimer cette pensée et la faire connaître, le nom du sujet et celui de la qualité que nous considérons en lui. Je crois que c’est une grande erreur de rapporter à une même espèce deux mots qui se ressemblent si peu, quoiqu’ils soient issus d’une source commune, et de dire, avec plusieurs grammairiens, que c’est ici une seule et même partie d’oraison ou de discours. Qu’un mot destiné à servir de peinture, de signe, de marque soit appelé nom, rien ne me paraît plus convenable : mais pourrait-on donner une pareille qualification à un mot qui n’exprime que des formes, qui, par conséquent, ne nomme rien ? Nous ne le pensons pas ; nous croyons, au contraire, qu’il faut ranger les qualificatifs, appelés autrefois adjectifs, sous le nom générique de mots, et sous le nom spécifique de qualificatifs, pour ne rien confondre de ce qui doit être distingué.

14La première idée que présente un mot qualificatif, c’est celle du rôle qu’il joue dans la proposition, en s’appliquant sur les noms qu’il modifie, et dont il sert à restreindre et à déterminer, non l’étendue, mais la compréhension. Deux mots qu’il ne faut pas confondre ; deux mots essentiels qui annoncent que ce mot ne peut jamais modifier les noms propres, parce que, par cela seul qu’un nom est propre, il est déterminé. Mais qu’est-ce que l’étendue et la compréhension d’un nom ? L’étendue est le lieu qu’il occupe pour l’esprit qui le considère ; la compréhension est la totalité des idées partielles qui le constituent. Ainsi, les mots que l’on appelle articles, et dont nous nous occuperons dans la séance prochaine, déterminent l’étendue ; et les mots qualificatifs affectent la compréhension, en y ajoutant une idée accessoire, qui devient partie de la nature totale énoncée par le nom.

  • 2 Des articles « Adjectif » et « Article » dans l’Encyclopédie, signés F., donc dus à Du Marsais, et (...)

15La seconde idée que présente ce mot, c’est la division naturelle des qualificatifs en qualificatifs physiques, qualificatifs métaphysiques. Les premiers, ou les qualificatifs physiques, sont appelés ainsi parce qu’ils expriment les impressions que les objets physiques font sur nos sens, tel que blanc, rouge, noir ; et les derniers, selon Dumarsais, sont ceux qui expriment les rapports sous lesquels l’esprit peut considérer les êtres métaphysiques et les êtres physiques. D’après cette division et cette définition, vous sentez, citoyens, que la nomenclature des qualificatifs métaphysiques serait très nombreuse ; ainsi, les noms de nombre, et tous ceux qui expriment les relations des objets entre eux, tous les pronoms qui ne remplacent pas les noms des personnes, sont des qualificatifs métaphysiques. Beauzée nous a paru plus exact, faisant une classification plus simple, et qui restreint infiniment le nombre des qualificatifs métaphysiques. Il ne donne ce nom, et nous ne le donnons avec lui, qu’aux qualificatifs qui servent à exprimer toutes les opérations de l’esprit, et alors la nomenclature des qualificatifs physiques s’augmente de tous ceux qu’on enlève au domaine de l’esprit. Nous dirons donc que les qualificatifs ne sont tels que pour les noms qu’ils modifient, et qui les rendent physiques ou métaphysiques, selon qu’ils le sont eux-mêmes ; cela me paraît, citoyens, infiniment plus clair, plus simple et plus facile à démontrer aux élèves des écoles primaires2.

16L’influence du nom est telle dans la proposition que celui dont la nature est d’être propre à devenir support d’un qualificatif, devient qualificatif lui-même, quand il en affirme d’un autre nom, comme dans cet exemple : « Les citoyens Deleyre et Lakanal sont représentants du peuple près les Écoles normales » ; et le nom, devenu qualificatif par cette affirmation, reprend sa dignité quand on affirme de lui quelques qualités, comme dans cet autre exemple : « Les deux représentants du peuple près les Écoles normales sont pleins de zèle pour le succès de ces écoles. »

17Ces mots, les deux représentants du peuple, sont le sujet de la proposition dans ce second exemple, et par conséquent soutiens ou supports du mot pleins qui en est affirmé.

18La troisième idée que présente le qualificatif, c’est d’être entièrement subordonné au nom qui lui sert de soutien, et dont il exprime une manière d’être ; et de là les règles de concordance dont nous aurons occasion de parler en son lieu. Voilà encore cet autre principe, que le nom d’un être peut aller seul, et être entendu aussitôt qu’il est prononcé ; au lieu qu’un qualificatif a toujours besoin d’un soutien qui lui donne une valeur. Mais ici concluons de ce que nous venons de dire que, sans le qualificatif, il ne pourrait y avoir de proposition ; et par conséquent point de phrase, parce qu’il n’y aurait point de pensées. Le qualificatif, citoyens, n’est donc pas indifférent dans le tableau de la pensée, comme n’a pas craint de le dire un de nos plus célèbres grammairiens, Court de Gébelin. Et lorsqu’il a dit, pour prouver cet étrange paradoxe, qu’un mot qu’on peut remplacer, n’était pas essentiel, et qu’on pouvait remplacer le qualificatif par un nom abstrait, il a perdu de vue que l’abstractif n’avait été formé que d’un qualificatif, qu’il en était en quelque sorte la substance. Vous allez décider vous-mêmes, citoyens, cette question.

19Voici les deux exemples de Court de Gébelin : « Ce mur est élevé. » On peut, dit-il, réduire cette phrase à celle-ci : « Ce mur a de l’élévation. » Cet auteur ajoute que les adjectifs sont des ellipses. J’avoue que je ne peux admettre une pareille doctrine. Les ellipses sont, comme vous savez, des retranchements, des suppressions, qui n’ont pu s’introduire dans l’art de la parole qu’à la faveur des mots dont les mots elliptiques sont dérivés, comme les adverbes sont les ellipses des propositions et des noms. Pour qu’un qualificatif fût un mot elliptique, il faudrait qu’un autre mot plus ancien que lui fût son primitif. Il faudrait donc qu’il fût vrai que l’abstractif élévation fût le primitif du qualificatif élevé.

20Reportons-nous jusqu’à l’époque de l’origine du langage, et nous verrons si l’esprit a pu commencer par faire des abstractions. Mais fût-il vrai qu’on peut substituer le dérivé au primitif, et remplacer ainsi le qualificatif par des abstractions, faudrait-il préférer pour cela l’abstractif au qualificatif ?

21Le style ne perdrait-il rien à une pareille substitution ? Il en serait d’abord infiniment plus diffus, et par conséquent plus lâche ; il serait d’une monotonie fatigante ; on y perdrait les charmes d’une variété que rien ne pourrait racheter : et quels mots pourraient remplacer le cortège que forment autour du nom les qualificatifs, qui tantôt l’annoncent et le précèdent, et tantôt marchent agréablement à sa suite ? Que deviendrait la poésie, si on lui ôtait les brillantes couleurs et la magnificence que répandent dans son style les qualificatifs ? Qu’on substitue dans ce beau vers aux deux qualificatifs, inconstant et fidèle, les deux abstractifs, inconstance et fidélité, et tous les accessoires dont il faudrait les accompagner pour en former deux phrases qui tinssent lieu de ce vers :

Je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle !

22que deviendrait la poésie ? Il faudra donc conserver le qualificatif ; mais il faut se préserver d’employer des mots que la raison et la nécessité ne jugent pas nécessaires.

23« Les mots, a dit un célèbre écrivain, sont les ennemis de la pensée. » Mais parmi ces ennemis les plus grands, sans doute, seront toujours les qualificatifs oiseux et parasites. (C’est encore pour les élèves de l’école primaire que je donne ce développement.) Les mots sont ennemis de la pensée ; c’est-à-dire qu’il faut les traiter comme des ennemis à qui il ne faut recourir que quand on en a le plus grand besoin ; qu’il faut écarter soigneusement tous ceux dont on peut se passer, et n’employer jamais que ceux qui sont absolument nécessaires ; alors il n’y a pas plus de mots que d’idées, plus de phrases que de pensées, et le style est plein.

24Un quatrième rapport sous lequel on doit encore envisager les qualificatifs, c’est celui des différentes classes dans lesquelles on doit les ordonner. Ou ils sont destinés à exprimer les qualités inséparables des objets considérés dans leurs formes, sans nulle action reçue faite ; et alors leur réunion avec les noms desquels on les affirme forme la phrase seulement énonciative ; comme dans ce vers :

Le jour n’est pas plus pur que le fond de mon cœur.

25Ou la qualité affirmée est une qualité active ; et alors c’est la phrase active, comme dans celle-ci :

Et l’art ornant depuis sa simple architecture,
Par ses travaux hardis surpassa la nature.

26Ou la qualité affirmée est la qualité passive, et c’est une troisième espèce de phrase semblable à la première, qu’on pourrait appeler énonciative-passive. Ces trois sortes de qualificatifs servent donc à former trois phrases différentes, précisément parce qu’ils sont eux-mêmes différents.

27On n’eut pas plutôt inventé ces trois sortes de qualificatifs, que le génie des premiers hommes s’exerça aussitôt sur le parti qu’on pourrait en tirer. On observa que les qualificatifs pouvaient être considérés seuls, et sans les objets qui leur donnaient une existence. On vit qu’ils pouvaient être comparés entre eux, qu’il était possible d’affirmer de l’un une priorité que n’avait pas l’autre ; et ce caractère donné aux qualificatifs les ôta de leur classe, et les transporta dans celle des noms, où ces nouveaux venus ne manquèrent pas de prendre, pour s’y naturaliser, toutes les formes propres à tromper tous ceux aux yeux de qui l’habit est tout, et la personne n’est rien. De blanc fut fait blancheur, santé fut fait de sain, et vertu de vertueux : telle est, citoyens, l’origine de ce qu’on avait appelé jusqu’ici noms verbaux, substantifs abstraits, et que nous pourrons appeler, avec Girard, les noms abstractifs. Voici comment je pense qu’on peut les faire connaître aux élèves des écoles primaires.

28Mais avant de passer à ce procédé, justifions, s’il est possible, la dénomination de Girard. Dans le mot abstractif je trouve deux idées ; la première, celle de suppression d’abstraction ; et la seconde, qui se trouve dans la terminaison, donne à ce mot-là une sorte de forme qualificative ou adjective : car vous savez que c’est là précisément la force de la terminaison if, qui signifie faisant. Ce nom me paraît parfaitement convenir à ces mots-là, qui sont de véritables noms, puisqu’on leur en donne la forme, et qu’ils deviennent les supports des modificatifs. Ces noms sont encore des qualités, puisqu’ils servent à exprimer les qualités des êtres ou des choses. Or cette double valeur se trouve dans leur nom, dans le mot abstractif.

29Voici maintenant le procédé que je voudrais qu’on employât dans les écoles primaires, pour faire entendre les mots que j’appelle abstractifs : il faudrait présenter une proposition la plus simple possible, où ne seraient que le sujet, la qualité et le lien, comme, par exemple, celle-ci : « Mur est élevé », pour nous servir de l’exemple de Court de Gébelin. Nous aurons occasion de ramener cette proposition formée de trois termes à l’unité de signe ; c’est-à-dire que nous écrirons élevé dans le mot mur, et qu’ainsi le mot mur servira, si je puis m’exprimer ainsi, de cadre au mot élevé. Le mot élevé n’en aurait pas s’il était tout seul : ainsi en le fixant sur le mot mur, on lui donne mur pour soutien ; nous effacerons le mot qui sert de soutien, et il nous restera celui du signe, celui de l’ajouté, de l’adjectif, celui de la qualité, celui de qualificatif. Ce mot détaché du nom, ayant reçu une valeur précise, est resté dans l’esprit avec sa valeur. L’esprit peut le considérer, et dire : « Ce mur est plus ou moins élevé que cet autre mur » ; ou en d’autres termes : « L’élévation de ce mur est plus grande que l’élévation de cet autre. » Sitôt que ce jugement peut être prononcé, l’expression de ce jugement, qui n’est autre chose que la proposition revêtue des mots qui en font une phrase, peut aussi être énoncée, et alors ce qualificatif n’est plus dans sa classe, le voilà passé dans celle du nom ; car il est devenu sujet d’une proposition, et par conséquent un des individus de la classe du nom.

30Le voilà dès ce moment susceptible d’être déterminé, ayant une étendue qui peut être plus ou moins restreinte ; car on peut dire : « cet élevé-là », « l’élevé que je vous ai montré ». Et ici la langue vient offrir un mot nouveau, issu de celui auquel on a donné une sorte de forme qui l’établit dans son nouveau domaine. En effaçant jusqu’au caractère de son intrusion, on ne dit plus « cet élevé », « l’élevé », « un élevé », mais on dit : « cette élévation », « l’élévation », « une élévation ».

31Il en est de même du nom abstrait, du nom abstractif; car il faut bien lui donner le nom de leur forme nouvelle.

32La plupart de ceux qui ont une qualité active pour primitifs ont aussi pour terminaison (et cela devait être) une terminaison particulière qui est ance : ainsi de puissant, on a fait puissance ; de savant ou sachant, ou plutôt de scient, la véritable racine de tous ceux-là, on a fait le mot science ; de patient, dérivé lui-même de pâtir, vient patience, ainsi des autres. Parmi les abstractifs, les uns sont dérivés des qualités énonciatives, comme bonté est dérivé de bon ; indulgence, d’indulgent ; de blanc, blancheur : les autres sont dérivés des qualités actives ; comme amour, d’aimant ; don, de donnant ; de brûlant, brûlure ; de parlant, parole ; d’écrit, écriture, etc.

33On peut donc je crois généraliser ainsi les principes ; le signe de l’activité des qualificatifs actifs se trouve dans la terminaison ance ; quant aux qualités énonciatives, il est tout simple que leur terminaison soit le signe de cette permanence et de cette inhérence sur les sujets ; et le signe de cette permanence est ordinairement la terminaison eur, ou té, ou ion, ou ère, ou ure, ou ie. Exemples : blancheur, bonté, union, froidure, etc.

34Ainsi quand on dit blancheur, la terminaison eur est le signe de cette inhérence ; il n’en est pas de même du mot puissance dérivé d’une qualité active, elle n’a de permanence que dans un seul être : elle est momentanée dans tous les autres, et c’est ce qu’exprime sa terminaison. Tel a pu être très puissant avant le 9 thermidor, qui, à cette époque à jamais mémorable, a vu tomber sa détestable puissance.

35Mais il ne faut pas oublier que quelque général que soit ce principe, il souffre de nombreuses exceptions.

36Nous dirons donc, en nous résumant, que le nom est la véritable source, le père, le générateur de tous les autres éléments de la parole ; que le mot qui nous sert à exprimer les qualités qu’on en affirme en est donc dérivé ; et qu’à son tour ce mot, qui exprime la qualité, a engendré le nom abstractif.

37Nous dirons encore que ces noms abstractifs sont de deux espèces, comme les qualificatifs ; et nous donnerons pour exemple les mots suivants : long, qualité énonciative ; longueur, qualité énonciative-abstractive, ou nom abstractif ; aimant, qualité active ; amour, qualité active abstractive, ou nom abstractif.

38Il semble, citoyens, que ce serait ici le cas de vous parler d’une autre classe de qualificatifs, formés d’un autre élément, du langage des pronoms personnels adjectifs ; mais je ne dirai rien de ces mots : quelque analogie qu’ils paraissent avoir avec les qualificatifs, je ne trouve pas des traits assez bien prononcés dans ces mots pour les ranger dans cette classe. D’ailleurs, nous n’avons pas encore parlé des pronoms. Ceux qui connaissent la grammaire de Condillac et celle de Dumarsais seront surpris peut-être de ne pas voir rangés dans la classe des qualificatifs les mots suivants : le, la, ce, cette, etc. J’ai cru devoir m’écarter dans ce cas des principes de ces deux grands maîtres, quelque respect que j’aie d’ailleurs pour leur doctrine. Je développerai mes principes quand nous traiterons de l’article.

39Par tout ce qui vient d’être dit, la place des noms et celle des qualificatifs demeurent parfaitement fixées, comme il reste également prouvé que le modificatif est entièrement consacré au service du nom, et qu’il doit par conséquent être avec le nom en concordance parfaite ; et de ces résultats naissent tout naturellement et sans difficulté les règles de la syntaxe des qualificatifs. Ici la langue française me paraît plus philosophique que l’anglaise, quand elle donne aux qualificatifs les mêmes accidents que ceux du nom, quand elle l’assujettit aux mêmes formes, et l’oblige de s’accommoder à son genre et à son nombre.

40La place du qualificatif n’est point indifférente. Tels qualificatifs doivent précéder le nom, et tels autres le suivre. Le renversement des mots produit souvent le désordre dans les idées : voici quelques exemples de la manière de placer des qualificatifs.

41On dit, et on ne peut dire autrement : un « auteur anonyme », « beauté parfaite », « empire ottoman », « République française », « grammaire philosophique » ; et on ne peut pas dire : « française République », « philosophique grammaire », etc. On dit : « ligne droite », « couleur jaune », « citoyen français », « musique italienne », « école flamande » ; mais on dit : « certaines gens », « grand général », « grand capitaine », « jeune homme », « cher ami » ; et vous savez qu’on ne peut pas faire le renversement.

42D’autres se placent également avant et après ; ainsi on dit indifféremment : « savant homme » ou : « homme savant » ; c’est ici surtout que l’usage fait que toutes les règles sont par conséquent très difficiles à donner. Nous observerons seulement que la poésie a dans ce cas plus de liberté que la prose ; et telle position du qualificatif est quelquefois si peu indifférente qu’elle change, quand on l’a négligée, la valeur du nom et de la proposition : ainsi il n’est pas égal de dire : « J’ai appris ce matin, sur nos succès dans le Nord, une nouvelle certaine, ou une certaine nouvelle » ; « Un honnête homme n’est pas toujours un homme honnête » ; « Un homme honnête n’est pas toujours un honnête homme » ; « Un homme honnête ne se permet jamais des manières malhonnêtes. » Ces mots ne sont pas les mêmes ; la place fait tout. Le mot vrai a une signification toujours selon la place qu’il occupe ; on dit : « C’est un vrai caméléon » ; de cet autre : « C’est un vrai charlatan » ; mais si l’on dit : « Cet homme est vrai », vrai dans ce cas signifie l’opposé de menteur.

43Un homme galant n’est pas toujours un galant homme, un galant homme n’est pas souvent un homme galant ; un homme plaisant est un homme enjoué ; un plaisant homme est un homme ridicule.

44Un pauvre écrivain, un écrivain pauvre ne sont pas non plus la même chose. Linière voyant un jour passer ensemble Chapelain et Patru, il dit du premier : « C’est un pauvre auteur » ; et du second, « C’est un auteur pauvre. » Un seul homme, un homme seul ne présentent pas non plus la même idée : un seul homme peut lever ce fardeau, et aucun autre ne peut le lever ; un homme seul peut lever ce fardeau sans aucun secours étranger.

45Cette distinction est de votre respectable collègue, le modeste et savant Wailly, si digne de nous éclairer dans cette matière.

46Voici, citoyens, une remarque générale qui lui appartient.

47Quelques adjectifs, dit Wailly, prennent le nom dans le sens propre, et d’autres dans le sens figuré : on dit, par exemple, au propre : « fruit mûr » ; et au figuré : « mûre délibération » : ils ont encore un accident particulier, qui vient de la nature de leur extension ; ce sera l’objet de la séance prochaine.

Notes

1 C’est dans son programme que Garat avait énoncé « cette découverte, l’une des plus belles de l’esprit humain, qui est démontrée, et qui aura longtemps encore l’air d’un paradoxe », mais, à vrai dire, il ne donnait que la première partie de l’assertion : « En ne considérant les langues que comme des instruments nécessaires pour communiquer nos pensées, ils découvrirent qu’elles sont nécessaires encore pour en avoir. » Il y avait pourtant une grande différence entre les deux formulations, puisque celle de Sicard pouvait à la rigueur convenir aux Messieurs, à condition de prendre le premier « parce que » comme signifiant la différence avec l’animal dépourvu de raison dont le langage est la preuve que l’homme en est différent ; tandis que Garat avait présenté la sienne comme creusant un écart du siècle d’Euler et de Condillac par rapport à une vision pessimiste du symbolisme en tant que limite de notre pensée liée au corps. Et c’est bien sur cette condition à sens unique que Garat fut « disputé » par la question de Teyssèdre à Garat lors du débat daté du 29 pluviôse. Sicard devait bien le savoir. Avait-il été satisfait par la réponse déjà apportée par Garat à Teyssèdre, et le recours à la distinction hobbesienne entre la note, nécessaire pour penser, et le signe, nécessaire pour communiquer ? Ou ne l’avait-il pas plutôt été par l’idée même de signes distincts de ceux du langage articulé ? Cette réponse, qui ne satisfera pas Saint-Martin, Garat la donnait dans la leçon du 23 pluviôse : « il faudrait qu’au mot de langues on substituât le mot plus général de signes », écartant la réduction au langage articulé ; c’est celle même que donne Sicard juste après le commentaire de ce débat, en élargissant le sens du mot « parole ». C’est ce que fera Tracy, inaugurant la Grammaire par la « décomposition du discours dans quelque langage que ce soit » (chap, i), et considérant tout système de signes comme un langage. Et si, en définitive, Sicard a pu condenser ainsi la question et l’estimer résolue, c’est sans doute parce que dans cette même leçon Garat avait choisi Condillac contre Rousseau sur la question de l’origine des langues, et résolu, ou baptisé, la contradiction dont il parle à Teyssèdre comme étant une apparence, en parlant, de manière significative, de « signes innés » à propos du langage d’action. Sicard y reconnaissait sans doute sa « langue de la nature » comme Condillac avait reconnu chez l’Épée son « langage d’action ».

2 Des articles « Adjectif » et « Article » dans l’Encyclopédie, signés F., donc dus à Du Marsais, et de la discussion du point de vue de Du Marsais dans la Grammaire de Beauzée, Sicard ne retient guère les attendus grammaticaux, et ses choix sont philosophiques. Mais c’est son point de vue pragmatique, et sa conception condillacienne de la pensée comme opératoire qui pourtant le convainquent du primat de la syntaxe. Il en va de même pour la distinction de l’article et du pronom, dont la définition a nourri de si riches débats de Port-Royal à Tracy.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540