Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Neuvième leçon

14 ventôse/4 mars

Texte intégral

1Le plan que je me suis trace relativement à la meilleure manière d’enseigner la grammaire aux élèves des écoles primaires a dû paraître aux uns trop difficile dans son exécution, soit à raison de sa vaste étendue, soit à raison de la nécessité d’entrer dans des discussions hérissées de métaphysique ; aux autres trop usé, en ne présentant aucune idée nouvelle. Je répondrai aux premiers que j’ai dû embrasser toute la science grammaticale, sans tenir compte de son étendue, parce que je devais l’enseigner seul, et qu’on ne peut enseigner parfaitement un a sans en faire connaître toutes les règles : je répondrai aux autres qu’un plan n’est ni bon parce qu’il est neuf, ni mauvais parce que d’autres l’ont suivi.

  • 1 Plan classique des grammaires raisonnées depuis Port-Royal, et que l’abbé reprendra dans ses Éléme (...)
  • 2 En présentant la théorie du nom, en soulignant l’importance de cette partie du discours, et en déf (...)

2J’ai fait, citoyens, ce que je vous avais tant recommandé à une des premières leçons. Je me suis supposé chargé de créer la science grammaticale, pour l’enseigner à un peuple nouveau auquel elle était inconnue. J’ai composé une période ; je l’ai décomposée, et réduite à tous ses éléments ; j’y ai trouvé d’abord des mots qui, par leurs rôles divers, formaient autant de classes, et j’ai dit : examinons d’abord les mots, en les mettant en œuvre, en les rapprochant les uns des autres ; j’ai vu que leurs formes varient au gré de leurs places, et celles-ci au gré de leurs rôles. Voilà, me suis-je dit, deux sections bien distinctes, l’une par rapport à la variété des formes, et une autre par rapport à celle de leur place ; l’art de grouper les propositions, et d’en former le tableau de la pensée, m’a paru être le complément d’un cours de grammaire philosophique1. Que d’autres aient imaginé avant moi un pareil ordre de travail, c’est de quoi je ne devais pas m’occuper ; l’examen des mots devant donc se trouver à l’entrée de l’édifice, comme matériaux qui doivent servir à le reconstruire, c’est par eux que j’ai cru devoir commencer ; et le premier qui s’offre à nous, comme le chef de cette série intéressante, ne pouvait être que le nom ; c’est donc du nom2 que nous allons traiter.

3Tous les éléments du langage ont sans doute des droits à l’observation réfléchie de quiconque veut connaître les rapports que les mots doivent avoir avec les idées dont ils sont les signes ; mais aucun ne peut disputer au nom la préférence que réclame pour lui le rôle important qu’il joue dans le discours. Il est si essentiel que tout le reste est sans aucune valeur quand il disparaît un instant, et qu’il n’est pas aussitôt remplacé : encore est-il nécessaire que celui qui vient prendre sa place ait reçu de lui sa mission, qu’on les ait vus tous deux ensemble. Sans cela, tous les autres mots d’une phrase, écrite ou parlée, les uns à la suite des autres, seraient là sans rien peindre à l’esprit, et ressembleraient aux sons vagues et confus que rend un instrument sous les doigts d’un enfant qui n’a jamais reçu de leçon musicale. Le nom appelle sur lui tous les regards ; il semble annoncer, en se présentant le premier dans la proposition, que c’est pour lui qu’elle est formée ; que c’est de lui que tous les éléments qui la composent, reçoivent leur forme variée ; tout sera connu, quand LE nom le sera. Il est l’image véritable, la représentation fidèle, et par conséquent le signe d’appel, ou plutôt de rappel, du sujet de la proposition. Le nom n’est pas plutôt prononcé, que le sujet est, en quelque sorte, rendu présent et visible. C’est ici que l’homme commence à s’écarter un peu de cette ligne parcourue par l’instinct, où les objets ne laissent que des souvenirs confus, des réminiscences imparfaites, et qu’inventant des signes, il donne à ses idées fugitives des appuis permanents. Les premiers signes sont les noms, que le besoin de communiquer avec ce qui l’entoure indique à l’homme, et que les animaux ne connaissent pas. L’homme seul, en effet, donne des noms aux objets ; l’homme seul connaît les charmes des souvenirs que réveillent dans l’âme des noms chéris. Dans sa mémoire, comme dans une sorte de galerie, prennent leur place et s’arrangent par ordre cette grande multitude de noms, qui, comme autant de tableaux, la meublent et l’embellissent.

4Tels sont, citoyens, les premiers matériaux de nos pensées et telle est la première richesse de notre esprit. C’est par les noms qu’on a déjà donnés, ou que nous donnons nous-mêmes à tous les objets répandus dans la nature, que nous nous en rendons les propriétaires, en quelque sorte, et qu’il se forme entre eux et nous des rapports qui ne nous permettent pas de les voir ou d’y penser avec indifférence. C’est par les noms que nous les distinguons, que nous les classons, que nous les individualisons, quand nous voulons les considérer seuls par abstraction de tous ceux de leur espèce ; et c’est aussi par des noms communs que nous les considérons en masse : quelquefois, en ne remarquant en eux que des formes, nous donnons aussi des noms à ces formes, pour nous en entretenir, comme de leurs sujets : quelquefois, nous observons ces formes comme si elles existaient sans leurs sujets ; et de là, ces diverses sortes de noms, dont il n’est pas permis aux grammairiens de méconnaître et d’ignorer les différences : ce sont d’abord des noms propres.

5Chaque homme a sa physionomie ; chaque portion de la terre son climat, sa position, et ses rapports particuliers ; chaque état son gouvernement ; chaque ville son étendue ; chaque peuple ses mœurs. Il faut donc des signes particuliers, comme il y a des objets particuliers : chaque objet doit avoir son signe à soi, son signe propre, son nom qui ne soit pas le nom d’un autre objet, un nom dont la prononciation le fasse assez connaître, le détermine assez pour qu’il ne faille pas un mot de plus.

6Tels furent les premiers noms ; car l’homme, ne voyant d’abord ni genres ni espèces, mais seulement des individus, ne dut avoir que des noms propres.

7D’ailleurs les êtres uniques furent d’abord pour lui en si petit nombre, qu’il ne fallut pas faire un grand effort pour leur imposer des noms, et pour en conserver la nomenclature. Ce fut, sans doute, le Soleil, la Lune, le fleuve le plus voisin, le ruisseau qui baignait les bords de la prairie où il menait paître son troupeau, le chef de la famille qu’il fallut distinguer ; et ce fut là l’origine des noms propres.

8Mais à mesure que les rapports de civilisation s’étendirent, la nomenclature des noms propres s’accrut. On en donna à tous les objets qui formaient des classes, et qu’il était intéressant de distinguer : tels furent d’abord les hameaux, les rivières, les montagnes, les vallons, les villes, les sous-divisions des grands états, les grands états eux-mêmes, les grandes portions de la terre, les lacs, les fleuves, les mers particulières, les îles et les grandes mers.

9Ce premier succès devait naturellement enhardir celui qui avait imposé des noms à tout ce qui environnait sa demeure champêtre ; il porta ses regards plus loin ; des enfants à doter lui firent faire de nouveaux efforts : des arbres, semblables à ceux qu’il avait déjà nommés, d’autres ruisseaux, d’autres champs, avaient trop de ressemblance avec les premiers pour ne pas mériter et pour ne pas obtenir des noms particuliers : les premiers noms furent donnés à ceux-ci, et de propres qu’étaient d’abord ces noms, ils devinrent communs ; et pour rappeler leur dénomination commune, comme ils servaient de signes de rappel à une grande masse d’êtres, on les nomma noms appellatifs. C’est ainsi, comme je l’ai annoncé dès le commencement de ce cours, et comme nous aurons occasion de l’observer sans cesse, que tout s’engendre dans l’expression de la pensée, et remonte jusqu’à un élément fécondateur, comme dans le tableau même de la pensée ; ainsi le nom appellatif fut propre dans le commencement, comme il lui est arrivé dans la suite de redevenir propre.

10Mais aussitôt que les noms sont devenus appellatifs, et ils le sont devenus quand l’esprit a pris l’habitude, en observant tous les objets et en y remarquant des rapports de ressemblance, de les classer et de les distribuer en masses ou en espèces, leur extension est devenue plus grande, il a fallu les circonscrire ; et c’est alors que la philosophie, toujours attentive à perfectionner le langage à mesure qu’il donnait plus de suite, plus de liaison, plus de précision aux idées, a inventé de petits mots qui ont servi à déterminer les noms communs ou appellatifs, et ces petits mots sont les articles : mais il n’est pas encore temps de parler de ces petits mots, le nom mérite seul de nous occuper dans ce moment, par préférence à tout le reste.

11Nous l’avons d’abord considéré comme marchant le premier à la tête de tous les autres éléments de la parole. Nous l’allons voir leur imposant à tous l’identité des formes qu’il prend lui-même, commander aux uns tel ou tel nombre ; aux autres, tel ou tel genre ; à celui-là, tel rôle dans l’ordre des personnes ; à tous, la place qui leur convient à sa suite.

12C’est le chef de cette espèce de famille ; le sujet duquel on s’occupe, duquel on affirme les qualités énoncées dans la proposition ; c’est ce nom qui, une fois connu, répand la lumière sur tout le reste. On compare tout avec lui, et ce qui ne lui convient pas doit être supprimé. Tout ce qui pourrait lui faire perdre quelque chose de sa prééminence doit disparaître ou s’affaiblir. Pour le laisser ressortir seul, il faut que tout ce qu’on en dit dans le tableau de la période se rapporte tellement à lui qu’on puisse le suppléer, s’il faut, à la simple vue de tout ce qui lui est subordonné.

13C’est ici, citoyens, que le talent de l’instituteur doit s’exercer à imaginer des moyens de bien faire connaître aux élèves des écoles primaires le rôle que le nom joue dans le tableau de la pensée, comme sujet principal du discours ; tantôt en le supprimant dans la période, et laissant subsister autour de la place vacante tout ce qui n’est pas lui ; tantôt en supprimant tous les mots qui formaient son cortège, pour ne plus laisser voir que lui ; tantôt en retranchant l’image dessinée, dont le nom est la traduction fidèle ; tantôt en le remplaçant par un étranger, qui fasse remarquer à l’élève l’absence du chef véritable.

14Oui, citoyens instituteurs, c’est moins par des dissertations métaphysiques que par des procédés dont la nécessité et l’exercice habituel vous suggéreront l’invention heureuse, que vous ferez passer dans l’esprit de vos élèves les connaissances grammaticales.

  • 3 Nouvelle insistance sur le caractère pratique, et technique, de la métaphysique qui sera nommée «  (...)

15Ce sont les procédés analytiques qui donneront une sorte de corps à ce qui échapperait à l’esprit le plus attentif3.

16C’est ici que les instituteurs philosophes se distingueront de ceux qui ne savaient faire autre chose que suivre mécaniquement des éléments tous en définitions, et ce qui n’en étaient pas pour cela moins obscurs. Ceux-ci ne parleront du nom, comme sujet de la proposition, qu’en le comparant à tous les autres mots, qu’en faisant remarquer la justesse de tout ce qu’on en dit dans la période, qu’en accoutumant un esprit encore trop peu observateur à sentir les charmes d’un mot mis en sa place, et la préférence de ce mot sur un autre synonyme partout ailleurs, mais ici en deçà ou au-delà de la juste mesure.

17C’est ici que la grammaire invoque la saine logique, et qu’il n’est pas permis à l’une de faire un pas sans l’autre. Se borner à donner la définition du nom, à parler des noms propres et des noms appellatifs, ne pas remonter à leur origine, ne pas considérer le nom d’une manière logique, l’abstraire de la proposition, le regarder comme isolé, et sans ses rapports avec ce qui l’entoure, ce serait rester dans les entraves anciennes, et ne pas faire faire un pas à la raison et à l’intelligence des élèves : ne pas vous en montrer tous les inconvénients, serait manquer, dans cette école, le but de son institution. Qu’il me soit donc permis, citoyens instituteurs, de vous le rappeler de temps en temps.

18Je vous ai déjà fait connaître qu’il y avait un moyen de nous passer, en commençant l’étude de la grammaire, des dénominations grammaticales ; que pour y suppléer, j’employais avec succès un très petit nombre de signes numériques, que j’ai mis sous vos yeux. Pourquoi, dans les écoles primaires, ne préférerait-on pas ce moyen qui désigne le sujet, comme vous le savez tous, par le chiffre 1, l’objet sur lequel se porte la force de la qualité active par le chiffre 3, etc. ? Qu’on dise donc aux élèves des écoles primaires que dans une proposition où il y a une action exprimée, il y a toujours un sujet qui fait telle action, et un objet qui la reçoit ; qu’on distingue l’un et l’autre par un signe particulier, que le sujet et l’objet ont un nom chacun ; que ce nom change de rôle, devient l’un, cesse d’être l’autre, quand il change de place, quand il change de chiffre.

19Ces détails, citoyens, jugés peut-être par un censeur sévère, seront trouvés minutieux : mais ils ne sauraient être sans intérêt dans une assemblée d’instituteurs philosophes, destinés à aplanir, devant les élèves des écoles primaires, toutes les difficultés qui les arrêteraient à l’entrée de la carrière.

20C’est de cette distinction bien précise du nom du sujet et du nom de l’objet que résulte souvent la plus grande clarté dans le discours. Il est donc bien important d’exercer les élèves sur cette distinction précieuse ; il faut leur faire remarquer la dépendance où sont les mots les uns des autres, en appliquant les mots à des actions.

21Les noms ne sont pas tellement invariables, qu’ils ne reçoivent des formes des individus qu’ils désignent. Deux genres partagent tous les êtres en deux grandes sections ; chaque section est comme une sorte de division, une espèce de partage qui a fait donner à chacun le nom de sexe, mot qui vient lui-même de la même famille que section, tous deux dérivés de secare, latin, qui signifie couper. L’une de ces sections est celle des mâles, et leur genre est appelé pour cela le genre masculin ; l’autre est celui des mères, des femelles, et est appelé pour cela genre féminin. Les choses qui ne sont pas engendrées, mais faites, n’appartiennent sans doute à aucune de ces deux classes, et ne devraient être d’aucun genre, ou devraient du moins appartenir à un genre particulier. Mais ici le fil de l’analogie s’est rompu ; le caprice le renoua, en classant les choses comme la raison avait classé les êtres, et il y eut des choses mâles, comme il y eut des choses femelles. Cette bizarrerie, dont les langues anciennes nous ont donné l’exemple, a été bannie de la langue anglaise, où tous les noms, qui ne sont d’aucun des deux grands genres, ont un genre particulier.

22Ici le caprice de la langue n’a pas même toujours respecté ce partage qu’avait fait la raison entre les êtres vivants. Car on trouve les deux sexes d’une espèce entière, connus sous un seul genre, comme vous le savez, et on dit : un lièvre, un aigle, un renard, une mouche, sans jamais employer le féminin pour les trois premières espèces, ni le masculin pour l’autre. Ce sont des exceptions sans motifs, qu’il faut respecter en les blâmant ; que, par conséquent, il faut enseigner aux élèves des écoles primaires. Nous aurons soin d’ajouter un vocabulaire, qui contiendra toutes les exceptions aux règles générales : il serait superflu de vous en donner ici tous les détails. Nous dirons aux enfants pourquoi les premiers hommes crurent devoir mettre une si grande précision dans la distinction des deux sexes parmi certains animaux, et pourquoi ils en mirent si peu dans la distinction de quelques autres : en leur révélant ce secret dans l’ouvrage que nous leur préparons, nous leur ferons sentir que l’intérêt qui a lié les hommes a présidé à toutes leurs institutions ; qu’ils ont soigné davantage ce qui les touchait davantage ; que le bœuf compagnon de leurs travaux, le coq qui sonnait l’heure de leur réveil, la vache et la chèvre dont le lait les nourrissait, la poule dont les dons journaliers étaient aussi un des mets de leurs repas, méritaient une distinction ; qu’il y eut non seulement une syllabe particulière dans les noms de chaque sexe de ces animaux si utiles, mais encore un nom tout entier, un nom particulier, un nom propre à chaque sexe de ces espèces si précieuses. Qu’ainsi on a dit : le coq, la vache, le bœuf, la chèvre, au lieu que l’on s’était contenté de renfermer sous un genre unique ces animaux qu’une frayeur salutaire retenait loin de sa demeure ; ces animaux malfaisants, sans cesse attentifs à ravager ses poulaillers, ses colombiers, tels que le milan, l’épervier, le rat, le souris et beaucoup d’autres. Et nos enfants, à qui il faudrait découvrir un jour le secret de nos imperfections, et même de nos vices dans la langue, pourront en être consolés, en apprenant que la philosophie l’a souvent enrichie de vues fines, et de distinctions délicates ; car nous sommes trop pauvres en fait de langue, pour qu’il ne nous soit pas permis de relever un peu, sans cependant les exagérer jamais, nos avantages.

23Ces observations nous serviront à mieux retenir les règles par les nombreuses exceptions, et les exceptions par les règles.

24C’est en causant ainsi avec la tendre enfance, en lui rendant compte de tout, quand on ne peut lui rendre raison de tout, qu’on lui apprendra plutôt à composer son livre de grammaire, qu’on ne lui enseignera la grammaire.

25C’est ainsi que cette classe d’êtres mutilés par la nature, et dont les exercices ont mérité déjà votre intérêt, apprennent sans les étudier les règles de la langue la plus difficile pour eux.

26Ce sont des étrangers devant qui j’expose, sans rien déguiser, les rapports de notre grammaire avec celle de la nature ; et c’est l’aperçu des analogies, et souvent des contrastes, qui forment notre théorie.

27Il ne faut pas, citoyens, quitter cette matière sans tâcher de justifier cette imperfection touchant les genres, si toutefois cela est possible, sans que la vérité, qui mérite toujours tant de respect, en reçoive aucune atteinte.

28Il faut dire à nos jeunes élèves que la nature n’a pour nous tant d’intérêt que parce qu’elle est pour nous une sorte de tableau mouvant, où la plupart des êtres qui frappent nos regards sont sans cesse en action, et présentent des scènes sans cesse variées : c’est, faut-il leur dire, cette reproduction continuelle d’êtres pleins de vie que par une sorte d’analogie, les hommes ont voulu étendre en l’imitant ; et ils l’ont imitée, en nommant les choses comme les êtres étaient nommés ; et ils les ont nommées, en leur donnant aussi un sexe, et par conséquent en les distribuant en deux genres ; et de cette distribution est né le précieux avantage de tout nommer dans la langue, comme tout est nommé dans la nature, et cet autre avantage, qui suffirait tout seul pour cette attribution, de répandre dans le discours les charmes de la vérité d’où naissent les grâces et l’harmonie du style.

29Et c’est ici, citoyens, le cas de restituer généreusement et pleinement à l’e muet, dont l’existence a été menacée, la place qu’il occupe à la fin des mots, puisque cette place lui fait remplir deux fonctions à la fois : celles de déterminer le genre des noms, et d’ôter du discours ces sons pleins, ces retours uniformes d’où résulterait une monotonie fatigante.

  • * Je pense que les souscripteurs de cet ouvrage ne verront pas sans intérêt cette pièce dans cet ouv (...)

30D’ailleurs, citoyens, l’e muet a plaidé sa cause avec trop de grâce dans le Journal de Paris, pour ne pas la gagner auprès de tous ceux qui sont encore sensibles aux charmes de la poésie la plus facile et la plus enchanteresse*.

31La distribution des genres fixe aussi l’esprit sur la nature des noms liés aux autres éléments de la proposition, et ce caprice apparent est une richesse de plus dans les langues qui l’ont adopté. La langue française surtout, qu’on a tant calomniée, en est devenue plus harmonieuse et peut-être plus claire dans la forme de ses phrases.

32Les noms que nous avons appelés communs ont donc servi à désigner les êtres et les choses : ces choses et ces êtres forment collection et multitude ; mais il fallait un nom pour chaque objet, lors même qu’on ne sortait ni de l’espèce ni du genre ; on ne fut pas longtemps sans remarquer qu’on pouvait éviter une répétition fastidieuse, et qu’un petit moyen pouvait remplacer tous les mots qu’on supprimait : ce moyen fut un seul signe ajouté à la terminaison d’un seul de ces noms : c’est la lettre s qui a été ce signe ; un seul objet fut donc un seul nombre ; un nombre seul, un nombre singulier ; deux ou plusieurs objets furent le nombre de plusieurs choses, le nombre du pluriel. Voici comment j’en donne la leçon à mes élèves, je fais faire la même action à deux d’entre eux, et je la fais écrire ; on écrit les noms de chacun avec les autres mots qui forment la proposition, le tout au nombre singulier: cela fait deux propositions et par conséquent deux phrases, l’une écrite sous l’autre. Je fais faire par les élèves une seconde action pour avoir l’occasion de substituer les pronoms de chaque personne à son nom véritable : je tire une ligne, de chaque pronom, qui aboutit aux mêmes pronoms répétés, auxquels j’ajoute le caractère du pluriel, qui est la lettre s ou la lettre x ; en voici le tableau :

33Je fais pour les deux verbes comme pour les deux pronoms ; je fais remarquer que c’est là une économie de temps et de mots, puisqu’une simple lettre de plus tient lieu de plusieurs mots ; il résulte de ce tableau qui rend sensible la formation du nombre pluriel dans les verbes, que plusieurs singuliers valent un pluriel et sont tous contenus dans un pluriel, et c’est qu’il fallait enseigner.

34C’est ici, citoyens, qu’il faut donner la première leçon de l’ellipse, figure grammaticale que vous connaissez tous, qui revient sans cesse dans l’étude de l’art de la parole. On dit aux élèves que le nombre pluriel est la première forme elliptique, on leur fait remarquer qu’une seule lettre opère ces changements, que l’espèce tout entière est nommée, ou un seul individu de l’espèce, et cela par l’addition ou la suppression de ce caractère pluriel. Les noms seront donc susceptibles de deux nombres, quand ils seront des noms de genre ou d’espèce ; et ils ne le seront que d’un seul, quand ils ne seront que les noms d’un seul individu.

35Sans doute, citoyens, tous ces détails vous sont connus, mais pourrais-je les omettre dans un cours normal, où rien de ce qui appartient essentiellement à la science ne doit être négligé, où il ne faut pas examiner si ceux qui y assistent savent ou ne savent pas ce qu’on y enseigne, mais où tout ce qu’on y dit est fidèlement transmis dans un ouvrage qui, devenant le dépôt de toutes les connaissances utiles, deviendra classique, et remplacera dans les familles et dans nos écoles tous les livres élémentaires qui, faits avec un esprit différent, ne pouvaient former cet ensemble précieux, que présentera le journal des séances des Écoles normales ; sans doute ces détails sont minutieux, comme le sont pour la géométrie transcendante les premières opérations du calcul arithmétique, mais ces règles ne sont pas moins nécessaires pour les plus grandes opérations. Il faut donc, citoyens, ne jamais perdre de vue que quand nous vous parlons, c’est aux enfants, à leurs mères, à tous les instituteurs primaires que nous adressons nos leçons ; vous êtes ici moins pour les recevoir du professeur que pour les faire avec lui, puisque la moitié de nos séances vous est particulièrement attribuée : que si nous réussissons, comme je l’espère, à donner à nos conférences les formes qu’elles doivent avoir, c’est vous qui ces jours-là serez les véritables professeurs.

36La prochaine séance aura pour objet les noms de qualités, la théorie du nom abstrait, et celle de l’article.

Notes

1 Plan classique des grammaires raisonnées depuis Port-Royal, et que l’abbé reprendra dans ses Éléments, comme il s’y tient en l’an III. On voit encore une fois qu’il ne s’agit pas de se replier sur les parties du discours et d’y rester sans même en terminer l’exposé comme le pense P. Dupuy (cf. supra, notes 41,47 et 54). Sicard reprend exactement le plan en quatre sections annoncé en fin de séance le 4 ventôse. L’originalité consiste à partir de la période comme initiation à l’importance de la syntaxe pour l’ensemble de la grammaire. Et Sicard, le 4, avait dit le lien de cette originalité avec celle de sa méthode d’instruction des muets. Il y reviendra dans les séances « complémentaires » de l’an III, et dans le dernier débat en réponse aux demandes de Cavayer.

2 En présentant la théorie du nom, en soulignant l’importance de cette partie du discours, et en définissant par référence à elle les adjectifs ou appellatifs, les articles, et bientôt les pronoms, Sicard ne s’éloigne pas pour l’essentiel du cadre général de grammaire raisonnée dont l’Encyclopédie donne le tableau à l’article « Mot » (t. X, p. 760), et donc aussi de la Grammaire de Beauzée puisque l’article est signé B.E.R.M. Et ce cadre commande la distribution de la première partie de ses Éléments (chap, III : « Du nom », chap, iv, « De l’adjectif et des noms abstraits », chap, v : « Des articles ou mots déterminatifs », chap, vi : « Du pronom »). Pour le moment, l’abbé ne se prononce pas sur les justifications philosophiques que donne Beauzée dans cet article (p. 752-763), et en particulier la différence avec Du Marsais. Il se borne à suivre, et d’assez près, l’article « Nom », signé B.E.R.M. (t. XI, p. 195-199). Son originalité n’est pas saisissable en termes de grammaire, même générale, mais, à l’intérieur de la grammaire raisonnée (cf. note suivante).

3 Nouvelle insistance sur le caractère pratique, et technique, de la métaphysique qui sera nommée « logique » quelques lignes plus loin. Ce n’est en effet pas dans l’idée de raisonner les invariants grammaticaux que l’abbé est original, et lui-même s’excuse en fin de leçon de rappeler des détails très connus. La nouveauté tient au fait qu’il donne de véritables « éléments » pour les écoles primaires, et qu’il justifie la nécessité d’introduire ses chiffres dès le niveau morphologique.

Notes de fin

* Je pense que les souscripteurs de cet ouvrage ne verront pas sans intérêt cette pièce dans cet ouvrage auquel elle semble tenir d’une manière particulière, puisqu’il en a été l’occasion.
Réclamation de l’e muet, au citoyen Sicard, professeur aux Écoles normales, contre la proposition qu’il avait faite de substituer un autre signe à cette voyelle, et de supprimer l’n et le t dans les troisièmes personnes des verbes.
Réformateur de l’alphabet,
J’avais conçu quelque espérance,
À titre de sourd et muet,
D’intéresser ta bienveillance.
Mais, quand à la société
Tu rends mes malheureux confrères,
Pourquoi suis-je persécuté
Et proscrit par tes lois sévères ?
Nous sommes trois du même nom,
De sons divers, sous même forme ;
Et voilà, dis-tu, la raison
Qui me soumet à la réforme.
Il est vrai que nous sommes trois,
Et tous trois de même structure ;
Mais exprimant diverse voix,
Nous prenons diverse figure.
Les deux qu’épargnent tes rigueurs
Sont marqués d’un signe interprète ;
Et comme ils sont très grands parleurs,
Ont une langue sur la tête.
Si pourtant, à quelqu’un de nous,
Il fallait déclarer la guerre,
J’ose m’en rapporter à tous,
Est-ce à moi qu’il faudrait la faire ?
Je marche seul et sans fracas,
Sans attirail et sans coiffure :
Je ne cause aucun embarras
Dans le bel art de l’écriture.
Je chéris la simplicité,
Je suis formé d’un trait unique ;
Et fidèle à l’Égalité,
Je conviens à la République.
Dans mon chemin je suis souvent
Heurté d’une voyelle avide ;
C’est ainsi qu’en proie au méchant
Périt l’être faible et timide.
Mais alors même en expirant
Sous le froissement qui me presse,
D’un son barbare et déchirant
Je sers à briser la rudesse.
Dans la poésie où la voix
À l’hémistiche est suspendue,
Je n’en puis soutenir le poids ;
Son repos m’accable et me tue.
Il est vrai : mais souvent ailleurs
Je rends sa touche plus agile,
Et j’en nuance les couleurs
Sous la main d’un poète habile.
On ne me compte pas, dis-tu,
Dans les vers où je suis finale ;
Ah ! c’est alors que ma vertu
Par d’heureux effets se signale.
Pour peindre un objet étendu,
J’allonge une rime sonore ;
Et quand le vers est étendu,
La syllabe résonne encore.
Je rends le bruit retentissant
Du sein de l’orage qui gronde,
Et que répète en mugissant
L’écho de la terre profonde.
Par le dernier frémissement
Du son qui doucement expire,
Je peins le doux gémissement
De l’eau qui murmure et soupire.
Quoique l’on m’appelle muet,
Je dis beaucoup plus qu’on ne pense ;
Je ressemble au sage discret
Dont on écoute le silence.
À la voix je sers de soutien,
J’arrête le son qui s’envole ;
Tu parais le sentir si bien
Que tu n’as pas détruit mon rôle.
Même tu veux qu’un étranger
Le remplisse on me chasse.
Est-ce la peine de changer
Pour mettre un muet à ma place ?
Si donc tu voulais me laisser,
Par justice et reconnaissance.
J’aurais encore à t’adresser
Un vœu d’une grande importance.
Quand le signe de l’action
A pour sujet plusieurs personnes,
Ta sévère décision
Veut y supprimer trois consonnes.
Ah ! réforme ce jugement ;
Laisse-moi mes deux sentinelles.
Mon unique retranchement
Contre la fureur des voyelles.
Si tu renverses ce rempart,
Tu détruis partout la mesure,
Tu fais tomber de toute part
La poétique architecture.
Dans combien d’immortels écrits,
Tu vas mutiler le génie !
Je ne vois que des débris
Dans Phèdre et dans Iphigénie.
Des sourds-muets digne soutien,
Toi leur bienfaiteur, toi leur père,
Daigne aussi, daigne être le mien,
Et traite-moi comme leur frère.
Par le cit. Crouzet, élève du département de Paris, aux Écoles normales.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540