Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Septième leçon

24 pluviôse/12 février

Texte intégral

1Citoyens, le nouveau système de lecture que je vous ai présenté, et que vous avez recueilli avec des dispositions qui annoncent de votre part la préférence que vous lui donnez sur les méthodes anciennes, servira de base pour le fond et de modèle pour la forme au système grammatical dont je viens aujourd’hui vous offrir une sorte de frontispice.

2Tous les esprits ont paru n’avoir qu’une même opinion sur la réforme si longtemps désirée que je vous propose.

3Je ne dois donc pas craindre de choquer d’anciens préjugés ; leur règne est passé pour jamais, puisqu’on paraît avoir à peu près tout adopté pour le nouvel arrangement de nos premiers signes vocaux, ainsi que pour le nombre des signes et pour la manière d’en prononcer la valeur : suivant aujourd’hui la marche que je me suis tracée, pourquoi craindrais-je de porter une main trop hardie sur la construction grammaticale de notre langue, et sur son ensemble, pour en faire, s’il se peut, un tout dont toutes les parties soient amenées à cette unité précieuse qui les raccorde, les lie les unes aux autres, et en forme un seul corps, dont aucune partie n’est détachée ?

4Nous sommes convenus ensemble que l’élève ne devait plus être borné au rôle purement passif de témoin de son éducation ; qu’il devait la faire tout seul, en quelque sorte, que son instituteur ne devait faire autre chose que chercher avec lui la vérité, sans le devancer jamais dans cette recherche ; qu’il ne devait apprendre ce qu’il ignorait qu’à l’aide de ce qu’il savait déjà, en allant du plus connu au moins connu ; et, en conséquence, nous n’avons présenté des signes aux élèves qu’après leur en avoir montré les objets ; puis nous avons procédé à la décomposition des mots et des syllabes, et nous n’avons connu la valeur réelle de chaque caractère qu’après l’avoir déjà étudié, en quelque sorte, dans la réunion de tous. Nous connaissons donc aujourd’hui la valeur des lettres et la valeur des mots ; ce langage est devenu dans notre esprit l’appui de nos idées.

5Nos jeunes élèves penseront désormais en apprenant à parler, et ils parleront parce qu’ils auront des idées ; connaissant les signes de chacune, ils sauront mieux les combiner.

6Nous avons déjà lié les mots, les phrases, les périodes ; et les plus longs discours n’ont plus pour nous rien d’embarrassant ; c’est le moyen de reculer les bornes de ces premières connaissances, et d’agrandir la sphère de notre instruction.

7Nous savons lire, il est vrai, les phrases les plus composées ; mais leur construction arrête quelquefois notre esprit. Des mots qui ne sont l’image d’aucun objet, semés parmi beaucoup d’autres qui en représentent de très distincts, coupent pour nous le sens des propositions, et nous lisons, comme un instrument rend des sons, sans avoir la connaissance des impressions que représentent les touches de l’instrument vocal.

8Nous savons représenter en peu de mots les objets de nos désirs, de nos affectations, et peindre nos idées ; mais on rit devant nous, quand nous parlons et quand nous écrivons. Il y a donc une bonne et une mauvaise manière de nous exprimer, il y a donc, pour parler comme pour lire, un art, des règles, une méthode.

9Nous savons lire, et nous commençons à parler ; voilà le point connu où nous trouvera notre professeur de grammaire. Que doit-il faire pour nous apprendre l’art de bien dessiner la parole, et de la peindre avec correction ? Il faut nous en faire décomposer les éléments, et avant tout, présenter un tableau complet où rien ne manque, et où la valeur relative de chaque mot soit bien déterminée.

10Comment nous y prendrons-nous ? Tous les auteurs de grammaires ont, jusqu’ici, commencé par les parties du discours, par la définition de chacune de ces parties, et par un traité de chacune. Tous avaient pensé que leur grammaire devait commencer par ces définitions, et la nôtre finira, au contraire, par là.

  • 1 Cette déclaration suscitera des demandes d’explication (cf. séance du 29 ventôse). Mais il est enc (...)

11Leur grammaire se terminait par l’analyse de la période, et la nôtre commencera par l’analyse de la période1. Tous avaient conservé, dans notre langue, les dénominations empruntées d’une langue étrangère, et par conséquent barbare, et nous les bannirons, autant qu’il sera possible de le faire.

12C’est le peu de succès, obtenu par des procédés aussi contraires à la marche de notre esprit, qui nous commande une marche contraire. On commençait par la fin, et nous commencerons tout bonnement par le commencement.

13Mais, avant tout, examinons ce grand édifice dont nous venons connaître le majestueux ensemble et les détails intéressants. Nous ne devons pas oublier que nous ne sommes pas seulement, à l’égard de cet important objet, des curieux qui veulent jeter un coup d’oeil sur les pièces qui le composent. Nous allons devenir architectes à notre tour. Nous voulons porter sur chaque partie un regard plus observateur. Il ne peut nous suffire de l’avoir vu une fois seulement. Ce n’est pas à des instituteurs destinés à organiser l’instruction dans une république qu’il conviendrait d’avoir des idées si rétrécies sur un art qui doit être si précieux par le but qu’il se propose.

14Tout le domaine de la pensée est aussi le domaine de l’art de la parole. Cet art est à l’art oratoire et à la poésie, ce qu’est à la peinture l’art si nécessaire du dessin. Toutes les vues de l’esprit, toutes les affections du cœur, ses désirs et ses craintes, enfin notre âme tout entière ne passe dans une autre âme qu’à la faveur de la magie de l’art grammatical.

15L’obscurité des phrases, l’équivoque des mots, tout disparaît à son flambeau. C’est la grammaire qui classe tous les éléments de la parole, qui les unit, qui les dispose au gré des idées, qui ne sont justes qu’autant que le sont les mots qui servent à les exprimer ; elle fournit à chaque idée l’habit lui est propre, et sans lequel l’éloquence et la poésie prodigueraient en vain les richesses de leur parure. Il faut donc être grammairien avant tout : il faut l’être partout.

16La grammaire est pour l’esprit et pour le cœur, ce qu’est pour notre corps cette seconde nourriture qui remplaça celle que nous prodiguait le sein maternel, quand nous ne pouvions en digérer une autre plus solide.

  • 2 Ce sont les affirmations plusieurs fois répétées de Sicard sur l’indissociabilité, voire l’identit (...)

17Oui, citoyens, la grammaire est notre pain de tous les jours, de tous les moments, je dirais presque l’air de notre esprit. Il n’y a pas d’esprit sans pensée, point de pensée sans parole, et point de parole sans grammaire2.

18L’éloquence et la poésie sont pour nos jours de fêtes, pour nos délassements, pour nos plaisirs : ce sont les ornements de notre oisiveté, les parures de la richesse : mais la grammaire est notre habit de tous les jours, celui de nos besoins. L’éloquence, et surtout la poésie, sont le langage des esprits cultivés, des génies heureux, de ceux qui habitent les villes ; la grammaire est le langage de tous, celui des pauvres comme celui des riches, des enfants comme celui de leurs mères, des ignorants comme des savants, des artisans et des cultivateurs ; des cultivateurs, surtout, de cette classe intéressante à qui nous devons la conservation de notre existence, pour qui sont destinées ces écoles primaires, la plus heureuse et la plus bienfaisante de toutes les institutions, et pour lesquelles les Écoles normales elles-mêmes ont été établies.

19C’est donc, plus que toute autre science, la grammaire, citoyens, qui nous rassemble tous ; et peut-être que plusieurs d’entre vous préféreront d’en enseigner les éléments aux pauvres et aux enfants, pour leur servir d’introduction aux autres connaissances, non moins utiles, qu’on veut que vous portiez dans nos départements. Que fait donc de si grand et de si nécessaire pour la parole cette grammaire, dont, peut-être, je serai soupçonné d’avoir exagéré et la nécessité et les précieux avantages ? C’est elle, citoyens, qui, à mesure que passent sous ses yeux les éléments compositeurs qui entrent dans l’économie du discours, leur donne à chacun les noms qui conviennent à leur rôle. C’est elle qui oblige les subordonnés à prendre les formes et le ton de ceux qu’ils doivent modifier. C’est elle qui, fidèle aux convenances de la nature, impose à ceux qui ne devraient être d’aucun genre la nécessité de prendre jusqu’au sexe, et jusqu’au nombre des autres. Elle ne permet pas même au lien qui les enchaîne de suivre les caprices de l’arbitraire. C’est elle qui rend ce lien, ou plus fort, ou plus faible, en lui donnant la forme du pluriel ou celle du singulier, selon le nombre des objets qu’il doit lier. Elle lui imprime jusqu’à la physionomie de l’acteur dont il affirme la qualité active ou passive. Elle lui commande de déterminer l’époque précise de l’actualité de l’action. Elle lui donne cette richesse de formes qui fait, si je l’ose dire, de la conjugaison du verbe un vrai chef-d’œuvre. S’il peut naître la moindre équivoque de la répétition des noms des divers acteurs de la proposition, aussitôt un mot nouveau est inventé, qui prend la forme qui convient à son rôle, un mot qui n’est le nom de rien, et qui devient le nom de tout, qui vient remplacer les autres, et avec la précision la plus rigoureuse, se répand dans toutes les phrases, et tout cela pour remplacer le nom, qui ne pourrait, sans faire oublier sa nature, se métamorphoser. On voit que je veux parler du pronom. Quelle richesse dans ces moyens différents ! quelle fécondité dans les formes qu’elle emploie ! Ce que la grammaire n’inventa que pour le besoin seul, elle en a fait un ornement qui fait le plus doux charme de l’oreille.

20Les rapports que les actions ont avec les objets et que ceux-ci ont avec d’autres, le terme et le but de l’action, des mots faits tout exprès, fixes et sans variations comme le rapport qu’ils doivent peindre, servent de porte-action, en quelque sorte, et deviennent comme ce fil conducteur qui transmet l’étincelle électrique. Telle est, en effet, la fonction des prépositions. Ces nuances heureuses qui, sans être le signe d’aucune idée, fondent les couleurs dans le tableau de la pensée, qui peut les méconnaître dans le sage emploi des conjonctions, d’où résulte, ce semble, comme d’un seul jet, l’édifice admirable de la période ? Quel ordre dans cette sage distribution de parties ! quelle clarté jaillit de toutes parts dans un ensemble aussi merveilleux !

21S’il ne peut être indifférent pour chacun de nous de connaître les noms des membres de notre corps, de ses organes, et de toutes les parties qui en composent l’admirable structure, comment pourrait-on ne pas s’intéresser à la connaissance des opérations de l’instrument de la pensée ? L’anatomie de l’âme serait-elle moins intéressante que celle de notre corps ? C’est la grammaire qui est cette sorte d’anatomie, non la grammaire bornée aux définitions, mais la grammaire philosophique, telle qu’il faut la présenter ici, et qu’il faudra l’apprendre désormais à un peuple libre, qui semble destiné à réunir à la gloire d’avoir été le vainqueur de tous les autres, celle d’en être encore le législateur dans les sciences et les arts.

22On n’en entendrait pas les mots ! Point de logique sans la grammaire, point de commerce agréable des hommes entre eux, sans son secours : on veut raconter ce qu’on a vu, exprimer ce qu’on désire, montrer ce que l’on sent, persuader ce que l’on croit, faire aimer ce que l’on aime ; sans la grammaire, l’esprit et le cœur sont presque également muets.

23Dans les écoles primaires, après la connaissance du syllabaire, quelle croyez-vous, citoyens, qui dans le désir de les apprendre toutes obtiendra la priorité ? Ce sera celle que supposeront toutes les autres, et qui n’en supposera elle-même aucune, et c’est la grammaire. Tous les enfants ne pourront pas s’élever aux grandes théories de la géométrie, aux analyses de la chimie ; tous n’auront pas un égal besoin de la philosophie de l’histoire, ni de connaître les raisons des procédés de la nature, ni les causes des effets qui frappent sans cesse nos regards. Tous n’auront pas besoin d’être poètes, orateurs, métaphysiciens ; mais quel homme, dans un gouvernement où chacun sera appelé à expliquer les lois, et même à les faire exécuter, quel homme pourra se passer de grammaire ? Tous les enfants sont donc destinés à être les disciples des professeurs de grammaire. Il n’y en a pas un seul à qui il ne faille l’enseigner, pas un seul qui n’ait le droit de vous dire : vous avez été appelés à la première école de la République ; vous êtes allés vous faire enfants comme je le suis, pour m’apprendre à être un homme comme vous l’êtes. Eh bien, quelle science m’apportez-vous ? Que venez-vous m’apprendre ? Je veux savoir tout ce que vous savez ; il faut que je vous comprenne, que je vous entende. Est-ce qu’avant tout, vous ne me communiquerez pas l’art de comprendre toutes ces longues phrases que vous employez ? Vous parlerez à un sourd, si vous me laissez muet, si vous ne me communiquez tout le secret de l’art de la parole, si enfin vous ne m’apprenez la grammaire.

24Nous nous hâterons de nous établir dans un lieu bien connu, où nous trouverons un des jeunes élèves que nous voulons instruire. Nous parlerons avec lui. Il sait lire sans connaître les règles du langage ; il juge et distingue la période avec ses accessoires ; et, dans tout son ensemble, il n’a presque rien vu qui ne soit au niveau de son intelligence. Tout l’art de la parole est dans la période, puisque le discours, qui en est le chef-d’œuvre, n’est qu’une grande période lui-même, et qu’une période réciproquement n’est qu’une sorte de discours. Nous aurons donc fini notre cours, quand nous saurons l’art de composer, de décomposer et de recomposer la période ; quand nous connaîtrons tous les éléments qui la forment, nous connaîtrons toutes les parties du discours : présentons-la comme un tableau ou comme un édifice, sur le modèle duquel nous nous exercerons à en former de pareils.

25Avant de lire la période, il est bon que je rappelle ce que c’est qu’une période et ce qui la forme. Vous savez tous qu’un mot est composé ordinairement de plusieurs syllabes ; qu’une syllabe est ordinairement le composé de plusieurs lettres, quelquefois d’une seule ; ainsi la phrase est le composé de plusieurs mots, comme le mot est le composé de plusieurs syllabes. La phrase composée est la réunion de deux phrases : donnons un exemple de tout cela.

26Quand je dis chapeau, je prononce deux sons ; chacun est composé de plusieurs lettres. Quand je dis : « Chapeau est noir », je prononce trois mots liés : c’est une phrase.

27Les mots à la suite les uns des autres ne font pas toujours une phrase. Ainsi, si je disais : « Le Soleil éclaire la Terre », et « Le Soleil est un bel astre », je dirais deux phrases ; et quoique je parle du même sujet, cela ne serait pas une seule phrase composée. Mais une phrase composée sera celle-ci : « Le Soleil qui éclaire la Terre est un bel astre. »

28La période se compose de la même manière ; ce seront plusieurs phrases enchâssées les unes dans les autres ; et voici, citoyens, en passant, ce que c’est qu’une période, et la différence qu’il y a de la période à la phrase composée.

29On pourrait former plusieurs phrases composées, sans faire une période. De même que les peintres font ce qu’on appelle une galerie de portraits, qui ne forment pas un tableau ; de même que dans une maison, il y a plusieurs individus sans qu’il y ait plusieurs, ou même une seule famille, la famille se composant d’enfants liés au père et à la mère ; de même la période est une sorte de famille où tous les membres font partie d’un sujet principal. Je dirai plus, c’est que la période est encore plus famille qu’un tableau de famille.

30De quoi s’agit-il pour décomposer avec succès une période ? il faut d’abord l’écrire, la réduire à autant de phrases simples qu’elle en contient. Voici celle que je vous propose pour exemple.

31« Quel est donc cet être qui, plus agile que l’aigle, s’élève dans son vol hardi jusqu’au plus haut des cieux, en mesure la vaste étendue, calcule le mouvement des astres, et semble leur tracer une marche dont il ne leur permet pas de s’écarter ; qui descend ensuite jusque dans le sein de la Terre, et pénétrant dans les immenses arsenaux de la nature, l’observe d’un œil curieux, la surprend dans ses secrets, et, riche de ses collections, retourne dans ses foyers, où, rival audacieux de cette mère génératrice de tout, il compose et décompose à son gré ses chefs-d’œuvre, et lui ravit ou partage avec elle l’admiration de ses semblables ? C’est l’homme. »

32Cela ne fait qu’un seul tout. Il n’y a là matériellement, ce semble, qu’une proposition, et il y a réellement plusieurs phrases, plusieurs propositions ; mais il y en a une surtout, la dominante ; c’est à celle-là que tout se rapporte. Il y a là plusieurs phrases, de trois sortes ; une phrase principale, des phrases incidentes et des phrases subordonnées.

33Qu’est-ce qu’une phrase principale ? La phrase principale est dans une période comme dans un tableau de famille le père de cette famille ; comme dans un tableau qui représente une bataille, le héros qui l’a gagnée. Ainsi, représentez-vous, dans la période, la phrase principale jouant ce rôle principal. Les phrases incidentes sont celles qui viennent là, pour modifier, restreindre ou circonscrire le domaine trop étendu que pourrait avoir, ou la qualité que l’on affirme, ou le sujet de qui on affirme la qualité. Ce sont des espèces de fossés terminateurs, qui empêchent de confondre une propriété avec une autre. Il y a des mots propres et des mots qu’on appelle communs. Les mots propres sont circonscrits, dès qu’ils sont énoncés ; les mots communs laisseraient souvent trop de vague dans l’esprit, si des phrases particulières ne venaient leur donner une détermination plus précise, et avertir qu’un mot général ne doit pas être pris dans toute son étendue.

34La phrase incidente est presque toujours liée à la phrase principale, ou à quelque sujet ou à quelque qualité de la principale, par un petit lien de convention, qui n’a d’autre fonction que de rattacher cette branche au tronc de l’arbre.

  • * Cette étymologie n’a pas paru juste à quelques personnes qui avaient dit au Professeur que inciden (...)

35Si je disais, parlant du Soleil : « L’astre est plus grand que la Lune », on me demanderait de quel astre j’entends parler. J’appelle aussitôt une phrase incidente à mon secours, c’est-à-dire une phrase qui, venant couper la phrase principale, vienne à côté du nom trop vague, pour le rendre moins étendu, et je dis : « L’astre qui nous éclaire pendant le jour », etc. Alors plus de vague dans l’esprit : l’astre dont je parle est connu par une propriété qui ne convient qu’à lui seul, et c’est la phrase incidente qui l’a fait connaître. Pourquoi cette phrase est-elle appelée ainsi ? C’est qu’elle tombe réellement sur le sujet de la phrase principale, comme je viens de le dire, et qu’on a dû, par conséquent, lui donner un nom pris dans celui de sa fonction ; car incident vient de cadere, latin, qui, comme on sait, veut dire tomber sur*.

36Vous voilà, je pense, citoyens, au fait de ce qu’on appelle une phrase incidente ; vous voyez qu’elle joue dans la période un rôle moins important que la phrase principale, puisqu’elle ne vient faire autre chose que circonscrire les mots qui, sans elle, seraient beaucoup trop vagues, trop étendus. Les phrases incidentes répandent ordinairement, comme vous voyez, infiniment de clarté dans la période et dans le discours.

37La phrase subordonnée n’a absolument rien de commun avec la phrase incidente, ni pour la forme, ni pour le sens. C’est bien un e phrase, sans doute : il y a affirmation ; mais elle se trouve là pour assigner la place ou le lieu de la scène, que les acteurs ont occupé ou doivent occuper : on pourrait la nommer aussi circonstancielle. Elle est là au service de tous, et voilà ce qui lui fait donner le nom de subordonnée. Elle est presque toujours l’objet d’un verbe, ou le régime d’une préposition. Tout ceci sera mieux développé à la fin de ce cours. Je n’en dis ici que ce qu’il faut, pour être mieux compris dans ce que j’ai à dire.

38« Après avoir préparé ma leçon, je suis venu à l’École normale pour m’entretenir avec les instituteurs-élèves, qui doivent être un jour mes coopérateurs, des matières sur lesquelles j’avais médité. » Eh bien ! je viens de faire tout simplement une période. Il y a phrase principale, subordonnée, et incidente. Voici la phrase subordonnée : « Après avoir préparé ma leçon ». Il y a là affirmation. Si vous voulez examiner cette phrase : « J’ai préparé ma leçon », vous verrez qu’elle ne circonscrit rien, qu’elle ne détermine rien. Elle annonce seulement une action après laquelle s’en est faite une autre, sur laquelle se porte toute l’attention. On peut absolument se passer d’une subordonnée. On ne peut se passer, sans tomber dans le vague, d’une incidente. Mais la phrase principale est comme la clef de la voûte. Rien ne serait compris sans elle, et l’esprit resterait dans une sorte de curiosité inquiétante. On ne peut donc jamais omettre cette phrase.

39Voilà donc la première différence qui se trouve entre ces trois phrases :

40La phrase subordonnée est utile.

41La phrase incidente est nécessaire.

  • 3 On retrouve, dans cette définition des propositions, le vocabulaire de l’utilité. Le long exemple (...)

42La phrase principale est indispensable3.

43Mais on vient de m’avertir que le temps destiné à temps ma leçon est passé. Nous reprendrons, à la prochaine séance, où nous en restons aujourd’hui.

Notes

1 Cette déclaration suscitera des demandes d’explication (cf. séance du 29 ventôse). Mais il est encore une fois tout à fait inexact de prétendre comme P. Dupuy que, vaincu sur ce point, Sicard se rabattit sur les parties du discours. Lui-même clarifie la question dès la séance du 4 ventôse. Elle renvoie au double statut de l’analyse qui compose et décompose. Et la période est ici la proposition prise au degré maximal d’articulation syntaxique. Elle n’est pas nécessairement littéraire (cf. note suivante). D’autre part, Sicard maintient son cap sur ce sujet, et dans ses leçons et dans les ouvrages publiés plus tard.

2 Ce sont les affirmations plusieurs fois répétées de Sicard sur l’indissociabilité, voire l’identité de la grammaire et de la métaphysique ou analyse de l’entendement, dont ce paragraphe résume l’esprit, qui annoncent la philosophie des Idéologues. Et qui surtout empiétaient manifestement sur le terrain de Garat. Elles trouveront comme un point d’orgue dans le texte des Nouveaux débats daté du 1er thermidor an IX, donné en réponse à la critique de Locke par Horne-Tooke, et qui s’ouvre par ces mots : « Il est certain que tout ouvrage sur l’entendement humain sera toujours un traité sur le langage ; comme tout ouvrage sur le langage devra être, nécessairement et réciproquement, un traité sur l’entendement humain. » (éd. 1800-1808 des Débats, p. 160) Mais il pense à cette grammaire qui est, comme il le dit, notre pain quotidien. Il veut répondre à un besoin du nécessaire opposé au superflu, et vise une sorte de minimal vital pour l’esprit plutôt qu’il n’en veut définir la nature.

3 On retrouve, dans cette définition des propositions, le vocabulaire de l’utilité. Le long exemple n’avait rien d’une aberration. Du Marsais en avait donné le modèle à l’article « Construction » de l’Encyclopédie avec son analyse de l’idylle de madame Deshoulières, Les Moutons. Mais c’est de la longue maturation grammaticale, entre Port-Royal et l’Encyclopédie, de la syntaxe en général, et de la théorie des relatives en particulier, dont Sicard veut d’emblée faire recueillir le fruit en distinguant de cette façon incidente et subordonnée (cf. J.-C. Pariente, Grammaire générale..., op. cit., et E. Schwartz, Les Idéologues..., op. cit.). Il donnera sa théorie, en cela nullement originale, de ces types de propositions dans la seconde partie de sa Grammaire, en l’an III, comme dans les Éléments.

Notes de fin

* Cette étymologie n’a pas paru juste à quelques personnes qui avaient dit au Professeur que incidente était un dérivé de cado : mais Dumarsais, Beauzée, Girard, l’auteur de la logique de Port-Royal avaient décidé la question en faveur du Professeur.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540