Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Cinquième leçon

22 pluviôse/10 février

Texte intégral

1L’objet de cette séance est de vous développer la manière dont je dois m’y prendre pour faire entendre aux sourds-muets ce qu’on appelait autrefois et ce que nous appellerons encore la préposition. Je me servirai de ces anciennes dénominations, parce qu’elles vous sont connues, jusqu’à ce qu’ensemble et de concert, nous en ayons créé de nouvelles.

2Le premier complément d’une phrase active, c’est l’objet de l’action qu’on appelait autrefois le régime ou le cas du verbe ; le second complément, c’est la préposition et son régime ; le troisième complément rentre dans le second, c’est ce qu’on appelait autrefois l’adverbe. Je vous ai fait voir comment la nécessité de recourir au verbe être nous a donné la phrase énonciative. Je vous ai fait voir comment la seconde phrase, la phrase active, ressemble parfaitement à la phrase énonciative, étant formée comme elle d’une qualité que nous avons appelée qualité active, à laquelle nous avons accolé le verbe être ; ainsi nous avons dit : « Sicard est frappant », comme nous avions dit : « Papier est rouge » ; je vous ai montré comment nous faisions sortir, en quelque sorte, la qualité de son objet, et comment nous la rattachons à l’objet, par le moyen d’une ligne qui est le verbe être du sourd-muet. Tout cela est entendu et n’a besoin que d’être rappelé, afin d’être lié à ce que nous allons dire ; je vous ai fait voir ensuite que pour procéder à la connaissance du régime du verbe, il fallait faire une seconde phrase, que nous avons appelée la phrase passive. Ainsi, nous avons dit : toute phrase active suppose une phrase passive et réciproquement, toute phrase passive suppose une phrase active. Vous avez vu, citoyens, comment la phrase passive, en s’ellipsant peu à peu, ou en éprouvant des ellipses successives, nous avait donné pour résultat le régime du verbe ; et nous avons dit : soient données ces deux phrases, « Sicard est frappant », « Table est frappée » ; nous avons dit : le mot frappé, passif, est tout entier dans frappant, actif : ainsi nous n’avons pas besoin de le répéter et nous pouvons le supprimer ; cela nous donne cette phrase passive réduite à ces deux termes : « Table est » ; mais comme le verbe être ne doit être qu’une ligne qui sert à lier, et par conséquent à affirmer une qualité d’un objet, aussitôt que la qualité disparaît, le verbe être doit disparaître aussi. Par conséquent, quand nous avons retranché la qualité passive, nous avons dû également supprimer le verbe être ; cela nous donne pour résultat le seul mot table, qui ne peut être supposé par aucun mot de la phrase active qui précède, et il devient mot elliptique, il devient, pour mieux dire, phrase elliptique, il rappelle la qualité passive que nous n’avons pas besoin d’énoncer, puisque nous avons la qualité active qui précède, et il rappelle aussi le verbe être : alors vous avez vu mettre sur ce mot-là trois chiffres ; car je dois vous rappeler encore la théorie des chiffres, qui est absolument essentielle pour pouvoir suivre les opérations auxquelles nous allons procéder.

3Le sujet d’une phrase est toujours marqué et désigné par le chiffre 1. La qualité de cet objet est désignée par le chiffre de l’objet, et le verbe est désigné par le chiffre 2. Ce qui fait trois chiffres : alors le mot de table, qui, comme nous venons de le dire, est l’ellipse de la phrase passive tout entière, doit donc être désigné par les trois chiffres qui seraient répandus sur les mots que nous avons supprimés. Par conséquent on ne sera pas étonné que tous les objets d’action dans une phrase, devenus régime de la phrase entière, soient marqués du chiffre 3.

4Ainsi le régime du verbe appelé actif, qui est le sujet d’une phrase passive ellipsée, aura toujours dans notre grammaire à son sommet le chiffre 3. Cette phrase : « Sicard est frappant table », portera donc ces caractères-ci : 1 sur Sicard, 1 sur frappant, 2 sur est, et 3 sur table. Voilà donc notre phrase, avec son premier complément ; voilà une phrase active et une phrase passive réunies, puisque l’objet d’action est l’ellipse de la phrase ; maintenant il faut passer à ces autres mots : « Sicard frappe table avec main. » Au reste, citoyens, je vous demande grâce pour tous les articles, pour tous les mots qui ne sont pas nécessaires aux yeux du sourd-muet.

  • 1 L’ordre est en effet celui d’un cours, non seulement raisonné, mais génétique. C’est ce qui impose (...)

5Je n’ai pas besoin de remarquer combien une grammaire qui commencerait à donner la connaissance de l’article avant d’avoir parlé des noms serait peu analytique1. Non seulement j’ai à proposer une réforme sur les dénominations grammaticales, comme j’en ai proposé une sur les dénominations des lettres, mais je dois en proposer une sur l’ordre même et l’arrangement de ces dénominations. Non seulement nous changerons ces mots, mais encore nous changerons l’ordre de ces mots, c’est-à-dire que nous les énoncerons dans l’ordre dans lequel la nature et l’ordre des idées les ont rendus nécessaires. L’article est infiniment plus moderne que tous les autres mots ; l’article ne se trouve même pas dans les autres langues. Il est dans la langue grecque, comme la langue-mère la plus riche, la plus brillante de toutes. Il n’est pas dans la langue latine, nous l’avons dans la nôtre ; nous n’en parlerons pas au commencement : les choses de luxe n’ont pas précédé les objets de nécessité, l’architecture n’a pas devancé la maçonnerie. Nous commencerons par faire une cabane, avant de songer à bâtir une maison et à l’orner. Les sourds-muets diront donc : « Sicard est frappant table », et non la table. Comment ferons-nous pour lui faire entendre « Sicard frappe table avec main » ? Il entendra facilement le mot main ; mais le mot avec, comment est-ce que nous le lui présenterons ? Il ne se contente pas de mots, il lui faut des idées. Il serait bien court, sans doute, de frapper la table avec la main, et d’écrire ces mots en même temps qu’on ferait cette action. Mais encore quelle acception recevrait dans l’esprit de l’élève le mot avec ? Cette manière serait-elle la plus naturelle, la plus philosophique ? Il aurait toujours un doute sur le mot avec ; il demanderait : « Qu’est-ce qui s’appelle avec ? » Ce n’est donc pas ce moyen que nous prendrons. On peut bien, quand on parle d’une qualité, la réduire à trois classes ; on peut aussi réduire le verbe à une seule, et inventer un procédé général pour expliquer et la nature du verbe et celle des qualités, considérées grammaticalement ; mais chaque préposition demande un procédé particulier, chaque préposition semble former une classe particulière.

  • 2 Le sens semble exiger ici et dans tout l’alinéa « à » et non « et ».

6Après bien des recherches, bien des observations sur les prépositions, je me suis convaincu que la première préposition, la plus simple de toutes, la plus facile à faire entendre, c’est la préposition et2, et après elle la préposition de ; ce sont ces deux prépositions qu’il a fallu choisir pour faire entendre toutes les autres, de a fait entendre et, et et a fait entendre de. Maintenant voici ce que le sourd-muet lui-même m’a appris ; qu’il fallait d’abord placer tout ce qui formait les images, et tout ce qui n’en formait pas ; il fallait chercher combien d’images y a-t-il dans cette phrase-ci. « Sicard (nous ne dirons plus « est frappant », car nous savons que le verbe se place à la fin du mot frappe) Sicard frappe table avec main », ou « Sicard porte règle à chaise » : combien d’images y a-t-il là ? Le mot Sicard est une image, un signe : c’est la représentation d’un objet ; frappe est une autre image ; règle encore une image ; porte est une image aussi ; chaise est une image ; nous n’avons pas d’image pour à et de.

7Voici ce que le sourd-muet a écrit lui-même, Sicard portant baguette, ou règle, chaise ; voici les réflexions que j’ai faites à ce sujet : comme la mère devient la première maîtresse de langue de son enfant, elle tâche de faire naître des idées dans sa tête, sans savoir même ce que c’est qu’une idée. Quand l’enfant demande du pain, si sa mère répond qu’elle n’en a point, qu’elle ne peut lui en donner, et que l’enfant aperçoive du pain sur une table, il lui dit aussitôt : maman, pain, table ; et il lui montre ces deux objets intéressants pour lui,pain, table : mais ces deux mots ainsi exprimés sont-ils liés ainsi dans l’esprit de l’enfant, n’y a-t-il rien entre pain et table ? La mère va faire éclore l’idée d’un troisième mot : « Où est le pain, mon fils, dit-elle ; est-il sous la table, ou auprès de la table, ou sur la table ?» ; et tout en disant ces mots, elle met le signe du geste à côté des mots sous, auprès, sur. Ainsi s’apprennent ces prépositions bien distinctes. Je fais le rôle de la mère : l’élève est le premier à me donner également le signe de la préposition à ; quand je lui ai fait voir que le mot chaise n’est point lié au mot duquel dépendent tous les objets d’actions qui précèdent le terme de l’action (et ce signe je m’en saisis sur-le-champ) je le traduis par à, qui est cette préposition qu’il fallait rendre nécessaire pour la faire comprendre.

8Voici ce procédé :

9Massieu est portant couteau.

10Massieu est portant règle.

11Massieu est portant étui.

12Massieu est portant peloton.

13Voilà ces cinq phrases ; il les écrit de suite, et il dit :

14Il nomme toujours le sujet à l’occasion de chacun des objets portés. Si nous ne l’imitons pas dans notre langage, c’est que nous avons inventé le pluriel qui n’est pas dans la nature. Après chaque phrase, vous voyez qu’il a tracé une ligne perpendiculaire, pour séparer la première phrase de la seconde. Chacune de ces lignes termine chaque phrase, et en fait un tout complet : et ce qui va vous étonner, peut-être, c’est que, sans chercher une seule règle de grammaire dans ce procédé, j’en ai trouvé une très simple sur la ponctuation ; elle regarde les virgules ; vous allez en juger. Nous avons écrit 1 sur Massieu, 1 sur port, et 2 sur e, qui termine la qualité active, et qui, en la terminant, en fait un verbe, et qui représente le verbe être. Nous avons aussi écrit le chiffre 3 sur couteau, et sur les autres objets d’action suivants. Maintenant, nous allons lui dire que toutes les fois que, dans le langage, nous pourrons nous dispenser de répéter des mots, nous le ferons, parce que, comme les opérations de l’esprit sont plus rapides que celles de la main, pour faire que la copie ressemble à l’original, que l’action de la main soit aussi prompte que celle de l’esprit, nous tâcherons de trouver un moyen de nous passer de toutes celles qui ne sont pas nécessaires.

15On lit ici quatre fois le mot Massieu; si nous ne l’écrivons qu’une fois, et que nous convenions qu’une fois doit suffire, ce sera de même pour le verbe porte.

16Vous sentez que le sourd-muet, dont la paresse est encore plus grande que la nôtre, s’accommode fort bien de cet arrangement. Nous ôterons donc tous les mots qui ne sont pas nécessaires, mais nous laisserons le caractère qui nous en tient lieu.

17Voilà ce qui nous reste :

18Nous laissons cependant les caractères qui remplacent les mots que nous avons ôtés. Mais que deviennent ces petites colonnes que nous avons tracées ? Nous en effacerons une partie, pour ne pas empêcher le passage de la vertu active qui se trouve dans la qualité active qui précède tous les objets d’action, sur lesquels elle demande à se porter.

19Nous en ferons autant pour toutes les lignes perpendiculaires qui nous restent ; et alors il nous reste la moitié de la ligne, une espèce de demi-ligne qui n’empêche plus la vertu du verbe porter, de passer successivement sur tous les mots qui sont à la suite les uns des autres, mais qui avertit le lecteur que ces mots là appartiennent à celui qui les précède, c’est le chiffre 3.

20Il nous reste entre les objets d’action de petits traits, ces restes de lignes perpendiculaires, qui deviennent des virgules.

  • 3 La ponctuation sera traitée selon l’ordre classique à la fin du cours de grammaire proprement dite (...)

21Je n’ai pas le mérite de cette invention ; je ne l’avais pas cherchée. Voici les avantages que j’en retire. Vous vous rappelez tous de ces règles de ponctuation qu’on nous donnait dans nos grammaires : on nous disait que la virgule est un petit repos, le point un grand repos3. Suivant ma méthode, la virgule est le signe d’une phrase entière. Elle rappelle les mots qui, qui est après la seconde, sur celui qui est après la troisième, comme il la porte sur celui qui est immédiatement après lui. Voilà donc manquent, et qui sont facilement sous-entendus. Je dis à l’élève que le mot exprimant la qualité active porte sa force et sa vertu sur celui qui est après la première virgule, sur celui qui est après la troisième, comme il la porte sur celui qui est immédiatement après lui. Voilà donc les virgules qui se sont présentées comme d’elles-mêmes ; c’est ainsi que je désirerais que se présentassent toutes les autres règles de grammaire. Car toutes les fois qu’on doit chercher une chose, il n’est pas toujours sûr qu’on la trouve.

  • 4 La numération sera donnée à la leçon suivante. Elle aura fait le plein des cinq chiffres. Ici la n (...)

22Le sourd-muet sait donc pourquoi, après les noms des objets, il y a des virgules. Ce serait de même, s’il y avait plusieurs sujets d’action. Il y aurait également plusieurs phrases, par conséquent plusieurs virgules. Nous avons ici nos phrases bien marquées : je fais répéter ce que nous appelons le lien ; c’est, en effet, la supposition que nous avions faite. Maintenant, nous voulons rapporter tous ces objets sur une chaise. Ce n’est pas 1, c’est une qualité ; ce n’est pas un autre 1, ce n’est pas le nom du sujet. Nous voyons 3 sur tous les objets ; nous allons mettre 3, et nous verrons l’effet que cela produira. Nous savons que le mot couteau doit porter le caractère 3, parce qu’il forme une ellipse d’une phrase passive. Il en est de même du mot règle, du mot clef. Nous avons écrit 3 sur une chaise ; mais ce chiffre donne à ce mot le même caractère qu’aux objets d’action ; et alors la chaise doit être portée comme tous les autres objets. Mais ce n’est pas là notre objet : nous voulons faire entendre que la chaise est le terme de l’action ; ce mot ne peut donc pas dépendre, comme les autres mots, de la qualité active. Il faut exprimer cette tendance, ce but et ce rapport. Il nous a été indiqué par le signe du sourd-muet, quand il nous a montré la chaise vers laquelle il fallait marcher, et nous avons traduit ce signe par le mot à, qui semble montrer à l’esprit le terme éloigné de l’action, le terme où l’action doit aboutir. Ce mot, appelé préposition dans les grammaires, se place donc entre les objets d’action et le terme d’action, pour arrêter, en quelque sorte, la vertu active de la qualité active4, et la circonscrire dans son domaine. Il est là pour influer sur le terme de l’action, pour le modifier en quelque sorte, pour le régir, si ce mot pouvait nous convenir, comme on disait autrefois que le cas était régi par le verbe.

23Dès ce moment, tous les mots se conviennent ; les objets d’actions sont des dépendances des qualités actives, comme les termes et le but des actions se conviennent, avec les petits signes dont ils sont précédés, et qu’on appelait prépositions : ainsi, la phrase a ses deux compléments.

24Le temps ne nous permettant pas de continuer cette explication, nous la renvoyons à la prochaine séance.

Notes

1 L’ordre est en effet celui d’un cours, non seulement raisonné, mais génétique. C’est ce qui impose les interférences de métaphysique, analyse numérale et grammaire qui ont étonné Gérando dans le Cours d’instruction, où il semble avoir cru que l’auteur introduit trop tôt les abstractions, sans prendre suffisamment garde au fait que Sicard indique lui-même la différence entre la métalangue, provisoire, qu’il est bien obligé d’adopter pour son lecteur, et celle qu’il enseigne progressivement (cf. le premier alinéa de la leçon). On retrouvera la préposition plus loin (séance du 4 floréal), de même qu’elle intervient au tome I, chapitre viii des Éléments, mais une fois raisonnés les noms des parties du discours.

2 Le sens semble exiger ici et dans tout l’alinéa « à » et non « et ».

3 La ponctuation sera traitée selon l’ordre classique à la fin du cours de grammaire proprement dite (cf. la leçon du 26 floréal). L’idée d’étudier la ponctuation en renvoyant à la syntaxe raisonnée elle-même n’est pas une originalité de l’abbé, qui s’appuie sur Beauzée et reprend sa critique. Ce qui est original, c’est de présenter cette critique dès le début du cours, et de l’appuyer sur l’analyse numérale et la parenthétisation qu’elle induit sur la linéarité de l’écriture.

4 La numération sera donnée à la leçon suivante. Elle aura fait le plein des cinq chiffres. Ici la numération a fait progresser la ponctuation. La préposition n’est encore saisie qu’au niveau de l’opération psychologique qu’il s’agit d’exploiter et de diriger.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540