Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Troisième leçon

13 pluviôse/1er février

Texte intégral

1Nous en sommes restés, à la séance précédente, à la phrase active ; nous avons dit déjà qu’elle était, par sa forme, semblable à la phrase énonciative. Il nous reste à voir aujourd’hui qu’elle en diffère non seulement par l’espèce de sa qualité, mais encore parce que la phrase énonciative ne suppose rien après elle, et que la phrase active suppose toujours une phrase passive, qui devient l’objet de son action. C’est ce qui va nous occuper.

2Mais, avant tout, je vais remettre succinctement sous vos yeux les procédés que j’ai employés, parce qu’ils sont la base de tout mon système.

3Vous devez vous souvenir que nous écrivîmes le nom de papier ; que nous laissâmes, entre les lettres qui composaient ce mot, des intervalles propres à recevoir le nom de la qualité.

4Nous écrivîmes le mot rouge. Nous dîmes que ce mot rouge s’insérait dans le mot papier, comme qualité qui est dans l’objet. Je vous fis apercevoir que cette opération, qui vous présentait un mot double, vous présentait en même temps une proposition de l’homme de la nature, une véritable phrase.

5Vous me direz à cela : mais il n’y a pas de phrase sans affirmation ; parce que toute phrase est l’expression d’un jugement.

6Il n’y a pas d’affirmation, quand vous ne présentez que le nom d’un objet et d’une qualité ; mais je réponds que rien ne lie plus une qualité à un objet, que de l’écrire dans l’objet.

  • 1 Cette théorie du lien fictif qui, chez le lecteur contemporain, peut faire penser aux signes satur (...)

7Je n’ai donc pas besoin d’un lien fictif, lorsque j’ai le véritable lien, qui est de ne faire qu’un seul tout des deux noms écrits l’un dans l’autre1.

  • 2 Les Messieurs avaient également inauguré leur analyse de la proposition (Grammaire générale et rai (...)

8Voilà comment ferait l’homme de la nature. Comme nous n’en sommes pas restés là2 ; que l’homme civilisé a fait quelques pas de plus ; que voyant dans plusieurs objets les mêmes qualités, il a alors considéré ces qualités comme communes à plusieurs objets, il a fait descendre la qualité au-dessous du nom de l’objet, en laissant des lignes conductrices qui remplacent ce nom ; car, tout à l’heure, le nom de la qualité occupait ces espaces laissés vides ; nous avons traduit ces lignes par le verbe être, cela nous a donné cette phrase : « Papier est rouge. »

9Je vous ai dit que toute la grammaire serait finie, si toutes les phrases pouvaient prendre cette forme.

  • 3 Sicard reviendra à propos de la période sur la réversibilité de l’analyse. L’analyse de la proposi (...)

10Mais l’homme de la nature n’est pas encore arrivé à ce point. L’homme civilisé l’a devancé : il faut l’atteindre, et suivre les milieux par où il a passé ; arrivés jusqu’à lui, nous reviendrons sur nos pas, et nous ferons le chemin qu’il aura parcouru3.

11Maintenant qu’est-ce qui nous embarrasse ? C’est que nous trouvons dans les langues parlées et civilisées des verbes actifs, passifs, des verbes neutres, des verbes déponents, etc.

12L’homme de la nature n’est pas aussi savant, et il ne trouve rien de tout cela dans sa langue. Il faut pour vous accommoder à son ignorance, que vous effaciez tous ces mots de votre mémoire, et que vous supposiez qu’ils n’ont pas même été inventés. Permettez que je prenne un moment sa place.

13Je ne connais pas de verbes actifs, de verbes neutres, de verbes passifs.

14En venant du pays de la nature, j’ai tout laissé dans la route, j’ai tout oublié.

15On m’a appris dans ce pays qu’il n’y avait dans la nature que des objets et des qualités : qualités purement énonciatives et collées, pour ainsi dire, aux objets ; qualités actives et qualités passives ; et que si l’on voulait lier à un objet quelqu’une de ces qualités, on avait un lien et ce lien, vous le traduisez dans votre langue par le verbe être. En conséquence, au lieu de toutes ces phrases où vous dites : « Papier est rouge », « Sicard frappe », « Table est frappée », l’homme de la nature dit comme il suit :

16Papier Rouge.

17Sicard Frappant.

18Table Frappée.

19Voyons si ces trois phrases valent les vôtres. Elles les valent, si elles expriment le même jugement, la même affirmation. Elles l’expriment, si leur ligne lie la qualité à son sujet, comme votre verbe être. Elles sont donc toutes sur le même modèle ; et l’avantage qui en résulte, c’est qu’en savoir une, c’est les savoir toutes.

20Il m’est aisé de vous le faire voir. Écoutez-moi avec attention.

21Il y a dans la nature deux sortes d’êtres, les uns actifs, les autres inactifs, tous susceptibles de qualités relatives. Mais avant d’aller plus loin, et pour plus de clarté, expliquons le mot qualité.

22Qu’est ce que c’est qu’une qualité ? D’où vient ce mot ? Le mot qualité est un mot abstrait. Mais encore qu’est-ce qu’un mot abstrait ?

23Le mot abstrait signifie quelque chose qui était au milieu de beaucoup d’autres, qu’on met à part, et qu’on sépare de celles auxquelles elle était unie. Par exemple, qu’est-ce que le mot rouge ? Est-ce le nom de quelque chose qui existe et que je puisse voir indépendamment d’une autre, et sans une autre qui en soit le soutien ? Il n’y a rien qui s’appelle rouge, rien à quoi on puisse donner ce nom. Il n’est pas fait pour aller tout seul : il est séparé de celui auquel il était uni tout à l’heure. Il est abstrait. Les qualités sont donc toutes abstraites.

24Revenons maintenant au mot qualité. Est-il dérivé de quelque autre, ou en est-il qui dérivent de lui ? Car il est des familles parmi les mots comme parmi nous, on y retrouve et la paternité et la filiation. Le mot qualité a bien l’air de n’être pas le premier de sa race. N’est-il pas en effet le produit de plusieurs autres ? Il n’y a qu’à le décomposer pour en connaître la généalogie. Je trouve d’abord qu’il vient du mot quel. Le mot quel n’est pas lui-même un mot simple. Il renferme le mot qu, racine de toute interrogation ; le mot il, pronom personnel. Et c’est de ce mot elliptique qu’on a formé le mot qualité, plus elliptique encore, pour exprimer le mode d’un objet, et pour répondre à cette question : quel est cet objet, quel est-il, quel il est. Dites-moi quel il est, ou dites-moi sa qual-i-té, qualité.

25Je dis donc qu’il n’y a que des sujets dans la nature, et des qualités. Ces qualités sont de trois espèces, et forment trois sortes de phrases. J’appelle permanentes sur l’objet, celles qui expriment ses formes, sa couleur, enfin sa manière d’être.

26Les qualités actives, au contraire, sont des qualités passagères et instantanées, qui expriment une sorte de vertu intérieure qui demande à passer sur des objets étrangers à leur sujet ou à se réfléchir sur le sujet lui-même. Voilà la véritable définition des qualités actives. Ainsi les qualités actives ne peuvent donc pas convenir aux sujets inactifs. Alors j’appellerai sujets inactifs ceux qui leur sont opposés.

27J’ai déjà dit ailleurs que tout ce qui est dans la nature est objet ou qualité. Je suis forcé de faire encore, pour l’instruction de mes élèves, une autre division qui pourrait éprouver quelque contradiction. Je divise les objets en deux grandes classes, les êtres et les choses.

28J’appelle être tout ce qui n’est point l’ouvrage de l’homme. J’appelle chose tout ce qui est le produit de l’industrie humaine. Les êtres seuls sont actifs. Les choses sont passives.

29Toute phrase active supposera donc un être, qui en est le sujet. Toute phrase passive supposera donc une chose qui en est le sujet. Cependant prenez garde : il y a des êtres qui, quelquefois, sont le sujet d’une phrase passive ; mais alors je les considère comme choses. Nous allons éclaircir ces définitions par des exemples :

30Ces préliminaires une fois supposés, reprenons la phrase active.

31Supposons ces deux phrases : « Sicard est frappant », « Table est frappée » ; la table sera l’objet de mon action, Sicard en sera le sujet. Comment ferons-nous pour faire entendre aux sourds-muets ce que c’est que cet objet d’action ? Comment entendra-t-il cette phrase : « Sicard frappe table » ? Comment nous expliquerons-nous au point de lui dire que dans cette phrase il y a précisément la phrase de son pays ?

32Toute phrase active, lui dirons-nous, suppose une phrase passive. Supposons que cette phrase donne ces deux résultats : « Sicard est frappant », « Table est frappée. » Voilà ce que je vais faire écrire par le sourd-muet. Vous verrez comment le mot table deviendra précisément l’objet d’action de la phrase active.

33Ceux qui sont à portée des planches peuvent remarquer des chiffres posés sur les mots, et je m’en vais rendre raison de ces chiffres. Si je ne considérais dans la nature qu’un objet, et que je voulusse le faire remarquer par les signes de la numération, cet objet devrait porter pour chiffre l’unité. Lorsque cet objet reçoit quelque modification, il n’y a pas un objet de plus ; par conséquent, on ne peut pas y placer un signe de plus. Lorsque je montre la table, la table est un objet ; et que cette table soit carrée, ronde, blanche, ou noire, ce n’est pas une chose hors de la table, et qui doive par conséquent porter un caractère de plus. Je vais expliquer ceci très posément, afin que tout le monde puisse l’entendre et le retenir : car ce sera une des bases de tout le système grammatical.

34Nous sommes convenus, citoyens, que les modifications opérées sur les objets ne les multiplient pas ; nous ne devons pas mettre un chiffre de plus que nous n’en mettrons, lorsque nous les considérons sans modifications. Que la table soit frappée, qu’elle soit considérée comme large, longue, carrée, cela ne fait pas deux tables, il n’y a jamais qu’un seul objet : vous ne serez donc pas étonnés qu’en écrivant le nom table, et écrivant le nom de la qualité dans ce nom, je ne change rien aux chiffres, et je n’en écrive pas un de plus. Mais aussitôt que j’ai fait la séparation, que noire n’existe plus matériellement dans le mot table, et que cependant cette qualité existe dans ce sujet, je dois, pour que tout le monde sache que ce mot noire, qui n’est pas dans table, en est cependant affirmé, je dois recourir à un signe de convention avec ceux qui doivent lire ces deux mots, pour que le mot noire ne soit pas plus isolé dans leur esprit qu’il ne l’est dans le mien, et qu’on ne puisse pas l’attribuer à une autre chose qu’à celle de laquelle je veux l’affirmer. Il est indifférent de prendre tel ou tel mot, tel ou tel signe. L’homme de la nature compare des qualités aux sujets, et quand il voit qu’ils se conviennent, il en fond les deux noms, celui du sujet et celui de la qualité, l’un dans l’autre ; ou quand on le force à les séparer, il les rattache et les lie par une ligne qui lui sert de lien. Je traduis cette ligne par le verbe être, comme les Anglais la traduisent par is, et les Italiens par e. Ainsi, vous voyez qu’à cet égard chaque peuple a donné sa traduction ; mais la base de tous ces mots sera la ligne de l’homme de la nature. Je ne reviens pas sur cette ligne, car elle a fait l’objet d’un grand développement dans la séance précédente. Mais la ligne n’est ni la substance, ni la qualité ; il faut lui donner un caractère qui la distingue et du nom de la substance, et du nom de la qualité : ce sera donc le chiffre 2. Vous ne serez donc pas surpris que dans une phrase où il y a trois mots, « Table est noire », « Papier est rouge », « Table est frappée », il y ait également trois signes numériques, 1 sur le sujet, 1 sur la qualité qui est, non un chiffre nouveau, non un chiffre de plus, mais précisément le chiffre même du sujet ; de sorte que ces deux chiffres, si on voulait essayer de les additionner, ne seraient pas deux, mais 1, et toujours 1, puisque le chiffre de la qualité n’est autre chose que la répétition du chiffre du sujet. Vous ne serez pas non plus surpris que le chiffre du lien, qui ne peut être celui du sujet et de la qualité, soit donc le chiffre 2. Ainsi toutes les fois que vous apercevrez le signe 1 sur le nom, vous direz : c’est le nom du sujet de la proposition. Quand vous verrez 1 répété, vous direz : ce mot qui se trouve au-dessous de cet 1, n’étant pas le nom, est la qualité ; cette qualité appartient au sujet dont on vient de parler. Par conséquent, quand vous verrez deux fois 1 dans un mot, vous direz : je me trompe sans doute : il y a deux mots, puisqu’il y a deux chiffres. Quand vous verrez le chiffre 1 et le chiffre 2 sur le même mot, vous direz : quoique cela ne me paraisse qu’un seul mot, il y en a deux, et l’un doit être une qualité, l’autre le verbe être. Il n’y a que le verbe être qui puisse être affecté du chiffre 2, c’est ce qui arrive sur toutes les personnes des verbes, comme :

35Ainsi dans cette phrase, « Sicard est frappant », combien de chiffres devra-t-il y avoir ? Sur Sicard, car c’est le sujet principal, il doit y avoir 1, sur ant, 1 aussi, en supposant que ant n’appartienne pas à frappe. Ant n’est pas une syllabe de ce mot, mais un mot commun qui signifie un être. Donc si c’est un autre mot, il doit avoir un autre caractère, et le verbe être sera affecté du chiffre 2. Il doit donc y avoir dans cette phrase 1 sur Sicard, 1 sur frapp, 1 sur ant, et 2 sur est.

36Puisque nous sommes résolus de faire un cours complet d’instruction sur les sourds-muets, qui sera peut-être très utile, puisque vous allez être, en quelque sorte, les missionnaires de la Convention pour l’instruction publique, et qu’autour de vous, il pourra y avoir de ces malheureux qu’on ne pourra pas envoyer à l’institution de Paris, il ne sera pas inutile de vous expliquer ces choses-là. Je reviens donc au mot ant que je négligerais, je vous l’avoue, si je n’avais à vous montrer aujourd’hui qu’un objet de pure curiosité. Dans toutes les qualités actives, on a ajouté le mot ant français, dérivé du mot ens latin. C’est l’abstraction du verbe être, il signifie un être dans lequel on ne considère d’autre propriété que l’existence.

  • 4 C’est sur cette indication que s’est fondé P. Dupuy pour parler d’un transport des leçons au faubo (...)

37Je vous disais dernièrement, à ma leçon publique, dans l’institution4, qu’il n’y avait et qu’il ne pouvait y avoir de qualités sans sujets ; que comme une qualité active ne peut rester seule, il faut lui donner pour support un sujet actif, et d’après la division que je viens de faire des objets de la nature en deux classes, en êtres et en choses, vous sentez que dès qu’on n’avait pas de sujets particuliers à donner aux qualités actives en général, il fallait leur donner pour sujet le sujet général de tous, celui en qui on ne considérait que l’existence ; et voilà pourquoi à la terminaison de toutes nos qualités actives, on a ajouté le mot ant, qui se traduit en français par le mot être. Ainsi quand on dit : « Sicard est frappant », c’est comme si l’on disait : « Sicard est un être frappant » ; mais comme on n’a pas besoin, dès qu’on dit que Sicard est frappant, d’ajouter qu’il est un être, on supprime le mot ant, il reste le mot frapp : ensuite, par la transposition que l’on fait du verbe être, et en supprimant toutes les lettres dont on peut se passer, et en le réduisant à sa simple valeur, il n’y reste qu’un élément, et c’est la réunion du verbe être, avec une qualité active qui forme le mot appelé verbe actif, comme si on disait : le verbe être uni à une qualité active. Il n’y a donc point à proprement parler de verbe actif, puisqu’il n’y a de verbe que le mot être ; mais être se joint aux qualités actives, et sert à les affirmer. Ceci se développera davantage quand nous expliquerons la conjugaison.

38Mon élève doit avoir mis d’abord,

39Vous voyez maintenant, aussi clairement que moi, que la phrase qu’on appelle active a la même forme que la phrase énonciative ; qu’il n’y a de différence dans les deux qu’en ceci : que le verbe être se trouve tout entier dans la phrase énonciative « Table est noire », et qu’en dernière analyse la transposition fondant en quelque sorte deux mots, on en réduit la phrase active à cette forme-ci : « Sicard frappe », ce qui vaut autant que « Sicard est frappant. » Maintenant voici la phrase passive ; il manque à cette phrase active ce que nous appelions autrefois le cas du verbe, et que nous appellerons l’objet d’action. On ne sait pas ce que je frappe, mais dès qu’on voit que je suis frappant, on doit en conclure qu’il y a quelque chose de frappé. Il serait plus court de placer tout de suite table après frappe et de dire : « Sicard frappe table » ; mais ce qui est plus court n’est pas toujours ce qu’il y a de plus vrai, ni de plus analytique.

40L’homme de la nature n’a fait aucune convention de langage ; il se présente au milieu d’une société ; on parle, et il ne comprend pas ce qu’on y dit ; c’est que la langue qu’on y parle est une langue de convention, qui comporte des ellipses, dont il ne peut avoir le secret. Demandez-lui ce que c’est qu’un régime dans la phrase ; il n’a pas assisté à votre convention qui a déterminé la signification de ce mot : il vous demandera, à son tour, ce que c’est que gouverner. Mais je vais lui parler ce langage, c’est-à-dire ôter l’ellipse.

41« Sicard est frappant », « Table est frappée. »

42Dans cet exemple, la phrase passive était retranchée, et je l’ai rétablie. Mais, comme la qualité passive est toujours supposée, et se sous-entend facilement quand la qualité active est énoncée, je dis au sourd-muet qu’il peut la supprimer, ainsi que le verbe qui la liait à son sujet ; et ce sujet resté seul devient l’objet d’action de la phrase active, et sur ce mot doivent donc être écrits les trois chiffres qui étaient placés sur les trois mots de la phrase passive, puisque ce mot les remplace tous. Je dirai donc que ce que nous appelons dans les phrases ordinaires objet d’action, régime du verbe, ou cas du verbe ou même accusatif pour la langue latine, doit être considéré comme un mot elliptique d’une phrase entière supprimée et sous-entendue, comme le sujet d’une phrase passive.

43Je dirai encore que, quoique vous supprimiez le verbe être et la qualité passive, vous ne devez pas pour cela supprimer les signes numériques.

44Vous conservez le 2 du verbe et le 1 de la qualité, ce qui fait 3, que vous mettrez sur l’objet qui alors est distingué du sujet de la qualité active. Ce qu’il y a ici à considérer, c’est que le mot ellipse joue un très grand rôle dans le langage : il y a des mots qu’il faudra nécessairement expliquer.

45On entend par ellipse le retranchement de tout ce qui peut être entendu et qui donne plus de rapidité à l’expression de la pensée. Ainsi, l’objet d’action dans une phrase, pour les sourds-muets, sera toujours un mot elliptique, parce que, quoique seul, il remplacera une phrase entière passive ; maintenant, nous avons donc la phrase active avec son premier complément, qui est l’objet d’action ; par conséquent, le sourd-muet doit entendre que partout où le chiffre 3 se présentera, là sera l’objet d’action. Voici l’avantage de ces chiffres, c’est qu’ils rétablissent les inversions que l’on fait souvent éprouver à la langue française. Un autre avantage de ces chiffres est que ce n’est plus par routine qu’on élèvera les enfants, quand on leur enseignera la grammaire : il faudra faire marcher, à côté de la grammaire, la logique ; et alors il faudra sans cesse passer de l’analyse logique d’une proposition à l’analyse grammaticale. Il faudra alors bien distinguer ce que c’est qu’une phrase, dire qu’il y a toujours proposition, là où il y a phrase ; que la phrase n’est que le matériel de la proposition. Alors, voici ce qui arrivera : c’est que l’esprit se portera bien plus sur les mots, pour examiner le rôle qu’ils jouent dans le discours, que les yeux ne se porteront sur la place qu’occuperont ces mêmes mots.

  • 5 Le système des cas est aux yeux de Sicard, qui ne manquera pas d’y insister lorsqu’il passera à l’ (...)

46Il n’y aura plus de méprise, au moins quant à ce qui s’appelle la construction des phrases, parce que, toutes les fois que cette construction sera d’accord avec l’analogie et avec la filiation des idées, on sera sûr que l’inversion n’est pas forcée. Il arrivera que la phrase interrogative sera entendue, parce que, comme vous le savez tous, dans la phrase interrogative, c’est quelquefois l’objet d’action qui est présenté le premier : quand on dit, par exemple : « Que fais-tu là ? », vous sentez que c’est la même chose que si je disais : « Quelle chose, quelle action fais-tu là ? » Dès ce moment, nous donnons une nouvelle physionomie à chaque mot, un nouvel habit qui fera qu’on ne se méprendra pas, et qu’on ne le confondra pas avec un autre. Alors la langue française, toute dénuée de cas qu’elle est, se trouvera avoir des cas ; car le chiffre 3, placé sur un mot, en fait ce qu’on appelle l’accusatif ; le chiffre 1, le nominatif, et le chiffre 2, le verbe : par ce moyen, une langue aussi pauvre que la nôtre deviendra aussi riche que la langue latine5.

Notes

1 Cette théorie du lien fictif qui, chez le lecteur contemporain, peut faire penser aux signes saturés et insaturés de Frege, à cette réserve décisive près qu’elle part de l’objet matériel pour arriver au concept, avait pourtant de quoi surprendre les habitudes en matière de grammaire générale et d’analyse logique, puisqu’elle semble faire du mot le modèle de la phrase et contredire la leçon de Port-Royal, qui lie phrase et expression de jugement, et tient qu’on ne s’exprime que pour manifester ses jugements. Sicard répond qu’il n’en est rien, et qu’il y a jugement lorsqu’il y a mise en correspondance. L’idée est alors assez neuve. Mais loin d’écarter le primat de la proposition dans la théorie des chiffres, l’abbé montrera que cette théorie est précisément rendue indispensable pour figurer les liens de concepts qui ne se réduisent pas au modèle de l’énonciative par inhérence de la qualité au sujet et qui mettent en jeu la représentation d’actions.

2 Les Messieurs avaient également inauguré leur analyse de la proposition (Grammaire générale et raisonnée..., op. cit., t. II, chap, ii) par ce constat d’un dépassement de l’origine. L’origine était la distinction des substances et des accidents ou qualités, donnant des substantifs et adjectifs, l’écart s’imposant avec le décalage de la signification par rapport à la manière de signifier qui seule est prise en compte. Et Sicard conserve bien, avec son modèle de la qualité fondue dans le sujet, l’idée de sujet confusément signifié par l’adjectif, mais plutôt que d’en faire le début d’une théorie de la connotation, et de la signification directe et indirecte, croisant les distinctions cartésiennes du clair et distinct et de l’obscur et confus, il suit la philosophie des encyclopédistes remontant à l’analyse du mot double originel par le point de vue de l’esprit.

3 Sicard reviendra à propos de la période sur la réversibilité de l’analyse. L’analyse de la proposition en ses formes active, passive et neutre, acquises au civilisé, explore l’écart par rapport à la nature. La théorie des chiffres, qui ici s’enrichit du chiffre 3 et permet tout à la fois de raisonner l’idée de complément et de penser l’active comme la transformée d’une active unie à une passive retranchée, n’est cependant pas donnée dans un modèle de syntagmation au sens moderne : elle doit reconduire la construction de la langue civilisée à celle qui s’exprime dans l’origine, sur le modèle de la vision intellectuelle et conforme à la simplicité de la pensée. D’où la nécessité d’introduire l’idée de qualités actives, passives et permanentes avant de définir les transformations syntaxiques. Mais la distinction des « êtres » actifs et des « choses » passives est elle-même fonctionnelle et non substantielle.

4 C’est sur cette indication que s’est fondé P. Dupuy pour parler d’un transport des leçons au faubourg Saint-Jacques (cf. note sur l’édition, supra, p. 209). Il nous semble que l’on peut plutôt supposer une allusion à une séance publique habituelle. Le thème semble en effet très proche de celui de la « séance précédente » dont parle le début de notre leçon du 7 plûviose. Or cette leçon a été interrompue pour ne pas empiéter sur l’horaire du collègue suivant. Il semble improbable que ledit collègue soit venu faubourg Saint-Jacques, ou qu’on ait laissé aux élèves le temps de se rendre au Muséum.

5 Le système des cas est aux yeux de Sicard, qui ne manquera pas d’y insister lorsqu’il passera à l’exposé de la syntaxe, le grand avantage logique des langues anciennes. Mais il l’obtient directement à ce niveau « métaphysique » qui évoque plutôt les tentatives pragmatiques de grammaires de cas de nos contemporains linguistes cogniticiens, que l’analyse syntaxique des encyclopédistes ou des algébristes de l’époque. Cette anticipation sur la partie proprement syntaxique l’amènera lorsqu’il aura résolu, sur la suggestion des élèves dont la lettre est publiée au tome XII des Nouveaux débats, de donner à part la théorie des chiffres et de la baptiser « analyse numérale de la proposition » à refondre le plan de la seconde partie de sa Grammaire en la donnant comme intermédiaire entre la syntaxe générale et la syntaxe particulière. Elle forme donc le chapitre m, après le chapitre sur la syntaxe et celui sur les compléments de la proposition, qui reprennent la théorie syntaxique de l’an III. Ces changements de présentation sont indiqués dans la lettre de Sicard à La Décade citée dans notre bibliographie (La Décade..., op. cit., t. XXXI, p. 317).

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540