Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Programme

4 pluviôse/23 janvier

Texte intégral

  • 1 C’est bien à un art que Sicard entendait introduire, mais de façon raisonnée, les jeunes sourds-mu (...)

1La parole, consideree comme un art1, est le premier de tous universellement utile. Elle est le caractère distinctif de l’homme, puisqu’il n’y a que lui qui s’entende et se fasse entendre en parlant. Cet art qui étonne le philosophe qui veut remonter à son origine et suivre ses progrès » cet art, sans lequel l’homme ne fût peut-être jamais sorti de l’état de barbarie où l’eût laissé le défaut de civilisation, a dû sa naissance, comme tous les autres, à l’industrie excitée par le besoin qu’éprouvèrent les premiers hommes de se rapprocher, de se communiquer leurs idées, de correspondre, de s’entraider, de se discerner enfin de cette classe nombreuse d’animaux que la nature avait placés si loin d’eux, malgré les traits de ressemblance qui paraissent presque les confondre.

  • 2 Sicard fournit, avec cette articulation de la perfection de l’art et de la perfectibilité de la na (...)

2Les sensations communes à l’homme et à la brute semblaient en effet les réunir dans l’échelle immense des êtres sensibles, et n’en former qu’une seule espèce. C’est la parole, par la perfection à laquelle l’industrie humaine l’a élevée, et par les services que l’homme en a obtenus pour ses intérêts et pour ses jouissances, qui a tracé les lignes de démarcation bien prononcée entre l’homme et les animaux, en rendant plus sensible la perfectibilité de la nature2, en le classant sans mélange et sans confusion, en fondant, sur des bases inébranlables, sa supériorité sur tout ce qui respire.

  • 3 L’expression est celle même qui scande les chapitres du Cours d’instruction que Sicard publiera en (...)
  • 4 Cette expression deviendra un leitmotiv du cours. Elle suscita, avec celle de Latapie, de nombreus (...)

3L’homme, comme les animaux, avait sans doute des sons ou des cris pour exprimer le désir et la crainte, la joie et la douleur, etc. Mais quelle que fût la variété de ces sons, combien étaient-ils peu capables d’exprimer en détail cette multitude d’idées qui se présentent sans cesse à notre esprit, à l’occasion des objets qui frappent quelqu’un de nos sens ! Qu’ils étaient encore loin, ces sons, dans cette enfance des premières associations, de devenir l’expression fidèle, l’image vivante de nos affections, de les transmettre telles que nous les éprouvons, et de faire passer sans altération, dans l’âme de nos semblables, cette succession de sentiments qui se nuancent en tant de manières ! Combien les moyens de sociabilité et les charmes que les hommes trouvent dans la communication mutuelle de leurs pensées auraient-ils été resserrés dans cette sphère ainsi conscrite, si l’homme n’eût trouvé l’art de combiner ces sons, de les multiplier, et de leur donner une fécondité égale à celle de ses besoins ! Telle est la magie des sons articulés, et de leur combinaison. L’homme, privé de ce moyen de communication3, fût resté l’homme de la nature4. Des signes d’instinct l’auraient laissé presque dans la classe des animaux.

4Le Professeur aura soin de présenter le tableau de l’homme privé de la parole ou chez lequel la parole n’est encore qu’une faculté et non un art.

5Les sons articulés ne furent d’abord qu’une simple nomenclature, des mots isolés comme les objets qui s’offraient à nos sens, des membres de diverses familles épars et sans intérêt commun, des expressions vagues qui confondaient les qualités des corps avec les corps eux-mêmes, faute de connaître l’art des abstractions, et par conséquent celui de généraliser les idées pour classer leurs objets, les distribuer dans les genres et dans les espèces particulières, ou s’élever par le rapprochement des individus aux genres ou aux classes les plus étendues » connaissances qui devaient servir de fondement à la vérité des jugements et à la justesse des propositions.

6Le Professeur ne manquera pas de justifier dans les leçons ce qu’il annonce ici » il en assignera les véritables causes » la principale est celle-ci : c’est qu’il n’y a ni mode ni qualité dans la nature, pour l’homme de la nature.

7Aussitôt que l’esprit, impatient des entraves qui embarrassaient sa marche, eut appelé la comparaison à son secours, il ne tarda pas à voir dans la nature des formes qui rapprochaient une foule d’objets et en faisaient autant de familles. Les différences qu’il aperçut dans plusieurs lui firent conclure avec raison qu’il y avait des formes séparables des sujets » qu’on pouvait abstraire ces formes, et par conséquent les généraliser et les considérer indépendamment des substances qu’elles modifiaient » de là, l’idée du modificatif ou de la qualité surajoutée, et celle du sujet qui en est le support : dès lors tout se classa, tout s’ordonna » la clarté et la précision commencèrent à être soupçonnées, et on les vit naître de la facilité d’abstraire.

  • 5 Autre leitmotiv du cours, qui fut l’un des seuls, ou le seul, à avoir pris au sérieux la mission c (...)

8Le Professeur indiquera une méthode propre à conduire les élèves des écoles primaires5 à toutes les abstractions » par une opération très simple, très facile, qui rendra l’abstraction visible, en quelque sorte.

9Que pouvait-il manquer à des matériaux si heureusement préparés ? La partie la plus nécessaire, le lien qui devait les unir et donner la forme à tout l’édifice, enfin, le mot le plus essentiel à l’art de la parole, le mot qui sert à rétablir ce qu’a détruit l’esprit par l’abstraction, le mot qui fait à lui seul le jugement et la proposition » ce mot si nécessaire qu’on ne pourrait le supprimer sans isoler des idées qui s’appelaient les unes les autres par les convenances les plus intimes, sans ôter à la phrase cette sorte de vie qui, en liant toutes ses parties, les anime et les vivifie, quelles que soient les opérations qu’elles énoncent, soit physiques, soit intellectuelles : ce mot est le mot par excellence, le mot que les Latins ne connaissaient sous aucune autre dénomination que sous celle de toute l’espèce.

10Le Professeur prouvera que tous les verbes peuvent être rappelés et réduits à un seul » que celui-là, tout seul, mérite le nom de verbe : il dira comment, dans les écoles primaires, la conjugaison de tous les verbes français peut également être réduite à une seule conjugaison. Il fera voir comment on peut simplifier la théorie des temps, en les distribuant en deux classes, les uns considérés comme absolus, les autres comme relatifs.

11À l’invention de la parole succéda, mais à de très grands intervalles, l’art de la peindre et de lui donner, d’abord par des signes hiéroglyphiques, puis par des signes écrits, une sorte d’immortalité que l’invention de l’imprimerie lui assure à jamais. L’histoire de cette découverte ne peut être indifférente à ceux qui sont destinés à faire connaître ses avantages, et qui doivent en enseigner la théorie.

12Le Professeur l’exposera de manière à pouvoir être mise à la portée des élèves des écoles primaires.

13De nouvelles lumières et de nouveaux besoins perfectionnèrent l’art de la parole, déjà si merveilleux. La nécessité de répandre plus de clarté, et de donner plus d’exactitude à la communication des idées, donna lieu à la recherche des formes constantes qui asservirent le langage à des lois dont la raison consacra les principes »de là la grammaire générale, dont les langues particulières ne sont que des idiomes, et comme des branches qui naissent d’un tronc commun.

  • 6 Ce n’est encore qu’un plan qui est indiqué, et qui sera précisé à la première leçon, ainsi qu’asse (...)

14Le Professeur divisera en deux grandes parties tout ce qu’il a à enseigner6, la grammaire générale et les grammaires particulières » et des principes qu’il aura occasion de développer naîtra, par voie de conséquence et comme résultat, l’ouvrage élémentaire qui pourra être propre aux écoles primaires.

15L’intelligence humaine s’agrandit peu à peu, à l’aide des appuis des éléments de la parole » les idées commencèrent à n’être plus isolées et à se grouper en tableaux variés. La période enfin se composa de tous les éléments du discours et fit voir à l’homme étonné d’un tel prodige tout ce qu’avait pu faire l’homme en partant de la simple idée, du simple signe, de l’image unique »en passant par tous les milieux, pour arriver jusqu’à cette sublime conception grammaticale, qui n’est peut-être pas un des moindres chefs-d’œuvre de l’esprit humain.

16L’analyse de la période, de la phrase composée, de la phrase simple, les rapports de tous les mots entre eux, leurs rôles divers dans la proposition, leur signification propre et figurée, analogique et précise, toujours tirée des objets physiques, lors même que cette valeur plus déguisée semble être plus abstraite et plus métaphysique, les racines du langage, la manière de les distinguer, de les classer, de les réduire au plus petit nombre possible... : tels sont les caractères distinctif des grammaires particulières, toutes nées de la grammaire générale, toutes semblables, quant aux principes constitutifs du langage, et ne différant entre elles que par des accidents inconnus à l’homme de la nature, dont l’heureuse ignorance nous donne là-dessus tant d’utiles leçons.

17Le Professeur comparera entre elles quelques langues modernes, pour l’application de ces principes, telles que le français, l’italien et l’anglais »et il fera voir ce que ces langues ont de commun avec la latine, et ce qui les distingue.

  • 7 C’est sur ce versant positif d’« homme de la nature » que l’on rencontre, dès le programme, qui sc (...)

18Avantages de la comparaison de notre grammaire avec celle de l’homme de la nature7, dont on peut étudier la marche simple de l’esprit, en observant le sourd-muet de naissance, quand on n’a pas la maladresse d’instruire celui-ci autrement qu’en lui faisant recomposer à lui-même la grammaire de notre langue » nécessité de refaire nous-mêmes cette grammaire, qui dans les écoles secondaires et autres doit un jour servir de base à celle des langues anciennes, dont la connaissance, au moins pour la latine, est indispensable pour compléter un cours d’éducation » vices des anciennes méthodes » avantages d’une nouvelle, où l’on verra naître de trois éléments principaux tous ceux de la parole, applicables aux langues analogues et aux langues transpositives, où l’on croit voir des inversions qui semblent commandées pour le seul charme de l’oreille et à cause du nombre et de l’harmonie, et qui n’existent dans la réalité que pour les peuples dont les langues pauvres et peu philosophiques, composées des débris de la latine, au lieu de suivre l’ordre naturel des idées, suivent mécaniquement et d’une manière nécessairement monotone l’ordre matériel de leur construction grammaticale.

19Tous ces objets sont du ressort du professeur de l’art de la parole, tel que le concevait Quintilien, et non tel qu’on le croit nos jours, où l’on borne toute sa science à la connaissance des parties du discours, de la conjugaison, de la syntaxe » cercle infiniment étroit, où l’analyse, sans laquelle il n’y aura jamais de vraies connaissances, n’a rien à faire, où la raison est presque nulle, où la mémoire fait tout.

20Il est temps enfin de renoncer à un si étrange renversement d’idées, et de faire justice de cette marche routinière, qui jusqu’ici nous avait contraints de nous traîner servilement sur les pas de nos prédécesseurs. Il est temps de restituer à des êtres faits pour trouver seuls la vérité, et qu’on avait dégradés en les rendant seulement imitateurs, toute leur excellence. Il est temps qu’ils marchent seuls dans les routes qui conduisent au vrai savoir. Il est temps enfin que l’homme pense, et qu’en apprenant l’art de parler et d’écrire, il apprenne surtout le grand art de l’analyse qui produit tant de miracles dans la recherche de la vérité.

21Il faut qu’à l’approche du sanctuaire de toutes les connaissances, il ne soit plus rebuté par les difficultés qui lui en défendaient l’entrée. Aplanissons la route devant ce citoyen du monde : qu’une métaphysique facile, et dont il se croie l’inventeur, soit son guide » sa mémoire sera toujours assez exercée quand on aura utilement exercé sa raison.

22Le besoin de convaincre et de persuader, né du conflit des intérêts, des passions, des opinions diverses fit inventer la logique et l’art oratoire, qui sont aussi du domaine du langage.

23Mais l’art de communiquer, de la manière la plus prompte et la plus sûre, toutes ces connaissances sera surtout la grande tâche de celui qui doit enseigner l’art de la parole » il ne perdra jamais de vue le but de l’École normale, lequel est moins d’enseigner la science que d’indiquer la marche que doit suivre l’esprit dans l’étude qu’il en veut faire.

Notes

1 C’est bien à un art que Sicard entendait introduire, mais de façon raisonnée, les jeunes sourds-muets de naissance qu’on lui adressait. Art utile, mais universellement utile, parce qu’il distingue l’homme, tout homme, de l’animal.
L’objet du cours n’est donc pas l’art de bien parler, l’éloquence ou la littérature, que Sicard laisse enseigner à La Harpe, mais la grammaire, dont la définition comme art de parler est celle de Port-Royal. Cette définition posait déjà chez les Messieurs tous les problèmes que pose l’idée d’un art naturel, et d’un art dont les fondements sont de l’ordre de l’universel. Cette tension se trouve portée, à la fin du siècle de Rousseau et de Condillac, à un niveau d’acuité qui paraît dès les premiers débats, dont on verra que le terrain est commun au cours d’analyse de l’entendement et à celui d’art de la parole, dès lors qu’il devient nécessaire d’articuler en le langage - déplaçant le problème de la création divine à celui de l’origine des institutions humaines - non pas directement les natures, divine et humaine ou angélique, mais la nature et la société ou l’histoire (cf. débats du 16 pluviôse [Cavayer et Latapie], 9 ventôse [Massabiau] et 29 ventôse [Ferrand]). Contrairement à Garat (débats, questions de Truffer, Teyssèdre, séance du 29 pluviôse, et de Saint-Martin et Duhamel, séance du 19 ventôse), c’est toujours de sa pédagogie effective, comme art d’apprendre cet art de la parole, que Sicard tirera les réponses qui ont su mieux convaincre que celles de Garat, dont on attendait la nouvelle métaphysique qu’il promettait.

2 Sicard fournit, avec cette articulation de la perfection de l’art et de la perfectibilité de la nature, une réponse à la question de Cavayer le 16 pluviôse. Et c’est en instituteur, en pédagogue, qu’il peut très naturellement agir. Ici encore, les Messieurs ont montré la voie : identifiant en l’enseignement grammatical comparatif des langues les fondements d’un usage universel, ils y voyaient un moyen de mettre l’esprit en possession active d’une des plus grandes perfections de sa nature, puisque « si la parole est un des plus grands avantages de l’homme, ce ne doit pas être une chose méprisable de posséder cet avantage avec toute la perfection qui convient à l’homme » en l’amenant à « faire par science ce que les autres font seulement par coutume » (Grammaire générale et raisonnée contenant les fondements de l’art de parler, Paris, Paulet, 1969, Préface, p. iv). Et cette dimension d’instruction était déjà, pour les maîtres des petites écoles, définitoire de la logique elle-même : « La logique est l’art de bien conduire sa raison dans la connaissance des choses, tant pour s’en instruire soi-même que pour en instruire les autres. » Mais appliqué à l’homme lui-même, le dessein cartésien de se rendre maître et possesseur de sa nature est, entre Descartes et Condorcet, passé de l’idée de maîtriser par la raison les perfections de notre nature créée à celle de les transformer, de les recréer ou de les « regénérer », comme disaient les conventionnels évoqués dans notre introduction (cf. supra, note 1, p. 166), en remontant à leur origine humaine comme promesse de leur perfectibilité.

3 L’expression est celle même qui scande les chapitres du Cours d’instruction que Sicard publiera en l’an VIII. L’ouvrage comporte vingt-cinq chapitres qui vont du premier au vingt-cinquième moyen de communication. Dans l’ouvrage que nous évoquons en introduction (supra, p. 194 sq.), Gérando y voit « vingt-cinq thèmes successifs d’enseignement, que l’auteur appelle, on ne sait pourquoi, par une dénomination fort inexacte, autant de moyens de communication ». L’expression est pourtant directement appelée, d’une part, par la pratique d’apprentissage à double sens entre l’élève et le maître et, d’autre part, par le souci d’écarter le terme de « langage » pour ne pas tomber dans le risque de voir adressé à la pédagogie le reproche de cercle vicieux qu’avait déjà adressé Rousseau et dont Garat ne sait comment s’arranger en répondant à ses auditeurs. Le lecteur de Gérando démêle sans peine ce qui le gêne, alors même que l’auteur indique que l’abbé ne prétend pas à une métaphysique ou à une logique profonde, mais à initier le muet à l’emploi de notre langue : c’est qu’il ne retrouve pas dans l’ordre du cours qui se donne comme raisonnement d’un processus, graduellement guidé par les indications de la nature, ce qu’il pense être « la marche logique de la génération des idées » (Gérando, De l’éducation des sourds-muets de naisance, t.1, p. 525-530).
L’ouvrage de Sicard puise en tout cas sa structure architectonique dans l’ordre du cours d’art de la parole donné en l’an III. Il en montre donc l’unité en même temps que la double irréductibilité à un cours de pure grammaire, bien que philosophique et raisonnée, et à une simple présentation de procédés valant dans l’abstrait et pour les seuls sourds-muets de naissance. Le texte du programme et de la première leçon trouve, ainsi que les discussions de la Convention, un écho direct dans le discours préliminaire qui ouvre à la lecture du livre, et qui sera repris et discuté par son auteur dans sa Théorie des signes. Enfin, dans le mémoire lu par Sicard en messidor an IV à l’Institut, et dont le début est presque une reprise littérale du texte de la première leçon de l’an III, Sicard faisait lui-même à sa méthode l’objection de Gérando, et y répondait par avance (cf. Mémoire d’instruire les sourds et muets de naissance..., op. cit., p. 62).

4 Cette expression deviendra un leitmotiv du cours. Elle suscita, avec celle de Latapie, de nombreuses questions lors des séances de débats (cf. notes à la séance du 16 pluviôse, infra, p. 500-501). Elle pouvait laisser croire à une incohérence, puisque, si le programme distingue, deux phrases plus loin, la parole comme faculté et la parole comme art, et donne par avance la réponse à la question de Cavayer du 16 pluviôse, d’autre part, dès la présentation de l’instruction du muet (« C’est cet homme de la nature dont je vous ai parlé, et avec lequel je vous proposais de refaire la grammaire de notre langue » [début de la séance suivante, le 7 pluviôse]), Sicard semble faire un double usage de l’idée d’« homme de la nature » selon qu’il y voit l’homme privé des secours d’un art pourtant définitoire de la nature humaine, ou l’homme heureusement délivré du joug d’un art non maîtrisé, reçu tout institué et répété par routine, plutôt que par raison. C’est ce double usage qui sans doute gêna Latapie. On rencontrera de nouveau ce problème à l’occasion des réponses à Massabiau et Vincenot (séances des 9 et 29 ventôse). Comme le verra le lecteur, l’abbé trouve toutes ses réponses dans sa pratique. En tant qu’il offrait un équivalent purement pratique ou « technique » d’une métaphysique, il n’avait pas à choisir entre l’optimisme de Condillac et le pessimisme de Rousseau, comme s’y risque Garat, dont les réponses sont souvent moins fermes que n’avait été l’échange à la Convention entre partisans et adversaires d’une grande réforme de l’éducation des muets et de sa prise en charge par la nation. Il n’avait pas non plus à choisir entre les tenants d’un naturalisme matérialiste et les défenseurs de la moralité et de la spiritualité, qui pouvaient n’avoir pas oublié que la parole est à Port-Royal un « avantage » expressif de notre supériorité sur les animaux qui ne pensent pas, mais également une limite, imposée à l’homme par son corps, à l’expression de la pensée, dont ni Dieu ni les anges n’ont besoin. Toute la pédagogie de l’abbé supposait l’égalité pratique entre les hommes et la mission de rétablir par l’art dans ses droits une minorité maltraitée par la nature. Mais en prenant modèle sur le moyen de communication des muets, et non des anges, il mettait en pratique la perfectibilité humaine chère aux amis de Condorcet.

5 Autre leitmotiv du cours, qui fut l’un des seuls, ou le seul, à avoir pris au sérieux la mission confiée par la Convention. Quant à l’ouvrage élémentaire, et non abrégé, qu’il annonce, nous renvoyons à notre introduction et aux notes aux séances de quintidi. La distinction entre la grammaire générale raisonnée et les grammaires particulières, effets de la division des langues artificielles, inscrit l’abbé dans l’héritage de Port-Royal. Et c’est cet héritage, transformé par le nouveau point de vue analytique, en particulier chez Beauzée, qui est manifestement la référence grammaticale de l’auteur.

6 Ce n’est encore qu’un plan qui est indiqué, et qui sera précisé à la première leçon, ainsi qu’assez régulièrement au début de presque chaque reprise des leçons de grammaire proprement dite. L’abbé s’y tiendra complètement, et s’il déplore la fermeture de l’École décidée avant qu’il ait pu tout traiter, il est tout à fait excessif d’y voir le laisser-aller qu’y voit Paul Dupuy : la date de fermeture de l’École avait fait l’objet de débats à la Convention durant les dernières semaines de son fonctionnement, et aurait pu être repoussée d’un mois. Mais ce qui manque au cours de Sicard et que l’on trouve publié dans le volume de 1800, ce sont des applications détaillées de ses Éléments de grammaire générale au français, et qu’il n’avait pas promis, fidèle à l’intention énoncée par Lakanal. D’autre part ce plan, loin de relever d’un opportunisme, reflète la nécessaire intrication que suivra le Cours d’instruction entre grammaire proprement dite et instruction des muets. Enfin, en matière de grammaire, le plan des futurs Éléments de grammaire générale est déjà celui suivi en l’an III. Ce n’est pas celui d’un repli prosaïque sur les parties du discours, ni un abandon de la métaphysique, comme le dit en conclusion Dupuy, qui a probablement manqué d’y voir l’exposé, très scolaire, et très peu original en matière de plan, d’un cours de grammaire générale dont le modèle était classique depuis Beauzée.

7 C’est sur ce versant positif d’« homme de la nature » que l’on rencontre, dès le programme, qui scelle bien l’unité de l’enseignement de Sicard en l’an III, la méthode de l’abbé de l’Épée et l’idée d’un apprentissage par traduction de langue à langue (cf. notre introduction et les notes à la dernière séance des débats en réponse au courrier de Cavayer, infra, p. 515-516). Ici très précisément, comme Sicard l’a dit deux paragraphes plus haut, c’est « l’heureuse ignorance », dans laquelle se trouve le muet, des particularités des langues d’usage qui peut donner au grammairien général « tant d’utiles leçons ».

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540