Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'analyse de l'entendement de Garat

Programme

11 pluviôse/30 janvier

Texte intégral

  • 1 « En effet, la pureté de l’illumination [l’entendement] et le libre arbitre ont commencé en même t (...)

Etenim illuminationis puritas et arbitrii libertas simul inceperunt, simul corruerunt : neque datur in universitate rerum tam intima simpathia, quam illa veri et boni.
Bacon1

1Le plus bel attribut de l’homme, celui par lequel il occupe la première place, entre tous les êtres au milieu desquels il existe sur la terre, c’est l’entendement, c’est la raison. Tout ce que fait l’homme, tout ce qu’il veut, et même, à beaucoup d’égards, tout ce qu’il peut, dépend, en dernière analyse, de la manière dont il sent les choses, dont il les voit, dont il en raisonne, dont il les entend, en quelque sorte. Il y a toujours dans sa pensée quelque image et quelque idée distincte ou confuse, réelle ou fictive, vraie ou fausse, d’après laquelle il conçoit ses desseins, il exécute ses ouvrages, il détermine ses volontés, et il accomplit ses actions. La faiblesse et la puissance de l’homme, ses égarements et sa sagesse, ses vices et ses vertus, ses privations et ses jouissances, toutes ses qualités et toutes ses destinées, sortent donc, comme de leur source, de son entendement.

2Malheureusement, la raison n’est pas une faculté qui soit égale et constante, ni chez le même homme dans tous les âges, ni chez tous les hommes dans la même nation, ni chez les mêmes nations dans tous les siècles. Le germe paraît en avoir été répandu à peu près universellement par la nature sur les pénétrations humaines ; mais dans le plus grand nombre des hommes, des peuples et des siècles, ce germe reste stérile : dans quelques-uns, le développement commence et s’arrête pour toujours aux plus faibles commencements ; d’autres font plus de progrès ; mais ils entrent et s’avancent dans de fausses routes, et les acquisitions mêmes de l’esprit deviennent fatales à la raison humaine.

3Dans aucun siècle, chez aucun peuple, et chez aucun homme, la raison n’a eu encore cette certitude, cet éclat et cette étendue dont nous voyons évidemment aujourd’hui qu’elle est capable.

4Une si grande inégalité dans la manière dont les hommes possèdent une faculté commune à tous a pu être et a été dans tous les temps un phénomène qui a singulièrement frappé les esprits : on a cherché les causes de ce phénomène, et comme il n’était pas facile de les trouver, on en a imaginé d’étranges.

  • 2 Allusion aux philosophies idéalistes de l’Antiquité et notamment à Platon. Soulignons que l’interp (...)

5Tantôt, pour expliquer le génie qui distinguait certains hommes et certains peuples, on a supposé qu’ils étaient inspirés par des dieux2. C’est l’explication des temps où la raison était si rare qu’elle devait paraître étrangère à la nature humaine.

  • 3 Allusion à l’aristotélisme et à la distinction entre les âmes végétative, motrice et intellective.

6Tantôt, on a attribué la différence des esprits à la différence des âmes3 ; et de deux mots qui expriment la même chose, lorsqu’ils expriment quelque chose de réel, on donnait l’un pour la solution du problème que présente l’autre.

  • 4 Allusion à l’atomisme, issu d’Épicure et de Lucrèce. On remarquera que la notion d’organisation, f (...)

7Tantôt, des philosophes qui se croyaient plus profonds, et qui se rapprochaient au moins davantage de la nature, ont cru révéler son secret, en rapportant toutes les inégalités des esprits à la diversité des organisations4. Selon eux, ces différences si marquées, si prodigieuses entre l’intelligence de deux hommes, tiennent à des différences imperceptibles et inassignables entre les organes de leurs sens et de leurs cerveaux ; et parce que cette cause est manifestement la vraie dans quelques cas, comme celui de l’imbécillité et de la folie, ils affirmaient qu’elle est la vraie dans tous les cas, qu’elle est générale. Peu s’en faut qu’ils n’aient fait croire que l’Énéide et le système de l’attraction ont été comme gravés par la main de la nature sur les cerveaux de Newton et de Virgile.

  • 5 Ces philosophes sont Bacon, Locke et les encyclopédistes.

8Tandis que ces investigateurs audacieux de causes qui se dérobent à tous les sens s’égaraient dans des hypothèses fondées sur des principes occultes, des hommes plus éclairés5, parce qu’ils étaient moins ambitieux, aperçurent une cause qui était sous leurs yeux, et qui expliquait, en grande partie au moins, cette humiliante inégalité des esprits. Cette cause, ils la virent dans la différence des circonstances de la culture, des études, des méthodes et des travaux. L’existence de cette cause frappe tous les regards ; elle est incontestable. L’existence des autres causes, si elle est réelle, se dérobe à tous les sens ; elle est incertaine. Cette cause, quoiqu’il ne soit pas toujours possible de l’observer dans toutes ses manières d’agir, agit pourtant sous nos yeux ; et il est facile de mieux diriger son action, pour la rendre plus utile : les autres causes, quand elles seraient plus puissantes, agissent dans les profondeurs mystérieuses où elles se cachent ; et il est inutile de s’en occuper, parce qu’il est impossible de les mieux diriger.

  • 6 Stratège et homme politique grec (Mégalopolis, v. 252 – Messène, v. 183), qui lutta pour réaliser (...)

9L’influence de la diversité des cultures n’est pas une hypothèse et un système ; c’est un fait, et ce fait remplit l’univers et les siècles : il est répété de toutes parts dans l’histoire des individus et dans l’histoire des nations. Quelle que fut, par exemple, l’organisation du cerveau de Newton et du cerveau de Leibniz, on est sûr que si tous les deux n’avaient pas cultivé la géométrie, aucun d’eux n’aurait trouvé la méthode du calcul de l’infini. Les peuples qui, depuis Homère jusqu’à Philopoemen6, ont vécu sur les côtes de l’Asie mineure, dans les archipels et dans le continent de la Grèce, ont pu être mieux organisés, pour les arts et pour la philosophie, que tous les autres peuples de la Terre ; mais s’ils n’avaient pas eu des institutions sociales singulièrement favorables à tous les genres de talents et de génie, ils auraient pu rester éternellement dans la barbarie, d’où ils étaient sortis après des siècles de tâtonnements, et dans laquelle le joug des Ottomans les a si rapidement replongés.

10S’il était possible de ne pas reconnaître cette influence de la culture sur les esprits, il était difficile aussi de ne pas comprendre que cette culture, pour produire tous ses bons effets, devait être dirigée sur certaines règles. Elle a pour but de conduire les esprits à la vérité : on dut donc sentir, confusément au moins, le besoin de savoir par quelle route il faut marcher vers la vérité, et à quel signe on peut la reconnaître.

11Les peuples qui ont le plus cultivé les arts et les sciences ont pris tour à tour, ou à la fois, quatre espèces de guides pour s’avancer avec sûreté dans les routes de la nature et de la vérité : le goût ; l’induction, c’est-à-dire la méthode de Socrate et de ses élèves ; l’art syllogis-tique d’Aristote et de son école ; la méthode des géomètres.

12Mais le goût jouit de ses erreurs, comme de ses sensations les plus exquises ; il peut facilement se tromper sans que rien l’en avertisse ; son attribut, d’ailleurs, est de juger de la beauté plus que de la vérité : arbitre suprême et délicat au milieu des talents de l’imagination, il est comme étranger au milieu des sciences exactes.

13La méthode de Socrate, ces questions inattendues d’une ignorance tantôt feinte et tantôt naïve, cette manière piquante de conduire ou d’induire l’esprit d’une interrogation qui le surprend à une réponse qu’il fait lui-même, et qui l’éclaire, l’induction, est sans doute la meilleure méthode que l’instinct de la nature ait jamais donnée à un philosophe ; elle est une espèce d’enquête de la vérité, sur faits et articles ; mais Socrate avait comme rencontré cette méthode par un hasard heureux, il ne l’avait pas trouvée dans l’analyse approfondie de l’esprit humain : on s’en servit, sans savoir par quelles questions il fallait commencer, passer et finir. Des questions faites sans suite amenaient des réponses sans liaisons ; et il n’y a de lumière pure et étendue que dans la liaison des idées. Ces interrogatoires confondaient les sciences fausses, et ne créaient pas la vraie science ; elle conduisirent l’école de Socrate à un doute universel ; c’était le point d’où il fallait partir, mais ce n’était pas le point où il fallait arriver et rester.

14Le syllogisme réduit et enchaîne les propositions sous une certaine forme ; il les serre et les presse sous un seul regard de l’esprit : mais le syllogisme n’atteint ni aux fausses acceptions des mots où se cachent les erreurs, ni aux profondeurs de la nature où se cachent les vérités. C’est une espèce de pugilat de l’esprit, où l’esprit exerce, accroît et perd ses forces sans faire aucune œuvre utile aux hommes.

15Si, en effet, on avait appliqué la méthode des géomètres à tous les genres d’idées, sans doute on aurait donné à toutes l’exactitude rigoureuse de la géométrie ; mais on a pris les formes des géomètres, et on n’a point pris leur méthode. On crut les imiter, on ne fit que les contrefaire. Pour les imiter réellement, il eût fallu mettre dans la langue de toutes les sciences la précision qu’ils mettent dans leur langue ; et alors leur langue, qui ne s’applique bien qu’à leurs objets, aurait été inutile. Cet appareil d’axiomes, de définitions, des scholies, de corollaires, dont on a défiguré plusieurs ouvrages qui ne sont pas de géométrie, n’a servi qu’à retrancher, pour ainsi dire, des notions vagues, confuses et fausses derrière des formes imposantes et respectées.

16Aussi, pendant qu’on célébrait de toutes parts les merveilles des ouvrages de goût ; pendant que les sciences exactes opéraient des prodiges plus incontestables encore ; pendant que le syllogisme aux cent formes faisait retentir de ses cris toutes les écoles ; pendant que l’induction présentait la philosophie sous les formes les plus attrayantes de la conversation et du drame, les erreurs anciennes s’éternisaient : de nouvelles erreurs naissaient et se multipliaient avec les nouveaux ouvrages ; partout on voyait des opinions et des systèmes, nulle part la vérité et la nature ; et la sagesse même abandonnait la perquisition des connaissances les plus nécessaires à l’homme, comme inaccessibles à toutes ses recherches.

  • 7 Il s’agit à coup sûr de Bacon, Locke, Condillac, probablement des encyclopédistes, de Newton et pe (...)

17Depuis le seizième siècle, sept à huit philosophes7, effrayés de cette impuissance de toutes les opérations, et de ce désordre confus de toutes les notions de l’esprit humain, ont pensé que pour bien le diriger il n’y avait qu’un seul moyen, c’est de le bien connaître, de le suivre pas à pas dans tout ce qui lui arrive et dans tout ce qu’il fait, depuis les sensations qui lui sont communes avec les animaux, jusqu’aux conceptions les plus compliquées de la plus vaste intelligence.

18Ce travail, commencé par Bacon, a été continué en Angleterre, en Allemagne et en France, par des hommes qui réunissaient à beaucoup de courage d’esprit, beaucoup de sagesse.

19Le dessein seul de chercher par cette voie la bonne méthode, leur en donnant une meilleure que toutes celles qu’on avait suivies jusqu’à eux, ils ont démêlé avec une sagacité infinie ce que chaque sens en particulier porte dans l’entendement, et ce que tous y apportent en commun ; ils ont aperçu, et les causes des erreurs si fréquentes de nos sens, et les moyens par lesquels les sens corrigent eux-mêmes leurs erreurs. En découvrant comment et pourquoi nos sensations sont si souvent confuses et fautives, ils ont découvert comment on peut les rendre distinctes, nettes et exactes ; ils ont fourni les moyens d’épurer les sources mêmes de l’intelligence.

20Passant de l’examen de nos sensations aux divers emplois que l’entendement en fait, c’est-à-dire aux facultés de l’entendement, ils ont démontré que toutes ces facultés, que l’attention, la comparaison, le jugement, la réflexion, la mémoire, l’imagination, le raisonnement, n’étaient que la sensation elle-même prenant diverses formes, mais ne changeant jamais de nature. Cette découverte, qui peut paraître très simple, et que tant de dogmes consacrés rendaient si difficile, leur a enseigné comment on peut rendre l’attention plus vive et plus soutenue, la mémoire et l’imagination plus fidèles, le raisonnement plus exact, la réflexion moins traînante, plus souple et plus agile.

21Après avoir bien connu les sources où puise l’entendement, et les facultés avec lesquelles il y puise, ils ont porté leurs observations sur les idées que l’esprit humain conçoit des choses, sur les notions qu’il s’en forme ; ils ont démêlé, distingué et défini tous les genres et toutes les espèces d’idées ; ils en ont tracé, en quelque sorte, une généalogie dans laquelle les premières, celle d’où naissent toutes les autres, sont les images des objets extérieurs, et dans laquelle les dernières, les conceptions les plus intellectuelles, sont encore, ou des divisions, ou des réunions de ces images ; ils ont frayé et aplani, pour les esprits les moins attentifs, la route qui conduit des sensations aux abstractions, et qui ramène des abstractions aux sensations. Avec cet art, dont ils ont été les premiers maîtres, celui qui le possède a pu décomposer les notions les plus chargées d’idées diverses, avec autant de facilité qu’un horloger décompose en toutes ses parties la montre dont il est l’ouvrier. À l’instant où l’artifice de toute cette formation de nos idées a été bien connu, à l’instant où on a bien vu comment toutes nos idées se font, on a touché à l’art de les faire mieux ; et c’est alors, mais alors seulement, qu’on a pu sans témérité entreprendre l’exécution de ce grand dessein conçu par Bacon, de refaire toutes nos idées, de recréer l’entendement humain.

  • 8 On sait que la notion et la méthode de l’analyse, mouvement dialectiquement lié à la synthèse, ont (...)

22Pour l’exécution d’un pareil ouvrage, il était nécessaire, et de bien connaître, et de perfectionner tous les instruments dont on doit se servir : l’attention des philosophes dont je parle se fixa sur les langues. Quel fut leur étonnement ! En ne considérant les langues que comme des instruments nécessaires pour communiquer nos pensées, ils découvrirent qu’elles sont nécessaires encore pour en avoir : ils s’assurèrent et ils démontrèrent que pour lier ensemble des idées que, pour en former des jugements distincts, il faut les lier elles-mêmes à des signes ; qu’en un mot, on ne pense que parce qu’on parle, que parce qu’on fixe et qu’on retient devant son esprit, par la parole, des sensations et des idées qui s’échapperaient et s’évanouiraient de toutes parts, et que l’art de penser avec justesse est inséparable de l’art de parler avec exactitude. Depuis cette découverte, l’une des plus belles de l’esprit humain, qui est démontrée, et qui aura longtemps encore l’air d’un paradoxe, les langues ont pris devant les vrais philosophes une importance qu’elles n’avaient point encore. La parole dont les uns se servaient comme à regret, et dont les autres se servaient comme d’une vaine parure, a été associée à tous les soins et à toutes les méditations qu’on a donnés aux choses et aux pensées ; et le génie a perfectionné les langues, parce qu’il les a respectées. A peine la chimie8 a appris à parler la nouvelle langue qu’on lui a créée, qu’elle s’est enrichie d’une multitude de découvertes nouvelles.

23Après qu’une lumière si éclatante avait été répandue sur les sources, sur les facultés et sur les procédés de l’esprit humain, il n’était plus besoin de chercher la meilleure méthode ; elle était trouvée. La bonne méthode, en effet, ne peut être que l’art de multiplier et d’étendre les sensations distinctes et bien vérifiées ; de diriger les opérations de l’esprit conformément à la nature de ses facultés ; de posséder le secret de la formation des idées de tous les genres, pour voir toujours clairement comment on les a faites, et ce qu’elles représentent ; de parler enfin avec précision, concision et liaison, pour donner à toutes les pensées de la netteté, de la certitude et de l’étendue.

24Avec une pareille méthode, on pourra se tromper encore ; mais il sera facile de découvrir si l’erreur est dans la manière dont on a senti, dont on a opéré, dont on a fait les idées, dont on les a rendues ; et, dans quelque coin de l’entendement que se cache l’erreur, on pourra l’y poursuivre et l’en chasser. C’est ainsi que les arithméticiens découvrent et corrigent très promptement un calcul mal fait, parce que, connaissant parfaitement l’artifice de toutes les parties de leurs opérations, ils repassent rapidement, et de plusieurs manières, sur toutes ses parties.

25Cette méthode ne s’applique pas seulement à quelques genres de connaissances ; elle s’applique à toutes : chaque science a des signes et des procédés qui lui sont propres ; mais tous leurs procédés et tous leurs signes, quand ils sont exacts, sont conformes à cette méthode, qui est celle de l’esprit humain.

  • 9 On se référera à d’Alembert et à son Discours préliminaire de l’Encyclopédie : « Newton, à qui la (...)

26On a rapproché de cette méthode celle qui a dirigé les magnifiques découvertes faites, depuis Galilée, dans les sciences exactes et physiques ; on a vu qu’elle est la même, et que les routes trouvées par les Bacon et par les Locke dans l’analyse de l’esprit humain sont précisément les routes qui ont été suivies par les Galilée, par les Huyghens et par les Newton9. Enfin, on avait cherché des méthodes particulières pour créer, des méthodes particulières pour juger, des méthodes particulières pour rendre les idées ; et cette méthode, à elle seule, est la meilleure pour l’art de rendre, de juger et de créer les idées.

  • 10 « Je ne doute pas que ce titre [de métaphysicien] ne soit bientôt une injure pour nos bons esprits (...)

27Tel est l’objet qui sera traité dans ce cours : pour le bien déterminer, pour le faire connaître, j’ai été obligé d’en faire comme l’histoire. Il n’a pas encore dans notre langue, ni peut-être dans aucune langue de l’Europe, une dénomination précise qui, par un seul mot, en réveille toute l’idée. On l’appelle communément métaphysique ; mais ce mot n’en donne pas une idée vraie, et il en donne une idée effrayante : c’est ce mot qui le fait confondre si souvent avec cette science ténébreuse des anciennes écoles qui s’appelait aussi métaphysique et qui, discourant sans fin sur les essences des êtres, sur les modes, sur les accidents, sur les substances spirituelles et non spirituelles, répandait ses ténèbres sur les idées les plus simples et les plus claires. Le premier soin des philosophes, dont j’ai rappelé les travaux et leur premier succès, a été d’étouffer cette fausse science, après l’avoir couverte de tous les ridicules qu’elle méritait : confondre leur art avec elle sous la même dénomination, c’est donc confondre la lumière avec les brouillards qu’elle a dissipés10.

  • 11 Charles Bonnet (cf. infra, note 23), Essai analytique des facultés de l’âme (1760). Sur ce philoso (...)
  • 12 Cf. notre introduction, supra, p. 55.

28Charles Bonnet11 a substitué sur le frontispice de l’un de ses écrits, au mot métaphysique, le mot de psychologie ; et Condillac l’a proposé, sans l’adopter pour ses ouvrages12. Le choix de ce mot ne me semblerait point heureux : il ne reçoit presque aucune clarté de notre langue, parce qu’il ne s’allie à presque aucun de ses mots ; par son étymologie il remonte à l’idée de l’âme plutôt qu’à l’idée des opérations de l’esprit humain : il donnerait l’air d’une science, et d’une science à part, à un genre de connaissances qui, par sa nature, doit devenir universelle et familière à tout le monde.

29J’ai adopté la dénomination de Locke, qui a intitulé son livre : Essai sur l’entendement humain. Il est vrai que ces mots : Essai sur l’entendement et analyse de l’entendement, forment une phrase, plutôt que le nom simple d’une chose ; ils indiquent un travail sur un objet, plutôt que cet objet même. Ce n’est point là une dénomination ; mais ces mots font entendre assez clairement et assez brièvement ce qu’on se propose : c’est là l’essentiel.

  • * Caeterum unamquamque rem, propria si placet dignitate metiri rationes scientiae, reliquarum omnino (...)
  • 13 Bacon, De dignitate..., op. cit., livre II (1623). Voici le texte dans la traduction de M. Le Dœuf (...)

30L’objet de ce cours est, comme on voit, une science toute nouvelle. Son origine ne remonte pas plus haut que Bacon. Elle est née au moment où toutes les sciences réelles allaient naître : elle a assisté et même présidé à la naissance de plusieurs. Les sciences fondées sur le calcul et l’observation, les mathématiques et l’astronomie, lui ont prêté beaucoup de leurs lumières ; mais elle en a répandu bien davantage sur les sciences physiques et morales, qui n’ont appris que d’elle à marcher dans les routes où elles font aujourd’hui tant de belles découvertes. C’est elle qui a servi, pour ainsi dire, d’intermédiaire et d’interprète entre les sciences exactes, physiques et morales, pour leur faire connaître ce qu’elles avaient de commun, sans s’en douter, et pour leur faire ouvrir de nouvelles communications auxquelles elles ne pensaient pas. Si on regarde à la certitude de cette nouvelle science, elle est égale à celle des sciences physiques ; elle est la même ; car elle est fondée également sur l’observation des faits et des phénomènes. Si on regarde à l’intérêt que son objet présente, il ne peut pas être plus grand ; ce sont les phénomènes et les opérations de l’esprit humain, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus beau et de plus parfait dans les êtres connus. Si on regarde à son utilité, elle ne peut pas être plus étendue ; car c’est l’art de diriger, dans tous les genres, tous les esprits à la vérité. « S’il est permis, dit Bacon à ce sujet, de mesurer chaque chose par la dignité qui lui est propre, les méthodes universelles de la science sont pour toutes les autres sciences comme des clefs : et de même que la main est l’instrument des instruments, l’intelligence humaine, le dessein des desseins, de même ces méthodes générales doivent être considérées comme les arts des arts : elles ne dirigent pas seulement l’esprit, elles le fortifient ; de même que l’exercice habituel de tirer des flèches ne fait pas seulement que vous mirez avec plus de justesse, mais que vous tendez un arc plus fort, avec plus de vigueur* 13. »

Notes

1 « En effet, la pureté de l’illumination [l’entendement] et le libre arbitre ont commencé en même temps et se sont corrompus en même temps : et il n’est pas accordé dans l’univers une sympathie aussi profonde que celle du vrai et du bien. » Cette citation est tirée du De dignitate et augmentis scientiarum (De la dignité et de l’avancement des connaissances), livre I, chap. v, 1. Elle est très proche de celle-ci, également tirée du livre I : « La Vérité [Veritas] et la Bonté [Bonitas] ne diffèrent entre elles que comme le sceau et l’empreinte. » (Bacon, Du progrès et de la promotion des savoirs, présenté, traduit et commenté par M. Le Dœuff, Paris, Gallimard, « Tel », 1991, p. 73) Rappelons que la Critique de la raison pure de Kant est dédiée à Bacon. On sait par ailleurs que, dans son Discours préliminaire de l’Encyclopédie (1751), d’Alembert fait référence à Bacon (1561-1626), « le plus grand, le plus universel et le plus éloquent des philosophes », comme pierre angulaire de la « révolution » intellectuelle, et reconnaît qu’il lui doit l’arbre encyclopédique (cf. infra, note 14).

2 Allusion aux philosophies idéalistes de l’Antiquité et notamment à Platon. Soulignons que l’interprétation idéologiste de Platon est erronée, mais qu’elle est répandue et se trouve également chez Kant.

3 Allusion à l’aristotélisme et à la distinction entre les âmes végétative, motrice et intellective.

4 Allusion à l’atomisme, issu d’Épicure et de Lucrèce. On remarquera que la notion d’organisation, fortement présente chez Diderot, appartient à l’appareil conceptuel des Idéologistes, et qu’on la trouve notamment chez Cabanis. La critique de la métaphysique « occulte », obscure et obscurantiste, prétentieuse, est fondamentale. Par ailleurs, ces trois ensembles philosophiques critiqués par Garat sont liés par le thème du génie. Celui-ci représente l’une des questions centrales de tous les cours de l’École normale, Newton étant ainsi pour les sciences l’exemple type du savant, du génie chercheur.

5 Ces philosophes sont Bacon, Locke et les encyclopédistes.

6 Stratège et homme politique grec (Mégalopolis, v. 252 – Messène, v. 183), qui lutta pour réaliser l’unité hellénique contre Rome et la domination macédonienne. Il est certainement évoqué ici parce que Plutarque le surnomma « le dernier des Grecs ».

7 Il s’agit à coup sûr de Bacon, Locke, Condillac, probablement des encyclopédistes, de Newton et peut-être de Garat lui-même. En outre, il est probable que Garat pense aussi à Hume, jamais cité par ailleurs. On ajouterait volontiers Kant, connu en France par son Traité de paix perpétuelle traduit en 1795, et que Sieyès voulait inviter à Paris. Pour l’anecdote, on évoquera un curieux ouvrage, Réponse du professeur Kant de Königsberg à l’abbé Sieyès de Paris (1796 ; texte apocryphe), édité et préfacé par A. Philonenko et Y. Somet, avec une postface d’A. Tosel, traduit par M. Lafoux (La Tour d’Aigues, L’Aube, 1995). Sur la réception de Kant en France, cf. F. Azouvi et D. Bourel, De Königsberg à Paris..., op. cit.

8 On sait que la notion et la méthode de l’analyse, mouvement dialectiquement lié à la synthèse, ont connu plusieurs années auparavant une illustration particulièrement brillante en chimie (cf. La-voisier, Traité élémentaire de chimie, 1789). Pour Garat, l’analyse est mouvement de décomposition et de composition.

9 On se référera à d’Alembert et à son Discours préliminaire de l’Encyclopédie : « Newton, à qui la route avait été préparée par Huyghens, parut enfin, et donna à la philosophie une forme qu’elle semble devoir conserver. Ce grand génie vit qu’il était temps de bannir de la physique les conjectures et les hypothèses vagues, ou du moins de ne les donner que pour ce qu’elles valaient, et que cette science devait être uniquement soumise aux expériences et à la géométrie. C’est peut-être dans cette vue qu’il commença par inventer le calcul de l’infini et la méthode des suites, dont les usages, si étendus dans la géométrie même, le sont encore davantage pour déterminer les effets compliqués que l’on observe dans la nature, où tout semble s’exécuter par des espèces de progressions infinies. » (op. cit., p. 96-97)

10 « Je ne doute pas que ce titre [de métaphysicien] ne soit bientôt une injure pour nos bons esprits, comme le nom de sophiste, qui pourtant signifie sage, avili en Grèce par ceux qui le portaient, fut rejeté par les vrais philosophes. » (d’Alembert, ibid., p. 101)

11 Charles Bonnet (cf. infra, note 23), Essai analytique des facultés de l’âme (1760). Sur ce philosophe, cf. L. Anderson, Charles Bonnet and the Order of the Known (Dordrecht, Reidel Publishing Company, 1982).

12 Cf. notre introduction, supra, p. 55.

13 Bacon, De dignitate..., op. cit., livre II (1623). Voici le texte dans la traduction de M. Le Dœuff : « Pourtant si l’on considère les choses selon leur valeur réelle, les savoirs concernant la raison sont les clefs de tous les autres. Certes de même qu’Aristote a dit avec élégance et pertinence que la main est l’instrument des instruments, l’esprit la forme des formes [N. B. De anima, III, 8], de même on peut dire de ces savoirs qu’ils constituent l’art des arts. Et non seulement ils dirigent, mais en plus ils consolident et ils renforcent, tout à fait comme la pratique de l’arc n’apprend pas seulement à viser mieux, mais aussi à lancer plus fort la flèche. » (Bacon, Du progrès..., op. cit., p. 160).

Notes de fin

* Caeterum unamquamque rem, propria si placet dignitate metiri rationes scientiae, reliquarum omnino claves sunt ; atque, quemadmodum manus instrumentum instrumentorum, anima forma formarum, ita et illae artes artium ponendae sunt : neque solum dirigunt, sedet roborant ; sicut sagittandi usus et habitus non tantum facit ut melius quis collimet, sed ut arcum tendat fortioret.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540