Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'analyse de l'entendement de Garat

Chronologie et résumés des leçons et des débats

Texte intégral

PROGRAMME : 11 pluviôse an III (30 janvier 1795)

1Garat annonce le programme du cours : il s’agira d’étudier une science nouvelle dont l’origine ne remonte pas plus loin que Bacon et qui n’est autre que l’art de diriger, dans tous les domaines, les esprits à la vérité.

PREMIÈRE LEÇON : 11 pluviôse an III (30 janvier 1795)

2La première leçon est consacrée à la généalogie de cette science : Bacon, Locke, Condillac.

SECONDE LEÇON : 23 pluviôse an III (11 février 1795)

3Garat annonce l’ordre du cours, organisé en cinq sections : les sens et les sensations ; les facultés de l’entendement humain (attention, mémoire, imagination, raisonnement) ; la théorie des idées ; la théorie des signes et des langues ; enfin la méthode, complément nécessaire des quatre premières parties. La partie finale de cette séance manque.

PREMIER DÉBAT : 29 pluviôse an III (17 février 1795)

4Garat lit une lettre anonyme le mettant en cause à propos de l’immortalité de l’âme et il se défend. Vient ensuite la lecture d’une autre lettre l’invitant à définir entendement, raison, esprit, ce qu’il fait. Puis il lit la lettre de l’élève Mure de Dijon à propos d’Helvétius et du terme de métaphysique. Garat revient sur Helvétius et les sens, puis discute la notion de métaphysique.

5L’élève Truffer prend la parole sur Buffon et son texte sur la statue, et après ce débat l’élève Teyssèdre demande pourquoi Descartes n’a pas été abordé dans le cours. Garat s’en explique. Teyssèdre revient ensuite sur la langue des signes et Garat répond à l’aide de Condillac et de Hobbes.

SECOND DÉBAT : 9 ventôse an III (27 février 1795)

6Saint-Martin, qui n’a pu s’exprimer faute de temps, intervient, évoque une intervention antérieure et pose trois amendements : le rétablissement du sens moral, la nécessité de la parole pour l’institution de la parole et la reconnaissance du fait que la matière ne pense pas. S’ensuit une longue discussion.

7L’élève Duhamel interroge Garat sur Condillac, sa théorie des sensations et la notion de désir ; Garat répond notamment en analysant la théorie de la statue.

8Une lettre de Saint-Martin est jointe à la transcription du débat, laquelle a été fortement revue et amendée par Garat. Particulièrement longue, elle a pour but d’équilibrer la discussion. Saint-Martin y développe une grande partie de ses thèses.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540