Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'analyse de l'entendement de Garat

Introduction

Gérard Gengembre

Texte intégral

Portrait de Dominique-Joseph Garat.
Archives de l’Institut de France

  • 1 J.-C. Bonnet et P. Frantz (éd.). Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et (...)
  • 2 Le Peuple [1846], IIIe partie, chap. vii ; rééd. Paris, Julliard, 1965, p. 272-273. Cité dans G. G (...)
  • 3 Les Idéologues et la fin des grammaires générales raisonnées, Lille, Atelier de reproduction des t (...)

Chargé d’enseigner [l’analyse de l’entendement] au sein des Écoles normales, M. Garat, par son imagination brillante, a rendu la raison lumineuse : genre de service que, dans les questions encore abstraites, la raison ne peut devoir qu’aux talents d’un ordre supérieur.
Marie-Joseph Chénier1
Le professeur de philosophie, Garat, disait que la philosophie n’est que l’étude des signes, autrement dit, que la philosophie n’est rien. Signes pour signes, les mathématiques avaient l’avantage, et les sciences qui s’y rattachent, telles que l’astronomie. Ainsi la France révolutionnaire, dans la grande École qui devait répandre partout son esprit, enseigna les étoiles fixes et s’oublia elle-même.
Jules Michelet2
[L’intérêt essentiel du cours de Garat tient] dans la conjonction d’un programme vide et de la discussion impuissante à le justifier en droit.
Élisabeth Schwartz3

Un homme des Lumières, une girouette politique

1Né à Bayonne le 8 septembre 1749, fils de médecin, élevé par un ecclésiastique admirateur de Boileau, le jeune Dominique-Joseph Garat étudie cet auteur ainsi que Rollin, puis Tacite. Selon un processus bien connu, il monte à Paris avec en poche le texte d’une tragédie. Le libraire Panckoucke père lui demande des articles pour L’Encyclopédie méthodique et Le Mercure de France, et le met en rapport avec Suard. Garat fréquente le milieu des philosophes des Lumières et côtoie alors Rousseau, d’Alembert, Condillac, Buffon et Diderot.

2Il se fait connaître en remportant, de 1779 à 1784, quatre prix du concours d’éloquence de l’Académie française. Il s’est déjà entraîné en 1778 avec un Éloge de L’Hôpital, qu’il a fait imprimer sans l’envoyer au concours. Il a été couronné pour ses Éloges de Suger, de Montausier et de Fontenelle, ce dernier lui valant ce compliment de Buffon : « Voilà un écrivain. » Ses exploits oratoires le conduisent en 1785 à l’Athénée, où, suppléant de Marmontel, il donne un cours d’histoire, qu’il commence en 1786, sachant, selon la Décade, plaire aux femmes et aux penseurs. Il continuera de donner ce cours sous la Révolution et sous l’Empire, en dépit de nombreuses interruptions forcées.

  • 4 Les autres députés qui feront partie des Idéologistes sont Brillat-Savarin, Destutt de Tracy, Dupo (...)
  • 5 Il passe pour s’être opposé avec Volney au principe de la déclaration des droits, jugée trop spiri (...)
  • 6 Sans doute parce qu’il vote en faveur des assignats le 29 septembre 1790, en désaccord avec les po (...)
  • 7 Sauf en quelques occasions, la plus notable étant celle du 24 octobre 1789, où il demande à entend (...)
  • 8 On ne peut cependant être totalement affirmatif, car les comptes rendus des Archives parlementaire (...)

3À cette activité d’enseignement s’ajoute la rédaction d’articles pour les journaux et de notices pour les libraires. On peut mentionner un Précis historique de la vie de M. de Bonnard (1785), petit poète érotique de la cour de la maison d’Orléans, augmenté en 1787 d’un Supplément, avec notes pour servir à la vie de madame de S... [Sillery], ci-devant la comtesse de G... [Genlis]. Bien installé dans la république des lettres, Garat, avec son frère Dominique Garat l’aîné, est élu par ses compatriotes basques du bailliage de Labourd député du tiers état aux États généraux4, qui devient l’Assemblée constituante, où, bien que n’appartenant ni aux Jacobins ni aux Feuillants, pas plus qu’à aucun comité5, il se situera néanmoins dans ce qu’on appellera le Côté gauche, le 30 mars 17916. Il n’y prend guère la parole7, semble-t-il8, mais fait un compte rendu des séances dans le Journal de Paris. Après la fin de la session, il sera remplacé dans cette tâche par Condorcet, que Garat fréquente à la Société de 1789, fondée le 12 avril 1790 dans des locaux du Palais-Royal, et à laquelle Sieyès appartient également.

  • 9 Mais on ne peut en déduire avec certitude qu’il est hostile au principe d’une déclaration des droi (...)

4Favorable à Mirabeau9, il s’attire la vindicte de Champcenets et de Rivarol, ce qui lui vaut d’être mentionné dans le Petit dictionnaire des grands hommes de la Révolution :

Garat le cadet, journalier de l’Assemblée, mais plus habile que les autres. Il déguise la vérité dangereuse, il encense la force triomphante, il atténue les horreurs d’une catastrophe ; enfin, on peut le regarder comme l’optimiste de la révolution. Que de citoyens alarmés n’a-t-il pas calmés en assurant dans sa feuille qu’avec deux ou trois idées on repousserait les ennemis de la France ? Il a d’ailleurs dans son style cette confusion nécessaire pour chanter une insurrection.

  • 10 Durant toute cette période, il continue de donner des cours au Lycée, où il reviendra en 1798. Rap (...)

5Sur la désignation de Danton, la Convention nomme Garat pour le remplacer au ministère de la Justice après les massacres de septembre 179210 Dans ses Mémoires publiés en 1795, il qualifiera cette nomination de piège, car il manquait trop d’expérience politique. Son discours du 22 octobre est une défense des terribles journées :

Citoyens législateurs, il n’arrivera jamais à celui que vous n’avez pas jugé indigne du ministère de la Justice de dire que ceux-là ne sont pas innocents qui n’ont pas encore été condamnés au nom des lois. Mais pour la gloire de la nation française et de la république qu’elle vient d’instituer, mais pour l’honneur de l’humanité, je dois observer, recueillir et marquer toutes les circonstances qui rejettent les événements sur les ennemis de la liberté qui les ont rendus nécessaires.

6Cette justification des massacres, qualifiés de « prolongations des combats de la liberté avec le despotisme », lui vaudra le surnom de Garat-Septembre et l’éloignement des Girondins, qui appréciaient jusque-là sa modération. C’est lui qui notifie à Louis XVI l’arrêt de mort de la Convention et qui préside à l’organisation de l’exécution. Cette charge lui pèse et, dans ses Mémoires, l’abbé Edgeworth, confesseur du roi, raconte que le ministre s’ouvrit à lui et déplora cette « affreuse commission ». Garat lui-même rendra hommage au courage de Louis XVI dans ses Mémoires sur la vie de M. Suard, sur ses écrits et sur le dix-huitième siècle (1820) :

Parmi tant de têtes tombées sous le glaive de la justice, nul n’a élevé plus haut que Louis XVI son âme vers le ciel ; nul n’a plus eu le maintien non seulement de l’innocence, mais encore de la plus auguste vertu.

7Il est vrai que cet « optimiste de la Révolution », comme il fut appelé, évoque dans le même ouvrage un Robespierre « homme sensible, qui en écrivant avait toujours près de lui le roman où respiraient les passions les plus tendres et les tableaux de la nature, La Nouvelle Héloïse ».

8De la Justice, il passe le 19 mars 1793 à l’Intérieur où il remplace Roland et, le 27 mai, il écrit un rapport sur la situation à Paris, qu’il présente comme parfaitement calme, alors que l’insurrection du 31 mai se prépare. Il se révèle incapable de juguler les mouvements populaires qui aboutissent à l’élimination des Girondins. On parlera alors à son propos d’« eunuque politique », selon l’expression utilisée par madame Roland dans ses Mémoires, laquelle n’est guère plus amène envers Monge, professeur de mathématique à l’École normale. Il tente néanmoins de sauver quelques-uns de ses amis Girondins, intercédant auprès de Danton en faveur de Condorcet, auquel il offre inutilement un asile dans sa maison de campagne, à quarante kilomètres de Paris.

9Il reste au ministère jusqu’au 19 août. Barère demande alors à la Convention de relever Garat de sa charge pour raisons de santé. Nommé secrétaire du conseil exécutif, il est attaqué par les Jacobins, qui l’accusent d’avoir dilapidé les fonds de son ministère. Il est arrêté durant quelques jours (du 2 au 4 octobre), et l’enquête montre qu’il n’a pas su contrôler les agents de son administration, lesquels ont puisé dans les caisses. Son inefficacité et sa faiblesse apparaissent derechef et ne donnent guère crédit aux propos de l’hébertiste Momoro, qui le dénonce comme un « contre-révolutionnaire plus pervers que tous les Girondins ensemble ».

10Également attaqué par Billaud-Varenne, il est défendu par Barère et Robespierre, qu’il flatte et auquel il adresse notamment, le 30 octobre, une lettre reproduite par Mallet du Pan dans le Mercure britannique et par Morellet dans ses Mémoires : « Votre discours sur le jugement de Louis Capet et votre rapport sur l’état des puissances étrangères sont les plus beaux morceaux qui aient paru dans la Révolution ; ils passeront dans les écoles de la République comme des modèles classiques. » Après Thermidor, il se joindra aux violentes critiques déboulonnant la figure de l’Incorruptible, ce « monstre, dont l’éloquence n’était qu’un rabâchage éternel ».

  • 11 Il serait injuste de réduire ce mémoire à un simple plaidoyer pro domo. Garat y aborde notamment l (...)
  • 12 Garat collabore à ce journal. Sur ses articles, cf. J. Kitchin, La Décade (1794-1807), un journal (...)

11Après la chute de Robespierre, Garat revient à l’enseignement et aux lettres. Avec Lakanal, il joue un rôle déterminant dans la création de l’École normale, orientant nettement le projet vers la constitution d’une Académie de haut niveau où l’on enseignerait l’état présent de toutes les sciences, et non vers la mise en place d’une école à vocation pédagogique et productrice de manuels. Il s’agirait alors de joindre aux cours magistraux expériences, travaux de groupes et discussions avec les auditeurs. On verrait volontiers dans cet infléchissement une préfiguration de l’École pratique des hautes études conçue par Victor Duruy sous le Second Empire. A l’École normale, Garat va enseigner la philosophie dans un cours sur l’analyse de l’entendement humain, qui donne lieu à une célèbre controverse avec Saint-Martin. Les affaires politiques continuent cependant de le poursuivre. Le 9 mars 1795, Philippe Dumont dénonce à la Convention thermidorienne le défenseur des massacres de septembre. Garat publie alors un texte apologétique : Mémoire sur la Révolution, ou exposé de sa conduite dans les affaires et dans les fonctions publiques11. Cette brochure obtient un réel succès et Garat est appelé à faire partie de la classe des sciences morales et politiques de l’Institut national des sciences et des arts créé par le décret du 25 octobre 1795 (3 brumaire an IV). Il est membre résident de la section « analyse des sensations et des idées », aux côtés de Cabanis, Deleyre, Ginguené, Le Breton, Toulongeon, Volney. Les membres associés sont alors Cafarelli du Falga, De Gérando, Destutt de Tracy, Jacquemont, Laromiguière, Prévost de Genève, de Sèze et Sicard. Il collabore comme rédacteur à la Clef du cabinet des souverains de Panckoucke, et au Conservateur de Sarette, où il traite de politique étrangère. La Décade le cite souvent, et de manière élogieuse12.

12Continuant de fréquenter la maison d’Auteuil, il participe le tridi de chaque semaine au repas qui réunit chez un restaurateur de la rue du Bac Andrieux, Cabanis, Marie-Joseph Chénier, Benjamin Constant, Daunou, Gallois, Ginguené, Jacquemont, Laromiguière, Le Breton, de Tracy et Thurot : on y parle politique, littérature ou philosophie.

  • 13 Ginguené, lui, est nommé à Turin. Ils se rendront ensemble en Italie.
  • 14 Sur cette mission, cf. M. Mauviel, « Garat, Ginguené et l’Italie », in M. Matucci (éd.), Gli Idéol (...)
  • 15 On dispose de quatre lettres adressées à Talleyrand, ministre des Relations extérieures, écrites à (...)
  • 16 L’ambassadeur anglais est William Hamilton, dont l’épouse, la célèbre lady Hamilton, maîtresse de (...)

13À l’époque du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), il fréquente avec les écrivains de la Décade madame de Staël, qui les invite à dîner une fois par décadi. Il est ensuite nommé ambassadeur à Naples13, où règne un Bourbon, Ferdinand IV, dont l’épouse Marie-Caroline est la sœur de Marie-Antoinette, ce qui lui vaudra l’hostilité de la cour14. Il se rend en Italie en mars-avril15, après être passé par Nemours, Nevers, Moulins, Lyon et Genève, avoir discuté à Milan du traité d’alliance entre les républiques française et cisalpine, soucieux de dénoncer les préjugés de nation, de classe et de langue, et arrive à la cour de Naples le 8 mai16, où il prend la défense de détenus républicains. Il démissionne ensuite en adressant des reproches à son ministre et quitte la capitale des Deux-Siciles après l’humiliante défaite d’Aboukir et l’arrivée triomphale de Nelson, qui est l’occasion de festivités à Naples. Élu en avril au Conseil des Anciens par le département de Seine-et-Oise - ce qui lui permet de protester auprès de Talleyrand -, il y siège dès son retour, et devient secrétaire du bureau. Président à partir du 20 janvier 1798, il doit prononcer le discours sur l’anniversaire de la mort de Louis XVI.

14Il reprend ses cours à l’Athénée (baptisé « Lycée républicain »), soutient le directeur Sieyès et le ministre de l’Intérieur François de Neufchâteau, et prend le parti du Directoire quand Bonaparte le sonde avant le 18 brumaire. Il se rallie aussitôt après, redoutant la guerre civile, et Bonaparte le charge de prononcer un discours en faveur du coup d’État. Ce Discours prononcé par Garat, membre de la commission du Conseil des anciens, après la lecture de la résolution sur la présentation des nouvelles lois fondamentales de la République du 23 frimaire an VIII (14 décembre 1799) est distribué à des milliers d’exemplaires.

  • 17 Il y retrouve ou y retrouvera Démeunier, Destutt de Tracy, Grégoire, Rœderer, Sieyès et Volney.
  • 18 Nous utiliserons indifféremment le terme d’Idéologues consacré par l’usage, et accrédité par Bonap (...)

15Un tel service lui apporte comme récompense une place dans le nouveau Sénat17 où, le 23 juin 1800, il fait un discours sur la bataille de Marengo. Le 23 septembre, il prononce un éloge de Kléber et Desaix au pied du monument élevé à leur mémoire place des Victoires, discours-fleuve de trois heures qui ennuie Bonaparte, lequel verra en lui un « enfileur de mots ». On rapporte que l’Empereur, qui n’aimait pas les Idéologues18, lui demandait souvent : « Eh bien, monsieur Garat, comment va l’Idéologie ? »

16En deux occasions, il s’oppose au Premier consul. Après le 3 nivôse (24 décembre 1800, attentat de la machine infernale), il combat le projet de déportation de cent trente Jacobins. En 1804, il rédige pour le général Moreau le discours prononcé par celui-ci devant ses juges. En dépit de ces rébellions, il se montre un sénateur dévoué, passant cependant pour l’un de ceux qui déposent silencieusement une boule noire dans l’urne, et reste membre de l’Institut, tout en rejoignant en 1803 la classe de langue et de littérature françaises. Commandeur de la Légion d’honneur en 1804, chargé de mission en Hollande en 1805 (après la publication dans le Moniteur, il fait imprimer son rapport de mission, mécontent des modifications que lui avait apportées Napoléon), comte d’Empire en 1808, il fait figure de notable. C’est lui qui, le 1er janvier 1806, lorsque l’Empereur fait hommage au Sénat de cinquante drapeaux pris à l’ennemi, demande l’érection d’un arc de triomphe en l’honneur de Napoléon, qu’il ne peut assez louer. À l’Institut, il fait preuve de la même docilité à l’égard du régime, encensant notamment Napoléon lors de son retour d’Espagne en 1809.

17Soupçonné puis innocenté lors de la conspiration du général Malet (1812), le 2 avril 1814, il vote la déchéance de l’Empereur, affirmant même, assez tardivement, avoir voté contre l’élévation de Bonaparte à l’Empire en 1804. Le Dictionnaire des girouettes ne l’épargne pas, on s’en doute. Il courtise l’empereur Alexandre de Russie en lui dédiant un éloge de Moreau, où il glorifie également Wellington. Il fait partie de la commission sénatoriale chargée de rédiger l’acte constitutionnel. Après le retour de l’île d’Elbe, il se rallie à Napoléon, se fait élire député des Hautes-Pyrénées à la Chambre des représentants, propose l’avènement de Napoléon II le 16 mai 1815, et garde le silence jusqu’après Waterloo, remontant alors à la tribune.

18Ses palinodies lui valent l’ostracisme en 1816, et il est victime de l’épuration de l’Institut. Son ancien ami Suard ayant été accusé d’avoir participé à cette éviction, il prend sa défense dans l’ouvrage qu’il lui consacre en 1820. Il est alors condamné à l’obscurité. En 1826, il se retire au Pays basque et embrasse la religion catholique. En 1832, il est rappelé au sein de l’Institut dans la nouvelle Académie des sciences morales et politiques créée le 26 octobre. Il y retrouve Broussais, Daunou, De Gérando, Destutt de Tracy, Droz, Dunoyer, Lakanal, Laromiguière, Rœderer, Sieyès et Talleyrand. Il meurt le 9 décembre 1833 à Urdains près d’Ustaritz, au Pays basque.

Le cours d’analyse de l’entendement humain

  • 19 A. Fierro-Domenech, article « Garat », in J. Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, (...)

19Si les œuvres littéraires et politiques de Garat n’ont guère eu de postérité, son importance intellectuelle ne saurait être méprisée ni réduite à des publications « aussi nombreuses que médiocres19 ».

  • 20 F. Picavet, Les Idéologues. Essai sur l’histoire des idées et des théories scientifiques, philosop (...)
  • 21 Avant lui, Laromiguière avait publié des Projets d’éléments de métaphysique (1793). On sait que la (...)
  • 22 Il ne fait que suivre l’article de V. Delbos dans A. Lalande, Vocabulaire technique et critique de (...)

20Classé par Picavet dans la première génération des Idéologues, comprenant « ceux qui sont morts ou ont acquis leur plus grande célébrité20 », Garat inscrit son cours dans la continuité d’une ligne de pensée issue de Bacon, Locke et Condillac. Il apporte sa pierre à l’édifice de cette Idéologie conçue comme &épistémologie21, comme théorie de la connaissance ayant son point de départ dans la sensation. Marc Régaldo a proposé le terme de sensationnisme pour distinguer du sensualisme cette position qui entend déduire les facultés mentales humaines des données de la connaissance sensible, et refuser toute idée innée22.

21Athéisme épistémologique - qui ne suppose nullement un athéisme métaphysique-, l’Idéologie reconstitue, à partir d’une naturalisation de l’exercice de la pensée, le mouvement progressif des sensations vers les perceptions, des perceptions vers les idées, et de la sensation vers le raisonnement.

  • 23 À l’École, Garat a pour ennemi constant La Harpe, qui le poursuit de sa vindicte depuis l’époque d (...)
  • 24 Marie-Joseph Chénier en propose un résumé fort commode, alors que Picavet n’en transcrit qu’une si (...)
  • 25 Garat dirige la Commission d’instruction publique, chargée de l’administration de l’École. Le Rapp (...)
  • 26 R. R. Palmer, « The Central Schools of the first French Republic : a statistical survey », in D. B (...)
  • 27 Les Écoles centrales où il a été fait référence à Garat se situent dans les départements ou distri (...)
  • 28 Cf. seconde leçon, p. 89.
  • 29 Cf. second débat, p. 100 et 113.
  • 30 « C’est un homme assez jeune, de taille médiocre et d’un extérieur assez agréable. Il a la voix fo (...)

22Après l’ouverture, le 1er pluviôse (20 janvier 1795), des cours proprement dits à l’École, dont les enseignants ont été nommés par Garat, lequel a tout organisé autour de son cours23, celui-ci24 connaît un grand succès25. On sait que parmi les professeurs des Écoles centrales qui ont fait l’objet d’une enquête historique26, huit ont eu connaissance de ces leçons27. Il semble que Garat en ait donné sept, mais nous n’en possédons qu’une et demie (11 et 23 pluviôse), la fin de la deuxième séance (23 pluviôse) étant annoncée sans être donnée28. Les débats évoquent une séance du 19 pluviôse, qui nous manque29. La meilleure étude sur ce cours du « professeur d’entendement humain aux Écoles normales »30 est due à Michèle Crampe-Casnabet, à laquelle nous nous référons ici, en suivant pas à pas son article.

  • 31 En 1796, dans son mémoire lu à l’Institut et publié en 1802, intitulé Rapports du physique et du m (...)
  • 32 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale : une entreprise de réduction du sensualisme », in L (...)
  • 33 S’il en fallait une confirmation, on la trouverait chez Rœderer : « L’École normale ne doit avoir (...)
  • 34 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale... », art. cité.

23Dans l’organigramme intellectuel du programme des leçons de Garat, de ce cours général dépendent tous les autres31, puisque les sciences particulières ne sont que « les applications à des champs spécifiques d’objets de la faculté de penser32 ». Il s’agit bien de construire une théorie de la connaissance fondatrice33, qui « ne prétend pas seulement rendre compte des mécanismes cognitifs dans le domaine des sciences mais aussi des lois qui régissent les langues, les mœurs, les sociétés et plus généralement l’histoire humaine34 ».

  • 35 Garat ne reprend donc pas à son compte la distinction établie entre entendement et raison dans le (...)
  • 36 Locke est salué par tous les Idéologistes. Par exemple : « Locke est, je crois, le premier des hom (...)

24Au départ, Garat identifie purement et simplement entendement et raison. Les leçons devront développer ce postulat défini dans le programme du 4 pluviôse an III (23 janvier 1795), et le professeur le défendra dans les débats. Dès lors, savoir, action, volonté, plaisir, douleur, vice et vertu, tout dépend de l’entendement, où l’on distingue plusieurs opérations (attention, jugement, imagination, mémoire, raisonnement), qui ne font que diversifier une même faculté, et qui sont donc fondamentalement identiques35. Au départ est la sensation, à partir de laquelle l’entendement met en œuvre ses activités. Selon Garat, tous les philosophes éclairés depuis Bacon, en passant par Locke36 et Condillac, ont démontré qu’il ne pouvait y avoir de juste philosophie que sensualiste. De même, il n’existe qu’une seule méthode, celle-là même que l’esprit humain utilise et applique à toutes les sciences.

25Analyser l’entendement revient donc d’abord à décomposer les idées les plus complexes et les plus abstraites, pour parvenir à l’élément simple et irréductible qu’est la sensation. Ensuite, on recompose l’ensemble à partir de ce pur sentir :

  • 37 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’Ecole normale... », art. cité, p. 178.

L’analyse comporte donc un moment régressif et un moment généalogique. Le second moment est celui même de la vérité puisque c’est la sensation qui est donnée en premier, qui est la source de toutes nos connaissances et de tous nos actes. De la sensation à l’idée abstraite, les formes de combinaison peuvent changer mais elles ne changent jamais de nature37.

  • 38 Saint-Martin ne manquera pas de fustiger cette abusive simplification du sensualisme et de la pens (...)

26On peut donc bien parler de réduction du sensualisme38, sentir et entendre n’étant plus séparés. À cette réduction drastique, très clairement et péremptoirement exprimée par Garat, on peut opposer la démarche d’un autre Idéologiste, Destutt de Tracy, cité par Michèle Crampe-Casnabet :

  • 39 Seconde leçon, p. 80.
  • 40 Destutt de Tracy, De la métaphysique de Kant. Observation sur un ouvrage intitulé : « Essai d’une (...)

Puisque notre entendement ne peut rien faire que parce qu’il a des sensations ; puisqu’il n’est et ne peut être que sensation ; puisque entendre et sentir c’est la même chose, il s’ensuit que les facultés de l’entendement ne sont et ne peuvent être que des manières de diriger nos sens et de combiner nos sensations39.
Être actif c’est faire une action : or éprouver, sentir une perception à l’occasion d’une impression, c’est évidemment faire une action. Il faut même qu’il se passe un mouvement quelconque dans nos organes pour produire un effet. Sentir est donc manifestement agir. Si notre sensibilité n’était pas active, elle serait nulle40.

27Réfutant Condillac qui, selon lui, n’a pas vu que la sensation passive ne peut faire surgir une activité, Destutt critique du même coup Garat, à qui on peut reprocher en termes idéologistes de rendre incompréhensibles la connaissance et l’action par cette identification pure et simple de l’entendement à la sensation. On peut en trouver plusieurs illustrations, notamment l’explication qu’il donne de la théorie newtonienne de la lumière. Newton aurait reçu de nouvelles sensations en analysant la lumière et aurait tiré de telles sensations la connaissance vraie de ce phénomène physique.

  • 41 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale... », art. cité, p. 179.

28Le postulat posé par Garat le conduit nécessairement à déterminer comment la sensation met l’entendement en rapport avec quelque chose. II récuse le matérialisme comme voie possible du sensualisme. En effet, incapable de sentir, la matière ne peut penser. Il refuse aussi toute interprétation idéaliste : s’il n’existe que des sensations, donc des états internes, peut-être ne sentons-nous rien d’autre que nous-mêmes. Il importe donc de conserver le rapport objectif entre chose extérieure et sensation, donc entre nature et entendement, sans résoudre la question de savoir si l’entendement reflète les lois de la nature à laquelle il appartient ou s’il « transpose dans la nature sa propre légalité sensible41 », mais en parvenant toutefois, quoique discrètement, à poser des limites au sensualisme :

  • 42 Seconde leçon, p. 83.

Cette vérité démontrée, qu’on a tant de peine à comprendre, cette vérité qui nous apprend que toutes les opérations de l’esprit ne sont que sensations, ne paraîtra presque plus qu’une sensation elle-même42.

29Cette quasi-assimilation de la sensation et de la vérité démontrée réduit à néant le rapport entre sensation et idée. Si tout est, en définitive, sensation, on conçoit difficilement quel peut être le statut du travail d’un entendement qui produirait de nouvelles sensations.

  • 43 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale... », art. cité, p. 179.

30Garat ayant ainsi soutenu le primat de la sensation, origine de toutes les activités de l’entendement, il doit montrer comment les sensations se relient entre elles, et comment les idées se relient à des signes. De là la reprise d’une théorie toujours attribuée à Bacon, Locke et naturellement Condillac, identifiant exercice de la pensée et usage d’un système de signes. Cette identification implique que, plus qu’un instrument de communication, la langue est un ustensile indispensable à la formation même des idées : « Chaque idée renvoie à un signe qui à son tour renvoie à la sensation qui est aussi signe de la chose43. » Langue et pensée étant indissociables, tout perfectionnement de celle-là entraîne le perfectionnement de celle-ci. Entendement et langue ont partie liée :

  • 44 Programme, p. 68.

[...] on ne pense que parce qu’on parle, que parce qu’on fixe et qu’on retient devant son esprit, par la parole, des sensations et des idées qui s’échapperaient et s’évanouiraient de toutes parts, et que l’art de penser avec justesse est inséparable de l’art de parler avec exactitude44.

31S’il distingue signes et langues, l’universalité de ceux-là - de l’expression naturelle des sensations chez l’animal à l’élaboration d’artifices chez les hommes - contrastant avec l’arbitraire de celles-ci, Garat affirme que les langues ont un rapport à la nature, puisqu’elles expriment des idées certes produites par l’entendement, mais qui prennent leur source dans les sensations.

  • 45 Premier débat, p. 98.
  • 46 Contradiction que Saint-Martin ne manquera pas de relever.

32Faut-il admettre que la langue est indispensable au sentir parce qu’elle est nécessaire à la constitution de la pensée ? Garat ne peut résoudre cette difficulté qu’en rétablissant une distinction qu’il avait écartée entre sensation et pensée : « Mais sentir et penser, avoir des sensations, et avoir des pensées, ne sont pas une seule et même chose : penser, c’est ajouter des sensations à des sensations45. » Grâce à cette dérogation consentie dans les débats au principe fondateur affirmé dans le cours46, Garat fait de la pensée une activité de liaison et de séparation exigeant le recours aux signes. Suivant en cela Hobbes et Condillac, il fait s’équivaloir penser et calculer. Mais il en revient toujours à la sensation première : on pense parce que l’on parle, on parle parce que l’on sent, autrement dit parler, c’est exprimer le sentir.

  • 47 « [...] ce mot n’en donne pas une idée vraie, il en donne une idée effrayante ; c’est ce mot qui l (...)
  • 48 « Le caractère de l’analyse est de nous conduire par les moyens les plus simples et les plus court (...)
  • 49 M. Crampe-Casnabet rappelle que c’est là aussi la position de Destutt, qui écrit dans son Mémoire (...)

33On comprend alors pleinement le titre adopté par Garat et sur lequel il s’explique, tant dans les cours que dans les débats. S’occuper de l’entendement, c’est évidemment entreprendre la science des sciences, à l’aide d’une méthode qui est celle-là même de l’entendement. De là un cercle vicieux, la méthode se donnant comme la prise de conscience de la nature de l’objet qu’elle analyse. Cette difficulté explique que la nomination de cette science soit si ardue. Le refus du terme de métaphysique se justifie selon lui par l’assimilation du mot à la désignation d’un obscurantisme asservissant47. Reprenant à son compte une critique ancienne, Garat en fait une base pédagogique et militante, tout en concédant dans les débats et dans sa réponse à l’élève Mure que l’on peut conserver le terme en le réduisant à la seule analyse de l’entendement. Si Bonnet et Condillac ont proposé celui de psychologie48, il lui paraît entaché d’âme et ne pas se référer explicitement aux opérations de l’esprit49.

  • 50 À propos des néologismes, on peut citer ce que Garat écrit dans son discours préliminaire à l’édit (...)
  • 51 Publié en 1690, l’Essai philosophique concernant l’entendement humain, où l’on montre quelle est l (...)

34Faute de terme véritablement approprié, Garat renonce et, au lieu d’un néologisme50, se réfère à Locke et à son Essai sur l’entendement humain51 et prétend construire ce que nous

  • 52 Il ne peut parler d’« Idéologie », le terme apparaissant pour la première fois chez Destutt à la f (...)

35appellerions une épistémologie générale52. Ici encore, l’explication avancée par M. Crampe-Casnabet est la plus lumineuse :

  • 53 « Le nom d’analyse de l’entendement n’a d’autre défaut que d’être un peu long ; analyse des sensat (...)
  • 54 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale... », art. cité, p. 181.

Le choix de Garat : une phrase ou proposition53 plutôt qu’une dénomination ne tient pas à une difficulté du langage. La dénomination est signe pour une chose, pour un objet. La science nouvelle ou la méthode n’est pas un objet (qui serait l’entendement) mais une réflexion sur cet objet. La méthode est une opération, un faire, un travail54.

  • 55 Programme, p. 69.

36Dès lors, avec une analyse définie comme « un travail sur un objet plutôt que cet objet même55 », la méthode ne peut être contenue dans le pur sentir, comme si l’opération de l’esprit ne pouvait se réduire à la seule sensibilité. Garat donne involontairement raison à Destutt.

  • 56 On connaît les thèses idéologistes sur « l’ère française », qui incarne l’universel et doit libére (...)

37Autre paradoxe : Garat admet que l’on ne sent pas les mêmes choses selon les pays et les périodes. Le sentir n’étant pas partout ni toujours identique, l’entendement et la méthode sont eux-mêmes historicisables, par conséquent éducables. La France révolutionnaire dispose d’une méthode d’analyse parvenue à un degré de développement suffisant pour pouvoir être mise en acte56. Connaissance de soi et de la nature vont de pair avec l’avènement de la liberté. La référence à Locke n’est pas fortuite : c’est parce qu’il a mis au point la méthode analytique que le philosophe anglais a découvert les droits de l’homme. La Révolution française est donc l’aboutissement rationnel de l’histoire de l’entendement.

La polémique avec Saint-Martin

  • 57 Lettre à son ami Kirchberger, 19 mars 1795, in L. Schauer et A. Chuquet (éd.), La Correspondance i (...)

J’ai jeté une pierre dans le front d’un des Goliath de notre École normale, en pleine assemblée ; et les rieurs n’ont pas été pour lui, tout professeur qu’il est57.

38Le théosophe Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) est initié à la théosophie judéo-chrétienne de l’Émanation, de la Chute et de la Réintégration à Bordeaux, par Martinès de Pasqually, qui le reçoit dans l’ordre des Élus cohens (ou coëns). Saint-Martin devient alors son secrétaire. A Lyon, où il est hébergé par un autre élu cohen, Willermoz, il publie Des erreurs et de la vérité, ou Les Hommes rappelés aux principes de la science (1775), puis le Tableau naturel des rapports qui unissent Dieu, l’homme et l’univers (1782). Il y développe un système d’analogies horizontales reliant les choses entre elles et verticales reliant l’homme, image de Dieu, à la divinité.

  • 58 Cette « conférence publique » n’est autre que la réédition de la lettre à Garat figurant dans le s (...)

39Il lit ensuite à Strasbourg, où il séjourne de 1788 à 1791, les œuvres du mystique allemand Jakob Boehme (1575-1624). Il s’éloigne d’un illuminisme trop marqué par l’esprit de secte et approfondit la « voie intérieure ». Il produit alors une série d’ouvrages théoriques : Ecce Homo (1792), Lettre à un ami, ou Considérations politiques, philosophiques et religieuses sur la Révolution française, suivi du précis d’une conférence publique entre un élève des Ecoles normales et le professeur Garat58 (1795), où il développe l’interprétation de la Révolution comme châtiment rédempteur destiné à régénérer la monarchie, Le Nouvel Homme (1796), De l’esprit des choses (1800), Le Ministère de l’homme-esprit (1802). À ces textes s’ajoutent des œuvres combinant théosophie et expression poétique : L’Homme de désir (1790), Le Cimetière d’Amboise (1797), Le Crocodile ou la Guerre du bien et du mal arrivée sous le règne de Louis XV (1799). Il traduit Jakob Boehme, qu’il a lu dans la langue originale.

  • 59 Mais il s’agit pour lui fondamentalement de lutter contre le matérialisme et l’athéisme que lui se (...)
  • 60 Selon N. Jacques-Chaquin (« Un affrontement symbolique à l’École normale de l’an III : Saint-Marti (...)
  • 61 Cette intervention (p. 100-112) est suivie d’une lettre écrite en faveur de la publication des cou (...)
  • 62 Si l’on en croit son journal, cité par R. Amadou (« Le philosophe inconnu dans le Corpus », Corpus (...)
  • 63 Garat revoit soigneusement sa réponse à Saint-Martin pour la publication. Il ne laissera aucun com (...)
  • 64 Il réfute également De Gérando. Voir sa Réfutation par Saint-Martin des principes de M. de Gérando (...)

40Choisi par le district d’Amboise pour assister aux leçons de l’École, ce qu’il considère un honneur59, le « philosophe inconnu », comme il a choisi de s’appeler, va donc intervenir à deux reprises60 (le 11 ou le 19 pluviôse, mais il ne peut lire son texte, et le 9 ventôse61, date de la « bataille Garat »62) dans les débats63 suscités par le cours de Garat. Maître de l’illuminisme, il se situe à contre-courant de la pensée dominante, et il expose fort clairement sa divergence fondamentale64 :

  • 65 Second débat, p. 125.

Les spiritualistes sont spécialement et invariablement opposés aux Idéologues, qui voudraient que nous fissions nos idées avec nos sensations, alors qu’elles nous sont transmises par nos sensations65.

41On a donc bien affaire à une opposition radicale entre le sensationnisme qui fonde un empirisme et un innéisme où, ontologiquement, la personnalité est porteuse d’une loi qui fait échec à la loi des choses. De là sa proposition :

  • 66 Ibid., p. 133.

Il ne peut y avoir que deux partis, l’un, de ceux qui veulent que la nature soit tout notre mobile, doctrine qu’il m’est impossible de distinguer du matérialisme ; l’autre, de ceux qui reconnaissent que nous sommes esprits et que, comme tels, nous avons mobile en nous-mêmes, lequel mobile j’ai appelé le sens moral66.

  • 67 Ibid., p. 144.

42Selon lui, le sens moral, également appelé en termes pascaliens le cœur67, est à la source même de l’existence, lieu où prennent naissance la parole et la formulation des valeurs humaines.

43Saint-Martin ne peut reconnaître l’entendement ni comme autorité supérieure, ni comme siège unique :

  • 68 Ibid., p. 101.

L’entendement est chargé de nous mettre en rapport avec ce qui est vrai, de nous instruire de ce qui est vrai ; mais quand nous cherchons à nous mettre en rapport avec ce qui est bon et à nous instruire de ce qui est bon, tel que la justice, la sagesse, la vertu, l’opération ne se passe plus dans le même siège, ni dans le même centre ; mais il s’allume en nous un second flambeau, autre que cet entendement, quoiqu’il ne lui soit pas opposé68.

  • 69 Ibid., p. 134.

44Il est logique qu’il s’attaque à la statue de Condillac, puisqu’il y voit la construction de la conscience exclusivement à partir des sensations issues de la nature extérieure, ce qui lui semble la « dérision de la nature ». Selon lui, les appareils sensoriels répondent à une finalité interne que les empiristes refusent de voir. Dès lors, la pensée condillacienne lui « paraît un attentat contre l’homme, un véritable homicide ; et c’est cependant là votre maître par excellence69 ».

  • 70 C’est évidemment sur la question du signe que les principales discussions portent à cette époque. (...)

45Du primat absolu de la sensation découlent matérialisme et athéisme, la nature se réduisant à une collection et à un assemblage d’éléments ne référant qu’à eux-mêmes. Saint-Martin voit dans les faits des signes70 renvoyant à une réalité dont la révélation est le but ultime du savant :

  • 71 Second débat, p. 136.

[Les phénomènes de la nature nous font eux-mêmes] leur révélation à notre égard, c’est-à-dire comme nous communiquant par leur manifestation les connaissances ou les secrets qui les concernent et qui, sans cette manifestation de leur part, seraient demeurés comme n’existant pas pour nous. [...] Ainsi la nature entière peut se considérer comme dans une révélation continuelle, active et effective ; ou comme faisant sans cesse sa propre révélation, selon tous les degrés et toutes les classes qui la constituent71.

  • 72 Ibid
  • 73 Ibid
  • 74 Ibid. 9. Ibid. Cf. aussi p. 102.
  • 75 Ibid., p. 136.

46Si les faits ne constituent pas la totalité du réel, c’est que ce dernier est aussi cosa mentale, ce qui se traduit ainsi chez Saint-Martin : « L’homme naît et vit au milieu de ses pensées72. » Celles-ci font alors leur propre révélation en l’homme, « comme les phénomènes de la nature font la leur dans leur ordre physique73 ». Ils nécessitent donc un autre mode de connaissance, qui permet de développer « les germes que ces pensées morales et intellectuelles nous font parvenir74 ». En évoquant ces données spirituelles, le « philosophe inconnu » revendique la prééminence de l’extériorité des « notions éparses de choses divines et religieuses, de rapports de l’homme avec son principe ; enfin de ces faits traditionnels que, dans l’ordre supérieur, l’on appelle communément révélation et dont la théogonie et la mythologie de tous les peuples ont presque inondé la terre75 ».

  • 76 Ibid., p. 139.
  • 77 Ibid.
  • 78 « Au seuil du xixe siècle, le débat entre Garat et Saint-Martin renferme aussi l’esquisse de la co (...)

47Il relativise ainsi le pouvoir de la raison, définie comme « flambeau de l’homme pensant » et non comme sa « vie »76. Le sens moral réclame une science fondamentale, car la « véritable science religieuse recommande [les expériences]77 ». Saint-Martin annonce l’épistémologie romantique78.

48Garat, quant à lui, ne peut que pourfendre les objections de Saint-Martin, puisque le retour à une distinction des sensations et des idées lui apparaît comme une thèse réactionnaire, un retour à Platon, Descartes et Malebranche, et que l’affirmation d’un sens moral n’est à ses yeux qu’une réhabilitation des philosophies de la conscience. Saint-Martin refuse une telle assimilation. Pour lui, la doctrine de Garat est entachée de matérialisme, l’interprétation de Condillac ramenant tout à la sensation. Or la frontière passe entre la sensation et la pensée, entre le matérialisme et le spiritualisme.

49Il distingue son propre spiritualisme des positions de Descartes et de Malebranche :

  • 79 Second débat, p. 125.

[Les spiritualistes] ne croient point, comme Descartes, que nos idées soient innées en nous. Ils ne croient point, avec Malebranche, que Dieu même fasse en nous toutes nos idées. Quoiqu’ils aient, avec Platon, des différences majeures, et qu’il serait trop long d’exposer ici, c’est cependant avec lui qu’ils en ont le moins, en rejetant, toutefois, et sa métempsycose, et toutes ces opinions qu’on lui prête, et qu’on ne peut s’empêcher de reconnaître comme bizarres, au moins en le jugeant d’après les couleurs sous lesquelles elles nous sont présentées79.

  • 80 Ibid., p. 133.
  • 81 Ibid., p. 121.

50Dès lors, le sens moral reconnu par Bacon est la conséquence de notre nature spirituelle, dont il forme le « mobile80 ». Cela n’identifie pas pour autant spiritualistes et philosophes de la conscience morale, incapables de porter l’homme au-delà du spiritualisme spéculatif81. On ne peut parvenir au spiritualisme actif qu’en percevant des vérités fondamentales :

  • 82 A. Becq et N. Chaquin, « Un philosophe toujours inconnu, Louis-Claude de Saint-Martin », Dix-Huiti (...)

Après la chute de l’Esprit pervers, l’Homme est émané par Dieu. Image de son origine, il est de même nature, et le Premier Principe est essentiellement liberté, élan créateur éternel [...]. Nous apprenons également qu’il y a dans chaque chose, soit matérielle, soit immatérielle, [une force impulsive et une force contraire]. De la proportion de ces deux puissances, dites force et résistance, naissent l’harmonie et la régularité qui s’observent encore depuis la Chute dans la région physique. [...] Mais l’Homme, émané pour réparer le Mal causé par la chute de l’Esprit pervers, succombe à son tour, ce qui entraîne [...] la perte de son mode de connaissance primitif qui était communication directe avec Dieu ; il est désormais réduit à déchiffrer comme autant de signes, les Vérités [...]. Or la communication, en tant qu’effort pour nouer un contact avec un élément analogue, prend tout son sens dans la perspective du grand rétablissement du contact avec le Principe suprême qu’est la Réintégration. [...] Cette réunion au Principe [n’est possible que parce qu’à la racine de l’homme] il y a [...] le désir, la volonté, le sens moral, et non, comme le voulait Garat [...] l’entendement [...]82.

  • 83 Ibid., p. 178. Cf. aussi le débat du 9 ventôse, p. 137.

51Pour Saint-Martin, sensations, idées et pensées sont à la fois des opérations visant à reconstituer cette unité primitive et le « résultat d’une réaction extérieure à l’homme sur le principe actif qui est à la racine de son être. [...] Sensible n’est pas synonyme de sensitif83 » Même quand Garat admet, comme nous l’avons vu, que « sentir et penser ne sont pas une seule et même chose », il ne voit pas que les sens ne sont que les organes des propriétés des objets et des comparaisons que leur communication entraîne en nous :

  • 84 Ibid., p. 179.

La connaissance est le résultat de cette réaction entre principes analogues [...]. Distinguer sensation et pensée revient à distinguer entre des principes immatériels de nature différente : à la matière organisée, physique et organes des sens, est attaché un principe essentiellement différent de ceux du monde moral, sources de nos pensées84.

52Selon Saint-Martin, Garat pèche par imprécision et par laxisme terminologique, ce qui lui fait accepter des termes comme âme ou esprit tout en refusant ceux de conscience et de sens moral, ou de déduire d’une analogie une identité. Il en remontre au professeur, souvent à juste titre, et explique comment le sensualiste refuse le matérialisme, alors même qu’il prétend rendre compte de l’activité intellectuelle par la transformation de la sensation.

  • 85 Cf. « Un adversaire des Idéologues... », art. cité, p. 99-104 ; « Illuminisme et Idéologie. Le déb (...)
  • 86 Seconde leçon, p. 86.
  • 87 Second débat, p. 146.

53Sur la question du langage, Nicole Jacques-Chaquin, à qui nous devons la meilleure analyse de cette controverse85, a bien dit pourquoi Saint-Martin ne pouvait que réfuter l’interprétation donnée par Garat de l’axiome rousseauiste de la nécessité de l’existence de la parole pour la création de celle-ci. Dans la lignée de Condillac, Garat voit dans la première parole : « [...] des signes donnés par la nature [qui] ont donc précédé naturellement les signes institués par l’homme. L’homme n’a pu créer une langue que sur le modèle d’une langue qu’il n’avait pas créée86. » Saint-Martin ne nie pas ce langage, mais il nie la possibilité qu’un langage du besoin puisse servir de modèle au « langage expressif et analogue de la pensée87 ». Citons ici Nicole Jacques-Chaquin :

  • 88 « La linguistique poétique d’un théosophe : langage, parole et désir chez Louis-Claude de Saint-Ma (...)

Saint-Martin fait donc l’hypothèse, qui pour lui est une certitude, de l’existence primitive d’une « langue véritable et originelle, attribut nécessaire » à l’homme pour « manifester son être intellectuel ». L’homme était à l’origine créé pour être la manifestation de Dieu, son miroir le plus pur. Sa langue, expression immédiate d’une pensée qui est fragment de l’intellect divin, était le signe même du Principe intellectuel. Elle était fixe et invariable, et dans un rapport de motivation à l’objet88.

54Saint-Martin voit dans la position de Garat une véritable fiction, et il a recours au système d’argumentation de Rousseau dans Le Second Discours :

  • 89 Second débat, p. 146.

Ils se sont hâtés de porter dans la langue qu’ils cherchent à engendrer tout ce qu’ils trouvent dans les langues déjà existantes ; et sans avoir pris la précaution de résoudre le problème de la transformation des sons de la voix ou des cris de l’homme animal en un langage expressif analogue à la pensée, ils ont coupé court en disant [...] : le langage analogue de la parole s’étendra, s’enrichira chaque jour davantage ; on en formera un système, et les langues prendront naissance89.

  • 90 Pour une présentation claire et commode de la théorie martinienne du langage, cf. N. Jacques-Chaqu (...)
  • 91 N. Jacques-Chaquin, « Un adversaire des Idéologues... », art. cité, p. 101.
  • 92 Saint-Martin répondra à la question de l’Institut sur l’influence des signes et définira cette ori (...)

55Pour Saint-Martin, le langage90 est « l’une des caractéristiques fondamentales de l’Être91 ». Faculté naturelle, il permet à l’homme de rendre le monde intelligible à partir des données sensorielles. Mots, idées et société ont pour lui une origine commune92.

  • 93 N. Jacques-Chaquin, « Un affrontement symbolique... », art. cité, p. 143.
  • 94 Second débat, p. 132.

56Telles furent les grandes directions de cette controverse, où s’affrontèrent « le plus philosophe des illuministes » et « l’un des moins philosophes parmi les Idéologues »93. Ce dernier, tout en annonçant qu’il développerait des idées personnelles, renvoyait sans cesse à ses maîtres à penser, ce que le « philosophe inconnu » dénonce ironiquement : « Lorsqu’on est riche, comme vous, de ses propres pensées, ce n’est point s’estimer assez que de recourir aux pensées des autres94. »

  • 95 Ibid., p. 121.

57Dans sa réduction simplificatrice du sensualisme, Garat semble bien mériter cette pointe : « Vous êtes tellement plein de votre système que ce ne sera pas votre faute si tous les mots de nos langues, si tout notre dictionnaire enfin ne se réduit pas au mot sentir95. »

  • 96 N. Jacques-Chaquin, « Un affrontement symbolique... », art. cité, p. 146-147.

58En définitive, au nom d’une pédagogie plus active et non dogmatique, Saint-Martin remet en cause la valeur pédagogique même du cours, qui « ne peut former que de pures machines à recevoir les idées des autres, dans la mesure où, comme sa philosophie, elle est sans risque et “dispense [l’homme] de tout effort”96 ».

59Rien ne pouvait être plus dévastateur que cette critique du projet lui-même, qui semble bien s’en prendre à l’intention sous-jacente des Idéologues de conquérir le pouvoir intellectuel. Peut-être la citation de Voltaire (cf. p. 95) tirée de l’Épitre dédicatoire de Zaïre (1738), révélait-elle cette intention du professeur séducteur.

Notes

1 J.-C. Bonnet et P. Frantz (éd.). Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789. Littérature française [1815], Paris, Belin, 1989, p. 41.

2 Le Peuple [1846], IIIe partie, chap. vii ; rééd. Paris, Julliard, 1965, p. 272-273. Cité dans G. Gusdorf, Fondements du savoir romantique. Paris, Payot, 1982, p. 231.

3 Les Idéologues et la fin des grammaires générales raisonnées, Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1981, p. 278.

4 Les autres députés qui feront partie des Idéologistes sont Brillat-Savarin, Destutt de Tracy, Dupont de Nemours, Grégoire, Rœderer, Sieyès, Talleyrand, Volney. On peut encore ajouter Démeunier (1751-1814), familier d’Auteuil et auteur de L’Esprit des usages et des coutumes des différents peuples (Paris, 1776).

5 Il passe pour s’être opposé avec Volney au principe de la déclaration des droits, jugée trop spiritualiste. Sur cette question concernant l’attitude de Volney, cf. J. Ehrard, « Volney et les droits de l’homme », in M. Matucci (éd.), Gli Idéologues e la rivoluzione, Pise, Pacini, « Critica e storia letteraria», n° 15, 1991, p. 133-149. Cf. aussi Volney, La Loi naturelle et Leçons d’histoire, éd. J. Gaulmier, Paris, Garnier, « Les classiques de la politique », 1980, et surtout Volney, Leçons d’histoire, in D. Nordmann (dir.), L’École normale de l’an III, t. II : Leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique, Paris, Dunod, 1994. Le texte des Leçons de Volney est également disponible dans le tome I des Œuvres complètes publiées dans le « Corpus des œuvres de philosophie en langue française » (Paris, Fayard, 1989).

6 Sans doute parce qu’il vote en faveur des assignats le 29 septembre 1790, en désaccord avec les positions des physiocrates.

7 Sauf en quelques occasions, la plus notable étant celle du 24 octobre 1789, où il demande à entendre le « pour » et le « contre » au sujet des biens ecclésiastiques et du bannissement de tout terme injurieux dans le débat. Il souhaite également que la justice soit, comme l’Eglise, placée sous la tutelle de la nation. En 1790, les frères Garat protestent contre la réunion en un département du Pays basque, du Béarn et de la Navarre.

8 On ne peut cependant être totalement affirmatif, car les comptes rendus des Archives parlementaires ne permettent pas de distinguer entre les deux frères, dont le nom est orthographié tantôt Gara, tantôt Garat. Sur le rôle des futurs Idéologistes dans cette assemblée constituante, cf. E. H. Lemay, « L’efficacité du discours des futurs Idéologues à l’Assemblée nationale constituante (1789-1791) », in M. Matucci (éd.), Gli Idéologues..., op. cit., p. 163-175.

9 Mais on ne peut en déduire avec certitude qu’il est hostile au principe d’une déclaration des droits.

10 Durant toute cette période, il continue de donner des cours au Lycée, où il reviendra en 1798. Rappelons que le Lycée de Paris, fondé en 1781 et établi au Palais-Royal, où professèrent également Chaptal, Cuvier, Fourcroy, Lemercier, Marmontel et Monge, était un établissement libre. Sous la Révolution, il s’appela successivement Lycée républicain, Athénée républicain, Athénée de Paris. La Harpe, quant à lui, y enseigna la littérature à partir de 1786.

11 Il serait injuste de réduire ce mémoire à un simple plaidoyer pro domo. Garat y aborde notamment la question fondamentale concernant la Révolution française : comment la raison philosophique se transmue-t-elle en passion dévastatrice ? Il répond en montrant que la Révolution, crise violente, ne pouvait que dévorer tout ce qui se trouvait sur son chemin. Emportée par son propre mouvement, elle est aussi impulsée par des hommes. Or Garat assigne à la mélancolie de Robespierre le passage de la droite raison à la raison dévoyée : « Dans Robespierre [...] dominait ce tempérament atrabilaire qui tourmente ceux qui l’ont, et d’où sont sorties, dans tous les siècles, les tempêtes qui ont bouleversé le monde moral. » (p. 24)

12 Garat collabore à ce journal. Sur ses articles, cf. J. Kitchin, La Décade (1794-1807), un journal « philosophique », Paris, Minard, « Lettres modernes », 1965 et M. Régaldo, Un milieu intellectuel, la « Décade philosophique », 1794-1807, Lille, Service de reproduction des thèses, 1976.

13 Ginguené, lui, est nommé à Turin. Ils se rendront ensemble en Italie.

14 Sur cette mission, cf. M. Mauviel, « Garat, Ginguené et l’Italie », in M. Matucci (éd.), Gli Idéologues..., op. cit., p. 221-244.

15 On dispose de quatre lettres adressées à Talleyrand, ministre des Relations extérieures, écrites à Turin (6 germinal/26 mars), à Florence (21 germinal/11 avril) et à Rome (1er floréal/20 avril et 3 floréal/22 avril).

16 L’ambassadeur anglais est William Hamilton, dont l’épouse, la célèbre lady Hamilton, maîtresse de Nelson, est très influente à la cour, et particulièrement auprès de la reine Marie-Caroline.

17 Il y retrouve ou y retrouvera Démeunier, Destutt de Tracy, Grégoire, Rœderer, Sieyès et Volney.

18 Nous utiliserons indifféremment le terme d’Idéologues consacré par l’usage, et accrédité par Bonaparte pour qualifier ces « misérables métaphysiciens » et autres « rêveurs », « phraseurs », « Jacobins sucrés », « boudeurs d’Auteuil » et « sénateurs mécontents », et celui d’Idéologistes, qui n’est pas péjoratif et que ces philosophes préféraient. Pour un résumé commode de l’histoire du mot et de l’Idéologie, cf. C. Désirat et T. Hordé, Histoire, épistémologie, langage, t. IV, fasc. 1 : Les Idéologues et les sciences du langage, 1982, en part. Introduction, p. 5-20. Cf. aussi « Réception et interprétation de l’Idéologie. L’acception napoléonienne péjorative des mots « déologues », « Idéologie », in H. Deneys et A. Deneys-Tunney (éd.), « A. L. C. Destutt de Tracy et l’Idéologie », Corpus, revue de philosophie, 26-27,1994, p. 143-147.

19 A. Fierro-Domenech, article « Garat », in J. Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1987, p. 774.

20 F. Picavet, Les Idéologues. Essai sur l’histoire des idées et des théories scientifiques, philosophiques, religieuses, etc. en France depuis 1789, 1972, p. 100. Picavet inclut dans cette génération Condorcet, Sieyès, Lakanal, Rœderer, Volney, Dupuis, Maréchal, Naigeon, Saint-Lambert, Laplace et Pinel.

21 Avant lui, Laromiguière avait publié des Projets d’éléments de métaphysique (1793). On sait que la notion et la méthode de l’analyse, mouvement opposé à la synthèse, avaient connu plusieurs années auparavant une illustration particulièrement brillante en chimie (cf. Lavoisier, Traité élémentaire de chimie, 1789). Le volume consacré aux cours de chimie à l’École normale développe cette notion : É. Guyon (dir.), L’École normale de Tan III, t. III : Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle, Haüy, Berthollet, Daubenton, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006.

22 Il ne fait que suivre l’article de V. Delbos dans A. Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie (Paris, PUF, 1988, 16e éd.), qui, à propos du terme de sensualisme (l’une des formes de l’empirisme), rappelle que celui-ci, introduit par De Gérando en 1804 dans son Histoire comparée des systèmes philosophiques, fait l’objet d’une protestation de Thurot dans le discours préliminaire de son ouvrage De l’entendement et de la raison (1830). Il faudrait plutôt parler de sensationnisme, terme introduit par O. Hamelin (1856-1907) dans l’Essai sur les éléments principaux de la sensation (1907).

23 À l’École, Garat a pour ennemi constant La Harpe, qui le poursuit de sa vindicte depuis l’époque des Éloges rédigés par Garat et couronnés par l’Académie, ne cesse de le ridiculiser, et le fait attaquer dans la Décade par Ginguené. Garat, qui intervient dans son cours sur l’éloquence, lui attribuera la lettre anonyme l’accusant d’athéisme qu’il lit au début de la première séance de débats, et dont il dit douter qu’elle soit d’un élève (premier débat, p. 90). Il retourne l’accusation contre La Harpe dans le Journal de Paris (cf. J.-R. Armogathe, « L’École normale de l’an III et le cours de Garat », Corpus, revue de philosophie, 14-15, 1990, p. 152).

24 Marie-Joseph Chénier en propose un résumé fort commode, alors que Picavet n’en transcrit qu’une simple paraphrase (cf. Les Idéologues, op. cit., p. 158-163) : « Après un aperçu général, unique objet de son programme, M. Garat décrit la marche historique et progressive de cette science moderne ; il apprécie les différents travaux ; il caractérise avec autant d’énergie que de justesse, et souvent par des traits de maître, les différents génies des analystes les plus habiles. Tel est le sujet de sa première leçon. La seconde est une exposition détaillée du plan qu’il doit suivre. Il divise son cours en cinq sections : les sens et les sensations, principes de tout ce qui tient à l’homme ; les facultés de l’entendement, moyens de diriger les sens et de combiner les sensations ; la théorie des idées ou de toutes les notions que l’homme peut acquérir par les facultés de l’entendement ; la théorie des signes et des langues, c’est-à-dire de tous les signes naturels ou artificiels par lesquels l’homme exprime les sensations qu’il éprouve, ou les idées qu’il conçoit ; enfin la méthode, complément nécessaire des quatre premières parties, puisqu’elle sert à bien diriger à la fois les sens et les sensations, les facultés de l’entendement, les idées et les formes du langage. Le cours de M. Garat fut interrompu par cet ascendant de circonstances qui souvent empêche d’achever ou de publier d’excellents écrits. » (J.-C. Bonnet et P. Frantz [éd.], Rapports à l’Empereur..., op. cit., p. 74-75)

25 Garat dirige la Commission d’instruction publique, chargée de l’administration de l’École. Le Rapport sur l’établissement des Écoles normales lu à la Convention le 2 brumaire an III (23 octobre 1794) par Lakanal est en réalité de Garat. La Décade soutient son action et publie un résumé de son Rapport dans son numéro du 30 brumaire (20 novembre). Le 20 frimaire (10 décembre), elle souligne l’aspect méthodologique des leçons qui s’y feront : « Cette méthode sera sans doute fondée sur l’analyse, Locke, Helvétius, Condillac ont suffisamment montré que c’est uniquement par le moyen de l’analyse que nous pouvons pénétrer avec assurance dans le sanctuaire de la science [...]. Grâce à cet art qui dirige l’esprit, qui l’empêche de s’égarer ; qui le fait monter sans fatigue de l’observation la plus simple à la vérité la plus sublime ; qui lui apprend à former des collections d’idées qu’il sait retrouver au besoin, à ne faire aucun pas inutile [...] on fera plus de progrès en une année, dans les connaissances humaines, qu’autrefois en dix ans. » (J. Kitchin, La Décade..., op. cit., p. 123). De même, le Journal de Paris du 17 nivôse (6 janvier 1795) souligne le rôle-clef du cours de Garat (cf. J.-R. Armogathe, « L’École normale... », art. cité, p. 147).

26 R. R. Palmer, « The Central Schools of the first French Republic : a statistical survey », in D. Baker et P. Harrigan (éd.), The Making of Frenchmen, Waterloo (Ont.), Historical Reflections Press, 1980, p. 227 et p. 243-247. Cf. aussi M.-M. Compère, « Les professeurs de la République : rupture et continuité dans le personnel enseignant dans les Écoles centrales », Annales historiques de la Révolution française, 53, 1981 p. 39-60.

27 Les Écoles centrales où il a été fait référence à Garat se situent dans les départements ou districts suivants : Charente-Inférieure, Jura, Lot, Mont-Terrible, Moselle, Seine-Antoine, Seine-Panthéon et Vaucluse.

28 Cf. seconde leçon, p. 89.

29 Cf. second débat, p. 100 et 113.

30 « C’est un homme assez jeune, de taille médiocre et d’un extérieur assez agréable. Il a la voix forte, le ton animé et très oratoire. Sa parole est forte et éloquente ; il a moins de goût que La Harpe, mais plus de chaleur et de vivacité. Quant au fond, je lui trouve des idées un peu exaltées : il ne parle de rien moins que de perfectionner l’organisation humaine et d’ouvrir des routes jusqu’ici inconnues à l’esprit humain. Il vante beaucoup et presque exclusivement Bacon, Locke et Condillac, dont il est admirateur enthousiaste. Au reste, il faudrait être injuste pour refuser à Garat des talents supérieurs et extraordinaires ; c’est, après La Harpe, celui que j’aime le mieux entendre parler... » (lettre de l’élève Fourier, d’Auxerre, cité par J.-R. Armogathe, « L’École normale... », art. cité, p. 149) Il s’agit de Joseph Fourier (1768-1830), dont tout le monde s’accordait à saluer les exceptionnelles qualités, et qui était appelé à un brillant avenir de mathématicien et de physicien. Il intervint dans les débats avec Monge lors des cours de mathématiques (cf. J. Dhombres [dir.], L’École normale de l’an III, t. I : Leçons de mathématiques : Laplace, Lagrange, Monge, Paris, Dunod, 1992).

31 En 1796, dans son mémoire lu à l’Institut et publié en 1802, intitulé Rapports du physique et du moral chez l’homme, Cabanis affirmera : « La physiologie, l’analyse des idées et la morale ne sont que les trois branches d’une même et seule science qui peut s’appeler à juste titre la science de l’homme », science qu’il compare à l’anthropologie allemande (Œuvres, Paris, PUF, 1956, t. I, p. 126).

32 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale : une entreprise de réduction du sensualisme », in Langages de la Révolution (1770-1815), Paris, Klincksieck, 1995, p. 177.

33 S’il en fallait une confirmation, on la trouverait chez Rœderer : « L’École normale ne doit avoir pour objet que d’enseigner la meilleure manière d’enseigner toutes les sciences. Cette méthode est certainement l’analyse, et non la synthèse. Condillac le démontre dans sa Logique [...]. L’École normale devrait donc avoir pour but unique d’enseigner comment l’analyse s’applique avec succès aux différentes parties des connaissances humaines. Mais avant de montrer comment l’analyse opère, il faut faire connaître ce grand instrument de la science avant d’apprendre à le manier. Or l’analyse de l’entendement peut seule donner cette connaissance, parce que c’est sur l’entendement qu’il s’agit d’opérer par l’analyse [...]. Il résulte de là que le cours de Garat devait être le cours préliminaire de tous les autres ; que tous les instituteurs devaient, en quelque sorte, recevoir l’instrument de ses mains avant d’apprendre à s’en servir [...] chacun dans sa partie. » (Réponse à une lettre de J.-J. Dussault critiquant l’enseignement de l’École normale parue dans le Journal de Paris, 7 mars 1795, cité in Rœderer, Œuvres, Paris, Firmin-Didot, 1853-1859, 8 tomes, t. V, 1857, p. 21, et G. Gusdorf, La Conscience révolutionnaire. Les Idéologues, Paris, Payot, 1978, p. 382.)

34 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale... », art. cité.

35 Garat ne reprend donc pas à son compte la distinction établie entre entendement et raison dans le Discours préliminaire de l’Encyclopédie : « Les objets dont notre âme s’occupe sont ou spirituels ou matériels, et notre âme s’occupe de ces objets ou par des idées directes [celles que nous recevons immédiatement sans aucune opération de notre volonté] ou par des idées réfléchies [celles que l’esprit acquiert en opérant sur les directes, en les unissant et en les combinant]. Le système des connaissances directes ne peut consister que dans la collection purement passive et comme machinale de ces mêmes connaissances et c’est ce qu’on appelle mémoire. La réflexion est de deux sortes [...] : ou elle raisonne sur des objets des idées directes ou elle les imite. Ainsi la mémoire, la raison proprement dite et l’imagination sont les trois manières différentes dont notre âme opère sur les objets de ses pensées. » (D’Alembert, Discours préliminaire de l’Encyclopédie, Paris, Gonthier, « Médiations », 1965, p. 62)

36 Locke est salué par tous les Idéologistes. Par exemple : « Locke est, je crois, le premier des hommes qui aient tenté d’observer et de décrire l’intelligence humaine comme l’on observe et l’on décrit une propriété d’un minéral ou d’un végétal, ou un circonstance remarquable de la vie d’un animal : aussi a-t-il fait de cette étude une partie de la physique. » (Destutt de Tracy, Éléments d’Idéologie, Ire partie : Idéologie proprement dite (an IX), préface de la 2e édition, Paris, Courcier, 1804, p. xv)

37 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’Ecole normale... », art. cité, p. 178.

38 Saint-Martin ne manquera pas de fustiger cette abusive simplification du sensualisme et de la pensée de Condillac.

39 Seconde leçon, p. 80.

40 Destutt de Tracy, De la métaphysique de Kant. Observation sur un ouvrage intitulé : « Essai d’une exposition succincte de la Critique de la raison pure », par J. Kinker, mémoire lu à l’Institut le 27 avril 1802, cité dans F. Azouvi et D. Bourel, De Königsberg à Paris. La réception de Kant en France (1788-1804), Paris, Vrin, 1991, p. 191.

41 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale... », art. cité, p. 179.

42 Seconde leçon, p. 83.

43 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale... », art. cité, p. 179.

44 Programme, p. 68.

45 Premier débat, p. 98.

46 Contradiction que Saint-Martin ne manquera pas de relever.

47 « [...] ce mot n’en donne pas une idée vraie, il en donne une idée effrayante ; c’est ce mot qui la fait confondre si souvent avec cette science ténébreuse des anciennes écoles, qui s’appelait aussi métaphysique et qui, en discourant sur les essences des êtres, sur les modes, sur les accidents, sur les substances spirituelles et non spirituelles, répandait les ténèbres sur les idées les plus simples et les plus claires » (programme, p. 69).

48 « Le caractère de l’analyse est de nous conduire par les moyens les plus simples et les plus courts. Cette analyse n’est pas une science séparée des autres. Elle appartient à toutes, elle en est la vraie méthode, elle en est l’âme. Je l’appellerais métaphysique, pourvu que vous ne la confondiez pas avec la science première d’Aristote. Cette métaphysique n’est pas même la première science. Car sera-t-il possible d’analyser bien toutes nos idées, si nous ne savons pas ce qu’elles sont et comment elles se forment ? Mais la science qui s’occupe de cet objet n’a pas encore de nom, tant elle est peu ancienne. Je la nommerais psychologie, si je connaissais quelque bon ouvrage sous ce titre. » (Condillac, Cours d’études pour l’instruction du prince de Parme, VI : Histoire moderne, livre XX, chap. xii, in Œuvres, Paris, PUF, « Corpus des philosophes français », t. II, p. 229) Le mot avait été introduit en France par les vulgarisateurs de Christian Wolff dans les années 1740 et utilisé par Charles Bonnet dans son Essai de psychologie (Leyde, 1754).

49 M. Crampe-Casnabet rappelle que c’est là aussi la position de Destutt, qui écrit dans son Mémoire sur la faculté de penser (publié dans les Mémoires de l’Institut national en août 1798, donc après le cours de Garat) : « Je préférerais [...] de beaucoup que l’on adoptât le nom d’Idéologie ou science des idées. » (« Garat à l’École normale... », art. cité, p. 181)

50 À propos des néologismes, on peut citer ce que Garat écrit dans son discours préliminaire à l’édition de l’an VII du Dictionnaire de l’Académie française : « Une langue, comme l’esprit du peuple qui la parle, est dans une mobilité continuelle : dans ce mouvement, qui ne peut jamais s’arrêter, elle perd des mots, elle en acquiert. [...] elle se perfectionne (...) par les mots qu’elle adopte, et par les mots qu’elle rejette [...]. C’est cette [...] direction qu’il faut donner aux changements d’une langue, pour que tous ses changements soient ou des progrès, ou des perfectionnements [...]. » (p. iv)

51 Publié en 1690, l’Essai philosophique concernant l’entendement humain, où l’on montre quelle est l’étendue de nos connaissances certaines et la manière dont nous y parvenons a été traduit en 1700 par Coste. On se souvient que Voltaire lui avait rendu hommage dans ses Lettres philosophiques de 1734. On sait que, pour d’Alembert, « on peut dire qu’il créa la métaphysique à peu près comme Newton avait créé la physique. Il conçut que les abstractions et les questions ridicules qu’on avait jusqu’alors agitées, et qui avaient fait comme la substance de la philosophie, étaient la partie qu’il fallait surtout proscrire. [...] Il réduisit la métaphysique à ce qu’elle doit être en effet, la physique expérimentale de l’âme, espèce de physique très différente de celle des corps, non seulement par son objet, mais par sa manière de l’envisager. [...] La métaphysique raisonnable ne peut consister, comme la physique expérimentale, qu’à rassembler avec soins tous ces faits, à les réduire en un corps, à les expliquer les uns par les autres, en distinguant ceux qui doivent tenir le premier rang et servir comme de base. » (Discours préliminaire de l’Encyclopédie, op. cit., p. 99-100) Quant à Condorcet, il écrit dans la neuvième période de son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain de 1794 : « Cette métaphysique, s’appliquant à tous les objets de l’intelligence humaine, analysait les procédés de l’esprit dans chaque genre de connaissances, faisait connaître la nature des vérités qui en forment le système, celle de l’espèce de certitude qu’on peut y atteindre ; et c’est ce dernier pas de la philosophie qui a mis en quelque sorte une barrière éternelle entre le genre humain et le vieilles erreurs de son enfance. » (Paris, Éditions sociales, 1971, p. 213) De son côté, Cabanis affirme : « Depuis Locke, Helvétius et Condillac, la métaphysique n’est que la connaissance des procédés de l’esprit humain, l’énoncé des règles que l’homme doit suivre dans la recherche de la vérité, soit que cette recherche porte sur nous-mêmes, soit qu’elle ait pour objet les êtres ou les corps extérieurs avec lesquels nous pouvons avoir des rapports. Elle s’applique également aux sciences physiques, aux sciences morales et aux arts : on peut en développer les principes et les appuyer d’exemples dans le laboratoire d’un chimiste ou même dans l’atelier du plus simple artisan, comme dans la seconde classe de l’Institut, ou dans les écoles de logique, de grammaire et de législation. Si elle enseigne au philosophe l’art général d’observer ou d’expérimenter, elle démontre à chaque ouvrier en quoi consiste l’art particulier qu’il professe, pourquoi, les matériaux sur lesquels il s’exerce et l’objet qu’il se propose étant une fois reconnus, les organes de l’homme ou les autres instruments de l’art doivent être mis en usage d’après certaines règles ou procédés, et les procédés ainsi que les instruments eux-mêmes perfectionnés suivant une certaine direction. La vraie métaphysique est en un mot la science des méthodes ; méthode qu’elle fonde sur la connaissance des facultés de l’homme, et qu’elle approprie à la nature des différents objets. » (« Lettre sur un passage de La Décade philosophique et en général sur la perfectibilité de l’esprit humain », La Décade philosophique, 30 germinal an VII/19 avril 1799).

52 Il ne peut parler d’« Idéologie », le terme apparaissant pour la première fois chez Destutt à la fin du Mémoire sur la faculté de penser (1796-1798, in Mémoires de l’Institut, « Classe des sciences morales et politiques », t. I, p. 324).

53 « Le nom d’analyse de l’entendement n’a d’autre défaut que d’être un peu long ; analyse des sensations et des idées l’est bien davantage ; cette définition d’ailleurs, ou plutôt cette phrase, offre quelque chose d’inutile, puisque les idées, même les plus abstraites, selon l’heureuse définition de Condillac, ne sont que des sensations transformées. Quoi qu’il en soit, et sous quelque titre que se présente la science, elle est désormais mise à son rang par tous les hommes qui ont des lumières. Son importance et son étendue ne sauraient être sérieusement contestées [...]. Base des sciences morales et politiques, principe de l’art de penser, de l’art de parler, de l’art d’écrire, elle s’applique à toute littérature. Son union avec la physique est plus intime encore et les calculs mathématiques ne lui sont point étrangers. Comme elle procède par un examen rigoureux, comme son examen s’étend sur l’universalité des idées humaines, elle affirmera les sciences véritables et, malgré plusieurs intérêts qui s’y opposent, elle anéantira les prétendues sciences qui sont au-dessous ou, si l’on veut, au-dessus de la raison, car les termes semblent contraires, mais les choses sont identiques. » (M.-J. Chénier, in J.-C. Bonnet et P. Frantz (éd.), Rapports à l’Empereur..., op. cit., p. 75-76)

54 M. Crampe-Casnabet, « Garat à l’École normale... », art. cité, p. 181.

55 Programme, p. 69.

56 On connaît les thèses idéologistes sur « l’ère française », qui incarne l’universel et doit libérer l’esprit de l’Europe.

57 Lettre à son ami Kirchberger, 19 mars 1795, in L. Schauer et A. Chuquet (éd.), La Correspondance inédite de L.-C. de Saint-Martin [...] et Kirchberger [...], Paris, Dentu, 1862, p. 181-182. Texte cité par N. Jacques-Chaquin dans « Un adversaire des Idéologues aux Écoles normales : la controverse Garat/Saint-Martin », in Histoire, épistémologie, langages, t. IV, fasc. I, 1982, p. 103. Sur Saint-Martin, on peut consulter le site Internet http://www.philosophe-inconnu.com.

58 Cette « conférence publique » n’est autre que la réédition de la lettre à Garat figurant dans le second débat (p. 117-152).

59 Mais il s’agit pour lui fondamentalement de lutter contre le matérialisme et l’athéisme que lui semble promouvoir l’École.

60 Selon N. Jacques-Chaquin (« Un affrontement symbolique à l’École normale de l’an III : Saint-Martin critique de l’Idéologie», in J. Roussel (éd.), L’Héritage des Lumières: Volney et les Idéologues, Angers, Presses de l’université d’Angers, 1988, p. 141), il a sans doute pris la parole après l’exposé du programme pour demander trois amendements sur les mots « créer nos idées », sur les causes de la diversité de l’esprit humain et sur les organes internes. Puis, c’est son discours du 9 ventôse, où il dit sa satisfaction pour les rectifications apportées par Garat dans l’emploi de certains termes lors de la séance manquante du 19 pluviôse (peut-être aussi celle où il n’a pu parler, la séance se terminant).

61 Cette intervention (p. 100-112) est suivie d’une lettre écrite en faveur de la publication des cours et débats. Nous ne distinguerons pas entre les propos transcrits et cette lettre.

62 Si l’on en croit son journal, cité par R. Amadou (« Le philosophe inconnu dans le Corpus », Corpus, revue de philosophie, 14-15, 1990, p. 134-135), Saint-Martin fut mal reçu par l’auditoire, dévoué à Garat, mais apprit le lendemain que les rieurs étaient de son côté.

63 Garat revoit soigneusement sa réponse à Saint-Martin pour la publication. Il ne laissera aucun commentaire de cet affrontement.

64 Il réfute également De Gérando. Voir sa Réfutation par Saint-Martin des principes de M. de Gérando, publiée par R. Amadou dans la revue L’Initiation, 4, 1966, et 3,1968.

65 Second débat, p. 125.

66 Ibid., p. 133.

67 Ibid., p. 144.

68 Ibid., p. 101.

69 Ibid., p. 134.

70 C’est évidemment sur la question du signe que les principales discussions portent à cette époque. Rappelons que la classe de sciences morales et politiques de l’Institut a mis au concours, de 1797 à 1799, la question suivante : « Quelle est l’influence des signes sur la formation des idées ? » C’est Garat qui fait le rapport sur les treize mémoires du premier concours.

71 Second débat, p. 136.

72 Ibid

73 Ibid

74 Ibid. 9. Ibid. Cf. aussi p. 102.

75 Ibid., p. 136.

76 Ibid., p. 139.

77 Ibid.

78 « Au seuil du xixe siècle, le débat entre Garat et Saint-Martin renferme aussi l’esquisse de la contestation d’une linguistique rassurante, de l’idéal d’un langage connotatif, informatif, clos sur un sens, un savoir figé, au profit de l’affirmation de la valeur philosophique d’une parole poétique, engageant le sujet humain et le monde dans le beau risque d’un devenir commun. » (N. Jacques-Chaquin, « Un affrontement symbolique... », art. cité, p. 155)

79 Second débat, p. 125.

80 Ibid., p. 133.

81 Ibid., p. 121.

82 A. Becq et N. Chaquin, « Un philosophe toujours inconnu, Louis-Claude de Saint-Martin », Dix-Huitième Siècle, 4, 1972, p. 174-177.

83 Ibid., p. 178. Cf. aussi le débat du 9 ventôse, p. 137.

84 Ibid., p. 179.

85 Cf. « Un adversaire des Idéologues... », art. cité, p. 99-104 ; « Illuminisme et Idéologie. Le débat Garat/Saint-Martin aux Écoles normales », in W. Busse et J. Trabant (éd.), Les Idéologues : sémiotique, théories et politiques linguistiques pendant la Révolution française, Amsterdam-Philadelphie, John Benjamins Publishing Co, 1986, p. 45-58 ; « Un affrontement symbolique... », art. cité, p. 141-156.

86 Seconde leçon, p. 86.

87 Second débat, p. 146.

88 « La linguistique poétique d’un théosophe : langage, parole et désir chez Louis-Claude de Saint-Martin », Romantisme, 86, 1994, p. 50.

89 Second débat, p. 146.

90 Pour une présentation claire et commode de la théorie martinienne du langage, cf. N. Jacques-Chaquin, « Illuminisme et Idéologie... », art. cité.

91 N. Jacques-Chaquin, « Un adversaire des Idéologues... », art. cité, p. 101.

92 Saint-Martin répondra à la question de l’Institut sur l’influence des signes et définira cette origine commune comme étant le désir. Cette réponse deviendra le chant LXX du Crocodile.

93 N. Jacques-Chaquin, « Un affrontement symbolique... », art. cité, p. 143.

94 Second débat, p. 132.

95 Ibid., p. 121.

96 N. Jacques-Chaquin, « Un affrontement symbolique... », art. cité, p. 146-147.

Table des illustrations

Légende Portrait de Dominique-Joseph Garat.Archives de l’Institut de France
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 533k

Auteur

Gérard Gengembre est professeur de littérature française à l’université de Caen et spécialiste des rapports entre histoire, idéologie et littérature. Il a notamment publié La Contre-Révolution ou l’Histoire désespérante (Imago, 1989), une édition de De la littérature de madame de Staël, en collaboration avec Jean Goldzink (Garnier-Flammarion, 1991) et des articles sur la théorie de la littérature autour de 1800, élaborée notamment par les Idéologues, madame de Staël et Louis de Bonald.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540