Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Dix-huitième leçon

22 floréal/11 mai

Texte intégral

1Sur la division méthodique des animaux

2S’il était permis d’employer dans l’histoire naturelle un mot de la fable, je dirais que la lyre d’Orphée aurait été nécessaire aux naturalistes pour rassembler les animaux qu’ils avaient à observer : cependant sans être aidés par des prodiges, ils sont parvenus à en connaître un très grand nombre, en opposant aux difficultés, le courage, l’industrie et la persévérance.

3Les zoologistes comptent à présent :

4Quadrupèdes vivipares 415
Cétacés 15
Oiseaux 2 424
Quadrupèdes ovipares 113
Serpents 175
Poissons 866
Insectes 15 000
Vers 1 159
20 167

5J'ai distribué les animaux en deux sections dans le tableau p. 529.

  • 1 Sur la recherche d’êtres intermédiaires, voir le paragraphe « échelle des êtres » de l’annexe « Cl (...)

6Les quadrupèdes vivipares doivent occuper le premier ordre de la première section de la division méthodique des animaux parce qu’ils ont le plus de rapports avec l’homme. Il y a même des quadrupèdes, tels que des singes, qui n’en diffèrent pas beaucoup par la conformation : les naturalistes qui ont recherché des êtres intermédiaires d’une classe à l’autre, auraient trouvé beaucoup de ressemblance du singe à l’homme1.

  • 2 Daubenton adopte sans l’expliciter la classification de Linné.
  • 3 Aristote classe les animaux quadrupèdes en solipèdes, fissipèdes et pieds-fourchus dont les pieds (...)

7Les cétacés2 ont été placés au deuxième ordre entre les quadrupèdes et les oiseaux ; ils sont vivipares et ils allaitent leurs petits ; mais ils n’ont rien qui tienne lieu des jambes de derrière ; au reste ils sont analogues aux quadrupèdes par rapport à la respiration, au sang, au cœur et en ce qu’ils ont des oreilles, des narines, des os et une tête. Cependant quelque désir que l’on ait eu de trouver des passages entre les ordres des animaux, on n’a point indiqué d’être intermédiaire entre les quadrupèdes et les cétacés, et il n’y a pas lieu d’espérer d’en découvrir entre les cétacés et les oiseaux. Quand même on mettrait les oiseaux après les quadrupèdes vivipares, comme on le faisait il y a quelque temps, on ne trouverait pas mieux un passage entre ces deux ordres d’animaux, en comparant les pieds de l’autruche à ceux des animaux à pied fourchu3 parce qu’elle n’a que deux doigts, ou les ailes des chauves-souris à celles des oiseaux.

8Je ne comprends pas que l’on ait pu regarder sérieusement l’autruche et la chauve-souris comme des êtres intermédiaires entre les quadrupèdes et les oiseaux, tandis qu’il y a de si grandes différences de conformation entre les animaux de ces deux ordres. Je parcourrais presque toutes les parties de leurs corps si j’énonçais toutes ces différences ; leur exposé serait trop long ; d’ailleurs, elles sont assez connues. Je citerai seulement la conformation des parties de la génération dont les fonctions rendent les quadrupèdes vivipares si différents des oiseaux ovipares. Comment a-t-on pu croire que des ressemblances aussi légères que le nombre deux pour les doigts, ou leurs phalanges allongées et une membrane entre les doigts, contrebalanceraient les différences majeures qui se trouvent, sous tant de rapports, entre les quadrupèdes et les oiseaux dès que l’on considère les dents et le bec, les jambes de devant et les ailes, le fondement et le cloaque ? Je n’ai insisté sur la futilité des êtres prétendus intermédiaires entre les deux ordres d’animaux, que pour prévenir de pareilles erreurs.

  • * Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des animaux quadrupèdes ovipares et des serpents, p. 548, D.

Linné a rassemblé les quadrupèdes ovipares, les serpents et les poissons cartilagineux dans une même classe, sous la dénomination d’amphibies, la signification de ce mot est très incertaine. Qu’est-ce qu’un amphibie ? Est-ce un animal qui peut vivre dans l’air et dans à son gré, et aussi longtemps qu’il veut ? Dans ce sens, il n’y a point d’amphibie, pas même parmi les animaux qui subissent une métamorphose, qui commencent par être aquatique, et qui deviennent terrestres : tels sont les insectes appelés demoiselles et cousins.
Si l’on prend pour amphibie des animaux aquatiques qui peuvent rester pendant quelque temps hors de l’eau, ou des animaux terrestres qui peuvent rester pendant quelque temps dans l’eau, tous les animaux seront amphibies, même l’homme, puisqu’il peut plonger pendant une ou deux minutes. Cependant Linné donne pour amphibies des reptiles qui ne sont jamais dans l’eau, et des poissons qui n’en sortent pas. Il ne pouvait manquer de trouver beaucoup d’embarras et des difficultés insurmontables dans la dénomination d’une classe aussi mal conçue que celle de ses amphibies : aussi cette dénomination est-elle vague, obscure et fautive.
Les genres que comprend la classe des amphibies de Linné sont trop mal assortis pour qu’ils aient un nom commun qui convienne à tous. Mais en supposant que celui d’amphibie eût été bon, il n’était pas nécessaire de changer la dénomination généralement reçue de quadrupèdes ovipares pour les tortues, les lézards, les grenouilles, et d’y substituer le nom de reptile, en l’ôtant aux serpents, auxquels il convient beaucoup mieux ; car les serpents et les vers rampants, sont proprement les seuls reptiles, parce qu’ils sont les seuls animaux qui rampent sur le ventre. Il est vrai que l’on a étendu l’acceptation du mot reptile aux tortues, aux lézards aux grenouilles, etc., quoiqu’ils aient des jambes, parce qu’elles ne les relèvent pas de beaucoup au-dessus de terre. Mais on ne peut donner à ces animaux la dénomination collective de reptile, à l’exclusion des serpents, lorsqu’on les met tous dans une même classe. Linné donne à la troisième division de la classe de ses amphibies la dénomination de nageurs, nantes. Or. la faculté de nager ne peut être un caractère distinctif entre des animaux qui tous devraient nager, s’ils étaient vraiment amphibies, puisque par cette qualité ils resteraient dans l’eau comme sur la terre. Par conséquent, les trois divisions de la classe des amphibies de Linné sont mal dénommées et ne peuvent être admises dans une nomenclature méthodique*.

9Ce que je viens d’exposer, par rapport à la classe des amphibies du système de Linné, explique les motifs qui m’ont déterminé à ne point admettre d’ordre d’amphibies et à ranger les reptiles de Linné dans le quatrième ordre de ma division méthodique des animaux sous la dénomination de quadrupèdes ovipares, les serpents dans le cinquième et les amphibies nageurs dans le sixième ordre avec les autres poissons.

  • Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des quadrupèdes ovipares, Introduction, p. 508 et 548. D.
  • Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des serpents, p. 551 et 552, D.
  • 4 Gymnote : puissant poisson électrique dont l’appareil est de chaque côté de la queue, qui forme en (...)
  • 5 Natrix natrix ou couleuvre à collier.
  • 6 Coluber laticaudatus, couleuvre dont le nom admis est Luticauduta laticaudata (Linné, 1758).
  • § Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des poissons, p. 2 et 11, D.

Parmi les animaux qui ont quatre pieds, les uns sont vivants, lorsqu’ils sortent du ventre de leur mère ; les autres sont renfermés dans des œufs : on donne à ceux-ci la dénomination de quadrupèdes ovipares, pour les distinguer des vivipares. A ne considérer que les quatre pieds qu’exprime la dénomination de quadrupèdes, il semblerait que les ovipares devraient suivre immédiatement les vivipares dans l’ordre méthodique. En effet s’il y avait un ordre direct et suivi dans les productions de la nature, on ne serait pas obligé de placer les oiseaux qui sont des animaux bipèdes, entre les quadrupèdes vivipares et les ovipares.
En comparant la conformation du corps entier des oiseaux avec celle des quadrupèdes, on voit clairement qu’ils ont plus de rapport avec les quadrupèdes vivipares qu’avec les autres. Les oiseaux ont deux ventricules dans le cœur, le sang chaud et la respiration fréquente comme les quadrupèdes vivipares, tandis que les ovipares n’ont qu’un ventricule dans le cœur ; leur sang est presque froid, et ils mettent de longs intervalles entre l’inspiration et l’expiration. Par conséquent, quoique les oiseaux n’aient que deux pieds, ils doivent suivre dans l’ordre méthodique les quadrupèdes vivipares, et précéder les ovipares.
Les quadrupèdes vivipares, les oiseaux et les quadrupèdes ovipares ont des pieds et par conséquent la faculté de marcher, c’est-à-dire de changer de place en s’appuyant successivement sur leurs extrémités.
Les oiseaux ont aussi la faculté de se transporter dans l’air, et ils volent bien mieux qu’ils ne marchent, leurs ailes sont des bras qui n’ont pas de main, ou des jambes de devant qui n’ont point de pieds. Les pattes et les ailes donnent aux oiseaux deux moyens pour changer de place ; mais les ailes les privent de toutes les commodités dont jouissent les animaux qui ont des mains ou des pieds de devant ; car il y a beaucoup d’oiseaux qui ne se servent de leurs pieds que pour marcher ; ils n’ont que le bec pour faire l’office des mains.
Les animaux cétacés, au contraire, n’ont point de jambes de derrière ; mais ils sont pourvus de bras et de mains ; cependant ces mains n’ont, pour ainsi dire, point de doigts pour le service de l’animal. Ces doigts tiennent les uns aux autres par une membrane qui transforme la main en nageoire. Ainsi les bras des cétacés n’ont ni pieds ni mains ; ils ne servent à ces animaux que pour se mouvoir dans l’eau, et pour s’embrasser l’un l’autre durant leur accouplement.
Les serpents sont dépourvus de bras, de jambes, de mains et de pieds ; à les voir en repos, on pourrait croire qu’ils n’auraient pas la faculté de se transporter d’un lieu à un autre ; mais la nature a bien des ressources : quoique les serpents ne marchent pas, ils changent aisément de place. Leur corps est allongé, presque cylindrique et très flexible ; il peut se plier en différents sens. Lorsque le serpent veut changer de place, il commence par appuyer la partie antérieure de son corps sur la terre, ensuite il soulève la partie moyenne en avançant la partie postérieure sur la terre, et il porte en avant la partie antérieure en abaissant la partie intermédiaire. Par tous ces moyens, il fait, pour ainsi dire, un pas sans avoir de jambes ; c’est par ce mouvement progressif qu’il parvient à ramper, repere, serpere, d’où viennent les dénominations de reptile, et de serpent. Cet animal peut se dresser sur la partie postérieure de son corps, et se tenir pour ainsi dire debout : il peut s’élancer à quelque distance ; il a aussi la faculté de nager, quoiqu’il n’ait point de jambes ni de nageoires.
À ne considérer que les parties extérieures des serpents, on pourrait croire qu’ils devraient être rangés dans les distributions méthodiques des animaux, non seulement après les quadrupèdes vivipares et ovipares, et les oiseaux, mais encore après les poissons et même les insectes ; presque tous ces animaux ont des jambes, des pieds ou des parties qui leur en tiennent lieu. Mais si l’on a égard aux parties intérieures, on reconnaîtra que les serpents doivent précéder les poissons et les insectes, parce que les serpents ont des poumons, tandis que les poissons n’ont que des ouïes, et les insectes des stigmates. C’est pourquoi les serpents sont placés dans le cinquième ordre de ma distribution méthodique entre les quadrupèdes ovipares et les poissons.
Les écailles et les nageoires qui se trouvent sur les poissons suffisent pour les faire distinguer des autres animaux ; mais ces caractères ne donnent qu’une idée très imparfaite de la conformation des poissons. Je ne les ai préférés aux autres caractères, que parce qu’ils sont apparents au-dehors du corps. Il y a dans les poissons une tête, des narines et des oreilles comme dans les quadrupèdes vivipares, les cétacés, les oiseaux, les quadrupèdes ovipares et les serpents. Mais les poissons diffèrent des quadrupèdes vivipares, des cétacés et des oiseaux, en ce qu’ils n’ont qu’un seul ventricule dans le cœur, que leur sang est presque froid, et qu’ils respirent par des ouïes. Ils sont ovipares comme les oiseaux, les quadrupèdes ovipares et les serpents, et par conséquent ils n’ont point de mamelles. Les serpents ont des écailles comme les poissons, mais ils manquent de nageoires.
Les poissons ne peuvent marcher sur la terre, puisqu’ils n’ont point de jambes ; ceux dont le corps est fort allongé et très flexible, comme celui des anguilles, des gymnotes et des ammodytes4 s’y traînent à peine, en rampant comme les serpents ; mais ils n’y resteraient pas longtemps sans périr : il faut qu’ils soient dans l’eau pour jouir de toutes leurs facultés. Ils se meuvent aisément dans ce liquide ; à l’aide de leurs nageoires, ils avancent et ils reculent dans toutes les directions ; ils s’élèvent et ils s’abaissent en ligne verticale ; ils se soutiennent et restent immobiles à différentes hauteurs, et se posent sur le fond de l’eau. L’homme nage par le moyen de ses jambes et de ses bras, et les quadrupèdes vivipares à l’aide de leurs quatre jambes ; mais ces mouvements sont violents, et épuisent les forces de l’homme et des quadrupèdes. Il faut que la tête soit hors de l’eau pour la respiration, qui ne peut être interrompue que peu de temps, lorsque l’homme ou les animaux plongent, parce qu’ils ont des poumons qui demandent beaucoup d’air, sans mélange d’eau. Les poissons n’ont pas besoin d’une si grande quantité d’air, et il paraît que leurs ouïes le filtrent et la séparent de l’eau pour le leur transmettre ; c’est pourquoi l’eau est la demeure naturelle et nécessaire aux poissons. Au contraire, l’homme et les quadrupèdes n’y sont que dans un état forcé et toujours mortel si leur tête y est plongée trop longtemps.
La plupart des oiseaux se baignent ; mais ils ne peuvent pas nager ni rester sur l’eau, parce que leurs plumes se mouillent. Un grand nombre d’oiseaux, comme les oies, les canards, les cygnes, ont un plumage qui ne s’imbibe pas d’eau, et qui en sort aussi sec qu’il l’était avant d’y entrer. Ces oiseaux ont entre les doigts des pieds une membrane qui leur sert de nageoires ; ils nagent avec la plus grande facilité, et ils restent immobiles sur l’eau aussi longtemps qu’ils le veulent, parce que le volume de leur corps est augmenté par celui de leurs plumes, qui sont impénétrables à l’eau. Il y a des oiseaux sont les jambes ne sont disposées que pour nager et non pour marcher ; tels sont les plongeons, les pingouins, etc. À peine peuvent-ils se traîner sur la terre ; cependant ils sont fort à leur aise sur l’eau ; ils nagent sans se fatiguer, et ils plongent avec une grande facilité ; mais ils ne peuvent rester qu’un certain temps dans l’eau, parce qu’ils ont des poumons et non des ouïes. Ces mêmes oiseaux, si mal conformés pour marcher, ne le sont pas mieux pour voler : car ils n’ont que des ailes très courtes, et fort imparfaites, qui ne peuvent servir pour le vol. Au contraire, il y a des poissons que l’on nomme vulgairement poissons volants, parce qu’ils ont les nageoires de la poitrine assez grandes et assez mobiles pour faire voler hors de l’eau, mais ce n’est que pour peu de temps ; dès que les nageoires sont séchées à l’air, le poisson retombe dans l’eau.
Parmi les quadrupèdes ovipares, il y en a qui fuient l’eau, les autres y nagent aisément, et y restent longtemps plongés ; mais ils sont forcés de revenir à sa surface pour respirer, tels sont la plupart des tortues, des crapauds et des grenouilles, des crocodiles, etc. Les grenouilles ne peuvent marcher ; elles sont obligées de sauter pour se transporter d’un lieu à un autre sur la terre, parce que leurs jambes de derrière sont beaucoup plus longues que celles de devant, ce qui leur donne une grande facilité pour nager avec beaucoup de vitesse.
Il y a des serpents qui nagent facilement, tels sont le serpent à collier, natrix5, que nous avons dans ce pays-ci, et le serpent large-queue coluber laticaudatus6, qui se trouve dans les Indes : la queue de celui-ci est plate, et peut en quelque façon lui servir de nageoire. Les serpents dont la queue est ronde, ont déjà beaucoup de disposition à nager, par la forme très allongée de leur corps, et la grande facilité avec la queue ils se plient et se replient en tous sens : mais ils sont tous obligés de venir souvent à la surface de l’eau pour respirer, parce qu’ils ont des poumons comme les quadrupèdes vivipares et non des ouïes comme les poissons.
De tous les animaux, les cétacés sont ceux qui ont le plus de rapport avec les poissons, parce qu’ils sont dans la mer, et parce qu’ils ont à peu près la même figure ; aussi les a-t-on confondus pendant longtemps avec les poissons. Mais en observant avec attention les parties intérieures, on a reconnu qu’ils avaient plus d’analogie avec les quadrupèdes vivipares qu’avec les poissons ; ils ont des poumons : ils sont privés des ouïes ; par conséquent ils sont obligés de revenir souvent à la surface de l’eau pour respirer§.

10En réfléchissant sur les rapports qui sont entre les différents ordres de ma distribution méthodique des animaux, j’ai reconnu que la suite de ces rapports était interrompue entre l’ordre des poissons et celui des insectes. Les animaux qui sont placés avant la double ligne qui sépare ces deux ordres, sur le tableau méthodique, ont des os qui composent un squelette ; ils ont des narines, un ou deux ventricules dans le cœur, du sang rouge, etc. Les animaux qui sont placés après la double ligne, dont j’ai déjà fait mention, n’ont point d’os, point de narines, leur cœur a différentes formes ou il est inconnu ; ils ont une liqueur blanchâtre au lieu de sang, etc. Ces animaux sont les insectes et les vers ; ils diffèrent assez des autres animaux pour être placés sur le tableau méthodique dans une section particulière : cette considération m’a déterminé à diviser les huit ordres des animaux en deux sections, dont la première comprend six ordres, et la seconde seulement deux, dont le premier contient les insectes.

Insectes

11La forme du corps de l’homme et des animaux est toujours à peu près la même durant le cours de leur vie ; il n’y a que des différences de grandeurs, de proportion et de contours. Au contraire, plusieurs quadrupèdes ovipares et un grand nombre d’insectes subissent de si grands changements de figure, que l’on y supposait anciennement différents individus. En effet, une chenille, une chrysalide, un papillon, paraissent être trois insectes différents, tandis que ce n’est que le même individu en trois états successifs.

12C’est dans ce sens qu’il faut entendre le mot de métamorphose, que l’on a donné à ces changements de forme ; c’est le sens indiqué par l’étymologie grecque trans et forma, transfiguration.

  • 7 J. Swammerdam, Biblia naturae sive historia insectorum, Bijbel der natuur of historie des insecten (...)

13Swammerdam a découvert, dans le siècle dernier, que ces changements de figure ne venaient que de la suppression de plusieurs enveloppes que l’insecte quittait successivement7. Celle qui lui donne la figure de chenille a été bien nommée larve, car c’est une sorte de masque qui cache la chrysalide et le papillon ; mais on aurait beau les chercher dans la chenille, on ne les apercevrait pas aisément.

  • ** Voyez l’Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des insectes, Discours préliminaire, p. ccxviii. [De (...)

Swammerdam parvint à cette découverte en épaississant les sucs qui abreuvent les fibres des insectes, dans leur premier état, qui réduisent leurs membranes, encore sans consistance, à un état presque pulpeux dans lequel il serait très difficile de les distinguer : ces sucs sont lymphatiques et deviennent concrets, de fluides qu’ils étaient, par l’action de la chaleur et par celle des esprits ardents : Swammerdam employait un de ces deux moyens avant de disséquer les insectes. Il hâtait par ce procédé, il opérait en peu de temps ce qui ne serait arrivé que lentement si l’animal eût vécu ; c’est-à-dire, que les sucs en s’épaississant, en se coagulant entre les fibres des parties qui y nageaient, les laissaient apercevoir dans l’ordre qu’elles avaient déjà, mais qui n’était pas visible, et qui ne le serait devenu qu’à mesure que l’action de la vie aurait épaissi ou dissipé les sucs. C’est de cette manière que tenant une chenille suspendue par le brin de soie qu’elle filait, et l’ayant plongée à plusieurs reprises dans l’eau chaude, il la retira morte ; mais tout son corps avait pris une consistance qu’il n’avait pas auparavant, et ses sucs s’étaient coagulés. Swammerdam dépouilla d’abord cette chenille des différentes peaux qu’elle aurait successivement rejetées elle-même ; quand elles furent enlevées, il reconnut la chrysalide ; il incisa la peau qui la couvrait, et il la trouva remplie de sucs épaissis, et au milieu de ces sucs, le papillon dont les mêmes sucs auraient produit le développement, en passant dans ses membres, et en leur procurant l’accroissement dont ils étaient susceptibles. Le papillon n’était qu’en raccourci dans la chrysalide ; mais il y était reconnaissable ; il y avait sa forme : on y distinguait tous ses membres ; il ne leur manquait que d’être développés. Le papillon ou l’insecte parfait était donc contenu dans la chrysalide, celle-ci dans la larve, qui renfermait dès le premier âge l’insecte parfait ; il ne fallait, pour qu’il fût apparent, que rejeter les unes après les autres les enveloppes qui le cachaient ; c’est ce que l’action de la vie aurait opéré en plusieurs semaines ou plusieurs mois, et ce à quoi Swammerdam parvint en peu de moment**.

  • 8 Helminthologistes : naturalistes qui étudient les vers.

14On a donné le nom de larve aux insectes qui ont des formes différentes de celles qu’ils prendront dans les derniers temps de leur vie, lorsqu’ils seront dans l’état d’insectes parfaits, suivant l’expression des helminthologistes8. Par exemple, une chenille est une larve ; en effet elle porte un masque, qui couvre la chrysalide, le papillon, qui doit paraître dans la suite sous des formes très différentes de celle de la chenille.

  • †† Ibid., p. ccxxi. [De ce qui arrive aux insectes dans leurs différents états et dans le passage de (...)
  • ‡‡ Ibid., p. ccxxi.
  • 9 Le corps des insectes est constitué de trois parties : tête, thorax et abdomen. Le prothorax, ou c (...)
  • §§ Ibid., p. ccxxii-ccxxiii.
  • *** Ibid., p. ccxxiv et ccxxv.

Tous les insectes, même ceux qui conservent toujours la même forme, changent plusieurs fois de peau pendant leur vie. C’est la peau qui est la partie solide du corps de tous les insectes ; elle avait donc besoin de fermeté, il fallait qu’elle fût nécessairement d’une substance des parties qu’elle couvre ; elle ne pouvait, étant solide, se prêter à leur développement. Pour remédier à cet inconvénient, les insectes sont revêtus de plusieurs peaux séparées les unes des autres quoique contiguës††. Il faut qu’ils s’en dépouillent en grandissant. On les détache d’une chenille en la plongeant dans l’eau chaude ou en la faisant tremper, pendant quelque temps, dans l’esprit de vin. Le corps d’une chenille en grossissant distend ses peaux jusqu’à un certain point, mais celle qui est exposée à l’air se dessèche et se fend. Elle s’ouvre ordinairement au-dessus du dos, longitudinalement, parce que cet endroit est le plus renflé du corps et celui où l’effort du dedans au dehors est le plus considérable. Lorsque la peau est une fois ouverte sur le dos, l’insecte qui s’y trouve mal à l’aise en retire tout son corps et ses différents membres, comme on retire sa main et ses doigts d’un gant. La pression avait déjà intercepté les communications entre la première et la seconde peau ; la première était déjà desséchée et séparée de la peau qui était au-dessous ; l’entrée de l’air achève de la dessécher et de la séparer de la peau de dessus, en s’introduisant entre deux, elle n’est donc plus que comme un étui sans adhérence ; c’est en retirant la tête vers l’ouverture qui s’est faite sur le dos, en la sortant par cet endroit, en portant ensuite en avant la partie antérieure de son corps, que l’insecte se retire de la peau qu’il quitte ; à mesure qu’il s’en dégage, la contradiction successive de ses anneaux plisse la vieille peau, la pousse vers l’extrémité du corps, en forme un paquet à l’extrémité du dernier anneau, d’où elle tombe à l’instant, et cet anneau en est dégagé par un mouvement de tout le corps en avant. Mais si on prend la dépouille qui vient d’être rejetée ; si on la développe, en l’examinant, on trouve qu’elle ne consiste pas seulement dans la peau qui couvrait le corps, mais qu’elle contient encore l’enveloppe de toutes les parties externes et celle de quelques parties internes. On reconnaît sur la dépouille les pieds, les dents, les antennes, les antennules, les yeux, les poils ; on y trouve même les trachées ; mais ce n’est que l’enveloppe externe de toutes ces parties qui en a conservé la forme, un simple étui membraneux‡‡.
Le passage à l’état de chrysalide s’exécute comme un simple dépouillement de peau de la part des insectes qui rejettent toutes les dépouilles de larve avant de le subir : c’est-à-dire que soit que la larve se trouve suspendue, comme les chenilles qui deviennent des papillons diurnes, soit qu’elle se soit enfermée sous une coque avant de devenir chrysalide, au moment du passage à ce dernier état, la dernière peau de larve se fend sur le dos, la partie supérieure et antérieure de la chrysalide paraît à découvert ; elle courbe et élève le devant de son corps au-dessus de la peau de larve qui est entrouverte ; cette peau desséchée est pour elle un point d’appui dont elle profite, elle repose dessus la partie antérieure de son corps, la porte en avant en la poussant par le moyen des anneaux postérieurs qu’elle rapproche les uns des autres, elle pince en même temps entre les plis qu’ils forment les bords de l’ouverture de la peau, et parvient, de cette manière, à s’en dégager parfaitement, à la faire passer en un paquet à l’extrémité de son corps, dont elle se détache et d’où elle tombe.
La forme de la chrysalide est absolument et entièrement différente de celle de la larve ; il n’y a aucun rapport de ce côté entre le premier et le second état de l’insecte ; il est totalement différent de lui-même dans ces deux états quant à la forme. Mais ce n’est qu’une différence extérieure, qui pourrait ne rien changer au mécanisme intérieur dans lequel l’insecte éprouve des changements plus importants et relatifs aux fonctions principales. Dans la larve, les battements successifs des portions du vaisseau, qui tient lieu de cœur, commençaient du côté de la tête, et se prolongeaient vers la queue, où ils finissaient pour recommencer dans le même ordre ; ils en suivent un complètement inverse dans la chrysalide.
La larve était entièrement composée d’anneaux d’une extrémité à l’autre de son corps ; les anneaux étaient la plupart couverts de deux stigmates, un de chaque côté ; ces bouches ou conduits de l’air étaient à fleur de la peau. Une partie composée d’une seule masse, qui n’est point divisée par anneaux, forme la portion la plus grosse du corps de la chrysalide, elle en est à peu près le tiers et la portion antérieure : ce n’est que le reste du corps qui, comme celui de la larve, est composé d’anneaux ; la portion qui n’en est pas formée couvre antérieurement la tête de l’insecte parfait et. plus en arrière, son corselet9. Il n’y a sur cette portion, de chaque côté, qu’un ou deux stigmates, placés non sur une ligne longitudinale, comme sur les anneaux de la larve, mais supérieurement et inférieurement et fréquemment ; au lieu de s’ouvrir à niveau de la peau, ils se prolongent et aboutissent à des éminences, des espèces de cornes élevées au-dessus du corselet de la chrysalide ; quelquefois leur orifice est couvert par des appendices membraneux en forme de cornets ou d’oreilles. On ne remarque pas de différence entre les stigmates des anneaux de la chrysalide et ceux de la larve, si ce n’est que les deux derniers aboutissent souvent dans la chrysalide à des espèces de tuyaux proéminents. Ces différences, quelque considérables qu’elles paraissent, ne sont cependant encore que légères et ne changent rien au fond du mécanisme. C’est toujours par des organes qui ont la même construction, qui produisent les mêmes effets, que s’opèrent la circulation et la respiration. Mais voici des différences plus importantes entre la chrysalide et la larve, puisqu’elles tiennent au fond du mécanisme et qu’elles changent la manière d’être.
La larve contenait la chrysalide et l’insecte parfait ; elle devait fournir à son développement et au leur ; elle avait besoin de prendre de la nourriture et elle devait en consommer beaucoup ; elle avait ou des mâchoires ou un suçoir ; son estomac et ses intestins étaient fort amples ; il était nécessaire qu’elle pût se mouvoir et changer de place pour chercher des aliments. En passant à l’état de chrysalide, elle laisse tenir, à sa dernière dépouille, les mâchoires qui lui ont servi, quand au lieu de mâchoires, l’insecte parfait doit avoir une trompe, comme le papillon ; elle ne dépouille au contraire que l’étui ou la gaine de ses mâchoires quand l’insecte parfait doit aussi en avoir. Mais quelle que soit la partie qui lui servira à prendre de la nourriture, elle se trouve enfermée et enveloppée sous la peau de chrysalide, de manière à ne pouvoir faire de mouvements, et de façon à rester sans action ; aussi la chrysalide ne prend-elle point d’aliments, elle n’a pas besoin de faire de mouvements pour en chercher : les pieds de la larve restent à sa dépouille que la chrysalide rejette, et celle-ci n’est plus capable que d’un simple mouvement de trémoussement, de pirouettement sur elle-même ; elle ne peut passer d’une place à une autre. La larve, qui devait fournir à son propre accroissement, au développement de la chrysalide et de l’insecte parfait, avait un estomac et des intestins très amples ; ces viscères se rétrécissent et la chrysalide s’en défait en partie§§. « Les mêmes organes pour les fonctions principales, ceux qui produisent et qui entretiennent l’existence ; le cerveau et la moelle épinière, qui sont le principe de l’irritabilité ; le cœur et les trachées, dont l’un sert à la circulation, les autres à la respiration ; l’estomac et les intestins, qui prolongent l’existence en retirant des aliments les sucs nourriciers sont le mêmes dans la larve, la chrysalide et l’insecte parfait : ils sont d’usage dans ces trois états en perdant de leur volume, de leur capacité, et en se raccourcissant et se resserrant à mesure que l’insecte passe d’un état à un autre ; quant aux parties qui sont propres à l’état de larve, on voit qu’elles sont rejetées avec la dernière dépouille de cet état : que celles qui les remplacent sont formées sur l’insecte parfait, et qu’elles prennent leur accroissement pendant l’état de chrysalide ; ainsi la chenille, par exemple, a des pieds différents de ceux du papillon ; elle a des mâchoires et il a une trompe ; les pieds de la chenille restent attachés, ainsi que ses mâchoires, à sa dernière dépouille ; les pieds et la trompe du papillon se développent pendant l’état de chrysalide. Mais comment s’opère ce développement ?
L’accroissement de la larve n’a lieu qu’en faveur de la chrysalide et de l’insecte parfait ; pour qu’elle soit à leur égard une enveloppe d’une grandeur suffisante à mesure qu’ils augmentent eux-mêmes de volumes, elle prend plus d’aliments, elle en extrait plus de sucs nourriciers qu’il n’est nécessaire pour son accroissement ; la partie surabondante de ces sucs passe à la chrysalide ; celle-ci se développe et prend l’accroissement dont elle est susceptible ; elle n’est, en quelque sorte, qu’un sac, un réservoir dans lequel les sucs, qui ne sont point employés à son accroissement et qui sont beaucoup plus abondants qu’il n’est nécessaire pour cet usage, s’amassent et demeurent en dépôt : quand la chrysalide a acquis toute sa capacité, quand elle est remplie de tous les sucs qu’elle peut contenir, la larve touche à son terme ; elle ne sent plus de faim, elle ne prend plus de nourriture, elle n’en transmet plus aux organes qui produisent et qui entretiennent l’existence : ces organes commencent à diminuer de volume : l’expansion de la chrysalide achève de dessécher la dernière enveloppe de la larve, en interceptant toute communication avec les parties internes, la force à s’ouvrir, et le passage à l’état de chrysalide a lieu. La partie aqueuse des sucs que celle-ci contient se dissipe au dehors par la transpiration, tandis que la partie lymphatique et nourrissante est absorbée par les pores des membres de l’insecte parfait et sert à leur développement.
Lorsque l’évaporation a dissipé la plus grande partie de la sérosité surabondante, que les sucs passés dans les membres de l’insecte parfait leur ont procuré le volume dont ils sont susceptibles, le corps entier, qui a toutes ses dimensions, fait effort contre l’enveloppe de chrysalide, que ces différentes circonstances ont réduite à un état de dessiccation. Cet état est plus marqué à la partie qui répond au dos ou corselet de l’insecte parfait, parce que cette pression y est plus forte. C’est, en conséquence, en cet endroit que l’enveloppe de chrysalide se fend lorsque cette ouverture a lieu ; l’insecte sort en retirant ses différentes parties chacune de l’étui qui les contenait et son corps entier de celui qui l’enfermait ; il commence par retirer sa tête, son corselet et ses pieds sur lesquels il s’appuie, aussitôt leur sortie ; quand il est parvenu à ce point, le reste est facile, parce que ses pieds lui servent à tirer le reste du corps en se cramponnant et se tirant en avant.
Les membres de l’insecte au sortir de la chrysalide sont encore abreuvés par la sérosité qui les environnait, ils ont peu de consistance ; ses ailes, qui n’ont pu s’étendre sous enveloppe de chrysalide, sont pliées : mais bientôt le contact de l’air dissipe l’humidité superflue, les membres acquièrent la fermeté qu’ils doivent avoir et l’insecte la vigueur qui lui est propre, en l’éprouvant, il en hâte la jouissance et il l’augmente par des mouvements qui accélèrent l’évaporation du fluide surabondant ; quelques-uns rendent par l’anus une sérosité qui s’est accumulée dans le canal intestinal. La circulation, en poussant la liqueur qui tient lieu de sang dans les canaux tortueux qui rampent entre les membranes des ailes, distend ces canaux ; les membranes en suivent la direction et les ailes se développent, l’humidité qui les macérait s’exhale et elles deviennent solides et compactes. L’insecte arrivé à ce point prend son essor pour chercher son semblable, s’y unir, multiplier et cesser d’exister***.

15Quoique la plupart des animaux ne soient sujets à de grands changements de formes, à des transfigurations, des métamorphoses comme un grand nombre d’insectes, cependant toutes les parties de leurs corps changent d’état et de forme dans le courant de leur vie, et ils produisent des parties qu’ils n’avaient pas en naissant.

16Les enfants et les jeunes animaux ont la tête et les pieds, à proportion, plus gros que les autres parties du corps ; leurs fibres sont plus molles et plus souples ; leurs chairs paraissent empâtées. Les extrémités des os ne sont que cartilagineuses ; le thymus est grand ; il disparaît avec l’âge ; les organes de la génération sont petits, affaissés et sans exercice.

  • ††† P. ccxxvii, leçons, t. 6.

Les principes différences entre les jeunes animaux et les animaux adultes, ou parvenus au point de leur perfection, consistent dans la mollesse des fibres, dans l’abondance de la sérosité qui les abreuve, dans le manque de solidité des parties qui servent de soutien au reste du corps, dans le défaut de développement des organes de la génération, dans la faiblesse des sons que rendent les jeunes animaux. Mais les insectes dont les premiers états répondent à la jeunesse des autres animaux, et le dernier à l’âge adulte, présentent les mêmes différences ; ils abondent en sérosité dans l’état de larve, de nymphe ou de chrysalide ; tous les organes en sont abreuvés ; l’enveloppe extérieure de leur corps ou leur tégument, qui répond aux os, en ce qu’il est le soutien des autres parties n’a que peu de solidarit醆†.

Vers

17Les vers sont dans la seconde classe de la seconde section de la division méthodique des animaux. Les vers ressemblent aux insectes en ce qu’ils n’ont point d’os, de narines ; en ce que leur cœur est inconnu ou qu’il a des formes différentes du cœur des autres animaux, et en ce qu’ils ont une liqueur blanchâtre au lieu de sang. Les vers diffèrent des insectes en ce que la plupart n’ont point de tête et que l’on ne connaît point d’entrée pour l’air dans le corps d’aucun d’eux. Ces animaux n’ont point d’écailles, de pieds, ni de nageoires.

18Les plus petits, ceux qui ressemblent le moins à des animaux, ont été nommés infusoires parce qu’on les a découverts dans des infusions de différentes partie de végétaux ou d’animaux, à l’aide du microscope. On leur a aussi donné la dénomination d’animaux microscopiques. Il y en a qui ne sont que des bulles mouvantes où l’on ne voit point d’organisation ; c’est ce qui a fait douter qu’ils fussent de vrais animaux. On les a appelés animalcules parce qu’ils sont très petits.

  • ‡‡‡ Voir l’Encyclopédie raisonnée, au mot Animal.

19Les animalcules infusoires vus au microscope dans des liqueurs ou dans la semence des animaux, dans de la gelée de veau et dans des viandes grillées ou rôties, « changent de place, vont vite, ralentissent leur course, prennent une direction nouvelle et même opposée ; ils évitent la rencontre de leurs semblables. Plusieurs d’entre les plus simples de ces animalcules ont des queues ou des filets qu’ils agitent d’une manière particulière à chaque espèce, et dont ils excitent de petits tourbillons dans l’eau qui est leur élément‡‡‡ ».

20Buffon a pensé que ces petits êtres n’étaient pas des animaux.

  • §§§ Voyez l’Histoire naturelle générale et particulière, t. 2, chap. VIII.

Les corps mouvants que j’ai observés, dit Buffon, dans les liqueurs séminales, ont été pris pour des animaux, parce qu’ils ont un mouvement progressif, et qu’on a cru leur remarquer une queue : mais si on fait attention d’un côté à la nature de ce mouvement progressif, qui quand il est une fois commencé, finit tout à coup sans jamais se renouveler, et de l’autre à la nature de ces queues, qui ne sont que des filets que le corps en mouvement tire après lui, on commencera à douter, car un animal va quelquefois lentement, quelquefois vite, il s’arrête et se repose quelquefois dans son mouvement. Ces corps mouvants au contraire vont toujours de même, dans le même temps, je ne les ai jamais vus s’arrêter et se remettre en mouvement, ils continuent d’aller et de se mouvoir progressivement sans jamais se reposer, et lorsqu’ils s’arrêtent une fois c’est pour toujours. Je demande si cette espèce de mouvement continu et sans aucun repos, est un mouvement ordinaire aux animaux, et si cela ne doit pas nous faire douter que ces corps en mouvement soient de vrais animaux. De même il paraît qu’un animal, quel qu’il soit doit avoir une forme constante et des membres distincts ; ces corps mouvants au contraire changent de forme à tout instant ; ils n’ont aucun membre distinct, et leur queue ne paraît être qu’une partie étrangère à leur individu ; dès lors doit-on croire que ces corps mouvants soient en effet des animaux ? On voit dans ces liqueurs des filaments qui s’allongent et qui semblent végéter, ils se gonflent ensuite et produisent des corps mouvants ; ces filaments seront, si l’on veut, des végétaux, mais les corps mouvants qui en sortent, ne seront pas des animaux, car jamais l’on n’a vu de végétal produire un animal : ces corps mouvants se trouvent aussi bien dans les genres des plantes que dans toutes les substances végétales ou animales ; ces corps mouvants ne sont donc pas des animaux ; ils ne se produisent pas par les voies de la génération, ils n’ont pas d’espèce constante ; ils peuvent donc être ni des animaux, ni des végétaux. Que seront-ils donc ? On les trouve partout dans la chair des animaux, dans la substance des végétaux ; on les trouve en plus grand nombre dans les semences des uns et des autres, n’est-il pas naturel de les se garder comme des parties organiques vivantes qui composent l’animal ou le végétal, comme des parties qui, ayant du mouvement et une espèce de vie, doivent produire par leur réunion des êtres mouvants et vivants, et former les animaux et les végétaux ?§§§

  • 10 Selon Buffon, les éléments essentiels et indestructibles (les molécules organiques) s’informent se (...)

21Quoi qu’il en soit des molécules organiques10 et des animalcules infusoires, la génération des animaux n’en est pas plus clairement expliquée.

  • 11 Joseph Priestley (1733-1804) : chimiste, physicien et théologien et associé étranger de l’Académie (...)

22Pour voir à l’aide du microscope de petits corps mouvants, il n’est pas nécessaire d’avoir des infusions de substances végétales ou animales, il suffit de l’eau des ruisseaux ou des rivières et encore mieux des fossés, des mares, etc. On y aperçoit des globules comme dans quelques infusions. Ces globules sont de couleur verdâtre, leur diamètre n’a pas la 1/1 000 partie d’un pouce. Ils se rassemblent avec le temps et ils forment une masse compacte d’un vert plus foncé. M. Priestley a donné à cette substance la dénomination de matière verte, qu’il considérait comme une source abondante d’air vital ou d’air déphlogistiqué, ou au moins comme une cause occasionnelle de la production de cet air11. L’abondance de cette matière est si grande qu’elle couvre la terre dans certaines circonstances.

  • 12 Jan Ingenhousz (1730-1799). médecin et physiologiste végétal. Expériences sur les végétaux, trad. (...)

23M. Ingenhousz a beaucoup observé cette matière verte, et il a découvert les animalcules dont elle est composée12. Voici comme il s’exprime au sujet de ses observations :

  • **** Nouvelles expériences et observations sur divers objets de physique, par Jean Ingenhousz, in-8° Pa (...)
  • †††† Ibid., p. 39.

Afin de ne pas nous tromper sur la véritable substance que M. Priestley décrit dans son quatrième volume sur l’air, il convient de la produire de la même manière que M. Priestley l’a obtenue ; savoir dans les cloches de verre remplies d’eau de source, renversées sur un bassin, et exposées au soleil : ou même produisons-la dans des vases ouverts, pleins d’eau et exposés au soleil, et observons dès le commencement ce qui y arrivera, non pas quelquefois ou rarement, mais pour la plupart du temps.
Dès qu’après quelques jours d’exposition au soleil, nous voyons un grand nombre de billes d’air s’élever au fond de ces vases ou des parois, nous trouvons qu’une croûte verdâtre s’y forme : en appliquant alors un microscope (un composé est préférable, à cause du grand champ) à la surface externe du vase, on verra des particules verdâtres, infiniment petites, d’une figure ronde et ovale, attachées à la surface interne du vase, surtout vers la partie inférieure. Il arrive cependant quelquefois qu’au commencement la plus grande partie se trouve vers la région supérieure du vase. On les voit beaucoup mieux à son aise en détachant quelques-unes avec la pointe d’un couteau, et en les plaçant sur un verre plat, au foyer d’un microscope. Pour les voir sans les déranger j’ai coutume de suspendre au milieu du vase, par un fil attaché à un morceau de liège, quelques éclats de verre plat, et d’en placer quelques-uns au fond du vase. On trouvera que ces corpuscules sont de véritables insectes assez ressemblants entre eux. la plupart ronds, ovales, ou approchant de cette figure, enveloppés dans une croûte glaireuse et transparente. On en trouve généralement encore quelques-uns doués d’un mouvement manifeste et parcourant librement l’eau qui reste adhérente au morceau de verre. On en voit de même un bon nombre parcourant la masse entière de cette eau. La ressemblance parfaite de ceux de ces insectes qui sont manifestement vivants, avec les corpuscules immobiles attachés aux parois du verre, ne laisse guère de doute qu’ils ne soient les mêmes, et que ceux-ci n’aient perdu leur mouvement, que parce qu’ils sont agglutinés ou embarrassés par la croûte glaireuse.
Chacun de ces insectes, vu séparément, n’a qu’une verdure très faible ; mais lorsque plusieurs se trouvent accumulés ensemble, leur verdure devient plus manifeste. Parmi ces insectes attachés au verre, on trouve communément une grande quantité de corps durs, transparents, anguleux, à facettes irrégulières. Ces corps semblent être des cristallisations salines ou pierreuses. Ils sont beaucoup plus volumineux que les insectes, et se trouvent en nombre plus ou moins grand, selon la nature particulière de l’eau qu’on a employée.
Ces corpuscules ou insectes se multiplient continuellement, et s’attachent les uns après les autres au fond et aux parois du vase, de façon que dans l’espace de peu de semaines, cette croûte devient généralement d’un beau vert, surtout vers le fond du vase, glaireuse au contact, et assez épaisse****.
M. Priestley a trouvé que la matière verte se produit beaucoup plus copieusement et plus promptement dans l’eau exposée au soleil, lorsqu’on y met certaines substances animales ou végétales, telles que de la viande, du poisson, un choux, une pomme de terre, etc.††††.

  • 13 La possibilité pour une substance d’apparaître sans cause première, ou génération spontanée, est l (...)

24Les animalcules verts se produisent spontanément, dit-on, dans l’eau de source exposée au soleil. Pour s’assurer qu’il n’y avait point de germes préexistants dans cette eau, on l’a distillée ou on l’a fait bouillir pendant plusieurs heures, et on l’a renfermée dans des vaisseaux clos13.

25Quelle énorme différence de grandeur entre des animalcules, qui ne paraissent être que des bulles, dont le diamètre n’a pas la deux-millième partie d’un pouce, et une baleine, qui a cent pieds de longueur ! mais la différence est encore plus grande par rapport aux organes et aux sens. Si la très petite bulle est animal, on peut le regarder comme étant très près de la dernière limite de la grande division des productions de la nature, qui comprend les animaux.

Notes

1 Sur la recherche d’êtres intermédiaires, voir le paragraphe « échelle des êtres » de l’annexe « Classification des êtres vivants », p. 614.

2 Daubenton adopte sans l’expliciter la classification de Linné.

3 Aristote classe les animaux quadrupèdes en solipèdes, fissipèdes et pieds-fourchus dont les pieds composés de deux parties sont terminés par des sabots.

4 Gymnote : puissant poisson électrique dont l’appareil est de chaque côté de la queue, qui forme en volume les neuf-dixièmes du corps. Ammodyte : étymologiquement « qui plonge dans le sable » ; Daubenton parle d’Ammodytes marinus, poisson de forme fine et allongée.

5 Natrix natrix ou couleuvre à collier.

6 Coluber laticaudatus, couleuvre dont le nom admis est Luticauduta laticaudata (Linné, 1758).

7 J. Swammerdam, Biblia naturae sive historia insectorum, Bijbel der natuur of historie des insecten, Leyde, 1737-1738, 2 vol.

8 Helminthologistes : naturalistes qui étudient les vers.

9 Le corps des insectes est constitué de trois parties : tête, thorax et abdomen. Le prothorax, ou corselet, est la partie antérieure du thorax, suivie du mésothorax et du métathorax.

10 Selon Buffon, les éléments essentiels et indestructibles (les molécules organiques) s’informent selon le principe de moule intérieur grâce à des forces pénétrantes (concept newtonien).

11 Joseph Priestley (1733-1804) : chimiste, physicien et théologien et associé étranger de l’Académie des sciences. Dès 1771, il constata que l’air dégagé par de la menthe mise sous cloche permettait d’y faire brûler une bougie. C’est l’oxygène dégagé lors de la photosynthèse. Ces expériences attirèrent l’attention de J. Ingenhousz. Quant à la matière verte, il s’agit d’algues qui dégagent de l’oxygène lors de la photosynthèse.

12 Jan Ingenhousz (1730-1799). médecin et physiologiste végétal. Expériences sur les végétaux, trad. fr., Paris, Didot, 1780.

13 La possibilité pour une substance d’apparaître sans cause première, ou génération spontanée, est largement discutée aux xviiie et xixe siècles. Sur la teneur des débats, leur importance et leurs conséquences, voir J. Roger, Les Sciences de la vie dans la pensée française au xviiie siècle.

Notes de fin

* Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des animaux quadrupèdes ovipares et des serpents, p. 548, D.

** Voyez l’Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des insectes, Discours préliminaire, p. ccxviii. [Des différentes sortes de métamorphoses ou changements des insectes.]

*** Ibid., p. ccxxiv et ccxxv.

**** Nouvelles expériences et observations sur divers objets de physique, par Jean Ingenhousz, in-8° Paris, 1789, 23, t. 2.

§ Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des poissons, p. 2 et 11, D.

§§ Ibid., p. ccxxii-ccxxiii.

§§§ Voyez l’Histoire naturelle générale et particulière, t. 2, chap. VIII.

Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des quadrupèdes ovipares, Introduction, p. 508 et 548. D.

†† Ibid., p. ccxxi. [De ce qui arrive aux insectes dans leurs différents états et dans le passage de l’un à l’autre.]

††† P. ccxxvii, leçons, t. 6.

†††† Ibid., p. 39.

Encyclopédie méthodique. Dictionnaire des serpents, p. 551 et 552, D.

‡‡ Ibid., p. ccxxi.

‡‡‡ Voir l’Encyclopédie raisonnée, au mot Animal.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540