Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Quinzième leçon

7 floréal/26 avril

Texto completo

1Sur la sève

2La sève est une liqueur fade, sans couleur, sans odeur. Elle paraît différente de l’eau. Elle est essentiellement dans toutes les plantes. On a avancé qu’elle y faisait les mêmes fonctions que le chyle, la lymphe ou le sang dans les animaux : aussi a-t-on donné aux vaisseaux qui la charrient, les dénominations de vaisseaux lymphatiques ou vaisseaux commun. Il vaudrait mieux les appeler vaisseaux séveux, car il est bien certain qu’ils contiennent la sève. Mais il n’est pas aussi sûr que cette liqueur doive être comparée à la lymphe. Ces vaisseaux séveux sont les fibres ligneuses qui forment les réseaux du bois, mais on ne sait pas si ces fibres ont une cavité ou n’en ont point. Si elles sont creuses, ce sont de vrais vaisseaux qui peuvent charrier une liqueur. Si elles n’ont point de cavité, elles peuvent encore former des vaisseaux par leur réunion en faisceaux ; les vides qui resteront entre ces fibres seront des vaisseaux.

3Quelle que soit la structure des vaisseaux séveux, il est certain qu’ils s’étendent le long des racines de la tige, des branches et des rameaux, et qu’ils aboutissent jusqu’à l’extrémité des feuilles, des fleurs et des fruits.

4La quantité et le mouvement de la sève augmentent très sensiblement au printemps et durent, quoiqu’à un moindre degré, jusqu’à ce que les pluies succèdent aux grandes chaleurs, comme il arrive ordinairement au mois d’août. Alors la sève reprend plus d’activité, c’est ce qu’on appelle la sève d’août. Mais dans l’hiver le mouvement de cette liqueur semble cesser, quoiqu’il produise encore des effets sensibles dans les racines et les boutons des plantes.

5Il est certain que la sève a du mouvement dans ses vaisseaux, et l’on a fait beaucoup d’expériences pour savoir si c’est une circulation comme celle du sang des animaux, ou si ce n’est qu’un cours vertical de bas en haut ou du haut en bas ou oblique dans tous les sens. Chacune de ces opinions a eu d’illustres partisans.

  • 1 Johann Daniel Major (1634-1693), médecin et naturaliste allemand, étudia à Padoue avant d’exercer (...)
  • 2 Antoine Parent (1666-1716), physicien français, resta toute sa vie « élève » de l’académicien Gill (...)
  • 3 Edme Mariotte (vers 1620-1684), académicien, connu surtout pour ses travaux sur la compression des (...)
  • 4 Philippe de La Hire (1640-1718), mathématicien et physicien français, académicien, travailla notam (...)
  • 5 Denis Dodart (1634-1707), médecin français, membre de l’Académie des sciences en tant que botanist (...)
  • 6 Samuel Cottereau Du Clos (mort en 1715). médecin, fut l’un des membres fondateurs de l’Académie de (...)

6Malpighi. Major1, Parent2, Mariotte3, La Hire4, etc., ont cru que la sève circulait. Dodart5, Duclos6, Magnol, etc., ont été contraires à cette opinion, mais les preuves qu’ils ont données de part et d’autre ne sont pas décisives. Il me paraît que les partisans de la circulation de la sève avaient trop de prévention pour l’analogie qu’ils présumaient entre l’économie végétale et l’économie animale ; ils avaient trop de penchant à croire que la circulation du sang des animaux devait être une preuve de la circulation de la sève. Il me semble que l’on aurait eu une prévention toute contraire, si l’on avait comparé une plante des mieux organisées, telle qu’un arbre, avec un animal aussi bien organisé dans son genre, par exemple, un quadrupède. Le nombre, la perfection, l’activité de leurs organes sont si différents que l’on doit présumer beaucoup de différences dans le premier mobile des parties solides et fluides dont ils sont composés. Quoiqu’un arbre naisse, croisse, dépérisse et meure comme un animal, c’est avec des différences marquées dans l’organisation et dans le mécanisme de leurs corps. Quoiqu’il soit essentiellement nécessaire qu’un arbre ait une liqueur en mouvement pour qu’il vive, on n’en peut pas conclure que cette liqueur circule comme le sang des animaux et qu’il y ait par conséquent dans l’arbre des parties correspondantes au cœur, aux artères et aux veines pour exécuter cette circulation. Ces parties n’ont pas été vues dans les végétaux, mais elles pourraient y être sans qu’on les y eût aperçues.

  • 7 Il existe bien une sorte de circulation de la sève. Daubenton ne fait pas la différence entre la s (...)

7Si la sève circulait, il faudrait qu’elle pût faire une révolution complète dans toutes les parties de la plante, prises séparément les unes des autres, puisqu’un arbre ne meurt pas quoiqu’il ait été coupé à fleur de terre, et qu’un grand nombre de plantes vivaces subsistent pendant l’hiver, quoiqu’elles aient perdu toute leur tige. D’ailleurs la multiplication des plantes par drageons, par marcottes, par boutures, prouverait que toutes ces parties auraient eu une circulation complète dès le temps où elles tenaient à la plante dont elles ont été détachées. Il est donc certain que le cours de la sève n’est pas une vraie circulation, mais un mouvement en différents sens qui peut s’étendre à toutes les parties de la plante et subsister dans chacune7.

8On connaît le mouvement de la sève ascendante et celui de sève descendante. Le mouvement ascendant est le plus évident. Il y en a plusieurs preuves : la progression de la sève jusqu’à la cime des arbres, une grande force de succion des racines, l’ascension des pleurs de la vigne dans les tuyaux adaptés au cep, la transpiration des plantes, etc.

9Il paraît que la sève a moins de disposition à descendre qu’à monter, et que les productions de la sève descendante sont moins fortes et moins durables que celles de la sève ascendante. Cependant il n’est pas douteux que la sève descende du haut en bas des plantes. On en a plusieurs preuves, par exemple, lorsqu’un arbre se trouve placé assez près de deux autres pour qu’on puisse le greffer avec eux, en approche par les branches. Dès que les greffes sont bien formées, on peut arracher ou couper l’arbre greffé sur les deux autres, sans qu’il en meure, parce que ces deux arbres lui fournissent par la communication des greffes assez de sève pour le faire subsister : il faut donc que cette sève descende dans toutes les parties de cet arbre qui sont au-dessous des greffes.

10On a aussi une preuve de la sève descendante lorsqu’on a fait une entaille sur le tronc d’un érable de Canada pour en tirer la liqueur lymphatique et sucrée qu’il contient. On voit que cette liqueur ne découle que de la partie supérieure de l’entaille.

11Si l’on enlève, sur une branche de vigne d’un an, au commencement du printemps, un anneau entier d’écorce de la largeur de quelques lignes, il se forme un bourrelet à chaque bout de la plaie, mais le bourrelet supérieur est plus gros que l’inférieur, parce qu’il est formé par la sève descendante, arrêtée à l’endroit où l’écorce a été enlevée : aussi la partie de la branche qui se trouve au-dessus de la plaie, profite sensiblement du séjour de la sève. La nouvelle couche annuelle prend beaucoup d’épaisseur près de la plaie, et les raisins que cette partie de la branche produit mûrissent quinze jours plus tôt et ont les grains plus gros que les raisins qui sont au-dessous de la plaie. La même expérience a réussi sur l’abricotier et d’autres arbres.

  • 8 H. L. Duhamel du Monceau. La Physique des arbres, op. cit., t. 2, p. 295.
  • 9 Daubenton décrit manifestement ces expériences à partir de la relation qu’en donne Duhamel. L’ouvr (...)

12Ces observations prouvent que la sève monte et descend dans les arbres. On a aussi prouvé par des expériences que la sève a un mouvement latéral. Duhamel a fait faire à la tige d’un jeune orme deux entailles placées à une distance l’une au-dessus de l’autre sur deux côtés opposés8. Quoique ces entailles pénétrassent jusqu’au milieu de l’arbre, la sève monta jusqu’au sommet, quoique le cours direct et vertical fût interrompu par les deux entailles. Hales ayant pris deux branches égales, il fit à l’une deux entailles opposées, et il plongea le gros bout de ces deux branches dans des cuvettes remplies d’eau9. Elles la pompèrent et elles transpirèrent l’une autant que l’autre. Hales rendit cette expérience encore plus décisive en faisant quatre entailles et les plaçant de quatre côtés différents, afin de multiplier les déviations de la sève et de lui faire prendre plus souvent la direction latérale. On a fait plusieurs autres expériences qui concourent à prouver que la sève a non seulement des communications latérales, mais aussi des communications dans tous les sens.

  • 10 H. L. Duhamel du Monceau, La Physique des arbres, op. cit., t. 2, p. 297. De La Baisse et Bonnet s (...)

13La facilité que la sève trouve dans l’organisation de ses vaisseaux, pour se porter dans toutes les parties des arbres en différentes directions, a mis des obstacles aux recherches que l’on a faites pour savoir si elle monte par le bois ou par l’écorce ou entre le bois et l’écorce. Pour résoudre ces différentes questions, on a employé plusieurs moyens dont aucun n’a été incontestable. Duhamel, De la Baïsse et Bonnet10 ont fait des expériences à ce sujet par des injections, en plongeant dans une liqueur colorée, par leur extrémité inférieure, des branches prises sur différentes plantes. Ils coupaient ce qui avait trempé dans la liqueur, et ensuite ils fendaient le reste de la branche pour voir jusqu’à quelle hauteur et par quelle partie cette liqueur avait monté. Suivant Duhamel, ces injections ont prouvé incontestablement que la sève monte par le bois dans les arbres et par les fibres ligneuses dans les plantes, et semblent aussi prouver qu’il n’en monte point par l’écorce.

Notas

1 Johann Daniel Major (1634-1693), médecin et naturaliste allemand, étudia à Padoue avant d’exercer à Hambourg puis à Kiel où il créa un jardin des plantes. Il publia notamment sur les animaux et les plantes pétrifiés et sur l’anatomie.

2 Antoine Parent (1666-1716), physicien français, resta toute sa vie « élève » de l’académicien Gilles Filleau des Billettes. Il étudia divers domaines (mécanique, etc.) dont il chercha à développer les applications.

3 Edme Mariotte (vers 1620-1684), académicien, connu surtout pour ses travaux sur la compression des gaz, publia également De la végétation des plantes (Paris, 1679), ouvrage dans lequel il soutenait que la sève circulait comme le sang des animaux.

4 Philippe de La Hire (1640-1718), mathématicien et physicien français, académicien, travailla notamment sur les propriétés des coniques et leurs applications en astronomie. Il s’intéressa également à la physiologie animale et végétale.

5 Denis Dodart (1634-1707), médecin français, membre de l’Académie des sciences en tant que botaniste, fut l’un des plus vifs partisans de la théorie de la préformation, qu’il appliqua aux végétaux. Il s’intéressa aussi aux mécanismes de la voix humaine.

6 Samuel Cottereau Du Clos (mort en 1715). médecin, fut l’un des membres fondateurs de l’Académie des sciences. Il étudia entre autres la chimie, avant de se retirer dans un couvent où il mourut oublié.

7 Il existe bien une sorte de circulation de la sève. Daubenton ne fait pas la différence entre la sève brute, formée par l’eau et les sels minéraux absorbés dans les racines et montant vers les feuilles et la sève élaborée, enrichie en sucres, contenant les produits de la photosynthèse, qui sont portés aux organes non chlorophylliens.

8 H. L. Duhamel du Monceau. La Physique des arbres, op. cit., t. 2, p. 295.

9 Daubenton décrit manifestement ces expériences à partir de la relation qu’en donne Duhamel. L’ouvrage original est celui de Stephen Hales, Vegetable staticks : or, an account of some statical experiments on the sap in vegetables, Londres, Innys et Woodward, 1727, traduit en français par Buffon : La Statique des végétaux et l’analyse de l’air, expériences nouvelles lues à la Société royale de Londres, Paris, J. Vincent, 1735. Les expériences dont il est question ici sont décrites p. 111-112. Stephen Hales (1677-1761), ecclésiastique anglais, fit à Cambridge des études de physique et de mathématiques, après quoi il se tourna vers la physiologie végétale. Ses expériences eurent pour objet de montrer l’action des forces physiques connues dans la réalisation des fonctions végétales (absorption et circulation de l’eau, évaporation, etc.).

10 H. L. Duhamel du Monceau, La Physique des arbres, op. cit., t. 2, p. 297. De La Baisse et Bonnet sont cités ici d’après Duhamel.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540