Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Quatorzième leçon

27 germinal/16 avril

Texte intégral

1Sur différentes organisations de la tige et du tronc des arbres

  • 1 Il s’agit du bois et du liber (voir l’annexe « Structure du bois », p. 620).

2On voit au centre de la tige naissante d’un arbre la moelle entourée de deux feuillets1. L’intérieur est le plus tendre, cependant il deviendra ligneux et par conséquent le plus dur. Le feuillet extérieur fera partie de l’écorce, il est déjà revêtu de l’épiderme et il a une apparence différente de celle du feuillet ligneux. De toutes les parties de cette pousse herbacée, la moelle et l’épiderme sont les plus avancées dans leur organisation. La substance médullaire ou vésiculaire forme la plus grande partie de cette nouvelle pousse ; elle est tendre, succulente et de couleur verte. À mesure que les feuillets se multiplient les uns sur les autres, ils s’endurcissent et forment une gaine solide dans laquelle la moelle est renfermée. Alors la moelle est moins succulente, elle devient blanchâtre. Dans les tiges de deux ans cette substance est tout à fait blanche, elle paraît desséchée. Ensuite le canal médullaire diminue peu à peu de diamètre et, dans les gros arbres, même dans ceux qui ont eu le plus de moelle dans leur jeunesse, on ne voit ni canal ni substance médullaire.

3Ces observations prouvent évidemment que la moelle est l’organe le premier développé dans les nouvelles pousses des arbres. Il s’étend de toutes parts à travers les couches ligneuses et corticales qui se forment autour de lui, il se prolonge jusqu’à l’épiderme. Outre ses prolongements qui vont en ligne droite et horizontale, il a des appendices médullaires qui se trouvent entre les autres parties de la tige.

4Dans la tige naissante, la moelle est entourée de deux feuillets, dont l’intérieur sera ligneux et l’extérieur est revêtu au dehors par l’épiderme ; il sera cortical. Le feuillet ligneux est déjà plus dur que le cortical et il a une apparence différente ; aussi n’ont-ils pas la même origine.

5On a trouvé sous la forme de trachée, dans de jeunes racines et dans des pouces herbacées, les fibres dont les feuillets ligneux sont composés. On n’a pas vu les mêmes trachées en aucun temps dans l’écorce. Il y a donc lieu d’admettre une différence entre les feuillets ligneux et les feuillets corticaux, dans leur nature et leur origine. Mais ils se ressemblent tous par la disposition de leurs filets en forme de réseau.

6Les mailles de ces réseaux sont de figures irrégulières et occupées par les prolongements médullaires. D’où vient cette irrégularité ? On ne peut l’attribuer qu’au passage des prolongements médullaires, à travers les feuillets ligneux et corticaux lorsque ces feuillets n’ont que peu de consistance, dans les premiers temps de leur formation. La moelle est composée de vésicules, rangées régulièrement dans un ordre qui se rapporte aux mailles d’un réseau.

7Lorsque la substance médullaire s’étend latéralement pour former ses prolongements, elle doit s’insinuer entre les fibres des feuillets qui l’entourent et écarter ces fibres pour faire des passages à ses prolongements qui sont des files de ses molécules. Par conséquent les ouvertures occupées par les prolongements médullaires doivent se trouver placées dans les feuillets, comme les mailles d’un réseau correspondantes aux vésicules qui forment la circonférence de la moelle.

  • 2 C’est en réalité plutôt l’inverse : on a commencé par appeler liber la couche située entre le bois (...)
  • 3 Nehemiah Grew, Anatomie des plantes, qui contient une description exacte de leurs parties et de le (...)
  • 4 Marcello Malpighi, Anatome plantarum, in Opera omnia, t. 1, Londres, Robert Littlebury, 1687, p. 2
  • * Physique des arbres, t. 1, p. 17, et t. 2, p. 26.
  • 5 Au sens actuel, le cambium est une assise cellulaire qui produit le bois vers l’intérieur et le li (...)

8À mesure que ces feuillets, l’un cortical et l’autre ligneux, prennent de la consistance, il se produit successivement entre deux d’autres feuillets qui accroîtront l’écorce et le bois de l’arbre tant qu’il vivra. On a donné aux feuillets de l’écorce la dénomination de couches du liber parce qu’étant séparés les uns des autres, ils ressemblent aux feuillets d’un livre2. Grew étend ce nom sur toutes les couches corticales3. Malpighi n’y comprend que les couches intérieures et peut-être seulement la dernière4. Il suinte entre le bois et l’écorce une matière qui y reste. Elle est d’abord si fluide que l’on n’aperçoit, dit Duhamel*, aucune adhérence entre l’écorce et le bois d’un saule, qui est en pleine sève. Cette matière devient ensuite glaireuse ou muqueuse, par l’évaporation d’une partie de l’humidité. Dans cette circonstance, qui arrive au déclin de la sève, le bois et le liber restent couverts d’une substance épaisse, que Grew et Duhamel nomment le cambium5.

9Les opinions sont partagées sur la formation des couches corticale et ligneuse, qui contribuent chaque année à l’accroissement du tronc d’un arbre. On ne sait si ces couches sont formées par l’écorce, par le corps ligneux ou par le concours de l’une et de l’autre. Il est certain le bois dépouillé de son écorce produit de l’écorce et du bois et que l’écorce séparée du bois par un corps étranger, interposé entre deux, produit aussi des couches corticales et ligneuses.

10Lorsque l’écorce est unie au bois dans l’état naturel, il se forme chaque année une couche corticale et une couche ligneuse. Savoir si ces deux couches viennent de l’écorce, ou si elles sont produites par le bois, ou si la couche corticale vient de l’écorce et la couche ligneuse du bois, quoique l’on ait vu dans d’autres circonstances ces couches produites toutes deux par le bois ou par l’écorce ? On a fait beaucoup d’expériences pour résoudre ces questions, il suffira de rapporter ici les principales.

11Pour savoir si l’écorce pouvait produire des couches ligneuses, Duhamel a enlevé des morceaux de l’écorce d’un arbre. Il a mis sur le bois dépouillé de son écorce, des lames d’étain battu, telles qu’on les emploie pour le tain des glaces, ensuite il appliqua les morceaux d’écorces sur les lames d’étain. Ils se greffèrent avec l’écorce qui n’avait pas été enlevée. Enfin, il se forma entre l’étain et l’écorce des couches ligneuses aussi éparses que si l’écorce avait été appliquée sur le bois.

  • 6 Le tan est l’écorce réduite en poudre que l’on utilise dans le tannage des peaux.
  • 7 H. L. Duhamel du Monceau, La Physique des arbres, op. cit., t. 2, p. 44. Voir aussi ses « Recherch (...)

12Pour savoir si le bois écorcé pouvait produire une nouvelle écorce, Duhamel fit enlever dans le temps de la pleine sève l’écorce d’un gros cerisier, comme on le fait aux jeunes chênes pour avoir du tan6, dans toute la longueur de leur tronc. « Sur le champ, dit Duhamel, à l’aide de petits cerceaux, j’enveloppai le tronc de cet arbre de paille longue ; cette enveloppe était éloignée de quelques pouces du tronc écorcé. Pour tenir la plaie encore plus à l’abri du soleil, j’attachai du côté du midi un paillasson que je soutins avec des pieux : l’arbre en cet état fleurit un peu plus tard que les autres et noua son fruit, quoiqu’il eût perdu une partie de ses feuilles et beaucoup de ses menues branches. L’année suivante il parut encore plus languissant. Mais la troisième année, le voyant bien rétabli, j’ôtai l’enveloppe de paille, et trouvai le tronc recouvert d’une nouvelle écorce7. »

  • Voyez le trimestre d’automne 1786 des Mémoires de la Société royale d’agriculture de Paris.
  • 8 Daubenton fait référence à ses « Observations sur une gélivure totale », Mémoires d’agriculture, d (...)

13Cette opération se fait naturellement à la suite d’une gelée ou d’un autre accident qui dépouille la tige d’un arbre de son écorce dans toute sa circonférence. Cette tige produit une nouvelle écorce et des couches ligneuses, comme si elle n’avait pas été écorcée. Mais il reste une fente entre la couche d’aubier qui a été mise à nu, et la première couche ligneuse qui s’y est jointe. J’ai donné à cette fente la dénomination de roulure totale8 parce qu’elle s’étend à toute la circonférence des couches annuelles qu’elle sépare au contraire des autres roulures qui n’en occupent qu’une partie. Lorsque l’on fend un tronc d’arbre qui renferme une roulure totale, à l’endroit de cette roulure, on est surpris de voir une tige sans écorce, placée au centre du tronc, et qui peut s’en détacher. Cette tige est exactement recouverte par la couche annuelle qui l’enveloppe, de manière que la partie ligneuse des boutons, qui fait un relief sur la tige, est modelée en creux sur la couche annuelle qui recouvre cette tige. La partie herbacée des boutons a été détruite avec l’écorce, par l’accident qui a mis le bois à nu et dans le cas de produire une nouvelle écorce et des couches annuelles, comme s’il n’avait pas été écorcé. Les roulures totales ne sont pas très rares : le hasard m’en a fait voir trois depuis quatre ans. La plus petite était dans un tronc d’alisier ; la tige qu’elle entourait n’avait que deux lignes de diamètre. La plus grande gélivure était dans un tronc de noyer d’un pied de diamètre ; celui de la tige qu’elle embrassait était de trois pouces. La roulure totale peut se faire, sans art, toutes les fois que l’aubier d’une tige écorcée conservera assez de fraîcheur et d’humidité pour produire une nouvelle écorce.

14Puisque le bois et l’écorce ont chacun la propriété de produire de l’écorce et du bois ; puisque le cambium suinte au temps de la sève entre le bois et l’écorce, et qu’il se trouve précisément à l’endroit où se forment tous les ans une couche corticale et une couche ligneuse, n’y aurait-il pas lieu de présumer que le cambium produirait ces deux couches ?

15C’est aussi l’endroit où se trouve le cambium, qui fait la communication de vie entre la greffe et le sujet, soit en fente, soit en écusson ou de toute autre manière de greffer. Lorsqu’une racine a été coupée, elle repousse d’autres racines à l’endroit du cambium. C’est encore de cet endroit que sortent les substances ligneuses et corticales qui forment les bourrelets que la nature emploie pour fermer les plaies. Le cambium est donc une liqueur vivifiante et productrice, dont la sécrétion se fait dans le bois et dans l’écorce et dont le réservoir est entre l’écorce et le bois. Cette liqueur est vivifiante, puisqu’en passant du sujet dans la greffe, elle lui communique la vie comme par une vapeur ; car elle ne change aucune des propriétés ni des qualités de l’arbre greffé, quoique le sujet en ait de différentes. Le fruit de l’arbre greffé ne perd rien de sa consistance, de sa couleur ni de tout ce qu’il peut avoir d’odeur et de saveur, et le bois garde sa couleur et son degré de dureté. Si la partie solide et ligneuse du sujet influait sur la greffe, elle y produirait des différences au moins pour la couleur. La poire douce et fondante de doyenné se trouve substituée à la poire sauvage ; on voit sur un même arbre le bois jaune du pêcher au-dessus du bois rouge du prunier. On peut donc conclure des observations qui ont été faites sur les greffes que le contact du cambium du sujet avec le cambium de la greffe est le seul nécessaire pour entretenir la vie de toutes les parties de la greffe, et que le contact du bois du sujet avec le bois de la greffe est inutile. Les vides qui restent entre deux se remplissent d’une substance herbacée qui sort d’entre l’écorce et le bois : c’est un écoulement du cambium. Elle est d’abord tendre, herbacée comme les bourrelets qui se forment autour des plaies. Ensuite elle se durcit, au point d’être du bois qui réunit celui de la greffe au bois du sujet. Mais lorsque ces deux bois se touchent, dans le temps de l’opération de la greffe, de manière que l’épanchement de la substance herbacée ne puisse s’introduire entre deux, jamais ils ne se réunissent à l’endroit du contact, le bois de la greffe se dessèche et meurt. Mais lorsque la greffe a été bien assortie au sujet, et l’opération bien faite, il ne reste au bout de quelques années qu’une tumeur à l’endroit de cette jonction. Et si l’on coupe longitudinalement cette partie de l’arbre greffé, si on enlève sur cette coupe des copeaux minces qui s’étendent du sauvageon sur la greffe, il ne paraît aucune différence de direction dans les fibres de ce copeau. Si l’arbre est un poirier cultivé, greffé sur franc, on voit seulement que le bois du sujet est moins rouge que celui de la greffe. Si l’on plie le copeau pour le rompre, il se casse à l’endroit du joint de la greffe ; mais il est bien rare de trouver dans les greffes une union aussi parfaite.

16Le cambium, non seulement incorpore la greffe au sujet, mais donne aussi de l’activité à toutes les parties de la greffe. C’est par l’influence du cambium que la moelle, le bois, l’écorce et l’épiderme du sujet communiquent avec la greffe et la mettent en état de faire toutes les fonctions végétales.

17Le cambium est donc un des principaux agents de la végétation des arbres, par ses propriétés et ses fonctions. La réunion des greffes et la production des rejets sur les bords des plaies, sont des preuves que le cambium ferme les feuillets de l’écorce, et les couches annuelles du bois, à mesure qu’il s’amasse entre l’écorce et le bois, dans les temps de la sève. Les parties qu’il tire du bois forment le feuillet ligneux et celles qui viennent de l’écorce, le feuillet cortical. Une partie d’une tige dépouillée d’écorce dans tout son pourtour ne peut pas avoir de cambium : cependant elle produit des couches ligneuses, des feuillets corticaux et un épiderme.

18Le cambium ne pouvant pas être retenu par l’écorce dans les endroits où elle manque reste adhérent à l’aubier ; d’abord sous la forme de tubercules, ensuite ces tubercules se réunissent les uns aux autres et forment un feuillet cortical avec son épiderme et, par-dessous le feuillet cortical, un feuillet ligneux. Ces faits sont prouvés par plusieurs expériences de Duhamel et par l’existence des roulures totales. Si l’on demande d’où peut venir, sur la partie d’une tige qui n’a point d’écorce, la substance que l’écorce fournit au cambium dans l’état ordinaire de la végétation, où l’aubier n’est pas dépouillé se son écorce, cette difficulté est bientôt levée, si l’on considère que l’on a des preuves du cours de la sève dans toutes les parties de la tige, en tout sens, et que toutes les substances du cambium sont des sécrétions de la lymphe. Ainsi la substance corticale nécessaire à la formation complète du cambium peut venir de la partie de la tige qui est revêtue de son écorce et être transportée dans la partie écorcée, pour y former un cambium qui produise des feuillets d’écorce et de bois.

19Il est encore plus facile d’exposer comment il se forme des couches ligneuses sous une portion d’écorce en grande partie détachée de l’aubier. Duhamel a soulevé un morceau d’écorce et a placé, entre ce lambeau d’écorce et le bois, une grande lame d’étain qui débordait de tous les côtés, excepté celui qui tenait à l’arbre. Il a replié la lame d’étain sur l’écorce remise en place. Les bords du lambeau d’écorce se desséchèrent. Cependant, lorsqu’on eut coupé et fait bouillir dans l’eau le morceau d’écorce qui portait sur la lame d’étain, il se trouva sous cette écorce un feuillet ligneux de peu d’épaisseur, recouvert en dehors par l’ancienne écorce et en dedans par une nouvelle.

20On conçoit aisément que le feuillet ligneux s’est formé sous l’écorce détachée du bois, lorsqu’elle était vivante, et qu’elle pouvait recevoir du cambium de l’écorce à laquelle elle tenait et qui était dans son état naturel. L’écorce détachée du bois étant desséchée et par conséquent hors d’état de recevoir du cambium, le nouveau feuillet ligneux qu’elle recouvrait devait périr, son écorce étant morte : alors le cambium s’était insinué entre ce feuillet et la lame d’étain, et y avait formé une nouvelle écorce qui aurait eu bientôt un feuillet ligneux entre elle et la lame d’étain.

21Duhamel demande pourquoi il ne s’est point fermé d’écorce dessous, et pourquoi il ne s’en forme point dans les roulures.

22On peut répondre que l’air libre a de grandes influences sur la végétation, et il y en a des preuves évidentes. Il n’est donc pas surprenant que l’aubier dépouillé de son écorce n’en produise point de nouvelle, lorsqu’il est couvert d’une lame d’étain qui empêche l’accès de l’air. De même, le défaut d’air libre empêchera toute production d’écorce et de bois dans le vide d’une roulure qui se trouve à l’intérieur d’un arbre. D’ailleurs, il faut peut-être, pour cette production, des couches ligneuses assez récentes et assez tendre pour recevoir le cambium. Ainsi, il pourrait peut-être s’insinuer dans les feuillets extérieurs de l’aubier. Au moins est-il bien certain qu’il pénètre les feuillets intérieurs de l’écorce, puisque les jardiniers savent que les écussons, appliqués sur les derniers feuillets de l’écorce, ont réussi ; comme s’ils avaient été mis entre l’écorce et l’aubier.

Sur l’organisation des bois de chêne et de palmier9

  • 9 Tout ce qui suit est recopié d’un mémoire de Daubenton, « Observations sur l’organisation et l’acc (...)
  • 10 Il s’agit en réalité de la leçon précédente. Peut-être cela témoigne-t-il de la non-concordance du (...)

23Le bois et l’écorce du chêne, et de la plupart des arbres, consistent en partie, comme je l’ai déjà expliqué dans l’avant-dernière leçon10, dans des couches concentriques composées de réseaux ligneux, dont les mailles sont occupées par des prolongements médullaires. Le réseau forme des enveloppes circulaires, appliquées les unes sur les autres, le long du tronc, des racines et des branches. L’accroissement de l’arbre fait chaque année une épaisseur de bois que l’on appelle couche annuelle. Lorsque l’arbre est coupé transversalement, on aperçoit la jonction des couches annuelles de son bois, et par conséquent on peut savoir le nombre de ses années. Dans certains arbres, on distingue aussi, dans les couches annuelles, la jonction de plusieurs feuillets qu’elles contiennent. Mais ces joints sont moins sensibles, parce qu’ils ne viennent que de quelque ralentissement ou de quelque courte interruption dans la végétation, par de mauvais temps pendant la bonne saison. Mais les joints des couches annuelles sont plus marqués, parce que l’arbre a cessé de croître pendant l’hiver.

  • 11 Voir l’annexe « Structure du bois », p. 620.
  • 12 Ce sont les faisceaux cribrovasculaires.

24L’organisation du tronc du palmier est très différente11. On ne voit sur la coupe transversale, en aucune manière, l’organisation du bois et de l’écorce de la plupart des autres arbres. Au lieu de couches annuelles et de prolongement médullaires, on ne distingue que des taches noires dispersées, sans ordre, sur un fond blanchâtre12. Les plus grandes de ces taches n’ont qu’un tiers de ligne en diamètre ; les autres sont de plus en plus petites, à mesure qu’elles se trouvent placées plus près de la circonférence du tronc.

25J’ai vu dans le tronc du même arbre fendu longitudinalement, des filets de même couleur et de même diamètre que les taches de la coupe transversale et en même nombre. En effet, ces troncs étaient formés par des filets longitudinaux. Il y avait entre ces filets une substance blanchâtre qui les enveloppait et qui paraissait sur la coupe transversale entre les taches noires.

26Il y a lieu de croire que les filets longitudinaux et la substance blanchâtre du tronc du palmier correspondent aux réseaux ligneux, à la moelle et aux prolongements médullaires de la plupart des autres arbres.

27Ce qui me persuade que cette substance blanchâtre peut être comparée à une moelle, c’est que j’ai vu, par le moyen du microscope, des vésicules transparentes dans une parcelle de cette substance, quoiqu’elle fût desséchée et altérée par vétusté.

  • 13 Engelbert Kaempfer (1651-1716), « Relationes botanico-historicae de Palma dactylifera in Per-side (...)

28Le tronc de la plupart des arbres grossit chaque année par l’addition d’une nouvelle couche annuelle qui se forme entre le bois et l’écorce. Au contraire, le palmier ne grossit plus dès qu’il a pris le port d’un arbre et qu’il est, pour ainsi dire, hors de l’âge de puberté, suivant les expressions de Kaempfer, dans son histoire du palmier13. Le tronc s’élève dans la suite ; mais il garde toujours le même diamètre et la même forme cylindrique (fig. 5, p. 554).

29On sait qu’un tronc d’arbre, qui a été formé par des couches annuelles, doit avoir moins de diamètre à sa partie supérieure qu’à l’inférieure. Comment se peut-il donc qu’un palmier ait toujours le même diamètre à quelque hauteur que cet arbre puisse atteindre ?

30Les observations que j’ai pu faire sur les troncs de deux palmiers, en différents états, et les faits que j’ai tirés de l’histoire et de la description de cet arbre par Kaempfer, m’ont donné quelques idées sur l’organisation et l’accroissement du palmier.

31J’ai vu beaucoup de ressemblance d’organisation entre les pétioles des deux ou trois premières feuilles que produit le palmier dattier dans les premiers mois de son âge, et l’organisation du tronc. Ainsi j’ai tout lieu de croire que les pétioles des feuilles sont un prolongement des filets ligneux et de la substance cellulaire du tronc.

32Suivant Kaempfer, il paraît, à six mois ou un an, au centre de la jeune plante, un tubercule, comme un bourgeon formé par des rudiments de feuilles serrées les unes contre les autres, et contournées en rond. Il sort premièrement une feuille de ce bourgeon et d’autres ensuite pendant toute la vie de l’arbre, dont la durée est de deux ou trois cents ans, au rapport de Kaempfer. Suivant le même auteur, le palmier dattier est dans sa vieillesse à cent ans et dans sa décrépitude à l’âge de deux cents ans, et même de beaucoup au-delà, suivant la tradition du pays. Un palmier dattier adulte a 24 ou 30 pieds de hauteur ; en vieillissant, il va jusqu’à environ 50 pieds et a 70 pieds et plus dans sa décrépitude.

33Le tronc est revêtu par les feuilles ou par les restes de leurs queues. Tous les ans l’arbre produit environ sept feuilles nouvelles, et il s’en dessèche sept des plus anciennes. Les restes des feuilles forment sur le tronc, au lieu d’une vraie écorce, une enveloppe, d’abord écailleuse, ensuite raboteuse, et enfin unie lorsque l’arbre est en décrépitude.

34Chaque feuille, en sortant du bourgeon, est formée par un prolongement des filets ligneux et de la substance cellulaire, qui sont dans le tronc de l’arbre. On les voit dans le pétiole. Ils sont très apparents dans les restes de la feuille desséchée qui tiennent au tronc. L’accroissement de ce tronc est donc produit par les feuilles qui en sortent chaque année. Comme les filets ligneux et la substance cellulaire, dont les nouvelles feuilles sont un prolongement, partent toujours du centre, ils forcent les feuilles précédentes de se rejeter en dehors : il s’ensuit que la partie, qui fait tous les ans l’accroissement du tronc, se forme au centre. La partie déjà formée dans les années précédentes doit nécessairement être déplacée et, portée au dehors comme l’écorce des arbres qui en ont une, est rejetée en dehors pour faire place aux nouvelles couches qui se forment entre l’écorce et l’aubier. Cette sorte de recul n’a point de limites dans ces arbres, parce qu’il se forme tous les ans de nouvelles couches corticales, qui sont flexibles, et que les anciennes, qui ne le sont plus, se fendent et se détruisent. Aussi la grosseur de ces arbres n’est pas limitée comme celle du palmier dattier, qui ne va guère au-delà de dix pouces. C’est parce que la substance du tronc a d’autant plus de compacité qu’elle se trouve plus près de la circonférence, et qu’à un certain point de densité, elle ne peut plus céder à l’effort des parties intérieures du tronc et se porte en dehors ; aussi l’arbre parvenu à ce terme ne grossit plus.

35C’est par la même raison que le tronc du palmier a la même grosseur dans toute sa longueur. À mesure que l’arbre s’élève, les parties de la substance du tronc perdent successivement leur flexibilité au même terme. Ainsi elles doivent cesser de se porter en dehors, lorsqu’elles sont parvenues au même degré de densité dans tous les points de la hauteur de l’arbre. Par conséquent le tronc a nécessairement la même grosseur dans toute sa longueur.

36Au contraire, les arbres dont le bois est formé par couches annuelles grossissent tant qu’ils vivent. Leur tronc a moins de diamètre à sa partie supérieure qu’à l’inférieure. La grosseur de ces arbres augmente pendant toute leur vie, parce qu’il se forme tous les ans une nouvelle couche entre l’aubier et l’écorce. La partie inférieure du tronc est la plus grosse parce qu’elle renferme un plus grand nombre de couches ligneuses et corticales. La figure du tronc est le plus souvent irrégulière et même difforme parce que les couches annuelles n’ont pas la même épaisseur dans toutes les parties de leur circonférence. Les racines et les branches sont les causes de cette inégalité par la différence de grosseur et de force qui se trouve entre elles. Les branches qui ont crû sur le tronc le déforment et gâtent le fil du bois au-dedans.

37Jusqu’à présent, on a regardé les palmiers comme des arbres dont le tronc avait du bois et de l’écorce. Je viens moi-même d’employer toutes ces dénominations par rapport au palmier dattier, pour mieux faire entendre ce que j’avais à en dire. Cependant il me paraît qu’il n’y a dans le palmier ni bois proprement dit, ni écorce, et que par conséquent ce n’est pas un arbre, quoiqu’il s’élève à une très grande hauteur et que la substance de son tronc soit fort dure. Mais il n’a point de branches, point d’autre écorce que des restes de ses feuilles desséchées et presque entièrement détruites. Cependant, quoique la substance du tronc du palmier n’ait pas la même organisation que le bois des vrais arbres, elle est composée, comme ce bois, de fibres ligneuses et de substance cellulaire, disposée d’une manière particulière : c’est essentiellement une sorte de bois qui diffère du bois ordinaire. Il faudrait donc avoir un nom particulier pour désigner le bois du palmier. Il serait difficile d’exprimer son caractère par un seul mot ; mais on pourrait peut-être le dénommer bois en faisceaux, lignum fasciculatum, pour le distinguer du bois ordinaire qui est par réseaux, lignum reticulatum.

38J’ai reconnu l’organisation du bois par faisceaux dans plusieurs espèces de plantes que Linné a comprises sous le genre qu’il a nommé calamus, par exemple le rotin et le jet.

  • 14 Le « jet » ou jonc est une plante du sud de l’Asie dont on fait des cannes et d’autres objets. Le (...)
  • 15 Cette ombellifère méditerranéenne était utilisée pour fabriquer des cannes légères et d’autres obj (...)
  • 16 Le roseau-quenouille (Arundo donax) servait lui aussi à fabriquer des cannes et des bâtons.

39Il y a beaucoup d’autres plantes que le palmier dattier, le jet et le rotin14 dont la tige est formée par des filets ligneux longitudinaux et par une substance cellulaire. Mais, parmi ces plantes, il s’en trouve plusieurs qui ont aussi des filets ligneux transversaux, placés par groupes à certaines distances ; telles sont la grande férule d’Afrique15, le maïs et la canne à sucre, etc. Ces filets transversaux sont plus ou moins nombreux dans ces différentes espèces de plantes ; dans d’autres, ils forment, avec la substance cellulaire qui les accompagne, une cloison pleine et compacte, comme dans l’angélique, le roseau-quenouille16, le bambou, etc. L’espace qui se trouve entre les cloisons transversales, dans l’intérieur de ces plantes, est vide. Dans d’autres plantes, ces intervalles renferment, avec les filets longitudinaux, une substance cellulaire : telles sont la canne à sucre, le maïs et beaucoup d’autres. En suivant l’examen de l’organisation des troncs des arbres et des tiges des plantes, on trouvera de nouveaux moyens pour déterminer les caractères spécifiques des végétaux, et distinguer les caractères essentiels des qualités accidentelles et variables. Cette distinction n’est pas établie jusqu’à présent sur des principes plus certains pour les races des animaux que pour les variétés des végétaux. On fait tous les jours des équivoques en prenant pour espèce ce qui n’est que race ou variété. Si l’on avait des moyens sûrs pour reconnaître les caractères vraiment spécifiques, on éviterait beaucoup d’erreurs en histoire naturelle.

Notes

1 Il s’agit du bois et du liber (voir l’annexe « Structure du bois », p. 620).

2 C’est en réalité plutôt l’inverse : on a commencé par appeler liber la couche située entre le bois et l’écorce, avant de désigner ainsi, par métonymie, les livres réalisés en cette matière. Mais ce n’est qu’au xviie siècle que le terme latin a été réutilisé en botanique.

3 Nehemiah Grew, Anatomie des plantes, qui contient une description exacte de leurs parties et de leurs usages, et qui fait voir comment elles se forment et comment elles croissent, traduit de l’anglais, Paris, Lambert, 1675.

4 Marcello Malpighi, Anatome plantarum, in Opera omnia, t. 1, Londres, Robert Littlebury, 1687, p. 2.

5 Au sens actuel, le cambium est une assise cellulaire qui produit le bois vers l’intérieur et le liber vers l’extérieur.

6 Le tan est l’écorce réduite en poudre que l’on utilise dans le tannage des peaux.

7 H. L. Duhamel du Monceau, La Physique des arbres, op. cit., t. 2, p. 44. Voir aussi ses « Recherches sur la réunion des plaies des arbres, sur la façon dont la greffe s’unit au sujet sur lequel on l’applique, sur la réunion des plaies des animaux, et quelques exemples de greffes appliquées sur des animaux », Mémoires de l’Académie des sciences, 1746, p. 319-362.

8 Daubenton fait référence à ses « Observations sur une gélivure totale », Mémoires d’agriculture, d’économie rurale et domestique, automne 1786, p. 64-74. La « roulure » désigne le décollement des couches ligneuses sous l’effet de la gelée. Les « gélivures » sont les fentes produites par les gelées.

9 Tout ce qui suit est recopié d’un mémoire de Daubenton, « Observations sur l’organisation et l’accroissement du bois », Mémoires de l’Académie des sciences, 1790, p. 665-675. Ce chapitre n’en diffère que par quelques phrases.

10 Il s’agit en réalité de la leçon précédente. Peut-être cela témoigne-t-il de la non-concordance du découpage des leçons publiées et des leçons effectives.

11 Voir l’annexe « Structure du bois », p. 620.

12 Ce sont les faisceaux cribrovasculaires.

13 Engelbert Kaempfer (1651-1716), « Relationes botanico-historicae de Palma dactylifera in Per-side crescente », in Amoenitatum exoticarum politico-physico-medicarum fasciculi V, Lemgo, H. W. Meyer, 1712, p. 659-764, notamment p. 675. Voyageur et naturaliste allemand originaire de Lemgo et chargé par le roi Charles XI de Suède d’accompagner une ambassade en Perse, il en profita pour étudier la géographie, la flore et la faune de ce pays. Il poursuivit son voyage vers Java puis le Japon. De retour en Europe, il publia partiellement ses observations, dont un long chapitre sur les palmiers.

14 Le « jet » ou jonc est une plante du sud de l’Asie dont on fait des cannes et d’autres objets. Le rotin est une sorte de palmier d’Afrique et d’Asie tropicale, exploité lui aussi pour ses tiges flexibles et solides.

15 Cette ombellifère méditerranéenne était utilisée pour fabriquer des cannes légères et d’autres objets de ce type. Notons que toutes les plantes mentionnées dans ce paragraphe sont des monocotylédones et ont effectivement le même type d’organisation que le palmier, à l’exception de la férule et de l’angélique, qui sont des dicotylédones présentant des caractères monocotyloïdes.

16 Le roseau-quenouille (Arundo donax) servait lui aussi à fabriquer des cannes et des bâtons.

Notes de fin

* Physique des arbres, t. 1, p. 17, et t. 2, p. 26.

Voyez le trimestre d’automne 1786 des Mémoires de la Société royale d’agriculture de Paris.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540