Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Huitième leçon

22 ventôse/12 mars

Texte intégral

  • 1 L’annotation de cette leçon qui renvoie à la cristallographie d’Haüy a été établie par Bernard Mai (...)

1Sur le suc lapidifique1

2Il n’y a rien de stable dans la nature, toutes ses productions éprouvent des changements plus ou moins sensibles ; les corps organisés y sont plus sujets que les autres ; mais le roc le plus vif, le métal le plus dur n’en sont pas exempts : le temps et deux agents qui ne sont pas moins puissants, l’eau et le feu, les détruisent.

3L’action du feu change l’état des minéraux dans le sein de la terre et se manifeste au dehors par l’éruption des volcans, et par leurs produits qui se répandent au loin et qui élèvent de hautes montagnes. Mais les matières volcaniques ne sont pas l’objet que je me propose de traiter aujourd’hui ; je ne parlerai que de l’action de l’eau ; quoiqu’elle soit plus lente que celle du feu pour la destruction des minéraux, elle produit de plus grands effets par la quantité immense des matières qu’elle déplace et qu’elle transporte à de grandes distances.

  • 2 Les « molécules » sont des « petites masses ». Pour l’évolution des idées sur les cristaux : voir (...)
  • 3 L’idée que les cristaux se forment à partir d’un fluide est courante au xviiie siècle. Pour Geoffr (...)

4L’eau qui s’infiltre dans les terres, qui s’insinue dans les fentes des rochers, qui lave les substances métalliques et les pierres les plus dures, en détache des molécules qu’elle charrie avec elle2. On a donné à l’eau ainsi chargée de substances étrangères le nom de suc lapidifique, parce que cette eau contenant des parties de pierre, les dépose et forme des corps pierreux ; en pénétrant des pierres déjà formées, elle y insinue des molécules qui remplissent des intervalles vides et rendent les pierres plus compactes3. La dénomination de suc lapidifère serait plus convenable que celle de suc lapidifique.

5Lorsque ce suc est en grande quantité, comme nous le voyons dans les rivières et les fleuves dont l’eau est troublée par les matières étrangères qu’elle charrie, il va dans la mer y déposer ses molécules pierreuses par les lits horizontaux, qui forment des carrières de schistes, de pierres, de marbres, etc. Les effets les plus réguliers et les plus merveilleux du suc lapidifique ne se font que lorsqu’il est stagnant : c’est alors que s’opèrent les cristallisations.

6Il y a parmi les minéraux des corps de figures régulières qui présentent des cubes, des octaèdres, des dodécaèdres, des prismes, des pyramides, etc. L’opération de la nature qui forme ces corps est appelée cristallisation. Voici comment on peut en donner quelque idée.

7L’eau dissout ou entraîne des substances dont les parcelles sont assez ténues pour rester suspendues dans ce liquide sans que l’on puisse les y apercevoir.

8Par exemple on ne distingue aucun corps étranger dans l’eau d’Arcueil ; cependant si on la laisse reposer dans un vase, il tombe au fond un sédiment très sensible à l’œil.

  • 4 Cette explication est tout à fait newtonienne.
  • 5 Selon la conception newtonienne, les parties dont sont faits les corps ont des formes géométriques

9Les parcelles de substances étrangères à l’eau qui y sont suspendues s’attirent mutuellement par des forces qui dépendent de leur masse, de la distance qui est entre elles et de leur figure ; elles s’approchent, se joignent et adhèrent l’une à l’autre4. Leur jonction se fait par le contact de certaines faces qui ont entre elles plus d’affinité que les autres et que l’on a appelées faces de plus grande attraction élective5.

  • 6 Parties intégrantes et molécules intégrantes : masses qui possèdent toutes les propriétés du crist (...)

10Il y a des circonstances nécessaires pour que les parties intégrantes des minéraux, suspendues dans l’eau, forment des cristaux, en se réunissant les unes aux autres6. J’ai exprimé ces circonstances en trois mots, qui sont l’espace, le temps et le repos.

11S’il n’y a pas assez d’espace pour que chaque parcelle puisse se mettre à sa place, la cristallisation se fera confusément, et les cristaux seront mêlés ensemble. S’ils commencent à se former contre un corps solide, ou contre un cristal déjà fait, comme il arrive le plus souvent, la partie qui adhère à ces corps ne peut prendre d’accroissement ni de forme régulière. Ainsi le cristal n’aura pas toutes les faces qu’il aurait eues s’il n’avait pas trouvé d’obstacle pour son accroissement. Si l’eau chargée de molécules qui peuvent se cristalliser n’est pas en assez grande quantité, ou porte beaucoup d’autres substances, le mouvement des molécules ne se fera pas librement, et il n’en résultera que des cristaux informes, ou seulement quelques rudiments de cristaux.

12S’il se trouve quelque obstacle qui empêche que la structure des cristaux ne soit achevée, cette structure restera imparfaite, faute de temps.

13Si l’eau est agitée, les cristaux, à peine commencés, tombent au fond, s’accumulent les uns sur les autres, et forment des groupes où l’on ne voit que des apparences de cristallisation.

14Cette opération de la nature est délicate, aussi voit-on plus de cristallisations confuses que de cristallisations complètes. Presque tous les cristaux ne sont terminés que par une de leurs extrémités, l’autre bout a été arrêté par le rocher, comme les aiguilles de cristal de roche, ou par la pierre, comme les prismes de spath calcaire. Pour qu’un cristal soit complet dans toutes ses parties, il faut qu’il se trouve placé de manière qu’il ne rencontre aucun obstacle à son accroissement.

  • 7 Daubenton semble ne pas avoir saisi que toutes les variétés d’un cristal se ramènent à la même for (...)
  • 8 Romé de l’Isle a énoncé en 1783 sa « loi de constance des angles ». Voir figure 4. p. 203.

15Quoique la cristallisation d’un même minéral soit sujette à beaucoup de variétés, il y a des cristaux qui se répètent assez constamment sous la même forme, dans la même substance, pour faire de bons caractères distinctifs7. Tels sont le cristal de roche, composé de deux pyramides à six faces, dont les bases sont réunies ou séparées par un prisme à six pans ; le dodécaèdre du grenat, le spath calcaire rhomboïdal, etc. La mesure des angles de ces polyèdres fait reconnaître les minéraux auxquels ils appartiennent8.

  • 9 Daubenton semble donner ici sa préférence à l’analyse cristallographique sur l’analyse chimique. C (...)

16Ces caractères distinctifs, fondés sur la cristallisation, sont plus sûrs que ceux que l’on tirerait des produits de l’analyse chimique : je vais en donner des preuves tirées des ouvrages d’un célèbre chimiste9.

  • 10 Le professeur de chimie suédois Torbern Olaf Bergman (1735-1784) est, avec Daubenton, l’auteur qui (...)

17Bergman rapporte qu’il a fait l’analyse de la topaze de Saxe10. Quand, et par quels moyens a-t-il connu cette pierre ? est-ce avant ou après l’avoir analysé ? S’il l’a reconnue avant l’analyse, ce ne pouvait être que par sa texture et par sa figure. La topaze de Saxe est pierre gemme parce qu’elle est composée de lames apparentes sur sa cassure ; elle est topaze de Saxe, parce qu’elle se cristallise en prisme à huit pans, terminé par deux pyramides à treize faces. Si Bergman n’avait pas vu ces deux caractères, principalement celui de la cristallisation, il n’était pas assuré que la pierre qu’il allait analyser fût une topaze de Saxe.

  • 11 L’analyse chimique détruit l’identité du minéral.
  • 12 Une même composition chimique conduit à des minéraux différents.

18S’il ne l’a pas connue avant de l’analyser, il est impossible que l’analyse ait fait distinguer l’espèce de cette pierre ni même son genre, parce que les pierres gemmes ne sont pas les seules qui contiennent des parties argileuses, vitreuses, calcaires et ferrugineuses. Mais, quand même elles seraient les seules, il aurait encore été impossible à Bergman de reconnaître la topaze de Saxe parmi les autres pierres gemmes qu’il avait analysées, puisque les produits de ces pierres de la topaze de Saxe11 sont les mêmes pour le nombre des substances qu’elles contiennent, et parce qu’il avoue que les proportions de ces substances ne pourraient être fixées au juste que par une longue suite d’expériences qui ne sont pas faites12.

  • 13 Newton ne touche pratiquement pas à cette question, si ce n’est pour détruire à partir d’observati (...)
  • * Essai d’une théorie sur la structure des cristaux.
  • 14 C’est effectivement en suivant les cours de Daubenton qu’Haüy s’intéressa à la minéralogie, et Dau (...)

19Plusieurs auteurs, à commencer par Newton, s’étaient occupés de la formation et de la structure des cristaux13. Le professeur de l’École normale, Haüy, a fait de ces deux objets un corps de science qui est un des ouvrages les plus importants en histoire naturelle qui aient paru dans notre siècle*. L’auteur fit en 1780 ses premières observations sur les cristaux, en suivant mon cours de minéralogie au Collège de France ; je me sais bon gré de l’avoir soutenu contre son extrême modestie, en l’exhortant à rédiger ses observations ; il y a plusieurs mémoires du citoyen Haüy sur les cristallisations dans le recueil de l’Académie des sciences14. Il publia en 1784 son essai sur la structure des cristaux. Il en fit un résumé en 1793 ; je simplifiai ce résumé ; je l’abrégeai, pour la commodité des étudiants du Collège de France.

20Personne n’était plus en droit de vous expliquer la théorie des cristaux que l’auteur de ce bel ouvrage qui a autant de rapports avec la physique qu’avec l’histoire naturelle ; mais les figures des cristaux, considérées comme des caractères distinctifs des minéraux, appartiennent absolument à l’histoire naturelle. Je les ai employées comme telles dans le tableau méthodique des minéraux dont je fais usage dans mes cours, au Muséum national d’histoire naturelle : cette considération me détermine à rapporter ici l’abrégé que j’ai fait du résumé de la théorie des cristaux.

Abrégé de la théorie des cristaux

  • 15 Voir figure 1. Romé de l’Isle part de la variété des figures pour trouver six formes auxquelles el (...)

21Si l’on s’en était tenu à ne considérer les cristaux que par leurs formes extérieures, les variétés des figures auraient été innombrables, et l’on n’aurait jamais découvert les formes essentielles aux différents cristaux. Il fallait, pour y parvenir, développer leurs structures et reconnaître les figures des parties dont ils sont composés15.

22Le citoyen Haüy a surmonté toutes les difficultés qu’il y avait à franchir pour concevoir la théorie des cristallisations et pour en donner des preuves physiques et mathématiques.

  • 16 Les lames sont une notion venant de Bergman. Haüy (le « cristalloclaste » pour Romé) est en train (...)

23Les cristaux sont composés de lames ; le citoyen Haüy les sépare les unes des autres à l’aide d’un instrument en suivant leurs joints naturels16. On reconnaît ces joints, en ce que les lames qu’ils séparent présentent le poli de la nature quelquefois il s’annonce dans le cristal, avant la fracture, par des stries, par des glaces, par des matières étrangères interposées ou par d’autres défauts : lorsqu’on ne suit pas les joints naturels, au lieu de diviser les lames, on brise le cristal, on le réduit en éclats, en fragments informes et même en poussière.

Molécules intégrantes

24Les lames des cristaux sont composées de molécules intégrantes qui ont des figures régulières de tetraèdre, de prisme triangulaire ou de parallélépipède.

  • 17 C’est une déduction à laquelle vient de parvenir Haüy dans son « Essai... », op. cit.

25Les molécules intégrantes sont toutes semblables et égales, d’où il résulte que plus le fragment que l’on détache du cristal est petit, moins il renferme de molécules17.

Formes primitives

  • 18 Pour Haüy à l’époque, les formes primitives peuvent être faites par le groupement de plusieurs mol (...)

26Tant qu’une forme primitive s’accroît par des lames qui l’enveloppent de toutes parts, elle reste la même quant à son aspect. Elle ne varie que par son volume18.

Lames de superposition

27Mais s’il y a sur la forme primitive des lames de superposition par décroissements uniformes et variables, il en résulte des formes secondaires.

Formes secondaires

28Dans ce cas, il faut enlever les lames décroissantes par des coupes faites sur toutes les parties correspondantes du cristal secondaire, pour parvenir au cristal primitif que ces lames enveloppent comme un noyau.

Noyau

  • 19 C’est une ancienne conception d’Haüy. Daubenton l’identifie à la nouvelle, ce qui explique l’appar (...)

29Quelle que soit la forme d’un cristal, il faut chercher la direction des joints qui sont entre les lames dont il est composé pour savoir si cette forme est primitive ou secondaire. Lorsque les lames se détachent parallèlement à toutes les faces du cristal, il diminue de grosseur, sans changer de forme : c’est une preuve que sa forme est primitive ; mais lorsque les coupes ne sont pas parallèles aux faces du cristal, sa forme varie jusqu’à ce que l’on soit parvenu à son noyau qui est reconnaissable en ce qu’il est parallélépipède, octaèdre, tétraèdre, prismatique hexagonal, dodécaèdre à pans rhombes, ou dodécaèdre à pans triangulaire19.

30Telles sont les six formes primitives des cristaux qui ont été découvertes jusqu’à présent par le citoyen Haüy.

31Les molécules qui composent les lames des cristaux sont disposées par files en plusieurs rangs, qui se touchent les uns au devant des autres. Tant que le noyau d’un cristal grossit, le nombre des rangées de molécules augmente, et le noyau garde sa forme primitive ; mais si le nombre des rangées des molécules diminue par quelques circonstances dans les nouvelles lames qui se forment successivement, ces nouvelles lames de superposition, appliquées sur les faces du noyau, lui font perdre par leurs décroissements, sa forme primitive et la changent en forme secondaire.

Décroissements simples

32Dans les décroissements qui se font sur les bords ou les arêtes du noyau, les plus simples sont ceux où il manque aux bords de chacune des lames de superposition une rangée de molécules, qui est de plus dans la lame précédente ; ainsi les lames de superposition forment une pyramide terminée en pointe. Lorsqu’il y a dans chaque lame de superposition deux, trois ou quatre rangées de molécules en moins que dans la rangée précédente, la pyramide est moins élevée, parce que le décroissement s’est fait plus promptement. Mais ces pyramides sont régulières.

Décroissements inégaux

  • 20 Côté adjacent. Voir figure 15, p. 210.

33Au contraire, les pyramides sont irrégulières lorsque les décroisements sont inégaux, comme il arrive dans le cas où les lames de superposition décroissent d’un côté par un plus grand nombre de rangées de molécules intégrantes que du côté opposé20.

Décroissements par les côtés

34En supposant les molécules intégrantes des cristaux de figures approchantes du cube ou du parallélogramme et rangées de file en se touchant les unes les autres par les côtés ; lorsque les décroissements des lames de superposition se font par leurs côtés, les bords des lames sont toujours terminés par les côtés des molécules intégrantes, et ces molécules se touchent les unes les autres sans laisser de vides entre elles.

Décroissements par les angles

  • 21 Daubenton semble se faire une mauvaise représentation des idées d’Haüy : les lames de décroissemen (...)

35Lorsque les décroissements des lames de superposition se font par les angles, les molécules intégrantes présentent leurs angles sur les bords décroissants des lames, parce que, dans cette direction, les molécules intégrantes se touchent par leurs angles et non par leurs côtés. Ainsi les surfaces auxquelles ces angles saillants aboutissent ne peuvent pas être unies, puisqu’il y a nécessairement des cavités entre eux ; mais comme les molécules organiques sont très petites, ces cavités ont si peu d’étendue qu’elles sont insensibles à l’œil21.

36Dans les décroissements sur les angles du noyau, si ce noyau est cubique, la première lame de superposition a une molécule intégrante de moins que la dernière lame du cube à chacun de ses angles.

37Il y a dans la seconde lame de superposition trois molécules intégrantes de moins que dans la précédente ; ces trois molécules auraient formé une file de quatre qui se seraient touchées par les angles.

38Il manque dans la troisième lame de superposition encore une file qui aurait été composée de neuf molécules intégrantes : ces décroissements diminuent de plus en plus le nombre des molécules des lames de superposition, jusqu’à ce qu’il soit réduit à une seule qui forme la pointe d’une pyramide à quatre faces. Chacune de ces faces a une figure quadrilatère, y compris la molécule des angles solides du cube, qui fait le noyau. Les quadrilatères sont sur un même plan et forment une figure triangulaire. Il résulte de ces huit faces un octaèdre à deux pyramides à quatre faces.

39Si l’on ne considérait que les molécules intégrantes qui terminent les lames de superposition, après leur décroissement, il resterait un vide au milieu de chacune des arrêtes de l’octaèdre ; mais ces vides sont remplis par des molécules que les premières lames de superposition doivent avoir de plus que la dernière lame du noyau, pour le couvrir aux endroits de ses quatre côtés.

40Outre les décroissements sur les côtés ou sur les arrêtes d’un noyau cubique et les décroissements sur les angles, il y a de plus des décroissements intermédiaires et d’autres qui sont mixtes ou composés.

Décroissements intermédiaire

41Le décroissement intermédiaire ne suit pas les diagonales, ni les côtés d’un noyau composé de cubes parce que les parties intégrantes, qui manquent dans les lames de superposition, ne sont pas des carrés, mais oblongues en ce qu’elles comprennent deux, trois, quatre, etc. molécules cubiques, placées l’une à côté de l’autre dans la direction d’une arrête du cube. Aucune des diagonales de ces figures oblongues ne peut être parallèle avec les diagonales du décroissement par les angles d’un cube divisé par carrés, c’est pourquoi le citoyen Haüy regarde la direction du décroissement dont il s’agit, comme intermédiaire entre la diagonale et les arêtes.

Décroissements mixte

42Le décroissement mixte a été ainsi nommé par le citoyen Haüy parce qu’il a plus d’une rangée de molécules intégrantes de plus ou de moins, soit en hauteur soit en largeur, par exemple, deux rangées dans un sens et trois dans l’autre, ou trois dans un sens et quatre dans l’autre, etc. Il arrive que le décroissement soit mixte d’un côté et simple du côté opposé.

  • 22 Daubenton montre bien par cette phrase qu’il vient de donner une description géométrique de la str (...)

43Les décroissements des lames de superposition, de quelque manière qu’ils se fassent et l’explication que l’on donne, n’ont de rapport qu’à la structure des cristaux. Il faut aussi les considérer dans leur accroissement22.

Accroissement

  • 23 Daubenton montre ici plus de certitude quant à la forme du germe cristallin que ce qu’en dit Haüy. (...)

44Supposons un cristal dodécaèdre semblable à celui qui a servi d’exemple pour les décroissements sur les bords. Ce cristal n’a pas commencé par un cube proportionné à son volume et qui aurait passé à la forme du dodécaèdre par une superposition de lames décroissantes sur tous les bords du même cube. Mais il faut concevoir que le cristal commençant était un très petit cube composé seulement de 27 molécules, et dont chaque face qui était un assemblage de neuf carrés portait une molécule cubique placée sur le carré du milieu. On aperçoit déjà dans ce cristal le rudiment du dodécaèdre et le décroissement par une rangée sur les bords du petit noyau cubique. Il s’est formé ensuite autour de ce cristal une enveloppe qui l’a fait grossir sans changer sa forme, de manière que le noyau s’est trouvé composé de 125 molécules, cinq sur chaque bord, et que chacune de ses faces portait deux lames, dont la première était formée de neuf molécules et la seconde se réduisait à une molécule. Une troisième enveloppe a fait croître le noyau, de sorte qu’il s’est trouvé alors composé de 343 molécules, la seconde de trois et la dernière d’une seule, et ainsi de suite23.

45L’accroissement du cristal primitif et du cristal secondaire se fera dans les mêmes proportions, tant qu’il arrivera de nouvelles molécules. On voit par cet exposé que le cristal primaire augmente de volume tant que dure la formation du cristal secondaire.

Prétendues troncatures

  • 24 Le terme de troncature a été introduit par Romé de l’Isle pour montrer comment on peut passer géom (...)

46Lorsque l’accroissement des cristaux secondaires est arrêté par quelque circonstance, avant que les pointes des pyramides ou les angles solides aient été formés par les lames de superposition décroissante, dans ce cas il y a une face au lieu d’une pointe et la face est d’autant plus étendue qu’il manque un plus grand nombre de lames de superposition. Cependant, on a regardé ces faces comme des troncatures24 et les cristaux où elles se trouvaient comme des cristaux tronqués : expressions très impropres, puisque aucune partie du cristal n’a été retranchée et qu’au contraire il n’a pas été formé en entier.

47S’il y a sur des cristaux secondaires, des facettes aux endroits des arêtes du noyau, on a aussi regardé ces facettes comme des troncatures ; cependant elles n’ont pas été formées par la destruction des arêtes, mais au contraire par l’addition des lames décroissantes de superposition sur les faces du noyau : en enlevant ces lames on trouve le noyau avec ses arêtes bien entières.

48Il faut donc absolument supprimer le mot troncature qui donne une fausse idée de la cristallisation, puisque les prétendus cristaux tronqués sont des cristaux incomplets et non pas des cristaux en partie détruits.

Principaux articles de la théorie des cristaux

49Molécules intégrantes,

50Formes primitives,

51Lames de superposition,

52Formes secondaires.

53Noyau.

54Décroissements simples.

55Décroissements inégaux.

56Décroissements par les côtés.

57Décroissements par les angles.

58Décroissement intermédiaire.

59Décroissement mixte.

60Accroissement du noyau.

61Prétendues troncatures.

Figures de molécules intégrantes

62Tétraèdre.

63Prisme triangulaire.

64Parallélépipède.

Figures du noyau

65Parallélépipède.

66Octaèdre.

67Tétraèdre.

68Prisme hexagonal.

69Dodécaèdre à pans rhombes.

70Dodécaèdre à pans triangulaires.

Notes

1 L’annotation de cette leçon qui renvoie à la cristallographie d’Haüy a été établie par Bernard Maitte.

2 Les « molécules » sont des « petites masses ». Pour l’évolution des idées sur les cristaux : voir l’annexe « Cristallographie », p. 575.

3 L’idée que les cristaux se forment à partir d’un fluide est courante au xviiie siècle. Pour Geoffroy et Réaumur, qui influencent Daubenton, le « suc cristallin » est de l’eau chargée de particules. Comme pour les sels des chimistes, c’est par dépôt de couches successives que les cailloux grandissent. Haüy indique que la cristallisation peut se produire à partir du calorique.

4 Cette explication est tout à fait newtonienne.

5 Selon la conception newtonienne, les parties dont sont faits les corps ont des formes géométriques.

6 Parties intégrantes et molécules intégrantes : masses qui possèdent toutes les propriétés du cristal, dans leur intégralité. Elles se distinguent des parties constitutives, ou molécules principes, qui sont les corps chimiques dont elles sont faites.

7 Daubenton semble ne pas avoir saisi que toutes les variétés d’un cristal se ramènent à la même forme.

8 Romé de l’Isle a énoncé en 1783 sa « loi de constance des angles ». Voir figure 4. p. 203.

9 Daubenton semble donner ici sa préférence à l’analyse cristallographique sur l’analyse chimique. Ce n’est pas – loin de là – un avis général à l’époque. R.-J. Haüy dit que les deux analyses doivent s’appuyer l’une sur l’autre.

10 Le professeur de chimie suédois Torbern Olaf Bergman (1735-1784) est, avec Daubenton, l’auteur qui a le plus influé sur la formation des idées d’Haüy.

11 L’analyse chimique détruit l’identité du minéral.

12 Une même composition chimique conduit à des minéraux différents.

13 Newton ne touche pratiquement pas à cette question, si ce n’est pour détruire à partir d’observations erronées les déductions de Huygens sur la structure des cristaux et sur la nature de la lumière.

14 C’est effectivement en suivant les cours de Daubenton qu’Haüy s’intéressa à la minéralogie, et Daubenton l’encouragea toujours vivement.

15 Voir figure 1. Romé de l’Isle part de la variété des figures pour trouver six formes auxquelles elles se rattachent toutes. Haüy poursuit son travail à partir des clivages des minéraux et propose une théorie de la structure... mais très peu de minéraux se clivent. L’opposition entre les deux hommes est très vive. Haüy ne commencera à citer Romé que lors de ses cours de l’an III.

16 Les lames sont une notion venant de Bergman. Haüy (le « cristalloclaste » pour Romé) est en train de leur substituer la notion de couches. Voir figures 2 et 3, p. 202.

17 C’est une déduction à laquelle vient de parvenir Haüy dans son « Essai... », op. cit.

18 Pour Haüy à l’époque, les formes primitives peuvent être faites par le groupement de plusieurs molécules intégrantes. Elles sont parallélépipédiques.

19 C’est une ancienne conception d’Haüy. Daubenton l’identifie à la nouvelle, ce qui explique l’apparente contradiction qu’il y a à distinguer forme primitive et noyau.

20 Côté adjacent. Voir figure 15, p. 210.

21 Daubenton semble se faire une mauvaise représentation des idées d’Haüy : les lames de décroissements font toujours selon celui-ci des « gradins d’escaliers » invisibles à l’œil nu, que ce soit par décroissements sur les côtés ou sur les angles.

22 Daubenton montre bien par cette phrase qu’il vient de donner une description géométrique de la structure, permettant de retrouver toutes les formes extérieures des cristaux. Il va considérer maintenant la croissance, telle qu’il suppose qu’elle se déroule dans le fluide.

23 Daubenton montre ici plus de certitude quant à la forme du germe cristallin que ce qu’en dit Haüy. Voir figure 10, p. 207.

24 Le terme de troncature a été introduit par Romé de l’Isle pour montrer comment on peut passer géométriquement de la forme de la molécule intégrante d’un minéral à toutes les formes qu’il peut présenter : il intersecte mathématiquement les angles ou les arêtes par des plans. Ceci n’a rien à voir avec la cristallisation, comme semble le penser ici Daubenton qui confond les notions. Haüy lui-même adoptera plus tard ce terme de troncature.

Notes de fin

* Essai d’une théorie sur la structure des cristaux.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540