Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Sixième leçon

12 ventôse/2 mars

Texte intégral

1Sur les volcans

2Les plus grands changements qui arrivent aux minéraux sont opérés par l’eau et par le feu ; l’action de l’eau est lente, lorsqu’elle décompose les matières minérales par la dissolution, ou lorsque le suc lapidifique en forme de nouvelles ; mais les torrents impétueux entraînent promptement une grande quantité de terre des montagnes, déracinent les rochers et comblent les vallons : les mouvements des eaux changent continuellement la face de la terre dans toutes les régions du monde.

3L’action sur les minéraux n’est pas aussi fréquente dans la nature : des fournaises cachées à une grande profondeur au sein de la terre s’allument successivement en différents pays ; l’embrasement est si violent et si étendu qu’il ébranle le terrain qui l’environne jusqu’à une grande distance. Le feu s’ouvre, par ces secousses réitérées, un passage au-dehors et se manifeste par d’épaisses fumées, par des flammes effrayantes, par des débris du terrain qui sont lancés souvent en grandes masses et au loin, et par des matières en fusion qui coulent comme des fleuves de feu, dévorent tout ce qu’elles rencontrent et couvrent des campagnes entières ; c’est le lieu de cette scène épouvantable que l’on appelle volcan.

4Tous les volcans n’agissent pas avec la même force ; leurs funestes effets ne sont pas continuels et il y a un grand nombre de volcans éteints ; on ne les reconnaît que par les matières qu’ils ont répandues et que l’on appelle volcaniques ou volcanisées, parce qu’elles portent des caractères qui dénotent qu’elle ont été brûlées ou fondues, et parce qu’elles sont en trop grande quantité pour que l’on puisse attribuer ces effets à un autre feu qu’à celui d’un volcan. On reconnaît aussi les anciens volcans par les traces de leur embouchure, que l’on appelle cratère, parce qu’elle a une forme arrondie comme une coupe.

5Il y a des volcans actuellement brûlants dans toutes les parties du monde, et en grand nombre. Le Vésuve et l’Etna sont ceux qui ont été le mieux observés.

6On dit que la hauteur de l’Etna est de 12 000 pieds et la circonférence de sa base de 100 lieues.

7Le Vésuve est une montagne située à 4 lieues vers l’orient de Naples, dans la terre de Labour que l’on appelle aussi campagne heureuse, campania felice, parce qu’elle est très fertile ; cette montagne n’est séparée de deux autres appelées Somma et Ottajano que par un petit vallon nommé l’Atrio del cavallo. Le Vésuve est le siège d’un volcan actuellement brûlant ; l’on croit que les deux autres montagnes qui l’accompagnent ont aussi été produites par ce volcan et que toutes les trois n’en formaient anciennement qu’une seule. Le vallon qui les sépare est large presque partout de 2 220 pieds et il a environ 18 428 pieds de longueur : la circonférence du Vésuve, à l’endroit du vallon, est de six milles et demi d’Italie ; et les trois montagnes, à la même hauteur, ont à peu près 24 milles de tour, qui font 10 lieues communes de France. Le Vésuve a 1 677 pieds de hauteur perpendiculaire au-dessus du niveau de la mer, 1 343 pieds au-dessus du Pugliano, et 743 pieds au-dessus de l’Atrio.

8Il y a sur le sommet du Vésuve un cratère formé par un rebord de 2 à 4 pieds de largeur ; sa circonférence est de 5 624 pieds suivant les observations du père Della Torre faites en 1751, 1752 et 1753. On marchait assez commodément sur ce rebord, quoiqu’il fût couvert de sables brûlés et hérissé de pierre et de laves : il n’était pas de niveau ; on descendait par l’endroit le plus bas de ce rebord pour arriver au fond du cratère, par un chemin qui avait un peu plus de 100 pieds de longueurs, et qui était presque perpendiculaire et hérissé de pierres qui le rendaient praticable parce qu’elles servaient de points d’appui pour se soutenir. On pouvait approcher de l’abîme qui était au fond du cratère, et dans lequel on voyait un feu vif en continuel ; il fallait se placer du côté opposé à la direction de la fumée épaisse qui en sortait : mais l’état du cratère des volcans change toutes les fois qu’il y a des éruptions.

9Au temps de Strabon, l’an 17 de l’ère chrétienne, le sommet du Vésuve avait une surface plate au lieu d’un cratère ; on y voyait seulement quelques ouvertures et quelques cavernes qui paraissaient avoir été produites par le feu ; il était couvert de cendres et de pierres qui étaient noires et brûlées, d’où cet auteur conclut que le Vésuve avait jeté anciennement du feu. Cette montagne était entourée de campagnes fertiles et couverte d’herbes et d’arbrisseaux, excepté au sommet qui était plat et stérile. Les éruptions qui sont arrivées dans la suite, ont formé le cratère et couvert la montagne de laves.

10Un volcan doit commencer par l’inflammation de certaines matières minérales dans le sein de la terre, ou peut-être à sa surface. Les substances pyriteuses, ou bitumeuses, sont les plus susceptibles de cette inflammation lorsqu’elle se trouvent en grand masse et exposées à l’humidité.

  • 1 Nicolas Lémery (1645-1715) : docteur en médecine de l’université de Rouen, apothicaire de Louis XI (...)
  • 2 Efflorescence : hydratation conduisant à la rupture des réseaux cristallins.
  • * Voyez le Dictionnaire de chimie au mot pyrite. [« Cette altération et décomposition spontanée des (...)
  • 3 Pierre-Joseph Macquer (1718-1784), docteur en médecine de la faculté de Paris, professeur de chimi (...)

11Lémery donna, en 1700. à l’Académie des sciences, un mémoire qui contient les expériences suivantes : « J’ai mis en été, dit Lémery, 25 livres de limaille de fer et 25 livres de soufre dans un grand pot, que j’ai placé dans un creux fait en terre à la campagne : je l’ai couvert d’un linge, et ensuite de terre à la hauteur d’environ un pied : j’ai aperçu huit ou neuf heures après, que la terre se gonflait, s’échauffait et se crevassait ; puis il en sortit des vapeurs soufreuses et chaudes, et ensuite quelques flammes qui ont élargi les ouvertures, et qui ont répandu autour du lieu une poudre jaune et noire1. » « L’efflorescence2 se fait plus ou moins promptement dans les pyrites* dit Macquer, suivant leur nature : c’est une espèce de fermentation qui s’excite, à l’aide de l’humidité, entre les parties constituantes ; et elle se fait avec une si grande activité dans celles qui y sont les plus disposées, c’est-à-dire dans les pyrites jaunâtres, qui ne sont que sulfureuses et ferrugineuses, que lorsque ces minéraux sont réunis en un grand amas, non seulement elle est accompagnée d’une vapeur sulfureuse et d’une chaleur considérable, mais que souvent le tout s’allume, et produit un grand embrasement3. » On voit paraître exactement les mêmes phénomènes ; et on obtient les mêmes résultats lorsqu’on mêle bien ensemble une grande quantité de limaille de fer et de soufre réduit en poudre et qu’on humecte ce mélange, ainsi que l’a fait Lémery, pour donner une idée et une explication des feux souterrains et des volcans.

12On ne peut douter en effet que la Terre renfermant dans ses entrailles des amas prodigieux de pyrites de cette pièce, elles ne doivent éprouver dans l’intérieur de la terre les mêmes changements qu’elles éprouvent en l’air, lorsque l’air et l’humidité viennent à pénétrer dans les cavités qui les renferment ; et les meilleurs physiciens conviennent qu’il est très probable que les feux souterrains, les volcans, les eaux minérales, alumineuses, sulfureuses, froides et chaudes, n’ont point d’autre cause que cette étonnante décomposition des pyrites. »

  • 4 Balthazar-Georges Sage (1740-1824) : apothicaire privilégié, chimiste, minéralogiste. Fondateur de (...)
  • 5 Mélange de plusieurs sulfures de potassium.
  • 6 Sulfure de fer. Le terme vitriol est remplacé par celui de sulfure dans le seconde moitié du xixe (...)
  • 7 Oxyde de fer ou, plus largement, toute substance contenant du fer.
  • 8 Safran de mars apéritif : poudre rouge, essentiellement composée de péroxyde de fer, issue de l’ex (...)

13Sage a rapporté, dans son analyse chimique, l’expérience suivante4 : « Huit onces de fer et autant de fleur de soufre étant mêlées avec quinze onces d’eau et mises dans une assiette de terre plate, il se dégage de ce mélange une forte odeur de foie de soufre5 ; l’eau est absorbée, la masse devient noire, s’échauffe, s’élève en cône, se fend et exhale des vapeurs brûlantes et humides, accompagnées d’une forte odeur de foie de soufre : lorsque l’eau est exhalée, la masse s’embrase et brûle en répandant de l’acide sulfureux ; ce qui reste après cette combustion est rougeâtre ; comme la cendre de Beaurin contient du vitriol martial6 calciné et de l’ocre martiale rouge7, ce mélange est connu en pharmacie sous le nom de safran de mars apéritif8. »

14En effet, ces expériences chimiques indiquent une cause qui peut produire le feu des volcans ; elles donnent quelque idée de leurs explosions. S’il arrive que des pyrites enflammés soulèvent un pied de terre et y ouvrent un passage pour la flamme et quelques poussières, voilà un cratère et un foyer déjà formé. Si l’efflorescence de la matière pyriteuse qui a causé la première explosion continue, il s’en fera une seconde et plusieurs autres, qui seront de plus en plus fortes. Les bords du cratère s’élèveront, les matières qui seront lancées par le volcan, et qui retomberont sur les bords du cratère formeront une pente au-dehors et au-dedans. Ainsi le monticule aura la forme d’un cône tronqué et la cavité du cratère sera disposée comme un entonnoir. Mais de nouvelles éruptions détruiront le fond du cratère ; des scories s’attacheront à ses parois, rétréciront son ouverture et y formeront une sorte de plancher qui, dans les temps où il n’y aura point d’éruptions, ne sera percé que de quelques ouvertures, par lesquelles il sortira de la fumée et d’autres vapeurs ; ce plancher sera le fond du cratère et le séparera de la cavité inférieure, que l’on appelle le gouffre ou l’abîme du volcan.

15Lorsqu’il se trouve une grande quantité de pyrites au centre d’une montagne et que l’eau et l’air viendront à y pénétrer, l’efflorescence des pyrites pourra causer une assez grande explosion pour ouvrir la montagne et y former le gouffre d’un volcan ; les matières qui en sortiront par des éruptions successives se répandront sur la surface de la montagne, et lui donneront la forme d’un cône en glissant vers sa base. C’est ainsi que l’Etna s’est élevé à la hauteur de dix ou douze mille pieds sur une base qui a soixante et peut-être cent lieues de circonférence.

16Il y a une matière en fusion dans l’abîme des volcans, au moins en certains temps, puisqu’il en sort des ruisseaux de lave liquide et brûlante. Si l’on pouvait voir aisément cette matière par l’ouverture du cratère, on saurait en quels temps et à quelle hauteur elle y serait.

  • 9 Père Athanasius Kircher (1602-1680). Connu pour ses travaux sur la composition de la terre, il écr (...)

17Le père Kircher a remarqué, au fond de l’abîme de l’Etna, une espèce de montagne, autour de laquelle il a toujours observé un creux rempli de matière resplendissante, comme du métal fondu9.

18Dans les temps où le feu des volcans a une grande activité, il fond une quantité de matière dans l’abîme pour le rempli ; lorsque son étendue n’est pas immense alors la matière en fusion sort au dehors par le cratère, et prend le nom de lave. Mais s’il se trouve dans les parois latérales de l’abîme quelque endroit faible, la lave y fait une ouverture par où elle passe. Dans les anciens volcans, tels que l’Etna, l’abîme a une si grande étendue, que la lave ne peut le remplir pour parvenir au cratère ; elle s’amasse dans quelque endroit de la base de la montagne à la partie inférieure de l’abîme, y fait une éruption et, avec le temps, un volcan que l’on regarde comme un enfant de l’ancien. Il y en a un grand nombre autour de l’Etna, dont quelques-uns ont plus de 1 000 pieds de hauteur.

  • 10 Giovanni Maria Della Torre (1710-1782). Correspondant de l’abbé Nollet à l’Académie des sciences d (...)

19Le père Della Torre est parvenu plusieurs fois à voir l’incendie et la matière en fusion dans l’abîme du Vésuve10.

20Le 1er juillet 1752, on voyait sous le plat intérieur du cratère en six ou sept endroits assez éloignés de l’abîme, un feu sensible par différentes ouvertures et dans quelques-uns de ces endroits, la croûte sur laquelle on marchait n’était pas épaisse de plus de 10 pouces. On voyait aussi dans un endroit un peu élevé un feu très vif, mais dans sa fumée, qui ressemblait à une fournaise ; il y avait dans le cratère du Vésuve deux cavités placées l’une près de l’autre ; vers l’heure de midi les rayons du soleil qui entraient dans l’une de ces cavités, étaient réfléchis par le fond et sortaient par l’autre cavité :

Je trouvai, dit le père Della Torre, un trou qui allait presque perpendiculairement jusqu’au fond du volcan ; j’y laissai tomber quelques pierres assez pesantes, mais il ne me fut pas possible de les faire descendre droit, parce qu’elles rencontraient continuellement des obstacles ; elles employaient ainsi 12 secondes pour aller jusqu’au fond. Je jugeai par les différentes expériences que je fis alors, que, si elles n’avaient rencontré aucun obstacle, elles n’auraient été que 8 secondes à descendre ; auquel cas, par les lois de l’accélération des corps graves, qui parcourent dans la première seconde 15 pieds, 1 pouce, 2 lignes et 1/15, la profondeur du trou, aurait été de 907 pieds.
Dans un autre voyage que je fis sur le Vésuve, le 16 octobre de la même année 1752, j’eus le champ libre, dit le père Della Torre, pour m’approcher commodément de l’abîme. Il se rétrécissait à mesure qu’il était plus profond ; en sorte qu’étant convergent, on ne pouvait pas laisser tomber perpendiculairement des pierres jusqu’au fond. Mais étant monté sur un rocher qui s’avançait sur ce gouffre d’environ douze pieds, je me trouvai alors élevé à plomb sur le fond. J’y vis distinctement un grand feu qui ressemblait beaucoup à une vaste chaudière remplie de cristal fondu. Il en sortait une fumée épaisse, et j’entendais un bruit sourd, mais assez considérable. Comme cette fumée se dirigeait du côté de l’abîme opposé à celui où j’étais, j’eus la commodité de laisser tomber une pierre, pour voir combien elle serait de temps à arriver au feu ; mais je ne pus observer la chute de la pierre que jusqu’aux deux tiers de la hauteur, parce que le vent me porta tout à coup un tourbillon de fumée si épaisse, qu’elle m’ôta la respiration, et que je n’eus que le temps de me jeter du rocher sur le plan du cratère, pour trouver un air frais. Ainsi, il ne me fut pas possible de perfectionner l’expérience. Cependant, j’observai que la pierre avait employé cinq secondes, pour parcourir les deux tiers de la hauteur ; ce qui faisait 377 pieds 5 pouces. D’où je conclus que la pierre aurait été un peu plus de six secondes à parcourir l’espace, et que, par conséquent, la profondeur totale devrait être d’environ 543 pieds.

  • 11 Pietro Giacomo di Toledo, Ragionamento del terremoto, del nuovo monte, del aprimento di terra in P (...)

21Il y a en Italie, une montagne qui a été formée dans une plaine en deux fois vingt-quatre heures, par l’éruption d’un volcan. Voici la relation que Pietro Giacomo di Toledo, a fait de cet événement extraordinaire11 :

  • 12 William Hamilton (1730-1803), archéologue et géologue écossais et grand collectionneur de vases an (...)

Le 27 et 28 septembre 1738, des tremblements de terre se firent sentir nuit et jour continuellement dans la ville de Puzzole. La plaine qui se trouve entre le lac d’Averne, Monte barbaro et la mer, s’éleva un peu, et plusieurs crevasses s’y formèrent, au travers desquelles l’eau trouva un passage. En même temps, la mer qui était très voisine de la plaine fut desséchée l’espace d’environ 200 pas, tellement que les poissons restèrent sur le sable ; en proie aux habitants de Puzzole. Enfin le 29 du même mois, vers deux heures de nuit, ou environ, la terre s’ouvrit près du lac et présenta une bouche épouvantable qui vomit avec furie de la fumée, du feu, des pierres et une espèce de limon formé des cendres, en faisant, dans le temps même de l’explosion, un bruit semblable à celui d’un torrent violent. Le feu qui sortait de cette bouche dirigea sa marche vers les murs de cette ville infortunée ; la fumée était en partie noire et en partie blanche. La première était plus obscure que les ténèbres même, et la seconde était aussi blanche que le plus beau coton. La fumée qui s’élevait en l’air semblait vouloir atteindre jusqu’à la voûte céleste. Les pierres qui la suivaient étaient converties en ponces par les flammes dévorantes et la grandeur de quelques-unes surpassait celle d’un bœuf. Ces pierres, après s’être élevées à peu près jusqu’à la porté d’une arbalète, retombaient ensuite, quelquefois sur le bord et quelquefois dans la bouche même du volcan. Il est vrai que la plupart ne pouvaient être aperçues dans leur élévation, tant la fumée était épaisse ; mais lorsqu’en retombant elles sortaient du sein de la fumée brûlante, elles témoignaient assez le lieu de leur séjour, par une odeur de soufre aussi forte que fétide, précisément comme ces pierres qui ont été lancées par une pièce d’artillerie et qui ont passé au travers d’une fumée de poudre à canon enflammée. Le limon était d’une couleur cendrée, etc. ; sa liquidité, d’abord très considérable, diminua successivement : sa quantité fut telle, qu’en moins de douze heures, avec le secours des pierres dont j’ai parlé, on vit s’élever une montagne de mille pas de hauteur : la circonférence de la base était de trois milles. Non seulement Puzzole et le pays voisin furent remplis de ce limon, mais encore la ville de Naples, qui vit dégrader en grande partie par ce fléau la beauté de ses palais. Les cendres furent portées jusqu’en Calabre, par la force des vents, brûlants dans leur passage les plantes et les plus grands arbres, et en renversant une grande partie par leur poids. Un nombre infini d’oiseaux et d’animaux de diverses espèces, couverts de cette cendre sulfureuse, se livrèrent eux-mêmes entre les mains des hommes. Cette éruption dura deux jours et deux nuits, sans intervalle, à la vérité avec une violence tantôt plus grande et tantôt moindre. Lorsqu’elle était dans la plus grande force, on entendait, même à Naples, un bruit ou plutôt un tonnerre semblable à celui d’une vigoureuse artillerie, dans le moment où un combat commence entre deux armées. Le troisième jour l’éruption cessa, de sorte que la montagne parut alors parfaitement découverte, au grand étonnement de tous les spectateurs.
La bouche du volcan était circulaire et avait environ un quart de mille de circonférence ; les pierres qui étaient retombées dans cette bouche y bouillaient comme fait l’eau dans un grand chaudron sur le feu.
Le quatrième jour, l’éruption recommença et le septième plus vivement encore ; mais toujours avec moins de violence que la première nuit. Ce fut alors que plusieurs personnes, qui se trouvèrent malheureusement sur la montagne, furent subitement couvertes de cendres ou étouffées par la fumée continue encore aujourd’hui, et vous voyez souvent, pendant la nuit, du feu au milieu de ses tourbillons.
Le cratère de Monte Nuovo est maintenant couvert d’arbrisseaux. « Mais en l’année 1770, je découvris au fond, dit Hamilton12, un petit trou parmi les buissons, d’où il sortait continuellement une vapeur chaude et humide, précisément semblable à celle de l’eau bouillante et avec aussi peu d’odeur à tous les buissons qui l’environnaient. »

  • 13 G. M. Della Torre. Histoire et phénomènes du Vésuve, Paris, J.-T. Hérissant. 1760.

22Le père Della Torre a rapporté dans son histoire du Vésuve des observations suivies sur l’éruption de ce volcan, qui se fit le 25 octobre 175113.

  • 14 Résidus solides provenant de la fusion de minerais ferreux et de la combustion de la houille.

Vers les quatre heures de la nuit, la montagne s’ouvrit avec un grand bruit, un peu au-dessus de l’Atrio, le feu ayant fendu en gros quartiers et renversé une ancienne lave couverte de sable qui lui faisait obstacle ; cette couverture sortit la matière de la lave semblable à du cristal fondu assez épais ; elle descendit sur le plan de l’Atrio del Cavallo, occupant un large espace ; son cours fut si rapide que le premier jour elle fit en huit heures quatre railles de chemin, jusqu’au vallon de Fluscio, qui n’était pas fort large, mais profond. La lave y était resserrée et coulait comme un torrent de matière fluide d’une certaine consistance. Le ciel était fort serein, mais l’air bien froid ; cependant la matière était visiblement en feu et paraissait comme un mur de cristal fondu qui s’avançait tout d’une pièce, et brûlait tous les arbres et les buissons qu’il rencontrait dans les côtés du vallon. Je me tenais, dit le père Della Torre, à 13 ou 14 pieds de la lave, dans le plan où il y avait encore des arbres et des vignes ; à cette distance je sentais une chaleur considérable, mais qui, loin de m’incommoder. me donnait au contraire des forces et de la vigueur : il fallait me garder surtout des pierres qui roulaient continuellement de la surface en bas. La lave était toute couverte de pierres de différentes grandeurs.
Le feu n’était pas visible sur la surface supérieure de la lave. Si cette matière rencontre en son chemin quelque obstacle, comme un gros caillou, elle s’arrête devant pendant un peu de temps, coulant toujours par les côtés, et passe ensuite par-dessus, quand elle est parvenue à sa hauteur. Si elle rencontre un arbre, elle l’entoure en continuant son chemin. S’il est sec, un moment après les feuilles s’enflamment tout à coup, le tronc se rompt et il est emporté par la lave, s’il est vert, les feuilles jaunissent d’abord, l’arbre se plie et se rompt pour l’ordinaire ; mais il ne prend feu qu’après avoir été entraîné fort loin par la lave. Les plus gros arbres ne se rompaient, ni ne se séparaient du tronc ; mais les feuilles se brûlaient peu à peu, et les branches avec une grande partie du tronc étaient converties en charbon. Il restait encore, après que la lave se fut refroidie, plusieurs de ces arbres sur pied, qui étaient presque entièrement réduits en charbon. Quelques habitants coupaient les arbres avant que le torrent y fut arrivé : dès que ce qui restait du tronc, était couvert de quelques pieds de matière, on voyait à cet endroit sortir d’entre les pierres, qui étaient sur la surface de la lave, une flamme vive et sifflante qui durait un peu de temps. Ce torrent de matière s’adaptait toujours à la capacité du lieu où il descendait ; se rétrécissant et se haussant là où le vallon était étroit, et s’élargissant et s’abaissant là où le vallon était spacieux. Le 27 octobre, la lave ne trouva pas de pente sensible, son cours se ralentit ; ainsi son mouvement progressif ayant diminué, et la surface extérieure s’étant refroidie considérablement, la lave commença à s’enfler, et à former des couches de différentes qualités de matières. Il y en avait de plates, longues et larges de 5, de 6, de 10, et même de 12 palmes, et épaisses d’1, de 2 ou de 3 pouces ; d’autres étaient convexes ; d’autres avaient la figure des ondes de la mer ; d’autres ressemblaient à des câbles de navire ; d’autres enfin à des boules un peu aplaties. La matière en était noire et légère comme le mâchefer14 : il y en avait de plus pesantes et de plus compactes ; quelques-unes étaient comme une brique brûlée : il se trouvait assez souvent sous ces couches, quand elles étaient hautes de 6 ou 7 palmes, une matière moins poreuse et plus solide, épaisse d’une ou deux palmes, qui est celle dont on se sert pour paver les rues de Naples, et qu’on nomme plus particulièrement lave. Je crois, dit Della Torre. qu’elle n’est pas différente de celle de dessus : mais le poids qu’elle porte la rend plus compacte et l’empêche de se gonfler. Car j’ai éprouvé plusieurs fois, qu’en en prenant avec un bâton pendant qu’elle est encore liquide et qu’elle coule sous les couches dont je viens de parler, et qu’en la délivrant ainsi du pied de la matière supérieure, elle devenait incontinent légère et spongieuse ; en un mot, qu’elle ne différait en rien de l’autre qui la couvre. La lave ne serait bientôt arrêtée et refroidie entièrement s’il n’était sorti continuellement du flanc de la montagne qui s’était ouverte une nouvelle matière, qui coulant sous celle qui était sortie la première et qui s’était refroidie à l’extérieur, la soulevait et la faisait avancer, non avec la vitesse et l’uniformité qu’elle avait dans le vallon, mais d’un mouvement lent, et comme des ondes fluides d’une certaine consistance. Le torrent paraissait dans certains moments sans mouvement et sans aucun signe extérieur de feu, tout irrégulier, haut dans des endroits, et bas dans d’autres ; mais un peu après, on voyait tomber des amas d’écume et de pierres les unes sur les autres, qui faisaient le même bruit que ferait un sac rempli de verre rompu que l’on renverserait par terre, et du milieu desquels on voyait sortir comme des langues de matière liquéfiée et enflammée. La lave continuait ainsi son chemin, mais d’un mouvement fort inégal.
Dans les montagnes spacieuses, elle marche de manière qu’elle se forme à elle-même un lit dont les bords sont élevés et solides, dans lequel elle coule dans toute la longueur du torrent, et où elle s’entretient liquide et toute en feu, pendant beaucoup de temps. Quand cette matière enflammée arrive au front du torrent et qu’elle y trouve une digue qu’il s’est formée à lui-même en se dilatant et en se refroidissant, elle la brise ou la fond en partie, jusqu’à ce qu’elle passe par-dessus, et elle poursuit ainsi son cours. Ce torrent de matière liquide, semblable à du cristal fondu, qui coulait au milieu de la lave, était tout en feu sur la superficie, quoique l’air froid y eût fait extérieurement une croûte très mince et moins enflammée, à travers laquelle on voyait le feu vif qui coulait dessous. On sentait, en se tenant sur les bords de ce lit que la lave s’était fait naturellement, une chaleur si considérable qu’on ne pouvait pas rester longtemps dans la même place. Si l’on regardait pendant la nuit la surface de la lave, même quelques jours après qu’elle s’était refroidie, on en voyait quelques flammes de soufre, qui s’éteignaient aussitôt. Ce qu’il y avait de plus remarquable dans ce torrent, c’est ce qui arrivait non seulement lorsqu’il rencontrait des pierres et des arbres, comme nous l’avons dit ci-dessus, mais encore lorsqu’il se trouvait des maisons sur son chemin. Il s’arrêtait, lorsqu’il n’était plus qu’à une palme des murs, et il se gonflait sensiblement ; ensuite il coulait par les côtés, en poursuivant son cours, et entourait la maison, mais sans y toucher : s’il rencontrait quelque porte fermée, alors le bois fortement échauffé par la chaleur de la matière, se noircissait, se convertissait en charbon et se consumait enfin. Ensuite on voyait entrer dans la chambre une pointe de lave, qui s’avançait de quelques palmes, en touchant les jambages de la porte, et n’allait pas plus loin. Il est vrai qu’il tomba une maison peu de temps après que la lave y fut arrivée ; mais ce ne fut que parce qu’il tomba de dessus la surface de la lave une pierre énorme de matière qui enfonça la voûte et fit écrouler la maison. Quoique le torrent dont j’ai parlé jusqu’à présent, se fût arrêté le 9 novembre 1751, il conserva néanmoins pendant longtemps une grande chaleur.

  • 15 Roche dont l’origine volcanique est discutée au xviiie siècle.
  • 16 Le terme, de sens très large à l’éoque, correspond ici aux pyroxènes et amphiboles des globules (s (...)

23Le basalte15 n’est pas poreux ; il ne porte aucun signe décisif de scorie : aussi a-t-on ignoré pendant longtemps qu’il fût un produit de volcan : on ne l’a reconnu pour tel que parce qu’il était entouré d’autres laves bien caractérisées. Le basalte est une lave compacte dans laquelle on aperçoit des points brillants à une grande lumière : ces petites parcelles ne pourraient désigner une lave qu’autant que l’on reconnaîtrait qu’elles auraient été vitrifiées ; mais des parcelles de schorl16, de quartz, de mica, etc. ont la même apparence : par conséquent le basalte ne présente aucun signe distinctif de lave. Il était très difficile de le distinguer des autres substances par des caractères apparents ou faciles à reconnaître.

  • 17 Daubenton fait ici référence à une classification qu’il adopte dans une des nombreuses éditions de (...)

24Je crois qu’il est possible de caractériser le basalte par la méthode que j’ai suivie pour distinguer les pierres. Il étincelle par le choc du briquet ainsi il ne peut être confondu qu’avec les pierres de la première classe, parce qu’elles jettent aussi des étincelles ; mais la cassure du basalte est grenue et ressemblante à celle de l’argile sèche ; ce caractère l’exclut de tous les genres de la première classe, excepté le dixième qui comprend les pierres argileuses, étincelantes sous le briquet17, Telles sont les schistes durs ; mais le basalte diffère des schistes en ce qu’il n’est pas feuilleté.

25Les basaltes sont en masses informes, en fragments, ou sous des figures régulières très remarquables et fort surprenantes.

26Les parties intérieures des courants de laves refroidies sont de basalte ; les scories se trouvent à l’extérieur ; pour voir une idée de la grande quantité des basaltes, il suffit de savoir que les courants de laves de l’Etna ont pour l’ordinaire sept ou huit lieues de longueur, sur deux ou trois lieues de largeur et cinquante pieds d’épaisseur.

  • 18 La Misnie ou Meissen est une région de la Saxe.

27Il y a des basaltes en prismes d’une seule pièce dans toute leur longueur, tels sont ceux de Stolpen en Misnie18.

  • 19 Toujours célèbres, ces prismes issus d’une ancienne coulée de basalte forment une voie baptisée Ch (...)

28D’autres basaltes sont composés de plusieurs pièces articulées bout à bout les unes au-dessus des autres ; il se trouve une très grande quantité de ces prismes dans le comté d’Antrim en Irlande19 ; les faces de leurs articulations sont convexes ou concaves, de manière que la convexité de l’une entre dans la concavité de l’autre. Le creux ou le relief de ces faces n’occupe pas toute leur étendue, il y a près de leurs bords une petite plate-bande dont la surface est à angle droit avec les côtés du prisme. Les arêtes des prismes sont plus ou moins longues que les faces ; celles qui sont plus longues forment par leurs extrémités une sorte de crochet qui correspond à une facette placée aux extrémités des arêtes plus courtes que les pans des prismes ; de sorte que les pièces qui manquent de crochets sont retenues par celles qui en ont.

29Les prismes ont depuis trois jusqu’à neuf faces, et peut-être plus ; ceux de cinq, de six et de sept faces sont les plus communs. Tous ces prismes sont placés les uns contre les autres, par groupes, souvent d’une très grande étendue ; ils se touchent de manière que chacun est environné d’autant de prismes qu’il y a de côtés. Mais ils ne sont pas tous de figure régulière ; il y en a qui ont des difformités.

30La longueur des prismes varie, depuis un pied jusqu’à cent et cent cinquante, et leur diamètre, depuis un pouce jusqu’à cinq, sept et douze pieds. Leur direction est ordinairement verticale, et il y en a d’inclinés à l’horizon.

  • 20 Les formes sphériques sont des basaltes en coussins appelés aussi pillow lava (de l’anglais pillow (...)

31Les basaltes ont aussi des formes sphériques ; elles ne sont guère moins fréquentes que les prismatiques20. Il y a beaucoup des boules de basalte qui sont composées de couches concentriques assez apparentes. Les basaltes en boules sont amoncelés les uns sur les autres ; la plupart ont des facettes, formées par la pression des boules voisines dans le temps où ils n’avaient pas encore été durcis en se refroidissant. Quelquefois les deux faces en contact sont planes ; d’autre fois l’une est concave et l’autre convexe. On trouve de ces basaltes globuleux qui sont fendus en deux parties à peu près égales, pyramidales ou trapézoïdes.

32Enfin, il y a des basaltes en forme de grandes tables, accumulées par paquets disposés dans tous les sens. Ces tables se touchent par des surfaces fort unies et fort lisses, comme celles des prismes ; elles ont ordinairement cinq ou six pieds de longueur sur deux ou trois de largeur ; leur épaisseur est depuis quatre pouces jusqu’à onze.

33Lorsque les basaltes en boule, en prismes, ou en tables, se sont rencontrés avant d’être durcis, l’empreinte des parties qui se sont touchées est restée sur ceux qui étaient les moins durs.

  • 21 « Sur l’origine et la nature du basalte... ». art. cité, p. 705-768.

34Quelques auteurs ont prétendu que les prismes de basaltes étaient des cristallisations, mais on a renoncé à cette opinion, en voyant que les deux faces de deux prismes qui se touchaient portaient l’empreinte l’une de l’autre : preuve évidente que ces prismes se sont formés dans une masse de lave liquide, lorsqu’elle s’est fendue en se refroidissant. En 1771, Desmarest prouva dans un mémoire, lu à l’Académie des sciences, que les prismes de basaltes étaient des produits de volcan : il avait fait cette découverte dans les montagnes d’Auvergne, où il y a beaucoup de volcans éteints21.

35La partie du globe de la Terre qui est sous les eaux de la mer a des volcans, de même que les parties qui forment les continents ; ces volcans appelés sous-marins échauffent l’eau de la mer dans les endroits où ils se trouvent, la font bouillonner et jettent quelquefois de la fumée et de la flamme au-dessus de la surface de l’eau ; ils lancent aussi des matières, comme les autres volcans, et forment des montagnes dans la mer ; ces montagnes s’élèvent peu à peu, et quelques-unes montrent au-dessus de l’eau leur sommet qui devient une île.

  • 22 Dans son Histoire naturelle. III. 93. Pline cite une île « appelée autrefois Thérasia et maintenan (...)

36La plus fameuse de ces îles est celle de Santorin. Sénèque rapporte que de son temps, au commencement de l’ère chrétienne, l’île de Thérasie, aujourd’hui Santorin, parut tout à coup à la vue des mariniers. Pline, au chapitre 8922, dit que l’île d’Hiéra, près de Thérasie, fut formée de masses ferrugineuses et de terres lancées du fond de la mer. Le père Bourgnon, jésuite, missionnaire à Santorin, a fait les observations suivantes sur un écueil qui sortait de la mer à quelque distance de l’île de Santorin :

  • Voyez l’Histoire de l’Académie royale des sciences [1708], Paris, Jean Boudot, 1709, p. 23-25.

Le 23 mai 1707, au lever du soleil, on vit de Santorin, à deux ou trois milles en mer, comme un rocher flottant, que l’on avait point encore vu. Quelques-uns y allèrent. Ils furent bien surpris de trouver un nouvel écueil, et ils eurent assez de hardiesse pour y descendre, quoiqu’il fût encore tout mouvant, et qu’il augmentât presque sensiblement sous leurs pieds. On avait eu un petit tremblement de terre dans Santorin, deux jours avant la naissance de cet écueil. Il augmenta très sensiblement, tant en largeur qu’en hauteur, jusqu’au 13 ou 14 juin, sans que cet accroissement fût accompagné d’aucun accident. Il avait alors près d’un demi-mille de circuit, et 20 ou 25 pieds de haut ; il était rond et blanc ; la terre en était légère, et tenait un peu de l’argile.
On commençait à croire que ce nouvel enfantement de la nature était fini ; mais les eaux de la mer vinrent à se troubler de jour en jour plus sensiblement et à se teindre de diverses matières minérales, entre lesquelles le soufre dominait ; les flots avaient une agitation et un bouillonnement qui venait du fond ; ceux qui voulaient approcher de la nouvelle île y sentaient une chaleur immodérée qui en défendait l’accès ; enfin il se répandait dans l’air une puanteur qui infectait toute l’île de Santorin et en incommodait extrêmement les habitants ; tout cela annonçait, à cet endroit du monde, quelque changement terrible, et l’épouvante régnait dans tous les esprits. En effet on vit, le Î6 juillet, au coucher du soleil, une grande chaîne de 17 ou 18 rochers, noirs et obscurs, un peu séparés les uns des autres, qui sortaient du fond de la mer vers la nouvelle île, et qui semblaient devoir bientôt s’unir et entre eux et avec elle ; ce qui arriva effectivement quelques jours après. Le 18 il en sortit, pour la première fois, une fumée très épaisse, et on entendit des bruits qui partaient du fond de la nouvelle terre, d’autant plus menaçants, qu’ils étaient encore plus sourds. Le 19, le feu commença à paraître fort faible d’abord, mais il augmenta continuellement toutes les nuits. La nouvelle île paraissait n’être formée que d’un grand nombre de fourneaux qui vomissaient des flammes, et comme si le ciel eût voulu contribuer à cette affreuse illumination, on vit, dans une nuit, à la fin de juillet, mais pendant peu de moments, une lance toute de feu, qui volait en l’air d’orient en occident.
Pendant ce temps-là, l’île qui venait de naître prenait de grands accroissements, même en hauteur : elles étaient plus chargées de soufre et de vitriol et l’infection était si grande dans Santorin que l’on n’y respirait plus, surtout quand le vent y poussait la fumée. Vers la fin d’août, les bruits souterrains devinrent plus fréquents et si terribles qu’ils égalaient celui de six ou sept gros canons qu’on aurait tirés tout à la fois.

Notes

1 Nicolas Lémery (1645-1715) : docteur en médecine de l’université de Rouen, apothicaire de Louis XIV, premier titulaire de la chaire de chimie à l’Académie des sciences en 1699. « Explication physique et chimique des feux souterrains, des tremblements de terre, des ouragans, des éclairs, et du tonnerre », Mémoires de l’Académie royale des sciences, 1703, p. 103. Son expérience est citée dans le Dictionnaire de chimie de Macquer, Paris, Didot, 1778, p. 294.

2 Efflorescence : hydratation conduisant à la rupture des réseaux cristallins.

3 Pierre-Joseph Macquer (1718-1784), docteur en médecine de la faculté de Paris, professeur de chimie au Jardin du roi. Entre à l’Académie des sciences en 1745 comme adjoint chimiste.

4 Balthazar-Georges Sage (1740-1824) : apothicaire privilégié, chimiste, minéralogiste. Fondateur de la première École des mines à Paris, il remplace Macquer à sa mort le 21 mars 1784 comme pensionnaire chimiste. Analyse chimique et concordance des trois règnes, Paris, Imprimerie royale, 1786, t. 3, p. 47-48. « La pierre attrementaire, connue sous le nom d’ampelitis, ne diffère presque point de la terre noire de Beaurin ; elle se vitriolise à l’air, et peut s’enflammer si on la laisse exposée en grand tas à l’air libre. ».

5 Mélange de plusieurs sulfures de potassium.

6 Sulfure de fer. Le terme vitriol est remplacé par celui de sulfure dans le seconde moitié du xixe siècle.

7 Oxyde de fer ou, plus largement, toute substance contenant du fer.

8 Safran de mars apéritif : poudre rouge, essentiellement composée de péroxyde de fer, issue de l’exposition à l’humidité de carbonate de fer.

9 Père Athanasius Kircher (1602-1680). Connu pour ses travaux sur la composition de la terre, il écrit un Mundus subterraneus (Amsterdam, J. Janssonius et E. Weyerstraten, 1665) dont les observations serviront de référence à de nombreux naturalistes postérieurs, notamment Buffon, et ici Daubenton.

10 Giovanni Maria Della Torre (1710-1782). Correspondant de l’abbé Nollet à l’Académie des sciences de Paris. Religieux somasque, physicien et naturaliste, professeur de philosophie à Naples et bibliothécaire du roi de Sicile.

11 Pietro Giacomo di Toledo, Ragionamento del terremoto, del nuovo monte, del aprimento di terra in Pozuolo nel anno 1538, e de la significatione d’essi, Naples, G. B. Pino, 1539.

12 William Hamilton (1730-1803), archéologue et géologue écossais et grand collectionneur de vases antiques. Il escalada plus d’une vingtaine de fois le Vésuve dont il décrivit les éruptions dans de nombreux articles.

13 G. M. Della Torre. Histoire et phénomènes du Vésuve, Paris, J.-T. Hérissant. 1760.

14 Résidus solides provenant de la fusion de minerais ferreux et de la combustion de la houille.

15 Roche dont l’origine volcanique est discutée au xviiie siècle.

16 Le terme, de sens très large à l’éoque, correspond ici aux pyroxènes et amphiboles des globules (schorl spathique).

17 Daubenton fait ici référence à une classification qu’il adopte dans une des nombreuses éditions de son Tableau méthodique des minéraux.

18 La Misnie ou Meissen est une région de la Saxe.

19 Toujours célèbres, ces prismes issus d’une ancienne coulée de basalte forment une voie baptisée Chaussée des géants.

20 Les formes sphériques sont des basaltes en coussins appelés aussi pillow lava (de l’anglais pillow : oreiller).

21 « Sur l’origine et la nature du basalte... ». art. cité, p. 705-768.

22 Dans son Histoire naturelle. III. 93. Pline cite une île « appelée autrefois Thérasia et maintenant Hiéra, parce qu’elle est consacrée à Vulcain ; il s’y trouve une colline qui vomit des flammes pendant la nuit ». Ces passages sont recopiés de Buffon.

Notes de fin

* Voyez le Dictionnaire de chimie au mot pyrite. [« Cette altération et décomposition spontanée des pyrites s’appelle efflorescence et vitriolisation ; parce que les pyrites se couvrent, quand elles l’éprouvent, d’une espèce de poussière ou de sueur saline, et qu’il en résulte toujours un vitriol. » t. 3, p. 294.]

Voyez l’Histoire de l’Académie royale des sciences [1708], Paris, Jean Boudot, 1709, p. 23-25.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540