Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Quatrième leçon

2 ventôse/20 février

Texte intégral

1Sur les voyages et les théories des naturalistes

2Le temps des voyages n’est pas favorable aux premières études de l’histoire naturelle ; elles demandent la tranquillité nécessaire, pour apprendre les éléments de cette science, pour méditer sur ses principes, et pour en faire une juste application. Il faut voir les productions de la nature et les comparer les unes aux autres pour bien entendre les préceptes qui se trouvent dans les livres ou qui sont transmis par la voix des instituteurs. Les objets les plus faciles à trouver sont les premiers qu’il convient d’observer. En allant en chercher d’autres plus loin, on perdrait un temps précieux pour l’étude, et de longues distractions en arrêteraient les progrès.

  • 1 Daubenton exprime une fois de plus ici sa méfiance vis-à-vis des systèmes.

3Il n’y a point de pays ou la nature ne nous présente des productions assez variées pour nous exercer dans nos premières études. En contemplant ces objets, en considérant les rapports qu’ils ont entre eux, et principalement les différences qui les caractérisent chacun en particulier, nous apprenons à observer tout le reste de la nature. Ces premières observations étant méditées suffisent pour nous instruire dans l’art des divisions méthodiques, si commodes, si utiles, si nécessaires pour faciliter et pour assurer les premiers pas que nous faisons dans la carrière de l’histoire naturelle. Mais cet art est souvent trompeur ; il nous donne de faux indices ; il nous entraîne dans des routes où nous croyons suivre la marche de la nature, tandis qu’il nous livre à ses prestiges. Que de jeunes gens, que de gens plus expérimentés, trop avides de connaissances, marchent à grand pas et s’égarent, parce qu’ils ne font pas assez de réflexion ! Conduits par la chimère de l’ordre direct et du système de la nature1, ils perdent bientôt la lumière de la science, et tombent dans l’obscurité.

4Une étude profonde et réfléchie est le seul moyen de nous préserver de ces dangers. Il faut y donner tout le temps nécessaire dès les commencements, pour bien connaître le génie de la science avant de parcourir un grand nombre de ses objets de détail.

5Lorsqu’on est en état de les comparer les uns aux autres dans leurs rapports, et dans leurs différences, c’est alors qu’il faut visiter différents pays.

  • 2 Plaidoyer pour un voyage intérieur vers les collections européennes. On connaît l’importance de ce (...)

6Heureux le naturaliste déjà initié dans la science, qui se trouve à portée d’étudier dans ces cabinets où l’on rassemble les productions de la nature, de tous les pays et de tous les genres ! S’il est éloigné de ces collections, son premier voyage doit être pour s’en approcher2.

7Si l’on entreprenait d’étudier dans des cabinets sans avoir acquis assez de connaissances préliminaires, on serait fatigué par la multitude des objets, sans pouvoir les connaître par leurs caractères distinctifs.

8Cependant, il y a un moyen de faciliter l’étude dans les plus nombreuses collections, c’est de les ranger méthodiquement. Il faut séparer non seulement les grandes divisions de productions de la nature, mais aussi leurs ordres, leurs classes et leurs genres, ne présenter successivement qu’un individu de chaque espèce, ou que les principales variétés de chaque sorte. De cette manière, la plus grande collection devient une suite méthodique ; le plus vaste cabinet d’histoire naturelle est un livre ouvert, dont vous n’avez jamais sous les yeux qu’une page à la fois. C’est un livre élémentaire qui est composé de choses réelles, qui montre les objets de la nature, et rappelle les principes de la science.

9Ceux qui se proposent d’aller observer et recueillir les productions de la nature en différents pays doivent préluder sur ces recherches dans les cabinets d’histoire naturelle. On y a prévenu leurs désirs ; on y a rassemblé des choses qu’ils ne rencontreraient qu’après avoir parcouru les deux mondes. Ils peuvent se familiariser d’avance avec des objets qu’ils ont intention de voir dans le sein de la nature.

10L’étude des cabinets ne dispense pas de celles des livres. La description qu’un bon naturaliste a faite d’une production de la nature nous y fait voir des caractères qui auraient peut-être échappé à nos yeux. Mais il est souvent très difficile de reconnaître l’objet qui a été décrit.

11On est arrêté par deux grands obstacles dans l’étude de la plupart des auteurs qui ont fait des divisions méthodiques ou des descriptions. Il y a dans les uns plus de dénominations qu’il ne se trouve de choses réellement existantes dans la nature. Les autres ont fait des descriptions incomplètes et fautives, en ce qu’elles n’indiquent pas les caractères propres à leurs objets. Ces deux fautes rendent l’étude très pénible et font perdre beaucoup de temps ; on ne peut découvrir ces objets qu’après de longues et fastidieuses recherches, pour comparer les descriptions faites par différents auteurs. Cette discussion est plus difficile pour les minéraux que pour les végétaux et les animaux, parce qu’il y a des figures de ceux-ci qui aident à les faire reconnaître. Mais on a beau dessiner ou enluminer des minéraux, ils sont encore moins reconnaissables par leurs figures que par leurs descriptions, excepté les cristallisations.

12Quels seront les moyens d’éviter une si grande perte de temps ? Il n’y en a qu’un : c’est de profiter des connaissances acquises par un naturaliste vivant qui puisse déterminer et simplifier les principes de la science, qui fasse l’application de ses préceptes et qui montre les choses qu’il dénomme. Voilà les moyens qui peuvent servir aux naturalistes, et les disposer à faire des voyages profitables pour eux-mêmes, pour la science. Je viens de leur indiquer la marche de leurs études ; je vais en prouver la nécessité, en exposant les grands inconvénients qui résultent des observations de voyageurs qui n’ont pas acquis toutes les connaissances qui leur étaient nécessaires avant d’entreprendre leurs voyages.

13Il y a peu de relations de voyageurs que l’on puisse lire sans regretter qu’ils n’aient pas été assez instruits pour les rendre plus intelligibles. Il en est des voyageurs, comme des chimistes ; s’ils ne caractérisent pas l’objet qu’ils décrivent ou qu’ils veulent analyser, à l’exclusion de tout autre, leur travail est en pure perte, parce que l’on ne pourra jamais reconnaître les choses qu’ils auront décrites ou analysées.

14Lorsque les voyageurs ont donné des noms équivoques à des productions de la nature, on ne sait, en lisant leurs relations, à quel objet rapporter ces noms ; on reste dans le doute, sans pouvoir en sortir. Le voyageur lui-même, quand on serait à portée de l’interroger, ne désignerait guère mieux, par ses réponses, les choses qu’il aurait mal dénommées.

  • 3 Ces ouvrages de référence sur les grands groupes zoologiques sont les suivants : Mathurin-Jacques (...)

15Ce grand inconvénient n’est que trop fréquent dans presque toutes les relations des voyageurs naturalistes, parce qu’ils n’ont pas assez étudié les règles de la nomenclature, telles qu’ils auraient pu les apprendre dans les ouvrages de Brisson, de Linné et d’Eixlében, pour les quadrupèdes vivipares et les cétacés ; de Brisson et de Mauduit pour les oiseaux ; de Laurent et de Lacepède pour les quadrupèdes ovipares et les serpents ; d’Artedi et Linné pour les poissons ; de Geoffroy, de Mauduit et d’Olivier pour les insectes ; de Lister pour les coquilles ; de Pallas pour les lithophytes, les madrépores, etc. ; de Tournefort et de Linné pour les plantes ; de Wallerius, dans sa minéralogie latine, et de Mongez dans la sciagraphie pour les minéraux et de Fourcroy dans ses éléments d’histoire naturelle, etc. 3

16Il y aurait trop peu de voyageurs pour faire des observations d’histoire naturelle, si l’on exigeait d’eux qu’ils fussent bien instruits dans toutes les parties de cette science. Mais il faut absolument qu’ils le soient assez, pour se faire entendre clairement dans leurs relations.

17Il n’est pas nécessaire de retenir de mémoire toutes les divisions d’une méthode de nomenclature, ou d’avoir toujours des livres à consulter ; il suffit de les avoir bien étudiés pour connaître les principes des méthodes, et par conséquent les caractères qui peuvent distinguer une chose de toute autre. Si l’on expose ces caractères dans les descriptions, on fera connaître la chose, quand même on lui donnerait une mauvaise dénomination.

18La minéralogie est la partie de l’histoire naturelle la moins connue de la plupart des voyageurs ; aussi n’avons-nous guère de connaissances sur les minéraux de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique, excepté ceux qui sont des objets de commerce plutôt que d’histoire naturelle. Il y a en Europe des minéraux qui ont été décrits, et que l’on a peine à reconnaître, parce que leurs descriptions n’expriment que des caractères équivoques. Combien y a-t-il encore de sortes de minéraux à découvrir ! Cette riche moisson est en grande partie réservée aux voyageurs naturalistes. Ce grand objet doit exciter leur émulation, pour se mettre en état, par leurs études, de ne rien laisser échapper de tout ce qui se trouvera sous leurs yeux et qui méritera d’être observé.

19Pour acquérir des connaissances aussi étendues et aussi sûres, il faudrait peut-être plus de temps que n’en auraient la plupart des gens qui se destinent à faire des voyages. J’ai un conseil à leur donner, qui peut suppléer, à un certain point, les connaissances qui leur manqueront, ou au moins les décider dans des cas douteux.

20C’est d’avoir avec eux, dans leurs voyages, une suite de petits échantillons de minéraux les plus difficiles à connaître. Ces échantillons seront en petit nombre et peu volumineux ; il suffira qu’ils aient au plus la grosseur d’une noix pour être bien caractérisés, s’ils sont bien choisis.

  • 4 Daubenton possédait une collection personnelle et il existait à Paris un marché pour de tels échan (...)

21Il se trouvera dans Paris, et sans doute ailleurs, des marchands qui feront de ces collections abrégées et même des collections entières, et qui pourront en donner à un prix modique4. Je prévois qu’il y manquera toujours quelques articles ; il y a des minéraux chers, dont on ne peut avoir que par hasard des échantillons à bas prix et bien caractérisés. Il y en a d’autres qui ne sont communs que dans des pays éloignés, et qui ne sont pas à portée de nos marchands, lorsqu’ils en ont besoin. Il ne faut pas mépriser une collection parce qu’il s’y trouve quelques lacunes ; elles sont inévitables, mais il y a lieu d’espérer de les remplir dans un autre temps.

  • 5 Marbre vert foncé taché de blanc, d’où sa ressemblance avec la serpentine, nommée ici serpentin.
  • 6 Le terme, réservé aujourd’hui à une variété noire de tourmaline, est employé dans un sens plus lar (...)
  • 7 Sont nommés spath les minéraux à structure lamellaire et brillante (calcite, feldspath, micas, etc (...)
  • 8 Nicolas Desmarest (1725-1815), naturaliste, géologue et minéralogiste. Entré à l’Académie des scie (...)

22Supposons qu’un voyageur trouve une pierre ou un minerai qui lui paraisse équivoque entre deux genres ou entre deux sortes. En comparant cet objet incertain avec ses échantillons bien étiquetés, il aura la satisfaction de sortir d’un doute pénible et de mettre sur son journal une dénomination exacte. Par exemple, l’ophite5 qui est une pierre peu connue, mais qui a beaucoup de rapport avec le serpentin, qui est plus connu, parce qu’on l’emploie pour en faire des vases, des colonnes et pour la décoration des édifices publics ; l’ophite est une pierre mélangée de schorl6 et de spath étincelant7 ; elle diffère du serpentin en ce que celui-ci est composé de substance quartzeuse et de schorl. Mais il y a plusieurs variétés dans l’ophite ; elles consistent dans la grandeur et la figure des taches formées par le spath étincelant et par différentes couleurs de ces taches et du schorl qui les réunit. Il y a des ophites, dont les taches sont plus ou moins grandes et de couleurs grise, verdâtre ou jaunâtre sur un fond noirâtre. Ces différences viennent des différents degrés de pureté du spath étincelant qui forme les taches, et du schorl qui les entoure : le plus pur dans les ophites est le basalte antique reconnu par Desmarets8.

23Un voyageur qui rencontre une ophite et qui se contente de la nommer sans en faire la description dans son journal laisse beaucoup à désirer ; ou plutôt il ne donne qu’une idée vague de cette pierre. On peut même douter s’il a appliqué cette dénomination à une vraie ophite ; au lieu que s’il avait exposé quelques circonstances du mélange du schorl avec le spath étincelant, on serait pleinement satisfait.

24Les cailloux roulés qui se trouvent dans les lits que les rivières parcourent ou dans ceux qu’elles ont abandonnés sont souvent très variés et peuvent fournir plusieurs sortes de minéraux, principalement lorsque les fleuves les ont entraînés de loin, et lorsqu’il s’est trouvé sur leur route des matières de différentes natures. Quand un voyageur rencontre des amas de cailloux roulés, c’est là qu’il doit faire usage de ses connaissances en minéralogie : il ne peut être trop instruit pour bien distinguer les différentes sortes de pierres ou de mines qui sont rassemblées sous ses yeux.

25Les pierres et les morceaux de mines qui ont été charriés par les rivières sont en partie usés par le frottement ; ils sont émoussés et arrondis, leur surface est à demi polie. Lorsqu’ils sont mouillés, on voit leur couleur ; lorsqu’ils sont secs, on aperçoit leurs reflets brillants ou chatoyants, et leurs pores s’ils en ont. On voit les parties qui ont plus ou moins résisté au frottement, et qui par conséquent sont plus ou moins dures. Il y a plusieurs de ces minéraux que l’on peut reconnaître à l’inspection de leur surface extérieure ; mais il s’en trouve beaucoup d’autres qu’il faut casser pour juger de leur nature et pour distinguer les différentes matières dont ils sont composés.

26Nous devons applaudir au zèle des naturalistes qui se proposent de faire de grands voyages. Je voudrais contribuer à leur gloire et à l’avancement de l’histoire naturelle en les exhortant à prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer le succès de leurs recherches et l’utilité de leurs observations. Si l’on se représente en lisant la plupart des relations des voyages toutes les peines qu’ils ont causées, tous les dangers qu’ils ont occasionnés ; si l’on considère en même temps le peu d’instruction que l’on peut tirer de ces relations, on regrette que tant de patience et d’efforts, tant de constance et courage aient produit si peu de bonnes observations au milieu d’un si grand nombre d’objets intéressants. C’est pour la minéralogie que les voyageurs doivent espérer de faire le plus de découvertes : lorsqu’ils seront assez instruits pour choisir en Asie, en Afrique ou en Amérique des minéraux qui nous soient inconnus, ils feront une ample récolte et ils auront l’avantage d’illustrer leur nom parmi les naturalistes.

Théorie des naturalistes9

  • 9 Ce plaidoyer en faveur de l’observation et contre les systèmes s’appuie sur Buffon, lui même tradu (...)

27Il y a deux moyens très différents pour contribuer au progrès de l’histoire naturelle : le premier et le plus employé est de faire des recherches sur des objets particuliers, pour tâcher de découvrir leurs qualités et leurs propriétés. L’autre moyen est de comparer et de combiner toutes les connaissances acquises en histoire naturelle pour établir une théorie ou un système général qui puisse expliquer la génération, l’accroissement et la mort des êtres organisés, l’origine, la formation, l’agrandissement et la destruction des êtres bruts.

28Un projet si vaste et si grand demande toutes les ressources du génie dans le naturaliste qui entreprend de l’exécuter. Aussi l’a-t-on comparé à un architecte qui élève un grand édifice et l’on a regardé les naturalistes occupés d’observations particulières comme des ouvriers qui fournissaient des matériaux à l’architecte pour la construction de son édifice.

29Cette idée n’est pas juste : l’observateur, en faisant une découverte, en tire des conséquences qui répandent de la lumière sur des objets analogues à son sujet. Il donne plus que des matériaux pour la construction de l’édifice ; il les lie les uns aux autres et il forme des parties complètes, solides et bien proportionnées. Il n’apporte pas la pierre brute ; il a fait une colonne, un pilastre ou un fronton dans toutes leurs dimensions : il aurait élevé le portique s’il n’avait connu quelque défaut de liaison ou de proportion qui l’a déterminé à faire de nouveaux efforts pour cimenter son ouvrage et pour le rendre plus parfait.

30Au contraire, on ne ferait jamais de théorie complète, ni de système général sur les productions de la nature, si l’on s’arrêtait aux difficultés que l’on ne peut vaincre. Mais on se prévient pour son système, on exagère les faits qui le favorisent, on déprime ceux qui le contrarient, on les rejette comme suspects : par cette méthode, on s’accoutume à se tromper soi-même, et l’on ne donne que des preuves équivoques pour base à un système qui ne pourra soutenir un examen impartial.

31Aussi, de toutes les théories, de tous les systèmes qui sont relatifs à l’histoire naturelle, aucun ne s’est soutenu contre les objections qui y ont été faites d’après des observations exactes, excepté la théorie de Newton sur le cours des planètes. La raison de cette exception est sans réplique : la théorie de Newton a pour principe fondamental la loi de la gravitation universelle. Cette loi soumise au calcul conduit à des résultats qui se trouvent parfaitement conformes à ceux que donne le cours des planètes, et qui expliquent jusqu’aux plus petites inégalités auxquelles ces astres sont sujets en conséquence de leurs attractions mutuelles.

32Au contraire, les théories et les systèmes d’histoire naturelle qui ne sont pas susceptibles de démonstration mathématique ne pouvaient avoir pour fondements que des faits, dont plusieurs, effacés par les révolutions de la nature, se perdent dans la nuit des temps et dont les autres n’ayant été observés que dans des lieux particuliers, peuvent être démentis par des faits contraires, observés dans des lieux différents. Par conséquent, la théorie qui paraît la mieux fondée peut être ébranlée par une seule observation et renversée par un seul fait bien prouvé. Cette considération réduit à de simples hypothèses toutes les théories dont les principes ne sont pas appuyés sur des preuves rigoureuses.

33On peut comparer ici ces hypothèses aux méthodes ou distributions méthodiques des productions de la nature, en classe, genres, etc. J’ai déjà prouvé que ces méthodes sont utiles quoique fautives ; il en est de même de théories quoique mal fondées ; elles ont aussi leur utilité, si on ne leur donne pas trop de confiance.

34Les théories en histoire naturelle ne sont pas de vraies théories, mais seulement de simples projets de théories sujets à des changements plus ou moins grands et même à un entier renversement. C’est un ensemble de faits dont on a tiré des résultats et des conséquences : parmi les faits, il y en a de vrais et de faux, et d’autres plus ou moins vraisemblables, mais qui peuvent se trouver faux dans la suite, par de nouvelles observations ou de meilleurs raisonnements. Il ne faut regarder ces théories que comme un tableau fait à la hâte qui donne des idées des connaissances actuelles en histoire naturelle. C’est une jouissance anticipée dont nous serions privés s’il n’y avait des auteurs entreprenants à qui nous avons d’autant plus d’obligation qu’ils sont toujours exposés au désagrément des nouvelles objections.

35Le naturaliste voyageur ne courra pas ces risques s’il s’en tient prudemment à faire des observations particulières. Le succès de son travail sera assuré s’il se défie de toute conjecture pour ne croire que ce qu’il aura bien vu, s’il ne tire aucune conséquence qui ne soit fondée sur des preuves évidentes. Toute description des objets de l’histoire naturelle est incomplète et fautive lorsqu’elle ne présente pas le caractère propre de chaque objet qui puisse le faire reconnaître à l’exclusion de tout autre : cette condition essentielle est difficile à remplir, car elle suppose un naturaliste fort instruit.

36Celui qui voyage doit profiter de l’avantage qu’il a de voir les productions de la nature dans le lieu de leur naissance ou de leur formation. Les premières observations auront pour objet la manière dont les animaux se nourrissent et se logent, leurs différences pour l’âge ou le sexe, etc., la nature et les qualités des terrains où les plantes se trouvent. Il est très difficile de reconnaître les qualités d’un terrain par rapport à la végétation ; jusqu’à présent on n’en peut mieux juger que par l’état des plantes qui y croissent.

37On peut voir les minéraux dans le lieu de leur formation, en différents degrés de leur accroissement et en assez grand nombre de même sorte, pour y découvrir quelques indices de leur structure intérieure et de nouvelles variétés de leur forme extérieure : les minéraux qui se trouvent près les uns des autres peuvent avoir entre eux des rapports qu’il ne faut pas négliger.

38Ces observations étant faites avec exactitude concourront à l’avancement de la science, chacune en particulier ; mais s’il résulte de leur ensemble une conséquence bien prouvée, le progrès de la science en sera d’autant plus étendu : dans l’un et l’autre cas, on n’aura pas à craindre de mettre l’erreur au lieu de la vérité.

  • 10 Le problème de la confiance à accorder aux observations des voyageurs justifie l’intérêt des colle (...)

39La même sécurité serait dangereuse lorsqu’on entreprend de faire une grande théorie ou un système général : il faut, pour en établir la base, un trop grand nombre d’observations pour que l’on puisse les faire par soi-même ; on ne peut pas même vérifier toutes celles que l’on est obligé d’adopter10. Comment compter sur la vérité de tant de faits empruntés d’autrui, sans en connaître précisément la valeur ? Cependant, on est obligé d’en tirer des conséquences qui se déduisent les uns des autres, et qui ne sont justes qu’autant que les faits dont elles dérivent sont vrais.

40Les productions de la nature sont sujettes à beaucoup de variétés ; il n’y a aucune dimension constante dans les parties dont les animaux sont composés, leur longueur, leur direction et leur diamètre éprouvent de grands changements, dont les uns très fréquents sont causés par le mouvement, et les autres forts lents viennent des différents âges de la vie. Les plantes sont sujettes à beaucoup de variations dépendantes de la température des climats, de l’inconstance des saisons et des qualités du terrain. Les minéraux se mêlent les uns avec les autres ; l’eau, le vent, les volcans les déplacent ; les mouvements souterrains les bouleversent, le temps les détruit. Tant de changements ne laissent point de données fixes pour le calcul ; par conséquent les théories, ni les systèmes sur les productions de la nature, ne peuvent pas avoir des preuves rigoureuses de mathématique.

41Lorsqu’un naturaliste voyageur voudra faire une théorie de la Terre, un système sur la disposition des parties de ce globe, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, et sur les changements qui y sont arrivés depuis son état primitif, ce naturaliste pourra visiter une partie de la surface de la Terre. Mais ce ne sera qu’une très petite partie : il pourra descendre dans des mines de Suède, à la profondeur de quatre cents toises, et monter sur le sommet des Cordillères, à trois mille six cents toises de hauteur ; ces quatre mille toises ne font que deux petites lieues, qui ne sont pas la sept cent cinquantième partie du demi-diamètre de la Terre. Des observations à tant de hauteur, ou de profondeur, ne peuvent se faire que dans quelques endroits du globe. Mais il y a beaucoup de grandes montagnes, quoique moins élevées que les Cordillères, et beaucoup de grandes excavations, quoique moins profondes que les mines de Suède, qui favorisent des observations. Cependant, on n’en peut rien conclure relativement au centre de la Terre. L’eau creuse continuellement des ravins qui découvrent quelques parties de l’intérieur de ce globe : mais l’eau, en creusant les ravins, délaie les terres, et mine les rochers et les schistes des montagnes, les entraîne dans les plaines, les divise et les réduit en terre ou en sable. Ces grandes opérations de l’eau, en déplaçant et bouleversant les parties extérieures du globe, présentent de grandes difficultés aux naturalistes, pour distinguer les minéraux qui ont été transportés et amoncelés ou déposés par l’eau, et ceux qui ne montrent pas les mêmes apparences des opérations de l’eau et que l’on regarde comme minéraux primitifs ou de première formation. Il est aussi très difficile de reconnaître tous les minéraux qui sont des produits de volcans.

  • 11 Daubenton suit Buffon, pour qui il faut décrire plutôt que faire usage de son imagination, « car n (...)

42Je conseille aux naturalistes qui se proposent de faire des théories, des systèmes, des hypothèses, de ne pas négliger les observations particulières. Leurs résultats peuvent être mieux prouvés, et ne sont pas sujets à autant d’objections, que de longues suites d’observations, de faits, de conséquences, de raisonnements et même de suppositions, que l’on est obligé d’employer pour expliquer de grandes opérations de la nature11. Jusqu’à présent nous avons peu de connaissances sur la plupart de ces opérations ; il n’est pas encore possible d’en découvrir les causes et les agents : peut-être seront-ils toujours inconnus. Un nouveau fait observé sur les productions de la nature peut détruire le système qui paraît le mieux fondé ; l’auteur est toujours exposé à la contradiction, et s’il n’est pas assez sage pour rester en silence, il entre dans des disputes qui n’ont point de fin.

43Mon objet n’est pas de décourager les naturalistes qui veulent faire des théories et des systèmes : au contraire, après leur avoir exposé les obstacles qu’ils rencontreront et les risques qu’ils courent, je vais leur exposer les succès qu’ils peuvent avoir dans ce genre de travail.

44Autrefois, on s’empressait de tout expliquer ; à présent on est dans l’extrême opposé : on répugne à toute idée systématique. Cependant, si l’on considère, sans prévention, l’ensemble d’un système, on verra que c’est un composé de faits connus sur quelque partie de l’histoire naturelle, et liés entre eux, à l’aide d’une hypothèse. En combinant ces faits les uns avec les autres, on tâche de rassembler ceux qui concourent, en plus grand nombre, à l’explication que l’on cherche : quand même on serait obligé de faire quelques suppositions, elles ne sont pas à rejeter si elles sont vraisemblables, car il en résulte un avantage qui est de parfaire la théorie ou le système. L’exposé de cet ensemble présente des connaissances qui ont été acquises sur l’objet que l’on traite, et des conséquences que l’on en peut déduire. Voilà donc l’utilité que l’on peut tirer des théories et des systèmes. S’ils sont écrits avec élégance et clarté, leur lecture sera aussi agréable qu’instructive ; s’ils sont conçus et exposés par un homme qui ait autant de force dans le style que dans les idées, ils seront reçus avec applaudissement, et l’auteur jouira d’une réputation.

Notes

1 Daubenton exprime une fois de plus ici sa méfiance vis-à-vis des systèmes.

2 Plaidoyer pour un voyage intérieur vers les collections européennes. On connaît l’importance de ces voyages dans l’œuvre de Linné. Daubenton parle ici en tant que démonstrateur du cabinet du Muséum : il préconise la constitution de collections de référence.

3 Ces ouvrages de référence sur les grands groupes zoologiques sont les suivants : Mathurin-Jacques Brisson (1723-1806). démonstrateur du cabinet d’histoire naturelle de Réaumur, auteur d’un traité bilingue français-latin, le Règne animal divisé en IX classes (Paris. C. J. B. Bauche. 1756) et d’une monumentale Ornithologie ou méthode contenant la division des oiseaux en ordres (Paris. C. J. B. Bauche, 1760, 6 vol.). Concernant Linné, Daubenton évoque les éditions du Systema naturae..., op. cit. Joseph Nicolaus Laurent est l’auteur d’un traité sur les serpents (Specimen medicum, exhibens synopsin reptilium emendatam cum experimentis circa venena et antidota reptilium austriacorum. Vienne, J. T. de Trattnern. 1768). Lacépède (1756-1825), élève et continuateur de l’œuvre de Buffon, publie l’Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares et des serpents en 1788 (Paris, Hôtel de Thou) et l’Histoire naturelle des serpents en 1789. Peter Artedi (1705-1735), suédois, est un ami de Linné qui assure la publication de son Ichthyologia sive opera omnia de piscibus (Leyde, C. Wishoff, 1738). Etienne Louis Geoffroy (1725-1810) est un médecin passionné de zoologie : son Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris (Paris, Durand, 1762, 2 vol.) introduit des critères de classification sur le nombre et la structure des ailes qui seront repris par Linné. Antoine-René Mauduit (1731-1815) et Guillaume-Antoine Olivier (1756-1814) sont deux auteurs de l’Histoire naturelle des insectes commencée en 1789 pour l’Encyclopédie méthodique. Le second publie en outre une monumentale Histoire des coléoptères (Paris, Baudouin, 1789-1808). Martin Lister (1639-1712), taxinomiste et anatomiste anglais, organise la classification des mollusques dans son Historia sive synopsis methodica conchyliorum (Londres, 1685-1692). Peter Simon Pallas (1740-1811), médecin et naturaliste allemand, donne dans son Elenchus zoophytorum (La Haye, P. van Cleef. 1766) une classification détaillée des coraux et des éponges récemment passés du règne végétal au règne animal. Du Suédois Jean Gottschalk Wallerius (1709-1785), Daubenton cite probablement le Systema mineralogicum (Stockholm. L. Salvius, 1772-1775). Jean-André Mongez le Jeune a publié en 1784 (Paris, Cuchet) une traduction française enrichie du Manuel du minéralogiste, ou Sciagraphie de Torbern Olaf Bergman. Antoine-François de Fourcroy (1755-1809). chimiste, a publié Éléments d’histoire naturelle et de chimie (Paris, Cuchet, 1786, reprise d’un ouvrage de 1782). Les apports de Tournefort et de Linné pour la botanique sont évoqués dans la douzième leçon. Nous n’avons pas pu identifier Eixlében.

4 Daubenton possédait une collection personnelle et il existait à Paris un marché pour de tels échantillons naturels, mais on sait peu de choses sur l’existence de collections portatives.

5 Marbre vert foncé taché de blanc, d’où sa ressemblance avec la serpentine, nommée ici serpentin.

6 Le terme, réservé aujourd’hui à une variété noire de tourmaline, est employé dans un sens plus large à l’époque de Daubenton. Il désigne ici la partie sombre de la roche.

7 Sont nommés spath les minéraux à structure lamellaire et brillante (calcite, feldspath, micas, etc.). Le spath étincelant pourrait être un mica.

8 Nicolas Desmarest (1725-1815), naturaliste, géologue et minéralogiste. Entré à l’Académie des sciences en 1771, il est célèbre pour ses travaux sur l’origine volcanique du basalte que cite Daubenton : « Sur l’origine et la nature du basalte à grandes colonnes polygones, déterminées par l’histoire naturelle de cette pierre, observée en Auvergne » Histoire de l’Académie royale des sciences, Paris, Imprimerie royale, 1771, p. 705 ; 1773, p. 599.

9 Ce plaidoyer en faveur de l’observation et contre les systèmes s’appuie sur Buffon, lui même traducteur de Newton, dont la gravitation universelle est le seul système reconnu ici.

10 Le problème de la confiance à accorder aux observations des voyageurs justifie l’intérêt des collections de référence préconisées par Daubenton.

11 Daubenton suit Buffon, pour qui il faut décrire plutôt que faire usage de son imagination, « car nos connaissances en physique et en histoire naturelle dépendent de l’expérience et se bornent à des inductions », Histoire naturelle..., op. cit., t. 1, second discours, « Histoire et théorie de la terre », p. 68.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540