Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Débat

18 pluviôse/6 février

Texte intégral

1Laperruque. En retraçant à nos esprits, la dernière fois, la peinture que vous nous avez faite du lion, vous nous avez dit que le lion n’était pas le roi des animaux, parce qu’il n’y a pas de roi dans la nature ; nous avons justement applaudi à cette idée puisée dans la nature : mais cependant, citoyen, en promenant mes regards autour de moi sur l’histoire naturelle, je vois quelque chose de pire qu’un roi dans la nature, c’est-à-dire que j’y ai vu une reine, et ce qu’il y a de plus extraordinaire, une reine dans une république.

  • 1 Le concept de reine n’apparaît que tardivement pour les abeilles : on parle d’abord de roi. Après (...)

2Pour être roi, citoyen, vous avez dit qu’il fallait avoir des courtisans, des faveurs, des grâces à dispenser, et vous avez ajouté que le lion n’était point roi, parce qu’il n’avait rien de tout cela ; parce que non seulement il n’a pas de courtisans, mais que tous les animaux le fuient. Quant à celle dont je vous parle, je vois autour d’elle des courtisans, des défenseurs, des gardes du corps, des protecteurs ; vous voyez bien, citoyen, que j’entends parler de la reine des abeilles1. Je désirerais donc bien que l’histoire naturelle fît encore un pas vers les principes républicains, ou que vous voulussiez bien modifier les caractères que vous avez dit appartenir en général à la royauté.

3Le Professeur. Les abeilles ouvrières sont les plus nombreuses et les plus puissantes de la ruche ; il ne s’y fait rien que par elles, excepté la fécondation de la femelle et sa ponte. Lorsqu’il se trouve plus d’une femelle dans la ruche, les abeilles ouvrières exterminent les femelles surnuméraires ; lorsque la femelle est fécondée, les abeilles ouvrières massacrent les mâles. De toutes les observations faites sur les abeilles, aucune n’a fait soupçonner que la femelle eût d’autres fonctions que celle de la ponte ; c’est assez pour l’occuper, car cette ponte dure presque toute l’année, elle est de trente à quarante mille œufs par an. Les abeilles ouvrières semblent respecter l’abeille femelle et les abeilles mâles seulement parce qu’elles sont nécessaires pour la multiplication de l’espèce ; c’est parmi tous les êtres organisés le principal but de la nature. Si le travail et le bon ordre cessent lorsque l’abeille femelle manque, c’est plutôt parce que les abeilles ouvrières désespèrent de leur postérité que par défaut du commandement de la part de la prétendue reine. Autrefois, lorsqu’on prenait cette femelle pour un mâle, on disait que c’était un roi ; ce qui prouve que l’on ne connaissait pas mieux ses actions que son sexe. Lorsqu’on a reconnu que ce prétendu roi était une femelle, on a dit que c’était une reine : voilà comme une première erreur est la cause d’une seconde ; cependant il est bien vrai qu’il ne peut y avoir ni roi ni reine dans la nature.

4Laperruque. J’ai encore une autre observation : vous avez dit que le rugissement du lion n’était pas un cri terrible, ainsi que nous l’a dit Buffon, mais que c’était un cri plaintif.

5Le Professeur. Je n’ai pas dit cela, citoyen, j’ai dit que sa voix était très forte, très rauque, très rude ; voilà en quoi elle est terrible ; mais elle n’est plus terrible, en ce qu’elle n’est que le ton d’un animal haletant et souffrant, dont les sons vont toujours en diminuant et s’éteignent à la fin, sans qu’on sache pourquoi. Je crois que c’est cela que j’ai dit absolument.

6Laperruque. J’ai cru entendre un cri plaintif, en comparant cette idée avec ce que j’ai vu dans les relations de plusieurs voyageurs, avec même ce que j’ai appris de plusieurs personnes, qui ont passé quelque temps sur la côte de Guinée. Je n’ai pas trouvé que cette idée se rapportât avec leurs témoignages : cela m’a fait penser que le cri plaintif du lion était probablement le cri d’un esclave, et que le lion libre, errant dans les déserts et sur les montagnes de la Lybie, avait un accent plus fortement prononcé ; car tout le monde sait que l’esclavage déprave et dégrade l’animal quel qu’il soit. Le cri plaintif du lion peut provenir de l’esclavage où il est retenu : comme regrettant son ancienne liberté, et se désespérant de ne pouvoir briser ses fers. Je désirerais savoir si ce cri plaintif ne pourrait pas provenir de l’esclavage, et si le lion libre n’a pas un accent plus fortement prononcé.

7Le Professeur. Je ne pourrai dire, sur la voix de lion, que ce que j’en sais. Je l’ai entendu à la ménagerie de Versailles : il y a déjà longtemps que je l’entends ici, et j’ai reconnu que son cri était toujours le même ; que sa voix était la même ; mais pour l’avoir entendu dans les déserts de l’Afrique et de l’Asie, quant à cela je n’en sais rien ; mais je présume qu’un animal bien nourri, et en bonne santé, conserve sa voix, quoiqu’il soit enfermé.

  • 2 « La nature ne fait pas de saut. » Aristote écrit par exemple : « La nature passe sans solution de (...)

8Latapie. Vous dites, citoyen, qu’il n’y a pas d’intermédiaire entre les règnes, qu’il n’y a pas cette nuance qui fait qu’un corps participe du végétal et de l’animal, ou du végétal et du minéral ; cependant cela a été un principe, et Linné a particulièrement insisté sur ce principe, comme sur un axiome d’Aristote, qui a dit : natura non facit saltum2. Tous les êtres de la nature passent à des états très différents, non pas par des sauts, non pas brusquement, mais par des liens imperceptibles. Par exemple, on a dans les polypes, dans les vers mollusques, comme vous le savez, et dans d’autres animaux, comme un passage d’un règne à l’autre. Je désirerais que vous voulussiez bien me donner un mot d’explication sur ces passages-là.

9Le Professeur. Cette question est une des plus intéressantes de l’histoire naturelle, et nous ferait entrer dans une discussion dont je parlerai dans la leçon prochaine, sur la nomenclature méthodique de l’histoire naturelle.

10J’inviterai donc tous les citoyens ici présents à faire de profondes réflexions sur cette question, parce que beaucoup de connaissances en histoire naturelle en dérivent. Vous me faites observer que j’ai tranché cette question par rapport aux êtres intermédiaires entre les différents règnes ; je ne l’ai tranchée qu’entre le règne minéral et les règnes organisés, soit végétal, soit animal. (Je me sers encore du terme de règne, quoique je le croie très impropre et que je pense qu’il doive être changé.) Entre le règne minéral et le règne végétal, il y a un passage très marqué, un très grand intervalle, ou une différence qui ne permet pas d’intermédiaire entre un corps brut et un corps organisé. Il n’y a aucun doute sur cela, n’y eût-il que cette raison ; que les corps bruts n’ont pas leur durée limitée : un morceau de cristal de roche qui sera mis au milieu d’une montagne où il n’y aura ni frottement ni dissolution à craindre restera là tant que la montagne elle-même durera. Tout corps organisé, soit animal, soit végétal, en restant exposé à l’action de l’air après sa mort, se dissout et se décompose. La durée de sa vie dépend de ses organes, et ses organes sont sujets à dépérir et à se décomposer, au moyen de quoi il doit mourir. Ainsi la décomposition et la mort sont communes, et à tous les animaux et à tous les végétaux ; au lieu que pour les êtres bruts, c’est une formation, une structure et une destruction ; dans les êtres organisés, c’est une naissance, une vie et une mort. Voilà donc un passage bien réel, une différence bien marquée entre les corps bruts et les corps organisés ; mais entre les deux grandes classes des corps organisés, qui sont les végétaux et les animaux, il y a lieu de douter ; et surtout, ces doutes viennent d’une chose à laquelle il faut bien réfléchir.

  • 3 Tout en restant prudent sur les intermédiaires possibles entre plantes et animaux, Daubenton est s (...)

11On a tranché la question ; on a dit : voilà des corps organisés ; il faut qu’ils soient ou animaux ou végétaux ; mais on n’a jamais distingué clairement et bien caractérisé l’animalité et la végétabilité, si l’on veut me permettre de me servir de ces expressions. Il y a beaucoup d’animaux, tels que ceux que vous avez cités, les polypes qui, peut-être, occupent une place entre l’animal et le végétal. Ils paraissent nous offrir une nouvelle division dans l’histoire naturelle, et pourront peut-être nous donner de nouvelles lumières sur les êtres intermédiaires entre les plantes et les animaux3.

12Votre question nous mènerait encore à faire voir qu’il y a, dans la nature, un ordre direct ; voilà ce que vous avez voulu exprimer, en disant : natura non agit per saltum, natura non facit saltum. Mais cela n’a pas encore été prouvé. L’ordre direct et naturel serait le moyen de placer sur une seule et même ligne tous les êtres de la nature. Il y en a peut-être trente-six ou quarante mille. Il faudrait les placer sur une ligne droite : de manière que chacun de ces objets eût plus de rapport avec chacun de ses voisins qu’avec aucun autre. On doit bien désirer de pouvoir approcher de ce point là ; mais, malheureusement, il n’y a guère d’espérance. Cependant, cela n’empêche pas qu’il faille y apporter beaucoup d’attention.

Notes

1 Le concept de reine n’apparaît que tardivement pour les abeilles : on parle d’abord de roi. Après reconnaissance de son rôle sexuel. Réaumur propose d’employer plutôt le féminin.

2 « La nature ne fait pas de saut. » Aristote écrit par exemple : « La nature passe sans solution de continuité des êtres inanimés aux animaux doués de vie par l’intermédiaire d’êtres qui ont la vie sans être à proprement parler des animaux, de sorte que d’un être à un autre la différence n’apparaît que minime tant ils sont tous proches les uns des autres. » (Parties des animaux IV, 5 ; 681a 12-15) Voir aussi Histoire des animaux VIII, 1 (588b 4 sq.) et la remarquable synthèse d’H. Daudin, De Linné à Lamarck, op. cit., p. 81-92. Au xviiie siècle, la formule est surtout diffusée par Leibniz.

3 Tout en restant prudent sur les intermédiaires possibles entre plantes et animaux, Daubenton est sceptique vis-à-vis de l’idée d’une échelle des êtres.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540