Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Appendice

Texte intégral

1L’œuvre scientifique de Daubenton n’ayant encore fait l’objet d’aucune étude d’ensemble, nous rappelons ici sa participation à de grands projets éditoriaux, et dressons la liste de ses publications à l’Académie des sciences (en distinguant l’année de la communication à l’assemblée et celle de la publication).

Grands projets éditoriaux

2Daubenton participe aux trois plus ambitieux projets encyclopédiques du xviiie siècle que sont, dans l’ordre chronologique, l’Histoire naturelle initiée par Buffon, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et l’Encyclopédie méthodique. Les contributions de Daubenton, qui varient de quelques articles à des pans entiers, constituent la part majeure de ses travaux publiés. Elles placent Daubenton au cœur du mouvement des Lumières et expliquent en partie sa nomination à l’école de l’an III.

  • 1 2 233 pages, dans une typographie moindre que celle du texte de Buffon, sur les 5 584 que comptent (...)
  • 2 P. L. Farber, « Buffon and Daubenton », art. cité, p. 64.

3Les trois premiers volumes de l’Histoire naturelle générale et particulière avec une description du Cabinet du roi paraissent en 1749. Daubenton participe aux volumes sur les quadrupèdes ainsi qu’au volume sur la description du Cabinet du roi, soit douze des quinze premiers tomes. Il rédige les descriptions anatomiques des animaux dont Buffon fait la monographie, ainsi que leur complément, la description de la partie du Cabinet qui a rapport à ces animaux. L’ensemble forme une sorte de catalogue raisonné du Cabinet d’histoire naturelle du Jardin du roi. La participation de Daubenton est considérable puisqu’il rédige près de la moitié des treize volumes auxquels il collabore1 (rappelons que le prospectus publié dans le Journal des savants présentait l’Histoire naturelle comme une collaboration à parts égales entre les deux auteurs) 2.

  • 3 Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières par une société de gens de lettres, de savants e (...)

4La contribution de Daubenton à l’Encyclopédie est conséquente puisqu’il y rédige de nombreux articles d’histoire naturelle. Daubenton signe enfin une partie importante du projet qui est peut-être le plus ambitieux du siècle, l’Encyclopédie méthodique3. Il rédige une « Introduction à l’histoire naturelle », une « Introduction aux trois règnes de la nature », et les articles « Règne animal », « Histoire naturelle de l’homme », « Animaux quadrupèdes et cétacés », « Quadrupèdes ovipares et serpents », « Poissons », et « Vers ».

Publications à l’Académie des sciences

5« Sur la distribution méthodique des coquillages, et description particulière d’une espèce de Buccin ou de Limaçon terrestre », Histoire de l’Académie royale des sciences (1743), 1746, p. 45-48.

6« De la connaissance des pierres précieuses », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1750), 1754, p. 28-38.

7« Sur l’hippomanès », Histoire de l’Académie royale des sciences (1751), 1755, p. 59-63.

8« Mémoire sur l’hippomanès », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1751), 1755, p. 293-300.

9« Sur la liqueur de l’allantoïde », Histoire de l’Académie royale des sciences (1752), 1756, p. 38-41.

10« Observation sur la liqueur de l’allantoïde », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1752), 1756, p. 392-398.

11« Mémoire sur l’albâtre », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1754), 1759, p. 237-249.

12« Sur les musaraignes », Histoire de l’Académie royale des sciences (1756), 1762, p. 41-44.

13« Sur les musaraignes, et en particulier sur une nouvelle espèce de musaraigne qui se trouve en France, et qui n’a pas été remarquée par les naturalistes », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1756), 1762, p. 203-213.

14« Sur les chauve-souris », Histoire de l’Académie royale des sciences (1759), 1765, p. 61-63.

15« Mémoire sur les chauve-souris », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1759), 1765, 374-398.

16« Sur des os et des dents d’une grandeur extraordinaire », Histoire de l’Académie royale des sciences (1762), 1764, p. 26-30.

17« Mémoire sur des os et des dents remarquables par leur grandeur », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1762), 1764, p. 206-229.

18« Sur la situation du grand trou occipital dans l’homme et dans les animaux », Histoire de l’Académie royale des sciences (1764), 1767, p. 59-62.

19« Mémoire sur les différences de la situation du grand trou occipital dans l’homme et dans les animaux », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1764), 1767, p. 568-575.

20« Sur le mécanisme de la rumination et sur le tempérament des bêtes à laine », Histoire de l’Académie royale des sciences (1768), 1770, p. 42-44.

21« Mémoire sur le mécanisme de la rumination et sur le tempérament des bêtes à laine », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1768), 1770, p. 389-398.

22« Sur des bêtes à laine parquées pendant toute l’année », Histoire de l’Académie royale des sciences (1772), 1re partie 1775, p. 6-9.

23« Observations sur des bêtes à laine parquées pendant toute l’année », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1772), 1775, 1re partie, p. 436-444.

24« Sur l’animal porte-musc », Histoire de l’Académie royale des sciences (1772), 1776, 2e partie, p. 4-8.

25« Observations sur l’animal qui porte le musc, et sur ses rapports avec les autres animaux », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1772), 1776, 2e partie, p. 215-220.

26« Sur les laines », Histoire de l’Académie royale des sciences (1777), 1780, p. 16-17.

27« Mémoire sur l’amélioration des bêtes à laine », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1777), 1780, p. 79-87.

28« Sur un moyen de connaître la finesse des laines », Histoire de l’Académie royale des sciences (1779), 1782, p. 1-4.

29« Mémoire sur les laines de France, comparées aux laines étrangères », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1779), 1782, p. 1-11.

30« Sur la conformation de la trachée-artère des oiseaux », Histoire de l’Académie royale des sciences (1781), 1784, p. 12-13.

31« Observations sur la disposition de la trachée-artère de différentes espèces d’oiseaux, & sur-tout de l’oiseau appelé pierre », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1781), 1784, p. 369-376.

32« Sur les charpentes du bois de châtaignier », Histoire de l’Académie royale des sciences (1781), 1784, p. 14.

33« Observations sur les bois du chêne et du châtaignier », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1781), 1784, p. 295-296.

34« Sur l’aventurine », Histoire de l’Académie royale des sciences (1781), 1784, p. 18-19.

35« Sur le spath étincelant, sur l’aventurine naturelle, et sur la pierre appelée œil-de-poisson », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1781), 1784, p. 5-8.

36« Sur un os fossile », Histoire de l’Académie royale des sciences (1782), 1785, p. 18.

37« Observations sur un grand os qui a été trouvé en terre dans Paris ; et sur la conformation des os de la tête des cétacés », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1782), 1785, p. 211-218.

38« Sur les herborisations », Histoire de l’Académie royale des sciences (1782), 1785, p. 21-22.

39« Mémoire sur les causes qui produisent trois sortes d’herborisations dans les pierres », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1782), 1785, p. 667-673.

40« Mémoire sur le premier drap de laine superfine du crû de la France », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1784), 1787, p. 76-80.

41« Addition au mémoire sur le premier drap de laine superfine du crû de la France », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1784), 1787, p. 81-84.

42« Observations sur la comparaison de la nouvelle laine superfine de France, avec la plus belle laine d’Espagne, dans la fabrication du drap », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1785), 1788, p. 454-464.

43« Mémoire sur la pierre de poix, Pechstein des Allemands », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1787), 1789, p. 86-91.

44« Observations sur un granitelle globuleux », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1790), 1797, p. 659-664.

45« Observations sur l’organisation et l’accroissement du bois », Mémoires de mathématiques et de physique tirés des registres de l’Académie royale des sciences (1790), 1797, p. 665-675.

46« Plan des expériences qui se font au Jardin des Plantes sur les moutons et d’autres animaux domestiques », Mémoires de l’Institut national des sciences et des arts, sciences mathématiques et physiques, 1 (1795), 1797, p. 377-386.

47« Observations sur les caractères génériques en histoire naturelle », Mémoires de l’Institut national des sciences et des arts, sciences mathématiques et physiques, 1 (1795), 1797, p. 387-396.

48« Moyens d’augmenter la production du blé sur le sol de la République française, par le parcage des moutons et par la suppression des jachères », Mémoires de l’Institut national des sciences et des arts, sciences mathématiques et physiques, 1 (1795), 1797, p. 397-404.

Notes

1 2 233 pages, dans une typographie moindre que celle du texte de Buffon, sur les 5 584 que comptent ces treize volumes, soit la moitié de cet ensemble.

2 P. L. Farber, « Buffon and Daubenton », art. cité, p. 64.

3 Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières par une société de gens de lettres, de savants et d’artistes ; précédée d’un vocabulaire universel, servant de table pour tout l’ouvrage, ornée des portraits de MM. Diderot et D’Alembert, premiers éditeurs de l’Encyclopédie. Paris-Liège, Panckoucke-Plomteux, 1782-1832.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540