Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Introduction

Cédric Crémière, Laurent Pinon et Stéphane Schmitt

Texte intégral

  • 1 Sur Daubenton, citons les pages d’H. Daudin, De Linné à Jussieu : méthodes de la classification et (...)
  • 2 Cuvier fait l’éloge de Daubenton et le compare à Buffon, initiant la caricature de l’opposition de (...)

1Louis Jean-Marie Daubenton est un homme de paradoxes. Présent sur la scène scientifique pendant une large moitié du xviiie siècle, de sa nomination au Jardin du roi comme « garde et démonstrateur » du Cabinet en 1745 à celle au Sénat en 1799, en passant par diverses académies, l’École vétérinaire d’Alfort, le Collège de France et le Muséum d’histoire naturelle, le naturaliste bourguignon n’a fait l’objet d’aucune étude conséquente1. Cuvier le décrit comme un homme discret et cette discrétion, cause partielle de l’amnésie historiographique, révèle un homme fuyant la querelle, cherchant l’union des hommes comme celle des connaissances2. La diversité des disciplines qu’il a enseignées montre son goût pour l’éclectisme.

2Autre paradoxe, après avoir été élu par ses pairs premier directeur du nouveau Muséum d’histoire naturelle en 1793, c’est un homme âgé (79 ans) et enraciné dans la science d’Ancien Régime, par ses idées comme par son passé institutionnel, que le gouvernement révolutionnaire choisit pour enseigner l’histoire naturelle aux élèves de l’École normale de l’an III.

3C’est ce choix que nous tenterons de comprendre à travers la figure de Daubenton, incarnant de manière remarquable la continuité, dans la fidélité à ses idées comme par sa discrétion et son enthousiasme pédagogique, qui ont su être rassurants en des moments troublés. Nous suivrons pour cela son parcours institutionnel : garde et démonstrateur en anatomie, puis professeur de minéralogie et premier directeur du Jardin du roi, détenteur de la première chaire d’histoire naturelle du Collège royal et de celle d’économie rurale à l’École de médecine vétérinaire d’Alfort.

Louis Jean-Marie Daubenton (1716-1800)

  • 3 Lettre à Jean Jallabert du 2 août 1745. citée par J. Piveteau, Introduction à l’œuvre philosophiqu (...)
  • 4 Sur Daubenton homme de musée, voir C. Crémière, « Daubenton et le Cabinet d’histoire naturelle du (...)

4Daubenton naît à Montbard en Bourgogne en 1716. Il devient médecin à Reims en 1735, puis s’installe comme médecin de campagne dans sa ville natale. Il est appelé au Jardin du roi en 1742 par son compatriote et lointain cousin, Georges-Louis Leclerc, futur comte de Buffon. Ce dernier membre de l’Académie des sciences depuis 1733 et intendant (directeur) du Jardin du roi en 1739, entreprend la rédaction d’un grand ouvrage sur la nature, qui a pour premier titre Catalogue raisonné du cabinet du Jardin royal3. Il sait en effet qu’il n’obtiendra de soutien royal qu’à la faveur de la mise en valeur des collections du Jardin, d’où le titre définitif d’Histoire naturelle générale et particulière, avec la description du Cabinet du roi. Buffon confie à Daubenton l’anatomie des quadrupèdes, complétée par les « descriptions des parties du Cabinet qui ont rapport à l’histoire naturelle » de ces animaux, véritable inventaire détaillé des pièces du Cabinet. C’est donc à ce double titre – anatomiste et homme de musée –que Daubenton est nommé en 1745 garde et démonstrateur du Cabinet d’histoire naturelle4.

5Le garde a la charge des collections et doit assurer des cours d’histoire naturelle dans le Cabinet. Buffon se décharge d’un travail qu’il estime nécessaire mais de moindre importance et offre une carrière à un compatriote. Daubenton aura à cœur la préparation des collections pour l’enseignement, leur conservation et leur présentation. Cela lui permettra de participer activement aux premiers tomes de l’Histoire naturelle consacrés aux quadrupèdes. Le médecin dissèque, mesure, observe et décrit méticuleusement, tandis que le philosophe pense la nature.

  • 5 Démonstrateur d’anatomie au Jardin des Plantes depuis 1750, il devient, à l’occasion de la réforme (...)

6En effet, Daubenton se révèle être un anatomiste de talent : toutes les descriptions des animaux quadrupèdes sont de sa main. Les dissections les plus minutieuses sont menées avec l’aide de Jean-Claude Mertrud5. Le garde du Cabinet participe ainsi à l’essor de l’anatomie descriptive, que Buffon n’a jamais reconnue comme une science :

  • 6 Buffon, « Animaux carnassiers », in Histoire naturelle générale et particulière, Paris, Imprimerie (...)

La route expérimentale elle-même a produit moins de vérités que d’erreurs : cette voie, quoique la plus sûre, ne l’est néanmoins qu’autant qu’elle est bien dirigée [...] Cette méthode ne fut pas l’ouvrage d’un seul homme puisqu’il a fallu tous les siècles pour la perfectionner, et qu’encore aujourd’hui elle occupe nos plus habiles anatomistes ; cependant cette méthode n’est pas la science, ce n’est que le chemin qui devrait y conduire6.

  • 7 « Sur la distribution méthodique des coquillages, et la description particulière d’une espèce de b (...)
  • 8 Voir l’annexe « Classifications des êtres vivants », p. 614.

7Le premier travail scientifique de Daubenton, un mémoire sur la classification des coquillages publié dans les Mémoires de l’Académie royale des sciences en 1743, lui permet d’être reçu à l’Académie comme adjoint-botaniste7. Il débute sa carrière avec un sujet dont il ne cessera de traiter, avec prudence et méfiance : les classifications. Jeune savant, il ne sera pas ici bien véhément à l’égard de la folie classificatoire pour ne pas affoler l’Académie. Daubenton sépare les caractères « apparents » – qui sont superficiels et ne permettent pas de distinguer l’appartenance à des catégories systématiques supérieures à l’espèce telles que l’ordre, la classe, etc. – des caractères « essentiels » d’une espèce. Refusant la querelle à propos des systèmes et des méthodes8, Daubenton appréhende les classifications de manière heuristique : il considère qu’elles sont utiles à l’enseignement et qu’elles facilitent la représentation de la nature sans pour autant en être le reflet, ce qu’il clamera depuis sa participation à l’Histoire naturelle jusqu’à son travail postérieur en minéralogie :

  • 9 Tableau méthodique des minéraux, suivant leurs différentes natures, et avec des caractères distinc (...)

Le meilleur moyen de répandre les sciences, c’est de simplifier leurs éléments. Les divisions méthodiques concourent à ce but : quoiqu’il ne soit pas possible de mettre leurs caractères parfaitement d’accord avec ceux des productions de la Nature ; cependant elles sont utiles, commodes et même nécessaires9.

8Les caractères distinctifs doivent avoir un rapport avec « l’économie » de l’animal, c’est-à-dire avec les fonctions de l’organisme. Contrairement à l’usage que les naturalistes contemporains font de l’anatomie, utilisée pour trouver des caractères autorisant des classifications, Daubenton la considère comme une discipline à part entière. À l’anatomie descriptive, il ajoute la comparaison et revendique la richesse de l’anatomie comparée.

9Cette conception de la science naturaliste, faite de méthode anatomique et de prudence philosophique, prendra toute sa mesure au fil de ses multiples recherches et des diverses fonctions qu’il occupera. Daubenton défend l’idée d’une connaissance heuristique, permettant l’organisation du savoir, mais n’étant pas le strict reflet de la vérité. De cette position, exprimée fermement, découle une critique vive, non pas des systèmes de classification en eux-mêmes, mais de la valeur qu’on leur assigne.

  • 10 Le concept est explicité dans la troisième leçon du cours d’Haüy.

10S’intéressant de plus en plus à la minéralogie, autre science des formes, Daubenton est nommé premier professeur dans cette chaire au nouveau Muséum d’histoire naturelle, qui succède au Jardin du roi depuis le décret Lakanal du 10 juin 1793. Daubenton a notamment pour élève René-Just Haüy qui identifiera les principales lois de symétrie des formes de cristaux et introduira la notion de molécule intégrante en cristallographie10.

11Les travaux de Daubenton en minéralogie se traduisent dans les différentes éditions de son Tableau méthodique des minéraux, suivant leurs différentes natures, et avec des caractères distinctifs, apparents ou faciles à reconnaître qu’il exposa dès 1779 sous une forme manuscrite. Daubenton précise l’intérêt d’une telle présentation des minéraux « dont on ne connaît pas assez la nature pour les classer ». Le livre, avant tout pédagogique, présente de manière didactique les différents minéraux et leurs caractéristiques.

12Le nouveau professeur de minéralogie, qui inaugure la chaire du Muséum en 1793, est élu par ses pairs directeur de l’établissement pour un an. Daubenton assure alors la délicate transition de l’une des rares institutions de l’Ancien Régime à ne pas avoir été supprimée par le gouvernement révolutionnaire. Les nombreuses commissions auxquelles il a pris part, en faveur d’une transformation du Jardin du roi qui ne porte pas atteinte aux acquis antérieurs, atteste du soutien sans relâche dont il a fait preuve à l’égard du Muséum.

13La seconde moitié du xviiie siècle est marquée par des crises économiques et alimentaires ; les savants sont alors sollicités pour aider au développement agricole. Daubenton, comme nombre de ses contemporains, se penche sur ces questions. Cet utilitarisme est pour lui essentiel à la science qui doit participer à l’amélioration du bien-être.

14S’interrogeant sur des problèmes sylvicoles (élevage du pin) ou agricoles (culture du blé), Daubenton consacre la majeure partie de son travail à l’amélioration des races de moutons. Il acclimate la race Mérinos et l’introduit ainsi en France, dans le cadre d’une vaste expérimentation sur l’amélioration de la laine.

15Fort de ses démonstrations au Jardin du roi, de son enseignement en histoire naturelle au Collège royal (depuis 1778) et en économie rurale à la nouvelle École vétérinaire d’Alfort (1783), le premier directeur du Muséum d’histoire naturelle apparaît comme incontournable lors des discussions sur la rédaction des cahiers pour l’École de mars qui ouvriront la voie aux cours de l’École normale de l’an III. Les vingt leçons de Daubenton sont une synthèse de son travail en anatomie, zoologie, minéralogie et économie rurale.

16Préférant les descriptions qui permettent de reconnaître plutôt que d’expliquer, cherchant à ne soumettre son esprit qu’aux seuls faits, s’aidant de mesures et d’observations, Daubenton fuit les conjectures. Cette prudence, parfois interprétée comme un manque d’audace, ne résistera pas à la séduction qu’exerce le personnage de Buffon sur l’historiographie qui en oubliera son collaborateur.

17Cette attitude de sagesse ou de distance vis-à-vis des vives polémiques qui agitent la communauté scientifique, doublée d’une participation aux grands projets encyclopédiques (Histoire naturelle, Encyclopédie, Encyclopédie méthodique), confère à Daubenton une position privilégiée parmi les naturalistes des Lumières.

Science et révolution

18Le professeur d’histoire naturelle de l’École de l’an III appartient plus à la catégorie des vétérans blanchis sous les armes qu’à celle des jeunes espoirs montants qui assurent les cours de mathématiques. Le jeune Fourier, un des élèves de l’École, décrit dans ses mémoires un vieil homme perclus de goutte à la voix très faible :

  • 11 Cité d’après P. Dupuy, « L’École normale de l’an III », in Le Centenaire de l’École normale, 1795- (...)

C’est un vieillard cassé que l’on porte pour ainsi dire au fauteuil : il n’est entendu de personne. Il y a quelque répétition dans ses leçons, mais elles sont remplies de raison et de science : il n’y a point eu de naturaliste plus complètement et plus sagement instruit ; il a dans la parole un ton de bonhomie qui ajoute au respect qu’il inspire11.

19On peut dès lors se demander dans quelle mesure Daubenton a répondu aux enjeux pédagogiques du programme révolutionnaire dans lequel s’inscrivait l’École de l’an III. La question se pose d’autant plus que ce projet pédagogique lui-même, on le sait, était loin d’être univoque, les ambiguïtés inhérentes à la création de l’École normale n’ayant pas été résolues au début des cours.

  • 12 Voir D. Julia, « L’École normale de l’an III : bilan d’une expérience révolutionnaire », Revue du (...)
  • 13 Elle est active en ventôse an II : voir Cl. Bouyer, La Grande Aventure des écoles normales d’insti (...)

20Deux conceptions s’opposaient en effet depuis les premiers épisodes révolutionnaires à propos de cette nouvelle école, dont on voulait tantôt faire un lieu de formation des enseignants, tantôt un pôle d’excellence qui coifferait l’ensemble du système d’enseignement12. La question de la formation des maîtres de la nation se posait de manière cruciale depuis le démembrement des noviciats des anciennes congrégations religieuses, viviers d’instituteurs. Après de longs atermoiements, la Convention thermidorienne met finalement sur pied le projet conduisant à l’École normale de l’an III. Rappelons-en rapidement les principes : chaque district de la République devait désigner quatre candidats envoyés à Paris pour se former à la pédagogie avant d’ouvrir eux-mêmes, à leur retour, des écoles centrales dans leurs départements d’origine. Dans cette logique, l’École normale apparaît comme une structure provisoire répondant à une situation d’urgence pour mettre en place un réseau d’écoles centrales destinées à former les maîtres. Elle prend pour modèle un système ayant prouvé son efficacité, celui de l’École des armes, des salpêtres et des poudres, mise en place l’année précédente13. Sa fonction consiste alors à transmettre les rudiments des matières à enseigner et surtout la manière de les enseigner. L’École normale est ainsi liée aux efforts pour sélectionner les manuels destinés à l’enseignement, efforts qui menèrent à des résultats plus ou moins accomplis suivant les disciplines.

21Cette ambition pédagogique apparaît peu compatible avec le souhait de faire de l’École normale une clé de voûte du nouveau système d’enseignement. Dans cette seconde optique, l’École normale devait délivrer le meilleur de chaque discipline : les théories les plus modernes, exposées par les meilleurs spécialistes. Ces deux finalités s’opposent fondamentalement quant au contenu des cours. Il est donc intéressant de voir comment la matière et l’exposition du cours d’histoire naturelle répondent à ce débat.

22Au-delà de cette opposition entre deux projets intellectuels, un autre enjeu assigné à l’École normale est la diffusion d’une science révolutionnaire. Une science renouvelée devait en effet répondre aux besoins de la nouvelle nation. Comment Daubenton répond-il à cet ambitieux programme ? Son enseignement entre-t-il dans cette nouvelle science républicaine ? Quelle place accorde-t-il à la pédagogie dans les leçons prodiguées aux élèves de l’École normale ?

  • 14 Première leçon, p. 416.
  • 15 Voir le programme, p. 415, la première leçon, p. 417 et la troisième leçon. p. 434.
  • 16 Voir sur ce point R. Lenoble, Histoire de l’idée de nature, Paris, Albin Michel, « L’Evolution de (...)

23Plusieurs passages du cours sont empreints de l’effervescence et de l’enthousiasme révolutionnaire, sans que l’on puisse dire dans quelle mesure Daubenton sacrifie à l’esprit du temps ou exprime une adhésion personnelle. Au début de la première leçon, il évoque par exemple l’« heureuse liberté » qui aurait « levé les entraves qui captivaient nos études et nos écrits14 ». Trois mentions de l’Être suprême soulignent encore l’adaptation du vocabulaire de Daubenton à l’esprit nouveau qui souffle sur la République15. Elles expriment toutefois la rémanence d’une pensée ontologique d’un créateur de la nature. La nature, explique Daubenton, exécute les lois de l’Être suprême16.

  • 17 Troisième leçon, p. 433.
  • 18 Débat, p. 429.

24L’histoire naturelle est également débarrassée de termes renvoyant à des images royalistes. C’est le cas à travers la critique en règle du mot « règne », utilisé par le système de classification de Linné. Les anciens, souligne Daubenton, n’ont pas l’usage de cette expression qui apparaît comme une mauvaise innovation : « Il est certain que le mot règne est déplacé en histoire naturelle ; il y est impropre et inintelligible17. » C’est bien sûr dans cette perspective que se lit la remarque sur le lion. Soucieux de se démarquer de certaines envolées lyriques auxquelles Buffon se prêtait dans les articles de l’Histoire naturelle, Daubenton s’emploie à descendre l’animal de son piédestal en montrant son caractère commun ou en présentant son cri comme plaintif. Et de conclure sur la phrase qui, au dire des éditeurs du cours imprimé, enflamma littéralement l’assemblée : « Il n’y a pas de roi dans la nature. » Cette affirmation républicaine suscite l’approbation de l’auditoire, si l’on se fie à l’intervention de l’élève Laperruque qui, lors du débat, surenchérit à propos de la reine des abeilles. Elle est pire encore que le lion, estime-t-il, car elle gouverne une république. Il faudrait donc « que l’histoire naturelle fît encore un pas vers les principes républicains18 ».

  • 19 Troisième leçon. p. 431.

25L’idée d’une science révolutionnaire apparaît également à travers l’utilitarisme que Daubenton manifeste dans le cours. On retrouve là un homme habitué à l’enseignement de l’économie rurale et qui a déjà obtenu des résultats tangibles avec les moutons Mérinos. Quant aux plantes, Daubenton privilégie l’utilité pour l’homme : « La description des caractères distinctifs des plantes est moins importante pour le bien de la société que celle des graines bonnes à semer, des fruits bons à manger et à garder, des bois de service, etc. » Les propositions de domestication en France du pécari, de l’agouti ou de l’oiseau-trompette (agami) soulignent en filigrane le contexte particulièrement difficile du début de l’année 1795, alors que la patrie est menacée aux frontières et que le manque de nourriture et de bois de chauffe se fait cruellement ressentir à Paris19. L’histoire naturelle de Daubenton se veut utile à la République.

  • 20 Daubenton a rédigé plus tard une Lettre du professeur d’histoire naturelle des anciennes écoles no (...)
  • 21 Programme, p. 413.

26À la différence de plusieurs de ses collègues qui enseignent aux mêmes élèves de l’École normale, Daubenton prête attention aux enjeux pédagogiques de sa charge20. Cela apparaît dès le programme : « On parlera de ce qui concerne les instituteurs des écoles primaires, pour la manière d’enseigner l’histoire naturelle à des enfants et surtout de répondre à leurs questions. » Ce programme annonce dans ses grandes lignes les thèmes du cours21. Or ces considérations concrètes sur l’enseignement restent peu développées dans le contenu effectif du cours, en tout cas pas sous la forme structurée que laissait présager le programme. On retrouve sans doute ici une tension entre ambition pédagogique et innovation scientifique.

  • 22 Deuxième leçon. p. 423.
  • 23 Ibid., p. 425.

27Les conseils pédagogiques de Daubenton apparaissent néanmoins à plusieurs reprises, qu’il s’agisse du style qui convient pour l’histoire naturelle ou de la meilleure manière de faire cours. Sur le style, Daubenton revendique implicitement sa différence par rapport à Buffon, à travers des recommandations de simplicité et de modestie. Pas d’envolées lyriques, préconise-t-il, mais de solides descriptions au vocabulaire précis22. Ce même principe lui permet de trancher le débat sur l’opportunité de faire cours en lisant des notes ou en improvisant devant les élèves. La solution intermédiaire proposée par Daubenton repose sur un solide texte écrit, garant de la précision des phrases et de l’adéquation du vocabulaire, que le professeur pourra gloser oralement pour permettre à chacun d’en percevoir le sens. Son opposition aux « pédagogues » ne doit pas être prise pour un rejet de la pédagogie, dans l’acception moderne du terme, mais plutôt comme le refus des effets faciles qui s’offrent au professeur privilégiant l’artifice rhétorique. La qualité du professeur, rappelle Daubenton, doit être évaluée sur ce que l’élève retient du cours23.

  • 24 Treizième leçon. p. 434.

28Nous manquons d’informations sur les supports pédagogiques utilisés pour le cours d’histoire naturelle. Il semble que, à la différence de ce que l’on prévoit pour l’enseignement secondaire, les cours de l’an III aient été donnés de manière magistrale. L’exception principale vient de l’usage d’échantillons pour la démonstration des organes du bois que le texte atteste clairement par l’usage d’une numérotation24. Quoique professeur et ancien directeur du Muséum d’histoire naturelle au moment du déroulement des cours, Daubenton ne semble pas avoir fortement mis à contribution les ressources propres de l’établissement pour appuyer ses leçons.

  • 25 Cinquième leçon, p. 451.

29Le texte des leçons révèle la difficile adaptation de Daubenton à cette situation d’enseignement particulière. À plusieurs reprises par exemple, la fermeté théorique et la cohérence du programme sont mises à mal par de longues digressions qui brisent le fil du développement. Vers la fin de la première leçon, consacrée aux limites de l’histoire naturelle, Daubenton interrompt sa caractérisation de l’économie vétérinaire par un développement de plusieurs pages sur les exemples historiques et les perspectives d’acclimatation d’animaux utiles. De même, ce vieux professeur s’attarde, dans son ultime leçon, sur une saisissante description des effets de la décrépitude et de la mort sur le corps humain, avant de prendre congé des élèves avec émotion, en soulignant le contraste entre leur jeunesse et son grand âge. Ce thème de la décrépitude était bien annoncé par le programme mais son long développement s’effectue au détriment d’autres thèmes prévus pour cette même leçon. À mesure que le cours progresse, Daubenton s’appuie de plus en plus fréquemment sur des textes déjà imprimés pour ses leçons. Il lit par exemple ses propres mémoires donnés à l’Académie des sciences : publiées en 1790, les « Observations sur un granitelle globuleux » fournissent le dernier tiers de la neuvième leçon tandis que les « Observations sur l’organisation et l’accroissement du bois » représentent la moitié de la quatorzième leçon. Daubenton reprend aussi de larges extraits d’autres auteurs : des récits d’éruptions constituent par exemple la matière principale de la sixième leçon sur les volcans, tandis que trois chapitres des Singularités de la nature de Voltaire, repris in extenso pour montrer ce qu’il ne faut pas faire en histoire naturelle, occupent un cinquième de la leçon cinq25.

  • 26 Voir P. Dupuy, « L’Ecole normale de l’an III », art. cité, p. 168-173, et la synthèse sur cette qu (...)
  • 27 Sur le lien entre le cours et l’œuvre d’Haüy, voir C. Blondel, « René-Just Haüy. D’un manuscrit de (...)

30La stricte fidélité avec laquelle sont citées ces sources imprimées alimente notre incertitude sur les sources de la version imprimée du cours. On sait en effet que des sténographes prenaient en note le contenu des cours qui étaient ensuite imprimés après avoir été revus par les professeurs et distribués aux étudiants feuille par feuille au fur et à mesure de l’avancement de l’impression26. Daubenton a-t-il directement donné à l’impression des fragments imprimés utilisés pour son cours ? a-t-il corrigé des épreuves d’origine sténographique à partir des volumes de sa bibliothèque ? Il n’est pas certain, dans ce cas précis, que le cours imprimé corresponde absolument aux leçons effectivement données par Daubenton devant ses élèves. Quoiqu’il en soit, force est de constater que, dépassé sans doute par la cadence bi-décadaire du cours, Daubenton abdique quelque peu ses ambitions pédagogiques en lisant ses travaux déjà publiés devant l’auditoire – tandis qu’Haüy fait de ses leçons le point de départ d’un futur traité sur le magnétisme27.

Contenu scientifique du cours

  • 28 Première leçon, p. 417.
  • 29 Voir la fin du programme, p. 415.

31Comme l’annonçait le programme, ce cours d’histoire naturelle offre un panorama général de la discipline. Celle-ci est d’abord l’objet d’un effort appuyé de définition, par confrontation avec les domaines mitoyens (chimie, anatomie, art vétérinaire et même botanique, qui semble pouvoir se détacher de l’histoire naturelle). La distinction avec la chimie repose par exemple sur la destruction ou non des échantillons à analyser : par opposition au chimiste, le naturaliste ne dénature pas les substances sur lesquelles il travaille28. Après trois leçons généralistes, le cours se poursuit par une réflexion sur l’intérêt des voyages et sur les théories naturalistes, objet de la quatrième leçon, qui précède un bloc de cinq leçons (de la sixième à la dixième) consacrées à la géologie et à la minéralogie (structure du globe, volcanisme, définition de la minéralogie, cristallographie et pétrifications). Le cours d’histoire naturelle recoupe ici les thèmes du cours de physique à travers la présentation de la cristallographie d’Haüy, que Daubenton maîtrise d’ailleurs très imparfaitement (huitième leçon). Une transition avec la partie botanique est assurée par la onzième leçon qui discute des rapports entre êtres vivants et monde minéral, et critique le modèle de chaîne des êtres proposé par le naturaliste genevois Charles Bonnet. Les quatre leçons suivantes, consacrées au plantes, soulignent les centres d’intérêt de Daubenton. Il évoque rapidement les questions de nomenclature et de classification à travers un survol historique de la discipline dans la douzième leçon, avant de centrer son propos sur la sève et sur la structure et la croissance du bois, question aux fortes implications économiques. Les seizième et dix-septième leçons sont consacrées à la comparaison entre plantes et animaux et aux êtres intermédiaires entre les deux règnes (pour employer comme le fait Daubenton un terme dont il a souligné l’inanité). Seule la dix-huitième leçon se consacre pleinement à la zoologie, à travers le problème de la classification des animaux. Le cours s’achève, conformément au programme, par une leçon sur l’homme faisant une large place aux thèmes du vieillissement et de la mort mais omettant l’analyse promise des proportions du corps et des différences entre les hommes29.

32Les sujets couverts par ces leçons font la part belle aux thèmes de prédilection de Daubenton et reflètent d’une certaine manière l’historique de ses propres travaux, tournés vers l’économie rurale, les tentatives d’acclimatations et d’amélioration zootechniques et la minéralogie. Ce cours présente des liens évidents avec les enseignements antérieurs de Daubenton dans les chaires qu’il occupe encore lorsqu’il enseigne à l’École normale. Curieusement, la zoologie et l’anatomie animale apparaissent comme les grandes laissées pour compte de ce programme alors qu’elles constituent le principal champ d’activité de Daubenton, depuis ses premières mémoires à l’Académie jusqu’à sa participation à l’Encyclopédie méthodique (voir l’Appendice, p. 406). L’investigation anatomique, pourtant présentée comme cruciale dès la première leçon, est très discrète dans l’ensemble du cours. On peut supposer qu’elle fait partie de ces domaines qui ne se résument pas en cours magistral devant un auditoire de non-spécialistes et que Daubenton sépare ses propres investigations de ce qu’il juge pertinent de transmettre à de futurs enseignants.

  • 30 Voir sur ce point l’étude de référence de P. Duris, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz, (...)
  • 31 Deuxième leçon, p. 424.
  • 32 Ibid., p. 425.

33Un des intérêts historiques de ces leçons d’histoire naturelle vient de la manière dont elles montrent un Daubenton soucieux de se démarquer de deux figures tutélaires de son domaine, Buffon, son ancien mentor, et Linné, grand maître de la taxinomie, dont le travail commence à être reconnu en France30. La prise de distance est nette vis-à-vis de Buffon, souvent cité de manière anonyme, mais transparente pour l’auditoire. À propos du style qui convient à l’histoire naturelle, Daubenton invoque non sans ironie « un orateur très célèbre et très moderne, grand philosophe et grand écrivain dans le genre sublime » pour réfuter l’idée de la noblesse particulière du lion31. Il critique également Buffon pour avoir longtemps négligé nomenclatures et taxinomies en se cantonnant, non sans superbe, aux descriptions de quadrupèdes. Il joue même Linné contre Buffon lorsqu’il se moque légèrement de l’incompréhension par ce dernier de la nomenclature binomiale32. Mais si Daubenton tient à se démarquer de son prédécesseur, il n’en accepte pas moins les principaux cadres théoriques, à commencer par la théorie de la terre dont le début de la cinquième leçon donne un bon résumé.

  • 33 Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 807, Cours de zoologie, rédigé (...)
  • 34 Voir pour plus de détails l’annexe « Classifications des êtres vivants », p. 614.

34Sur le terrain des classifications, justement, Daubenton se refuse à suivre servilement Linné et défend une voie française, inspirée notamment par Tournefort pour la botanique. Les leçons de l’École normale de l’an III coïncident avec la dernière phase de la réception française de la classification linnéenne, qui efface progressivement les réticences ou résistances qu’elle a suscitées. Daubenton, qui ne semble pas comprendre tous les enjeux de la nomenclature binomiale, refuse par exemple les noms latins de genre qui peuvent se superposer avec l’appellation normale d’une des espèces. Il réitère ici son plaidoyer pour une nomenclature en français, que l’on trouve déjà dans son cours de zoologie manuscrit conservé au Muséum33. D’autre part, sa position sur les classifications et les nomenclatures est alimentée par la nécessité dans laquelle il se trouve de penser l’organisation générale du Cabinet du roi dont il a la garde. Cela explique le conventionnalisme de Daubenton en matière de classification. Il ne croit pas qu’un système puisse rendre compte de l’organisation effective du monde naturel mais estime que les différentes méthodes de classification doivent être évaluées en fonction de la naturalité des familles qu’elles permettent d’obtenir34.

35La position scientifique de Daubenton qui s’exprime dans ce cours peut enfin être appréhendée à travers l’analyse des références bibliographiques explicites ou implicites qui soutiennent ses leçons. Cinquante-neuf ouvrages cités à travers le cours montrent la dimension cumulative et historique de l’histoire naturelle : Daubenton s’appuie par exemple sur les grands traités de classification du xviie siècle, presque tous cités. Cette liste d’ouvrages constitue en quelque sorte la « bibliothèque de travail » de l’auteur, celle dans laquelle il est allé puiser pour alimenter son cours. Si Daubenton cite certains récits contemporains ou des mémoires récemment publiés par l’Académie des sciences, on peut noter l’ancienneté relative de ses références, qui datent souvent du milieu du xviiie siècle, soit le début de sa maturité professionnelle. Ces ouvrages permettent aussi d’évaluer son ouverture aux travaux étrangers. Elle est réelle mais encore soumise à l’existence de traductions pour les textes en langue vernaculaire. C’est par exemple par le truchement des traductions de Buffon que Daubenton connaît la physiologie végétale de Haies ou les travaux de Newton. Ce caractère un peu daté des références de Daubenton ne favorise pas l’apparition dans son cours des innovations allemandes dans le domaine de la physiologie ou encore des débats autour du transformisme qui commencent à poindre. Malgré ses efforts pédagogiques et l’élimination des termes ouvertement royalistes, l’histoire naturelle proposée aux élèves de l’an III est encore à bien des égards une histoire naturelle d’Ancien Régime.

Conclusion

  • 35 Voir N. et J. Dhombres : Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France 1793-1824,(...)

36La teneur des cours de Daubenton montre que l’histoire naturelle, si elle va connaître un développement considérable avec le moment révolutionnaire, notamment à travers la transformation du Jardin du roi en Muséum d’histoire naturelle, relève encore d’une dynamique intellectuelle mise en place au milieu du xviiie siècle. Cela la différencie peut-être d’autres disciplines en plein essor, comme les mathématiques ou la physique, dont le destin sera dorénavant directement lié au nouveau pouvoir35.

37Contrairement à ce que l’on peut constater pour les cours de mathématiques, il est clair que l’histoire naturelle proposée par Daubenton en 1795 ne constitue pas un sommet de l’histoire de la discipline. Les hésitations pour nommer le professeur (Charles Bonnet avait été choisi dans un premier temps avant que l’on ne s’aperçoive de sa mort) suggèrent que l’histoire naturelle française traverse un creux générationnel, en attendant Cuvier et Lamarck qui font alors leurs premières armes dans la discipline.

38Daubenton apparaît comme un professeur qui, sans doute plus que ses collègues mathématiciens, brillants mais moins pédagogues, s’investit personnellement pour répondre aux ambitions de la jeune République. Ses leçons, et celle sur l’homme en particulier, révèlent les traits attachants d’une personnalité scientifique discrète et encore peu connue.

Notes

1 Sur Daubenton, citons les pages d’H. Daudin, De Linné à Jussieu : méthodes de la classification et idée de série en botanique et en zoologie (1740-1790), Paris, F. Alcan, 1926, p. 132-136 ; L. Roule, Daubenton et l’exploitation de la nature, Paris, Flammarion, 1925 : R. Saban, « Daubenton, précurseur de l’anatomie comparée », 109e Congrès des Sociétés savantes. Histoire des sciences et des techniques, Dijon, 1984, p. 145-164 ; C. Limoges, « Louis Jean-Marie Daubenton », Dictionary of Scientific Biography, C. C. Gillipsie (dir.), New York, 1970 sq., vol. 15 (suppl. I), p. 111-114. Pour une analyse comparée de Buffon et Daubenton, voir P. L. Farber, « Buffon and Daubenton : divergents traditions within the Histoire naturelle », Isis, 66, t975, p. 64-74. Voir également P. Corsi, Lamarck. Genèse et enjeux du transformisme : 1770-1830, Paris, Éditions du CNRS, « Histoire des sciences », 2001. Parmi les éloges, voir Lacepède, Discours d’ouverture et de clôture du cours d’histoire naturelle. Donné en l’an VIII de la République, Paris, Plassan, 1800 ; G. Cuvier : « Notice sur la vie et les ouvrages du citoyen Daubenton », séance du 15 germinal an VIII, Mémoires de l’Institut national des sciences et des arts, sciences mathématiques et physiques, 1800 (an IX), t. 3, p. 69-117.

2 Cuvier fait l’éloge de Daubenton et le compare à Buffon, initiant la caricature de l’opposition de leurs caractères et tempéraments : « [...] chacun d’eux semblait avoir reçu précisément les qualités propres à tempérer celle de l’autre par leur opposition. Buffon, d’une taille vigoureuse, d’un aspect imposant, d’un naturel impérieux, avide en tout d’une jouissance prompte, semblait vouloir deviner la vérité, et non l’observer. Son imagination venait à chaque instant se placer entre la nature et lui, et son éloquence semblait s’exercer contre sa raison avant de s’employer à entraîner celles des autres. Daubenton, d’un tempérament faible, d’un regard doux, d’une modération qu’il devait à la nature autant qu’à sa propre sagesse, portait dans toutes ses recherches la circonspection la plus scrupuleuse ; il ne croyait, il n’affirmait que ce qu’il avait vu et touché ; bien éloigné de vouloir persuader par d’autres moyens que par l’évidence même, il écartait avec soin de ses discours et de ses écrits toute image, toute expression propre à séduire (...). » ; cf. « Éloge de Daubenton », in Éloges historiques, Paris, Ducrocq, s.d. [1850], p. 5-6.

3 Lettre à Jean Jallabert du 2 août 1745. citée par J. Piveteau, Introduction à l’œuvre philosophique de Buffon, Paris, PUF, 1954, p. viii.

4 Sur Daubenton homme de musée, voir C. Crémière, « Daubenton et le Cabinet d’histoire naturelle du Jardin du roi », in La Science au musée. L’anatomie comparée au Jardin du roi et au Muséum d’histoire naturelle : 1745-1898, thèse de doctorat du Muséum national d’histoire naturelle, Paris, 2004, p. 61-119.

5 Démonstrateur d’anatomie au Jardin des Plantes depuis 1750, il devient, à l’occasion de la réforme de l’institution, professeur du Muséum (anatomie des animaux) en 1793.

6 Buffon, « Animaux carnassiers », in Histoire naturelle générale et particulière, Paris, Imprimerie royale, 1756, t. 8, p. 20-21.

7 « Sur la distribution méthodique des coquillages, et la description particulière d’une espèce de buccin ou de limaçon terrestre », Histoire de l’Académie royale des sciences (1743), 1746, p. 45-48.

8 Voir l’annexe « Classifications des êtres vivants », p. 614.

9 Tableau méthodique des minéraux, suivant leurs différentes natures, et avec des caractères distinctifs, apparents ou faciles à reconnaître, Paris. Demonville, 1785, p. 35.

10 Le concept est explicité dans la troisième leçon du cours d’Haüy.

11 Cité d’après P. Dupuy, « L’École normale de l’an III », in Le Centenaire de l’École normale, 1795-1895, Paris, Hachette, 1895, p. 139.

12 Voir D. Julia, « L’École normale de l’an III : bilan d’une expérience révolutionnaire », Revue du Nord, 78, 1996, p. 853-886.

13 Elle est active en ventôse an II : voir Cl. Bouyer, La Grande Aventure des écoles normales d’instituteurs, Paris, Le Cherche Midi, 2003, p. 26.

14 Première leçon, p. 416.

15 Voir le programme, p. 415, la première leçon, p. 417 et la troisième leçon. p. 434.

16 Voir sur ce point R. Lenoble, Histoire de l’idée de nature, Paris, Albin Michel, « L’Evolution de l’humanité ». 1969.

17 Troisième leçon, p. 433.

18 Débat, p. 429.

19 Troisième leçon. p. 431.

20 Daubenton a rédigé plus tard une Lettre du professeur d’histoire naturelle des anciennes écoles normales, à un professeur d’histoire naturelle d’une école centrale, Paris, Du Pont (an V). 1796. analysée dans P. Duris, « Enseigner l’histoire naturelle dans une école centrale : la méthode de Daubenton », Bulletin d’histoire et d’épistémologie des sciences de la vie, 6, 1999. p. 55-68.

21 Programme, p. 413.

22 Deuxième leçon. p. 423.

23 Ibid., p. 425.

24 Treizième leçon. p. 434.

25 Cinquième leçon, p. 451.

26 Voir P. Dupuy, « L’Ecole normale de l’an III », art. cité, p. 168-173, et la synthèse sur cette question dans le volume à paraître sous la direction de Dominique Julia.

27 Sur le lien entre le cours et l’œuvre d’Haüy, voir C. Blondel, « René-Just Haüy. D’un manuscrit de cours pour l’École normale de l’an III au Traité élémentaire de physique : le physicien et le charlatan », Genesis, 20, 2003, p. 185-205.

28 Première leçon, p. 417.

29 Voir la fin du programme, p. 415.

30 Voir sur ce point l’étude de référence de P. Duris, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz, 1993.

31 Deuxième leçon, p. 424.

32 Ibid., p. 425.

33 Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, ms. 807, Cours de zoologie, rédigé vers 1785.

34 Voir pour plus de détails l’annexe « Classifications des êtres vivants », p. 614.

35 Voir N. et J. Dhombres : Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France 1793-1824, Paris, Payot, « Bibliothèque historique », 1989.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540