Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Introduction générale

Etienne Guyon

Texte intégral

  • 1 L’article 1er du décret de la Convention du 9 brumaire an III dit : « Il sera établi à Paris une É (...)

1Dans la fièvre législative de la fin de l’année 1794, la fondation de l’École normale visait à établir l’ensemble du système éducatif sur le territoire national. Dans le même temps, il s’agissait aussi de rétablir la confiance entre les élites et la République après la tragique rupture de la Terreur. Ces deux objectifs bien différents se retrouvent, parfois en disharmonie, dans le contenu écrit des cours donnés à près de 1 400 élèves recrutés de « toutes les parties de la République1 » lors d’une formation accélérée du 20 janvier au 15 mai 1795 dans l’amphithéâtre Verniquet du Muséum d’histoire naturelle – amphithéâtre dont la rénovation a été achevée en 2004. Il fallait, par une réaction en chaîne, former dans cette École normale des maîtres pour des écoles normales secondaires réparties sur l’ensemble du territoire et permettre ainsi d’assurer un enseignement de base homogène pour tous. Ces cours de l’École normale de la Convention concernaient l’ensemble des disciplines des sciences et des humanités ; ils furent dispensés aux élèves tout au long du déroulement de ce cycle d’enseignement particulièrement dense.

  • 2 P. Viallaneix et R. Elmoznino (dir.), L’Apprentissage du savoir vivant, Paris, PUF, 1995.
  • 3 Le Livre du Centenaire. Édition du bicentenaire, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 199 (...)
  • 4 Séance publique annuelle des cinq Académies, Paris, 18 octobre 1994.

2L’histoire des cours de l’an III a fait l’objet de plusieurs publications à l’occasion du bicentenaire de l’École normale2. Un premier ouvrage, publié lors du premier centenaire, a été réédité dans le cadre du bicentenaire3. Il présente l’histoire de cette première École, de ses recréations multiples à travers des pérégrinations sur plusieurs sites de la montagne Sainte-Geneviève, de son implantation définitive en 1845 sur le site actuel de la rue d’Ulm. Le choix de la date anniversaire du bicentenaire même, soulignait Alain Peyrefitte au cours de la séance solennelle que l’Institut de France a consacrée à l’École normale le 18 octobrel9944, est discutable. Peyrefitte voit trois « engendrements » : à côté de celui qui fait référence au décret de Lakanal du 9 brumaire an III, rappelé au-dessus de la porte d’entrée de l’École, il retient celui de la création des boursiers d’agrégation par Louis XV en 1770 et la nouvelle création napoléonienne de 1808 aux côtés de l’Université impériale. Les manifestations autour du bicentenaire de l’École normale ou, plus précisément, du centenaire du premier centenaire ont été l’occasion de faire un nouveau point sur deux siècles de cette histoire de l’enseignement supérieur et secondaire en France.

3L’édition critique commentée de l’ensemble des cours donnés aux élèves de l’École normale de l’an III a été initiée par une série de séminaires à l’École normale supérieure, animés par Jean Dhombres, Dominique Julia et Denis Woronoff, entre 1985 et 1987. Plusieurs ateliers de travail portant sur l’École normale de l’an III et sur l’organisation des savoirs à la fin du xviiie siècle furent aussi organisés à l’IHMC, à la Maison des sciences de l’homme au laboratoire d’histoire des sciences et des techniques du CNRS (UPR 21) et au Centre Alexandre Koyré durant cette période. Ils portaient sur les cours de physique donnés par l’abbé Haüy et sur ceux de chimie donnés par Berthollet.

4Deux volumes de ces cours sont déjà parus aux Éditions Dunod en liaison avec les manifestations du bicentenaire de la Révolution que présidait Jean-Noël Jeanneney, avec le soutien de la mission du bicentenaire.

  • 5 J. Dhombres (dir.), L’École normale de l’an III. Leçons de mathématiques. Laplace, Lagrange, Monge (...)
  • 6 Cette lettre autographe de Louis Pasteur a été acquise par la bibliothèque de l’École normale supé (...)

5Les leçons de mathématiques publiées en 1992 sous la direction de Jean Dhombres5 constituent une somme des savoirs de cette discipline à la fin du xviiie siècle. L’impact de ces leçons sur l’enseignement de sciences de la première partie du xixe siècle fut considérable, en particulier à l’École polytechnique. Louis Pasteur, en créant les Annales de l’École normale supérieure6, soulignait le fait que l’École polytechnique avait republié ces cours de mathématiques donnés un demi-siècle plus tôt et en faisait usage, alors même qu’ils auraient pu apparaître dans une revue attachée à l’École normale.

  • 7 D. Nordman (dir.), L’École normale de l’an III. Leçons d’histoire, de géographie, d’économie polit (...)

6Les leçons d’histoire, de géographie et d’économie politique sont parues en 1994 sous la direction de Daniel Nordman7. Elles représentent une somme des connaissances de l’époque en sciences humaines et sociales et préfigurent le développement futur de ces disciplines.

  • 8 M. Blay, N. Hulin, « René-Just Haüy (1743-1822), physicien. Introduction », Revue d’histoire des s (...)

7Plusieurs contributeurs du présent volume consacré aux cours de sciences expérimentales ont été associés à la première phase du projet. En particulier, Nicole Hulin a, très tôt, fait une analyse du cours de physique donné par l’abbé Haüy et a publié son travail en 1997 dans un numéro spécial de la Revue d’histoire des sciences en collaboration avec Michel Blay8. Haüy fut, par ailleurs, honoré à l’École des Mines en 1994 à l’occasion du 250e anniversaire de sa naissance. Dans le même temps, le cours de Berthollet avait été analysé par un groupe piloté par Michèle Goupil – disparue quelques années plus tard et à la mémoire de laquelle nous rendons hommage –, comprenant Patrice Bret, contributeur aux côtés de Bernadette Bensaude-Vincent du présent volume, Emmanuel Grison et Gérard Emptoz. À son tour Berthollet fut honoré, en 1998, à la Maison de la chimie, à l’occasion du 250e anniversaire de sa naissance. L’édition critique du cours d’histoire naturelle de Daubenton est le fruit du travail plus récent d’une équipe animée par Laurent Pinon.

  • 9 B. Didier, J. Dhombres (dir.), L’École normale de l’an III. Leçons de littérature, art de la parol (...)

8Le volume suivant, dont la parution est attendue pour 2007, réunira, sous la direction de Béatrice Didier et Jean Dhombres, les leçons de littérature9.

  • 10 D. Julia (dir.), L’École normale de l’an III. Une institution révolutionnaire et ses élèves. Intro (...)

9Un dernier volume accompagnant les cours de l’an III viendra conclure cette série10 ; c’est le bilan d’un travail considérable conduit par Dominique Julia autour d’une prosopographie des 1 400 normaliens de la première École. On y trouvera des informations précieuses sur les élèves qui sont intervenus pendant les débats suivant les cours. Il est particulièrement intéressant de noter qu’un grand nombre d’élèves étaient déjà des enseignants dans l’Ancien Régime, et que, par ailleurs, à la suite de leur passage dans cette éphémère école, nombreux seront ceux qui deviendront enseignants dans les écoles centrales, suivant ainsi le projet initial de cette création. C’est ce qui justifiera sans doute la réouverture de l’École normale en 1808. L’introduction de la réédition des cours qui a accompagné cette seconde ouverture réaffirme l’ambition du projet initial :

Le concours unanime et uniforme des volontés, la réunion des efforts vers un même but étant le plus sur garant de l’ordre social, les écoles, qui sont les pépinières des hommes destinés à servir l’État, doivent également offrir une instruction uniforme, basée sur des règles invariables et communes à toutes les maisons d’enseignement... Tels furent sans doute les motifs particuliers qui concoururent à l’établissement de l’École normale et qui viennent de déterminer le Gouvernement à rétablir cette école et à ouvrir auprès de l’Université impériale un pensionnat normal.

10Comme la création de l’École normale de l’an III répondait à la nécessité d’une formation accélérée portant sur l’ensemble des champs du savoir, il est apparu nécessaire aux conventionnels qui furent les promoteurs de cette création de proposer une stratégie générale d’apprentissage pour les cours – la « méthode de l’analyse » – qui serait applicable aussi dans l’exécution de la mission future des enseignants formés avec cette méthode. A côté de ce projet ambitieux et quelque peu utopique, la tentation était grande de chercher, dans le prolongement de l’Encyclopédie, à faire la somme des savoirs de l’époque puisque toutes les disciplines étaient enseignées ; la caractéristique générale de ces cours dont la préparation était très rapide a donc été de faire le point sur les connaissances les plus avancées dans un projet visant à assurer par la suite la scolarisation de tous les citoyens. Toutefois, à la différence de l’Encyclopédie, il s’agissait de mettre en place une méthode d’acquisition et de transmission des savoirs. On n’y trouve donc pas un projet cohérent d’ensemble qui aurait permis d’assurer la continuité et la complémentarité des savoirs enseignés. Les cours sont ainsi la préfiguration d’enseignements ultérieurs disciplinaires avec une large autonomie de ces disciplines.

11En fait, ce sera le projet de présentation des savoirs actuels dans une recomposition des méthodes d’enseignement – l’» analyse de l’entendement » – qui sera l’élément dominant commun. Rappelons que ces cours savants s’adressent à des « citoyens déjà instruits ». Les recommandations pédagogiques et la référence au projet initial de la Convention, qui envisageait une formation de base applicable directement pour un enseignement populaire, ne sont généralement pas un élément déterminant de ces cours, même s’ils sont souvent évoqués au long des enseignements. Parfois même, une lecture des cours pourrait se traduire schématiquement par « Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ! » Ainsi Haüy affirme la nécessité du recours aux mathématiques en physique, tout en donnant un cours essentiellement descriptif sans aucun recours à un formalisme mathématique ni à une utilisation explicite des leçons de mathématiques dispensées dans le même temps. Berthollet, médecin et chimiste praticien pour lequel l’enseignement ne constituera qu’un bref épisode de sa carrière, décrit le modèle d’un bon enseignement de la chimie dont le déroulement naturel doit aller du simple au complexe... et prend la démarche inverse, en commençant de façon très formelle par les règles générales sur l’affinité chimique ! Il considère en effet qu’il s’adresse à des élèves ayant une bonne connaissance de la chimie (ce qui le dispensera d’un enseignement sur la nomenclature chimique). Le chapitre qu’il rajoutera dans l’édition du cours de l’an IX reviendra sur cette difficulté tout en actualisant les informations données. Daubenton est un savant âgé, en fin de carrière. Il a un souci affirmé de l’enjeu constitué par la formation à l’enseignement que l’on doit donner aux élèves et fait une référence explicite aux instituteurs des écoles primaires ; cependant il lit en grande partie un cours rédigé et n’utilise que peu les éléments concrets qu’il aurait pu présenter facilement, puisqu’il était alors directeur du Muséum d’histoire naturelle. Il est, lui aussi, pris entre deux exigences peu compatibles : faire un point sur les savoirs actuels et enseigner une méthode d’enseignement pouvant être étendue à l’ensemble de la nation.

12Les cours de l’an III, en particulier ceux de sciences expérimentales, permettent donc de dresser l’état des savoirs du siècle des Lumières sans pour autant s’inscrire dans l’esprit de l’Encyclopédie. Il faudrait plutôt les relier à l’Encyclopédie méthodique, publiée à partir de l’époque des cours et dont plusieurs articles sont dus aux enseignants de l’École de l’an III. Ils s’inscrivent dans le mouvement de normalisation entrepris durant la période révolutionnaire qu’il s’agisse de la nomenclature (chimique, cristallographique, des espèces, des classifications) ou des travaux de la commission des poids et mesures. Le rôle de l’expérience est repensé par rapport à la phase précédente des cabinets de physique (abbé Nollet) ou des salons de physique (Voltaire et madame du Châtelet). Là aussi, les cours se démarquent de la période précédente. Il s’agit d’établir des lois à partir d’expériences fondatrices plutôt que de séduire par des manipulations spectaculaires. La présentation d’expériences effectuées au cours des séances de débats par Haüy et ses collaborateurs vise ainsi directement à illustrer le contenu des cours même si parfois des effets paradoxaux et surprenants sont utilisés. La référence à la physique newtonienne et aux travaux récents de Coulomb sur les forces électriques est présente chez Haüy et Berthollet à travers l’affinité (chimique) et les effets de répulsion (physique) où le calorique est décrit comme une manifestation qui s’oppose à l’attraction chimique. Cette notion marquera la science du début du xixe siècle. Tout en se démarquant du phlogistique, à la suite de Lavoisier qui avait justement interprété la combustion comme étant une réaction chimique avec l’air, le statut du calorique, discuté dans une annexe du présent ouvrage, reste imprécis. « Le calorique n’est-il que l’effet d’un mouvement intestin, en vertu duquel les molécules des corps soient sollicitées à s’écarter ou à se rapprocher les unes des autres, suivant les circonstances ? Ou bien est-ce une matière réelle, un fluide subtil et élastique, qui pénètre dans tous les corps et en écarte les molécules, ou leur permet de se rapprocher, suivant que sa quantité augmente ou diminue dans chacun des corps ? » écrit Haüy. Les cours, tout en indiquant ces deux interprétations possibles, feront le « mauvais » choix... Mais cette dualité n’a-t-elle pas persisté, de façon féconde, en sciences ? L’éther expliquera la propagation des ondes électromagnétiques dans le vide jusqu’à sa remise en cause par la théorie de la relativité. Le rayonnement continu du corps noir sera décrit par Planck en utilisant des variables discrètes, mais ne sera compris ultérieurement en termes de photons que par Einstein, ouvrant, par là même, la révolution quantique.

13Quoi qu’il en soit, la forme de ces leçons de chimie et de physique est l’effet d’un choix qui persiste encore aujourd’hui dans l’enseignement. Elles ne sont pas marquées par l’influence des cours voisins de mathématiques dont la modernité est remarquable. Prenons l’exemple de la capillarité, sujet à la rencontre de la physique (en termes d’équilibre de forces en surface et en volume) et de la chimie (l’affinité d’un liquide avec une paroi solide). Alors même que les travaux de Laplace formaliseront en 1804 les effets de pression capillaire en termes de courbure moyenne des interfaces, cette référence à la courbure mathématique est totalement absente de la présentation d’Haüy, même dans les éditions ultérieures de ses cours. De même, les notions de symétrie et la référence constante à la géométrie à l’intérieur des cours d’Haüy témoignent de la naissance que vit alors la cristallographie ; ils montrent cependant le peu de formation mathématique d’Haüy et, en particulier, son ignorance de la géométrie sphérique. Le succès ultérieur de son Traité élémentaire de physique, qui lui fut commandé par Bonaparte et qui s’inspire largement de ses cours de l’an III, contribuera en France à la césure entre physique, cristallographie et chimie d’une part, mathématique de l’autre, celle-ci devenant une discipline très formalisée.

14En ce sens, la présence des leçons de Daubenton, reconnu comme un anatomiste de talent, se justifie bien dans cet ensemble. Notons en passant que c’est par Daubenton qu’Haüy s’initia à la cristallographie. Dans ce cours d’histoire naturelle, le souci de fournir une description précise vient avant celui d’établir une classification des espèces – ce qui sera ultérieurement à l’origine des révolutions scientifiques dans le domaine.

15Soulignons enfin que ces cours, par certaines interventions patriotiques des enseignants et des élèves, par la participation d’élèves dans les débats ainsi que par les récits que certains d’entre eux en donneront ultérieurement, constituent un témoignage précieux sur une période très vivante de la Révolution française. Peu de temps après la période de la Terreur, ils retrouvent le souffle de l’esprit qu’incarnait si bien Condorcet.

16Nous avons utilisé l’édition des cours datée de 1801. Elle reprend, avec des corrections mineures, l’édition de 1795 établie à partir des notes des sténographes des séances. De nouveaux chapitres avaient été insérés en 1801. Nous ne les avons pas inclus dans ce volume pour rester conformes aux cours initiaux, à l’exception de l’un des derniers chapitres du cours de Berthollet qui fait état des progrès de la chimie depuis 1795 et d’un autre sur l’homme dans le cours de Daubenton ; ainsi, nous n’avons pas reproduit les cours de mécanique et d’astronomie faits par Biot, qui étaient absents de l’enseignement initial d’Haüy.

17Le texte des leçons suit l’édition ancienne dont il respecte notamment le découpage en courts paragraphes, adapté au format in-octavo. L’orthographe a cependant été modernisée pour faciliter la lecture ainsi que la ponctuation lorsqu’elle était trop pesante. Les graphies des noms propres ont été harmonisées.

Notes

1 L’article 1er du décret de la Convention du 9 brumaire an III dit : « Il sera établi à Paris une École normale où seront appelés de toutes les parties de la république des citoyens déjà instruits dans les sciences utiles pour apprendre, sous les professeurs les plus habiles dans tous les genres, l’art d’enseigner. »

2 P. Viallaneix et R. Elmoznino (dir.), L’Apprentissage du savoir vivant, Paris, PUF, 1995.

3 Le Livre du Centenaire. Édition du bicentenaire, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1994.

4 Séance publique annuelle des cinq Académies, Paris, 18 octobre 1994.

5 J. Dhombres (dir.), L’École normale de l’an III. Leçons de mathématiques. Laplace, Lagrange, Monge, Paris, Dunod, 1992.

6 Cette lettre autographe de Louis Pasteur a été acquise par la bibliothèque de l’École normale supérieure et a été présentée par D. Julia et P. Petitmengin dans le Bulletin de la Société des amis de l’Ens, 215, janv.-févr. 2000, p. 70-74.

7 D. Nordman (dir.), L’École normale de l’an III. Leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique. Volney, Buache de la Neuville, Mentelle, Vandermonde, Paris, Dunod, 1994.

8 M. Blay, N. Hulin, « René-Just Haüy (1743-1822), physicien. Introduction », Revue d’histoire des sciences, 50, 1997.

9 B. Didier, J. Dhombres (dir.), L’École normale de l’an III. Leçons de littérature, art de la parole, morale, analyse de l’entendement. La Harpe, Sicard, Bernardin de Saint-Pierre, Garat, Paris, Éditions Rue d’Ulm, à paraître.

10 D. Julia (dir.), L’École normale de l’an III. Une institution révolutionnaire et ses élèves. Introduction historique aux leçons, Paris. Éditions Rue d’Ulm, à paraître.

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540