Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude Debussy, jeux de formes

 | 
Maxime Joos

Deuxième partie. Affinités esthétiques

La conjonction Debussy-Baudelaire1

Célestin Deliège

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre le xixe siècle, époque qui a favorisé la fiction jusque dans l’œuvre instrumentale, et notre temps, qui a souvent donné à l’aspect formel des œuvres une attention presque exclusive, l’œuvre de Debussy semble offrir un singulier exemple d’équilibre entre forme et contenu sémantique et sémiologique. L’investigation de cet équilibre n’en est pas facilitée pour autant ; dès qu’on l’aborde, on se heurte, encore aujourd’hui, à ce malentendu qui concerne sa liaison à l’esthétique impressionniste.

Ce brevet d’appartenance a été décerné à Debussy très tôt ; on sait que lui détestait le mot, mais on peut difficilement se faire une idée de ce qu’il pouvait penser de l’esthétique recouverte par ce mot quand il s’agissait de son œuvre. Les musiciens de ma génération ont, quant à eux, très souvent réagi contre cette vision des choses tout simplement parce qu’ils voyaient, fort justement, dans la musique de Debussy un contenu stylistique beaucoup plus dense que ce qu’avait réellement apporté ...

Auteur

Célestin Deliège est ancien responsable des émissions de musique nouvelle à la RTBF (Bruxelles), professeur honoraire d’analyse musicale au CRM de Liège et responsable de séminaires de DEA à Paris (ENS et IRCAM) depuis dix ans. Il a publié en particulier Cinquante ans de modernité musicale. De Darmstadt à l’IRCAM (Mardaga, 2003).

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540