Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Claude Debussy, jeux de formes

 | 
Maxime Joos

Première partie. L’imaginaire créatif

Debussy et le mythe. Affinités et ambivalences1

Anne Roubet

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Un Mythe est la conque sonore d’une idée2.

Dans sa célèbre « Ouverture » pour Le Cru et le Cuit, Claude Lévi-Strauss propose de « répartir grosso modo les compositeurs en trois groupes […]. Bach et Stravinsky apparaîtront alors comme des musiciens “du code”, Beethoven, mais aussi Ravel, comme des musiciens “du message», Wagner et Debussy comme des musiciens “du mythe” » ; il précise que « les premiers explicitent et commentent dans leurs messages les règles du discours musical ; les seconds racontent ; les troisièmes codent leurs messages à partir d’éléments qui sont déjà de l’ordre du récit3. » C’est la désignation de Debussy comme musicien « du mythe » que l’on se propose de mettre ici en question. Si, en effet, celle-ci n’est en rien surprenante appliquée à Wagner, elle ne semble pas aller de soi pour Debussy, comme en témoignent les affirmations de Stefan Jarocinski : « Sa musique ne donne pas de réponses, elle ne crée pas de mythes, ne suggère pas de solutions4 », écrit-il, ajou...

Autor

Anne Roubet est élève de l’École normale supérieure et du CNSMDP (premiers prix d’analyse et d’esthétique).Titulaire d’une maîtrise de philosophie et agrégée de musique, elle commence ses recherches en esthétique.

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540