Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Symboles de la Renaissance. Tome III

 | 
Daniel Arasse
, 
Maurice Brock
, 
Georges Didi-Huberman

Le lieu virtuel : l’Annonciation au-delà de son espace

Georges Didi-Huberman

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le lieu EST la figure

Si le temps de l’Annonciation produit bien autre chose que le simple moment d’une histoire, alors le lieu ne s’y réduira pas plus à la seule circonscription d’un espace. On pourrait dire, jouant sur les mots, que dans l’Annonciation l’espace s’interloque : manière d’indiquer que le passage du Verbe divin dans l’humanité de Marie diffracte aussi l’idée d’un espace aux quatre sens de l’Écriture sainte. La sémiotique de l’Annonciation, on l’a vu, est une sémiotique des signa translata. Le lieu pictural de l’Annonciation ne saurait être, en conséquence, qu’une topologie du déplacement. Ce qui peut s’énoncer autrement : si la mise en jeu picturale des figures exégétiques permet d’élaborer de tels réseaux temporels - à savoir les subtils réseaux du présent virtuel, du passé commémoré et du futur préfiguré - alors elle exigera aussi d’élaborer le jeu des espaces réalistes à travers quelque chose que l’on pourra nommer un lieu-réseau, un locus translativus. Disons pour ...

© Éditions Rue d’Ulm, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540