Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Symboles de la Renaissance. Tome III

 | 
Daniel Arasse
, 
Maurice Brock
, 
Georges Didi-Huberman

Deux notes sur l’invezione chez Raphaël

Daniel Arasse

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

LA FORNARINA OU LE MYTHE DE L’AMOUR PEINTRE

On connaît maintenant l’histoire de La Fornarina. On sait comment, dans ce tableau redécouvert à l’extrême fin du xvie siècle, l’imagination des spectateurs a progressivement réussi à voir le portrait de l’amante du peintre, pour laquelle il serait mort d’amour.

Le mythe s’est constitué en cinq étapes :

  • Donnés à deux ans d’intervalle, les deux premiers témoignages sur le tableau n’évoquent nullement la maîtresse de l’artiste ; ils posent cependant déjà les deux pôles entre lesquels va se jouer le destin critique de l’œuvre. Dans une lettre à l’empereur Rodolphe II écrite en 1595, le vice-chancelier Coradusz décrit le tableau comme « une femme nue, portraiturée à mi-corps, de la main de Raphaël » (una donna nuda ritratta dal vivo, mezza figura di Raffaello) ; le 22 février 1597, Ludovico Cremasco écrit au duc de Mantoue Vincenzo I une lettre où la figure est celle d’une « Vénus nue peinte à mi-corps, avec les yeux et les cheveux noirs, portant...

© Éditions Rue d’Ulm, 1990

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540