Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Symboles de la Renaissance. Tome III

 | 
Daniel Arasse
, 
Maurice Brock
, 
Georges Didi-Huberman

Deux notes sur l’invezione chez Raphaël

Daniel Arasse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

LA FORNARINA OU LE MYTHE DE L’AMOUR PEINTRE

On connaît maintenant l’histoire de La Fornarina. On sait comment, dans ce tableau redécouvert à l’extrême fin du xvie siècle, l’imagination des spectateurs a progressivement réussi à voir le portrait de l’amante du peintre, pour laquelle il serait mort d’amour.

Le mythe s’est constitué en cinq étapes :

  • Donnés à deux ans d’intervalle, les deux premiers témoignages sur le tableau n’évoquent nullement la maîtresse de l’artiste ; ils posent cependant déjà les deux pôles entre lesquels va se jouer le destin critique de l’œuvre. Dans une lettre à l’empereur Rodolphe II écrite en 1595, le vice-chancelier Coradusz décrit le tableau comme « une femme nue, portraiturée à mi-corps, de la main de Raphaël » (una donna nuda ritratta dal vivo, mezza figura di Raffaello) ; le 22 février 1597, Ludovico Cremasco écrit au duc de Mantoue Vincenzo I une lettre où la figure est celle d’une « Vénus nue peinte à mi-corps, avec les yeux et les cheveux noirs, portant...

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540