Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de l’École normale supérieure

 | 
Pascale Hummel

Préface

Etienne Guyon

Texte intégral

1Le bicentenaire de l’École normale supérieure, célébré avec quelque faste à l’automne 1994, a été l’occasion d’une réflexion sur le présent et l’avenir de notre maison, mais aussi d’une nécessaire mise au point sur son passé.

2La seule synthèse un peu ample sur l’histoire de l’École datait de 1895. Ce « Livre du Centenaire » a été réédité par nos soins, avec une importante préface de Jacques Verger, et prolongé par un « Livre du Bicentenaire » où, guidés par Jean-François Sirinelli, une quinzaine d’historiens ont traité différents aspects de la vie et du rôle de l’École, en s’attachant spécialement à la période ouverte par la réforme de 1903.

3Ces publications ont été entourées par une dizaine d’autres, qu’on trouvera signalées dans la bibliographie de cet ouvrage. L’une d’entre elles entretient un rapport étroit avec ce guide, car elle a pris naissance, elle aussi, aux Archives nationales : je veux parler du catalogue de l’exposition tenue à l’Hôtel de Rohan, Maîtres et élèves, célébrités et savants. L’École normale supérieure, 1794-1994.

4Pour avoir été associé à sa préparation par le commissaire responsable, Jean-Daniel Pariset, j’ai compris combien la documentation sur le passé de l’École était à la fois riche et fragmentaire. Les écrits étaient tous là, au moins ceux qu’on avait jugés dignes d’un archivage. En revanche, la littérature « grise » — tracts, affiches, journaux clandestins ou confidentiels — et les objets faisaient cruellement défaut.

5C’est ainsi que, pour parler de mes années d’École (1955-1959), il ne restait pour ainsi dire aucune trace de l’engagement politique des élèves, si vif pourtant au moment du gouvernement Mendès-France, puis de la guerre d’Algérie, et très peu sur leurs activités culturelles et sociales. De même, il ne restait rien des montages faits par Alfred Kastler et ses collaborateurs, même si leurs expériences ont débouché sur un prix Nobel de physique, en 1966.

6Dans ces conditions, le remarquable instrument de travail dont je viens de prendre connaissance me semble constituer à la fois un bilan et un point de départ.

7Élaboré par deux chartistes et une normalienne, il traduit concrètement la collaboration qui s’instaure entre les deux grandes écoles littéraires du Quartier latin. Autrefois les contacts se faisaient plutôt par générations interposées, si l’on peut dire. Une exploration croisée des fonds d’archives de nos deux Écoles permettra un jour d’identifier les chartistes fils ou filles de normaliens, et les élèves de Normale issus de famille chartiste : on sera surpris de leur nombre. Mais aujourd’hui, le cas exceptionnel d’un Pierre Courcelle, reçu aux deux Écoles en 1930 (et plus tard professeur de latin au Collège de France), est en passe de devenir une règle : après la réforme des concours, il n’y a guère d’année qui ne voie naître un ou plusieurs « binationaux ».

8Ces jeunes gens à la double culture sauront, je l’espère, poursuivre le travail de pionnier mené à bien par les trois « conjurés », ainsi que par les archivistes qui avant eux avaient déjà recueilli, classé et décrit les fonds concernant l’histoire de l’École normale. Grâce à leur labeur austère, mais combien utile, cette terra incognita dans l’histoire de l’enseignement supérieur français va devenir le terrain de recherches fécondes et novatrices.

9Toutefois ce beau guide n’interpelle pas que les historiens. Le responsable d’une école, à laquelle le développement de ses centres de recherches et la fusion avec l’École normale supérieure de jeunes filles ont donné des dimensions jamais atteintes, se rend compte de l’importance d’un archivage « en temps réel », qui permette de ressaisir, à côté des documents administratifs et comptables, la vie scientifique, intellectuelle, politique, etc., d’une communauté particulièrement vivace.

10Il n’est pas question de tout conserver, mais il ne faut pas se tromper dans ses choix. L’échantillonnage pratiqué pour les copies de concours me paraît l’exemple d’une mesure réfléchie et raisonnable.

11Une attention particulière est portée aujourd’hui — enfin, pourrait-on ajouter — au patrimoine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Je me réjouis qu’un de nos archéologues soit à l’origine de l’association qui se propose de mettre en valeur, par des expositions et des parcours culturels, le patrimoine des organismes scientifiques de la montagne Sainte-Geneviève. L’utilisation de nouveaux moyens — CD-ROM, pages sur le réseau Internet — donnera une nouvelle dimension à cette reconquête du passé, à laquelle doivent s’associer tous ceux qui en détiennent une parcelle.

12L’élan de solidarité généreuse qu’ont suscité les manifestations du bicentenaire me fait penser que les archives de l’École normale supérieure, si bien présentées dans ce guide, ont un bel avenir devant elles.

Auteur

Directeur de l’École normale supérieure

© Éditions Rue d’Ulm, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540