Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de l’École normale supérieure

 | 
Pascale Hummel

Avant-propos

Jean Favier

Texte intégral

1Le souci des archives est un gage d’avenir. Pour vivre le présent, il faut le comprendre, savoir d’où il vient. Garder mémoire, c’est pour chacun, particulier ou institution, assurer son identité, sa dignité, son efficacité aussi. La première chose à faire, c’est donc de repérer les gisements de l’information et de les décrire pour donner une base sûre aux travaux à venir. Pour une École normale supérieure qui vient de passer le cap des deux cents ans, l’inventaire que voici était nécessaire.

2L’École est multiforme. On y trouve toutes les disciplines, ou peu s’en faut. On y rencontre toutes les ambitions. Certes, l’historien de l’École n’avait qu’à se plonger dans les archives ici décrites. Mais donner à l’École sa place dans l’Histoire, ce ne peut être seulement écrire tous les cent ans l’histoire d’un siècle. Il convient d’intégrer cette histoire, celle de l’institution et celle des femmes et des hommes qui l’ont fait vivre, dans une large vue de la société, de l’enseignement, de la recherche. Pourquoi ne pas dire : de la France. Bien des historiens qui ne consacreront ni leur livre ni leur article à l’École auront d profiter de ses archives pour une recherche dont le thème exigera qu’on n’y oublie pas l’École. À ceux-là, l’inventaire des archives dira ce qu’ils peuvent attendre, ouvrira des voies, suggérera des directions.

3Le hasard a voulu que, dans le temps où j’étais directeur général des Archives de France, je fusse aussi président du Conseil d’administration de l’École normale supérieure. C’est donc tout naturellement que j’ai souhaité associer les Archives aux manifestations du bicentenaire. Ce fut l’exposition de 1994, dont mon successeur Alain Erlande-Brandenburg a bien voulu reprendre le propos alors que je venais de quitter les Archives. Et c’est aujourd’hui l’inventaire dont Étienne Guyon et moi-même avions déjà mesuré la nécessité. Car, d défaut de ce hasard, la logique aurait conduit au même choix. La mémoire de l’École, elle est, fugace, dans les normaliens. Elle est, transmissible, dans la tradition orale des anciens. Elle est, fixée, disponible et analysable, dans les archives. Le bicentenaire, moment privilégié d’un regard sur le passé et l’avenir, était l’occasion d’une action en profondeur pour mieux assurer la mise en valeur de ces archives. Étienne Guyon y a employé toute sa conviction. Alain Erlande-Brandenburg a accepté de poursuivre l’entreprise. Et je félicite les trois auteurs de l’avoir menée d bien. Je souhaite que cette pierre angulaire du bicentenaire soit utile à tous.

Auteur

Membre de l’Institut Président du Conseil d’administration de l’École normale supérieure

© Éditions Rue d’Ulm, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540