Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passé présent

 | 
Nathalie Koble
, 
Mireille Séguy

Troisième partie. Incarnations : du textuel au visuel

« Ce qui est dit est dit ». Le Monde Vivant d’Eugène Green ou la résurrection du corps médiéval

Jean-Christophe Blum et Patrick Moran

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’enfance croit ce qu’on lui raconte et ne le met pas en doute. Elle croit qu’une rose qu’on cueille peut attirer des drames dans une famille. Elle croit que les mains d’une bête humaine qui tue se mettent à fumer et que cette bête en a honte lorsqu’une jeune fille habite sa maison. Elle croit mille autres choses bien naïves. C’est un peu de cette naïveté que je vous demande et, pour nous porter chance à tous, laissez-moi vous dire quatre mots magiques, véritables « Sésame ouvre-toi » de l’enfance : il était une fois…1
Jean Cocteau

À mi-chemin entre Moyen Âge et époque moderne, humour et gravité, naïveté et ironie, conte pour enfants et méditation pour adultes, Le Monde vivant d’Eugène Green (2003) est une œuvre sans cesse en mouvement (fig. 11). Le titre du film est le signe de cette versatilité : quel est ce « monde vivant » dont il est question, et à quels univers morts s’oppose-t-il ? Le monde vivant, c’est peut-être ce cadre médiéval trouble dans lequel se meuvent des personnages...

Auteurs

Jean-Christophe Blum,ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de lettres modernes, est enseignant-chercheur en études cinématographiques à l’université de Paris III. Ses recherches portent actuellement sur la question du détail comme critère de représentation au cinéma. Il prépare également un ouvrage sur le cinéaste Chris Marker pour les éditions du Sandre.

Patrick Moran,ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de lettres modernes, est enseignant-chercheur à l’université de Paris IV. Ses recherches portent sur la littérature arthurienne, notamment l’écriture cyclique en prose au xiiie siècle, et sur la théorie littéraire.

© Éditions Rue d’Ulm, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540