Éditions de la Maison des sciences de l’homme https://books.openedition.org/editionsmsh CC0 prouleau@msh-paris.fr Faire avec l’âge Alors que la population française tend à vivre plus longtemps, Faire avec l'âge est un livre nécessaire sur les conditions dans lesquelles le vieillissement de la population s’opère. Philippe Bataille s’est attaché à décrypter la littérature récente sur le sujet et à aller à la rencontre de nombreux acteurs de ce phénomène : médecins, gériatres, auxiliaires de vie, infirmières, directeurs ou directrices d’Ehpad, et personnes âgées elles-mêmes. Choisissant de laisser la parole à ceux dont le vieillissement est le quotidien, Philippe Bataille se fait le rapporteur discret de ce que veut dire vieillir et mourir en France aujourd’hui. S’arrêtant longuement sur la période Covid, ce livre pointe la désorganisation totale pendant la crise puis ses conséquences : la raréfaction des médecins traitants, la fin des déplacements à domicile, le recours à tout-va aux Urgences ou la désertification qui a actuellement lieu dans le milieu médical. Mettant en parallèle le mal-être des âgés et celui de leurs aidants, il montre les rigidités d’un système de vieillesse déshumanisé, toujours au détriment des patients, menant à des situations parfois tragiques.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/57716 2024-04-05 Philippe Bataille Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
France-Ukraine En décembre 1991, suite à la dissolution de l’URSS, l’Ukraine retrouve son indépendance. Elle devient alors le deuxième pays d’Europe par sa superficie et dispose du troisième arsenal nucléaire mondial jusqu’en 1994 et la signature du mémorandum de Budapest. La création d’une telle puissance en Europe de l’Est a reçu une réponse immédiate de la diplomatie militaire française : le poste d’attaché militaire français à Kiev est créé dès 1992 et la première visite officielle du ministre des Affaires étrangères français a lieu en janvier de la même année. De présidents en ambassadeurs, entre coopération et méconnaissance, Oksana Mitrofanova dessine l’histoire des relations diplomatiques et militaires franco-ukrainiennes sur plus de trente années. Abordant les problématiques de l’intégration européenne, de l’influence russe en France et du rapport à l’OTAN, et s’appuyant sur des entretiens avec d’anciens ambassadeurs ou militaires, des hommes politiques et des universitaires, elle montre comment la France est devenue un partenaire privilégié de l’Ukraine en Europe.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/61952 2024-04-05 Oksana Mitrofanova et Odile Melnik-Ardin Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Les expulsés, sujets politiques Les mesures d’expulsion comme les lois sur l’immigration font de fréquents retours sur la scène politique et dans les médias. Pourtant, les principaux intéressés, à savoir les expulsés eux-mêmes, sont trop peu entendus dans le débat public. En retraçant l’histoire de l’Association malienne des expulsés et d’autres associations semblables au Togo, au Cameroun et en Sierra Leone, Clara Lecadet s’intéresse à l’humain derrière la mesure. Quelle est la réalité de l’après expulsion ? Tenant compte de la honte et des difficultés matérielles inhérentes à cette épreuve, l’autrice décrit les luttes menées par les expulsés pour se reconstruire en tant que sujets politiques et imposer une présence collective dans l’espace public. Émergent ainsi de ces personnes historiquement opprimées et longtemps invisibilisées des revendications, des positionnements politiques et des actions d’entraide inédites. Clara Lecadet montre également comment l’auto-organisation résiste au temps en s’inscrivant dans un réseau international d’associations et d’ONG.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/62116 2024-04-05 Clara Lecadet Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Corps rituels Entre un passé compliqué et un futur incertain, comment vivre au mieux avec soi-même ? Pour répondre à cette question, l’ouvrage explore les constructions de soi de trois types de spécialistes rituels mandingues : les donsow (les chasseurs), les basitigiw (les féticheurs) et les jinatigiw (les maîtresses des génies). Il analyse la relation entre ces spécialistes et les entités – êtres de la brousse, choses-dieux et génies urbains – que leur pratique fait émerger. Il vise à saisir, par ce biais, ce que fait le rituel, comment il le fait, et ainsi à améliorer notre compréhension de ce mode d’engagement particulier. Afin d’en appréhender le rôle dans la fabrique du religieux, le regard est porté sur la dimension matérielle de cette fabrique : ingrédients des sacrifices, couleurs des habits qui plaisent aux génies, tonalité baroque prisée par les « nouveaux entrepreneurs religieux » qui excellent dans l’usage du « faux authentique », et, surtout, sur le corps des experts, qu’ils soient à la chasse, en transe, ou engagés dans un chair à chair avec certains objets-sujets ou avec des « personnes qui ne sont pas des personnes ». Le déplacement des conditions d’intentionnalité ou d’agentivité que ces spécialistes opèrent à travers leurs pratiques leur permet-il de modifier durablement leur rapport au monde, de se constituer en des sujets « virtuoses », d’agrandir leurs marges de liberté ? Ces pratiques, qui contribuent à l’émergence de la sphère a-islamique, se constituant dès les années 1990 face aux pratiques associées à l’islam, modifient-elles les rapports de force et de genre en place dans les sociétés africaines de ce début du xxie siècle ?

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/61432 2024-04-02 Agnieszka Kedzierska Manzon Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Harlem « Les Noirs seront-ils capables de se maintenir à Harlem ? », se demandait James Weldon Johnson en 1925. Ce livre offre, près d’un siècle plus tard, une réponse à sa question. Harlem ne sera bientôt plus un quartier noir américain. Peut-être ne l’est-il déjà plus. Sa reconquête, entamée dans les années 1980, s’est accélérée à la fin des années 2000, soutenue par les gouvernements municipaux successifs. La gentrification de Harlem résulte en effet largement des politiques publiques volontaristes qui y ont été déployées. La présentation de plusieurs conflits locaux met en évidence les frictions et les tensions qui ont émergé entre les habitants, la municipalité et les acteurs privés. La mobilisation locale n’aura pourtant pas réussi à empêcher le déplacement des habitants les plus pauvres et à faire valoir leur droit à la ville. Par ailleurs, en faisant l’histoire de la gentrification de Harlem, ce livre contribue à documenter les modalités de mise en œuvre du racisme systémique et à enrichir la compréhension des dynamiques historiques de subjugation des espaces et des populations noires aux États-Unis.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/61519 2024-04-02 Charlotte Recoquillon Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
La guerre au Baoulé Fabio Viti propose une ethnographie historique, description circonstanciée, au plus près des faits, concernant des pratiques guerrières appartenant au passé qui ne sont plus observables mais dont la reconstruction détaillée et ponctuelle a été rendue possible par le recours à une pluralité de sources : orales, sonores et matérielles pour les Baoulé ; écrites, cartographiques et iconographiques pour les archives coloniales. Des sources qui sont aussi bien ethnographiques qu’historiques, de terrain et d’archives, primaires et secondaires. C’est à partir de traces et de la superposition de fragments, de débris et de rebuts de tous genres que l’auteur s’efforce de reconstituer la matérialité des guerres vicinales de l’époque précoloniale et du choc final entre les Baoulé et les troupes coloniales. Une matérialité qui concerne le combat au ras du sol mais qui recèle aussi un sens plus général et plus profond de la guerre, de la violence, des forces mobilisées, de l’affrontement des corps et des affects, c’est-à-dire, de la vie et de la mort.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/61641 2024-04-02 Fabio Viti Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Le pays des « passions tristes » La Colombie a vu tant de conflits qui auraient pu être résolus se solder par une guerre ; tant de projets qui auraient pu être réalisés perdus au milieu des rivalités entre factions ; tant d’accords qui ont échoué à cause de rancunes. Pour résumer, tant de bonnes intentions qui ont été gâchées par des affects mal contrôlés. L’injustice sociale, le despotisme, l’oligarchie, l’incapacité administrative et la corruption sont à la source de ces drames et les études qui le montrent sont nombreuses. Cependant, la Colombie n’aurait-elle pas pu dépasser ces obstacles sans les emportements de sa classe politique ? Mauricio García Villegas répond à cette question de la manière suivante : dans toutes les sociétés, il existe une tension interne entre ce que Spinoza appelait, d’une part, les « passions tristes » – la haine, la vengeance, le ressentiment, l’envie, la peur – et, de l’autre, les « passions joyeuses » – la bienveillance, la compassion, le respect et la sympathie. En Colombie, l’équilibre, surtout dans le milieu politique, a lourdement penché du côté de la haine et de la vengeance. L’auteur commence son analyse par les découvertes de la « révolution cognitive » pour expliquer l’importance des affects dans la nature humaine et conclut par une discussion sur le mal et une défense éthique de la tolérance, et des autres émotions dites placides, comme possibilités d’endiguer la violence qui ébranle le pays depuis plus de cinquante ans.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/61772 2024-04-02 Mauricio Garcia Villegas et Anne Bardez Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Les graines de l'au-delà Pourquoi les hommes se mirent-ils à cultiver des végétaux qui poussaient en abondance autour d’eux ? Et comment l’idée d’une transformation de plantes sauvages en domestiques a-t-elle pu germer à l’esprit pour la première fois ? Le présent ouvrage apporte une nouvelle réponse à ces vieilles questions. Il montre que la mise en culture des plantes au Proche-Orient ne répondit pas à des soucis de sécurité alimentaire. Elle reflète un désir de transférer les forces vitales des défunts vers les plantes germant sur les sépultures. Il y a plus de 12 000 ans, un pareil stimulus conduisit à la constitution de lignées de graines-ancêtres d’où surgirent progressivement les premières plantes domestiques. En parallèle, la relation entre l’univers mortuaire et les plantes en domestication amorça une révolution des mentalités dont les religions et mythologies du Proche-Orient, de l’Égypte et de la Grèce ont préservé la mémoire. S’appuyant sur les découvertes de l’archéologie et de la biologie les plus récentes, cet ouvrage invite à découvrir un univers mental aussi subtil qu’éloigné des motivations purement pragmatiques, et fondateur des premières civilisations. Il dévoile au nom de quoi l’homme s’est positionné au centre d’un nouveau monde façonné par ses ancêtres, une place qu’il n’abandonnera plus jamais.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/61306 2024-03-13 Nissim Amzallag Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
L’esprit politique des savoirs L’objectif de cet ouvrage est de mieux comprendre les interrelations entre savoirs et pouvoir en se livrant à une mise en comparaison des évolutions des savoirs sur le droit avec ceux sur la société et ceux sur la nature. Cette mise en comparaison donne à voir un exceptionnel parallélisme des transformations dans le temps de ces trois régimes de savoir. Initialement inspirés par une forte tendance à l’autoréférentialité, par des approches en surplomb, par des vérités imposées, ils semblent de moins en moins en mesure d’échapper aux effervescences venues de la société. Le « social » devient partie prenante de ces trois régimes de savoir. Une telle évolution suggère alors une homologie avec les transformations du régime de régulation politique des sociétés marqué par une remise en cause du monopole d’une régulation par le haut. Finalement, une implication citoyenne de plus en plus évoquée dans les débats sur les savoirs et la place de ces derniers dans la Cité fait écho ou interagit avec les réflexions sur les attentes de redéfinition de l’exercice du pouvoir dans les sociétés dites « démocratiques ».

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/61222 2024-02-21 Jacques Commaille Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
La maison des sciences de l'homme de Paris Ce livre nous présente l’histoire de la Maison des sciences de l’homme, qui naît officiellement le 4 janvier 1963 lorsqu’elle est reconnue fondation d’utilité publique, mais dont les grandes lignes sont dessinées dès la période qui va de la fin de Seconde Guerre mondiale au milieu des années 1960, avec la VIe section de l’École pratique des hautes études comme cadre institutionnel et la Fondation Ford comme support. L’auteur s’interroge également sur l’avenir de la FMSH dans un contexte institutionnel et scientifique en pleine transformation et dans une conjoncture politique et économique nationale et internationale en plein bouleversement. Nous verrons comment la FMSH, depuis ses débuts jusqu’à nos jours, contribue à une meilleure connaissance – pluridisciplinaire et transdisciplinaire – d’un monde devenu multipolaire et global.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/61136 2024-02-15 Marcel Fournier Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Jacques Derrida, la dissémination à l’œuvre « Perdre la tête, ne plus savoir où donner de la tête, tel est peut-être l’effet de la dissémination ». Seize ans après sa mort, hériter de Jacques Derrida signifie hériter de sa philosophie de l’héritage dont l’autre nom serait dissémination, in(ter)vention par-delà le connu et le déterminé, au-delà du sens et du signe. Mais dans le vivant, rien que dans le vivant, car le séminal ne fait jamais oublier son acception la plus organique. Parce que Jacques Derrida résistait à séparer le penser du vécu, hériter de sa pensée opère dans l’expérience et l’épreuve de nos vies. Ce que montre la série de textes ici réunis. Dans son parti pris pour penser une mémoire comme dynamis, ce volume souhaite montrer comment la constellation conceptuelle et épistémologique inaugurée par Jacques Derrida a pu être efficace dans les différentes sciences humaines et sociales, autant pour en ouvrir les méthodologies que pour aider à la compréhension des transformations socio-politiques contemporaines (les nouvelles formes de terrorisme, les migrations, les nouvelles technologies, le biopolitique…).

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/60764 2024-02-05 Alexis Nuselovici et Sara Guindani Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Travailler avec Max Weber Ce livre collectif interroge la fécondité heuristique de la démarche wébérienne pour les sciences sociales d’aujourd’hui, alors même que celles-ci s’interrogent à nouveau sur leur fondement et sur leur objet. Il entend contribuer à une meilleure compréhension de l’œuvre de Max Weber à un moment où les références à celle-ci sont devenues plus nombreuses mais le plus souvent convenues, quand elles ne sont pas de l’ordre de la seule incantation ou qu’elles ne se réduisent pas à des stéréotypes rebattus. Alors que l’œuvre wébérienne articule en permanence analyse empirique, construction théorique et réflexion méthodologique, sa réception française a été et reste davantage cantonnée dans l’approche théorique et exégétique. Autour de quatre thématiques, le droit, la bureaucratie, la démagification du monde et l’art et la technique et en faisant appel, au-delà des spécialistes de Weber, à des chercheurs d’horizons divers qui « travaillent avec Max Weber », cet ouvrage veut rompre avec l’opposition stérile et inappropriée entre un Weber empiriste et un Weber théoricien et il ouvre le champ à des usages pluriels de l’œuvre wébérienne, sortant ainsi du seul domaine des « études wébériennes » , sans renoncer pour autant à la rigueur théorique et à la vigilance critique dont Weber reste un modèle.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/60527 2024-01-31 Jean-Pierre Grossein et Béatrice Hibou Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Pensée et culture stratégiques russes Depuis la chute de l’URSS, la pensée stratégique russe post-soviétique a connu une profonde mutation, dont le cœur fut la théorisation du contournement de la lutte armée. Si d’importantes recherches ont été menées sur l’application des stratégies indirectes russes (ou « guerre hybride ») dans l’espace post-soviétique, en Occident et en Afrique, l’analyse de leurs racines conceptuelles et des écrits des stratèges militaires qui les produisent fait encore défaut, freinant ainsi la compréhension des logiques profondes qui structurent la pensée stratégique russe post-soviétique. Fondé sur l’examen de la littérature militaire russe, encore peu explorée par la recherche, des documents de doctrine et des discours d’officiels militaires et politiques russes, cet ouvrage d’histoire et de stratégie analyse les concepts, notions et débats à travers lesquels les théoriciens militaires russes ont tenté de comprendre les caractéristiques d’une guerre moderne de moins en moins centrée sur la lutte armée. Ce travail explore en outre les cadres cognitifs de ces stratégistes, faits de croyances, de perceptions et d’une culture stratégique qui, bien que souvent négligées dans le contexte militaire russe post-soviétique, sont une clé de compréhension essentielle de la théorisation du contournement et des changements doctrinaux et institutionnels qu’elle a engendrés. La guerre en Ukraine ne pourrait être pleinement comprise sans la connaissance de cette histoire de la pensée et de la culture stratégiques russes post-soviétiques. Plus qu’une doctrine, le contournement de la lutte armée est devenu un tropisme stratégique. S’il a pu mener la Russie à de relatifs succès en Ukraine, dans l’espace post-soviétique, en Europe et en Afrique, ce tropisme a été décisif dans l’échec retentissant de l’« opération militaire spéciale » déclenchée par Vladimir Poutine le 24 février 2022.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/59881 2024-01-30 Dimitri Minic Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Patrimoine annexé Entre 1794 et 1811, la France révolutionnaire puis impériale confisque plusieurs milliers d’œuvres d’art et de livres précieux dans les pays d’Europe occupés par ses armées. Cette politique d’appropriation est légitimée par une doctrine audacieuse selon laquelle les œuvres « d’art et de sciences », fruit du génie de la liberté, doivent séjourner au pays de la liberté. Officiellement destinés à promouvoir l’instruction publique et le progrès des arts, ces objets répartis dans les collections nationales françaises, mais aussi dans les palais impériaux, ont été pour la plupart restitués à leurs propriétaires légitimes après la chute de l’Empire. Cette étude décrit les modalités et les effets des saisies pratiquées par la France dans le domaine allemand. Elle évoque les principaux acteurs, aux noms souvent prestigieux, impliqués dans les opérations des deux côtés du Rhin : Vivant Denon, Jacob Grimm, les frères Humboldt. Elle éclaire le rôle déterminant que cette politique d’appropriation a joué dans la prise de conscience patrimoniale des États germaniques au début du XIXe siècle. Elle examine enfin le sort effectivement réservé, en France, aux œuvres confisquées dans les collections allemandes.

Le second tome est consacré à la spectaculaire exposition au Louvre, en 1807-1808, des œuvres confisquées par Vivant Denon dans les collections d’Allemagne du Nord. S’appuyant principalement sur la notice sommaire qui accompagnait l’exposition, sur les procès-verbaux dressés lors des saisies (la plupart sont publiés ici pour la première fois) et sur les listes d’objets restitués, ce catalogue propose une reconstitution inédite et amplement illustrée de l’événement, sans précédent dans l’histoire des musées allemands, et de l’évolution du goût en Europe.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/52022 2024-01-17 Bénédicte Savoy Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Les ex-voto gallo-romains de Chamalières (Puy-de-Dôme) La construction d’immeubles à l’emplacement de la source des Roches à Chamalières a révélé la présence d’un dépôt de quelque 3500 ex-voto en bois gisant dans la tourbe baignée d’eau minérale.

Exceptionnel par son nombre et son état de conservation, cet ensemble, vestige d’un sanctuaire guérisseur du Ier s. ap. J.-C., est ici abordé sous ses aspects majeurs : contexte de découverte, sujets représentés (pour la plupart anthropomorphes), typologie, techniques de taille, « styles », approches comparatives. Expression d’un art populaire connu par ailleurs en Gaule, cette statuaire votive associe traditions indigènes et modèles italiques, annonçant la statuaire en pierre de l’art gallo-romain provincial. Un catalogue sur cédérom, base de données comptant 1725 notices illustrées de photographies, est adjoint à l’ouvrage. Il présente les pièces les plus remarquables, conservées au musée Bargoin de Clermont-Ferrand.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/46615 2023-12-13 Anne-Marie Romeuf et Monique Dumontet Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
L’impressionnisme à ses frontières Par ses écrits pionniers sur l’histoire du développement de l’art moderne, le critique d’art allemand Julius Meier-Graefe (1867-1935) joua un rôle décisif pour la canonisation de l’impressionnisme dans l’Europe de 1900. En défendant avec subversion et énergie la peinture de Manet, Renoir ou Cézanne outre-Rhin, il se mit à dos les élites conservatrices de l’Empire, qui observaient avec méfiance la propagation des valeurs de la modernité artistique. Tout au long de sa trajectoire franco-allemande, ponctuée de virulentes polémiques et cisaillée par le surgissement de la Première Guerre mondiale, Meier-Graefe lutta contre l’emprise d’un nationalisme obtus sur les récits artistiques. Son projet de régénération de la culture allemande fut ainsi indissociable de ses efforts pour la fédération d’une Europe pacifiée des images.
Si le progressisme francophile tout comme le vitalisme de son approche de la peinture ont parfois été soulignés, l’étude de son implication dans les débats politico-culturels de son temps révèle une personnalité plus nuancée. Ce livre analyse ainsi les surprenants à-coups et paradoxes ayant émaillé la carrière transnationale de Meier-Graefe, où alternèrent phases d’enthousiasme débridé et d’intense désillusion. Le personnage s’y dévoile comme un penseur du déclin et le chantre d’une modernité idéalisée, dont l’impressionnisme représentait à la fois la quintessence et le chant du cygne. 

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/59148 2023-12-07 Victor Claass Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Jacques Louis David, la traite négrière et l’esclavage De son voyage à Nantes au printemps 1790, Jacques Louis David rapporta une vaste composition allégorique, inspirée par l’esprit révolutionnaire qui avait très tôt pris racine dans la cité portuaire. Le présent essai en propose une analyse serrée soulignant que, lors de son séjour dans le premier port négrier de France, le peintre fut inévitablement confronté à la réalité du commerce des esclaves. En déchiffrant la polysémie iconographique de son dessin, Philippe Bordes y voit une métaphore de l’esclavage – ou plus exactement d’un esclavage Noir-Blanc, dans le double sens colonial et métropolitain – que David voulut y déployer. Il met en lien cette composition avec l’influence de son entourage parisien, qui comptait plusieurs membres de la Société des Amis des Noirs, et avec les vifs débats sur l’abolition de la traite négrière au sein de l’Assemblée nationale et en dehors. L’histoire renouvelée du séjour nantais de David se révèle alors comme le moment de l’entrée en Révolution de ce géant de la peinture en tant que citoyen et artiste.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/59293 2023-12-07 Philippe Bordes Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
La réinvention de la frontière au xxi<sup>e</sup> siècle La mondialisation est souvent associée à l’effacement des frontières entre les États et à la liberté de circuler. En étudiant les évolutions récentes des frontières, Steffen Mau montre que loin de disparaître, elles se sont transformées au xxie siècle en machines de tri. Avec l’aide de la numérisation et des nouvelles technologies de contrôle, elles se muent en smart borders, chargées de distinguer les voyageurs souhaités de ceux qui sont jugés indésirables. Ainsi, seuls quelques privilégiés bénéficient d’une liberté de circulation mondiale, tandis que pour le reste de la population, les frontières restent fermées. En s’appuyant sur des exemples précis, le sociologue analyse ici les formes, les fonctions et les symboliques de ces nouvelles frontières. À rebours de l’image répandue d’un monde contemporain entièrement ouvert, il met en évidence la façon dont elles établissent des inégalités face à la mobilité. Cet ouvrage propose une approche critique, rigoureuse et inédite du rôle des frontières dans le monde d’aujourd’hui. Steffen Mau y déploie sa réflexion dans une langue claire et accessible, et invite les lecteurs à se pencher sur les frontières modernes en remettant en question certains à priori.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/59793 2023-12-07 Steffen Mau et Christophe Lucchese Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Embryon, personne et parenté L’ouvrage présenté ici trouve son origine dans un séminaire de l’EHESS, animé par Enric Porqueres I Gené de 2014 à 2017. Ce séminaire a été l’occasion de mener un travail collectif aux perspectives fructueuses et heuristiques. Le point central de la réflexion s’est focalisé sur le statut de l’embryon dans le champ de l’histoire et de l’anthropologie. L’Afrique de l’Ouest, la Mélanésie, le monde Inuit, la médecine ayurvédique constituent autant de cas explorés dans le cadre de ce séminaire, souvent accompagné de spécialistes de ces différentes aires culturelles. La mise en parallèle de ces ethnographies avec les travaux sur les contextes des biotechnologies contemporaines a permis de dégager une série de récurrences qui semblent bonnes à penser. Les parallélismes entre les discours embryologiques dans une approche ontogénétique, de constitution de l’être, et ceux sur les origines de l’humanité propres à chacun des contextes analysés ont été étudiés. Deux parties structurent cet ouvrage qui comporte douze textes, mêlant approche anthropologique, philosophique, historique, sociologique et ethnographique. Une première partie porte sur la vie prénatale, d’abord mise en perspective par l’histoire des idées. Est également évoqué l’embryon tel qu’ici et ailleurs il est thématisé. On y trouve les contributions de Luc Brisson (CNRS), Christèle Barois (Universitat Wien), Stéphane Dugast (IRD/MNHN), Laurent Dousset (EHESS), Mary Picone (EHESS), Alejandro Bilbao (Université de los Lagos, Chili). Une deuxième partie est consacrée à l’embryon dans le cadre des biotechnologies de la reproduction contemporaines en Europe. Y figure les textes de Enric Porqueres i Gené (EHESS, LAIOS-IIAC), Simone Bateman (CNRS, CERMES 3), Anne-Sophie Giraud (CNRS, LISST), Séverine Mathieu (EPHE), Giulia Colavolpe Severi (EHESS),,Noémie Merleau-Ponty (CNRS-IRIS) et Giulia Zanini (Queen Mary University of London).

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/59648 2023-12-04 Séverine Mathieu et Enric Porqueres i Gené Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Walter Benjamin au micro Walter Benjamin est resté célèbre grâce à ses travaux en tant que philosophe, historien de l’art ou encore critique littéraire. Cet ouvrage présente un aspect méconnu de ses activités : entre 1927 et 1933, Benjamin a enregistré une centaine d’interventions au microphone sur les antennes de Berlin et Francfort et s’est efforcé de dépasser les formes journalistiques de pur divertissement. À travers ses chroniques littéraires ou ses contes radiophoniques pour enfants, le philosophe berlinois a souhaité repenser le matériau sonore diffusé sur les ondes.
Ce livre original propose d’aller à la rencontre de Walter Benjamin par le prisme de sa voix. Les recherches de Philippe Baudouin à l’origine du présent ouvrage tendent à faire entendre l’écho du philosophe, en proposant de redécouvrir l’intérêt à la fois théorique et pratique dont il témoigna pour la radio. L’ouvrage comprend également des annexes sonores, avec d’une part les deux seuls témoignages sonores du philosophe connus à ce jour, extraits de la pièce radiophonique pour enfants Chahut autour de Kasperl, diffusée à la radio de Cologne le 9 septembre 1932, et d’autre part une interview de Stéphane Hessel réalisée par Philippe Baudouin pour France Culture, dans laquelle ce premier témoigne reconnaître la voix de Benjamin dans le personnage de Kasperl.
Ce livre est une réédition augmentée du livre de Philippe Baudouin paru en 2009 aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Il a reçu le prix Inathèque décerné par l’Institut national de l’audioviosuel.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/53031 2023-11-20 Philippe Baudouin Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Vie et mort de l’impôt sur la fortune Suspendu depuis de nombreuses années en Allemagne, l’impôt sur la fortune a été supprimé et remplacé par un impôt sur la fortune immobilière au début du mandat d’Emmanuel Macron. Comment un impôt réputé difficile, voire impossible à supprimer a-t-il fini par disparaitre ? Afin de répondre à cette question, ce livre se concentre sur les batailles autour de l’ISF et les modalités du travail de représentation à l’Assemblée nationale et au Bundestag, jusqu’en 2017. S’appuyant sur des approches empiriques complémentaires, cette enquête entend expliquer comment les députés des deux pays représentent les puissants, les groupes dominants.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/59051 2023-11-20 Martin Baloge Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
La fin des illusions Il y a quelques années encore, le progrès social était tenu pour acquis dans l’opinion publique occidentale. Le triomphe mondial de la démocratie et de l’économie de marché semblait inéluctable ; partout, la libéralisation et l’émancipation, la société du savoir et la diversité des modes de vie semblaient s’imposer. Des événements récents comme le Brexit ou l’élection de Donald Trump nous ont douloureusement montré qu’il ne s’agissait que d’illusions. C’est seulement maintenant que l’on mesure l’ampleur du changement structurel qu’a connu la société. La modernité industrielle a cédé la place à une modernité tardive marquée par de nouvelles polarisations et de nouveaux paradoxes, et où progrès et malaise se côtoient de près.
Dans une série d’essais, Andreas Reckwitz analyse cette transformation dans la culture, la politique, l’économie, le monde du travail ou encore l’éducation en s’appuyant sur de nombreuses études de sciences sociales. Il déploie ainsi une théorie inédite et lucide de la modernité qui s’inscrit dans le prolongement de son précédent ouvrage La société des singularités traduit en 2021, et qui révèle les principaux paradigmes du monde contemporain : la nouvelle société de classes, les caractéristiques d’une économie postindustrielle, le conflit autour de la culture et l’identité, l’épuisement qu’entraîne l’impératif de la réalisation de soi et la crise du libéralisme.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/58988 2023-11-14 Andreas Reckwitz et Loïc Windels Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
L'éthique des révolutions De quoi les révolutions sont-elles le nom ? De quelle impulsion, de quel désir de l’humanité sont-elles la marque ? Dans cette somme considérable, Yadh Ben Achour, juriste et universitaire tunisien, examine le phénomène révolution, depuis sa conceptualisation à sa mise en œuvre. Croisant de nombreux exemples, l’auteur développe sa théorie : les révolutions seraient mues par une éthique. Si celles-ci sont multiples – démocratiques, indépendantistes, liées ou non aux religions –, elles sont aussi universelles. Traitant d’exemples bien connus comme la Révolution française ou les révolutions américaine, russe ou chinoise, polonaise ou iranienne, Yadh Ben Achour amène également sur le devant de la scène les révolutions africaines, arabes et en Islam. Cette approche, originale, fait la part belle à ces exemples moins connus du public français. De l’Éthiopie au Soudan en passant par l’Égypte, l’Afrique du Sud, la Guinée, le Mali ou encore le Burkina Faso, cet ouvrage nous emporte au rythme effréné de l’histoire des révolutions, partout, en tous temps.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/58831 2023-11-07 Yadh Ben Achour Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Le gisement de Crévéchamps (Lorraine) Quarante hectares de gravière sondés, des vestiges reconnus sur quinze hectares : une fenêtre d'une surface exceptionnellement vaste s'est ouverte entre 1989 et 1994 sur l'histoire ancienne de la vallée de la Moselle près de Crévéchamps. Avec 7000 structures relevées, Marie-Pierre Koenig et son équipe ont dû respecter une méthodologie rigoureuse pour établir comment, en deux millénaires, les hommes ont colonisé ce fond de vallée soumis aux divagations de la rivière. Grâce au regroupement des structures par ensembles fonctionnels, à leur examen typologique, à leur intégration dans un paysage reconstitué par l'analyse environnementale, grâce aussi à une remarquable étude de la céramique des âges du Bronze et du Fer étayée par la comparaison avec de nombreux sites en Europe du Nord, les auteurs proposent un schéma d'évolution de l'occupation qui fait d'ores et déjà référence.

Les défrichements débutent au Néolithique. Durant la protohistoire, l'habitat va se densifiant : palissades, chemins et fossés suivent les délimitations naturelles formées par les anciens chenaux tandis que sur les dômes gravillonneux des exploitations se déplacent cycliquement. Par la suite, les Gallo-Romains drainent et cadastrent le terroir. Des fermes y perdurent, héritières des traditions gauloises, mais l'activité se diversifie avec l'ouverture d'une vaste argilière –jusqu'à ce qu'au iie s. ap. J.‑C. une inondation conduise les hommes à délaisser cette zone trop humide.

Le chercheur trouvera ici matière à asseoir sa réflexion par l'examen d'une iconographie soignée et d'une importante documentation regroupée en fin d'ouvrage : catalogue de la poterie, descriptif des bâtiments, datations 14C, index des structures, plans généraux et index locorum. Enfin, des résumés en anglais et en allemand en tête de chaque chapitre garantissent au lectorat international un accès rapide à la démonstration.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/57561 2023-10-27 Marie-Pierre Koenig Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Le parfait fasciste Lorsque Attilio Teruzzi, officier militaire décoré, épousa une jeune juive américaine à l’orée d’une brillante carrière de chanteuse d’opéra, sa bonne fortune semblait acquise. Le mariage fut couronné par la bénédiction de Mussolini en personne. Pourtant, trois ans plus tard, ce converti de la première heure à la cause fasciste, devenu commandant des Chemises noires, répudia sa femme, l’accusant d’avoir compromis son honneur masculin. C’est avec une autre jeune femme juive et étrangère que Teruzzi se dota d’un semblant de vie familiale, complétée par la naissance d’une enfant. Alors que les nazis s’impatientaient, il se trouvait nanti de deux épouses juives, l’une qu’il ne pouvait épouser légalement, l’autre dont il ne pouvait divorcer. À travers le récit intime d’une cour tapageuse et d’un mariage désastreux – brillamment reconstitué grâce à des lettres de famille et des archives judiciaires –, Le parfait fasciste nous invite au grand spectacle de l’ascension et de la chute de Mussolini. Teruzzi y apparaît comme un spécimen exemplaire de l’homme nouveau fasciste : conformiste, intéressé, sans scrupule, violent et opportuniste, en plus d’être un jouisseur effréné. Dans cette étude historique majeure, Victoria de Grazia nous rappelle que le privé est toujours politique dans la quête fasciste de la virilité et du pouvoir. Un portrait érudit et captivant des deux décennies du régime fasciste porté par deux récits – l’un politique et public, l’autre personnel et privé – savamment entrelacés.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/58481 2023-10-24 Victoria de Grazia et Anne-Marie de Grazia Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Reconstruire des vies Ce livre est la première monographie anthropologique qui examine de près les programmes chirurgicaux humanitaires. Il décrit le parcours des victimes de guerre syriennes et irakiennes, leurs blessures, leur traitement médical improvisé sur place, leurs soins à l'hôpital géré par MSF à Amman en Jordanie et leur retour chez eux, en se concentrant sur les non-combattants blessés.
L'autrice étudie la manière dont les employés de MSF et leurs -patients interagissent, et comment ces interactions contribuent à l'immense travail de guérison qui attend les victimes de guerre. Le lecteur découvre des espaces intimes qui sont habituellement fermés à l'observateur : l'hôpital MSF et les maisons des patients, des lieux riches en contacts humains, en perceptions, en émotions, en conflits et en réconciliations.
Reconstruire des vies est le fruit d'une étroite collaboration entre l'autrice et Médecins sans frontières, notamment son think tank interne, le CRASH (Centre de réflexion sur l'action et les savoirs humanitaires), engagé dans une réflexion critique sur les pratiques de terrain.
Ce travail, qui a entraîné un certain nombre de changements opérationnels dans la manière de traiter les patients, est un exemple de l'impact durable que peut avoir la recherche sur la -pratique humanitaire.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/58216 2023-10-23 Vanja Kovacic Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Promesses alimentaires La sociologie de l’alimentation, sans doute parce qu’elle a été longtemps structurée autour des questions de goût, de territoire, de patrimoine et qu’elle explore la question de la commensalité, a privilégié dans sa problématisation de l’acte alimentaire la ligne directrice de la continuité. Aussi, en proposant dans cet ouvrage collectif de soumettre l’alimentation au cadre d’analyse de la promesse, nous souhaitions opérer un pas de côté problématique susceptible de mieux rendre compte de l’articulation entre le temps long de l’histoire de l’alimentation, sa dimension anthropologique et les effets de rupture engendrés par certaines promesses. L’objectif était double : d’une part interroger le caractère novateur des promesses alimentaires et donc de saisir leurs conditions d’émergence, de circulation et de transformation ; d’autre part, comprendre ce que les mangeurs en font concrètement au quotidien : les adoptent-ils ? les rejettent-ils ? les bricolent-ils ? Ont ainsi été rassemblées neuf contributions issues d’enquêtes de sciences sociales et d’histoire, à dominante ethnographique, richement illustrées et réalisées sur trois continents. Les promesses décryptées ici s’arriment à des produits (pain, probiotiques, compléments alimentaires), à des pratiques (les régimes « sans », le mouvement « zéro déchet ») et à des enjeux (l’autonomie alimentaire des villes, l’alimentation en fin de vie, la malnutrition infantile et l’aide alimentaire). En cela, l’ouvrage s’adresse aux étudiants, enseignants, chercheurs et autres professionnels intéressés par l’alimentation contemporaine et ses dimensions sociale, politique, nutritionnelle et écologique.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/58288 2023-10-23 Tristan Fournier et Sébastien Dalgalarrondo Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Pilule : défaire l’évidence Suite à la récente « crise des pilules » de troisième et de quatrième générations, les femmes rejettent de plus en plus massivement ce moyen de contraception. Pourquoi la pilule est-elle alors tant prescrite en France, en dépit des critiques qu’elle soulève ? Comment est-elle devenue une évidence médicale alors qu’elle ne l’est pas dans d’autres pays ? Ces questions, abordées dans l’ouvrage, sont d’autant plus cruciales que ce standard médical n’est pas sans conséquences : il conduit à amalgamer « pilule » et « contraception », et à définir cette dernière exclusivement comme une « affaire de femmes ».

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/58110 2023-10-17 Alexandra Roux Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Les « dit-on » et quelques autres récits plus sérieux Des recueils de fables aux enquêtes de terrain en sciences humaines et sociales, les contes et les légendes d’Afrique captivent depuis longtemps de nombreux lecteurs, qu’ils soient ou non occidentaux. En revanche, les rumeurs, les ouï-dire, les anecdotes et autres commérages qui y ont cours et qui peuvent tout autant nous éclairer sur l’organisation d’une société, ses imaginaires et ses représentations, ont été très souvent relégués au second plan. Dans cette anthologie, l’anthropologue Jean-Paul Colleyn et son collaborateur malien Mingoro Sanogo ont rassemblé une cinquantaine de récits, entendus et collectés au Mali entre les années 1980 et les premières décennies du XXIe siècle. Néologisme formé par la combinaison des on-dit et des dictons, les « dit-on » sont à la fois de petits contes sur les origines et de véritables paraboles des temps modernes, mêlant fiction et récit autobiographique. En creux, ces histoires brossent ainsi un portrait aux multiples facettes de la société malienne : l’amour, la vie conjugale, la sexualité, tout comme les cultes, leurs dieux, leurs génies et leurs malédictions, émaillent le quotidien que racontent ces témoignages. Plutôt que de se concentrer sur les illustres cultures de cour africaines, connues pour leurs griots et leurs marabouts, ce livre entend réhabiliter les modes moins prestigieux de l’oralité, tout en montrant que le bouche-à-oreille demeure encore aujourd’hui une source d’information tout aussi instructive que savoureuse.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/57991 2023-10-10 Jean-Paul Colleyn et Mingoro Sanogo Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Lascaux et la conservation en milieu souterrain Organisé à l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication, le symposium international « Lascaux et la conservation en milieu souterrain » s’est tenu à Paris les 26 et 27 février 2009 sous la présidence de Jean Clottes. Réunissant près de trois cents participants provenant de dix-sept pays, il avait pour but de confronter les recherches et travaux menés dans la grotte de Lascaux depuis 2001 avec les expériences conduites dans les autres pays du monde sur la question de la conservation en milieu souterrain. Douze communications ont abordé des questions relevant de disciplines telles que l’hydrogéologie, la climatologie et la microbiologie en lien avec la protection et la mise en valeur des grottes ornées. Les exposés ont été suivis de débats donnant largement la parole aux experts et à l’ensemble des participants.

Constituant les actes du symposium, ce volume regroupe les études présentées lors des séances ainsi que la transcription intégrale des débats. Il livre à la fois une synthèse des travaux de conservation réalisés à Lascaux entre 2001 et 2009, et un témoignage de l’état de la recherche et de l’état sanitaire de la grotte à cette dernière date.

]]>
https://books.openedition.org/editionsmsh/56765 2023-09-27 Noël Coye Éditions de la Maison des sciences de l’homme fr Éditions de la Maison des sciences de l’homme