Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

IV - Histoire de la médecine

Histoire de l’homéopathie*

Texte intégral

  • * « L’histoire de l’homéopathie en France (1830-1940) », dans Praticiens, patients et militants de l (...)
  • 1 Olivier Faure, « Pour une histoire comparée de l’homéopathie », Homéopathie française, vol. 78, n° (...)
  • 2 Christian Boiron et Jean Rémy, L’homéopathie, un combat scientifique, Paris, Albin Michel, 1990.

1Ne me demandez pas une histoire érudite de l’homéopathie française au cours du premier siècle de son existence – en gros entre 1830 et 1940. Les chercheurs du Centre Pierre Léon, et d’abord Olivier Faure et Lucile Lasveaux1, conduisent depuis quelques années des recherches, qui ont donné lieu à des publications partielles, qui apportent un éclairage renouvelé aux travaux plus engagés des pratiquants ou des spécialistes de l’homéopathie, dont le dernier ouvrage de Christian Boiron et Jean Rémy retrace les péripéties, et le déplacement vers un important débat scientifique2.

2Aujourd’hui c’est bien en effet sur le terrain de la science ou, dans cette rencontre, sur celui de l’histoire de la science, que s’est déplacé le débat. Mais il ne faudrait pas verser dans l’anachronisme. Au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale, il est peut-être abusif de parler véritablement de polémique scientifique dans le conflit qui oppose homéopathes et allopathes : les raisons en sont multiples, mais elles tiennent peut-être avant tout au rapport entre médecine et science. Il est probablement tout à fait exagéré de faire commencer la « science médicale » avec les travaux de Claude Bernard (Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, 1865) ou de Louis Pasteur, élu à l’Académie des sciences en 1862, ne serait-ce que parce que l’un et l’autre ne sont pas médecins, mais physiologistes, biologistes ou même chimistes, et parce que depuis longtemps la pratique médicale s’appuie sur la transmission d’un savoir, renouvelé depuis le début du siècle par le développement de l’auscultation et de la médecine clinique (Laënnec, 1826). Le livre de Michel Foucault, Naissance de la clinique, une archéologie du regard médical (1963) explique comment le progressif changement du regard sur l’homme fait inclure la médecine dans la démarche scientifique.

3Mais pendant longtemps, dans tout le monde occidental du XIXe siècle, la médecine est plus l’association d’une pratique et de doctrines, avec des écoles, des chapelles, des querelles d’école, qui ne font que peu à peu entrer dans l’enseignement les découvertes scientifiques fondamentales, celles par exemple de la bactériologie, encore objet, tout à la fin du siècle, de critiques ou de plaisanteries dont on trouvera maints exemples tant en France qu’en Allemagne.

4Aussi parler de la naissance et de la divulgation de l’homéopathie en France au XIXe siècle, c’est bien se placer dans cette situation : une doctrine nouvelle, qui a des racines, souvent lointaines, et qui se situe dans un contexte général, comme l’a très bien mis en lumière Olivier Faure. C’est pourquoi, bien que ce soit le sujet de la thèse de Lucile Lasveaux, je vais essayer d’occuper un terrain historiographique quelque peu différent, celui de la diffusion d’une doctrine et d’une pratique, celui des obstacles à cette diffusion, en essayant de montrer qu’en même temps qu’adhésion populaire, il y eut résistance aussi, en cherchant à comprendre cette résistance. Sur ce terrain difficile, les chercheurs allemands ont sans doute déjà pu aller plus loin que les historiens français, ne serait-ce que parce que le mouvement allemand a plus d’ampleur, et que, comme le dira Eberhard Wolff, le mouvement des « laïcs » (non-médecins) a pris dans l’Allemagne de la seconde moitié du XIXe siècle une extension beaucoup plus grande qu’en France, même si, comme le démontre Olivier Faure, le regard porté en priorité sur le monde médical oblitère les capacités et l’intensité de l’expression non médicale.

  • 3 Claude Rozet, Bibliographie de l’homéopathie. Publications en langue française de 1824 à 1984, Lyo (...)

5Comme toute démarche historique, il faudrait construire une chronologie de cette histoire de l’homéopathie française ; or aujourd’hui, il n’est guère possible de construire cette chronologie qu’à partir de l’écrit, des textes publiés, pour ou contre l’homéopathie, ce qui n’est qu’un aspect, souvent qu’un reflet de la pratique. En attendant le dépouillement plus complet du fonds Gallavardin à Lyon, la redécouverte de fonds semblables ailleurs (à Bordeaux, à Paris), en regrettant l’impossible accès ou la non-conservation de fonds hospitaliers qui seraient essentiels (Saint-Luc à Lyon, le service du docteur Tessier à Beaujon, l’annexe Sainte-Marguerite de l’Hôtel-Dieu, l’Hôpital des enfants de la rue de Sèvres à Paris, quelques autres hôpitaux, hospices ou dispensaires un peu partout en province, à Bourgueil, à Carentan, à Thoissey...), la chronologie reste fortement tributaire d’une littérature, aujourd’hui bien repérée sinon toujours lue et reconnue, grâce à la quasi exhaustive bibliographie de l’homéopathie en langue française, publiée en 1984 par les soins des laboratoires Boiron3.

6Notre première partie nous conduira jusque vers les années 1860 : l’arrivée, les combats acharnés pour imposer, mais aussi pour rejeter, la nouvelle doctrine, l’établissement d’une homéopathie française. La seconde partie est celle d’un long cheminement, plus ou moins souterrain, plus individuel que collectif, qui passe par une période de doute, de 1860 au lendemain de la Première Guerre mondiale – doute sur les moyens, sur l’efficacité, sur la science précisément-, avant de s’interroger sur les possibilités d’un renouveau, incontestable dans l’entre-deux-guerres.

DE BRILLANTS DÉBUTS, MAIS PAS DE VAGUE DE FOND

7Nous retiendrons quelques clichés des premières années de l’homéopathie française, quelques images qu’une patiente recherche d’archives pourrait sans doute enrichir et compléter.

8Deux éléments me paraissent essentiels. Le premier est que l’homéopathie arrive en France de l’étranger. Inutile de rappeler comment le fondateur, Samuel Hahnemann, quitta Koëthen en juin 1835 pour venir passer à Paris avec Mélanie les dernières années de sa longue vie, et livrer les ultimes combats de sa pratique. Mais arrêtons-nous un instant sur la diffusion de la doctrine et la pénétration des idées en France. Que l’usage de la langue allemande pour les éditions successives de l’Organon, ou du Traité de matière médicale ou des Traitements des maladies chroniques soit un obstacle pour la connaissance en France des idées de Hahnemann, il n’est pas possible d’en douter, même si le vieux médecin a sans doute déjà un réseau international, qui a fait pénétrer en Europe occidentale, en France et en Italie, ses idées principales. Cependant il n’est que de consulter le catalogue de la Bibliothèque nationale pour prendre conscience de l’ampleur de l’ignorance : ne figurent que la cinquième édition allemande de l’Organon (1833) et la seconde édition en quatre volumes des Chronische Krankheiten (Dresde, Leipzig, 1835-1839).

  • 4 Claude Rozet signale une première traduction de l’Organon de l’art de guérir, par von Brunnow, pub (...)

9La véritable entrée en France de l’homéopathie commence avec les premières traductions de l’œuvre de Hahnemann, en 1832, juste au lendemain de la première grande épidémie de choléra4. Les premières brochures françaises paraissent même à Lyon en 1831 (« Dissertation sur la Guérison du choléra asiatique et les préservatifs contre ce fléau », mais ce ne sont que des notices de 7 à 11 pages). Dès 1832, sous l’influence conjointe de trois hommes, un Allemand collaborateur de Hahnemann, C. Bönninghausen, un étonnant personnage italien, le comte Sébastien Des Guidi, et un éditeur de pharmacopée français, Antoine-Jacques Jourdan, l’œuvre de Hahnemann, ou tout au moins l’essentiel de celle-ci, commence à être diffusée en français, même si l’on se plaindra parfois de la médiocrité de ces premières traductions.

  • 5 Dictionnaire des sciences médicales. Biographie médicale, 7 volumes, Paris, Panckoucke, 1820-1825  (...)
  • 6 Jean-Pierre Gallavardin, Le comte Des Guidi, introducteur de l’homéopathie en France, notice biogr (...)

10Jourdan ne nous est pas autrement connu, mais il a une importante pratique éditoriale dans le domaine des publications encyclopédiques médicales et pharmaceutiques. Il a édité déjà un Dictionnaire des sciences médicales en sept volumes, un Code pharmaceutique en 1826, un Dictionnaire des sciences naturelles, il prépare une pharmacopée, et il est un des premiers introducteurs en France des grands innovateurs de la pratique médicale et hygiéniste allemande, traducteur de la Macrobiotique et du Manuel de médecine pratique de Hufeland5. Le comte Des Guidi nous est un peu plus connu et grâce à la notice biographique que lui a consacré le docteur Gallavardin l’année de sa mort en 1863, et par une étonnante notice en vers, composée en 1864 par le jeune publiciste Etienne Ducret6. Des Guidi est un de ces personnages de légende qu’a produit l’époque de la Révolution et de l’Empire en Europe. Né en 1769 (dix jours avant Napoléon Bonaparte) dans le royaume de Naples, exilé pour ses convictions libérales et républicaines, il devient répétiteur, professeur, inspecteur de l’Université en France, en même temps qu’il passe ses doctorats ès sciences en 1819 et ès médecine en 1820. C’est en soignant sa femme malade aux eaux de Pouzzoles qu’il entre en contact avec l’homéopathe napolitain De Romani ; converti aux vertus de cette nouvelle médecine, il l’introduit en France, où il exerce comme médecin homéopathe de 1830 à 1863 (il a alors 94 ans, sa femme nonagénaire lui survit). Ses funérailles lyonnaises, les cordons de drap mortuaire tenus par le recteur de l’Académie, membre de l’Institut, et l’inspecteur d’Académie, les honneurs rendus à un officier de la Légion d’honneur, sont en quelque sorte un hommage posthume à cet introducteur fécond de l’homéopathie.

11Passons sur le style du temps :

Condamnée à mourir... en ce moment suprême...
L’ange de tes vieux jours... la moitié de toi-même...
L’épouse, aujourd’hui veuve et qui porte ton deuil...
Elle était là... glacée,... un pied dans le cercueil...
Quand l’ombre d’Hahnemann, se penchant sur sa couche...
D’une main, déposant l’arôme sur sa bouche,
De l’autre, te tendant son livre... s’écria :
«  Toi, comte, prends et lis... mourante, bois et va !... »
Et docile à la voix du docteur patriarche,
Celle que tu pleurais... soudain se lève et marche !...
[...]
Oui, j’irai de mon maître implanter le symbole...

12Le rôle de ces initiateurs est considérable, à la fois par la diffusion de l’œuvre du vieux maître allemand – il y a au moins six éditions en français des œuvres majeures, de 1832 à 1834 –, et par une véritable campagne publicitaire auprès du corps médical français, à laquelle participe encore largement le comte Des Guidi (sa Lettre aux médecins français sur l’homéopathie, suivie des moyens homéopathiques de guérir le choléra, publiée à Lyon en 1832 chez P. Rusand, est un véritable manifeste en faveur de la doctrine hahnemannienne). Les premiers pas de l’homéopathie sont dominés par ce double caractère : les premiers adeptes sont des médecins et ils forment un milieu très international, qui gagne vite les pays méditerranéens, Italie, Espagne, et les États-Unis (premières publications américaines du docteur Constantin Hering, à Philadelphie en 1835 ; la quatrième édition française, en 1860, est traduite de la sixième édition américaine, elle-même revue et augmentée d’après la onzième édition allemande !).

13Caractéristique de ces précurseurs, Gottlieb Jahr joue un rôle essentiel dans la diffusion et l’organisation du milieu homéopathique en France. Avec Gottlieb Jahr, il s’agit bien, si l’on ose dire, de la vraie filière hahnemannienne en France. Ce jeune professeur allemand, né en 1800, a été converti à l’homéopathie lors d’une maladie, par le docteur Aegidi, l’un des disciples de Hahnemann à Düsseldorf. Il fait alors ses études de médecine, exerce comme médecin privé dans les cours allemandes ou dans les familles aristocratiques avec lesquelles il parcourt la France thermale, devient le collaborateur d’Hahnemann, auprès duquel il est appelé à Paris. De 1834 à 1870, il est le véritable diffuseur en France de la méthode homéopathique. S’il continue à rédiger en allemand (le Symptomen Codex en 1843), ce grand érudit cultivé, traducteur de la Bible, auteur de poèmes sacrés et profanes en même temps que d’une grammaire allemande, édite et publie directement en français dès le début des années 1840. Et à travers son œuvre, se décrit la méthode de propagation de l’homéopathie en France, avant même que l’on puisse parler d’homéopathie française. De 1840 à 1870, Gottlieb Jahr, le plus souvent par le truchement de l’éditeur Jean-Baptiste Baillière, multiplie les œuvres, aussi bien de vulgarisation que théoriques. Mettant en usage ce qui deviendra une règle de l’édition de vulgarisation, Jahr associe de volumineux manuels (8 éditions connues du vivant de l’auteur, en quatre volumes), et des pharmacopées, qui sont en fait les règles de préparation des divers médicaments homéopathiques à l’usage des médecins, mais aussi de petits livres que l’on pourrait appeler de propagande, comme ses Notions élémentaires sur l’homéopathie et la manière de la pratiquer, qui sont écrites directement en français dès 1839. Dès ce moment, il n’est plus fait référence aux fondateurs allemands, qui étaient tous cités dans le titre de 1835 ; on ne mentionne plus que « la doctrine médicale de Hahnemann » (Principes et règles), ou la « méthode de Hahnemann » (Traitement homéopathique).

  • 7 Deux exemples : les docteurs Toussaint et Auguste Rapou Père et Fils publient à Lyon en 1842 une b (...)

14En dehors de l’internationalisation, trois autres éléments caractérisent le milieu médical homéopathique à ses débuts : l’association avec des pharmaciens – le rôle des frères Catellan fut sans doute capital dès le début des années 1850 (ils cosignent avec Gottlieb Jahr la seconde édition de la Nouvelle pharmacopée homéopathique, Paris, Baillière, 1853,) ; la forte solidarité interne, avec la création des premières associations ; la participation aux congrès, journées ou conférences, dont les premières ont lieu en Allemagne, avant de naître à leur tour en France. Des observateurs français sont présents aux premiers congrès allemands, dont ils rapportent des relations. La notice nécrologique de Jahr en 1875 (réfugié en Belgique après la guerre de 1870 ; comme Allemand il n’avait pu rester à Paris pendant le siège et la Commune) rappelle qu’il était membre, associé, ou correspondant des sociétés homéopathiques de tous les pays7.

15La publication de revues et de journaux est le premier indice d’une indéniable pénétration de l’homéopathie en France : ils diffusent la méthode, assurent la publicité, donnent les adresses, citent les cas de guérison et les témoignages de malades reconnaissants, détaillent l’efficacité de l’homéopathie pour tel ou tel type de maladie ou de symptôme. La succession des titres, la brièveté des parutions, l’inexistence de collections suivies, sont bien sûr des indices de fragilité. Dès les années 1840, il existe des dissensions à l’intérieur des premières sociétés, gallicanes ou non. Mais sous des titres divers – Journal, Archives, Revue, Annales, Bulletin, Gazette... – il y a presque continuellement en France de 1834 à 1860 un organe le plus souvent mensuel de diffusion de la pensée et de la pratique hahnemannienne. Et la multiplication des revues régionales, la Revue homéopathique du Midi (Marseille 1848, Avignon 1853), la Gazette homéopathique de Bordeaux (1847), l’Observateur homéopathe de la Loire inférieure (docteur Perrussel, Nantes, 1845), montre que l’intérêt dépasse les milieux parisiens, même s’il n’est pas uniformément répandu.

16Indices également d’une pénétration rapide, la caricature et la condamnation – Honoré Daumier et l’Académie de Médecine, qui seraient aussi étonnés l’un que l’autre de se retrouver ainsi associés. C’est en 1837, du vivant de Hahnemann, que paraît dans Caricaturiana la charge de Daumier, dont on cite la légende, en oubliant le décor, sinistre cortège funéraire qui était le lot des populations civiles, en même temps que la démonstration de l’incapacité médicale :

Le public, mon cher, le public est stupide... nous le saignons [allusion à Broussais] à blanc, nous le purgeons à mort, il n’est pas content... il veut du nouveau... donnons lui en, du nouveau, faisons nous homéopathes. Similia similibus – (Bertrand) Amen ! – Tiens, voici une ordonnance qui résume le système.

Prendre un tout petit grain de... de rien du tout... le couper en dix millions de molécules... jeter une... une seule ! de ces dix millionièmes parties dans la rivière... remuer, remuer, triturer beaucoup... laisser infuser quelques heures... puiser un seau de cette eau bienfaisante... la filtrer... la couper avec 20 parties d’eau ordinaire et s’en humecter la langue, tous les matins, à jeun... Voilà ! – Est-ce tout ? – Oui... Ah ! diable – j’oubliais le principal... Payer la présente ordonnance.

17Si tous les éléments de la doctrine hahnemannienne ne sont pas repris, il faut avouer que la caricature cible les deux aspects populaires, la doctrine de la similitude et les dilutions-triturations.

  • 8 François-Vincent Raspail, Histoire naturelle de la santé et de la maladie chez les végétaux et che (...)

18Et si l’Académie de médecine croit bon de condamner dès 1835, c’est qu’elle se sent en position de faiblesse. Écoutons un contemporain, qui a joué un rôle essentiel dans le développement français d’une autre médecine parallèle, Raspail. Dans l’introduction de l’Histoire naturelle de la santé et de la maladie8, il rattache sa méthode aux introducteurs du médicament et du remède (Paracelse), et par bien des aspects peut être comparé à Hahnemann, même si tous deux s’ignorent mutuellement. Si Raspail, comme Hahnemann, prône une autre médecine, c’est bien à cause de la vanité, de l’incapacité, de la médecine officielle :

On fit bientôt table rase, et l’on se mit à douter et à méditer : le libre examen avait été impatronisé, dans les facultés de notre France, par la publication de l’Examen des doctrines médicales [Broussais].

19Et ce doute de la Faculté entraîne un raidissement de l’institution. Raspail ironise :

La guérison ne fut plus qu’un moyen ; le but c’étaient les titres honorifiques... la Faculté fut le théâtre permanent de ces conditions secrètes : « Tu me nommeras, je te nommerai, nous le nommerons ; tu me vanteras, je te prônerai, nous le prônerons et il nous prônera. »

20C’est cette Académie saisie par le doute, mais aussi recrutée en cercle fermé de cooptation et d’autocélébration quelque peu népotique, qui condamne Hahnemann et l’homéopathie dès ses débuts, sans l’empêcher de prospérer.

  • 9 Auguste Rapou Fils, Histoire de la doctrine médicale homéopathique, son état actuel dans les princ (...)
  • 10 Catellan Frères, Almanach homéopathique ou Annuaire général de la doctrine hahnemannienne, Paris, (...)

21Prospérité qui n’a pas en France l’allure d’un raz-de-marée. Le meilleur document d’ensemble que nous ayons, en dehors de l’histoire de la doctrine homéopathique de Rapou publiée dès 18479, est la série des publications des frères Catellan, pharmaciens homéopathes à Paris, l’Annuaire homéopathique, l’Almanach homéopathique... dont les éditions de 1860 et 1863 au moins ont été conservées10. Almanach de combat, pourrait-on dire, la publication des frères Catellan, associés à Jahr, est aussi un annuaire qui veut présenter un état quasi exhaustif de l’homéopathie au milieu du Second Empire. Comme toute liste d’annuaire, il faudrait pouvoir exercer un contrôle, savoir dans quelle mesure tous les noms indiqués sont des médecins homéopathes, ou si certains sont seulement des occasionnels du recours à l’homéopathie. Le bilan est cependant clair : il n’y a vers 1860 qu’un peu plus de 400 médecins homéopathes en France, 421 sur la liste de 1860, 436 sur celle de 1863, qui semble indiquer une légère progression.

  • 11 Cette carte ne recouvre pas exactement celles de l’ensemble des médecins dressées par Léonard pour (...)

22La carte 1 montre la répartition territoriale de ce groupe. Un homéopathe sur 4 exerce à Paris. En dehors de la capitale, trois zones de relative concentration apparaissent clairement : une grande zone à l’ouest du Bassin parisien, allant du Nord à la Loire moyenne, mais excluant la Basse-Normandie et la Bretagne (92 homéopathes dans 12 départements, contre 14 dans 8 départements) ; une assez forte représentation dans le Sud-Ouest aquitain (55 homéopathes dans 8 départements) ; des îlots de forte présence dans la vallée du Rhône et le Sud-Est (54 homéopathes de façon discontinue dans 7 départements). Hors de Paris, on recense donc 314 homéopathes, dont 201 sont concentrés dans 27 départements (deux tiers des médecins homéopathes dans un tiers du territoire). La carte cerne aussi les zones de faiblesse de l’implantation homéopathique : l’Ouest breton et normand (14 homéopathes pour 8 départements) ; le Massif central, mais aussi les Alpes, les Pyrénées et la Corse (12 homéopathes pour 10 départements) ; l’Est, ce qui surprend peut-être plus (20 homéopathes pour 13 départements). Soit, pour ce sous-ensemble, 46 médecins pour 31 départements, un septième du corps dans un tiers du territoire. Et plus encore que pour l’ensemble du corps médical, la présence homéopathique est majoritairement urbaine11 (214 sur 416 dans les villes chefs-lieux de département ou hors Paris 107 sur 314).

UNE LENTE ET LONGUE STAGNATION : POURQUOI ?

  • 12 Jacques Léonard, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs : histoire intellectuelle et politi (...)

23On peut interpréter ce nombre de 400 médecins homéopathes vers 1860 (d’autres sources parlent de 500...) soit comme la preuve d’une percée incontestable, soit comme un chiffre modeste à l’échelle du pays. Selon des statistiques plus ou moins précises (comment compter les médecins tant qu’il y a beaucoup d’officiers de santé ?) sur 15 000 à 18 000 médecins exerçant en France, 1 sur 30 ou 1 sur 40 adhère à l’homéopathie12.

Carte 1 - Médecins homéopathes en 1860

Carte 1 - Médecins homéopathes en 1860
  • 13 Antoine Dours, Pourquoi je fais de l’homéopathie, Amiens, Imprimerie de Lenoël-Hérouart, 1858, 24 (...)

24Mais ce nombre relativement restreint a été atteint en une génération (1835-1860) et il s’agit bien ici de médecins diplômés. Si l’on en croit les écrits pro-homéopathiques du temps, il semblerait que le combat soit gagné. Toutes les couches de la médecine seraient atteintes, jusqu’aux sommets de l’art et de la notabilité médicale, avec de premiers professeurs de faculté. Tous les milieux sociaux seraient aussi concernés et il se murmure même que l’impératrice Eugénie a un faible pour la méthode homéopathique. Une enquête en quelque sorte généalogique serait nécessaire pour comprendre les conversions, les adhésions, les cheminements qui conduisent des docteurs en médecine à la pratique de l’homéopathie. Parmi les témoignages existants, souvent publiés dans les revues homéopathiques, retenons celui du docteur Antoine Dours, d’Amiens. Cette brochure est présentée comme une lettre à son frère, chanoine honoraire, recteur de l’Académie du Puy-de-Dôme13.

Pourquoi m’être rangé sous les drapeaux d’une doctrine, née d’hier, venue de l’étranger, et dont le nom parvenait à vos oreilles escorté d’injures grossières ou de railleries prétentieuses ? Votre amour-propre et votre honneur redoutaient également pour moi et le titre d’inepte, et la flétrissure de charlatan dont on cherchait alors à stygmatiser [sic] le front des disciples d’Hahnemann.

25Quels arguments donne-t-il ? Ancien médecin militaire en Algérie, il souffre de l’incohérence thérapeutique et surtout d’absence d’indications fiables et convergentes pour l’emploi des remèdes, et sur la correspondance entre les symptômes et l’administration de ces remèdes.

26Et il trouve dans l’homéopathie trois principes :

  • la connaissance des effets pour des médicaments,
  • la loi qui établit le rapport nécessaire entre le médicament et la maladie et qui préside aux indications thérapeutiques,
  • une pharmacopée convenable, c’est-à-dire des médicaments simples, constants dans leur préparation, efficaces et sans danger.

27À en croire Dours, une telle conversion est de plus en plus fréquente. Elle va de succès en succès, attire de plus en plus. Il cite à l’appui de son dire le cri d’alarme du docteur Latour, rédacteur en chef (allopathe) de l’Union médicale du 5 février 1853 :

L’homéopathie gagne du terrain, le flot monte à vue d’œil... De temps en temps nos sociétés médicales voient s’éloigner de leur giron des membres jusque-là restés fidèles. Le mois dernier encore, une de ces sociétés a été affligée par une lettre de démission basée sur une désertion vers l’homéopathie, et adressée par un confrère qui avait donné des gages à la science sérieuse. Où allons-nous, où allons-nous ?

28Et pourtant ces chants de triomphe, cette assurance de la victoire, sont déjà prélude à l’affaissement. Tous les indicateurs sont convergents. Après un sommet aux alentours de 1860, le nombre des médecins homéopathes ne va cesser de décroître jusqu’à la Première Guerre mondiale, où ils ne sont guère plus de 200 à être répertoriés comme tels, alors qu’après 1880 le nombre de médecins commence à augmenter régulièrement.

29Comment analyser ce relatif déclin ? Je crois qu’on peut en esquisser une triple lecture, dont les effets s’additionnent sans qu’il soit possible, dans l’état actuel de la recherche, d’attribuer un coefficient de pondération à chaque facteur :

  • une lecture médecine savante contre médecine rationnelle,
  • une lecture interne : le doute homéopathique,
  • une lecture socioculturelle, peut-être un peu plus neuve, et que je propose à discussion à nos collègues allemands.
  • 14 Jean-Noël Biraben, « Les maladies et la médecine », dans Histoire de la population française, Jacq (...)

30Olivier Faure a déjà remarquablement présenté la première lecture : le mouvement homéopathique connaît des oscillations pendulaires parallèles au mouvement propre à la médecine officielle. Or à partir des années 1860-1870, celle-ci redresse la tête, à la fois socialement, scientifiquement et professionnellement. La qualité du personnel médical s’améliore en même temps que la formation du personnel. Le doute thérapeutique, le nihilisme médical, cèdent du terrain devant la montée du rationalisme scientifique. C’est, comme le décrit le docteur Biraben14, le pasteurisme, mais pas lui seulement.Tout concourt à plus d’efficacité, donc à plus de confiance dans le monde médical. Comme en même temps la médecine officielle redécouvre l’hygiène, que l’État républicain inscrit pour la première fois véritablement la santé (physique et morale) non seulement dans ses préoccupations, mais aussi dans ses budgets, que le médecin participe énergiquement et souvent volontairement à cette bataille hygiéniste, le public revient à une médecine qui est en même temps savante et populaire. Moins évaluables, mais probablement aussi importants, les premiers progrès de la pharmacie, la transformation de la pharmacopée, la chimie organique, l’industrie pharmaceutique. Tous les discours montrent à quel point l’homéopathie avait su jouer sur l’extraordinaire ignorance dans le domaine du dosage des médicaments, et dans leur adéquation aux différentes maladies.

31On ne peut cependant trop anticiper ce mouvement, qui fut long ; toute une pédagogie du recours au médecin se met en place, parallèlement aux cours d’hygiène qui sont introduits dans les écoles.

  • 15 Catellan Frères, « Nécrologie de Georges-Henri-Dieudonné Jahr », Bulletin de la Société médicale h (...)
  • 16 Olivier Faure, « Officines, pharmaciens et médicaments en France au XIXe siècle », Bulletin de la (...)

32L’homéopathie souffre aussi de maux internes. Une analyse superficielle permet de déceler quelques raisons de ce repli. N’oublions pas, au lendemain des années 1870, le double contre-choc de la guerre de 1870 et du traité de Francfort. Si la science allemande est admirée, la pensée allemande est rejetée. Il y a une xénophobie anti-allemande qui se développe, et le modèle venu d’ailleurs est souvent repoussé (rappelons-nous Jahr, exilé volontaire à Bruxelles15). Quand vingt-cinq ou trente ans plus tard, réapparaîtra une germanomanie, l’Allemagne exportera d’autres modèles thérapeutiques (la Naturheilkunde, Kneipp...) ou la science allemande (Koch...). Mais c’est peut-être plus dans l’inorganisation propre au milieu homéopathique, dans le combat sournois mais efficace mené par le monde médical qu’il faut voir une raison essentielle. Les homéopathes optimistes des années 1860 annonçaient trois véhicules principaux de leur action – la pharmacie, l’hôpital, le dispensaire –, et secrètement en espéraient un quatrième : la reconnaissance dans la formation universitaire. Or aucun de ces moyens de résistance ou de progression dans l’opinion ne fonctionne. Le réseau pharmaceutique ne fonctionne pas, ne s’étend pas, pire même il végète. Alors que la mode est aux remèdes et aux remèdes secrets16, que se développe une publicité considérable pour toutes les drogues miraculeuses vantées par de pseudo-médecins, plus ou moins charlatans étrangers, en liaison avec les États-Unis ou les autres pays, les homéopathes, beaucoup plus fermes dans leurs principes, ne jouent pas cette carte. L’absence de médicament homéopathique dans le commerce est un frein à l’expansion et à la consommation. De même la fermeture progressive des quelques services hospitaliers dirigés par des médecins homéopathes.

  • 17 Jean-Paul Tessier, De la médication homéopathique, suivie d’un relevé comparatif des maladies trai (...)
  • 18 Pierre Jousset, Leçons de clinique médicale professées à l’hôpital Saint-Jacques, 2 volumes, Paris (...)
  • 19 Jean-Pierre Gallavardin, Projet d’hôpitaux mixtes allopathiques et homéopathiques, projet de dispe (...)

33Pierre Jousset à Paris, Jean-Pierre Gallavardin à Lyon, essaient de perpétuer la tradition de l’homéopathie hospitalière qu’avait ouverte le docteur Tessier à Paris17. Pierre Jousset, à l’hôpital Saint-Jacques à Paris, essaie de lutter contre le recul général. Il accuse l’enseignement public officiel, multiple les brochures de propagande18, mais ces efforts, signe de lucidité face à l’évolution, sont trop tardifs pour avoir un véritable impact, et les noms qui survivent jusqu’à nous sont souvent ceux de dynasties de médecins homéopathes, qui en se succédant de père en fils prouvent qu’il n’y a pas renouvellement du milieu. Ainsi Marc Jousset qui succède à Pierre, Jules Gallavardin qui prend la suite de Jean-Pierre19. On pourrait multiplier les exemples avec Perrussel à Nantes, Rapou à Lyon, et d’autres.

  • 20 Félix Parent, « La dosimétrie », La Médecine populaire, 1881.

34Plus significatives encore du doute méthodologique et scientifique sont les dissensions, voire même les querelles internes. Ce petit groupe s’entre-déchire, entre les partisans de la pureté doctrinale de Hahnemann, et un certain nombre de praticiens mixtes, qui n’hésitent pas à mélanger traitements homéopathiques et remèdes allopathiques, en opposition complète avec les enseignements du fondateur. Il faut probablement accorder une grande importance à ce facteur. Les hautes dilutions sont toujours la partie la plus incomprise de la doctrine de Hahnemann, et les rares médecins qui sont encore séduits par les enseignements de Hahnemann, le symptôme, la similitude, sont souvent troublés par l’aspect irrationnel, donc incompris, des hautes dilutions, au moment même où la pharmacie de laboratoire met au point les doses régulières et uniformes des médicaments. Dans les années 1875-1880, se développe tout un courant « dosimétrique » de la médecine, mis au point par le docteur belge Burggraeve : « [...] sa nouveauté n’est ni dans les médicaments, ni dans la forme où ils sont administrés, mais dans leur application harmonique, et dans leur dosage presque mathématique20 ». Mais la dosimétrie s’attaque délibérément aux dilutions homéopathiques, leur refusant toute efficacité.

35Derrière ce doute, se profile en fait une troisième lecture. La médicalisation de la société dans la fin du XIXe siècle se fait à la fois par le progrès de la science et de la pratique médicale, mais aussi par une intense propagande à destination des milieux populaires, par une vulgarisation médicale qui essaie d’occuper le terrain précédemment occupé par les laïcs, les nonmédecins, tous ces traitants, un peu pharmaciens, un peu guérisseurs, qui jouaient un si grand rôle. Il semble bien que l’homéopathie, conséquence du petit nombre de ses adhérents et aussi de la fermeté de leur adhésion à la doctrine de Samuel Hahnemann, ne participe pas à cette action. Alors que l’Allemagne de la même époque voit fleurir une véritable école de médecine naturelle, la Naturheilkunde, qui associe parfois l’homéopathie (c’est incontestable chez Bilz par exemple), la littérature française de vulgarisation médicale ne fait pas de place à l’homéopathie.

  • 21 François-Vincent Raspail, Manuel-annuaire de la santé ou Médecine et pharmacie domestiques, Paris, (...)

36Ce n’est pas le lieu de présenter ici une enquête sur ce point, simplement de citer quelques exemples. L’absence totale de toute référence à l’homéopathie dans l’œuvre de Raspail, et en particulier dans le Manuel-annuaire de la santé21, n’est pas pour surprendre : il n’y a guère de point de commun (sauf peut-être hygiène et diététique) entre le remède universel de Raspail, le camphre, et la théorie thérapeutique de Hahnemann. Plus surprenante paraît l’hostilité et l’agressivité de la presse populaire médicale. Un sondage sur deux années de publication du journal La Médecine populaire, 1880-1881, est plus révélateur : aucune mention de l’homéopathie dans son index rerum très fourni, et dans le texte, au milieu d’une série d’articles sur la dosimétrie, deux virulentes attaques. Passons sur la première, simple redite des sarcasmes contre les dilutions :

Cette médication éthérée, dont un archange seul aurait pu être satisfait, n’avait produit aucun effet [...] les triturations répétées, destinées à rendre le médicament tellement subtil, tellement dynamisé, qu’il n’existe plus que dans l’imaginaire du pauvre patient, (p. 405)

37Dans ce même journal, apparaît une opposition d’un type nouveau, sous la plume de Paul Bert, qui me semble également intéressante. Au nom de la science rationnelle, Paul Bert s’en prend à l’homéopathie dans des termes un peu nouveaux : il oppose la pharmacopée préscientifique, grossière, complexe et sans principe, à la pharmacopée homéopathique.

Ici simplicité admirable, propreté et délicatesse. Des flacons microscopiques, des gouttes insipides, l’infiniment petit qui, multiplié par la crédulité humaine, produit d’infiniment grands résultats... dans l’escarcelle du médecin. Il s’agit de millionièmes, de millardièmes par rapport à la dose où l’œil observateur reconnaît quelque effet manifeste. Et l’on se demande pourquoi ces liquides à doses mystiques, alors que le flacon seul ferait sans doute même effet.
Mais n’insistons pas : ceci est affaire de foi, et nul doute que les homéopathes, s’ils arrivaient au pouvoir, ne créassent un délit d’outrage à la religion homéopathique, à l’exemple des catholiques, avec lesquels ils ont plus d’une affinité. (12 mai 1881, p. 532)

38Plus besoin de s’en prendre aux origines allemandes, mais une sournoise assimilation à une croyance religieuse, puisque la raison ne peut entendre les raisons d’une quelconque efficacité. Sans le répéter, on peut dire que tous les nombreux auteurs de traités, manuels, livres d’or, livres de santé, manuels des mères, médecins du foyer, mon docteur, ma doctoresse, ou purement français ou traduits de l’étranger (allemand ou suisse, anglais), font état de la même méfiance, de la même incompréhension. Les médecins naturalistes, les adeptes de la médecine par les plantes, les pharmaciens, tous rejettent ou ignorent l’homéopathie, presque jusqu’à la Première Guerre mondiale.

39Un des plus célèbres, et des plus répandus, la Médecine nouvelle du docteur Dubois (première édition en 1884, soixante-sixième édition en 1917), englobe sous la même réprobation toutes ces « paramédecines », si l’on ose dire, pour lesquelles il emploie le terme de « médecine expectante ». À la condamnation scientifique s’ajoute une condamnation sociale, associant encore Raspail, les homéopathes, et la médecine par les plantes.

  • 22 Docteur Dubois, La médecine nouvelle, édition 1917, p. 101.

Nous placerons dans cette catégorie la médecine homéopathique ; il est résulté d’expériences comparatives faites à l’hôpital de la Charité, que les malades ne guérissent ni mieux ni plus vite par l’homéopathie que par la méthode expectante, c’est-à-dire en ne rien faisant.
Raspail, qui s’adressait surtout à la classe ouvrière, avait pour objectif de faire des préparations économiques. Mais n’est-ce pas rendre un mauvais service au malade pauvre que de lui faire dépenser son argent par petites sommes à essayer des remèdes trop bénins ; pendant ce temps la maladie fait des progrès, et les secours efficaces arrivent trop tard22.

40Inutile de multiplier les exemples. Mais on pourrait faire une typologie des livres qui condamnent, qui citent seulement sans commentaire, qui présentent plus comme une mystique ou une religion, parfois condescendants, parfois presque favorables (pourquoi ne pas essayer ? dit la doctoresse suisse Anna Fischer). Le premier de ces « traités » populaires à faire une large place à l’homéopathie, celui du docteur H.-M. Ménier (Mon docteur, Paris, Librairie commerciale, 1907), dans une belle édition qui reçoit le Grand Prix de l’exposition internationale du livre en 1907 pour ses trois volumes, n’est pas vraiment populaire : il est trop cher et n’a d’ailleurs aucun succès (une seule édition). Pour la première fois cependant était proposée pour chaque maladie une triple thérapeutique, allopathique, homéopathique et physiothérapique (« avec une largeur d’idées dont on ne peut que nous savoir gré »).

41Dans ce combat contre la maladie et la mort que mène en ce tournant du siècle la médecine rénovée, savante, enfin confiante en elle-même, le but premier est d’amener à la médecine les classes populaires. Pour ce faire, on choisit l’école, l’hygiène, la raison, la science, mais on ne saurait accepter le mystère, l’insondable, l’inexplicable, l’incompréhensible, d’où l’exclusion de l’homéopathie. Celle-ci pourra retrouver sa place quand le premier combat aura été gagné, quand les classes moyennes plus nombreuses auront recours massivement à la médicalisation. Je terminerai en citant un des plus grands succès français de librairie, le Larousse médical illustré du docteur GaltierBoissière. Celui-ci, paru juste avant la Première Guerre mondiale, connaît une incessante série de rééditions dans l’entre-deux-guerres, mais sous deux formes. La première est une édition vraiment populaire, à la façon bon marché du Petit Larousse illustré : le Dictionnaire illustré de médecine usuelle. Celui-ci consacre quinze lignes, écrites en caractères très fins, à l’homéopathie, où il explique de façon incompréhensible la théorie des similitudes pour ajouter : « Un peu de réflexion et la connaissance si exacte aujourd’hui des maladies microbiennes montrent la (non) valeur de cette doctrine. Quant à la thérapeutique, elle est au moins aussi extraordinaire. »

42Donc la science condamne, par la dérision.

43Or, le même Galtier-Boissière, dans le Larousse médical illustré, épais volume relié de luxe, six fois plus cher, consacre la même année 1924, un article beaucoup plus informatif et documenté à l’homéopathie. Il donne la méthode des dilutions, atténuations, triturations, tout en parlant de 1/10, 1/100 (donc pas du tout des hautes dilutions à puissance- 30...), il explique le fondement théorique sur le double principe des lois de similitude et d’infinitésimalité, avant d’ajouter :

De cette dernière loi au moins [l’infinitésimalité], les récentes acquisitions de la science dans le domaine thérapeutique (radiumthérapie, vaccinothérapie, etc.) paraissent apporter la justification, (p. 591, édition 1924)

44Ce spectaculaire retournement est à double signification : la clientèle cultivée, instruite, du Larousse illustré peut comprendre, et elle peut choisir, puisque la science ne condamne plus. Et comme la science suggère un peut-être, la médecine, qui a conquis sa place, qui a atteint son but social, peut reprendre ses expérimentations, ses recherches. Médecines et pharmacies homéopathiques auront bientôt droit de cité. Peuvent arriver les docteurs Charette ou Renard, et la famille Vannier : la deuxième ère de l’homéopathie est ouverte.

Notes

1 Olivier Faure, « Pour une histoire comparée de l’homéopathie », Homéopathie française, vol. 78, n° 2, 1990, p. 49-51, et Le débat autour de l’homéopathie en France (1830-1870) : évidences et arrière-plans, Lyon, Éditions Boiron (Collection du Caducée), 1990 ; Lucile Lasveaux, Traitements homéopathiques du choléra dans la France du XIXe siècle, Lyon, Éditions Boiron (Collection du Caducée), 1988.

2 Christian Boiron et Jean Rémy, L’homéopathie, un combat scientifique, Paris, Albin Michel, 1990.

3 Claude Rozet, Bibliographie de l’homéopathie. Publications en langue française de 1824 à 1984, Lyon, Éditions Boiron, 1984.

4 Claude Rozet signale une première traduction de l’Organon de l’art de guérir, par von Brunnow, publiée à Dresde dès 1824, et rééditée en 1832. Il semble toutefois que ces éditions « allemandes » aient eu une faible diffusion. C’est Antoine-Jacques Jourdan qui est l’auteur des premières traductions « françaises » (Paris, Baillière, 1832 pour l’Organon, 1834 pour la Pharmacopée homéopathique).

5 Dictionnaire des sciences médicales. Biographie médicale, 7 volumes, Paris, Panckoucke, 1820-1825 ; Dictionnaire raisonné, étymologique, synonymique et polyglotte des termes usités dans les sciences naturelles, Paris, Baillière, 1834 ; La macrobiotique, ou l’Art de prolonger la vie de l’homme, Paris, Baillière, 1838 ; Enchiridion medicum, ou Manuel de médecine pratique, Paris, Librairie médicale et scientifique P. Lucas, 1838. (NDE)

6 Jean-Pierre Gallavardin, Le comte Des Guidi, introducteur de l’homéopathie en France, notice biographique, Paris, J.-B. Baillière et Fils, 1863, 15 pages ; Étienne Ducret, Au docteur Comte Sébastien Des Guidi, introducteur et propagateur de l’homéopathie en France, notice en vers, Paris, chez l’auteur, 1864, 15 pages.

7 Deux exemples : les docteurs Toussaint et Auguste Rapou Père et Fils publient à Lyon en 1842 une brochure de compte-rendu sur le XIVe congrès homéopathique de Leipzig du 10 octobre 1842. Le docteur François Perrussel, un autre propagandiste de l’homéopathie, publie un compte rendu de sa visite au congrès homéopathique de Dusseldorf en 1853. Les journaux (ici le Journal de la Société gallicane de médecine homéopathique de Paris) sont le plus souvent le support de semblables relations.

8 François-Vincent Raspail, Histoire naturelle de la santé et de la maladie chez les végétaux et chez les animaux en général et en particulier chez l’homme, Paris, Levasseur, 1843. (NDE)

9 Auguste Rapou Fils, Histoire de la doctrine médicale homéopathique, son état actuel dans les principales contrées de l’Europe. Application pratique des principes et des moyens de cette doctrine au traitement des maladies, Paris, Baillière, 2 volumes, 1847.

10 Catellan Frères, Almanach homéopathique ou Annuaire général de la doctrine hahnemannienne, Paris, Baillière, 1860, XVII, 537 pages ; Annuaire homéopathique, Paris, Baillière, 1863, XVII, 565 pages.

Les frères Catella publient aussi à partir de 1858 un Agenda médical homéopathique, toujours chez Baillière. (NDE)

11 Cette carte ne recouvre pas exactement celles de l’ensemble des médecins dressées par Léonard pour 1844 ou 1881 (exemple : Calvados). Voir La France médicale au XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1978, p. 86-87.

12 Jacques Léonard, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs : histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1981 ; Olivier Faure, La médicalisation de la société dans la région lyonnaise au XIXe siècle, thèse, Lyon, Centre Pierre Léon, 1989.

13 Antoine Dours, Pourquoi je fais de l’homéopathie, Amiens, Imprimerie de Lenoël-Hérouart, 1858, 24 pages.

14 Jean-Noël Biraben, « Les maladies et la médecine », dans Histoire de la population française, Jacques Dupâquier dir., t. III, Paris, Presses universitaires de France, 1988.

15 Catellan Frères, « Nécrologie de Georges-Henri-Dieudonné Jahr », Bulletin de la Société médicale homéopathique de France, 1er septembre 1875, 11 pages. Le modèle allemand a été souvent proposé et décrit, non d’ailleurs sans quelques troublantes exagérations, en particulier par Jean-Pierre Gallavardin : L’enseignement clinique en Allemagne, particulièrement à Vienne, projet de réforme pour l’enseignement clinique en France, Lyon, Savy, 1858, IV-78 pages ; Voyage médical en Allemagne : polyclinique, doctrines médicales, les universités allemandes, les professeurs, les étudiants, moeurs et costumes, les Juif..., Paris, Baillière, 1860, 165 pages.

16 Olivier Faure, « Officines, pharmaciens et médicaments en France au XIXe siècle », Bulletin de la Société d’histoire moderne, n° 4, 1989, p. 31-39.

17 Jean-Paul Tessier, De la médication homéopathique, suivie d’un relevé comparatif des maladies traitées à l’hôpital Sainte-Marguerite par la méthode d’Hahnemann et par la méthode ordinaire, Paris, s.n., 1852.

18 Pierre Jousset, Leçons de clinique médicale professées à l’hôpital Saint-Jacques, 2 volumes, Paris, Baillière, 1875-1885 ; Projet de propagande homéopathique au moyen de brochures distribuées gratuitement à l’université des médecins français, par MM. Catellan et Jousset, Paris, Imprimerie de S. Raçon, 1866, 12 pages.

19 Jean-Pierre Gallavardin, Projet d’hôpitaux mixtes allopathiques et homéopathiques, projet de dispensaires mixtes, mémoire adressé à MM. les administrateurs des hôpitaux, Paris et Lyon, Baillière, 1861, 96 pages.

20 Félix Parent, « La dosimétrie », La Médecine populaire, 1881.

21 François-Vincent Raspail, Manuel-annuaire de la santé ou Médecine et pharmacie domestiques, Paris, Édition des ouvrages de M. Raspail, 1845.

22 Docteur Dubois, La médecine nouvelle, édition 1917, p. 101.

Notes de fin

* « L’histoire de l’homéopathie en France (1830-1940) », dans Praticiens, patients et militants de l’homéopathie (1800-1940), Olivier Faure dir., Lyon, Presses universitaires de Lyon et Éditions Boiron, 1992, p. 59-82.

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Médecins homéopathes en 1860
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9981/img-1.jpg
Fichier image/, 189k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540