Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

IV - Histoire de la médecine

Le patrimoine immobilier des Hospices civils de Lyon, 1800-1914*

Texte intégral

  • * « Le patrimoine immobilier des Hospices civils de Lyon, 1800-1914 », Cahiers d’histoire, t. XXIX, (...)
  • 1 Georges Durand, Le patrimoine foncier de l’Hôtel-Dieu de Lyon (1482-1792) : contribution à l’étude (...)

1Quand sont officiellement créés en 1802 les Hospices civils de Lyon, la nouvelle administration hospitalière lyonnaise est remise en possession de ce qui était le patrimoine des deux grands établissements de l’Ancien Régime, l’Hôtel-Dieu et l’hôpital de la Charité, le premier surtout ayant rassemblé, au cours des siècles, une imposante propriété immobilière. Georges Durand, qui a suivi la constitution et la gestion des biens ruraux de l’Hôtel-Dieu aux XVIIe et XVIIIe siècles1, a retracé la conjoncture des biens et des revenus, et donné une appréciation de la part relative des différents types de biens. Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, le loyer des maisons urbaines constitue 28 % des revenus globaux, les loyers et fermages des domaines ruraux 8,5 %, les rentes 11,2 % environ : l’Hôtel-Dieu ne tire donc qu’un peu moins de la moitié de ses ressources des revenus de ses capitaux mobiliers ou immobiliers, le reste provenant des droits divers (les vins, la viande, des droits de péages) ou des rentrées casuelles, legs, aumônes et quêtes.

  • 2 Jean Imbert, Le droit hospitalier de la Révolution et de l’Empire, Paris, Recueil Sirey, 1954.
  • 3 Maurice Rochaix, Essai sur l’évolution des questions hospitalières de la fin de l’Ancien Régime à (...)

2Or, les régimes successifs de la France du XIXe siècle ne se soucient guère de diversifier les ressources des hôpitaux. Même si à la suite de l’assistance révolutionnaire2, une législation importante se met en place au cours du siècle, il faut attendre les dernières années du XIXe siècle ou le début du XXe pour que soient adoptées les grandes lois d’assistance, qui prévoient pour la première fois de façon précise l’intervention de l’État et des collectivités locales ou départementales dans le fonctionnement budgétaire des hôpitaux. Maurice Rochaix a montré combien pendant longtemps, les hôpitaux français restent tributaires de leur « dotation », c’est-à-dire de leur patrimoine3. Les soins aux pauvres malades ne sont guère possibles que dans la limite des ressources propres, sauf pour quelques catégories d’assistés (les enfants) ou de malades (les aliénés) pour lesquelles s’ajoutent des subventions des communes, des départements ou de l’État. Les Hospices civils de Lyon représentent dans cet ensemble hospitalier français un cas à part. D’après les documents cités et analysés par Maurice Rochaix, en 1847 pour l’ensemble des hôpitaux et hospices de France, les revenus des capitaux mobiliers et immobiliers forment 45 % des ressources, les recettes occasionnelles 30 %, les subventions et remboursements de frais 25 %. En 1898, les revenus propres ne constituent plus que 30 % des recettes (12,5 % pour les immeubles, 17,5 % pour les rentes) ; alors que subventions et remboursements dépassent 40 %.

  • 4 Maurice Garden, Le budget des Hospices civils de Lyon, 1800-1976 : histoire économique d’une grand (...)

3Une reconstitution complète des budgets et des comptes administratifs des Hospices civils de Lyon de 1802 à 19764 permet de mesurer dans cet exemple précis les sources de financement, en particulier pour toute la période 1820-1914, qui comporte le double avantage de l’unité de la présentation comptable et de la stabilité de la monnaie. Les revenus des Hospices civils se décomposent en deux grandes catégories : le budget de la dotation (ressources propres des capitaux de toute nature), et les différentes rentrées occasionnelles, comportant aussi bien les subventions que les remboursements de frais de séjour (par les individus, les familles ou les collectivités publiques) et les recettes des ventes de produits (la pharmacie par exemple). Dans chacun de ces deux exemples figurent des revenus ordinaires (produit annuel des capitaux) et des revenus extraordinaires (aliénation ou ventes de capitaux, dons et legs, emprunts...). Le tableau 1 indique la répartition des produits cumulés pour l’ensemble de la période 1820-1914 : contrairement à ce qui se produit dans le reste de la France à cette même époque, ce qui caractérise les Hospices civils de Lyon est le maintien jusqu’à la Première Guerre mondiale d’une prépondérance absolue des revenus de la dotation dans les revenus globaux des hôpitaux. Sur cette période séculaire, les Hospices civils doivent plus de 72 % de leurs revenus à leurs biens propres. Mieux encore (graphique 1), cette proportion est sans cesse dépassée de 1860 à 1904, plus de cinquante années où, à l’inverse de l’évolution française, les biens fonciers et immobiliers des hôpitaux lyonnais tiennent une place de plus en plus élevée dans les recettes qui permettent leur fonctionnement.

  • 5 Archives des Hospices civils de Lyon, comptes administratifs, 1820-1914. Une imprécision concerne (...)

Tableau 1 - Recettes cumulées des Hospices civils de Lyon, 1820-1914 (chiffres arrondis en milliers de francs)5

Tableau 1 - Recettes cumulées des Hospices civils de Lyon, 1820-1914 (chiffres arrondis en milliers de francs)5

4Comment expliquer cette singularité lyonnaise, à la fois dans l’évolution chronologique, et dans l’inversion par rapport au phénomène national ? Notre propos ici se veut restrictif. Il serait possible de chercher des causes internes, dans la pratique hospitalière, dans les rapports entre les Hospices civils et la ville de Lyon. Nous nous contenterons d’étudier l’évolution du patrimoine et de sa gestion, qui forme un élément essentiel de la réponse à cette question.

Graphique 1 - La progression des recettes de la dotation

Graphique 1 - La progression des recettes de la dotation
  • 6 Joël Rival de Rouville, « Le domaine de la Part-Dieu », Revue rive gauche, nos 45 à 53, mars 1973 (...)

5Quelle est la nature de ce patrimoine dans la première moitié du XIXe siècle ? L’héritage des legs et donations de l’Ancien Régime, et de la politique foncière des recteurs, comprend trois ensembles : un important domaine rural – sans doute environ un millier d’hectares – dispersé dans la région lyonnaise, assez varié, mais déjà en cours de diminution au XVIIIe siècle. Fermages, grangeages et vigneronnages assuraient en même temps une part des rentrées monétaires, et une assez grande quantité de produits agricoles favorisant une économie d’autoconsommation. Au début du XIXe siècle ont encore les mêmes fonctions les deux grandes fermes de la Part-Dieu et de la Tête-d’Or, situées toutes deux sur la commune de la Guillottière, sur la rive gauche du Rhône6. Autour de grands domaines légués aux pauvres, les recteurs se sont patiemment assurés un quasi-monopole de la propriété foncière dans ces Brotteaux encore très peu habités. Il s’agit à la fois d’un domaine de prestige, d’un grand domaine (en tout environ 400 hectares), et d’une immense réserve foncière aux portes de la ville de Lyon. Enfin, près de 100 maisons et immeubles, reste de legs et donations, situés au cœur de Lyon, en majorité dans la presqu’île et dans le quartier même des hôpitaux, assuraient, par les loyers, l’essentiel des revenus immobiliers.

  • 7 Jean-Eugène Brizon, Les maisons des Hospices civils de Lyon, Mâcon, Imprimerie Perroux et Fils, 19 (...)

6En 1826, l’administration des Hospices civils de Lyon procède au dénombrement des maisons et propriétés diverses qui lui appartiennent. Soixante-huit maisons proviennent des biens de l’Hôtel-Dieu, vingt-cinq de la Charité ; la très grande majorité des domaines ruraux provient également des biens de l’Hôtel-Dieu. Les maisons assurent alors plus de 80 % des revenus, les domaines de la Part-Dieu, de la Tête-d’Or et les autres propriétés de la rive gauche moins de 8 %7.

7Comment ce domaine important mais non unique a-t-il pu fournir les moyens d’exister, et même de se développer, aux Hospices de Lyon, comme aiment toujours à s’en glorifier leurs administrateurs et leurs historiens :

  • 8 Auguste Croze et David Cigallier, Les Hospices civils de Lyon de 1900 à 1925 : leur œuvre pendant (...)

Grâce à cette situation privilégiée, les Hospices civils de Lyon ont pu assurer le parfait fonctionnement de tous leurs services hospitaliers, et traiter gratuitement les indigents de Lyon et du département du Rhône [...] Et cela, seuls en France, avec leurs propres ressources. Ils ne reçoivent, en effet, aucune subvention, ni de la ville, ni du département, ni de l’État8.

8Il est indispensable d’avoir recours à quelques données statistiques et à un ensemble de graphiques, pour mieux saisir l’évolution du budget des Hospices civils au cours de cette période. Mais on ne doit pas oublier qu’il y aurait anachronisme à penser que le XIXe siècle de l’industrialisation et de l’urbanisation a été aussi celui de l’accélération des dépenses de santé, en particulier hospitalières. Avec un taux de croissance séculaire (1815-1914) d’environ 1,7 % par an (à peine supérieur à la croissance démographique de l’agglomération, 1,3 %), les recettes (et les dépenses) des Hospices civils de Lyon sont probablement en dessous de la croissance du revenu national brut pendant la même période : elles ne forment pas une priorité ni sociale, ni économique, quelle que soit leur importance.

  • 9 Maurice Garden, Le budget des Hospices civils..., ouvrage cité.
  • 10 Michel Lacave, « Les quartiers urbains. Définitions et limites, méthodes d’analyse. L’exemple du q (...)

9Les graphiques 2 et 3 ne concernent que la dotation ordinaire, revenus des capitaux propres mobiliers et immobiliers. L’échelle semi-logarithmique souligne la division en trois périodes : progression lente sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, accélération de la progression sous le Second Empire, rythme ralenti pendant la Troisième République ; les indices budgétaires globaux fournissent une courbe de même allure9 Les recettes de la dotation passent d’environ 600 000 francs par an entre 1820 et 1824 à plus de 4 millions de francs par an de 1910 à 1914, et leur part dans le budget total augmente quand disparaissent les subventions municipales (destinées aux enfants trouvés) et certaines recettes accessoires (péages par exemple). À l’intérieur du budget de la dotation s’accomplissent trois importantes modifications. Progressivement s’amenuise la part relative des domaines ruraux, moins rentables, peut-être entretenus avec moins de soins, et amputés des grandes fermes de la rive gauche du Rhône. Plus jamais au XIXe siècle les Hospices civils de Lyon ne retireront de leurs fermes des sommes équivalentes à ce qui était obtenu au siècle précédent, même si les produits en nature ne sont pas totalement négligeables. Mais il y a cependant volonté de ne pas aliéner ces propriétés, et aujourd’hui encore les Hospices civils restent un grand propriétaire foncier. Stagnent dans un premier temps, puis baissent, les revenus des immeubles urbains, alors qu’il s’agissait là de la part prépondérante des ressources de l’Ancien Régime. Les causes en sont bien sûr le vieillissement du parc immobilier, situé en centre-ville, dans les quartiers qui deviennent peu à peu vétustes. Pendant tout le XIXe siècle, les Hospices civils de Lyon ne pourront consacrer des soins ni des sommes suffisantes pour rénover ces immeubles. Il faudrait cependant signaler deux faits importants qui atténuent cette progressive dévalorisation : lors des grands travaux d’aménagement du centre de Lyon, à partir du Second Empire, dans le processus d’haussmannisation qui concerne la plupart des grandes villes10, les Hospices civils de Lyon durent céder plusieurs immeubles concernés par les grands travaux. Mais en échange, il ne faut pas oublier que pendant tout le siècle les Hospices civils de Lyon bénéficient de legs et donations, qui leur permettent de reconstituer progressivement un patrimoine légèrement diminué.

Graphique 2 - Les recettes des biens immobiliers

Graphique 2 - Les recettes des biens immobiliers

Graphique 3 - Aliénations d’immeubles et constitutions de rentes

Graphique 3 - Aliénations d’immeubles et constitutions de rentes
  • 11 Jean Rodery, « Observations sur l’aliénation des immeubles provenant des dons et legs et l’emploi (...)

10La pression du pouvoir central, pendant tout le XIXe siècle, va d’ailleurs dans le sens d’un désinvestissement immobilier. Il est recommandé aux administrateurs des hôpitaux de se défaire de leurs biens fonciers, pour les remplacer par des rentes sur l’État ou les collectivités, comme cela avait déjà été opéré sous le Premier Empire. Les arguments employés sont ceux d’une gestion plus facile et moins onéreuse, et d’une garantie contre le dépérissement. Entre 1830 et 1834, puis de 1840 à 1847, les Hospices civils de Lyon procèdent à de premières ventes importantes de biens immobiliers (plus de 5 millions de francs en valeur de capital), dont les produits sont pour la plupart placés en rentes. Les recettes des capitaux mobiliers (rentes d’État ou intérêt des capitaux) connaissent alors une poussée très supérieure à celle des immeubles, puisque la capitalisation, de foncière, devient mobilière. Alors que sous la Restauration les rentes ne produisent que 70 000 francs par an (à peine 10 % de la dotation) et les terrains et immeubles 600 000 francs, à la veille de la révolution de 1848 s’est opéré un rééquilibrage : les rentrées des rentes dépassent régulièrement 200 000 francs à partir de 1845, alors que les loyers des maisons stagnent entre 600 000 et 650 000 francs par an11.

Propriété foncière des Hospices civils au début du XIXe siècle

Propriété foncière des Hospices civils au début du XIXe siècle
  • 12 Jacques Sauzay, Des problèmes juridiques relatifs à la gestion du domaine urbain des Hospices civi (...)
  • 13 Jean Rodery, « Le domaine privé des Hospices civils », note dactylographiée, Hospices civils de Ly (...)

11Le Second Empire apporte un changement beaucoup plus considérable, non dans la nature du patrimoine, mais dans son rapport. La politique de gestion des biens est double entre 1852 et 1914. Si les Hospices civils réussissent à conserver leur domaine de la rive gauche, même en l’amputant, et à bénéficier de la valeur de la location du terrain nu pour la construction de la ville nouvelle12, ils doivent au contraire se dessaisir de la plus grande partie de leurs immeubles locatifs du centre-ville, sous la pression des pouvoirs publics. À la veille de la guerre de 1914, les Hospices civils possèdent encore une centaine de maisons et immeubles à Lyon, mais 80 % proviennent de legs, donations, acquisitions ou rétrocessions postérieures à 1850 et, pour 40 %, postérieures à 1900. Il ne subsiste qu’une vingtaine des maisons possédées en 1826 et les travaux d’aménagement, de reconstruction, ont été relativement modestes, malgré la lourdeur des charges de gestion de ces immeubles (d’après le budget de 1914, le rendement brut moyen des maisons est voisin de 6 % de leur valeur estimée, mais les charges moyennes sont proches de 40 %). Tout le reste a été vendu et transformé en rentes d’État, l’administration cherchant à imposer aux Hospices civils de Lyon de ne pas conserver plus de dix ans les immeubles légués ou donnés13.

  • 14 Vincent Feroldi, Le quartier Saint-Louis de la Guillotière, 1851-1875, thèse de 3e cycle, Lyon, Ce (...)
  • 15 Bernard Meuret, Le socialisme municipal. Villeurbanne, 1880-1892, Lyon, Presses universitaires de (...)
  • 16 Jean-Eugène Brizon, Étude générale sur la crise financière des Hospices civils de Lyon, 1914-1920,(...)
  • 17 Les Hospices civils cèdent par exemple 1 hectare 90 ares de terrain pour la construction de l’Hôte (...)

12Depuis la fin de l’Ancien Régime, la ville de Lyon, à l’étroit dans la presqu’île, cherche à se développer sur la rive gauche du Rhône. Les premiers lotissements, à la suite des projets de l’architecte Morand au XVIIIe siècle, sont déjà faits sur des terrains vendus par l’Hôtel-Dieu, face au débouché du deuxième pont qui franchit le Rhône. La Révolution et l’Empire, avec leurs péripéties et le déclin économique de la soierie, freinent ce développement, contrarié également par l’existence de la commune autonome de la Guillotière sur la totalité de la rive gauche. Mais le processus d’urbanisation est commencé de façon irréversible : en 1820, la commune de la Guillotière rassemble environ 10 000 habitants, encore tous dans la partie méridionale de la commune, autour du vieux bourg (voir le plan sommaire : les domaines des Hospices civils de Lyon sont inexistants dans cette partie). Le seuil des 20 000 habitants est atteint vers 1832, et le recensement de 1851 dénombre 43 524 habitants dans la commune de la Guillotière, qui comprend déjà 2 700 maisons où demeurent environ 13 000 ménages14 : près de la moitié de ces habitants sont au nord de la commune, en parue installés sur des terrains des Hospices civils de Lyon. Après plusieurs tentatives vaines, la ville de Lyon réussit par décret du 24 mars 1852 à annexer la commune de la Guillotière et, en 1872, les deux arrondissements de la rive gauche totalisent 112 000 habitants, le tiers de la population lyonnaise. Un formidable développement a eu lieu sur ce sol encore en grande partie agricole transformé en terrain à construire. Peu de villes françaises ont connu une expansion aussi rapide (taux de croissance de plus de 4 % par an), et c’est dire combien le rôle des Hospices civils, propriétaires de la plus grande partie du sol, fut essentiel. Nous reviendrons sur les transformations du patrimoine. Retenons seulement pour le moment que l’urbanisation de la rive gauche, des Brotteaux à la Guillotière, continuée au début du XXe siècle sur la commune de Villeurbanne au nord-ouest15, apporte une plus-value considérable aux terrains des Hospices civils. Le terrain à bâtir, viabilisé, quand il est situé à proximité des grands axes, voit sa valeur parfois centupler au cours du siècle : le mètre carré, vendu moins d’un franc vers 1820, dépasse 50 francs avant la fin du XIXe siècle dans plusieurs secteurs16, et l’hectare de terrain à bâtir approche bientôt le million de francs17. Rappelons que la propriété totale des Hospices civils de Lyon s’étendait sur plus de 400 hectares : les pauvres malades de Lyon avaient trouvé leur mine d’or, ou une rente qui dépassait de beaucoup les rentes sur l’Etat, puisqu’à tout moment il était possible de réactualiser les baux pour tenir compte de la plus-value. Les comptes administratifs des Hospices civils de Lyon séparent les revenus des maisons et des terrains à partir des années 1860 : en 1863, les maisons de Lyon rapportent 618 000 francs de loyer (à peu près le même niveau que trente ans plus tôt), les terrains des Brotteaux 596 000 francs. Dès 1864, les terrains prennent la première place pour ne plus la quitter. En 1910, ces deux chiffres sont devenus 187 000 francs pour les maisons, 2 020 000 francs pour les baux des terrains. Alors que les maisons continuent à vieillir et que les rentrées de loyers n’enregistrent qu’une progression de 0,6 % par an, les revenus des terrains croissent plus vite que les recettes globales des hôpitaux, à un rythme annuel de 2,3 % pendant les cinquante années qui précèdent la guerre de 1914. Permettant aux Hospices civils une autonomie financière presque complète, les legs de ces domaines ruraux aux XVIIe et XVIIIe siècles ont paradoxalement contribué à retarder l’évolution économique du système hospitalier lyonnais, les revenus propres de la dotation se substituant aux subventions ou aux remboursements de frais.

13Toutefois, à la veille de 1914, la situation n’est plus aussi brillante. Les chiffres des rentrées annuelles, traduits par les graphiques, montrent un essoufflement, et les recettes ordinaires n’arrivent plus que difficilement à couvrir des besoins sans cesse accrus. Les budgets connaissent régulièrement un déficit, et les Hospices civils de Lyon ont pris depuis longtemps l’habitude de puiser dans leur capital. Que s’est-il passé, et comment les Hospices civils de Lyon ont-ils été dans l’impossibilité de profiter plus encore de l’extraordinaire plus-value de leurs terrains ? Vers 1840, alors que les quartiers nouveaux commencent à s’établir, le prix moyen est encore de 1,30 franc le mètre carré (13 000 francs l’hectare). En 1880, ce terrain vaut en moyenne 30,75 francs le mètre carré ; en 1910, il coûte 55 francs en moyenne. La valeur en capital foncier de la propriété des Hospices civils de Lyon, pour la totalité du domaine de 400 hectares, serait passée de quelque 5 millions de francs en 1820 à 123 millions vers 1880 et 220 millions de francs vers 1910. Même si le rapport des locations ne s’établit qu’à 2,5 % par an (valeur approximative à la fin du XIXe siècle), les terrains des Brotteaux devraient rapporter 3 millions par an vers 1880 et 5,5 millions par an vers 1910, alors que les rentrées sont beaucoup moindres (deux à trois fois moins). En fait, l’on peut dire que l’urbanisation de la rive gauche du Rhône, si elle a bénéficié aux Hospices civils, lui a également coûté très cher. En 1914, les Hospices civils de Lyon ne possèdent plus que 150 hectares environ de terrains sur la rive gauche du Rhône (et le processus n’est pas terminé, aujourd’hui 66 hectares seulement restent de cet ancien domaine...). On pourrait dire que tout le XIXe siècle, et singulièrement la seconde moitié du siècle, fut une lutte constante entre l’administration des Hospices civils, l’administration municipale et l’État, la première cherchant à conserver et à valoriser son patrimoine, les deux autres partenaires tendant à le rogner peu à peu. Quelles que soient la puissance et l’indépendance des Hospices civils de Lyon dans la ville, ils doivent composer avec les pouvoirs de tutelle que représentent le maire de Lyon et le préfet du Rhône. Comment s’opposer aux demandes de cession ou d’aliénation de terrains, quand elles sont faites au nom de l’utilité publique, de l’urbanisme, de l’embellissement de la ville, de l’amélioration des communications ? Au cours des années 1825-1914, les Hospices civils de Lyon ont vendu pour environ 50 millions de francs de terrains, en particulier de 1855 à 1864 sous le Second Empire, puis de 1890 à 1899. Ces cessions sont faites à des prix souvent avantageux pour l’acquéreur, qui les paye le plus souvent sous forme de rentes constituées (sur 50 ans par exemple pour l’ensemble qui donne naissance au parc de la Tête-d’Or, sur 30 ans pour l’Hôtel de la préfecture et son jardin). Les Hospices civils touchent ainsi une rente fixe, intérêt immobile d’un capital qui ne cesse de prendre de la valeur, sans aucun bénéfice pour son ancien propriétaire. Si l’on conserve le mode de calcul antérieur, on voit que les 150 hectares de 1910 à 550 000 francs l’hectare représentent un capital de 82 500 000 francs (environ douze ans de fonctionnement des Hospices civils de Lyon), qui rapporte environ 2,5 % par an (2 065 000 francs en 1911) : mais les rentes constituées n’ajoutent qu’un peu plus de 1 million de francs par an entre 1900 et 1914 ; malgré leur progression, elles sont loin de compenser l’amenuisement du capital immobilier.

14La gestion du patrimoine urbain des Hospices civils de Lyon pendant cette période est une perpétuelle hésitation entre deux politiques qui ne sont que partiellement volontaires : améliorer la rentabilité d’un domaine qui s’urbanise, mais ne pas hésiter à amputer ce domaine si l’augmentation de valeur est à ce prix. Quand les Hospices cèdent des parcelles à la ville pour le percement des voies et des grandes avenues qui dessinent le plan rectiligne du nouveau quartier de la préfecture ou des Brotteaux, en particulier sous le Second Empire, avec la reconstruction qui suit les graves inondations de 1856, ils augmentent la valeur des terrains conservés qui bordent ces nouvelles artères. De même, la cession à la ville pour un prix très faible de l’ensemble du terrain qui permet l’aménagement du parc de la Tête-d’Or assure une plus-value des terrains dans le nouveau quartier résidentiel qui borde le parc. Mais la mise en valeur de ces surfaces n’est pas réellement assurée par leur simple location. Pendant toute l’urbanisation de la rive gauche, trois politiques seraient possibles : ou louer les terrains en tenant compte de leur plus-value, ou vendre le terrain au fur et à mesure de l’augmentation des prix, ou participer directement à l’urbanisation en se transformant en maître d’œuvre et en construisant directement sur ses propres terrains, le revenu des loyers promettant d’être plus important que celui des baux du sol. La location du sol à des particuliers ou à des entrepreneurs qui construisent des logements ou des locaux industriels ou commerciaux sur un terrain ne leur appartenant pas a pour conséquence la médiocrité de la construction dans tous les secteurs qui ne bordent pas les grandes rues. Quand fut décidée par les Hospices civils la généralisation des baux emphytéotiques de longue durée (99 ans), ce fut pour essayer de remédier à cette médiocrité d’une construction hâtive et peu durable. Malgré l’effort de viabilisation, et des essais de lotissement (cité Tête-d’Or et aménagement du nouveau quartier du Tonkin, dont l’espace viabilisé est cédé à la commune de Villeurbanne en 1910) ou de premières constructions sociales (habitations hygiéniques à bon marché), la location est un obstacle à la construction de qualité :

  • 18 Marc Bonneville, Villeurbanne : naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière, processus et fo (...)

Les Hospices ont loué beaucoup de terrains pour vingt-cinq, cinquante ou soixante-quinze ans aux Charpennes, ce qui a éloigné les immeubles de rapport d’importance et les industriels désireux d’avoir des garanties quant à la durée de leur installation18.

  • 19 Pierre Cayez et Martine Chevalier, « Approche du phénomène d’urbanisation de la Rive Gauche (1852- (...)

15Les entrepreneurs de bâtiments qui construisent beaucoup sur la rive gauche19 auraient aimé acheter, pour que les nouveaux propriétaires du bâti n’aient pas de réticence à acquérir des biens grevés de charge foncière lourde. Mais ils se heurtent à la résistance des administrateurs, qui essaient de répondre par le lancement de leurs propres projets de construction et d’aménagement de quartiers entiers. Ici les administrateurs ne peuvent entraîner l’adhésion des pouvoirs municipaux. Ceux-ci, qui craignent avant tout d’avoir à prendre à leur charge une part des dépenses hospitalières, redoutent qu’une politique d’investissement immobilier de logements locatifs n’endette les Hospices civils à court terme et ne nuise donc aux intérêts des « pauvres malades ». L’argument est sans cesse repris, et empêche toute initiative. En fait, les Hospices civils ne sont autorisés à vendre pour investir que si l’investissement est purement hospitalier, comme ce fut le cas pour la construction de l’hôpital de la Croix-Rousse ou pour un grand nombre de travaux d’aménagement et de rénovation des hôpitaux anciens (le Perron et l’Antiquaille dans la première moitié du siècle, l’Hôtel-Dieu et la Charité ensuite). Mais quand se pose avec acuité la nécessité d’un grand hôpital moderne, projeté dès 1880 pour desservir les nouveaux quartiers de l’est de Lyon, les Hospices civils ne peuvent en envisager les frais : vendre le capital immobilier pour subvenir aux frais de la construction, c’était priver les Hospices de leurs revenus essentiels, donc interdire le fonctionnement quotidien.

  • 20 Auguste Croze et David Cigallier, Les Hospices civils de Lyon de 1900 à 1925. ouvrage cité, préfac (...)

Au cours de ce premier quart du XXe siècle, l’essentiel de l’institution est demeuré, solidement appuyé sur les richesses matérielles et morales du passé. Mais nos Hospices ont dû recourir à l’intervention de la ville pour faire face à des dépenses sans cesse croissantes. Nous leur avons demandé de consentir à la désaffection de l’Hôtel-Dieu et de la Charité20 [...].

  • 21 Maurice Garden, Le budget des Hospices civils..., ouvrage cité.

16Cette notation d’Édouard Herriot en 1926 témoigne du profond changement apporté par la guerre. Dès 1918, il est devenu impossible aux Hospices civils d’équilibrer leur budget avec leurs ressources propres. L’équipement hospitalier leur échappe, et leur « domaine » devient plus que jamais enjeu d’une politique globale d’urbanisme. La ville se charge des frais de la construction du nouvel hôpital de Grange-Blanche, à l’est de Lyon, mais elle espère récupérer une partie des immeubles, et en particulier des plus prestigieux au centre de la ville, pour faciliter l’aménagement de ce centre. L’histoire du patrimoine foncier des Hospices civils devient alors autre21.

Notes

1 Georges Durand, Le patrimoine foncier de l’Hôtel-Dieu de Lyon (1482-1792) : contribution à l’étude de la grande propriété rhodanienne, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1974, en particulier p. 237, « ventilation des recettes globales, 1758-1767 ».

2 Jean Imbert, Le droit hospitalier de la Révolution et de l’Empire, Paris, Recueil Sirey, 1954.

3 Maurice Rochaix, Essai sur l’évolution des questions hospitalières de la fin de l’Ancien Régime à nos jours, Dijon, Fédération hospitalière de France, 1959 [réédition Paris, Berger-Levrault, 1996, sous le titre : Les questions hospitalières de la fin de l’Ancien Régime à nos jours].

4 Maurice Garden, Le budget des Hospices civils de Lyon, 1800-1976 : histoire économique d’une grande entreprise de santé, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1980.

5 Archives des Hospices civils de Lyon, comptes administratifs, 1820-1914. Une imprécision concerne les revenus des domaines ruraux, qui ne sont pas comptabilisés de façon continue pendant la période. Ils constituent à peine 1 % de la dotation à la veille de 1914, mais seraient à augmenter des produits en nature.

6 Joël Rival de Rouville, « Le domaine de la Part-Dieu », Revue rive gauche, nos 45 à 53, mars 1973 à mars 1974.

7 Jean-Eugène Brizon, Les maisons des Hospices civils de Lyon, Mâcon, Imprimerie Perroux et Fils, 1914.

8 Auguste Croze et David Cigallier, Les Hospices civils de Lyon de 1900 à 1925 : leur œuvre pendant la guerre, Lyon, Les Éditions du fleuve, 1927, p. 19-20.

9 Maurice Garden, Le budget des Hospices civils..., ouvrage cité.

10 Michel Lacave, « Les quartiers urbains. Définitions et limites, méthodes d’analyse. L’exemple du quartier Sainte-Anne », Table ronde Centre Pierre Léon, Lyon, mai 1979, et « Stratégies d’expropriation et haussmannisation : l’exemple de Montpellier», Annales Histoire Sciences sociales, vol. XXXV, n° 5, 1980, p. 1011-1025.

11 Jean Rodery, « Observations sur l’aliénation des immeubles provenant des dons et legs et l’emploi des fonds en rentes sur l’État », Revue hospitalière de France, 1948, p. 16-19. Les textes obligeant les Hospices à aliéner leurs bien immobiliers pour placer les fonds en rentes sur l’État sont répétés sans cesse de 1858 à 1901.

12 Jacques Sauzay, Des problèmes juridiques relatifs à la gestion du domaine urbain des Hospices civils de Lyon, Lyon, Imprimerie A. Rey, 1943.

13 Jean Rodery, « Le domaine privé des Hospices civils », note dactylographiée, Hospices civils de Lyon, 1970.

14 Vincent Feroldi, Le quartier Saint-Louis de la Guillotière, 1851-1875, thèse de 3e cycle, Lyon, Centre Pierre Léon, 1981, 2 volumes, dactylographié, voir t. II, p. 18.

15 Bernard Meuret, Le socialisme municipal. Villeurbanne, 1880-1892, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1982.

16 Jean-Eugène Brizon, Étude générale sur la crise financière des Hospices civils de Lyon, 1914-1920, Lyon, Imprimeries réunies, 1920.

17 Les Hospices civils cèdent par exemple 1 hectare 90 ares de terrain pour la construction de l’Hôtel de la préfecture en 1880-1882 pour la somme globale de 1 240 590 francs (soit 65 francs le mètre carré : ce serait une excellente opération si le paiement ne se faisait en 30 annuités). Voir « Histoire du domaine urbain situé sur les territoires des villes de Lyon et de Villeurbanne », Lyon, Hospices civils de Lyon, 1938.

18 Marc Bonneville, Villeurbanne : naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière, processus et formes d’urbanisation, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1978, p. 34.

19 Pierre Cayez et Martine Chevalier, « Approche du phénomène d’urbanisation de la Rive Gauche (1852-1894) », Construire la ville : XVIIIe-XXe siècle, Maurice Garden et Yves Lequin dir., Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1983, p. 55-68.

20 Auguste Croze et David Cigallier, Les Hospices civils de Lyon de 1900 à 1925. ouvrage cité, préface d’Édouard Herriot.

21 Maurice Garden, Le budget des Hospices civils..., ouvrage cité.

Notes de fin

* « Le patrimoine immobilier des Hospices civils de Lyon, 1800-1914 », Cahiers d’histoire, t. XXIX, n° 2-3, 1984, p. 119-134.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Recettes cumulées des Hospices civils de Lyon, 1820-1914 (chiffres arrondis en milliers de francs)5
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Graphique 1 - La progression des recettes de la dotation
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Graphique 2 - Les recettes des biens immobiliers
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Graphique 3 - Aliénations d’immeubles et constitutions de rentes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Propriété foncière des Hospices civils au début du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9978/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540