Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

IV - Histoire de la médecine

L’historien de la santé

Olivier Faure

Texte intégral

  • 1 François Lebrun, Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles : se soigner autrefois, (...)

1Venu de l’histoire démographique, Maurice Garden a été l’un de ceux qui, aux côtés de François Lebrun1 et de quelques autres, a contribué à jeter les bases en France, et bien sûr avant tout à Lyon, d’une histoire de la santé définie par opposition à l’histoire traditionnelle de la médecine vouée à la geste des grands chercheurs et des grandes découvertes. Il définissait en 1984 cette histoire de la santé comme « l’étude de toutes les conditions qui ont transformé l’évolution de la santé des hommes et, parmi elles, la médecine qui tient certes un rôle fondamental, mais dans un ensemble de conditions ». C’est dire que cette histoire devait être tout entière immergée dans une histoire totale incluant l’histoire du logement, de l’alimentation, du travail. On mesure par là l’actualité d’un tel programme et l’immensité des tâches qui restent à accomplir. Bien peu d’histoires de ces domaines s’interrogent sur les effets produits sur la santé et l’histoire dite de la santé reste largement une histoire de la médecine et des maladies, même si elle a abandonné le monde des grandes découvertes pour s’intéresser aux pratiques quotidiennes des soignants et des malades.

  • 2 « L’obstétrique : médecins, accoucheurs et sages-femmes au XVIIIe siècle », Cahiers médicaux, t. I (...)
  • 3 Jacques Gélis, Mireille Laget et Marie-France Morel, Entrer dans la vie : naissances et enfances d (...)
  • 4 Maurice Garden dir., Le budget des Hospices civils de Lyon (1800-1976) : histoire économique d’une (...)
  • 5 Comme en témoigne la publication de l’article consacré aux budgets hospitaliers dans les Leçons d’ (...)
  • 6 « Santé et histoire », Cahiers d’histoire, t. XXIX, n° 2-3, 1984, p. 95-261 ; et le volume consacr (...)

2Dans ce domaine ainsi défini, le rôle de Maurice Garden est bien plus grand que ne le laisse supposer le nombre, pourtant non négligeable, de ses publications. Outre celles que l’on réédite ou publie ici, on ne saurait oublier son article consacré à l’histoire de l’obstétrique2, paru bien avant la grande vague des travaux de Jacques Gélis, Mireille Laget, Marie-France Morel3, et surtout l’ouvrage consacré au budget des Hospices civils de Lyon de 1800 à 19764 dont les deux articles « hospitaliers » repris ici sont issus. Fruit d’une enquête collective menée en collaboration avec des économistes de la santé5, ce travail signe l’acte de naissance d’une tradition d’histoire hospitalière et de la santé à Lyon. Participant à l’enquête, Dominique Dessertine voue dès lors un intérêt constant à ces sujets bien éloignés de ses premiers travaux sur le divorce. Mon sujet de thèse de troisième cycle sur les Hospices civils de Lyon au début du XIXe siècle est évidemment étroitement lié à l’enquête économique déjà en cours. L’arrivée, un peu plus tardive, d’Isabelle von Bueltzingsloewen devait renforcer cette équipe. Ces vocations, et bien d’autres, moins durables, furent entretenues par le séminaire régulier d’histoire de la santé lancé par Maurice Garden, nourries par des journées d’études, comme celles tenues avec des collègues normands ou polonais6, solidifiées par un lourd projet collectif d’histoire quantitative de la santé financé par la mission recherche (MIRE) du ministère des Affaires sociales mené de 1981 à 1985. Pendant longtemps hébergé au Centre Pierre Léon puis en parallèle au sein du programme pluri-formations « Enfermements, marges et société », actuellement dans le cadre de l’équipe RESEA (Religions, sociétés et acculturation) du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR CNRS 5190), un petit groupe a continué et continue de travailler à Lyon sur l’histoire de la santé selon les orientations définies par Maurice Garden : des recherches souvent collectives parfois menées dans un cadre contractuel (hôpitaux comme le Vinatier, ministères, entreprises comme Boiron, organismes sociaux comme la Mutualité de la Loire) et jamais sans référence aux problèmes du présent. Plus encore, une histoire de la santé définie non comme un champ clos mais comme une part essentielle de l’histoire sociale et culturelle. Tout le parcours de Maurice Garden en ce domaine donne l’exemple.

  • 7 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.
  • 8 Dans Arthur. E. Imhof dir., Le vieillissement, implications et conséquences de l’allongement de la (...)
  • 9 Qui reste largement terra incognita entre les travaux de Jean-Pierre Bois et Jean Pierre Gutton po (...)

3Venu de l’histoire urbaine, Maurice Garden s’est refusé à voir seulement dans l’hôpital une institution charitable se convertissant en usine à santé. Sans négliger ce fait majeur, il a de suite montré que l’hôpital était un reflet et un moteur de l’histoire des villes. En détaillant l’évolution des recettes et des dépenses des Hospices civils de Lyon, il a bien montré combien l’hôpital était non seulement un fournisseur de secours mais aussi de plus en plus un propriétaire immobilier urbain considérable, l’employeur d’un personnel nombreux et longtemps peu coûteux, le gros consommateur d’une grande quantité de biens divers. Bref, non seulement un acteur majeur de la vie économique et sociale urbaine, mais aussi, directement et indirectement, un amortisseur social dont on est loin d’avoir analysé tout le rôle dans la régulation des sociétés urbaines. Au-delà de ces fonctions quotidiennes, les hôpitaux sont des acteurs (et pas seulement à Lyon) de l’expansion urbaine par le biais des terrains qu’ils possèdent, dans les noyaux anciens et en périphérie. À la fin du XIXe siècle, les bâtiments centraux anciens, critiqués pour leur inadaptation aux nouvelles normes de l’hygiène, sont aussi convoités par les municipalités soucieuses d’y installer de nouveaux équipements structurants (les hôtels des postes en particulier) et de marquer le paysage urbain par des monuments moins liés à l’héritage chrétien. À la périphérie, municipalités et promoteurs privés guignent les terrains possédés par les hospices. En pourparlers et en conflit avec les autres responsables de la gestion urbaine, les hôpitaux sont des acteurs de la vie municipale et des enjeux de la vie politique locale. Longtemps considéré comme la dernière marche du cursus honorum conduisant aux charges municipales7, l’accès à la tête des commissions administratives devient un enjeu politique majeur à la fin du XIXe siècle, lorsque les conflits politiques et idéologiques viennent s’ajouter aux débats concernant les locaux hospitaliers, les terrains et surtout la répartition des taches d’assistance entre villes et hôpitaux. Par ces études en apparence techniques, Maurice Garden a donc posé de solides jalons, hélas trop peu suivis depuis, d’une histoire urbaine de l’hôpital liant, comme dans la réalité, l’hôpital à la ville qui l’héberge. On lit hélas trop souvent des histoires urbaines muettes sur l’hôpital et des histoires d’hôpitaux tout entières consacrées à scruter les moindres signes d’une médicalisation des hôpitaux. Contre cette optique, Maurice Garden a bien vu, très tôt, que les fonctions hospitalières ne se résumaient pas à un accueil de plus en plus exclusif des malades curables. Dans son bref article sur « Les hospices de vieillards du comité de mendicité à la loi d’assistance obligatoire8 », qu’on aurait pu (ou dû) reprendre ici, il suggère que le problème de la vieillesse «  dépendante » (physiquement et socialement) est moins récent qu’on ne le dit habituellement. Tout au long du XIXe siècle, les institutions hospitalières sont assaillies de demandes d’entrée formulées par des vieillards, des incurables, des infirmes, et toute une série « d’accidentés de la vie » qui vont parfois jusqu’à proposer de verser des pensions ou de rendre des services en échange de leur entrée. On est loin de cette peur de l’hôpital que postule tout un discours trop souvent repris par les historiens. Les circulaires qui dissuadent les hôpitaux de recevoir des vieillards, ce qui encouragerait la paresse et dissoudrait les liens de famille, n’ont pas plus de succès. Autant qu’on les connaisse, les fondations de lits et les donations aux hôpitaux s’orientent au moins autant vers les vieillards que vers les malades. Prenant enfin en compte une réalité et des pratiques, les républicains votent en 1905 la loi d’assistance obligatoire aux vieillards, infirmes et incurables (à condition qu’ils soient indigents). Elle connaît immédiatement un considérable succès. Toutes ces suggestions, stimulées par les interrogations d’aujourd’hui, invitent à reprendre d’urgence, en complétant une lacune historiographique, le dossier de la vieillesse au XIXe siècle9. On peut néanmoins déjà affirmer que la transformation des hôpitaux en machines à guérir n’a jamais été qu’une utopie fondée sur l’oubli d’une réalité essentielle, récurrente et de plus en plus insupportable, celle du vieillissement et de la mort.

  • 10 Olivier Faure (dir), Praticiens patients et militants de l’homéopathie aux XIXe et XXe siècle (180 (...)

4Marqué par ses expériences d’histoire quantitative et son goût pour la mesure des choses, Maurice Garden a aussi su capter à la fois l’air du temps et l’évolution de la recherche historique vers les facteurs culturels. À l’occasion d’un séjour au Wissenschaftkolleg de Berlin, pause dans sa carrière « administrative », Maurice Garden découvre l’importance du mouvement des médecines naturelles en Allemagne au XIXe siècle et particulièrement à la fin de celui-ci. Presque au même moment, et un peu sur commande, il récidive à l’occasion d’un colloque franco-allemand en offrant un panorama sur l’évolution de l’homéopathie en France au XIXe siècle10. Le texte, jusqu’alors inédit, consacré à « Médecine savante et médecine naturelle en Allemagne (fin XIXe-début XXe siècle) » a servi de support à plusieurs conférences dont l’une au moins prononcée au séminaire du Centre Pierre Léon, sans doute au début de 1990.

5S’intéresser aux médecines « parallèles » ou « alternatives », bien distinctes des «  médecines populaires traditionnelles », constitue chez Maurice Garden un glissement vers l’étude des discours, voire des croyances, une approche assez éloignée des précédentes, plus économiques et statistiques. Ces travaux aboutissent aussi à remettre en cause bien des idées reçues. Loin d’être un phénomène résiduel et de traduire la résistance des croyances irrationnelles, les médecines naturelles croissent au fur et à mesure que s’affirme la médecine scientifique ou officielle (Schulmedizin). En Allemagne, elle triomphe même au moment où s’affirment la bactériologie, les vaccinations et l’asepsie, bref au moment où la médecine commence à devenir efficace. Il est clair que l’on ne peut donc faire de cet engouement récurrent une simple transition entre l’automédication traditionnelle et l’entrée dans le monde d’une médecine enfin rationnelle.

  • 11 On délaisse ici la littérature des historiens d’outre-Rhin, trop riche pour être résumée dans cett (...)
  • 12 George Weisz, « A moment of synthesis : medical holism in France between the wars », dans Greater (...)
  • 13 Sur les correspondances à Hahnemann, voir Olivier Faure, « Behandlungsverlaüfe. Die französichen P (...)

6Dans le même ordre d’idée, les médecines naturelles ou alternatives ne sont pas l’apanage des milieux sociaux ou des régions arriérées. Entre les deux médecines, il y a bien concurrence et non juxtaposition ou complémentarité. Si l’on peut imaginer qu’il y a bien eu des adeptes exclusifs des médecines naturelles marqués par un engagement voire une foi indéracinable, il n’est pas du tout exclu que, dans la plupart des cas, la clientèle ait usé simultanément des deux médecines concurrentes. C’est dire combien devait être assez grande et urgente l’exigence de guérison pour inspirer cette double stratégie et passer outre aux frontières construites entre les deux médecines. C’est dire aussi qu’une partie des patients n’étaient pas seulement des consommateurs passifs mais souhaitaient être les acteurs de leur santé. Largement fondées sur une hygiène de vie, le respect scrupuleux de régimes alimentaires, les médecines naturelles préconisent et nécessitent une permanente surveillance de soi qui n’est bien sûr pas sans rappeler le procès de civilisation décrit par Norbert Elias. On ne s’étonne pas de retrouver au premier plan de la clientèle les groupes les plus habitués à l’introspection et à l’auto-observation : d’abord nobles artistes et grands bourgeois, mais très vite rejoints par des milieux plus modestes, protestants piétistes du Wurtemberg et de Saxe, petits bourgeois frottés de modernité, femmes. En portant son attention sur des faits jusqu’alors négligés (au moins en France) et jugés négligeables, Maurice Garden a bien laissé entendre que l’histoire de la santé ne pouvait être indépendante des comportements religieux, culturels et politiques. Les rares études menées en France sur ces thèmes11 montrent en effet, dans le cas de l’homéopathie au moins, que les relatifs succès de cette doctrine ne sont pas liés aux seuls facteurs internes à la médecine. Certes l’homéopathie profite du désarroi d’une médecine qui sait assez bien décrire les maladies mais ne sait les soigner après avoir ridiculisé l’ancienne pharmacopée. Plus encore, elle profite du climat des Lumières finissantes où beaucoup tentent d’organiser les observations autour de lois, de réconcilier la science et la foi. Nulle part ce climat ne se traduit mieux que dans le saint-simonisme, dont beaucoup d’adeptes sont aussi praticiens ou militants de l’homéopathie. La doctrine est aussi investie par une partie des catholiques qui y voient un lieu pour réconcilier la science et la foi tout en combattant le matérialisme. Dans les correspondances de malades français adressées à Hahnemann, on retrouve bien la variété des milieux sociaux, la diversité des recours et la volonté de prendre en charge son existence. Après le repli de l’homéopathie, bien noté dans l’article de Maurice Garden, l’entre-deux-guerres constitue un renouveau dans un climat de remise en cause généralisée d’une médecine scientifique déjà dénoncée comme inhumaine12. Le renouveau s’étend aussi à d’autres méthodes, comme celle de Max Bircher-Benner qui recrute en France quelques centaines de patients (universitaires, ingénieurs mais aussi artisans alsaciens et secrétaires) pour sa luxueuse clinique qui domine Zürich13.

  • 14 Jacques Poirier et Claude Langlois dir., Raspail et la vulgarisation médicale, Paris, Vrin (Scienc (...)

7Dans l’étude des médecines naturelles, Maurice Garden confirme son attachement à deux démarches : le goût pour la comparaison internationale ; l’analyse des ouvrages de vulgarisation (il possède une riche collection d’ouvrages de vulgarisation médicale). Trop peu souvent pratiquée, la comparaison est particulièrement éclairante pour l’histoire des médecines « alternatives ». Bien sûr, l’absence de monopole médical des soins en Allemagne et le moindre pouvoir de la profession permettent un plus grand développement des méthodes hétérodoxes qu’en France. Au-delà, on a souvent pensé qu’une industrialisation/urbanisation plus rapide et traumatisante en Allemagne qu’en France aurait pu déboucher sur une contestation radicale vite étendue à toute modernité, dont la médecine faisait partie. La différence la plus frappante est la force de l’engagement des patients allemands dans des ligues de médecine naturelle ou d’homéopathie, pratiquement absentes en France, comme si la question médicale avait servi en Allemagne de substitut à un engagement politique beaucoup plus marqué de ce côté-ci du Rhin. Plutôt que de s’attacher à ces questions, Maurice Garden s’est beaucoup appuyé dans ses deux articles sur la littérature de vulgarisation, voyant même dans le silence des ouvrages français à son égard, l’une des causes de la faiblesse de l’homéopathie française de la fin du XIXe siècle. Pour l’Allemagne, il a montré combien la capacité des tenants de la médecine naturelle à écrire des livres populaires avait pu contribuer à leur succès face à des adversaires trop prisonniers d’un discours abscons. En France au contraire, il semble qu’après 1865, le flot des ouvrages de popularisation de l’homéopathie se tarisse et que le flambeau de la vulgarisation passe effectivement dans les mains des tenants de la médecine officielle. Malgré les études lancées par Jacques Poirier et Claude Langlois, beaucoup reste à faire pour constituer une histoire de l’édition de vulgarisation médicale14. En scrutant ces publications, Maurice Garden rappelle aussi fermement qu’au-delà des grandes explications, rarement prouvables, l’histoire se fait grâce à des institutions et aux hommes, souvent modestes, qui s’y consacrent, et que les historiens doivent d’abord décrire.

8Mieux que ne le disent ces quelques notes d’introduction, la lecture qui va suivre démontrera combien les contributions de Maurice Garden, souvent écrites il y a une vingtaine d’années, ont ouvert des pistes essentielles loin d’être épuisées et combien elles peuvent faire utilement réfléchir le lecteur d’aujourd’hui, y compris dans des directions différentes de celles qui précèdent. On ajoutera que ces textes ont été fournis sans beaucoup de considération pour le statut des revues dans lesquelles ils paraissaient. On aura noté que la plupart des articles ont été donnés à des revues lyonnaises, souvent à la sollicitation de plus jeunes chercheurs auxquels Maurice Garden n’a guère résisté alors qu’il aurait pu publier ailleurs. C’est dire que, si le rassemblement de ces quelques articles a pour but de mieux faire connaître l’apport scientifique de Maurice Garden dans ce champ, l’introduction qui les précède ne peut se terminer sans un hommage marqué à la générosité, à la disponibilité et au désintéressement de leur auteur.

Notes

1 François Lebrun, Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles : se soigner autrefois, Paris, Temps actuels (La Passion de l’histoire), 1983 (1re édition).

2 « L’obstétrique : médecins, accoucheurs et sages-femmes au XVIIIe siècle », Cahiers médicaux, t. II, n° 15, 1976, p. 977-983.

3 Jacques Gélis, Mireille Laget et Marie-France Morel, Entrer dans la vie : naissances et enfances dans La France traditionnelle, Paris, Gallimard (Archives), 1978 ; Mireille Laget, Naissances : l’accouchement avant la clinique, Paris, Le Seuil (L’Univers historique), 1982 ; Jacques Gélis, L’arbre et le fruit : la naissance dans l’Occident moderne, XVIe-XIXe siècle, Paris, Fayard, 1984 ; Jacques Gélis, La sage-femme ou le médecin : une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988.

4 Maurice Garden dir., Le budget des Hospices civils de Lyon (1800-1976) : histoire économique d’une grande entreprise de santé, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1980.

5 Comme en témoigne la publication de l’article consacré aux budgets hospitaliers dans les Leçons d’économie médicale, périodique fondé par Louis Roche, professeur de médecine légale à Lyon et initiateur local de l’économie de la santé.

6 « Santé et histoire », Cahiers d’histoire, t. XXIX, n° 2-3, 1984, p. 95-261 ; et le volume consacré aux « Rencontre franco-polonaises. Histoire de la santé » du Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, n° 1-2, 1984, p. 1-106.

7 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.

8 Dans Arthur. E. Imhof dir., Le vieillissement, implications et conséquences de l’allongement de la vie humaine depuis le XVIIIe siècle : actes de la table ronde Paris EHESS, 24-26 octobre 1979, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1982, p. 103-108.

9 Qui reste largement terra incognita entre les travaux de Jean-Pierre Bois et Jean Pierre Gutton pour l’Ancien Régime et ceux d’Élise Feller pour le XXe siècle.

10 Olivier Faure (dir), Praticiens patients et militants de l’homéopathie aux XIXe et XXe siècle (1800-1940) : actes du colloque franco-allemand, Lyon, 11-12 octobre 1990, Lyon, Presses universitaires de Lyon et Éditions Boiron, 1992.

11 On délaisse ici la littérature des historiens d’outre-Rhin, trop riche pour être résumée dans cette introduction. Sur la France : Olivier Faure, « Eine zweite Heimat für Homöopathie : Frankreich », dans Weltgeschichte der Homöpathie, Martin Dinges dir., Munich, Beck, 1996, p. 48-73, et en français « L’homéopathie entre contestation et intégration », Archives de la recherche en sciences sociales, juin 2002, p. 86-92

12 George Weisz, « A moment of synthesis : medical holism in France between the wars », dans Greater than the Parts : Holism in Biomedicine (1920-1950), Christopher Lawrence et George Weisz dir., New York, Oxford University Press, 1998, p. 68-93.

13 Sur les correspondances à Hahnemann, voir Olivier Faure, « Behandlungsverlaüfe. Die französichen Patienten von Samuel und Mélanie Hahnemman (1834-1868) », dans Krankheit in Briefen im deutschen und französichen Sprachraum 17-21 Jahrhundert, Medizin, Gesellschaft und Geschichte, Beiheft 29, Martin Dinges et Vincent Barras dir., Stuttgart, Steiner, 2007, p. 197-210. Sur les malades de Bircher-Benner, voir Olivier Faure « La méthode Bircher-Benner en France dans les années 1930 », Symposium zur 100-Jahr des ehemaligen Sanatoriums « Lebendige Kraft » am Zürichberg, Zurich, 5-7 mars 2004, à paraître dans Gesnerus.

14 Jacques Poirier et Claude Langlois dir., Raspail et la vulgarisation médicale, Paris, Vrin (Sciences en situation), 1988 ; voir aussi Bernadette Bensaude-Vincent et Anne Rasmussen dir., La science populaire dans la presse et l’édition, Paris, CNRS Éditions, 1997.

Auteur

Historien, spécialiste de l’histoire de la santé et de la protection sociale. Professeur d’histoire contemporaine à l’université Jean-Moulin-Lyon-III, membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, il a publié notamment : Genèse de l’hôpital moderne (Paris/Lyon, CNRS/Presses universitaires de Lyon, 1982) ; Les Français et leur médecine au XIXe siècle (Paris, Belin, 1993) ; Histoire sociale de la médecine en France XVIIIe-XXe siècle, Paris, Économica, 1994. Il a édité : Les thérapeutiques : savoirs et usages (Lyon, Mérieux, 1999) ; Les nouvelles pratiques de santé XVIIIe-XXe siècle (avec Patrice Bourdelais, Paris, Belin, 2005) ; Religion et enfermements XVIIe-XIXe siècle (avec Bernard Delpal, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540