Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

III - Démographie historique

Mariages parisiens à la fin du xixe siècle

Une micro-analyse quantitative1

Texte intégral

UNE SOURCE ADMINISTRATIVE ET UNE « PETITE POPULATION »

  • 1 « Mariages parisiens à la fin du XIXe siècle : une micro-analyse quantitative », Annales de démogra (...)
  • 1 L’adjonction de mariages célébrés dans des communes de la banlieue se justifie avant tout par l’imp (...)

1La laïcisation de l’état civil français en 1792, puis l’application du Code civil napoléonien aux formes de transcription sur les registres municipaux de l’état civil des actes authentifiant le mariage, expliquent la nature du document « acte de mariage », et proposent une forme homogène de celui-ci. En fait, il fallut bien tout le long XIXe siècle pour que s’impose cette normalisation administrative. Nous avons retenu un petit échantillon de mariages parisiens de l’année 1885, pour décrire la population présente dans ces actes et essayer de comprendre comment se formait en partie la population parisienne en cette fin du XIXe siècle. Pour que notre échantillon soit à peu près représentatif, nous avons opéré une double péréquation, en fonction de la population des vingt arrondissements de Paris et des deux arrondissements du département de la Seine (Sceaux et Saint-Denis), et en fonction du nombre de mariages enregistrés dans chaque mairie ; au total notre échantillon est ainsi composé de 1 000 mariages, tous du mois de janvier 1885, les premiers de chaque registre, jusqu’au dernier numéro exigé par l’application de cette péréquation (de 25 pour les arrondissements les moins peuplés, 1er, 2e, 16e, jusqu’à 72 pour le plus peuplé, le 11e), en tout 800 mariages de la ville de Paris et 200 des communes du département de la Seine hors Paris1.

  • 2 Les différences entre l’original, conservé à la mairie de commune ou d’arrondissement, et le double (...)

2Il est utile de rappeler ce que doivent contenir les actes de mariage, et de signaler les variantes possibles, tout en précisant que nous avons dépouillé les doubles des registres déposés aux archives de la ville de Paris, et aux archives départementales de Bobigny, Créteil et Nanterre pour les commerces de banlieue2.

  • 3 Le divorce a été rétabli en France par la loi Naquet du 27 juillet 1884 :7 de nos 2 000 mariés de j (...)
  • 4 Toutefois, les futurs époux majeurs peuvent se passer du consentement de leurs parents, en utilisan (...)
  • 5 Plusieurs mariages sont retardés par l’observation de cette disposition. Beaucoup de nouveaux époux (...)
  • 6 Cette formalité n’est pas théorique : 245 des 1 000 jeunes femmes qui se marient en janvier 1885 so (...)
  • 7 Notons l’exception des époux natifs de l’Alsace-Lorraine annexée en 1871 : ils ne sont pas relevabl (...)
  • 8 Il semble que la connaissance minimale du français soit exigée des époux de nationalité étrangère, (...)

3Le premier soin du maire (ou de l’adjoint au maire délégué pour officier) est de s’assurer de l’identité des personnes qu’il va unir après leur déclaration « à voix haute et séparément » qu’ils s’acceptent comme époux et épouse. Contrôler l’identité, c’est d’une part avoir communication de doubles des actes de naissance du mari et de la femme, acte qui précise date et lieu de naissance d’une part, filiation d’autre part. Ici, aucune omission, aucun blanc n’est possible : 1 000 mariages, ce sont 2 000 actes de naissance obligatoirement fournis et presque correctement retranscrits, même si sont possibles quelques affiliations douteuses de communes à des départements (Valence dans le Rhône en place de la Drôme...) et, une seule fois, un mois de naissance sans quantième de mois. C’est aussi, et cela semble encore plus important pour le législateur, établir non seulement la filiation, mais la situation démographique exacte au moment du mariage de la parenté directe des nouveaux époux. En règle générale, personne, même s’il est majeur, même s’il est veuf ou divorcé3, ne peut contracter union sans le consentement de ses parents. Cela signifie que tout nouvel époux doit prouver que ses ascendants sont vivants ou décédés. S’ils sont vivants, ils doivent obligatoirement « consentir » au mariage de leur fils ou de leur fille, quel que soit son âge. Leur consentement peut être direct, assuré par leur présence physique à la cérémonie du mariage et leur signature sur le registre des actes ; il peut être remplacé par un acte notarié adressé à la mairie qui affirme leur consentement4. Si les deux parents d’un nouveau conjoint sont décédés (ce que prouve un double de leur acte de décès), il faut encore faire la preuve qu’aucun aïeul ne survit : si c’est le cas (et l’acte de décès des parents sert de preuve pour connaître la survie ou le décès de leurs parents, ce qui n’est pas toujours observé), l’officier d’état civil doit exiger le consentement de tout aïeul paternel ou maternel survivant, soit par sa présence effective, soit par un acte notarié5. Le plus souvent, le maire se contente de la déclaration des époux et des témoins qui affirment « bien connaître le (la) futur époux (épouse), et que tous leurs ascendants sont décédés, mais qu’ils ignorent la date et le lieu de leur décès ». Trois exceptions à cette règle générale sont toutefois à noter. La première concerne les époux mineurs, c’est-à-dire âgés de moins de 21 ans au jour du mariage. Si ceux-ci sont orphelins de père et de mère, s’ils ne connaissent pas de grands-parents vivants, ils doivent être autorisés à se marier par leur conseil de famille, réuni sous l’autorité du juge de paix du canton de leur domicile6. La seconde concerne les enfants naturels non reconnus ni légitimités (le mariage implique légitimation des enfants nés avant le mariage, quand bien sûr les nouveaux époux le demandent). Ceux-ci, par définition, n’ont pas de famille, et ils peuvent se marier en ne fournissant que leur acte de naissance : fils (ou fille) d’une telle « dont il n’appert aucune reconnaissance ». Ce cas démontre bien que la recherche de l’état le plus exact de la filiation concerne avant tout la protection du nom et du patrimoine, plus que la crainte juridique d’une usurpation d’identité. La troisième exception enfin s’applique aux nouveaux époux de naissance et nationalité étrangères. La législation n’est pas la même dans tous les États européens, dont certains ont adopté les règles du Code civil français (la Belgique par exemple), d’autres non. La plupart des étrangers – Allemands7, Italiens, Suisses (ces trois états concentrent 79 des 123 époux étrangers de notre échantillon) – se contentent d’affirmer leur filiation sans avoir à fournir ni l’état civil de leurs parents, ni leur consentement. Ils se bornent à présenter un certificat de coutume (Allemands, Suisses) ou un certificat du consulat général de leur pays à Paris (Italiens), qui les dispensent de tout autre acte. Ainsi, il est bien plus aisé pour un Allemand ou un Russe polonais de contracter mariage à Paris que pour un originaire du Cantal ou des Côtes-du-Nord8.

  • 9 Un exemple entre mille : V4E 7172, mariages du 15e arrondissement, 10 janvier 1885. Jean-Antoine Co (...)

4L’identité établie par la production des actes d’état civil est confirmée par le domicile, bien que celui-ci semble ne donner lieu qu’à une déclaration, confirmée par les témoins. On ne se marie pas sans avoir une adresse : aucun époux ne fournit comme domicile un hôtel, et l’acte ne contient aucune indication sur la nature du logement. Mais il faut une certaine ancienneté, et déclarer le domicile précédent, si le nouveau a moins de six mois. Les époux mineurs sont domiciliés de jure chez leurs parents, même quand ils déclarent une adresse de facto. La déclaration de domicile est la base de la publication des bans dans les diverses mairies : mairie du ou des domiciles des futurs conjoints, mairie du lieu de naissance quand les parents y habitent encore, mairie du dernier domicile des parents quand ils ont changé de lieu de résidence9. La liste des quatre témoins, obligatoirement majeurs et masculins, identifiés par leur âge, leur domicile, leur état professionnel et occasionnellement leur lien de parenté avec les époux, termine la rédaction de l’acte, authentifié en quelque sorte par l’appel à signatures des époux, des parents présents et des témoins. S’ajoutent aussi systématiquement l’indication de l’existence ou non d’un contrat de mariage et la déclaration éventuelle pour légitimation par le mariage d’enfants nés avant celui-ci.

  • 10 Ce qui ne signifie pas forcément transcription exacte. Nous avons trouvé une fois en marge la menti (...)

5La réalité des registres d’état civil parisiens de l’année 1885 montre cependant d’importantes distorsions d’un arrondissement à l’autre. Toutes les questions sont posées, tous les documents présentés, mais ils ne sont pas tous transcrits avec la même précision. Seul l’adjoint au maire du 4e arrondissement fait inscrire en marge de l’acte, sous le nom patronymique des deux époux, le nombre de pièces qu’il a rassemblées pour le dossier préparatoire au mariage : leur nombre varie de 3 au minimum à 11 au maximum « toutes dûment paraphées et annexées ». Mais alors, à quoi bon recopier sur le registre l’âge ou la date de naissance des parents, la date et le lieu de leur éventuel décès, le lieu et la date du décès du conjoint précédent quand un des époux est veuf, ou le degré de parenté des témoins ? Les actes sont donc inégalement précis d’une mairie à l’autre, et ils ne permettent qu’une analyse incomplète pour certaines données (en particulier la situation des parents). Les indications toujours présentes sont toutefois relativement nombreuses : les dates et lieux de naissance des époux – 1 seule absence sur 2 000 cas ; la question relative au contrat de mariage – aucune lacune10 ; la présence des quatre témoins – dans seulement 2 cas sur 1 000 il n’en est inscrit que trois, et leur âge et domicile ne sont qu’exceptionnellement omis.

  • 11 Un exemple : B4E 6884, mariages du 13e arrondissement, n° 34, 12 janvier 1885 : « le futur époux et (...)

6Une dernière indication sur la volonté de normaliser, d’uniformiser l’état civil en cette fin de XIXe siècle est fournie par la vérification des orthographes, les rectifications de noms patronymiques ou d’ordre des prénoms. Là encore, tous les maires ne font pas recopier ces « variantes », qui semblent toutefois quasi générales, quand elles sont notées. Cette fois c’est l’adjoint du maire du 13e arrondissement qui fait inscrire dans l’acte ces erreurs ou variations, qui sont présentes dans près d’un acte sur deux. Mais la plupart des maires et adjoints, même quand ils interrogent les époux conformément aux avis du Conseil d’État de 1805 et 1808 (ce qui est traduit par certaines indications, en particulier sur les grands-parents), ne notent ni les références précises, ni les réponses dans leur totalité. L’exemple de la veuve Plutarque, originaire d’Anharp (Basses-Pyrénées), où son père est décédé le 15 juin 1831 (cinquante-quatre ans avant le mariage de son petit-fils), montre les véritables problèmes d’acculturation que peuvent avoir les officiers d’état civil parisiens face à des noms patronymiques des diverses régions françaises, reproduits de façon plus ou moins fantaisistes tant qu’ils ne sont que transcrits à partir de formes orales11.

UNE « PETITE POPULATION » PEU HOMOGÈNE

7Quelle est alors notre population de référence ? C’est à l’évidence une population artificielle, construite par nous, et par son passage devant le maire, comme on dit familièrement, dans un espace donné – les vingt arrondissements de Paris et dix-neuf communes du département de la Seine –, et dans un temps limité (quoique légèrement inégal d’un lieu à l’autre), c’est-à-dire le mois de janvier 1885. Trois « sous-populations » principales sont dégagées par la mise en fiche systématique de 1 000 actes de mariage. La première, la seule vraiment complète, est celle des « jeunes » mariés : elle est composée de 2 000 personnes, 1 000 hommes et 1 000 femmes que leur histoire individuelle réunit ce jour-là. La seconde est constituée par la parenté directe, les ascendants, pères et mères des mariés. Dans ce cas, il y a une différence entre le nombre théorique, et le nombre réel d’individus : les pères sont souvent inconnus, « non dénommés », quelquefois aussi les mères « de père et de mère inconnus ». Ce sous-groupe théorique de 4 000 personnes est de plus divisé en deux sous-ensembles opposés, puisque les uns sont vivants au moment du mariage, et que d’autres, très nombreux, sont morts. Mais même le groupe des vivants n’est pas facile à délimiter. Les étrangers de naissance n’ont pas, comme nous l’avons dit, obligation de fournir le consentement de leurs parents, donc de déclarer s’ils sont vivants ou non. Et quelques-uns sont présumés vivants, mais « absents », sans adresse, partis sans donner aucune nouvelle. Le troisième groupe est constitué par les témoins, obligatoirement quatre par mariage. C’est donc là encore, comme pour les parents, un effectif théorique de 4 000 personnes, que seules quelques rares négligences des greffiers des hôtels de ville conduit à diminuer de quelques unités. À côté de ces trois grands sous-ensembles, les actes donnent quelques indications sur d’autres petites populations, plus occasionnelles, de vivants : les enfants légitimés à l’occasion du mariage de leurs parents, quelques tuteurs ou curateurs de nouveaux époux mineurs et orphelins, quelques grands-parents qui se substituent aux parents défaillants. Il y a enfin indication d’une population disparue, celle des précédents conjoints des veufs et des veuves ; et pour être complet, il faudrait citer aussi les administrateurs, ces officiers d’état civil, qui dans les grandes mairies ne sont pas toujours les mêmes d’un jour à l’autre, et les notaires qui authentifient les procurations et les consentements, ou les contrats de mariage.

8On ne peut bien sûr, à cause même de l’inégalité du document, traiter de la même manière tous ces sous-groupes. Mais, même sans recourir à deux sources complémentaires qui seraient indispensables pour une meilleure analyse sociale, les actes de mariages religieux qui ont concerné une partie de notre première population, les contrats de mariage qui sont conclus pour une autre partie, la connaissance de chaque groupe comprend celle des autres sous-groupes. Le mariage, sa date, son lieu, le choix même du mariage, de la cérémonie officielle, ne sont pas sans relation avec la présence ou l’absence, la vie ou la mort des parents. Les témoins ne sont pas les mêmes quand l’homme ou la femme sont étrangers, ou lointains provinciaux dont les parents sont restés au loin, ou lorsqu’il s’agit de jeunes époux nés à Paris, habitant « chez leur père et mère », et dont une partie de la parenté est parisienne. Mais les écarts ne sont pas seulement expliqués par la géographie, ils doivent aussi être la conséquence des situations sociales.

9Le premier portrait que l’on peut dresser du marié parisien est démographique. La qualité des données (date de naissance, lieu de naissance), quasi sans faille, garantit une bonne représentation de la répartition des nouveaux couples. Pour ne pas trop morceler l’échantillon, nous avons regroupé les départements en quelques zones plus vastes, inspirées du découpage actuel des régions.

Tableau 1 - Répartition régionale et âge moyen des conjoints par région

Tableau 1 - Répartition régionale et âge moyen des conjoints par région

(1) Une étrangère (anglaise de naissance) sans âge indiqué.
(2) 44 ans 4 mois pour les veufs, 40 ans pour les veuves

  • 12 Nous avons retenu par simplification les résultats du recensement de 1886, le plus proche de nos do (...)

10Les tableaux 1 et 1 bis montrent l’inégale répartition géographique des originaires et une évidente opposition entre France du Nord et France du Sud. Notre échantillon limité de 1 000 mariages (mais seulement 1 676 nouveaux mariés célibataires) correspond à une moyenne de 21 hommes et de 22 femmes célibataires pour 1 million d’habitants de la France (données du recensement de 1886, auxquelles on a ajouté la population de l’Alsace-Lorraine allemande). Seule l’Île-de-France est très au-dessus de la moyenne, en particulier pour les femmes de naissance parisienne. Un bloc de la France de l’Est et du Centre, de la Lorraine à l’Auvergne, est proche de la moyenne. Mais les deux grandes régions du Sud-Ouest et du Sud-Est, où vit alors le tiers des Français, ne fournit que 11 % des nouveaux époux parisiens12.

Tableau 1 bis - Fréquence relative des origines régionales

Tableau 1 bis - Fréquence relative des origines régionales

11La carte départementale (carte 1) souligne l’extraordinaire attraction de la capitale en cette fin du XIXe siècle. Seuls quatre départements de l’extrême Sud-Est (Hautes et Basses-Alpes, Alpes-Maritimes et Var) sont absents sur cet échantillon relativement limité ; mais la supériorité d’une origine de la moitié nord de la France est quand même évidente. Ne surprend pas non plus une origine parisienne des épouses (32 %) nettement supérieure à celle des hommes (21,3 %) : la coutume du mariage au domicile des parents de l’épouse fait que de nombreux hommes résidant à Paris doivent se marier en province, même quand leur conjointe demeure et travaille à Paris (mais est née ailleurs).

Carte 1 - Localisation par département des lieux de naissance des nouveaux époux parisiens de 1885

Carte 1 - Localisation par département des lieux de naissance des nouveaux époux parisiens de 1885

12Les croisements âge et origine (lieu de naissance) fournissent plus de confirmations que de surprises (tableau 2). Les maris sont plus âgés que leurs épouses : 3 ans et 6 mois de plus en moyenne, mais avec toutefois des différences assez grandes entre les écarts les plus élevés (4 ans 3 mois pour les Parisiens de naissance, 4 ans 6 mois pour les natifs du Nord ou de Picardie), alors qu’ils s’amenuisent jusqu’à devenir infimes pour les originaires de l’Ouest (9 mois seulement pour Bretagne et Pays de Loire). Confirmation également attendue dans la différence très marquée entre les natives de Paris et les jeunes épouses migrantes, nées en province ou à l’étranger : en moyenne il y a plus de 5 ans d’écart entre une Parisienne et une Bretonne. La proportion des jeunes femmes nées à Paris et qui célèbrent leur mariage avant leur vingt-cinquième anniversaire dépasse 80 % – elle atteint à peine 50 % pour la plupart des régions de naissance, 41 % seulement pour les Bretonnes, 46 % pour les natives de Normandie (figures 1 et 2). Quant aux hommes néo-parisiens, leur âge à leur premier mariage se situe entre 28,5 ans et 30,5 ans, nettement plus élevé que celui des Parisiens ou des banlieusards de naissance, les moyennes les plus élevées concernant les régions de flux migratoires anciens vers Paris (Normandie, Picardie, Loire moyenne). Mais le mariage ne reflète probablement qu’imparfaitement les modifications des axes et des flux de cette immigration. Il y a décalage dans le temps, mariages retardés ou célébrés en province, résistance au mariage sûrement.

Tableau 2 - Répartition des époux et des épouses (célibataires) par catégories d’âge au mariage

Tableau 2 - Répartition des époux et des épouses (célibataires) par catégories d’âge au mariage
  • 13 Le chapitre « Famille et mariage » du t. III de l’Histoire de la population française dirigée par J (...)

13La légitimation d’enfants nés avant le mariage de leur mère est un indicateur de ce changement d’attitude face au mariage. La reconnaissance d’un enfant par les deux époux au moment du mariage ne signifie pas que le nouvel époux soit le père de cet enfant, puisque la plupart du temps les actes de naissance ne comportent aucune dénomination du père, et que les actes de reconnaissance qui figurent dans les registres de naissances de l’état civil sont presque toujours le fait des mères. Mais la cohabitation avant l’union (déclaration de la même adresse pour le mari et la femme) le laisse supposer, au moins quand la date de naissance de l’enfant n’est pas trop éloignée de la date du mariage. Comment faut-il interpréter les 135 actes de mariage comportant légitimation d’enfants, dont 24 seulement énumèrent 2 enfants ou plus (une fois 5 enfants, une fois 4 enfants) ? Le lieu d’origine des pères n’a aucune incidence sur ce phénomène : 13,25 % des pères nés en province pour la proportion la plus faible, 14,5 % pour les pères nés à l’étranger pour la plus grande fréquence. L’âge est un peu plus significatif : le plus grand nombre de reconnaissances est le fait de pères relativement jeunes (60 % ont un âge inférieur à 30 ans, l’âge médian des hommes au mariage à Paris et ce, quel que soit leur lieu de naissance). La seule distorsion concerne le nombre relativement élevé de pères nés en province âgés de 35 ans et plus (30 % contre 20 % pour les autres pères) (tableau 3). Ce sont eux qui reconnaissent le plus fréquemment 2 enfants. Il y a doute, et ici les archives de l’état civil ne permettent pas de trancher, sur la motivation du mariage de ces célibataires âgés (sur 135 cas, il n’y a que 5 hommes veufs, et à peine plus de mères veuves) qui épousent une mère célibataire. Comment savoir s’ils sont les pères naturels quand l’enfant est né dix ans plus tôt, au lieu de naissance de la mère, sans relation entre l’origine ou le domicile du mari ? Ces jeunes femmes vont-elles accoucher dans leur pays ? Étaient-elles encore domiciliées avec leurs parents ? Ont-elles quitté leur village après la naissance de l’enfant ? Dans les cas déclarés de cohabitation mari/femme et de naissances multiples – rappelons-le, il n’y en a que 24 pour 1 000 mariages –, incontestablement on a affaire à des mariages différés, un peu comme ce que l’on observe aujourd’hui. Quand les parents sont jeunes, qu’il n’y a qu’un enfant, ce qui est vraiment le cas majoritaire, on peut penser que ce mariage-régulation exprime la réussite d’une politique officielle favorable au mariage. Les registres des naissances parisiens montrent le poids considérable des naissances « illégitimes », et dans les arrondissements populaires, et dans les arrondissements « bourgeois » où le nombre de mères célibataires employées dans la domesticité et les services personnels est très important. Seule une très délicate reconstitution des itinéraires personnels permettrait de savoir quelle proportion des mères non mariées finit par se marier. Mais que 135  nouvelles mariées soit dans ce cas, que pour 1 000 nouvelles unions soient reconnus 167 enfants nés hors mariage est quand même un phénomène social important13. Quatre-vingt-trois de ces 167 enfants sont nés en 1883 ou en 1884, 127 sont nés à Paris et 20 dans la banlieue parisienne. Dans la majorité des cas, le mariage est célébré dans l’année ou les deux années qui suivent la première naissance dont l’enfant est en vie. Il n’y a que quelques exemples de régularisations tardives, comme les 4 cas d’enfants de 19 ans légitimés par le mariage de leurs parents, et qui sont eux-mêmes en passe de se marier. Et si l’on peut bien sûr citer les très jeunes femmes, enceintes et mères avant leur vingtième anniversaire, il faut ajouter qu’elles ne sont ni nombreuses ni représentatives de la population : 10 en tout, dont 7 Parisiennes de naissance, alors que dans notre échantillon figurent 161 femmes qui se marient avant leur vingtième anniversaire, dont 85 Parisiennes. Quelques cas de naissances provinciales ou étrangères signalent quelques rares migrations postérieures à la naissance hors mariage (le cas de deux époux originaires de Lahr, dans le duché de Bade, et dont l’enfant est né à Lahr onze moins avant l’union parisienne). Mais les naissances multiples et les reconnaissances tardives restent des exceptions. Exactement 100 fois sur 135 les deux époux déclarent la même adresse, quelquefois identique à celle de l’un ou l’autre de leurs parents : cela montre à la fois l’importance de la cohabitation, et aussi cette tendance à mettre fin à ce concubinage après la naissance d’un enfant.

Figure 1 - Âges des nouvelles épouses (en 1885) selon le lieu de naissance

Figure 1 - Âges des nouvelles épouses (en 1885) selon le lieu de naissance

Figure 2 - Répartition des âges au premier mariage des nouveaux époux et des nouvelles épouses

Figure 2 - Répartition des âges au premier mariage des nouveaux époux et des nouvelles épouses

Tableau 3 - Âge au mariage des parents qui légitiment des enfants

Tableau 3 - Âge au mariage des parents qui légitiment des enfants

* Femme étrangère sans âge indiqué

DES SOCIABILITÉS CONTRASTÉES PARENTÉ, PROFESSION, VOISINAGE

14Étudier les relations parentales ou sociétales des nouveaux mariés parisiens pose de délicats problèmes de méthode. Comment comparer deux jeunes époux, âgés de moins de 25 ans, nés à Paris, logés encore au moment du mariage chez leurs parents respectifs, encore vivants, et des époux beaucoup plus âgés, plus de 35 ans pour l’homme, plus de 30 ans pour la femme, nés dans des localités très éloignées, aux quatre parents décédés ? Comment savoir le rôle des parents des premiers dans les processus de rencontre et de décision du mariage, et faut-il supposer que seuls les hasards de rencontres, professionnelles, de voisinage ou ludiques ont conduit les seconds devant le maire ? La source unique utilisée ne donne que des réponses fragmentaires, mais néanmoins des éléments de compréhension. On a trop parlé, en s’appuyant sur la littérature, du déracinement de ces nouveaux urbains pour ne pas tenter des comptages simples qui seraient des éléments de compréhension.

15Creuset, lieu de brassage culturel, rien ne le prouve mieux que la faiblesse du nombre des mariages conclus entre « pays ». Nous avons vu que sur 1 000 maris, 598 sont nés en France hors l’Île-de-France, et 68 à l’étranger ; que pour les épouses, 522 sont natives des différents départements et 57 de l’étranger. La propension de se marier entre soi reste forte pour les étrangers, puisque 21 unions sont conclues entre deux compatriotes, cela étant particulièrement marqué pour les Italiens (sur 7 épouses nées en Italie, 6 épousent des Italiens, même si une seule est native de la même commune que son mari), et pour les Belges (9 intermariages pour, il est vrai, 18 possibilités). C’est beaucoup moins vrai pour les Allemands, et le cas de deux époux nés à Wilno est tout à fait exceptionnel. Dans l’ensemble cependant plus d’un tiers des étrangers se marient entre eux.

16Il n’en est aucunement de même pour les natifs des départements : sur un total théorique d’intermariages de 522 (nombre de femmes « provinciales»), seuls 94 sont conclus entre deux natifs du même département (18 %), dont 20 seulement entre originaires de la même commune (4 %). La carte 2 montre trois foyers de « résistance », qu’on s’attendait à trouver plus consistants tant la recherche sur les communautés d’originaires à Paris (les Auvergnats, les Bretons, les Alsaciens...) nous a donné l’image d’une intense solidarité de ces déracinés de Paris. Il y a dans notre échantillon 81 natifs de Bretagne (au sens large, cinq départements : Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan, Ille-et-Vilaine, Loire inférieure), mais seulement 32 possibilités de mariages entre natifs du même département. Seuls les originaires des Côtes-du-Nord manifestent une forte cohésion, puisqu’il y a 9 intermariages (sur 15 possibles), dont 4 entre époux nés dans la même commune. Pour les quatre autres départements, il n’y a que 2 intermariages sur 17 possibles. Le second pôle régional fort est constitué par l’Alsace, où sont nés, dans les deux départements annexés en 1871 à l’Empire allemand, 81 nouveaux mariés de notre échantillon parisien, avec 36 possibilités de mariages mixtes (45 hommes, 36 femmes). Il y a cette fois 16 unions croisées, dont 5 de la même localité, y compris les grandes villes (Strasbourg, Mulhouse, Colmar). L’ensemble du Massif central forme le troisième cas, plus diffus à cause d’une forte disproportion entre hommes et femmes en dehors de l’Aveyron : 55 hommes, 37 femmes, seulement 11 intermariages sur 37 possibilités, dont 5 entre natifs de la même commune (mais répartis dans cinq départements différents).

Carte 2 - Localisation par département des lieux de naissance des nouveaux époux parisiens de 1885

Carte 2 - Localisation par département des lieux de naissance des nouveaux époux parisiens de 1885

17Partout ailleurs, on n’a que quelques cas isolés, comme pour les Hautes-Pyrénées (2 cas pour 3 possibilités), ou la Haute-Saône (7 cas pour 13 possibilités). Le nord de Paris, l’ensemble du Bassin parisien, la Normandie, les Pays de Loire ne fournissent que rarement des unions entre hommes et femmes du même pays. Cette analyse montre bien la coexistence de communautés d’origine culturelles et probablement linguistiques (beaucoup de signatures d’Alsaciens sont écrites en caractères gothiques), que sont encore l’Alsace, dans les conditions particulières d’une émigration-exil, et la Bretagne. Presque partout ailleurs, la venue à Paris est vraiment un complet changement d’existence : jeunes gens et jeunes filles ne viennent pas à Paris pour se retrouver entre natifs de leur région, mais bien pour tenter une aventure nouvelle, faire leur vie de « Parisiens » et non de provinciaux transplantés.

18Dans quelle mesure cette intégration à Paris (et à sa proche banlieue) correspond à une rupture avec la famille des époux, au moment où ceux-ci constituent leur propre famille officielle ? L’état civil fournit deux pistes, qui permettent d’appréhender presque exhaustivement l’aspect quantitatif des relations familiales, d’une part par la présence physique à la mairie des parents directs (pères et mères, éventuellement mais rarement grands-parents), d’autre part par l’indication du lien de parenté des époux avec les témoins. Rappelons qu’il ne s’agit pas exactement du même groupe : dans le premier, hommes et femmes sont à égalité de droit ; la femme seule, veuve, divorcée, mère célibataire qui a reconnu son enfant, mère séparée ou isolée quand son mari est absent ou a « disparu » (sic), donne obligatoirement son consentement, au même titre que le père. Le deuxième groupe ne comprend que des hommes, et il semble qu’une partie des officiers d’état civil néglige de fournir la nature du lien de parenté des témoins (seuls les frères semblent régulièrement indiqués).

19Si notre échantillon comporte 4 000 parents réels, ce nombre n’est cependant que théorique puisqu’un certain nombre de pères ne se sont pas fait connaître, et que plusieurs mères célibataires n’ont pas reconnu leur enfant (et qu’à ce titre le nouvel époux n’a pas à lui demander son consentement). En tout 70 nouveaux époux n’ont pas de père ; 27 n’ont pas été reconnus par leur mère. Le chiffre théorique de parents est ainsi ramené à 3 903. Il faudrait ajouter, mais ce n’est plus exactement pareil, qu’un certain nombre de parents sont dans l’incapacité de donner leur accord (parce qu’internés, privés de discernement dans un asile psychiatrique : c’est le cas de 6 mères, aucun père), que d’autres sont partis sans laisser d’adresse (20 pères, 8 mères), et qu’enfin beaucoup de natifs de l’étranger n’ont pas à prouver l’état civil de leurs parents (une centaine de parents ne sont pas ainsi identifiés). En fait, pour 2 000 mariés, il ne reste que 3 769 parents à destin connu, dont 2 294 (61 % des possibles, 57 % des théoriques) sont connus comme en vie au moment du mariage de leurs enfants (1 019 pères, 1 275 mères).

20Ainsi 4 parents sur 10 ne sont plus en mesure d’assister à l’union de leurs enfants (tableau 4), avec une double différence entre les pères (à peine 50 % de survivants) et les mères (64 %), et entre les mariages célébrés à Paris (56 %) et ceux contractés en banlieue (60,5 %). Des explications biologiques sont évidentes : les épouses sont en moyenne de 4 ans plus jeunes que leurs maris, et leurs mères étaient beaucoup plus jeunes que les pères des nouveaux maris (la différence moyenne atteint 8 ans, et l’âge au décès des hommes est déjà inférieur à celui des femmes) à leur naissance. Ce phénomène est accentué par les migrations – celles des hommes étaient plus nombreuses –, alors qu’à cette époque les communes de la Seine ont encore une forte population native, plus précoce que les migrants au mariage.

Tableau 4 - Survie des parents à la date du mariage de leurs enfants

Tableau 4 - Survie des parents à la date du mariage de leurs enfants

21Mille trois cent soixante-dix-neuf pères ou mères assistent au mariage de leurs enfants, exactement 60 % des parents vivants, mais seulement le tiers des parents théoriques (tableau 5). En fait un tiers des unions (343 exactement) se contracte hors de la présence de tout parent direct, alors qu’en moyenne 2 sont présents pour les deux autres tiers.

22S’il n’y a pas rupture entre la génération des époux et celle de leurs parents (en tout, la procédure des sommations respectueuses à l’égard de parents refusant leur consentement est utilisée seulement 12 fois), la mort et l’éloignement diminuent les rangs des géniteurs : en face des 343 mariages dont ils sont absents, il n’y en a que 73 où les quatre parents entourent leurs enfants en ce jour solennel.

  • 14 Ces mariages de jeunes époux, conclus autant par les parents que par les époux, ne sont pas assurés (...)

23Il serait nécessaire de moduler ces données en fonction de l’âge des époux, de leur lieu de naissance, également bien sûr du rang du mariage (la présence de parents est nettement inférieure au remariage des veufs). Deux tiers des jeunes époux entourés de leurs quatre parents sont nés à Paris ou dans la proche banlieue, la plus âgée des épouses a 26 ans, leur âge moyen est inférieur à 21 ans et demi, 45 % d’entre elles ont 20 ans au plus. En gros le jeune Parisien de naissance (homme ou femme)14 a près de trois fois plus de chances d’être entouré de ses parents que le provincial qui se marie à Paris (la présence de parents pour les mariés nés hors de France est très rare). De toute manière le fait marquant est que les parents restés en province ne se déplacent pas pour les noces de leurs enfants, fils ou filles. Les cas restent très rares, et limités aux confins de l’Ile-de-France. Le réseau ferroviaire ne suffit pas à occasionner un déplacement encore coûteux, et fatigant pour des personnes souvent âgées. De ce point de vue, l’émigration est bien une coupure forte entre la capitale et le lieu d’origine.

  • 15 Nous avons divisé les mariages en trois groupes topographiques : ceux du 1er au 10e arrondissement (...)

Tableau 5 - Parents directs assistant au mariage15

Tableau 5 - Parents directs assistant au mariage15

24Est-ce que l’analyse de la parenté présente comme témoins corrige cette vision ?

25Le résultat est ici plus inattendu : l’absence des parents n’exclut pas la présence de la parenté. À la forte proportion de mariages conclus hors de la présence des pères et mères des époux (plus du tiers) correspond et un nombre plus faible de mariages sans parenté, et une autre répartition. Au total, il n’y a que 161 actes de mariage sur 1 000 qui ne comportent aucune mention de présence parentale, dont la quasi-totalité des unions conclues entre époux de naissance étrangère. Aucun doute là-dessus : l’absence des pères et mères est en partie compensée par la présence des oncles ou des frères. La répartition des unions où les quatre témoins sont des parents montre que dans tous les cas il y a volonté de montrer un équilibre entre la famille du mari et celle de l’épouse : l’idéal semble être un frère de chaque côté, et un oncle ou un cousin. Si la parenté possible (ou souhaitée) est moins importante, les deux témoins apparentés sont aussi souvent liés aux deux nouveaux mariés. Mais ce n’est pas une règle. Le tableau 6 montre qu’il y a bien corrélation entre le nombre de parents aux deux postes, mais que l’absence totale est rare. Incontestablement l’installation à Paris est rarement totalement individuelle et solitaire : si l’on ajoute que seuls les hommes sont témoins, on peut raisonnablement penser que beaucoup de parenté féminine existe aussi, et que l’isolement dans la capitale est rarement absolu.

Tableau 6 - Parenté (masculine) comme témoins

Tableau 6 - Parenté (masculine) comme témoins

26En revanche, s’il n’y a absence totale que dans 1 cas sur 6, il y a cependant des phénomènes d’attirance plus ou moins forte, ou une corrélation entre les deux formes de parenté. Plus que pour la parenté directe, il y a une incidence du quartier non négligeable. Les tableaux 7 et 8 soulignent le sens de ces écarts : dans les quartiers populaires périphériques (11e à 20e arrondissement, sauf le 16e), 59,5 % des mariages sont conclus avec au plus 1 parent, 9 points de pourcentage de plus que dans les arrondissements du centre, 12 points de plus que dans les communes de banlieue. Quand les mariages sont célébrés avec une présence importante des pères et mères des époux, cet entourage parental est complété par une proportion beaucoup plus grande d’apparentés. L’analyse détaillée des milieux sociaux et professionnels confirmerait ces écarts : il y a bien deux types d’intégration à la capitale.

Tableau 7 - Les témoins-parents selon la géographie sociale (%)

Nombre de témoins apparentés

1er - 10e arr. (plus le 16e)

11e - 20e arr. (moins le 16e)

Banlieue

4

8,2

4,7

10,0

3

16,0

13,9

13,0

2

25,0

21,9

29,5

1

24,7

26,0

26,5

0

26,1

33,5

21,0

Tableau 8 - Parenté directe et témoins apparentés (%)

Tableau 8 - Parenté directe et témoins apparentés (%)
  • 16 On ne peut que déplorer la disparition des registres de recensement de la capitale : ici ce n’est p (...)

27Une autre analyse, encore plus précise, sera indispensable pour saisir les liens sociaux qui peuvent être lus à travers les actes de mariage. Nous nous contentons ici d’esquisser quelques directions de recherche. Comme pour toutes les enquêtes d’histoire sociale réalisées à partir d’une source unique non confrontée à d’autres16, le chercheur est étroitement dépendant de la qualité et de la précision de la source. Quel contrôle est exercé sur la qualification que déclarent les époux, leurs parents, leurs témoins, sinon l’autocontrôle de l’interconnaissance ? Toutefois les indications de métiers ou professions, de statuts et qualités sont suffisamment nombreuses pour fournir une représentation de la société parisienne à l’approche de la fin du XIXe siècle. Quelques exemples sont présentés pour amorcer une étude de l’utilisation des témoins pour mieux saisir la nature de ces relations sociales au niveau de la génération des jeunes adultes qui se marient à la ville.

  • 17 Une fois seuls trois témoins sont désignés dans l’acte de mariage (6e arrondissement, acte n° 21).
  • 18 Pour ce repérage, nous avons entendu « même qualité » au sens le plus strict : nous n’avons pas ass (...)

28Le premier exemple isole tous les actes dans lesquels au moins trois des quatre témoins17 sont déclarés avec la même qualité18. Quatre-vingt-huit actes sur 1 000 répondent à cette définition, ce qui confirme la grande dispersion des métiers. Dans 55 cas sur 88 (62,5 %), le métier du mari est strictement identique à celui de trois ou quatre témoins : il y a bien là indication d’une solidarité ou sociale ou professionnelle. Sont présents dans l’échantillon aussi bien les « petits métiers », journaliers (11) ou employés (32), que les métiers de l’artisanat traditionnel (28) et la bourgeoisie marchande, rentière ou de service (17). Dans exactement la moitié des cas, au moins un des témoins exerçant la même profession est apparenté, mais ceci est nettement plus vrai dans les catégories artisanales ou bourgeoises que dans les milieux populaires. C’est presque toujours le cas pour les négociants, les rentiers et les propriétaires, souvent pour les artisans (ébénistes, plombiers), plus rarement pour les employés, moins encore pour les journaliers. Dans la seconde moitié, la solidarité est celle de l’activité : trois ou quatre gardes républicains assistent les gardes républicains, trois ou quatre employés de chemin de fer ou des octrois entourent les employés de chemin de fer (et ici on ne mélange pas ceux des chemins de fer de l’Ouest et ceux du chemin de fer de Lyon) ou les employés de l’octroi. Ce n’est pas seulement l’origine géographique qui isole de la famille, mais aussi les nouvelles activités : s’il y a quelques frères employés comme le mari, il n’y a quasiment jamais d’oncles, comme pour les propriétaires, les négociants ou les artisans, pas plus qu’il n’y a de pères ou de beaux-pères.

29Le second exemple retient une catégorie peu présente comme profession de l’époux (une douzaine seulement), mais beaucoup plus fréquente parmi les témoins : celle des marchands de vin. Ceux-ci figurent comme témoins dans 188 actes, et représentent en tout 216 témoins (dont 49 apparentés aux époux). Presque toujours ces marchands de vin non apparentés habitent la même rue, souvent le même immeuble que l’un des deux époux. On devine le lien entre le voisinage, la pratique, et probablement la libation offerte à la sortie de la mairie, le samedi à midi (95 % des mariages civils se font le samedi en fin de matinée), chez le marchand de vin, voisin et témoin.

30On descend probablement encore un niveau dans la sociabilité informelle avec notre troisième exemple qui s’est attaché à comparer la présence de trois petites catégories professionnelles : les hommes et femmes attachés au service personnel (domestiques, valets de chambre), les cochers (qui peuvent encore en 1885 être des serviteurs, mais plus souvent des employés des compagnies d’omnibus), et les concierges. L’état de concierge est absent de notre échantillon : aucun des 1 000 maris n’est ainsi désigné, et on n’a rencontré que 2 épouses concierges, toutes deux veuves et âgées. Mais les hommes concierges existent, puisque 37 apparaissent comme témoins (dont 12 avec des liens de parenté avec les époux). Il s’agit d’une population très spéciale : ils sont âgés en moyenne de 50 ans (un seul a moins de 30 ans), ils sont présents uniquement aux mariages de gens des milieux populaires, sans beaucoup de liens familiaux, petits employés, valets de chambre, et les époux qui font appel à eux sont les plus démunis en termes relationnels dans la société parisienne qu’ils viennent d’intégrer. Avec les cochers, apparaît un groupe professionnel beaucoup plus actif, dont 24 se marient (âge moyen 29 ans) et qui est très présent comme témoins (67 fois, dont 24 apparentés ; âge moyen : 35 ans). Il y a solidarité de cochers, par leur emploi, par les liens professionnels avec d’autres milieux, plus de l’artisanat ou des activités nouvelles que des services traditionnels (ils assistent des mécaniciens, des selliers, des charrons, des chauffeurs, des loueurs de voiture, mais aussi des employés de chemin de fer, montrant une possibilité de reconversion). Si les cochers sont souvent de nouveaux Parisiens (16 des 24 époux n’ont aucun parent à leur mariage), ils ont déjà créé des réseaux sociaux assez larges, même s’ils ne semblent jamais ouvrir sur les classes supérieures, totalement absentes des actes de mariage les concernant.

31L’année 1885 appartient bien encore au Paris traditionnel du XIXe siècle, qui n’a pas encore sonné la fin des « bonnes ». Mais comment parler du mariage des « bonnes » quand on dépend entièrement des usages d’un vocabulaire passé au sas de l’administration ? Qui s’annoncerait, se définirait comme « bonne » dans le Paris de 1885 ? Deux termes marquent incontestablement la domesticité féminine – « domestique » et «  femme de chambre » –, mais qu’en est-il des « cuisinières » ? Côté masculin, pour un effectif bien inférieur (20 maris, 65 épouses), trois mots : « domestique », « maître d’hôtel », « valet de chambre ». On ne se marie pas entre domesticité masculine et féminine : les valets de chambre épousent des couturières, des lingères, une demoiselle de magasin. L’éventail professionnel des époux des 65 femmes de chambre et domestiques est stupéfiant : 47 appellations différentes, y compris celles de 7 domestiques hommes ; mais on voit bien qu’on ne saurait étudier la domesticité féminine comme un état, elle reste une occupation temporaire à laquelle le mariage met fin, et on épouse, comme les autres femmes, des employés de l’administration et du commerce, des ouvriers et des artisans, en ne quittant jamais le milieu modeste dont on est issue. Quelle est la vraie « grosseur » du marchand de vin en gros de Courbevoie qui épouse une femme de chambre ? Ici le détail individuel mérite un arrêt : le mari est veuf, sa première épouse est morte depuis deux mois quand il se remarie le 10 janvier 1885. Né dans la Manche, il est âgé de 44 ans, mais son père de 84 ans vit encore à Levallois-Perret. Il se déclare rentier, et vient assister au remariage de son fils (chose rare pour les remariages, et record d’âge pour un père). La jeune épouse a 21 ans, moins de la moitié de l’âge de son mari. Son père, veuf depuis 1869, chef de dépôt à Commentry (Allier), âgé de 52 ans (presque le contemporain du mari), assiste au mariage : cas exceptionnel de déplacement pour le mariage d’un enfant. Un contrat est établi chez le notaire de Courbevoie, un peu comme précaution devant cette énorme différence d’âge et de condition. Les témoins du mari sont son frère aîné, entrepreneur à Méricourt (Seine-et-Oise) et un marchand de vins de leur rue à Courbevoie. Les témoins de l’épouse sont un manufacturier, son employeur probable (même adresse : 265 rue Saint-Denis à Courbevoie) et un cocher, également à la même adresse. Excusez la longue description : c’est le seul conte de fées de nos mariages de soubrettes !

  • 19 Nous n’avons pas joint de bibliographie, tant celle-ci devrait être abondante. Toutefois, si les ac (...)

32Ainsi, à partir d’un échantillon numériquement limité (à peine un vingtième d’une seule année de mariages de Paris et de la Seine à cette époque), il est possible d’atteindre la complexité de la société parisienne à la fin du XIXe siècle. Dans son apparente simplicité, et malgré les critiques que nous avons pu formuler envers un relatif manque d’homogénéité de la source, l’acte de mariage de cette époque reste un moyen d’approche privilégié pour une analyse sociale complexe, à peine abordée ici, parce que nous avons d’abord choisi l’entrée démographique. La richesse de la source rend le traitement informatique délicat : chaque acte fournit plus de 60 informations différentes, qu’il ne suffit pas de trier, mais qu’il faut aussi corréler : le travail de saisie demande temps et minutie. La tentative partielle, réalisée à partir de cette petite population, veut montrer qu’il n’est peut-être pas nécessaire de multiplier les dépouillements pour arriver à comprendre le fonctionnement d’une société19.

Notes

1 L’adjonction de mariages célébrés dans des communes de la banlieue se justifie avant tout par l’importance des mouvements de population entre Paris et le département de la Seine. Mais les écarts sociaux et professionnels restent grands entre la capitale et sa banlieue à cette date.

2 Les différences entre l’original, conservé à la mairie de commune ou d’arrondissement, et le double déposé aux archives, devraient être minimes. Les deux exemplaires sont en effet rédigés simultanément, puisque époux, témoins et officiers d’état civil doivent les signer tous les deux. Le personnel des bureaux de l’état civil prépare les deux registres à l’avance, sauf pour ce qui concerne la liste des témoins : preuve en est que des pages sont rayées, quand le mariage est repoussé à la dernière minute, avec inscription en marge de la formule : « acte annulé, les deux époux ne s’étant pas présentés ».

3 Le divorce a été rétabli en France par la loi Naquet du 27 juillet 1884 :7 de nos 2 000 mariés de janvier 1885 sont « divorcés » (6 hommes et 1 femme belge de naissance).

4 Toutefois, les futurs époux majeurs peuvent se passer du consentement de leurs parents, en utilisant la forme des trois sommations respectueuses, répétées à intervalle d’un mois, adressées au parent qui ne donne pas son accord à l’union. Ces sommations sont utilisées une douzaine de fois dans notre échantillon, plus souvent à l’adresse des parents du futur que de la future.

5 Plusieurs mariages sont retardés par l’observation de cette disposition. Beaucoup de nouveaux époux ne s’étaient pas avisés de demander le consentement d’un grand-père ou d’une grand-mère encore vivants dans leur province, et ont dû demander en catastrophe un acte de consentement, qui seul permet le mariage.

6 Cette formalité n’est pas théorique : 245 des 1 000 jeunes femmes qui se marient en janvier 1885 sont « mineures ». Plus d’une dizaine ont besoin de l’autorisation de leur conseil de famille. Ajoutons que l’obligation vaut aussi pour les enfants « naturels » non reconnus par leurs parents. Un cas un peu particulier est celui des militaires et des gendarmes : ils doivent fournir une autorisation du conseil d’administration de leur régiment ou de leur corps s’ils sont soldats ou sous-officiers, du ministre de la Guerre s’ils sont officiers.

7 Notons l’exception des époux natifs de l’Alsace-Lorraine annexée en 1871 : ils ne sont pas relevables de la loi allemande, mais de la loi française, c’est-à-dire qu’ils doivent présenter les actes notariés du consentement de leurs parents domiciliés en Alsace-Lorraine.

8 Il semble que la connaissance minimale du français soit exigée des époux de nationalité étrangère, qui doivent comprendre la lecture par l’officier d’état civil, sinon des obligations du mariage, au moins de la question concernant l’acceptation par chaque conjoint de l’union avec son partenaire. Une seule fois nous avons rencontré, pour une jeune épouse italienne, le recours à un traducteur interprète (V4E 7920, mariages du 20e arrondissement, n° 34, 13 janvier 1885 : l’épouse, âgée de 26 ans, est accompagnée d’un interprète, qui signe l’acte, ce que l’épouse ne fait pas).

9 Un exemple entre mille : V4E 7172, mariages du 15e arrondissement, 10 janvier 1885. Jean-Antoine Cody, employé de commerce, est domicilié rue Bourbon-le-Château, dans le 6e arrondissement où il est né le 6 octobre 1863. Ses parents, charbonniers, sont morts dans le 6e arrondissement. Leurs actes de décès établissent le décès de leurs aïeuls paternels et de leur aïeul maternel, Pierre Huitre. Mais la grand-mère maternelle, Catherine Raynal, veuve Huitre, sans profession, âgée de 80 ans, vit encore au lieu de Rieutort, commune de Marchastel (Lozère). Elle envoie son consentement par un acte notarié établi à Nasbinals (Lozère) le 11 décembre 1884. Et il est procédé aux publications de bans à Marchastel les dimanches 21 et 28 décembre 1884, de même que dans les mairies du 6e arrondissement de Paris (domicile de l’époux et lieu de sa naissance) et du 15e arrondissement (lieu de domicile de l’épouse et de sa mère). En revanche, il n’est pas besoin de publications à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine), où est née l’épouse, puisque ni ses parents ni elle n’y vivent plus.
À vrai dire je n’ai jamais trouvé mention d’oppositions exprimées lors de ces publications, justifiées cependant par la possibilité de telles oppositions au mariage !

10 Ce qui ne signifie pas forcément transcription exacte. Nous avons trouvé une fois en marge la mention « erroné » en face de l’affirmation « nous ont déclaré qu’il n’a pas été fait de contrat de mariage ». De même une fois est indiquée en marge « légitimation », dont il n’est pas fait état dans l’acte.

11 Un exemple : B4E 6884, mariages du 13e arrondissement, n° 34, 12 janvier 1885 : « le futur époux et les témoins déclarent que c’est par erreur qu’en l’acte de décès de sa mère, elle a été prénommée “Marie Perrine” au lieu de “Perrine”, et épouse de “Yves” au lieu de “Yves Marie” ».
Mais ces rectifications peuvent donner lieu à de véritables casse-tête, comme en témoigne ce cas relevé dans les registres de la mairie de Levallois-Perret : mariage n° 16 du 29 janvier 1885 entre Jean-Paul Plutarque, domestique à Paris (8e) et Joséphine Lechartier, couturière demeurant à Levallois-Perret : « Le futur époux nous a déclaré sous serment, conformément à l’avis du Conseil d’État du 30 mars 1808, que c’est par erreur si dans les actes de décès de ses père et mère et dans le certificat des publications de mariage délivré par la mairie du 8e arrondissement de Paris, le nom patronymique de sa mère est écrit dans le premier de ces actes Ohenburu, dans le second Oyhenbure, et dans le dit certificat des publications Hohenburu, au lieu de Oyhenburu qui est la véritable orthographie, ainsi qu’il résulte de l’acte de mariage de ses père et mère. Cette déclaration nous a été certifiée sous la foi du serment par les quatre témoins ci-après nommés qui attestent que, malgré ces erreurs, il y a identité de personne. Le futur époux nous a déclaré sous serment, conformément à l’avis du Conseil d’État du 4 thermidor an XIII que son aïeul et aïeule paternels sont décédés, mais qu’il ne peut produire leurs actes de décès, ne connaissant pas le lieu où ils ont été dressés, ni celui de leur dernier domicile. Cette déclaration nous a été certifiée sous la foi du serment par les quatre témoins ci-après nommés, qui attestent que bien qu’ils connaissent parfaitement le futur époux, ils ignorent le lieu du décès de ses ascendants paternels. »

12 Nous avons retenu par simplification les résultats du recensement de 1886, le plus proche de nos données. Il serait peut-être plus exact de prendre comme référence les années 1860, année moyenne de naissance de nos mariés parisiens. Mais en dehors du fait que ce choix ne modifierait pas les résultats, il présente aussi des difficultés, ne serait-ce qu’à cause des différences d’âge au mariage des hommes et des femmes.

13 Le chapitre « Famille et mariage » du t. III de l’Histoire de la population française dirigée par Jacques Dupâquier (Paris, Presses universitaires de France, 1988) ne comporte pas de données sur ce point : il y a là pourtant un correctif essentiel à l’image traditionnelle de l’enfant illégitime et abandonné.

14 Ces mariages de jeunes époux, conclus autant par les parents que par les époux, ne sont pas assurés de la réussite et de la durée. Cinq des 30 mariages de Parisiens de naissance de cette catégorie seront rompus par un divorce (un sixième), pour un total de 53 divorces sur les 1 000 mariages de l’échantillon.

15 Nous avons divisé les mariages en trois groupes topographiques : ceux du 1er au 10e arrondissement (plus le 16e), ceux du 11e au 20e (sans le 16e) ceux de la banlieue. Il n’y a aucune différence entre les deux moitiés de Paris : le Paris le plus populaire, ouvrier, des arrondissements périphériques n’a pas moins de parents présents que le Paris ancien du centre. En revanche, les communes de banlieue affichent une présence parentale nettement plus grande (par exemple 21 cas sur 200 à 4 parents présents, contre 52 sur 800 pour Paris intra-muros).

16 On ne peut que déplorer la disparition des registres de recensement de la capitale : ici ce n’est pas l’incendie de l’Hôtel de Ville de 1871 qui peut être tenu pour responsable.

Les statisticiens de la Statistique générale de la France ont manifestement eu entre les mains ces résultats des recensements quinquennaux de 1872 à 1911. Que sont-ils devenus ?

17 Une fois seuls trois témoins sont désignés dans l’acte de mariage (6e arrondissement, acte n° 21).

18 Pour ce repérage, nous avons entendu « même qualité » au sens le plus strict : nous n’avons pas associé propriétaires et rentiers, négociants et commerçants, ébénistes et menuisiers, valets de chambre et domestiques, employés de bureau et employés de commerce. Une autre approche serait nécessaire pour construire des catégories et étudier la corrélation globale entre les témoins et le mari par exemple.

19 Nous n’avons pas joint de bibliographie, tant celle-ci devrait être abondante. Toutefois, si les actes de mariages ont été beaucoup utilisés pour des études de démographie historique et d’histoire sociale depuis les travaux anciens de Louis Chevalier et d’Alain Girard, ils n’ont toujours pas donné lieu à une étude d’ensemble pour le XIXe siècle. Citons toutefois, parmi les références les plus récentes La société française au XIXe siècle : tradition, transition, transformations, Jacques Dupâquier et Denis Kessler dir., Paris, Fayard, 1992, et notamment deux contributions de ce volume : Noël Bonneuil, « Démographie de la nuptialité au XIXe siècle », p. 83-119, et Didier Blanchet et Denis Kessler, « La mobilité géographique, de la naissance au mariage », p. 343-377. Et sur les mariages parisiens : Françoise Battagliola, « Mariage, concubinage et relation entre les sexes, Paris, 1880-1890 », Genèses, n° 18, 1995, p. 68-96.

Notes de fin

1 « Mariages parisiens à la fin du XIXe siècle : une micro-analyse quantitative », Annales de démographie historique, Le mariage, règles et pratiques, novembre 1998, p. 111-133.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Répartition régionale et âge moyen des conjoints par région
Légende (1) Une étrangère (anglaise de naissance) sans âge indiqué.(2) 44 ans 4 mois pour les veufs, 40 ans pour les veuves
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 1 bis - Fréquence relative des origines régionales
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Carte 1 - Localisation par département des lieux de naissance des nouveaux époux parisiens de 1885
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 2 - Répartition des époux et des épouses (célibataires) par catégories d’âge au mariage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 1 - Âges des nouvelles épouses (en 1885) selon le lieu de naissance
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2 - Répartition des âges au premier mariage des nouveaux époux et des nouvelles épouses
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 3 - Âge au mariage des parents qui légitiment des enfants
Légende * Femme étrangère sans âge indiqué
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Carte 2 - Localisation par département des lieux de naissance des nouveaux époux parisiens de 1885
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 4 - Survie des parents à la date du mariage de leurs enfants
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 5 - Parents directs assistant au mariage15
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 6 - Parenté (masculine) comme témoins
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 8 - Parenté directe et témoins apparentés (%)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9974/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540