Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

III - Démographie historique

Les annonces matrimoniales dans la lunette de l’historien1

Texte intégral

  • 1 « Les annonces matrimoniales dans la lunette de l’historien », L’Histoire, n° 37, 1981, p. 96-103.

1Le mariage est resté une institution solide. Ni les progrès du divorce, ni la généralisation du mariage à l’essai, ni les velléités de vie communautaire n’ont véritablement ébranlé l’institution.

2La vitalité du mariage n’est-elle pas attestée par la vogue actuelle, sans cesse accrue, des agences et des annonces matrimoniales ? Les annonces classées sous la rubrique « Relations » ou « Rencontres » du Nouvel Observateur ou de Libération ont surtout retenu l’attention et ont déjà donné lieu à plusieurs publications, mais elles ne sauraient entièrement refléter le maintien de l’annonce matrimoniale, disons « classique », qui n’est du reste pas absente de ces mêmes publications. Quantitativement, les annonces du Nouvel Observateur (environ 200 tous les quinze jours) ou de Libération (tous les jours) ne sont qu’une frange tout à fait négligeable par rapport aux milliers d’annonces publiées chaque année dans une presse qui s’en est fait une seconde spécialité, à l’instar du Chasseur français (plus de 1 000 par mois), mais plus encore dans l’ensemble des hebdomadaires d’annonces et de publicité distribuées dans la France entière, sous le titre d’Hebdo, ou d’Annonces, précédé du numéro du département. Dans la ville de Lyon, par exemple, Hebdo-Lyon et 69 Lyon-Annonces publient ainsi chaque semaine une double rubrique « Mariages » et « Contacts-Rencontres » riche de 250 annonces individuelles, la plupart en vue de mariages, soit plus de 10 000 annonces dans une année, alors qu’il ne se noue pas plus de 8 000 mariages par an dans l’agglomération lyonnaise, zone couverte par la diffusion de ces deux journaux hebdomadaires. Les plus petites villes sont touchées à leur tour. Le Puy, comme Libourne ou Bergerac, offrent dans leurs journaux des annonces matrimoniales : tel numéro de mai 1978 de l’Éveil du dimanche (Haute-Loire, Le Puy) n’offre pas moins de 59 annonces, depuis celle de la jeune fille de 20 ans « débordante de vie et d’enthousiasme » jusqu’à celle du retraité, veuf de...75 ans, « très gai, affectueux, sobre et vif ».

L’INDUSTRIE MATRIMONIALE

3Tout lecteur des annonces sait bien qu’il y a deux types de présentation : l’une, personnelle, individuelle, où l’on recherche l’originalité ; l’autre, plus stéréotypée, dans laquelle le journal sert de support aux cabinets et agences. La prolifération de ceux-ci est sans doute un phénomène encore plus remarquable que celui des annonces. Quelques sondages, aussi bien dans les annuaires que dans les journaux, suffisent à montrer l’extension de ces intermédiaires qui proposent aux solitaires les partenaires souhaités. Pour l’ensemble de la France, il y a aujourd’hui plus de 2 000 agences matrimoniales, soit autonomes, soit dépendantes de chaînes nationales à succursales multiples. Comme pour les annonces, les agences ont quitté les métropoles et les grandes villes, pour atteindre les villes moyennes. Le Puy, déjà cité, possède au moins 3 agences ou conseillères matrimoniales en 1978, agences locales ou faisant partie d’une organisation plus vaste, qui essaime sur la région entière.

  • 1 Alain Girard, Le choix du conjoint. Une enquête psychosociologique en France, Paris, Presses unive (...)

4Depuis quelques années se multiplient enquêtes et reportages sur le fonctionnement de cette institution, qui apparaît souvent comme nouvelle. En fait, il semble que malgré leurs communiqués triomphants (« toujours une solution à votre solitude », « 16 000 témoignages de satisfaction contrôlés par huissier »...), les agences ne jouent encore qu’un rôle très restreint dans la conclusion des mariages. L’enquête la plus sérieuse, malheureusement déjà ancienne, d’Alain Girard1 n’attribue pas 1 % des unions aux annonces. La proportion serait sans doute beaucoup plus forte aujourd’hui, bien que beaucoup de nouveaux mariés éprouvent quelque pudeur à admettre ce relais. Quelle qu’en soit l’efficacité, l’existence même de cette offre pose de nombreux problèmes à la société contemporaine : tous les commentaires insistent sur l’isolement de plus en plus grand de l’individu pris dans un monde où le triomphe de l’information et de la communication ne serait qu’une façade. Aussi n’est-il pas inutile de prendre quelque recul avec la société française d’aujourd’hui pour s’interroger sur l’introduction de ces pratiques en France et essayer de voir à travers les premières publications de ce type les motivations du mariage, les attentes des futurs époux, le portrait de la société qui nous est ainsi révélé. Le retour à l’actuel permettrait ainsi de juger de la profondeur des changements qui ont pu se produire ou du poids des permanences.

MARIEURS ET BEAUX PARTIS

  • 2 Sur l’histoire de la famille et du mariage, voir Jean-Louis Flandrin, Les amours paysannes, XVIe-X (...)

5Folkloristes du XIXe siècle et ethnologues ont depuis longtemps fourni des descriptions des rites de fréquentation, de présentation, ou de demande en mariage dans la société traditionnelle. Même dans ces villages endogames le plus souvent décrits, l’étroitesse de la population nuit à l’équilibre matrimonial : il n’y a pas toujours une fille de paysan aisé pour s’unir au fils du paysan propriétaire en âge de mariage, et même si les liens de connaissance sont solides, il y a toujours eu dans les campagnes des « marieurs » plus ou moins professionnels, qui servent d’intermédiaires2. Forgerons, tailleurs, merciers de toutes sortes, marchands ambulants, vieilles femmes « entremetteuses », qui font les marchés, autant de figures, autant de rôles bien déterminés dans chaque province. Dans les villes, le brassage de la population a toujours été plus fort, et la liberté de l’individu est sans doute plus grande dans les milieux populaires, moins étroitement soumis à la dictature toute-puissante de la famille. Mais c’est oublier que très anciennement déjà la conclusion du mariage est affaire de famille dans la société bourgeoise, et qu’avant de conclure le mariage du fils ou de la fille, de multiples informations sont prises pour éviter toute mésalliance et surtout la honte d’un croqueur de dots peu scrupuleux.

6Rappelons-nous ce délicieux « Tariffe des partis sortables » inséré par Furetière dans le Roman bourgeois, en 1672 déjà : à chaque niveau de dot correspond un état ou une qualité dans la société parisienne, et il est un personnage qui connaît très bien les secrets des fortunes, capable donc, malgré la réserve attachée à sa fonction, de renseigner, de prévenir, voire d’unir : le notaire. Une correspondance privée lyonnaise du XVIIIe siècle montrait déjà, dans les tribulations d’un jeune officier criblé de dettes à la recherche d’un beau parti, que toute la société connaissait un état, sans doute assez exact, du nombre de jeunes filles à marier dans chaque sphère, chacune avec le montant de sa dot et le volume de ses espérances, pour employer le langage des annonces, sans oublier avantages physiques ou... inconvénients. Le développement des villes au XIXe siècle et la montée de la bourgeoisie – une bourgeoisie nouvelle, industrielle et commerçante, moins attachée au passé, mais soucieuse de conserver le mode de vie de sa classe – expliquent sans doute l’apparition des agents matrimoniaux, qui se développent vraiment à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, sous le Second Empire, et qu’Eugène Labiche a su caricaturer. Ces premiers agents ne recourent encore que modestement à la publicité, et la discrétion est la qualité la plus recommandée dans ce domaine. Dans les indicateurs et les annuaires apparaissent les premières agences, encore peu nombreuses : à Lyon, A. Régis, place Bellecour, en plein cœur de la ville, se présente comme « une maison de premier ordre » dès 1875 ; à Bordeaux, il n’y a pas encore de publicité dans les indicateurs en 1900, alors qu’à Paris le Bottin de 1901 offre déjà 10 adresses, parmi lesquelles celles de Mme Guyot, boulevard Rochechouart, exerçant depuis 1865, et de Mme Bouvier, rue de Dunkerque, depuis 1871. Ces premiers agents sont encore proches des notaires, détenteurs des secrets des familles, et ils cherchent à attirer la clientèle en insistant sur leur caractère bourgeois et cossu.

LA CHASSE À LA FRANÇAISE

7Les agences réussissent-elles à s’imposer comme les nouveaux intermédiaires que réclame la société urbaine ? De lait, le rôle du notaire commence à décliner (le pourcentage des mariages conclus avec contrat diminue brutalement après 1850 et plus encore entre 1870 et 1880). Alors que, lentement mais nettement, la terre, la propriété immobilière, la rente, ne sont plus les seuls biens échangés lors des mariages ou des successions, il apparaît que familles et individus ont besoin de nouveaux correspondants. L’annonce matrimoniale a existé tout au long du XIXe siècle, mais sous forme encore isolée et rare. L’essor de la presse, le développement des tirages, la liberté même acquise par le journal, favorisent l’émergence de l’annonce matrimoniale comme phénomène social important.

8Chacun connaît le succès du Chasseur français, revue de chasseurs et de pêcheurs créée en 1885, qui publie ses premières annonces de mariage en 1892, avant d’en faire sa spécialité entre les deux guerres. En 1910 encore, Le Chasseur français n’insère que 107 annonces individuelles au cours de l’année ; dès 1923, le rythme de 100 annonces par mois est atteint ; en 1930, c’est déjà plus de 400 annonces mensuelles. La Première Guerre mondiale, responsable de tant de ruptures d’unions, accélère le processus. Mais entre 1900 et 1920 apparaissent de multiples agences régionales ou nationales, aux noms souvent pompeux, qui prospectent autant dans les campagnes en voie de dépeuplement que dans les villes.

9Les organismes plus « sérieux », à leur dire, prennent directement la place des marieurs ou des entremetteuses de l’ancien temps. Leurs responsables – ce ne sont des femmes qu’en légère majorité, alors qu’aujourd’hui il semble que les agences se présentent le plus souvent sous une direction féminine – affirment faire eux-mêmes les démarches qui doivent conduire à la rencontre puis au mariage. Dans les premières années du XXe siècle, plusieurs de ces « conseillers » en mariage prennent le parti de publier des feuilles d’annonces spécialisées. Parmi les premières, se trouvent des feuilles parisiennes, comme Les Mariages honnêtes, fondées à Paris en 1904 par le docteur Got, ou provinciales comme Le Désir, journal fondé à Valence par A. Pupel à la même époque. Après la Première Guerre mondiale, de semblables journaux se multiplient, peut-être plus souvent à Paris (L’Ami du foyer, Hymen – revue fondée en 1920 –, etc.). Ces journaux se présentent comme des anti-agences. Tous répètent, comme Les Mariages honnêtes, que le journal est envoyé aux abonnés sous enveloppe sans en-tête, comme une lettre ordinaire, pour garantir la discrétion des personnes qui font appel à lui. Il faudrait citer entièrement les deux pages publicitaires des Mariages honnêtes pour bien comprendre le clivage que veulent imposer leurs directeurs :

Comme son titre l’indique, notre journal a pour but de s’occuper des mariages. Combien de jeunes gens et de jeunes filles aspirent aux joies de la famille et qui, malgré tous leurs efforts, n’arrivent pas à se marier ! Que leur manque-t-il ? Tout simplement des relations. En leur servant d’intermédiaire, notre journal comblera cette lacune et contribuera pour sa part au relèvement du nombre des mariages, nombre qui malheureusement pour la vie morale de notre pays, décroît de jour en jour avec une effrayante rapidité.

10Et le directeur tient à se démarquer des agences matrimoniales, dont il se plaît à dénoncer les abus, comme la commission sur les dots, ou la rétribution des services : « Notre seul but : aider au relèvement moral de notre pays et nous opposer, pour notre faible part, aux ravages de la dépopulation. » Ce souci démographique se combine avec le respect du sens traditionnel du mariage : un abonnement de trois mois (qui donne donc droit à trois listes mensuelles de candidats au mariage) coûte 6 francs pour les « dames » et 15 francs pour les « messieurs », et Les Mariages honnêtes offrent même des abonnements gratuits à des femmes pauvres, mais n’accordent pas la même faveur aux hommes « car nous estimons qu’un homme, avant de songer au mariage, doit avoir quelques économies ». Chacune de ces feuilles publie ainsi une cinquantaine d’annonces nouvelles par mois, en assez légère majorité masculine (42 % de femmes dans Les Mariages honnêtes de 1906, alors qu’elles ne sont que 27 % des annonces du Chasseur français de 1910), et répète en moyenne deux fois chaque annonce, se vantant d’un tiers de « réussite » le premier mois, un tiers les deux suivants et le troisième tiers au cours du second trimestre suivant la première publication. Par exemple dans le numéro de mars 1906 des Mariages honnêtes sont rappelées 19 annonces du dernier trimestre 1905 et 80 des mois de janvier et février 1906.

DIS-MOI LE CONJOINT QUE TU CHERCHES

11Quelle est la signification sociale de l’annonce matrimoniale dans cette première partie du XXe siècle ? Prenons trois exemples limités : une année du Chasseur français d’avant-guerre (1910), un mois des Mariages honnêtes de la même période (1906), et un mois du Chasseur français de l’entre-deux-guerres (décembre 1931). À travers ces annonces, se lit d’abord une conception du mariage et transparaît un reflet de la société et des mentalités profondes de la France d’hier. Il faudrait ensuite ouvrir Le Nouvel Observateur ou les feuilles d’annonces, parcourir les ouvrages récents consacrés au fonctionnement des agences, pour mesurer la différence, mais surtout retrouver des constantes qui étonneraient peut-être...

12Le style « annonce » est immédiatement employé et ne subit que peu de variations au cours du siècle. Même ce qui amuse aujourd’hui dans l’humour ou l’apparent non-conformisme des annonces du Nouvel Observateur n’est pas absent des textes insérés il y a trois quarts de siècle. Deux exemples rendent compte de cette volonté de surprendre que l’on trouve déjà, à l’intérieur de certaines limites. Un jeune médecin de 29 ans, chirurgien non installé mais «  d’avenir », utilise treize lignes dans Le Chasseur français de décembre 1910 pour trouver une « associée » :

Est-il possible de rencontrer ailleurs que dans les romans très romanesques une jeune fille [...] sachant surtout réfléchir, idées larges, pas nécessairement jolie, visage sympathique [...], dot malheureusement indispensable, nécessité de la vie. Cette perfection pour un jeune homme qui ne saurait dire qu’il en est une.

13Et, à l’opposé, dans le même mensuel, en novembre 1910, cette annonce : « Jeune femme du monde, très bien physiquement, intelligente, instruite, bonne musicienne, auto, [...] ayant éprouvé déception et revers, cherche amie affectueuse, sûre, aisée, âge indifférent. » Ce dernier cas est bien sûr exceptionnel, et il est même probable que la direction du Chasseur français ait, par la suite, pris la décision de censurer de telles demandes pour ne pas choquer un public essentiellement familial et conformiste. Mais à travers l’exception se dessinent déjà quelques traits de ces premières annonces.

14Si les journaux sont ouverts aux hommes comme aux femmes, il est évident qu’au début les hommes ont moins de réticences à utiliser l’annonce que les femmes, d’où la disproportion déjà notée et les avantages consentis aux annonceurs et abonnés féminins. Hommes et femmes sont en général plus âgés que la moyenne des nouveaux mariés français du début du siècle : 36 ans pour les hommes, 28 à 29 ans pour les femmes, mais ces âges sont relevés par la présence nombreuse de veufs et veuves, rappelant la brièveté de la vie et la fragilité du couple en 1900. L’âge moyen pour les demandes de premier mariage est de 34 ans pour les hommes, 27 ans pour les femmes, mais il y a beaucoup de jeunes filles de moins de 23 ans (un tiers des cas dans le Chasseur français de 1910). Tous ces candidats au mariage insistent peu sur leur présentation physique, non plus que sur leurs goûts, sur leur caractère, sur leurs qualités, bien qu’en général les femmes soient un peu plus précises que les hommes : 1 femme sur 10 dans Le Chasseur français, 1 sur 3 dans Les Mariages honnêtes, signale sa couleur de cheveux, d’yeux, ou sa taille, et la plupart ne disent rien, les plus jeunes s’affirmant souvent jolies, les moins jeunes seulement « bien » ou « distinguées ». Il est exceptionnel que l’homme se présente physiquement, sauf pour sa taille – il est toujours grand –, et 2 hommes seulement sur 100 se disent « beaux », alors que l’expression «  beau garçon », employée une fois, a un sens quelque peu différent.

MARIAGES HONNÊTES ET HONNÊTES ESPÉRANCES

15Si l’identité du demandeur est ainsi à peine esquissée (et l’âge lui-même manque pour le tiers des femmes), son portrait de personnalité n’est guère plus précis : presque rien sur le caractère, des formules stéréotypées sur l’éducation qui prime l’instruction, même pour les hommes, sur la religion, bien que les femmes soient souvent pratiquantes, pieuses ou bonnes chrétiennes, alors qu’il se trouve des hommes « aux idées larges », ou même « libres-penseurs ». L’essentiel en effet n’est pas l’individualité, mais la famille et la situation économique. Paradoxe de l’annonce : beaucoup la justifient par l’absence de relations ou l’isolement, mais en même temps chacun souligne l’honorabilité, la perfection, l’excellence de sa famille. Le Chasseur français abonde en familles titrées, nobles, «  grande famille authentique » ou «  famille très haut placée ». On sent que tous ceux qui s’adressent à la publicité de l’annonce craignent quelque discrédit et cherchent ainsi à compenser. Car la famille est le premier élément constitutif de la signification sociale et personnelle du mariage : association d’intérêt et recherche de sécurité, beaucoup plus que conjonction de sentiments, 10 % des femmes se disent « affectueuses » (moins de 10 % d’hommes), et plus rares encore sont les annonces qui font référence à un quelconque bonheur dans le mariage. Deux formules seulement, toutes deux masculines, ont été relevées : un homme recherche l’union avec « une demoiselle sérieuse qui le rendrait heureux » et un autre souhaite « avant tout trouver le bonheur par l’union ».

16Autrement importantes apparaissent les indications matérielles, qui concernent la fortune, la dot, la situation. Peut-on définir la condition sociale des personnes qui ont recours à l’annonce ? D’une façon générale, on pourrait presque dire que les femmes « se vendent » ou « s’achètent ». Presque aucune des annonces féminines ne comporte d’indication précise de profession ou de « situation », même si quelques-unes indiquent des revenus annuels, le plus souvent modestes, qui seraient déjà un salaire (une employée des postes, quelques enseignantes). En revanche, il n’est presque pas de femme qui s’offre dépouillée et sans bien, quel que soit son milieu social. Une femme seulement ne fournit aucune indication, et une autre se définit comme « une jeune fille pauvre ». Toutes les autres énumèrent des dots, souvent modestes (mais 20 % dépassent 100000 francs), déclinent avoirs et espérances, détaillent rente et capital.

17Trois annonces du Chasseur français concernent des jeunes filles millionnaires, très jeunes (22 et 25 ans), filles de familles enrichies (une fille d’industriel), ou héritières (une « orpheline » de 20 ans se vante d’un avoir de 10 millions de francs, somme tout à fait considérable avant 1914). Dans Les Mariages honnêtes, une veuve de 38 ans affiche plusieurs millions de revenus. Ces femmes cherchent à consolider leur position par un mariage qui leur apportera sécurité et aisance ; jamais n’est exprimé un souhait concernant le conjoint désiré. Il lui faut une situation, une position au moins égale, en tout cas « sûre », une profession qui assure à la fois un revenu fixe et une position sociale honorable. La demande féminine ne s’adresse presque jamais aux agriculteurs – et on emploie le terme de gentleman-farmer, souvent utilisé, jusqu’à aujourd’hui, dans Le Chasseur français – mais aux professions libérales, aux professions d’avenir (les ingénieurs apparaissent), plus qu’à la fonction publique ou au commerce. Quand les chiffres sont donnés, ils sont toujours exprimés en revenus annuels, et aucune femme n’envisage le mariage avec un homme qui dispose de moins de 3 000 francs par an (le salaire moyen d’un instituteur, à la veille de 1914, est inférieur à 2 200 francs par an).

18L’homme, de son côté, ne se soucie guère d’harmonie conjugale, de sentiments ou même de beauté. Moins de 10 % d’entre eux n’ont aucune prétention quant à la fortune ou aux biens de la femme qu’ils recherchent. Un seul demandeur emploie la formule « même avec rien », et un autre précise que ses exigences pourraient être réduites si la jeune fille est « vraiment sympathique ». Tous les autres n’envisagent le mariage que si l’épouse fournit avoirs, économies, rentes, situation, dot, espérances... La dot est encore la formule la plus recherchée (dans la moitié des cas environ) et elle est souvent chiffrée avec précision, en proportion bien sûr de la position du futur époux. Beaucoup se contentent de 20 000 à 25 000 francs, quelquefois un peu moins : un « villageois » souhaite rencontrer une villageoise avec 10 000 francs de dot ; un « ouvrier » une femme qui lui apporte 10 000 francs pour compléter son outillage. Mais tel autre revendique un minimum de 500 000 francs, un grand nombre souhaite richesse, fortune ou aisance, sans préciser davantage. Écoutons le docteur Got dans une note du numéro d’octobre 1905 des Mariages honnêtes :

Nous profitons de l’occasion pour demander aux dames un peu de confiance en nous. Une objection qu’elles nous font, c’est que tous les abonnés, ou presque tous, exigent une dot, une grosse dot. Mais cette objection n’a pas de valeur, et voici pourquoi : un abonné désire une femme qui ait telle et telle qualité, et il ajoute : ayant dot. Il a raison, car s’il peut trouver la femme de ses rêves, et que cette femme ait de l’argent par surcroît, ce sera tout bénéfice pour lui. Mais est-ce à dire qu’il repoussera toute idée de mariage avec une femme, douée des qualités qu’il recherche, uniquement parce qu’elle sera pauvre ou moins riche que lui ? Loin de là.

TONKINOIS ET LABOUREURS

19Le docteur Got ne manque pas d’optimisme... Ce qui caractérise l’homme qui a recours à l’annonce est en effet le caractère instable ou inachevé de sa situation, malgré un âge relativement élevé. Beaucoup cherchent dans le mariage une stabilité qu’une vie aventureuse n’a su leur garantir jusqu’alors. L’armée, sous-officiers et officiers, fournit une abondance de postulants, en particulier dans Les Mariages honnêtes. Le plus souvent il y a association entre une position militaire et un séjour colonial. Beaucoup de ces sous-officiers, du Tonkin, de Madagascar ou d’Algérie, désirent rentrer, et ils mettent en avant leur modeste retraite – « Adjudant infanterie coloniale, 33 ans, quatorze ans et deux mois de service, n’a plus que dix mois à faire pour la retraite proportionnelle (1 100 francs)... » –, alors que les officiers jouent sur le prestige de l’uniforme : « officier décoré, 36 ans, désire mariage avec jeune fille de 20 à 25 ans, ayant dot de 40 000 à 50 000 francs ». Un cas comparable est celui des jeunes qui ont cherché fortune dans les affaires lointaines, aux colonies mais aussi au Canada ou ailleurs, et qui, après quelques années d’expérience, reviennent parfois avec des économies et un profond désir de calme, à moins qu’il ne s’agisse de fonctionnaires ou employés auxquels le stage outre-mer permet de gravir les échelons : « Jeune administrateur de résidences en Indochine, 31 ans, solde actuelle 7 000 francs, bel avenir [...] » Un deuxième groupe, nombreux surtout dans les colonnes du Chasseur français, concerne les agriculteurs, propriétaires, propriétaires rentiers, cultivateurs..., souvent très discrets sur leurs propres ressources et revenus, mais qui cherchent dans la dot féminine la possibilité d’améliorer l’exploitation, le mariage restant la seule perspective, sans doute après beaucoup d’échecs ou de désillusions. Et on sent déjà, à travers ces annonces qui sont censées lutter contre l’isolement de la civilisation urbaine, percer la fuite des jeunes filles qui désertent la campagne et la vie paysanne. Beaucoup d’hommes désirent une femme « aimant la campagne » ; beaucoup passeraient sur tares ou taches familiales ou personnelles. La plupart des hommes acceptent des veuves, parfois même avec enfant, pourvu qu’elles aient quelque argent et qu’elles acceptent de vivre hors de la ville. Magnifique exemple dans cette annonce de septembre 1910 dans Le Chasseur français :

Monsieur, 30 ans, idées larges, affectueux, famille haute honorabilité, peu fortuné par suite revers des parents, désire rencontrer pour mariage jeune fille ou jeune veuve bien élevée, désintéressée, possédant exploitation agricole, ou situation de 25 000 à 30 000 francs, permettant la reprise en même temps que l’exploitation de brevets se rapportant à l’aviculture et susceptibles de sérieux bénéfices.

20Châteaux en Espagne ou cynisme ? En fait, l’annonce matrimoniale à ses débuts n’est pas très éloignée de la mentalité générale. Plusieurs jeunes gens sont présentés par les parents, directs ou éloignés ; beaucoup spéculent sur la succession prochaine et évaluent des espérances plus ou moins fortes ; plusieurs acceptent encore des intermédiaires, prêtres ou autres, qui favoriseraient la correspondance et la conclusion des relations. Pourtant des signes de changement apparaissent. Plusieurs jeunes filles, et parmi les plus riches, s’affirment « orphelines » et expliquent ainsi l’annonce par la disparition physique de l’intermédiaire familial habituel. Plusieurs hommes se présentent comme industriels et, comme pour les agriculteurs, ils recherchent dans le mariage des capitaux pour étendre l’entreprise, voire une association avec les futurs beaux-parents.

LES NOUVELLES FEMMES

21Ce petit sondage très limité dans les premières séries d’annonces matrimoniales, malgré les caractères spécifiques de celles-ci, révèle donc une société assez conforme aux modèles ambiants et une conception du mariage encore très conformiste, association d’intérêts plus qu’union du corps, du cœur ou de l’esprit, d’un homme et d’une femme. Tous ces annonceurs « désirent » se marier (c’est le verbe le plus employé), ou tout simplement « épouseraient » le partenaire souhaité : c’est l’aveu de la crainte de la solitude et du caractère rassurant du mariage. Mais le recours à l’agence ou à l’annonce, en même temps que signe des temps nouveaux – triomphe de l’imprimé, progression des médias, irruption de la photographie, apparition de l’auto signalée quelquefois dans les « qualités » –, est généralement marque d’une déstructuration. La famille, malgré une longévité en augmentation, la campagne qui se dépeuple, la ville qui attire mais isole l’individu, n’ont plus la même force sociale que les anciennes institutions coutumières par lesquelles se concluaient les mariages.

22En 1931, après la secousse de la guerre, la famille a connu de profonds bouleversements. Les rentes, la terre, la propriété, ont perdu leur valeur, la sécurité est plus liée à l’emploi, à la situation, qu’aux héritiers et aux espérances. Il faut tenir compte aussi d’une situation matrimoniale largement modifiée et du grand nombre de femmes célibataires qui trouvent difficilement un mari dans une société où elles sont surreprésentées. En décembre 1931, Le Chasseur français publie 225 annonces féminines contre 210 annonces masculines, et l’âge moyen des femmes a beaucoup augmenté : 32 ans pour les femmes célibataires (35 % seulement des femmes ont moins de 30 ans), alors que l’âge des hommes est stable (34 ans, 26 % ont moins de 30 ans).

23La fonction publique fait une entrée massive dans les annonces, non seulement pour les demandeurs, mais aussi pour les alliances recherchées : 57 % des femmes qui précisent la condition du mari souhaité aspirent à épouser un fonctionnaire !

24Cependant les indications de fortune ne sont pas absentes. Toutes les femmes cherchent une situation en même temps qu’un mari, et elles exigent un revenu minimum. Les hommes rêvent encore de belles dots, même s’ils deviennent sensibles au complément de ressource que procure le salaire féminin. Deux aspects essentiels paraissent caractériser les annonces de 1931, qui présentent de sérieuses différences avec la période antérieure. D’une part, on se rattache au caractère traditionnel de la famille, ce que prouvent aussi bien les très nombreuses formules « divorcés, pas sérieux, agences, s’abstenir », que la présence encore marquée des parents dans l’offre d’intermédiaires, dans la possibilité de recourir aux bons offices d’un prêtre ou d’un notaire (une vingtaine de cas). Toutefois une nouveauté apparaît : la famille comporte de plus en plus souvent fils ou fille uniques, et les candidats au mariage (hommes et femmes) jouent beaucoup sur cette situation : 25 hommes (15 % des demandes comportant une telle précision) envisagent le mariage comme une association d’intérêts, une possible collaboration avec des beaux-parents industriels ou commerçants (beaucoup plus rarement agriculteurs), et bien sûr une éventuelle succession. D’autre part, ces annonces sont le plus souvent le fait des classes nouvelles, produites par les grandes écoles et le progrès économique.

Portraits-robots : l’offre et la demande (Le Chasseur français, décembre 1931)

Portraits-robots : l’offre et la demande (Le Chasseur français, décembre 1931)

Annonce strictement sérieuse. Ingénieur, 26 ans, 1,75 m, présentant très bien, fort, santé, meilleure famille, grandes capacités et activité, rompu aux affaires, sans fortune, mais économies et espérances, désirerait entrer en relation avec industriel ou commerçant désintéressé, recherchant pour fille unique 20-23, bien tous rapports, gendre capable collaborer ou succéder.

25Faut-il ironiser sur l’adjectif « désintéressé » qui s’adresse aux beaux-parents ?

LE BONHEUR EST UNE IDÉE NEUVE

26Mais l’antithèse se présente aussi. De même que la formule « divorcé s’abstenir » est fréquente, de même les hommes et les femmes divorcés apparaissent et est acceptée l’union avec un(e) divorcé(e), même si la formule la plus fréquente est « divorcé profit ». Plusieurs autres éléments font apparaître la modernité. Dans les désirs des hommes comme des femmes, s’estompe le nombre d’exigences concernant la religion, l’éducation, l’honorabilité, la famille. Une certaine émancipation féminine, une autre image de la femme se trouve dans cette annonce toute simple, mais véritablement nouvelle :

Majo 33, Mina 21, Suzy 19, désirent correspondre vue mariage, avec jeunes hommes sérieux, catholiques, pas vulgaires, ayant bon métier pour fonder foyer heureux.

27Cette quête du bonheur familial est la marque la plus nette d’une modification des rapports homme/femme, mêle si elle est encore peu fréquente (21 mentions dans les annonces masculines, 14 dans les annonces féminines). On emploie les termes « tendresse », « affection », il est question d’amour, mot totalement ignoré vingt ans auparavant. Souvent les personnes qui ont recours à ce nouveau vocabulaire ont été marquées par une première expérience malheureuse ; les hommes sont souvent âgés, veufs ou divorcés, leur annonce correspond à un projet de retour en France après un long et pénible séjour colonial, mais c’est un homme de 27 ans qui parle de mariage d’amour, un jeune fils d’industriel de 30 ans qui « rêve d’union idéale », et des jeunes femmes de moins de 30 ans qui évoquent le foyer heureux, la tendresse dans le mariage, ou qui promettent d’assurer le bonheur. Il y a à la fois du prince charmant, un goût quelque peu « rétro » et du nouveau dans cette dernière annonce :

Jeune homme, propriétaire, cherche son idéal dans âme sœur, sincèrement idéaliste, au cœur généreux et très bon, aimante, sentimentale et jolie, croyante et sincère, pour union éternellement heureuse, âgée de 18 à 26 ans, dotée si possible. Annonce excessivement rare et sérieuse, ce jeune homme possédant toutes ces belles qualités qu’il sera heureux d’offrir, intactes, à l’âme de son cœur, mariage d’inclination et d’affinités.

28Il faudrait enfin pouvoir répondre à la grande question : quel est le résultat de ces annonces ? Quel est le succès des mariages ainsi préparés ? Dans son numéro de janvier 1931 célébrant son quarante-cinquième anniversaire, Le Chasseur français se glorifiait de conserver précieusement « les témoignages de reconnaissance et d’attachement ému que lui adressent celles et ceux qu’il a aidés à constituer un foyer ». Et le docteur Got, fondateur des Mariages honnêtes, évoquant ces mêmes lettres de jeunes mariés, essayait aussi de répondre :

Elles prouvent que les mariages conclus sous l’égide de ce journal ne sont pas plus mauvais que les autres. Ainsi se trouve anéantie une objection que souvent l’on nous a faite : que valent les mariages réalisés par votre journal ?

  • 3 Myriam Duteuil, Le marché de la solitude, Paris, Denoël, 1979. On trouve d’autres témoignages cont (...)

29Des témoignages contemporains, tel celui de Myriam Duteuil3, donneraient une autre réponse. Mais qu’en est-il des autres mariages ?

Notes

1 Alain Girard, Le choix du conjoint. Une enquête psychosociologique en France, Paris, Presses universitaires de France (Institut national d’études démographiques – Travaux et documents, 70), 1974. Sur la sociologie du mariage, voir aussi Louis Russel, Le mariage dans la société française contemporaine, Paris, Presses universitaires de France (Institut national d’études démographiques – Travaux et Documents, 73), 1975.

2 Sur l’histoire de la famille et du mariage, voir Jean-Louis Flandrin, Les amours paysannes, XVIe-XIXe siècle : amour et sexualité dans les campagnes de l’ancienne France, Paris, Gallimard (Archives), 1975, et Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil (L’Univers historique), 1977.

3 Myriam Duteuil, Le marché de la solitude, Paris, Denoël, 1979. On trouve d’autres témoignages contemporains dans : Suzanne Leroy, C’est dur la solitude, Paris, Laffont, 1977 ; Maximilien Röhmer, Cœurs à prendre. Chronique des petites annonces, Paris, Flammarion, 1978 ; Valérie Dax, Je suis une agence matrimoniale, Bruxelles, Paul Legrain, 1979 ; Marc Martin, « Images du mari et de la femme au XXe siècle : les annonces de mariage du Chasseur français », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1980.

Notes de fin

1 « Les annonces matrimoniales dans la lunette de l’historien », L’Histoire, n° 37, 1981, p. 96-103.

Table des illustrations

Titre Portraits-robots : l’offre et la demande (Le Chasseur français, décembre 1931)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540