Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

III - Démographie historique

L’intégration des nouveaux citadins dans la ville moderne*

Quelques questions

Texte intégral

LE SENS DES MOTS

  • * « L’intégration des nouveaux citadins dans la ville moderne : quelques questions », dans Immigrati (...)
  • 1 A. M. Van Der Woude, « Population developments in the Northern Netherlands (1500-1800) and the val (...)
  • 2 Michel Vovelle, « Le proletariat flottant à Marseille sous la Révolution française », Annales de d (...)

1La problématique d’un tel sujet renvoie à deux hypothèses, qui ne sont pas entièrement neutres, au regard d’une histoire de la formation des populations urbaines : elle repose sur le constat du déficit démographique de la ville moderne – constat qui a été en partie remis en cause récemment – qui doit quand même être vérifié dans la grande majorité des cas1. Mais elle renvoie aussi, inconsciemment cette fois, à une échelle de valeurs : intégration signifie recherche d’une nouvelle identité personnelle dans un groupe différent, donc processus final d’une volonté faisant suite à une rupture, à un déséquilibre, ou pour reprendre le terme le plus utilisé, à un déracinement. Analysant la population des garnis de Marseille à l’époque révolutionnaire2, Michel Vovelle distinguait dans cet ensemble la grande masse des célibataires (majoritairement masculins) et quelques couples épars, auxquels il réservait le terme de « déracinés », la constitution de la famille ne suffisant pas à faire reprendre racine quand il n’y a pas le refuge d’un foyer, d’un domicile personnel. Les nouveaux habitants des villes recherchent-ils une intégration, en quelque sorte irrémédiable s’ils sont destinés à demeurer dans la ville d’« accueil », ou adoptent-ils un mode de vie qui leur permette de résister à cette perte de leur identité antérieure dans un moule trop contraignant ?

  • 3 Maurice Garden, « Le bilan démographique des villes : un système complexe », Annales de démographi (...)
  • 4 Dans Histoire de la France urbaine (t. III. La ville classique, Georges Duby dir., Paris, Le Seuil (...)
  • 5 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle : croissance économique et attracti (...)
  • 6 Georges Dupeux et Jocelyne Laurent, Atlas historique de l’urbanisation de la France, Paris, CNRS É (...)
  • 7 Albert Martourey, Recherches sur la ville de Saint-Étienne, 1815-1870, thèse de doctorat, Lyon, 19 (...)

2L’historiographie française des villes de l’Ancien Régime (et partiellement de la première moitié du XIXe siècle, à la fois plus ancienne et moins précise, parce qu’antérieure à la démographie historique) permettrait aujourd’hui de rechercher une réponse d’ensemble à la première question. Quelle que soit l’imprécision des données statistiques, il semble bien que soient acquises deux certitudes : jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, dans les villes françaises, la situation générale est celle d’un bilan naturel négatif, plus ou moins largement inversé par un bilan migratoire positif. Compte tenu des incertitudes des comptages – décès des enfants envoyés en nourrice aussi bien par leurs parents que par les institutions qui recueillent les enfants abandonnés (ces décès ne figurant pas dans les bilans) et, en contrepartie, inscription dans les registres urbains de décès surtout hospitaliers qui ne sont pas imputables à la population urbaine –, il est sûr que la ville absorbe une bonne part d’un excédent naturel des campagnes, encore incertain et inégal3. Mais il est sûr aussi, en dehors de quelques cas particuliers, que la croissance démographique urbaine n’est pas au XVIIIe siècle d’une grande ampleur : globalement, en France, les villes n’ont sans doute pas eu un rythme de croissance nettement supérieur à celui des campagnes. En dehors des plus grandes villes – Paris, Lyon, Bordeaux –, en nette augmentation, beaucoup sont plutôt stables – Rouen, Lille, Caen ou, à un niveau plus limité, Dijon, Grenoble... n’enregistrent une hausse que très faible4. Même pour les plus dynamiques, le gain n’est jamais égal à 1 % par an (limite supérieure, Bordeaux5), soit moins de 1 000 habitants nouveaux pour une ville de 100 000 habitants. Le plus souvent, dans les grandes villes « moyennes » du XVIIIe siècle, peuplées de 15 000 à 40 000 habitants, l’apport nouveau comptabilisé se chiffre par quelques dizaines de personnes chaque année, au maximum 200 à 300. Le XIXe siècle verra d’autres rythmes, avec des croissances séculaires supérieures à 2 %, des moments de développement qui atteignent 3 ou même 4 % : une ville de 100 000 habitants peut ainsi avoir à « digérer » 3 000 à 4 000 nouveaux habitants en une seule année6. La différence quantitative suppose aussi une opposition dans les comportements collectifs, une autre conscience du phénomène, sans oublier d’autres problèmes matériels (Saint-Étienne dans la première moitié du XIXe siècle fournirait un bon exemple de ce changement de rythme7).

  • 8 Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses, Paris, Plon, 1958.

3Aussi, si une même problématique peut être adaptée aux réalités de deux modèles urbains, il faut éviter l’écueil de l’anachronisme, ou de la généralisation. Les classes laborieuses et dangereuses de Louis Chevalier8 ne sont transposables, ni de Paris à la province, ni du Paris de la première moitié du XIXe siècle aux villes du siècle précédent. Il faut se rappeler que ces nouvelles populations, qui existent incontestablement, doivent se glisser dans un cadre matériel qui ne change pas pour les accueillir. Il n’y a pas de véritable transformation en profondeur du paysage urbain au XVIIIe siècle, pas beaucoup de quartiers nouveaux (en tout cas pas de quartiers populaires, ceux-ci n’étant guère que des quartiers anciens paupérisés, quand les populations anciennes émigrent vers les quartiers nouveaux), peu de nouveaux immeubles, des faubourgs qui s’étendent certes, mais qui ne peuvent suffire à loger l’ensemble des nouveaux venus. Le processus de l’accueil, puis de la fixation du nouveau citadin, repose alors sur un ensemble d’attitudes souvent individuelles, plus fines, plus ténues, qui sont à découvrir au niveau des manières d’habiter, des façons de se loger, d’un mode de vivre qui crée progressivement le citadin.

PORTRAIT-ROBOT : LA CARTE D’IDENTITÉ DU NOUVEAU CITADIN

  • 9 Alain Bideau et Maurice Garden, « Les registres de passeports à Trévoux pendant la Révolution, app (...)

4Les historiens ont encore peu utilisé les cartes d’identité de l’Ancien Régime qu’ont été les passeports, fiches signalétiques des voyageurs d’autrefois. Avec eux, particulièrement abondants en période de troubles et de contrôles administratifs (la Révolution et l’Empire), se retrouveraient des figures de citadins, de marchands, de commis, de colporteurs, de multiples membres des professions urbaines que leurs activités projettent sans cesse sur routes et chemins9.

  • 10 Michel Vovelle, « Le prolétariat flottant à Marseille... », article cité ; Pierre Guillaume, La po (...)
  • 11 Jacques-Louis Ménétra, Journal de ma vie, présenté par Daniel Roche, Paris, Montalba, 1982.

5Plus anonymes, moins repérables, sont les nouveaux habitants des villes. En fait, un dépouillement des passeports révolutionnaires de la petite ville de Trévoux nous a révélé une catégorie de professionnels du voyage : d’année en année on les voit vieillir, blanchir, continuer leurs déplacements à itinéraires presque toujours répétitifs. De même, la population des garnis10 est constituée majoritairement de personnes non fixées, que l’on doit pouvoir retrouver d’une ville à l’autre, d’année en année ; un peu comme les compagnons du tour de France, modèle en quelque sorte idéal du travailleur itinérant, le plus souvent urbain, mais nouveau citadin uniquement quand il abandonne le déplacement et se fixe (ou les travailleurs saisonniers, comme ceux du bâtiment). Daniel Roche a immortalisé, en restituant l’histoire de sa vie, le personnage de Jacques-Louis Ménétra, ce compagnon vitrier, qui a parcouru une partie de la France dans les années 176011 ; personne n’est moins « nouveau » citadin, que cet authentique Parisien, fils d’ouvrier artisan parisien, provincial d’occasion lors de son tour de France, mais toujours urbain plus que rural. Le récit de Ménétra, qu’on ne saurait sans risque adopter comme modèle socioculturel, est cependant révélateur : la naissance à Paris, l’éducation de la prime jeunesse mélange de l’école (peu évoquée), de l’atelier (modèle de transmission) et de la rue comme théâtre et comme terrain d’expérience, sont autant de facteurs qui créent une intimité avec la ville qui ne saurait se gagner en quelques mois. La rue, le quartier, sont un environnement familier qui ne s’oublie pas ; mais qu’un soir de beuverie, on dépasse les barrières, et Ménétra se trouve perdu avec son oncle dans une campagne – pas encore banlieue – à moins d’une lieue, déjà totalement étrangère.

6Alors ? Devenir citadin, c’est acquérir les réflexes, les habitudes d’un natif de la ville, personnage sans doute moins rare qu’on ne le dit, et suffisamment sûr de lui pour imposer un style de vie qui devient un objectif pour tous ceux qui désirent se confondre avec lui.

  • 12 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle..., ouvrage cité.

7Il serait tentant d’opposer deux portraits : celui du paysan qui gagne la ville pour la première fois, et celui de l’individu qui, au terme d’expériences multiples (ou de longues années), se fixe dans sa ville d’adoption. Ni l’un ni l’autre ne correspondent vraiment au Paysan parvenu de Marivaux, ni au Paysan perverti de Restif de la Bretonne : les renseignements épars dans les séries d’archives urbaines (registres paroissiaux, registres hospitaliers, contrats d’apprentissage ou de louage, contrats de mariage) ou la reconstitution totale des mouvements d’entrée dans une ville, comme Jean-Pierre Poussou a pu la réaliser pour la ville de Bordeaux au XVIIIe siècle, fournissent les premiers éléments de réponse12.

  • 13 Vincent Feroldi, Le quartier Saint-Louis de la Guillotière, 1851-1876, thèse de 3e cycle, Lyon, 19 (...)
  • 14 Fabio Giusberti, « Mobilité de la population et territoire urbain : un secteur de Bologne dans les (...)
  • 15 Jean-Claude Perrot (Caen au XVIIIe siècle), Jean-Pierre Bardet (Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles) (...)

8Tentons une typologie sommaire, malgré son caractère réducteur, tout en sachant que la source saisit rarement au niveau de l’arrivée en ville, et qu’elle indique rarement la durée du séjour antérieur. Quand Vincent Féroldi13 reconstitue la population du quartier de la Guillotière à Lyon à partir du recensement de 1851, il dispose d’un document exceptionnel qui précise l’année d’arrivée dans la commune, mais essentiellement pour les chefs de ménage : 2 380 indications de ce type, pour 7 200 individus et environ 2 400 ménages. Que 350 d’entre eux (14,7 %) se déclarent arrivés à la Guillotière depuis moins de deux ans, et 780 depuis moins de cinq ans (33 %) suffit à montrer, que même compte tenu d’une forte croissance, installation ne signifie pas fixation : une grande mobilité interne dans la ville caractérise encore les populations anciennes, mais aussi sûrement une intermobilité, de ville en ville, sur laquelle il faudra revenir14. Le fait que la ville ne « fixe » pas automatiquement le nouveau résident suppose un courant permanent d’échanges et tout un groupe de personnes d’âge divers, que l’on doit retrouver en plusieurs villes successives. Mais en dehors d’états des âmes, ou de fiches annuelles de l’impôt mobilier, est-il possible de repérer ces mouvements internes et externes qui restent une des énigmes du processus de renouvellement-continuité des populations urbaines15 ?

9Si j’insiste quelque peu sur cet aspect mal quantifiable, c’est parce qu’il doit toujours rester présent, en second plan, derrière une analyse des entrées nouvelles.

10Qui arrive en ville ? La réponse première désignera un homme jeune, jeune adulte si l’on pense que le travail est sa motivation essentielle, adolescent à peine sorti de l’enfance si l’on considère son âge. La première entrée en ville est bien alors la rupture avec le monde d’origine, mais deux figures ou deux formes se superposent : l’arrivée en ville est le terme d’un processus de détachement de la famille ou du cercle d’origine, ou elle est au contraire un premier pas, ici plus volontariste, décision délibérée de chercher dans la ville l’emploi et les moyens de vivre que la campagne ne peut garantir.

11Cette distinction semble fondamentale, au niveau d’une stratégie individuelle, et doit avoir beaucoup d’importance pour l’avenir de l’arrivant. Cet homme jeune n’est pas nécessairement un paysan, il est plutôt un « rural », et une première séparation peut être faite entre deux groupes.

12a) L’exclu du monde rural, fils de paysan sans terre, manœuvre ou brassier, vite orphelin d’ailleurs (surtout s’il est un cadet), que peu de choses peuvent retenir au village, si ce n’est un foyer (mais n’est-il pas souvent sans pot ni feu, ce symbole de la vie communautaire paysanne ?). Sans qualification, même dans le monde rural, sans emploi fixe, cet adolescent est par nature un « mobile », passant de maître à maître, de place en place, et soumis aux aléas d’une conjoncture démographique et économique difficile. Pour lui, la ville est une étape, un peu au hasard dans une aventure imposée. Le monde rural doit secréter bon nombre de jeunes qui ne sont pas véritablement « intégrés » dans cette communauté, et les Petits Poucets, errants et vagabonds, isolés ou en groupes, sont souvent citadins en devenir. Mais comme leurs chances sont les mêmes à la ville qu’à la campagne (sans doute même inférieures à cause de la différence de culture), ils ne sont, forcément aussi, que les manœuvres de la ville. Le milieu urbain crée deux sortes de manœuvres, ou de travailleurs sans qualification : le travailleur au jour le jour, véritable manœuvre de l’Ancien Régime, le « journalier », qui n’est pas seulement une figure rurale (change de patron) ; et le domestique, attaché en permanence au service d’un même patron.

  • 16 Jean-Pierre Gutton, Domestiques et serviteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Aubier, 1981. (...)

13Ces deux « conditions », très proches socialement (et au niveau des mécanismes qui y conduisent), sont souvent présentées comme s’écartant beaucoup l’une de l’autre, l’état domestique continuant à être présenté comme une sécurité, une protection que ne saurait offrir la précarité de l’emploi journalier. Une distinction serait à apporter, au moins pour l’emploi domestique masculin qui, dans les villes (hors Paris), est nettement inférieur à la domesticité féminine, si l’on veut bien maintenir la différence entre l’emploi de domestique et la situation du travailleur logé comme le sont une partie des compagnons16.

14b) L’abandon volontaire du monde rural comme recherche non d’une survie, mais d’une promotion sociale.

  • 17 Exemples dans Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)

15Ici le nouveau citadin n’est pas un exclu ni un isolé, abandonné ou coupé de ses racines familiales. Il s’inscrit au contraire dans une stratégie globale du groupe familial souvent large (les oncles, les cousins, mais aussi les tantes, ou d’autres alliés interviennent très souvent), qui associe le maintien sur la terre d’une partie des enfants, et la possibilité pour d’autres de choisir une autre destinée. De tels choix s’opèrent au niveau du village et du bourg, ils sont plus complexes dans toutes les régions où l’artisanat rural se transforme avec les ateliers de l’industrie textile dispersés dans la campagne, ils sont à l’origine des placements comme apprentis dans les villes de jeunes ruraux. Les villes souvent, et les corporations, se protègent d’ailleurs contre l’arrivée trop abondante de ces concurrents externes et cherchent à fermer l’accès au métier, mais sans jamais le faire totalement17.

  • 18 Edward Shephard Jr., « Social and geographical mobility of the eighteenth century guild artisan : (...)

16Les monographies de corps de métiers, comme celles actuellement conduites par Steve Kaplan18 sur les boulangers et les meuniers de la région parisienne, montrent bien ici les processus : l’apprenti boulanger est placé dans une échoppe par sa famille, qui paie sa formation, mais qui pense surtout pouvoir lui assurer un avenir, grâce à l’appui de tout le groupe familial (que l’on retrouvera au moment de la constitution de dot ou d’apports au mariage). Il faut se garder de tout manichéisme simpliste ou d’un mécanisme trop strict : tous les apprentissages ne sont pas aussi protégés, et tous ne tracent pas une voie définitive et sans à-coup. Il y a échecs, refus, une grande mobilité, mais dans ce mode de formation se crée une mentalité nouvelle, construite autour du groupe familial, celui de départ comme celui d’arrivée, et également autour de l’habitation (l’identité lieu de travail-domicile est un des facteurs qui facilitent l’intégration – non pas à la ville dans les grandes villes au moins, mais au quartier, au sous-ensemble urbain où se concentre la plus grande partie de la vie et du temps).

17Toutes proportions gardées, ce schéma s’appliquerait aussi aux jeunes gens issus des classes sociales les plus fortunées qui sont envoyées en ville (fils de gros laboureurs, de notables ruraux, de fermiers et régisseurs dont on retrouve souvent des exemples dans les premières générations des généalogies des familles montantes) ou qui passent d’une ville à une autre, soit pour leurs études, soit pour leur formation pratique et technique.

18Il semble nécessaire de considérer l’immigration féminine comme un type particulier, qui n’est pas assimilable aux deux précédents. Contrairement à ce que l’on a longtemps affirmé, on sait aujourd’hui que les femmes sont presque aussi nombreuses que les hommes dans le renouvellement des populations urbaines, même à l’époque moderne (elles sont souvent plus nombreuses dans les villes du XIXe siècle). Si les problèmes du point de départ sont les mêmes – ou réalité d’une pression démographique, ou incapacité économique de subsistance dans les milieux les plus défavorisés, ou au contraire projet volontaire d’installation urbaine dans les milieux plus aisés –, l’organisation du travail dans la ville n’est pas identique. Peu d’apprentissage dans les métiers féminins (ce qui ne signifie pas absence de métiers féminins, dans le textile et l’habillement surtout), beaucoup plus d’appel à la domesticité, même si beaucoup de « servantes » sont des « ouvrières servantes » dans les ateliers textiles. Le projet individuel (et également familial) est moins l’acquisition d’une qualification, prélude obligatoire à une installation, qu’une étape économique, période transitoire entre l’adolescence et un mariage souvent retardé par la lenteur de l’accumulation du capital minimum nécessaire à la constitution de la dot. Il n’est pas sûr cependant que cette plus forte présence de la domesticité signifie une prédominance du type familial dans l’insertion féminine. Si les registres hospitaliers signalent un grand nombre de jeunes servantes, ils révèlent aussi beaucoup de jeunes ouvrières (de la soierie à Lyon par exemple) qui, employées aux travaux préparatoires (avant le tissage), ne sont pas toujours aussi strictement logées par le tisseur que l’apprenti ou même le compagnon. Ces recensements urbains du XIXe siècle indiquent la présence de multiples « ménages » féminins, qui ne sont pas constitués uniquement de veuves ou de femmes âgées : une frange importante de la main-d’œuvre féminine a créé une forme particulière de réponse aux problèmes de l’insertion dans la ville.

  • 19 Entre faim et loup : les problèmes de la vie et de l’émigration sur les hautes terres françaises a (...)
  • 20 Jacques Depauw, « Amour illégitime et société à Nantes au XVIIIe siècle », Annales E.S.C., n° 4, 1 (...)

19Hommes ou femmes cependant, la situation a des points comparables, au premier rang desquels est l’âge. Tous les indicateurs sur l’immigration montrent que les entrants en ville sont majoritairement jeunes. En répétant toujours les mêmes sources, on a sans doute exagéré cette jeunesse : les Savoyardes recrutées ou racolées pour venir tirer les lacs derrière les métiers n’avaient pas toutes 7 ans, et les enfants ne quittent le plus souvent la campagne qu’à la veille de l’adolescence. Les travailleurs saisonniers, migrants permanents des métiers du bâtiment du Limousin et de l’Auvergne, se font accompagner de leurs enfants dès l’âge de 10 ans, mais les registres hospitaliers attribuent plutôt 13 ou 14 ans aux plus jeunes victimes d’accidents du travail19. Les contrats d’apprentissage, quand ils indiquent l’âge exact du futur apprenti, livrent un âge moyen plus près de 17 ans que de 14, (l’âge théorique et souhaité... encore aujourd’hui), un âge modal qui est également plutôt 16 ans que 14 – et cela surtout pour les non-natifs de la ville (on retrouve ici le même décalage que pour l’âge au mariage – plus précoce chez les citadins de naissance que chez les migrants, pour les mêmes raisons à la fois structurelles et conjoncturelles). Il est plus difficile de préciser quand est embauchée pour la première fois la jeune servante – ici sources hospitalières, recensements avec âge indiqué, peut-être déclarations de grossesse ou naissances illégitimes, comme les a utilisées Depauw à Nantes20, saisissant la jeune femme en situation ou pathologique ou critique, sont moins crédibles, mais il n’y a qu’une faible minorité de moins de 20 ans. Mais pour tous, la période d’adaptation est longue.

20Que l’on prenne comme terme le mariage – l’âge modal des hommes non natifs approche 30 ans au XVIIIe siècle, celui des femmes 27 ans (à Lyon au moins) – ou la cessation de l’habitat en garnis ou en logis collectifs (les plus de 33 ans deviennent rares), ou le passage du compagnonnage itinérant à la stabilité de l’emploi, tous les indicateurs clignotent autour de la trentaine. C’est dire que la période de formation, d’acclimatation, d’intégration, est particulièrement longue – douze à quinze ans en moyenne peut-être dans les milieux populaires –, sûrement beaucoup plus longue qu’aujourd’hui (mais il faudrait faire intervenir des faits comme l’enrôlement militaire, difficile à associer dans ce schéma trop général).

LES DEUX VOIES DE L’INTÉGRATION. OPPOSITION OU COMPLÉMENTARITÉ

21Devenir citadin est un état de fait, créé par un long usage de la ville, et qui concerne aussi bien les migrants forcés que les immigrants volontaires. Tous n’ont pas les mêmes « chances » au départ : à l’arrivée, après cette longue période d’initiation, la culture urbaine n’aura pas créé non plus un modèle uniforme, pas plus qu’au départ il n’y avait un rural « moyen ».

22Si le temps d’épreuve est si long dans l’ensemble, n’est-ce pas que la ville est plus distante de la campagne qu’on ne le dit généralement ? Pourquoi ces distances, et comment les abolir ?

  • 21 Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel, Une politique de la langue. La Révolution fra (...)

23La distance culturelle est la première, en gardant au mot culturel son acception la plus large : il y a différence de culture technique entre le geste du paysan et celui de l’artisan, entre le temps de l’un et celui de l’autre, même si les saisons et la succession du jour et de la nuit sont des rythmes plus contraignants autrefois qu’aujourd’hui, même en ville. N’y a-t-il pas aussi plus fréquemment qu’on ne le dit, différence de culture linguistique ? Les historiens de l’alphabétisation ont plus insisté sur les séparations entre les groupes sociaux ayant accès à la lecture ou au couple lecture-écriture et ceux qui restent en deçà, mais l’étude des pratiques des langues, la nature du vocabulaire sont également importants. Tout un sujet est ici à traiter, déjà maintes fois évoqué. Signalons seulement deux éléments : les enquêtes de l’abbé Grégoire, sous la Constituante, sur les parlers locaux et régionaux, réétudiés par Dominique Julia et Michel de Certeau, insistent sur l’imprégnation des patois, parlers locaux, ou langues régionales. Les réponses à Grégoire prennent en compte les différences entre villes et campagnes, comme entre classes sociales : le bourgeois, s’il comprend encore le parler local, ne le pratique plus, sauf cas particulier. L’homme du peuple, paysan ou ouvrier, n’en use pas d’autre, et il n’est pas toujours évident que le français lui soit facilement compréhensible : de telles observations faites pour des départements du Sud-Ouest (Guyenne, Dordogne) renvoient bien sûr à la plus ou moins longue et générale scolarisation des enfants. Mais il est sûrement des régions où l’écart linguistique est encore plus nettement marqué21.

  • 22 Jean Quéniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au XVIIIe siècle, Paris, Klin (...)

24Ces pratiques de parlers locaux ont une influence sur les zones de recrutement des nouveaux citadins, et les accents, les prononciations, qui distinguent, mettent à l’écart, sont sûrement obstacles à l’insertion. Les données analysées par Jean Quéniart pour les villes bretonnes posent le problème avec plus d’ampleur encore : ici, contrairement à la Normandie voisine, les nouveaux habitants des villes sont massivement analphabètes, 75 % des hommes souvent, 90 à 100 % des femmes, et leur instruction mesurée à l’aune de l’écriture-signature ne fait guère de progrès au XVIIIe siècle (parfois plutôt des reculs). Ici la séparation due à la langue doit devenir fondamentale, non pas tellement à Rennes ou à Saint-Malo, en pays gallo, où le recrutement se fait dans les campagnes voisines de parler français, mais à Brest ou à Quimper, en terre de langue bretonne22. À Brest, par exemple, construction maritime et militaire artificielle, où la ville se construit et se peuple avec un appel massif des Français, le contraste doit s’amplifier au cours du siècle, quand la main-d’œuvre des grands travaux est recrutée exclusivement dans les pays de Léon ou du Trégorrois, parmi les ruraux les plus pauvres et les plus étrangers à la culture française. Si Brest est un cas extrême, on doit retrouver des situations comparables en de nombreuses villes. L’école urbaine n’est presque jamais « intégratrice ». Dans les petites écoles des villes, il n’y a pas de jeunes ruraux mais, comme on dirait aujourd’hui, les immigrés de la deuxième génération : l’école n’intervient qu’après quinze à vingt ans de pratique par les parents d’une autre culture. Par contre l’école rurale, quand elle existe, joue un rôle essentiel. Sans être systématique (parce que l’école, avec ses structures régionales diverses, est aussi une institution locale, présente là et absente dans le village voisin), l’école renforce les clivages socioéconomiques déjà évoqués comme causes de formes contrastées d’attraction urbaine : les apprentis signent plus souvent que les journaliers, les hommes que les femmes... La capacité d’intégration, ou de résistance sera différente d’un cas à l’autre, mais aussi les occasions, les conditions mêmes d’une assimilation à la ville.

25Il faudrait écrire une histoire conjointe de l’utilisation du temps et de l’espace, pour saisir des mécanismes divers, mais articulés autour de quelques axes principaux – le temps et le lieu du travail, les temps et les lieux du hors-travail –, ces deux grandes catégories retrouvant les manières d’habiter, mais aussi la plus ou moins grande prégnance de la famille sur la vie quotidienne.

26Plus que développer ces divers points, qui ont déjà fait l’objet de plusieurs études, et qui peuvent être retrouvés partiellement dans les études des milieux urbains, je voudrais insister sur la dualité intégration-résistance que l’on peut retrouver dans chacune de ces observations.

27L’histoire sociale ayant utilisé tour à tour massivement des documents de type individuel pour reconstituer les groupes collectifs (contrats ou actes de mariage par exemple, mais aussi archives judiciaires...) a tantôt mis l’accent sur l’intégration, tantôt sur la rupture. Mais chaque élément secrète sa contre-épreuve, et il devrait être possible de reposer autrement cette question de l’intégration. La valeur, la force intégrative de la famille artisanale par exemple ? A-t-on jamais vraiment mesuré la résistance à l’apprentissage, son refus, ses échecs : toute une histoire idyllique de l’apprentissage, encore vivante aujourd’hui, cache les multiples fuites, coups, discordes provoquant des ruptures parfois passagères, souvent définitives. L’apprentissage est aussi une forme de sélection sociale et culturelle : le jeune de 14 ans – mais celui de 16 à 17 ans peut-être encore plus difficilement – n’accepte pas facilement la discipline, l’horaire, l’enfermement, la soumission aux modèles des aînés, maître ou compagnon avec lesquels il doit partager son temps quotidien. Sans évoquer la rupture du genre de vie entre « la vie dehors » de la campagne et le « travail à l’intérieur » de la ville (imagerie un peu simplificatrice peut-être), l’apprenti ressent encore plus difficilement les oppositions dans le cadre familial : aux conflits entre générations qui ont pu précéder son départ du noyau familial s’ajoutent les occasions de conflit de même type, dans une autre famille, qui n’a ni les mêmes pratiques culturelles ni la même forme d’intimité.

  • 23 Dominique Dessertine, Divorcer à Lyon sous la Révolution et l’Empire, Lyon, Presses universitaires (...)

28Moins étudiée encore, la résistance au mariage, la résistance de et dans la famille même. Si les statistiques de population urbaine ont parfois mis en lumière la plus forte proportion de célibataires dans les villes de l’Ancien Régime que dans les campagnes, on a cependant le plus souvent mis l’accent sur l’importance décisive de la constitution de la famille (et cela n’est pas le fait des seuls démographes). Mais il est utile de rappeler quelques faits : par la conjonction de multiples facteurs démographiques – arrivée massive de migrants, âge au mariage particulièrement tardif de ces migrants, forte mortalité des adultes –, la ville de l’époque moderne est une ville de célibataires, plus massivement qu’on ne l’a dit souvent. Les démographes ont totalement déformé la réalité en mesurant le célibat définitif des 50 ans et plus : mais à 20 ans, il n’y a presque que des célibataires, à 25 ans ils sont encore largement majoritaires chez les hommes, parfois encore à 30 ans pour les nouveaux citadins. Si la plus grande partie de ces jeunes adultes finit par se marier, c’est après une longue vie de célibataires : l’insertion dans la ville se fait pendant la période du célibat, pas en état de mariage, ou dans le ménage d’un autre, pas dans celui que l’on a constitué. Et encore faut-il ne pas trop se faire d’illusions sur la cohésion du mariage. L’explosion du divorce à l’époque révolutionnaire23 montre la fragilité de l’institution familiale, mais en deçà du divorce, combien de ruptures, de fugues, d’abandons, de femmes sans mari, ou de maris aux femmes absentes et disparues ?

29Résistance culturelle et sociale, qui conduit à rechercher dans les pratiques hors travail un des éléments essentiels des processus d’intégration ou de refus. On sait aujourd’hui que la ville repousse presque autant qu’elle attire ; que beaucoup de jeunes femmes, mais aussi de jeunes couples n’ont considéré leur séjour à la ville que comme une étape provisoire dans une vie qui recherche le retour à la campagne. Mais pour ceux qui restent, comment se fait le processus d’adoption, la complicité entre la ville et l’homme qui s’y crée une nouvelle identité ? Les réponses à ce sujet sont mieux connues pour l’homme que pour la femme, parce que les conditions de travail créent plus facilement des organisations intégratrices : la confrérie et le cabaret apparaissent plus masculins, la rue et son utilisation, mais aussi les parties communes de la maison, les relations de voisinage, plus féminines. Là s’élaborent de nouvelles formes de sociabilité qui créent une société nouvelle dans laquelle se confondent ces nouveaux citadins.

Notes

1 A. M. Van Der Woude, « Population developments in the Northern Netherlands (1500-1800) and the validity of the “Urban Graveyard Effect” », Annales de démographie historique, 1982, p. 55-75 ; Allan Sharlin, « Natural decrease in early modem cities : a reconsideration », Past and Present, vol. 79-1, 1978, p. 126-138.

2 Michel Vovelle, « Le proletariat flottant à Marseille sous la Révolution française », Annales de démographie historique, 1968, p. 111-138.

3 Maurice Garden, « Le bilan démographique des villes : un système complexe », Annales de démographie historique, 1982, p. 267-276.

4 Dans Histoire de la France urbaine (t. III. La ville classique, Georges Duby dir., Paris, Le Seuil, 1981), Emmanuel Le Roy Ladurie exagère la croissance générale des populations urbaines, en prenant comme date de départ de la mesure le point minimum des courbes d’évolution entre 1660 et 1730.

5 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle : croissance économique et attraction urbaine, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1983.

6 Georges Dupeux et Jocelyne Laurent, Atlas historique de l’urbanisation de la France, Paris, CNRS Éditions, 1981.

7 Albert Martourey, Recherches sur la ville de Saint-Étienne, 1815-1870, thèse de doctorat, Lyon, 1984.

8 Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses, Paris, Plon, 1958.

9 Alain Bideau et Maurice Garden, « Les registres de passeports à Trévoux pendant la Révolution, approche pour une anthropologie historique », Ain, Histoire et sciences humaines, n° 2, 1975, p. 43-63.

10 Michel Vovelle, « Le prolétariat flottant à Marseille... », article cité ; Pierre Guillaume, La population de Bordeaux au XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1972 ; Maurice Garden, « Nouveaux citadins au XVIIIe siècle : étapes et formes d’intégration », dans Bevolkerung, Wirtschaft und Gesellschafi. Stadt, Land, Beziehungen in Deutschland und Frankreich, 14. bis 19. Jahrhundert, Neithard Bulst, Jochen Hoock et Franz Irsigler dir., Trèves, Auenthal Verlag, 1983, p. 75-91 [ici même p. 71-86].

11 Jacques-Louis Ménétra, Journal de ma vie, présenté par Daniel Roche, Paris, Montalba, 1982.

12 Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle..., ouvrage cité.

13 Vincent Feroldi, Le quartier Saint-Louis de la Guillotière, 1851-1876, thèse de 3e cycle, Lyon, 1981, dactylographié.

14 Fabio Giusberti, « Mobilité de la population et territoire urbain : un secteur de Bologne dans les années 1816-1820 », Annales de démographie historique, 1982, p. 183-190.

15 Jean-Claude Perrot (Caen au XVIIIe siècle), Jean-Pierre Bardet (Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles) et Andrea Schiaffino (Bologne au XIXe siècle) tentent tous les trois d’évaluer ces mouvements de population qui ne sont pas à sens unique.

16 Jean-Pierre Gutton, Domestiques et serviteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Aubier, 1981. Deux bonnes analyses de la domesticité dans : Olivier Zeller, Les recensements lyonnais de 1597 et 1636, démographie historique et géographie sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1983 ; Jacques Maillard, Angers aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de doctorat, Paris, 1983.

17 Exemples dans Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.

18 Edward Shephard Jr., « Social and geographical mobility of the eighteenth century guild artisan : an analysis of réceptions de maîtrise in Dijon, 1700-1790 », dans Work in France : Representations, Meaning, Organization and Practice, Steven L. Kaplan et Cynthia J. Koepp éd., Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1988, p. 97-130.

19 Entre faim et loup : les problèmes de la vie et de l’émigration sur les hautes terres françaises au XVIIIe siècle. Actes de la rencontre interuniversitaire, 8 avril 1976, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif central, 1978.

20 Jacques Depauw, « Amour illégitime et société à Nantes au XVIIIe siècle », Annales E.S.C., n° 4, 1972, p. 1155-1182.

21 Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 1975 ; François Furet et Jacques Ozouf dir., Lire et écrire : l’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, 2 volumes, Paris, Minuit, 1977.

22 Jean Quéniart, Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au XVIIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1978.

23 Dominique Dessertine, Divorcer à Lyon sous la Révolution et l’Empire, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.

Notes de fin

* « L’intégration des nouveaux citadins dans la ville moderne : quelques questions », dans Immigration et société urbaine en Europe occidentale, XVIe-XXe siècle, Étienne François dir., Paris, Recherche sur les civilisations, 1985, p. 145-154.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540