Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

III - Démographie historique

La fécondité des familles consulaires lyonnaises du xviiie siècle*

Volltext

  • * « La fécondité des familles consulaires lyonnaises du XVIIIe siècle », dans La France d’Ancien Rég (...)
  • 1 Archives départementales du Rhône, fonds Frécon, Dossiers rouges, généalogie des familles consulai (...)
  • 2 Martine Chevalier-Delassise, « Essai d’étude démographique des familles consulaires lyonnaises du (...)
  • 3 Louis Henry, Anciennes familles genevoises, étude démographique, XVe-XXe siècle, Paris, Presses un (...)

1La fécondité des familles consulaires lyonnaises du XVIIIe siècle L’existence aux archives départementales du Rhône d’un important fonds généalogique, le fonds Frécon1, a permis à Martine Delassise-Chevalier de réaliser la reconstitution des familles échevinales lyonnaises du XVIIIe siècle2. L’intention était de comparer les comportements de ces familles lyonnaises avec d’autres études démographiques effectuées à partir de documents de type généalogique, dont les modèles restent les travaux de Louis Henry, que l’on peut aujourd’hui confronter avec d’autres exemples3.

  • 4 Arthur Kleinclausz dir., Histoire de Lyon, Marseille, Lafitte, 1978, t. II ; Maurice Bordes, La ré (...)
  • 5 Jacques Maillard, Le pouvoir dans une ville française à l’époque moderne : Angers des lendemains d (...)
  • 6 Ainsi F Prost de Royer fut échevin en 1752, et son fils Antoine-François, lieutenant général à Lyo (...)

2Le corps municipal de Lyon conserve la même organisation, depuis l’édit d’Henri IV de septembre 1595 jusqu’à la Révolution, la réforme de Laverdy n’ayant pas véritablement modifié la situation4. Un prévôt des marchands, nommé pour deux puis quatre ans, reconductible, dirige le corps de ville, assisté par quatre échevins, élus par moitié chaque année pour deux ans. Si le prévôt des marchands est toujours noble au moment de son choix (même s’il s’agit d’un anoblissement récent), de moins en moins souvent des nobles sont nommés échevins. En effet, la charge échevinale reste anoblissante à Lyon jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, et tous les rois, au commencement de leur règne, reconduisent ce privilège lyonnais qui devient fait assez exceptionnel au cours du XVIIIe siècle5. Cette reconnaissance d’une noblesse de fonction, toujours remise en question dans les mentalités, suspecte lors des vérifications de noblesse, souvent renforcée, au moins en apparence, par l’acquisition d’un office également anoblissant, joue un rôle déterminant dans l’histoire des élites sociales lyonnaises au dernier siècle de l’Ancien Régime, et dans le fonctionnement du corps de ville. De fait, de 1700 à la Révolution, aucun échevin ne redouble son mandat, de sorte que 180 hommes nouveaux, à raison de 2 chaque année de 1700 à 1789, acquièrent la noblesse pour eux et pour leur descendance. Il faut toutefois signaler de rares cas d’exercice de la fonction échevinale successivement par le père et un de ses fils (2 cas), ou par un oncle et un de ses neveux (2 cas également)6. Plus fréquente est l’accession à l’échevinat de deux frères, situation que l’on retrouve neuf fois au cours du siècle, même si deux fois il s’agit de frères de lits différents. Enfin cinq fois, les liens de parenté sont un peu plus éloignés entre deux échevins portant le même nom.

  • 7 Maurice Garden, « Formes de contrôle du pouvoir local : Lyon en 1721 », dans Pouvoir, ville et soc (...)
  • 8 P. Agniel, échevin en 1724, est né à Uzès en 1671, et baptisé au temple de cette ville, où son pèr (...)
  • 9 Pierre Léon, « Recherche conjoncturelle et milieux économiques : hommes d’affaires suisses et mouv (...)

3Pourtant ce groupe défini par une fonction exercée souvent en fin de carrière n’est pas sans homogénéité. Cela tient à la nature même des échevins lyonnais : ceux-ci sont choisis en fait par le gouverneur des provinces de Lyonnais, Forez et Beaujolais (au XVIIIe siècle, le chef de la famille de Villeroy) parmi une liste de trois candidats établie par le corps de ville sortant, après un simulacre d’élection auquel participent les syndics des principaux corps professionnels de la ville7. Pour devenir échevin, point n’est besoin d’être de famille lyonnaise, ni même de naissance lyonnaise. Plus du tiers des pères d’échevins ne sont pas d’origine lyonnaise8 : 4 d’entre eux sont étrangers, 3 Italiens témoignent encore des liens anciens tissés avec Lucques, Gênes et Livourne, alors que le père de Joseph-Henri Steinman, échevin en 1788, était marchand de Saint-Gall en Suisse, symbole d’un retournement des relations commerciales de Lyon au XVIIIe siècle9. Enfin, 35 échevins au moins de ce dernier siècle sont eux-mêmes nés hors de Lyon, parfois dans la même localité que leur père, témoignant ainsi d’une installation tardive de ceux-ci dans la métropole rhodanienne ; 3 encore sont nés en Italie. Mais quelle que soit leur origine géographique ou professionnelle, toutes ces familles finissent par se connaître, nouer des relations, constituer un véritable milieu relativement fermé, dans lequel se recrutent les échevins. Deux éléments principaux contribuent à la formation de ce milieu échevinal. Plus que la profession proprement dite, c’est l’exercice de fonctions de responsabilité dans les diverses institutions lyonnaises qui est le facteur prépondérant. Une place d’échevin est le dernier échelon d’un véritable cursus honorum local, qui passe par le tribunal de Conservation des foires, et surtout par les fonctions de recteur et de trésorier des deux grandes institutions d’assistance de Lyon, l’Hôtel-Dieu et l’hôpital de la Charité. À ces postes de responsabilité, négociants, marchands fabricants, avocats et conseillers secrétaires du roi ont su faire preuve de leurs capacités à gérer les affaires publiques, en même temps que de leur générosité. Mais cela ne suffirait pas à les distinguer s’ils ne pratiquaient une subtile stratégie d’alliances familiales destinée à les intégrer à ce milieu qui leur assure protection et appui : il faudrait une étude généalogique plus complète pour relever l’ensemble des unions entre toutes ces familles échevinales, comprenant également les familles des prévôts des marchands.

4L’obligation de fonctions antérieures explique que les échevins lyonnais ne sont pas des hommes jeunes. Le benjamin du siècle fut nommé à 32 ans, et 28 % seulement exercèrent cette fonction avant 50 ans. Sur l’ensemble du siècle, la moyenne d’âge est proche de 55 ans. De cet âge élevé dépend d’une certaine manière le profil démographique qui peut être retrouvé. Le type moyen de l’échevin lyonnais est un homme de 55 ans environ, dont le premier mariage (il est devenu veuf 1 fois sur 5) a été célébré vingt-trois ou vingt-quatre ans plus tôt. La longévité est ici cause de sélection et de réussite, mais elle explique également que nous puissions reconstituer beaucoup de familles : beaucoup de celles-ci sont déjà achevées et complètes quand le père accède à l’échevinat. Cette remarque, qu’il faudrait naturellement nuancer, puisque deux échevins se marient trois ans après leur nomination, et que 13 % d’entre eux ont moins de dix ans de durée d’union le jour où ils deviennent échevin, conduit à une première observation : dans la plupart des cas, la constitution de la famille, antérieure à la fonction, ne dépend absolument pas de la condition nouvelle que l’échevin atteint. Le plus souvent, il appartient comme son père au milieu de la bourgeoisie marchande ou libérale. Simplement il est monté plus haut dans la hiérarchie des honneurs, et son comportement familial est un des moyens de cette ascension. Entre les pères et les fils, seule donc une différence chronologique pourrait établir des oppositions, ou des continuités. Il n’en est pas de même pour la comparaison entre le comportement des échevins et celui de leurs enfants, limité ici au fils aîné, ou au fils qui a constitué la branche aînée de la descendance. Le plus souvent ce fils est né très longtemps avant l’anoblissement de son père, mais le plus souvent également il ne se marie qu’après ce passage par la charge anoblissante. Le fils de notable commerçant ou d’avocat devient fils d’un échevin, nouveau noble certes, mais héritier de cette noblesse nouvelle, renforcée par l’acquisition d’une charge, d’un office, d’une terre également. Dans ce cas, il ne saurait être question de limiter l’opposition père-fils à une différence de génération, il s’agit aussi d’un changement de position sociale. Sur un effectif de 122 fils dont nous avons retrouvé date et âge au mariage, 16 seulement sont déjà mariés quand leur père devient échevin, exactement la moitié (61) ne se mariant que quinze ans après au moins. Alors que l’âge moyen est très élevé – 32 ans en moyenne, mais encore 30 % des premiers mariages après le trente-cinquième anniversaire-, on a l’impression que beaucoup de mariages sont retardés, comme si l’on voulait être sûr de la nouvelle qualité acquise par la transmission du titre paternel. Vivant dans des familles dont les pères sont d’une grande longévité, les fils dépendent très longtemps de leurs parents : avant 35 ans, les deux tiers des fils se marient du vivant de leur père, et donc presque toujours avec leur consentement, pour ne pas dire selon leur décision. Ce n’est qu’après leur trente-cinquième anniversaire que la proportion s’inverse : 60 % des fils de plus de 35 ans ont perdu leur père au moment de leur mariage. Notons au passage combien est différent le calendrier du mariage des filles : 22 ans en moyenne, 40 % des premiers mariages avant le vingtième anniversaire (aucun homme ne s’est marié avant 20 ans), 20 % seulement après le vingtcinquième anniversaire. Ici plus encore le mariage est bien évidemment conclu par la famille : une sur six seulement de ces jeunes épousées est orpheline de son père au moment de son mariage, et les filles de plus de 30 ans, dont le père est mort, n’ont plus guère de chance de trouver un mari (9 cas seulement sur 210 mariages de filles connus).

5L’étude de la descendance de ces familles échevinales que nous présentons ici n’est pas techniquement parfaite. Le fonds Frécon, notre base documentaire essentielle, est tout à fait remarquable, mais il faudrait avoir à sa disposition de plus nombreuses généalogies sérieuses pour corriger les erreurs, combler les lacunes, préciser les données parfois incomplètes. À partir de reconstitutions de qualité inégale, nous avons cherché à connaître la fécondité des couples, et la descendance finale de trois sous-ensembles : celui des pères des échevins, celui des échevins eux-mêmes, celui de leur fils enfin.

6Les trois groupes ne sont pas totalement identiques : par définition, l’ensemble des pères est complet, et nécessairement fécond, puisque chaque individu n’appartient au groupe que parce qu’il a eu au moins un fils, devenu adulte avant d’être échevin. Tous les échevins ne sont pas mariés, et tous n’ont pas eu de descendance (mariages tardifs, et quelques exemples de mariages sans postérité connue). Tous ceux qui se sont mariés n’ont pas enfin laissé un fils qui vive jusqu’à son mariage. Le sous-ensemble des fils est donc encore plus restreint que celui de la deuxième génération. Ces couples enfin sont inscrits dans une période chronologique très ouverte, que l’on peut résumer ainsi :

Père des échevins :

naissance entre 1600 et 1710 mariage entre 1640 et 1740

(99 % effectif)

Échevins :

naissance entre 1640 et 1740 mariage entre 1660 et 1765

(97 % effectif)

Fils des échevins :

naissance entre 1680 et 1785 mariage entre 1700 et 1815

(96 % effectif)

Période de naissance de chacune des trois générations (en pourcentage de chaque génération)

Période de naissance de chacune des trois générations (en pourcentage de chaque génération)

7Pour ne pas trop restreindre la base documentaire pour les calculs de fécondité, nous avons retenu les familles complètes et incomplètes, et nous présentons les taux de fécondité, non pas selon l’âge de la femme, mais selon la durée du mariage. Les familles reconstituées utilisables étaient alors assez nombreuses pour que, dans chaque groupe, il soit possible de constituer deux ensembles selon la date du mariage.

Taux de fécondité (pour mille)

Taux de fécondité (pour mille)

Dimension des familles (complètes et incomplètes)

Dimension des familles (complètes et incomplètes)

Nota. - Ont été retenues pour ce tableau toutes les familles reconstituées, sauf celles comprenant d’incontestables lacunes (l’échantillon est ainsi notablement plus large que celui utilisé pour le calcul des taux de fécondité)

8Une autre présentation des mêmes données consiste à évaluer la descendance à chaque durée de l’union conjugale : combien d’enfants ont en moyenne les couples après dix, quinze, vingt ou vingt-cinq ans de mariage ? Ce calcul est ici plus théorique, puisqu’un certain nombre de couples sont rompus avant d’atteindre cet anniversaire de mariage.

Descendance en fonction de la durée de l’union (nombre moyen d’enfants après n années de mariage)

Descendance en fonction de la durée de l’union (nombre moyen d’enfants après n années de mariage)

Taux de fécondité selon la durée du mariage

Taux de fécondité selon la durée du mariage

9Quels sont les principaux enseignements de ces tableaux ? Le premier élément consiste dans la considérable fécondité des couples dont sont issus les échevins lyonnais du XVIIIe siècle. Ces hommes nés dans leur grande majorité au XVIIe siècle, généralement dans les villes de la France du Sud-Est, où sont installés leurs parents, sont déjà solidement établis socialement, même s’ils ne sont encore le plus souvent que bourgeois ou marchands bourgeois. Aucun d’entre eux n’est rural, ni par son activité professionnelle, ni même par les sources de ses revenus. De très rares exemples montrent encore des liens avec les milieux de l’artisanat et de la petite boutique : Philippe Denis, le père de l’échevin de 1733 est maître écrivain et précepteur d’enfants ; Pierre Monlong, le père de l’échevin de 1744 est maître tailleur d’habits pour femmes à Lyon ; Benoît Jacob, père de l’échevin de 1772 est qualifié successivement de maître cordonnier, puis de bourgeois de Lyon. Quelques-uns ont commencé leur ascension par leur réussite dans la fabrique lyonnaise de soieries, tel Jean-François Clavière, d’abord maître ouvrier en soie, ensuite marchand fabricant. Les profits du commerce d’une part (70 % des pères exercent une profession commerciale), l’union d’une profession juridique et d’une fonction de receveur ou de trésorier soit d’un particulier, soit d’une collectivité (une institution, ou une ville) – 25 % des pères –, font que tous ces hommes, dont le plus souvent les pères n’entretenaient pas de relations entre eux, constituent un groupe qui devient homogène, par sa richesse, son mode de vie, son ambition sociale, son désir d’arriver dont profiteront leurs enfants, qu’ils souhaitent le plus nombreux possible. Dans ce milieu profondément catholique et engagé sans réticence dans le mouvement de la réforme catholique, la venue des enfants reste un don du ciel. Dans 1 famille sur 2 au moins, un de ces enfants fera profession en religion, et nos échevins du XVIIIe siècle ont au moins 150 frères ou soeurs ecclésiastiques ou religieux (dans 40 familles, soit le tiers de celles qui ont une généalogie utilisable, même si elle est incomplète, au moins 2 enfants entrent en religion, et dans 4 familles 5 enfants deviennent ecclésiastiques). Dans ce groupe, moins de 20 % des couples donnent naissance à moins de 5 enfants, et encore, dans 9 familles sur 24, la mort de la mère à la suite d’un accouchement interrompt brutalement la descendance. Une proportion tout à fait exceptionnelle de familles très nombreuses est la grande originalité de ce groupe : 1 couple sur 3 a donné naissance à 10 enfants ou plus, et si le couple formé par Jean Terrasson, avocat en la sénéchaussée et siège présidial de Lyon, et Anne Bernico, avec 21 enfants échelonnés de décembre 1652 à octobre 1675, détient le record, ils sont suivis de près par 7 autres familles où viennent plus de 15 enfants ! Compte tenu de quelques mariages tardifs, des décès prématurés de mères, la moyenne effective supérieure à 8 enfants est tout à fait considérable.

10De ces familles généreuses sont issus les échevins de Lyon ; ceux-ci ne sont pas nécessairement les aînés, mais ils le sont souvent. Sur 162 familles pour lesquelles le rang de naissance est connu, le futur échevin est 46 fois l’aîné des enfants, 81 fois (exactement la moitié) l’aîné des garçons. Pour ceux-ci, ne peut-on parler d’une stratégie familiale à longue échéance ? Comment ne pas retenir d’autres critères de qualité et de réussite personnelle, pour d’autres enfants que leur rang ne semble pas prédisposer à une telle fonction ? Deux fois le futur échevin est né d’un second mariage, comme Alexandre-François Dusoleil, fils et petit-fils de marchands ferratier et quincaillier à Lyon. Un neveu de la première femme de son père, Philippe Bourlier, est devenu échevin en 1719 ; sa soeur cadette a épousé en 1705 le fils de Gaspard Cachot, devenu échevin en 1713. Alexandre lui-même a épousé une fille de Gatigny, autre famille consulaire... Sont ainsi noués des liens étroits, au détriment des enfants du premier lit, dont 5 entrent en religion. Le cas de la famille de Riverieulx est encore plus révélateur. Etienne de Riverieulx, marchand banquier et bourgeois de Lyon, recteur des hôpitaux de Lyon, acquiert entre 1705 et 1719 la terre et seigneurie de Varax, puis une charge de secrétaire du rot Par son mariage avec Marie Roland, il est entré dans le milieu consulaire, son beau-père ayant été échevin en 1691, sa belle-mère Claudine de Ponsaipierre étant alliée aux Dugas. De son mariage naissent 11 enfants. Charles-Claude est le onzième et dernier de ces enfants. Une place d’échevin dès 1739 (il a alors 38 ans), après son mariage avec une fille d’une autre famille consulaire, lui assure une noblesse peut-être douteuse. Mais son frère aîné Hugues n’a pas besoin de cette confirmation pour devenir prévôt des marchands en 1745, après son mariage avec une fille d’échevin. CharlesClaude de Riverieulx, conseiller secrétaire du roi, sieur de Chambost, ancien échevin, deviendra à son tour prévôt des marchands en 1776, à 75 ans, consécration suprême bien que tardive. Saura-t-on janais pourquoi tel ou tel des garçons d’une famille fut ainsi destiné à féchevinat, alors que des aînés étaient écartés ? Mais le grand nombre d’aînés, qu’il faudrait accroître en tenant compte de la mortalité des enfants nés avant eux, démontre bien cependant une stratégie globale du groupe.

11Ces futurs échevins, bien que mariés, comme nous l’avons vu, bien avant leur accession à ce sommet de leur carrière lyonnaise, ont cependant en moyenne moins d’enfants que leurs pères. À la moyenne de 8 enfants par couple de la génération des pères, correspond une moyenne supérieure à 6 pour l’ensemble des échevins du XVIIIe siècle. Par rapport à leurs pères, la différence la plus notable est l’augmentation du nombre des couples qui ont une descendance limitée. Un futur échevin sur 3 a une descendance de moins de 4 enfants. À l’opposé, on rencontre moins de très nombreuses lignées, même si Joseph Reverony, échevin en 1723, marchand maître fabricant d’étoffes d’or, d’argent et de soie, marié en 1689 à Marie-Anne Nayron, fille de marchand bourgeois à Lyon, a eu 19 enfants entre 1690 et 1712, et si les 3 autres familles complètes ont 15 enfants, dont celle de Mathieu Rast, échevin en 1776 (mais marié en 1730). Il est impossible de déterminer une norme de comportement d’une génération à l’autre. Les familles très nombreuses ne sont pas héréditaires. Sur 40 couples de pères qui ont eu 10 enfants ou plus, 8 (1 sur 5) seulement de leurs fils échevins ont également des familles de 10 enfants et plus, mais 15 ont moins de 5 enfants. Et sur les 35 échevins qui ont des descendances égales ou supérieures à 10 enfants, 10 seulement étaient nés dans des familles d’une grande dimension. Compte tenu des nombreux décès d’épouses des suites des accouchements, qui représentent 10 % de l’ensemble des femmes d’échevins, on ne peut certes parler de limitation volontaire des naissances dans ce groupe. Toutefois une tendance nette à la restriction des descendances s’entrevoit. Si l’on divise l’ensemble des échevins en trois groupes de trente années, en prenant comme indicateur l’année de leur élection, on peut déceler une légère diminution du nombre d’enfants, mais sans continuité dans le temps.

Nombre de familles de moins de 5 enfants

Nombre de familles de 10 enfants et plus

Échevins de 1700 à 1729

22 soit 37 %

16 soit 27 %

Échevins de 1730 à 1759

21 soit 35 %

9 soit 15 %

Échevins de 1760 à 1789

23 soit 38 %

12 soit 20 %

12Il n’y a pas de variation significative du nombre de familles peu nombreuses, et seule diminue la proportion des familles nombreuses, dont cependant le niveau le plus bas concerne les échevins de 1730 à 1759. La courbe de fécondité montre que la transformation ne concerne vraiment que les échevins des deux dernières décennies avant la Révolution, qui ont célébré leur mariage après 1750. Une étude plus précise en fonction de a date du mariage marque une nette coupure en effet au milieu du siècle. Quarante-deux échevins se sont mariés entre 1730 et 1749 : leur descendance moyenne s’établit à 7,45 enfants, très supérieure à celle de l’ensemble des échevins, et assez proche de celle de leurs pères.

13Seize de ces 42 familles donnent naissance à 10 enfants ou plus, alors que seulement 13 s’achèvent avec moins de 5 enfants. La rupture est totale avec les 30 échevins qui se marient après 1750. Parmi ceux-ci n’apparaît plus qu’une seule famille de 10 enfants ou plus, alors que 15 totalisent moins de 5 enfants. La dimension moyenne tombe à 4,73 enfants, une baisse de plus du tiers qui ne peut être due à une seule raison d’échantillon statistique. Comme de nombreuses études l’ont déjà fait apparaître, il y aurait bien un net infléchissement de l’attitude face à la procréation dans les milieux de la haute bourgeoise au milieu du XVIIIe siècle. Ces familles riches, qui aspirent à gravir encore de nouveaux échelons d’honneur, et dont la stratégie matrimoniale et de carrière est tout entière tournée vers l’accession à la noblesse, commencent à vouloir restreindre leur descendance. Une forte fécondité pendant les sept ou huit premières années qui suivent le mariage suffit à la naissance des 4 ou 5 enfants souhaités. La forte mortalité des enfants fait que quelques naissances surviennent encore après le dixième anniversaire du mariage mais après dix ans d’union, la famille est constituée aux trois quarts, alors qu’elle n’atteignait encore que la moitié de sa dimension finale chez les pères de ces échevins. L’analyse détaillée de la fécondité dans ces familles indique les premiers signes du changement. Les échevins mariés entre 1730 et 1749 ont une fécondité très élevée pendant les dix premières années de leur mariage, au moins équivalente à celle de leur père : l’intervalle intergénésique moyen est d’environ 20 mois. Mais dès le dixième anniversaire, la fécondité ralentit très nettement. Une naissance tous les trois ans entre dix et quinze ans, une tous les cinq ans de quinze à vingt ans. Chez leurs pères, le rythme des naissances était encore supérieur à une tous les deux ans entre dix et quinze ans, une tous les deux ans et demi entre quinze et vingt ans.

14Mais la génération des échevins qui contractent mariage après 1750 accélère ce processus de limitation de la durée de la période de procréation. Chaque année, moins d’1 épouse sur 4 accouche après son dixième anniversaire de mariage, moins d’1 sur 10 après le quinzième anniversaire.

15Cette transformation des comportements est encore plus marquée quand on observe le groupe, malheureusement statistiquement réduit, des enfants d’échevins. La courbe de fécondité par âge des épouses de fils d’échevins mariés avant 1750 est presque identique à celle des épouses d’échevins qui se sont mariées après 1750. Le changement de statut social, avec l’acquisition de la noblesse transmise par l’accession du père à l’échevinat, se traduit par l’adoption d’un comportement pré-malthusien avec une génération d’avance. Après 1750, les fils d’échevins aggravent quelque peu une tendance amorcée auparavant, mais sans modification radicale.

  • 10 Michel de Saint-Romain, Une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la Troisième Républi (...)
  • 11 Jacques Dupâquier, Pour la démographie historique, Paris, Presses universitaires de France, 1984.

16La diminution de la fécondité pendant les dix premières années d’existence du couple indique que ces jeunes couples qui viennent de réaliser l’ambition sociale de leurs pères ont déjà en partie adopté le comportement majoritaire de l’aristocratie urbaine française de la fin de l’Ancien Régime. Après dix ans de mariage, 4 enfants sont nés en moyenne dans chaque ménage : il y en avait 5 chez leurs pères, 6 chez leurs grands-pères. Mais la différence est bien plus importante après ce dixième anniversaire. Compléter la documentation généalogique serait indispensable pour aller plus loin. Cette dernière génération subit de plein fouet le choc de la Révolution, dont on connaît le caractère dramatique et les conséquences meurtrières à Lyon. Mais on sait que beaucoup de descendants de ces familles consulaires lyonnaises ont continué à avoir une fécondité très élevée au XIXe siècle10. Le milieu créé sous l’Ancien Régime semblait en voie de rapide transformation, voire d’éclatement, à la veille de la Révolution. Mais les traditions familiales, dont il faudrait rechercher à quel point elles sont conservées par les femmes dans ce groupe très endogame, ont survécu à cette brève crise. Il serait également intéressant de pouvoir comparer ces comportements familiaux à celui d’autres groupes sociaux et professionnels de Lyon aux mêmes époques11.

Anmerkungen

1 Archives départementales du Rhône, fonds Frécon, Dossiers rouges, généalogie des familles consulaires, 14 registres.

2 Martine Chevalier-Delassise, « Essai d’étude démographique des familles consulaires lyonnaises du XVIIIe siècle », mémoire de maîtrise, Lyon, université de Lyon-II, Centre Pierre Léon, 1975, dactylographié, 106 pages.

3 Louis Henry, Anciennes familles genevoises, étude démographique, XVe-XXe siècle, Paris, Presses universitaires de France (Institut national d’études démographiques – Travaux et documents, 26), 1956 ; Louis Henry et Claude Lévy, « Ducs et pairs sous l’Ancien Régime : caractéristiques démographiques d’une caste », Population, vol. 15, n° 5, 1960, p. 807-830 ; T.H. Hollingsworth, « A demographic study of the British Ducal families », Population Studies, 11, 1957, p. 4-26 ; Louis Henry et Jacques Houdaille, « Les caractères démographiques du patriciat de Milan », Population, vol. 29, n° 4-5, 1974, p. 923-931.

4 Arthur Kleinclausz dir., Histoire de Lyon, Marseille, Lafitte, 1978, t. II ; Maurice Bordes, La réforme municipale du contrôleur général Laverdy et son application (1764-1771), Toulouse, Association des publications de la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse, 1968 ; Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.

5 Jacques Maillard, Le pouvoir dans une ville française à l’époque moderne : Angers des lendemains de la Fronde à la veille de la Révolution, thèse de doctorat d’État, Paris, 1983, dactylographié.

6 Ainsi F Prost de Royer fut échevin en 1752, et son fils Antoine-François, lieutenant général à Lyon, le fut à son tour en 1773. Mais Ch. Dervieu, échevin en 1757, n’est pas le fils de l’échevin de 1706, F. Dervieu, mais celui d’un frère cadet de celui-ci, Ch. Dervieu.

7 Maurice Garden, « Formes de contrôle du pouvoir local : Lyon en 1721 », dans Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750. Colloque international du CNRS à Strasbourg, octobre 1981, Georges Livet et Bernard Vogler dir., Strasbourg, Association des publications près les universités de Strasbourg, 1983, p. 173-182 [ici même p. 207-220].

8 P. Agniel, échevin en 1724, est né à Uzès en 1671, et baptisé au temple de cette ville, où son père, marchand, professait la religion réformée.

9 Pierre Léon, « Recherche conjoncturelle et milieux économiques : hommes d’affaires suisses et mouvement économique lyonnais sous la Régence », dans Colloque franco-suisse d’histoire économique et sociale, Genève 5-6 mai 1967, Genève, Georg et Cie, 1969.

10 Michel de Saint-Romain, Une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la Troisième République, les Brac : racines, alliances, fortune, t. II. Généalogie, Lyon, Imprimerie Audin-Tixier, 1979.

11 Jacques Dupâquier, Pour la démographie historique, Paris, Presses universitaires de France, 1984.

Endnoten

* « La fécondité des familles consulaires lyonnaises du XVIIIe siècle », dans La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Société de démographie historique éd., Toulouse, Privat, 1984, p. 279-287.

Abbildungsverzeichnis

Titel Période de naissance de chacune des trois générations (en pourcentage de chaque génération)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9971/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 41k
Titel Taux de fécondité (pour mille)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9971/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 92k
Titel Dimension des familles (complètes et incomplètes)
Bildunterschrift Nota. - Ont été retenues pour ce tableau toutes les familles reconstituées, sauf celles comprenant d’incontestables lacunes (l’échantillon est ainsi notablement plus large que celui utilisé pour le calcul des taux de fécondité)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9971/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 90k
Titel Descendance en fonction de la durée de l’union (nombre moyen d’enfants après n années de mariage)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9971/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 83k
Titel Taux de fécondité selon la durée du mariage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9971/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 85k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540