Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

III - Démographie historique

L’attraction de Lyon à la fin de l’Ancien Régime*

Texte intégral

  • * « L’attraction de Lyon à la fin de l’Ancien Régime », Annales de démographie historique, 1970, p. (...)
  • 1 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970. Contribut (...)

1L’étude de la société lyonnaise au XVIIIe siècle nous a conduit à accorder une très large place aux problèmes démographiques1.

  • 2 M. Messance, Recherches sur la population des généralités d’Auvergne, de Lyon, de Rouen..., Paris, (...)
  • 3 Abbé Antoine Lacroix, État des baptêmes, des mariages et des mortuaires de la ville et des faubour (...)

2Le bilan démographique de Lyon pendant le XVIIIe siècle peut sembler insolite. Après avoir effectué de longs et minutieux comptages dans les registres paroissiaux, les « statisticiens démographes », de Messance2 à l’abbé Lacroix3, concluent à une augmentation naturelle de la population lyonnaise, par le simple jeu de l’excédent des naissances sur les décès. Dans une France rurale, où la ville passe pour mangeuse d’hommes, Lyon serait une exception.

  • 4 Abel Chatelain, « La formation de la population lyonnaise : apports savoyards au XVIIIe siècle », (...)

3En réalité, les observateurs contemporains n’avaient pas été sans remarquer deux phénomènes, qui d’une part faussaient les bilans établis à partir des comptages urbains, d’autre part jetaient un doute sur la progression réelle de la population lyonnaise. Les décès d’enfants en nourrice empêchent de connaître exactement la mortalité lyonnaise, et ils étaient particulièrement nombreux. D’autre part, tous les Lyonnais savaient bien qu’un afflux incessant de « forains » venait grossir les rangs des citadins. Les intendants, les échevins, les syndics ou maîtres gardes des communautés, sont pleinement conscients de cet apport extérieur, que, le plus souvent, ils réclament et même provoquent pour satisfaire les besoins de main-d’œuvre des manufactures lyonnaises4.

4Dans le cadre de ce bref article, nous nous contenterons de présenter l’ensemble des sources qui permettent de compter les nouveaux Lyonnais, de mesurer l’ampleur de ce phénomène migratoire provoqué par l’attraction lyonnaise, de délimiter enfin, essentiellement par un ensemble de cartes, la zone géographique de cette attraction lyonnaise dans les dernières années de l’Ancien Régime.

LA VARIÉTÉ ET LA VALEUR DES SOURCES

  • 5 Alfred Perrenoud, «  Immigration française à Genève à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle, d’après (...)
  • 6 Roger Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe, t. II, Louvain, Publicat (...)

5Lyon ne possède pas plus que les autres villes françaises de sources directes et globales de l’immigration ; rien de comparable aux livres d’habitants de Genève par exemple5. Les livres de bourgeoisie, qui subsistent au XVIIIe siècle, ne touchent qu’une très faible partie de la population lyonnaise : ils ne concernent que des hommes qui ont déjà réussi dans leur ascension sociale et qui, le plus souvent, sont installés dans la ville depuis de longues années6.

  • 7 Les contrats de mariages déposés chez les notaires (archives départementales du Rhône, série 3 E) (...)

6Les actes de mariage7 sont la source essentielle pour l’étude des apports extérieurs dans la population lyonnaise. Le mariage a le grand avantage de fournir des renseignements à la fois sur les hommes et sur les femmes. Lorsqu’il s’agit d’un premier mariage (et parfois pour les veufs, surtout s’ils sont nouvellement installés), l’origine géographique des époux est presque toujours mentionnée, ou bien par l’indication de leur lieu de naissance, ou bien par celle du domicile de leurs parents. Il n’y a pas forcément concordance entre ce domicile des parents et le lieu de naissance : l’acte de mariage ne permet pas, sauf de rares cas particuliers, de connaître les différentes étapes d’une migration, qui ne s’est pas toujours effectuée directement de la paroisse rurale à la grande ville. C’est une des principales difficultés de l’étude des déplacements de population, dont les sources restent très imprécises.

  • 8 Les taux de célibat auxquels sont parvenus les historiens pour les paroisses rurales (Crulai, ou l (...)

7Deux autres objections sont possibles contre l’utilisation des actes de mariage. Les célibataires permanents ne sont pas atteints par eux, et si l’on répète souvent que les célibataires étaient particulièrement peu nombreux dans les sociétés d’Ancien Régime, les divers pourcentages retenus ne sont que des approximations, valables uniquement pour les sociétés rurales8. Ensuite, le mariage n’est qu’une présomption d’établissement définitif dans la ville. Le dépouillement d’un grand nombre de contrats a révélé que des ruraux repartent dans leurs villages après un séjour à Lyon de quelques mois, parfois de quelques années pour les femmes. Peu d’indices réels, en dehors de l’absence de toute mention postérieure des nouveaux époux dans les registres paroissiaux lyonnais, permettent de saisir cette émigration, qui semble avoir existé pendant tout le XVIIIe siècle.

8Les registres paroissiaux ne racontent pas les histoires individuelles des nouveaux Lyonnais : ils sont muets sur les raisons de leur venue dans la métropole, sur la date de leur arrivée (la durée du séjour lyonnais antérieurement au mariage n’est précisée que pour 10 % des cas environ). Les contrats d’apprentissage comblent en partie cette lacune. L’image parisienne de ruraux venant chercher de l’embauche comme manœuvres dans les faubourgs ne s’applique qu’imparfaitement au cas de Lyon. La majorité des hommes est attirée à Lyon par la perspective d’apprendre un métier (le cas des femmes est différent – rares sont les activités féminines qui connaissent cette étape de l’apprentissage). La durée de l’apprentissage est assez longue (de trois à cinq ans) pour que les jeunes gens s’adaptent à la vie urbaine et cherchent à s’établir définitivement dans la ville, comme compagnons, ou même, s’ils le peuvent, comme maîtres. Les règlements assez stricts des communautés font des contrats d’apprentissage des actes précis : les dates et lieux de baptême des apprentis sont inscrits régulièrement, surtout quand il s’agit de manufactures aussi puissantes et organisées que la grande fabrique en étoffes de soie. Les divers sondages effectués tout au long du XVIIIe siècle dans les minutes notariales, ou dans les papiers de la Grande Fabrique, montrent la permanence et la puissance de cet appel de main-d’œuvre extérieure, en même temps que l’influence des règlements professionnels sur les phénomènes démographiques. Les responsables de la Fabrique, maîtres ouvriers et marchands fabricants, sont hostiles à l’arrivée d’apprentis trop nettement déracinés, dont ils ont peur qu’ils n’emportent ensuite dans leur province d’origine les secrets de fabrication lyonnais, favorisant ainsi des manufactures concurrentes. À plusieurs reprises au cours du siècle, des limitations sont apportées à l’entrée des apprentis ouvriers en soie. Seuls les jeunes hommes nés dans les provinces limitrophes du Lyonnais peuvent travailler sur les métiers. Les Bourguignons (sauf Bressans et Bugistes), les Francs-Comtois, les Languedociens (à l’exception des natifs du Vivarais et du Velay), à plus forte raison les Savoyards non régnicoles, sont ainsi exclus de la fabrique lyonnaise de soieries pendant toute la seconde moitié du XVIIIe siècle. Cette limitation joue un grand rôle dans les phénomènes migratoires. Dans la mesure où les départs pour Lyon sont très souvent liés à des installations antérieures de parents ou de relations dans la ville, seules les provinces autorisées à envoyer des apprentis ouvriers en soie adressent leurs enfants, filles ou garçons, à Lyon, même pour exercer une activité tout à fait étrangère à la Fabrique.

9Mariages et contrats d’apprentissage sont complétés par une troisième source statistique : les registres mortuaires de l’Hôtel-Dieu de Lyon. Ils intéressent surtout les catégories les plus défavorisées de la population lyonnaise. Ces mortuaires de l’Hôtel-Dieu montrent qu’un grand nombre – il reste impossible de chiffrer les proportions – de ces nouveaux arrivants connaissent des conditions de vie misérables, et paient un tribut particulièrement lourd à la maladie, aux épidémies et à la mort. Sur ces registres sont inscrits les décès d’une foule de jeunes servantes, de dévideuses ou de tondeuses de soie, arrivées souvent très jeunes à Lyon (certaines avant leur dixième anniversaire). Les jeunes hommes, encore célibataires, sont nombreux aussi, ouvriers non spécialisés pour la plupart, manœuvres, ouvriers du bâtiment ou des travaux publics. La médiocrité des conditions d’accueil de ce prolétariat urbain, les difficultés de l’existence que rencontrent tous ces jeunes ruraux, leur isolement dans la ville qui ne les a encore ni adoptés, ni intégrés, sont responsables de ces décès très nombreux, et aussi de l’arrivée incessante d’autres immigrants, qui viennent combler les vides. Par les registres de l’Hôtel-Dieu, la ville montre bien son caractère de dévoreuse d’hommes, ville qui appelle, qui attire, mais qui, trop souvent, détruit ceux qui se sont laissé prendre à son mirage...

DES ARRIVÉES MASSIVES

10Les sondages effectués à travers ces différentes sources, pour diverses périodes du XVIIIe siècle, fournissent quelques indications statistiques sur l’ampleur du mouvement migratoire. Il faudrait un dépouillement exhaustif des actes de mariage et des contrats d’apprentissage de la Grande Fabrique, pour déceler des pulsions, un rythme variable des arrivées au cours du siècle, suivant plus ou moins les modifications de la conjoncture économique.

  • 9 Richard Gascon et Claude Latta, « Une crise urbaine au XVIIIe siècle. La crise de 1693-1694 à Lyon (...)

11Le mouvement démographique de la ville de Lyon est un premier indice. Les deux ou trois premières décennies du siècle sont une période de récession. La crise de 1693-1694 a profondément ébranlé la population lyonnaise, non seulement par sa mortalité considérable9, mais encore par ses répercussions à long terme (classes creuses). L’année 1709, une récession économique marquée, amplifiée par l’échec du système de Law, a sans doute ramené le niveau de la population lyonnaise au-dessous de 100 000 habitants. Le chômage, le refus de la Grande Fabrique d’accepter des apprentis extérieurs aux provinces du Lyonnais, limitent les arrivées dans la ville. La reprise se fait sentir dès les années 1730-1740, et la progression est alors continue jusqu’aux toutes dernières années de l’Ancien Régime.

  • 10 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. II (...)

12Les statistiques des mariages sont particulièrement évocatrices : la moyenne annuelle des mariages, voisine de 1 000 à la fin du XVIIe siècle, décline jusqu’à 825 entre 1709 et 1718 ; le niveau du siècle précédent est retrouvé vers 1740-1745, puis très vite dépassé. La moyenne annuelle atteint 1 300 entre 1770 et 1779, et s’élève encore jusqu’en 1787 pour dépasser 1 400 mariages par an10. Parallèlement à la progression du chiffre brut des mariages, le nombre de jeunes mariés nés hors de Lyon ne cesse d’augmenter, plus rapidement encore. Leur proportion en effet progresse en même temps que leur chiffre absolu. De 1728 à 1730, les nouveaux époux originaires de Lyon sont encore majoritaires : 52,3 % des hommes et 60,9 % des femmes. Ils perdent cette majorité entre 1740 et 1750. Lyon a dès lors retrouvé son rôle de pôle d’attraction, qui ne cesse de croître ensuite jusqu’à la Révolution. De 1786 à 1788, les époux natifs de Lyon ne sont plus que 42,2 % des hommes et 47 % des femmes. Il ne faut pas oublier que cette proportion d’immigrants s’applique à un nombre de mariages en forte hausse. Ainsi, pour les trois années 1728 à 1730, le total des nouveaux mariés, hommes et femmes, nés hors de Lyon s’élève à 1 789 ; ce nombre double presque entre 1786 et 1788, passant à 3 379.

13Si l’on considère que pour cette dernière période plusieurs centaines de jeunes gens célibataires meurent à l’Hôtel-Dieu (et quelques-uns dans les paroisses), également immigrants récents, si l’on ajoute que dans une proportion notable, pour les filles surtout, beaucoup des nouveaux venus restent célibataires, on peut en conclure que dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, c’est une moyenne de 1 500 à 2 000 personnes qui entrent annuellement à Lyon dans l’espoir de trouver du travail, et de s’établir.

14Dans une ville qui atteint alors tout juste 150 000 habitants, cet apport extérieur est considérable ; supérieur à 1 % par an, il permettrait à lui seul le développement de la ville à un rythme beaucoup plus rapide que celui que nous avons observé au cours du siècle. Cette proportion, et le nombre des défunts de l’Hôtel-Dieu (787 sépultures de personnes travaillant à Lyon et nées hors de Lyon, pour la seule année 1783 par exemple, dont plus de la moitié de célibataires), donnent la pénible impression d’un véritable gaspillage humain. Les grandes villes, assurées de trouver dans les campagnes voisines, surtout dans la seconde moitié du siècle, avec la remarquable progression démographique d’alors, un intarissable réservoir humain, ne cherchent pas à protéger ces nouveaux arrivants : aucune structure d’accueil n’est mise en place, et les cadres familiaux ou corporatifs ne sont pas suffisants. Les employeurs envoient leurs ouvriers ou leurs servantes à l’Hôtel-Dieu dès les premières attaques d’une maladie, assurés de pouvoir les remplacer rapidement en cas de décès. Cette mentalité rend nécessaire cet afflux extérieur sans cesse renouvelé, dont la ville ne profite pas entièrement. La mortalité, le célibat prolongé des filles, qui attendent d’avoir amassé un pécule minimum pour se marier, l’exode d’une partie des jeunes apprentis, qui ne peuvent se plier aux exigences des horaires et des conditions de travail dans des ateliers exigus et insalubres, font que le rythme de développement de Lyon au cours du XVIIIe siècle est inférieur à celui que laisserait prévoir cet afflux considérable de « forains ».

  • 11 Michel Vovelle, « Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française », Annales de d (...)
  • 12 Cette réflexion a été inspirée à Richard Gascon par l’étude des XVIe et XVIIe siècles. Le nombre d (...)
  • 13 Arthur Young, Voyages en France. L’étonnement de Young aux abords de Paris est bien connu : « J’es (...)

15Le bilan global n’est toutefois pas entièrement satisfaisant. Le mariage est seulement une présomption d’installation définitive dans la ville. Il n’y a pour ainsi dire aucune source qui puisse faire connaître les déplacements temporaires ou définitifs des ménages. Les déménagements « à la cloche de bois » ne traduisent pas forcément un départ précipité de la ville, qui est assez grande pour qu’il suffise de changer de quartier pour échapper à un créancier exigeant. Apparemment, les ménages ne se déplacent guère. L’étude de Michel Vovelle sur les garnis11 marseillais révèle la très faible proportion des femmes et des ménages, mais il reste toujours possible que les hommes seuls soient en fait mariés, mais aient abandonné leur foyer. Toute une population flottante, un peu en marge, échappe ainsi aux statistiques ; les mentions de pères disparus depuis des années sans avoir donné la moindre nouvelle ne sont pas rares, et c’est peut-être plus dans les grandes villes que se produisent ces cas de désunion, aggravés par les mauvaises conditions de vie et de travail. Même si l’on manque de bases chiffrées, il se pourrait bien que la ville soit encore, comme l’affirme Richard Gascon, au XVIIIe siècle, autant un pôle de répulsion qu’un centre d’attraction12. Il est aussi difficile de savoir si les compagnons des métiers itinérants, installés assez longtemps à Lyon pour créer une famille, s’établissent alors définitivement, ou repartent ensuite pour d’autres villes. Il faudrait un assez grand nombre de reconstitutions de familles, sur une longue période, pour donner un premier élément de réponse à cette question. Cependant, dans les mortuaires de l’Hôtel-Dieu, les ouvriers ou compagnons «  passants », les travailleurs saisonniers itinérants, comme les scieurs de bois auvergnats, nous ont semblé bien peu nombreux : ces déplacements intermittents n’étaient peut-être pas très nombreux malgré tout, et Arthur Young n’avait peut-être pas tort quand il parlait des routes désertes de la France13...

16Deux dernières remarques générales sont nécessaires à la fin de ce paragraphe. L’attraction urbaine s’exerce autant sur les femmes que sur les hommes. Si la proportion des nouvelles épouses natives de Lyon reste toujours légèrement supérieure à celle des hommes (tout en diminuant elle aussi au cours du siècle), le nombre de femmes venues de l’extérieur est au moins égal à celui des hommes, et même légèrement plus élevé dans la deuxième moitié du siècle. Ce sont bien sûr les emplois de domestiques dans les maisons bourgeoises et chez les marchands qui attirent les jeunes filles, mais également la demande considérable en main-d’œuvre féminine de la fabrique de soie, et de ses activités annexes.

17Cependant, il serait faux de se représenter l’immigration comme composée uniquement de ruraux ou de gens du menu peuple. Parmi les hommes, nombreux sont les arrivants de condition bourgeoise, qui quittent une petite ville pour Lyon. Dans les professions libérales et marchandes, les « forains » sont en proportion aussi élevée que dans les milieux ouvriers et artisanaux. Ce renouvellement externe de la bourgeoisie est sans doute un des éléments fondamentaux de la société du XVIIIe siècle.

18Une étude géographique plus précise des origines des nouveaux Lyonnais (à partir des actes de mariage des années 1786-1788) est nécessaire, pour délimiter une zone d’influence lyonnaise, responsable de la plus grande partie de ces mouvements migratoires.

L’APPORT DÉMOGRAPHIQUE DE LA « RÉGION LYONNAISE »

19Nous avons utilisé le cadre administratif des départements, des arrondissements et des cantons pour représenter l’origine des nouveaux Lyonnais, les limites administratives de l’Ancien Régime étant trop complexes (indications des paroisses par province, ou par diocèse), et parfois peu significatives.

20Le critère de densité des immigrants a permis d’établir la carte 1. La région lyonnaise ainsi délimitée est celle de tous les départements qui ont envoyé, pendant les trois années 1786 à 1788, au moins une personne à Lyon pour 100 km2 (la Haute-Loire, partie intégrante de l’actuelle région lyonnaise, a été jointe aux autres départements, son coefficient – 0,7 pour 100 km2 – restant supérieur à celui de la Saône-et-Loire, des Hautes-Alpes ou du Puy-de-Dôme, situé en dessous de 0,5). La région lyonnaise ainsi délimitée est donc déjà en partie tronquée : si la Savoie en fait partie, une portion du Dauphiné en est exclue (les Hautes-Alpes), et la Bourgogne n’est représentée que par l’actuel département de l’Ain. Le reste de la Bourgogne, la Franche-Comté et l’Auvergne apparaissent ainsi extérieurs à la zone d’influence lyonnaise.

21Pour 80 % d’entre eux, les nouveaux Lyonnais sont originaires de ces neufs départements avec une sensible différence entre les sexes : 70 % seulement des hommes et 90 % des femmes viennent de cette « région lyonnaise ». Les déplacements des hommes sont plus amples que ceux des femmes. Parmi les nouveaux Lyonnais se rencontrent des individus de toutes les régions françaises : aucune province n’est absente d’un relevé général des origines, même si l’est et le sud-est de la France sont nettement plus représentés que l’ouest ou le nord, beaucoup plus directement soumis à l’influence parisienne. Les étrangers (sans parler de la Savoie) ne sont pas absents : 68 hommes et 12 femmes sont nés hors des France, soit 2,5 % des nouveaux époux lyonnais.

22Ainsi restreinte, la région lyonnaise est loin d’être un ensemble homogène. Les immigrants viennent nombreux de quatre départements seulement, les plus proches de Lyon et du Rhône. Le département du Rhône alimente le principal courant d’émigration de l’Ouest lyonnais (la part des provinces du Lyonnais et du Beaujolais étant très supérieure à celle du Forez qui constitue l’essentiel du département de la Loire). À l’est de Lyon, l’Ain (principalement le Bugey) et l’Isère jouent un rôle essentiel (cinq fois supérieur à celui des deux départements de Savoie), mais la densité des départs est trois fois moindre que pour le Rhône. Dans l’ensemble, Loire, Rhône, Ain et Isère envoient à Lyon 60 % des hommes et 80 % des femmes d’origine extérieure.

Carte 1 - Une région lyonnaise peu étendue Nombre d’émigrants par 100 km2, 1786-1788

Carte 1 - Une région lyonnaise peu étendue Nombre d’émigrants par 100 km2, 1786-1788

Carte 2 - Origine des nouveaux Lyonnais, 1786-1788 (cadre géographique - les arrondissements)

Carte 2 - Origine des nouveaux Lyonnais, 1786-1788 (cadre géographique - les arrondissements)

23Les distances parcourues par ces immigrants sont souvent très faibles (cartes 2 et 3). Dans le département du Rhône, le Lyonnais (arrondissement de Lyon) envoie deux fois plus de personnes que le Beaujolais (arrondissement de Villefranche), plus distant. Dans la Loire, le nombre des émigrants diminue à mesure que l’on s’éloigne de Lyon vers le nord. Plus de la moitié des arrivées concerne l’arrondissement de Saint-Étienne, et la région de Montbrison, au centre du département, est plus représentée que celle de Roanne, au nord. Pour l’Isère de même, les deux arrondissements les plus proches de Lyon, ceux de Vienne et de La Tour-du-Pin, fournissent 70 % des hommes et 75 % des femmes, alors que les paroisses de l’arrondissement de Grenoble jouent un rôle beaucoup plus effacé. Seul le cas de l’Ain, sur lequel nous reviendrons, est plus original.

Carte 3 - Pourcentage des paroisses de la région lyonnaise dont est originaire un nouveau Lyonnais au moins, 1786-1788

Carte 3 - Pourcentage des paroisses de la région lyonnaise dont est originaire un nouveau Lyonnais au moins, 1786-1788

24Dans l’ensemble, plus de la moitié des nouveaux Lyonnais ont fait moins de 50 km avant de venir s’installer à Lyon ; les villages les plus souvent cités dans les actes de mariage sont les paroisses les plus proches de Lyon, aussi bien dans le Lyonnais que dans le Dauphiné. La carte 3 souligne la dispersion de ces départs vers la métropole dans cette proche région lyonnaise (avec là encore une situation particulière dans l’Ain).

25Dans le Lyonnais, pour ces trois années 1786 à 1788, les trois quarts des paroisses ont perdu au moins un habitant au profit de Lyon. Dans certains cantons du Rhône, Saint-Genis-Laval, Mornant, Givors, ceux de la proche banlieue lyonnaise, toutes les paroisses sont touchées par cette émigration. La proportion s’abaisse dès que l’on s’éloigne un peu de la ville : 13 paroisses sur 16 dans le canton de Vaugneray, 7 sur 14 dans celui de Saint-Laurent-de-Chamousset. La proportion reste supérieure à 50 % dans les arrondissements de Villefranche, de Vienne, de La Tour-du-Pin ; elle n’est plus que de 40 % pour la région de Saint-Etienne, 15 % pour l’arrondissement de Roanne, 18 % pour celui de Grenoble. Si l’on s’éloigne encore de Lyon, dans la Drôme ou l’Ardèche par exemple, 3 ou 4 % seulement des paroisses sont citées pour l’ensemble de ces trois années.

26La délimitation de la région lyonnaise paraît assez nettement circonscrite : une ceinture assez étroite autour de la ville. L’influence lyonnaise, prépondérante à l’ouest dans le Lyonnais, s’affermit cependant à l’est de la ville, dans le Bas-Dauphiné d’abord, mais aussi dans le Bugey, dont les contingents deviennent presque égaux à ceux du Lyonnais en cette fin de siècle.

27Le département de l’Ain offre en effet une situation différente (carte 4). Les arrondissements les plus proches de Lyon, Trévoux et Bourg, sont nettement moins représentés dans les nouveaux arrivants que les arrondissements plus éloignés, Nantua et Belley : 16 % des paroisses de la région de Bourg, 30 % pour l’arrondissement de Trévoux, ont envoyé au moins une personne à Lyon – mais 55 % pour la région de Belley, et même 69 % pour celle de Nantua. Sans doute, la principauté de Dombes et la Bresse sont relativement pauvres et peu peuplées, mais d’autres explications peuvent rendre compte de cette différence. La ville de Bourg et, à un degré moindre, celle de Trévoux, exercent une certaine concurrence : les ruraux quittent leur village pour la petite capitale locale plus que pour Lyon (mais il en est de même pour Belley). Il semble que les voies de communication, les rivières et les fleuves surtout, jouent un rôle prépondérant pour diriger ces mouvements migratoires. La Saône serait plutôt une voie de départ vers le Nord plus riche, la Bourgogne ou la région parisienne. Le Rhône et l’Ain, au contraire, portent naturellement les habitants des pays riverains vers Lyon. Les cantons des bords du Rhône jusqu’à la frontière suisse, ceux du bord de l’Ain jusqu’en Franche-Comté, subissent ainsi très fortement l’attraction lyonnaise. Les rapports commerciaux, par exemple l’approvisionnement de Lyon en bois, par flottage depuis le Bugey, accentuent ces départs ; une grande partie des mariniers et voituriers lyonnais, presque tous les charpentiers, sont originaires de cette région. Les filles suivent leurs frères vers la grande ville, pour échapper à un pays dont les ressources sont médiocres. D’autres types de relations, comme le nourrissage des enfants de la grande ville, qui prend une extension considérable en Bugey dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, peuvent aussi être à l’origine d’un certain nombre de départs, dans la mesure où elles intensifient les rapports avec Lyon.

  • 14 Abel Chatelain, « La formation de la population lyonnaise... », article cité.

28Une dernière hypothèse peut être formulée si l’on compare les cartes de l’Ain et de l’Isère (carte 5). Quelle est la part, parmi ces Bugistes ou Bas-Dauphinois, des Savoyards qui auraient fait dans ces provinces une halte avant leur arrivée à Lyon ? Le nombre des Savoyards semble en effet assez limité dans les mariages lyonnais, alors que les sources ont toujours insisté sur leur grand nombre14. Comme leur entrée directe à Lyon, dans le personnel de la Fabrique en particulier, est impossible, beaucoup ne franchissent le Rhône que pour s’arrêter aussitôt en face. Il faudrait faire des sondages à Seyssel, Belley, Morestel, La Tour-du-Pin ou le Pont-de-Beauvoisin pour savoir quelle est l’importance exacte de cette émigration savoyarde, peut-être en partie dissimulée sous une apparente origine bugiste ou dauphinoise.

Carte 5 - Isère

Carte 5 - Isère

29La carte du département du Rhône (carte 6) confirme l’importance des voies naturelles de communications, empruntées par ces principaux courants migratoires. Les bords de la Saône, jusqu’à Belleville au nord, ceux du Rhône jusqu’à Condrieu (et bien sûr Vienne en Dauphiné), voient les départs les plus massifs. Il faudrait ajouter à la carte les indications du relief et le réseau hydrographique, pour souligner leur influence, jusque dans le détail. La vallée de l’Azergues, celle du Gier (bien au-delà des limites du département du Rhône), de Saint-Chamond à Givors, sont les voies principales de l’émigration. Les coupures du relief sont tout aussi nettes. Dans le Beaujolais, l’opposition est totale entre les deux versants des monts du Lyonnais. Les paroisses orientales, jusqu’à Beaujeu, sont naturellement orientées vers la Saône et Lyon. Les cantons occidentaux, Thizy, Amplepuis, Lamure-sur-Azergues, Monsols, plus éloignés de Lyon, tournés vers la Loire, sont particulièrement peu importants pour l’émigration lyonnaise (en chiffres absolus, 25 nouveaux Lyonnais originaires de ces quatre cantons, contre plus de 150 pour ceux de Beaujeu, Belleville, Anse et Villefranche-sur-Saône). Là encore, les relations économiques complètent les données naturelles : la majorité des cabaretiers et vendeurs de vin lyonnais sont natifs du Beaujolais... Le même contraste apparaîtrait également au sud entre les deux versants du massif du Pilât ; seule la bordure orientale participe aux départs de population vers Lyon.

  • 15 Paul Guiot, Thurins. Démogéographie d’une commune rurale de l’Ouest lyonnais, Paris, Armand Colin, (...)
  • 16 Louis Henry et Michel Fleury, Nouveau manuel de dépouillement et d’exploitation de l’état civil an (...)

30L’analyse détaillée des actes de mariage permet enfin de souligner ce point fort important, que nous avons déjà entrevu : le rôle des petits centres urbains comme relais dans ces mouvements migratoires. Les monographies de communes, en particulier celle consacrée à Thurins15, avaient révélé ce phénomène au XIXe siècle : même les villages peuvent jouer cette fonction d’étape, qui conduit progressivement les ruraux vers la grande ville. L’étude réalisée à partir des sources urbaines est sur ce point insuffisante : il faudrait multiplier les enquêtes locales dans les villages et les bourgs pour mieux vérifier le fait. On a vu l’extrême dispersion des paroisses de la région lyonnaise qui participent au peuplement de Lyon : il n’est pas sûr qu’il s’agisse toujours de ruraux qui effectuent le passage de la campagne à la ville en une seule fois. L’enquête nationale de l’Institut national d’études démographiques et de Louis Henry16 a justement insisté sur le rôle fondamental des villes : l’échantillon retenu est cependant peut-être un peu trop limité.

Carte 6 - Rhône

Carte 6 - Rhône

31Il nous a semblé assez significatif de rechercher la part, dans l’ensemble de l’émigration, des villes, bourgs et communes choisis comme chefs-lieux de cantons en 1790. À quelques exceptions près, ce sont les seules localités qui méritent le nom de bourgs dans la région lyonnaise, et les sondages effectués avaient attiré l’attention sur la répétition de certaines paroisses, citées très souvent. Pour le département du Rhône, les dix-neuf chefs-lieux de cantons (seul celui de Monsols – à la fois le plus éloigné et peu peuplé – est absent de la liste) fournissent 22 % des émigrants lyonnais : Beaujeu, Villefranche, Givors et Condieu sont les quatre localités les plus importantes. Dans tous les autres départements de la région lyonnaise, le pourcentage des chefs-lieux de canton est supérieur au quart. Il augmente quand on s’éloigne de Lyon, pour atteindre 40 % dans la Loire, dépasser 50 % dans l’Ardèche ou la Drôme. La part des habitants des bourgs et des petites villes parmi les nouveaux Lyonnais est beaucoup plus importante que leur part réelle dans la population totale de la région.

32Les résultats de ce sondage, limité chronologiquement, auraient besoin d’être complétés par toute une série d’enquêtes sur une période plus ample, étendues à l’étude d’autres sources. Les sources lyonnaises, en particulier les contrats de mariage, ne montrent souvent en effet qu’un seul aspect de ce phénomène migratoire, puissant même s’il ne touche en définitive qu’une « région lyonnaise » assez étriquée. Les documents utilisés laissent aussi dans l’ombre tous les mouvements temporaires que l’on sait être essentiels, dans les pays montagnards en particulier. Aussi bien les errants traditionnels que les ouvriers itinérants sont difficiles à compter : leur présence à un moment donné dans la ville n’est jamais preuve d’une fixation définitive. C’est par exemple le cas des centaines de colporteurs et marchands ambulants fréquentant les foires de Lyon, originaires de la vallée de Barcelonnette, jamais véritablement installés « habitants » de Lyon.

33Il faudrait aussi pouvoir mesurer l’influence sur ces flux migratoires et sur leur rythme des conditions locales et de l’ensemble de la conjoncture : économique, commerciale, et bien sûr aussi démographique. La densité rurale très élevée dans les campagnes du Lyonnais favorise incontestablement les départs vers Lyon. Les rapports de la fabrique lyonnaise avec les fabriques complémentaires de Saint-Chamond et de Saint-Etienne sont responsables de nombreux déplacements humains d’un centre à l’autre. Il y a là tout un ensemble de facteurs qui se complètent pour expliquer ce drainage vers Lyon, qui s’amplifiera encore au XIXe siècle.

Notes

1 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970. Contribution à l’histoire des sociétés urbaines au XVIIIe siècle. En particulier, la première partie « Le nombre des hommes ».

2 M. Messance, Recherches sur la population des généralités d’Auvergne, de Lyon, de Rouen..., Paris, Durand, 1766, et Nouvelles recherches sur la population de la France, Lyon, Les frères Périsse, 1788.

3 Abbé Antoine Lacroix, État des baptêmes, des mariages et des mortuaires de la ville et des faubourgs de Lyon, Lyon, Imprimerie A. de La Roche, 1776.

4 Abel Chatelain, « La formation de la population lyonnaise : apports savoyards au XVIIIe siècle », Revue de géographie de Lyon, vol. 6, n° 3, 1951, p. 345-349.

5 Alfred Perrenoud, «  Immigration française à Genève à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle, d’après les livres d’habitants », dans Colloque franco-suisse d’histoire économique et sociale, Genève 5-6 mai 1967, Genève, Georg et Cie, 1969, p. 53-69.

6 Roger Mols, Introduction à la démographie historique des villes d’Europe, t. II, Louvain, Publications universitaires, 1955, p. 360-366.

7 Les contrats de mariages déposés chez les notaires (archives départementales du Rhône, série 3 E) complètent parfois utilement les indications des registres paroissiaux.

8 Les taux de célibat auxquels sont parvenus les historiens pour les paroisses rurales (Crulai, ou les paroisses du Bas-Quercy, ou Troarn...) oscillent autour de 10 %. Il ne faut pas oublier que les statisticiens du XVIIIe siècle proposaient des coefficients multiplicateurs (du chiffre des baptêmes) plus forts pour les grandes villes, où ils estimaient la proportion des célibataires beaucoup plus élevée que dans les campagnes.

9 Richard Gascon et Claude Latta, « Une crise urbaine au XVIIIe siècle. La crise de 1693-1694 à Lyon, aspects démographique et sociaux », Cahiers d’histoire, 1963, p. 371-404.

10 Abbé Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, t. III, Paris, Desaint et Saillant, 1762-1770, p. 945.

11 Michel Vovelle, « Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française », Annales de démographie historique, 1968, p. 111-138.

12 Cette réflexion a été inspirée à Richard Gascon par l’étude des XVIe et XVIIe siècles. Le nombre de nouveaux Lyonnais originaires d’autres villes (voir troisième chapitre) est très supérieur à l’importance démographique de ces villes incapables de retenir leurs habitants. Il est plus difficile de savoir si ce reflux pouvait aller jusqu’au retour au village. Voir Abel Chatelain, « Les migrations temporaires françaises au XIXe siècle », Annales de démographie historique, 1967, p. 9-28.

13 Arthur Young, Voyages en France. L’étonnement de Young aux abords de Paris est bien connu : « J’espérais que ma précédente impression du peu d’animation des abords de cette ville serait effacée ; elle s’est au contraire confirmée : c’est un désert, comparé aux approches de Londres » (28 mai 1787).

14 Abel Chatelain, « La formation de la population lyonnaise... », article cité.

15 Paul Guiot, Thurins. Démogéographie d’une commune rurale de l’Ouest lyonnais, Paris, Armand Colin, 1949.

16 Louis Henry et Michel Fleury, Nouveau manuel de dépouillement et d’exploitation de l’état civil ancien, Paris, Éditions de l’Institut national d’études démographiques, 1965. La liste des noms de villes à relever (p. 69 et p. 68-70) est limitée aux sous-préfectures et préfectures. Dans la région lyonnaise, une localité comme Saint-Chamond a des rapports beaucoup plus importants avec Lyon qu’une ville comme Montbrison.

Notes de fin

* « L’attraction de Lyon à la fin de l’Ancien Régime », Annales de démographie historique, 1970, p. 205-222.

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Une région lyonnaise peu étendue Nombre d’émigrants par 100 km2, 1786-1788
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9970/img-1.jpg
Fichier image/, 145k
Titre Carte 2 - Origine des nouveaux Lyonnais, 1786-1788 (cadre géographique - les arrondissements)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9970/img-2.jpg
Fichier image/, 156k
Titre Carte 3 - Pourcentage des paroisses de la région lyonnaise dont est originaire un nouveau Lyonnais au moins, 1786-1788
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9970/img-3.jpg
Fichier image/, 112k
Titre Carte 4 - Ain
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9970/img-4.jpg
Fichier image/, 148k
Titre Carte 5 - Isère
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9970/img-5.jpg
Fichier image/, 59k
Titre Carte 6 - Rhône
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9970/img-6.jpg
Fichier image/, 58k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540